Jérémy

Jérémy

Jérémy - @Breizhgone56

Occupé à plein temps par l'OL, bien que ce soit pas toujours un cadeau, il s'en contente. 

OL : Aouar futur shérif de Nottingham, 15 millions pour Lyon

Foot01.com

En fin de contrat avec l’OL dans un an, Houssem Aouar est proche d’un départ du côté de Nottingham Forest en Premier League.

L’opération dégraissage de l’Olympique Lyonnais peut commencer, à 15 jours de la fin du mercato. Le club rhodanien souhaite en priorité se débarrasser des joueurs dont le contrat expirera à la fin de la saison et c’est par exemple le cas d’Houssem Aouar. Titulaire lors de la première journée de Ligue 1 contre Ajaccio (2-1) en raison des nombreuses absences au milieu de terrain (Caqueret, Reine-Adelaïde, Faivre), l’international français est plus que jamais sur le départ. Courtisé par le Bétis Séville ou encore Leicester, Houssem Aouar va finalement rebondir à Nottingham Forest, promu cette saison en Premier League. Jean-Michel Aulas peut se satisfaire de ce transfert en Angleterre car selon les informations de Pedro Almeida, le président de l’OL va plus ou moins obtenir la somme qu’il avait exigé pour le transfert d’Houssem Aouar.

Aouar file à Nottingham Forest pour 15 ME

Et pour cause, le journaliste croit savoir que l’accord entre l’Olympique Lyonnais et Nottingham Forest porte sur un deal à hauteur de 15 millions d’euros, plus 3 millions d’euros de bonus. Un deal très honnête pour les deux clubs au sujet d’un joueur à relancer certes, mais dont le talent ne fait aucun doute. L’Olympique Lyonnais, qui était totalement surchargé au milieu de terrain avec Lepenant, Tolisso, Caqueret, Reine-Adelaïde, Faivre, Paqueta et donc Aouar, va se décharger d’un joueur et qui plus est d’un gros salaire. Jean-Michel Aulas entend maintenant poursuivre dans cette direction. Le président de l’OL rêve de faire partir Moussa Dembélé, lui aussi en fin de contrat dans un an et pour qui les Gones ont reçu des propositions à hauteur de 15 millions d’euros. Mais l’ancien attaquant de l’Atlético de Madrid préfère rester à l’OL et partir, libre, dans un an. Da Silva, Boateng ou encore Kadewere ne seront pas non plus retenus en cas d’offre d’ici la fin du mercato…

OL: Les dessous du mercato animé de Moussa Dembélé

Footmercato.net

En fin de contrat en juin 2023, Moussa Dembélé arrive à un tournant de son aventure à l'Olympique Lyonnais. Approché par de nombreuses écuries, le Français prend le temps de la réflexion et étudie toutes les possibilités alors que son club lui a récemment mis la pression.

Cet été, l'Olympique Lyonnais a réussi un incroyable tour de force en rapatriant Alexandre Lacazette et Corentin Tolisso, pourtant tous les deux libres. Une initiative saluée par les supporters lyonnais et les médias français. Ravis après ces signatures importantes, les dirigeants rhodaniens se trouvent dans la position inverse avec plusieurs joueurs sous contrat jusqu'en juin 2023. Si on peut comprendre que les Rhodaniens veulent un retour sur investissement et obtenir des liquidités avant la fin du mercato, on peut aussi entendre le fait que les joueurs souhaitent être maîtres de leur destin.

L'OL a mis la pression aux joueurs libres en 2023

Malgré cela, les pensionnaires du Groupama Stadium, par la voix de Bruno Cheyrou (responsable du recrutement), ont décidé de mettre un gros coup de pression à tous les éléments libres dans un an. «Dans ce cas-là, c'est soit ils prolongent, soit ils partent. En tant que club, on est en droit de demander à ce qu'ils s'engagent sur le moyen terme avec nous car on est au début d'un projet sur plusieurs années. On ne veut pas faire un "one-shot", un coup la Ligue des champions et ensuite plus rien. On souhaite rester le plus haut possible le plus longtemps possible. Nous devons pouvoir avoir des joueurs pleinement impliqués dans le projet, or, avec un an de contrat, c'est plus difficile d'imaginer que les gars soient impliqués».

Comme Houssem Aouar, Rayan Cherki, Jérôme Boateng et Damien Da Silva, Moussa Dembélé (26 ans), libre en 2023, a été visé par cette sortie de Cheyrou. Arrivé en 2018 chez les Gones après des expériences réussies à Fulham et au Celtic, le Français a répondu aux attentes en marquant un paquet de buts chaque saison. Envoyé en prêt six mois à l'Atlético de Madrid en 2021, il a repris la tête de l'attaque lyonnaise l'an dernier, terminant la saison avec le brassard de capitaine et le titre de meilleur buteur de la saison à Lyon. Mais avec le retour de Lacazette, qui a avoué qu'il ne verrait pas de problème à jouer avec lui, l'ancien Titi a été relégué au second plan.

Dembélé affole l'Europe

Il a même évolué avec les jeunes ou les "lofteurs" durant la pré-saison. Malgré cela, l'attaquant continue de rester professionnel, concentré et motivé à défendre les couleurs lyonnaises, nous a-t-on fait savoir au sein du club. En coulisses, son avenir est toujours au cœur des débats. Selon nos informations, plusieurs écuries ont approché Moussa Dembélé cet été. En Turquie, sa cote est élevée. Fenerbahçe est intéressé pour le recruter l'année prochaine, une fois qu'il sera libre comme l'OL l'a fait avec Tolisso et Lacazette. D'après la presse turque, les Stambouliotes lui ont offert un salaire de 5 millions d'euros par an. Galatasaray, qui a recruté Léo Dubois cet été, est aussi séduit par Dembélé. Ce dernier est d'ailleurs la priorité pour remplacer Bafétimbi Gomis (libre en 2023) la saison prochaine.

En Allemagne, le Borussia Dortmund a tâté le terrain cet été avant de finalement opter pour Sébastien Haller. Ce dernier, qui a une tumeur aux testicules, a été récemment remplacé par Anthony Modeste, plus abordable financièrement. Le nom de Moussa Dembélé circule également en Espagne, où plusieurs clubs veulent le récupérer gratuitement. C'est le cas de l'Atlético, où le Français a laissé un bon souvenir notamment au sein du vestiaire. Comme expliqué sur notre site, Villarreal a tenté sa chance. Mais le joueur a refusé les avances espagnoles.

Le Français étudie l'offre de prolongation de l'OL

En Italie, il était dans la short-list de la Juventus. Mais la Vieille Dame a préféré opter pour une option moins coûteuse en misant sur Memphis Depay, dont le départ devrait être facilité par le Barça. Mais les Bianconeri, qui aiment récupérer des joueurs libres, ont déjà noué des contacts pour l'an prochain. D'autres écuries italiennes y pensent aussi. Enfin, c'est surtout en Angleterre, pays où Moussa Dembélé a été formé, que sa cote est au plus haut. Fulham, Wolverhampton, Nottingham Forest et West Ham se sont renseignés sans que le joueur ne donne de suite favorable. Everton, dernier club à s'y être intéressé, s'est lui aussi frotté au refus de l'attaquant lyonnais. L'idée du Français n'a jamais été de partir pour partir. Il veut un projet qui lui convienne à la fois sportivement et financièrement.

Toutefois, il faut préciser que les motivations du joueurs n'ont jamais été qu'économiques puisqu'en janvier dernier il avait refusé une proposition d'un club saoudien qui lui offrait un salaire en or de 11 M€ nets par an. Cet été, le joueur reste sur la même ligne de conduite. Comme indiqué sur notre site depuis plusieurs semaines, le plan est, pour le moment, de rester à Lyon cette saison. Mais poursuivre l'aventure plus longtemps avec les Gones n'est pas exclu. L'OL lui a fait une proposition de prolongation de contrat. Le joueur a fait savoir qu'il étudiait sérieusement cette offre mais qu'il se donnerait le temps nécessaire afin de voir comment les choses vont se passer après avoir connu quatre entraîneurs en quatre saisons à Lyon. Il veut aussi savoir comment il sera utilisé pour prendre la meilleure décision possible en ce qui concerne une possible prolongation. La balle est donc dans le camp d'un Dembélé en position de force.

Mercato Lyon : Paqueta, un départ plutôt cet hiver ?

Maxifoot.fr

Il ne s'agit pas d'un secret, le milieu de terrain de l'Olympique Lyonnais Lucas Paqueta (24 ans, 1 match en L1 cette saison) pourrait éventuellement partir à l'occasion de ce mercato d'été. Mais d'après les informations du média Le Dauphiné Libéré ce lundi, l'international brésilien semble en réalité bien parti pour poursuivre son aventure sous les couleurs des Gones.

A l'approche de la Coupe du monde 2022, l'ancien Milanais ne souhaite pas compromettre ses chances, avec un transfert, de disputer cette compétition avec son pays. Par contre, un départ de Paqueta de l'OL en janvier lors de la période hivernale ne serait pas à écarter. Pour autant, il faudra tout de même surveiller l'intérêt de Manchester City pour l'Auriverde, estimé à 60 millions d'euros par les Gones, dans l'hypothèse d'un départ de Bernardo Silva au FC Barcelone.

Il y a 2 ans, L'OL venait à bout de Manchester City et se qualifiait pour les demies-finales de Ligue des Champions

OL: ce que risque Anthony Lopes après son expulsion contre Ajaccio

Rmcsport.bfmtv.com

Le portier de l'Olympique lyonnais est attendu ce mercredi après-midi devant la commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP). Expulsé lors de la première journée de Ligue 1 contre Ajaccio, le Portugais va plaider son cas.

Anthony Lopes devrait être fixé ce mercredi sur son sort. Auteur d'une sortie hasardeuse après 30 minutes de jeu contre l'AC Ajaccio (2-1) vendredi dernier en ouverture de la saison de Ligue 1, l'international portugais (14 sélections) avait percuté violemment Mounaïm El-Idrissy.

Le portier de l'OL, clairement fautif, avait écopé quelques secondes plus tard d'un carton rouge direct de la part de Benoît Bastien. Il se retrouve donc devant la commission de discipline de la Ligue de football profesionnel (LFP) cet après-midi pour se défendre de son geste. Selon l'Equipe, il ne devrait pas contester son expulsion mais davantage son absence de sanctions ou presque jusque-là.

Lopes risque une peine de trois matchs ferme

En effet, malgré une réputation de gardien n'hésitant pas à quitter ses buts pour réaliser des "sorties kamikazes", le joueur de 31 ans n'a été exclu qu'une seule fois auparavant en carrière : c'était le 3 octobre 2021 lors du derby face à l'AS Saint-Etienne, pour une main flagrante en dehors de sa surface.

Reste à savoir combien de matchs le portier lyonnais, qui a prolongé avec son club en juin dernier, va manquer. Il pourrait s'agir de trois matchs ferme, lors desquels Rémy Riou devrait assurer l'intérim. Le gardien de 34 ans, formé au club, a disputé face à Ajaccio ses premières minutes officielles avec les Gones.


OL : Aulas perd ses nerfs, Cherki en danger

Foot01.com

La tendance évolue concernant l’avenir de Rayan Cherki à l'Olympique Lyonnais, et cela ne va pas dans le bon sens.

Dans le dossier Rayan Cherki, il n’y a pas forcément péril en la demeure, car le joueur n’a jamais laissé entendre qu’il comptait quitter son club formateur, mais les discussions pour une prolongation de contrat n’avancent pas. Malgré les coups de pression de Jean-Michel Aulas, les appels du pied de Vincent Ponsot, le grand espoir de l’OL ne se sent pas si désiré que ça sur le terrain. Peter Bosz est très loin d’en faire un titulaire, et l’international espoir se pose de sérieuses questions.

Le timing est toutefois troublant puisque Rayan Cherki vient d’entrer dans la dernière année de son contrat. Le moment idéal pour le prolonger, sans quoi un départ sera forcément envisagé. Cela peut se faire en fin de saison pour zéro euro, ce qui serait très difficile à digérer pour l’OL. Le club rhodanien a parfois perdu des pépites un peu plus tôt que prévu, mais a quasiment toujours su en tirer un revenu. Ou alors, la vente risque d’être envisagée à la fin du mois d’août, si Jean-Michel Aulas sent qu’il n’y a pas d’espoir de faire mieux. Plusieurs clubs européens suivent Rayan Cherki, et si une fenêtre devait s’ouvrir, cela pourrait intéresser du beau monde.

Le coup de pression d'Aulas

Un scénario qui semble encore impensable aux yeux de nombreux suiveurs lyonnais. Et pourtant, ce mercredi, Le Progrès met un gros pavé dans la mare en expliquant la situation. Les rendez-vous annoncés parfois comme prometteurs ne se sont pas concrétisés, et l’ambiance n’est plus du tout positive à l’OL. Ce n’est pas encore le feu, mais on sent à Lyon le clan Cherki beaucoup plus distant, ce qui n’est jamais bon signe, surtout en période de mercato. La bonne nouvelle est encore possible, mais il devient souvent bien difficile de prolonger un joueur qui a déjà bien entamé sa dernière année de contrat. Et cela devient quasiment impossible dans la dernière ligne droite, même si Kylian Mbappé a récemment fait mentir cette statistique avec le PSG.

Résultat, la situation approche du bras de fer, comme le relève le quotidien régional. « Soit il prolonge, soit on considère qu’il ne fera plus partie du projet sportif », lance-t-on du côté de la direction. Mais pour le moment, la prolongation n’est pas la tendance. Parce que le joueur a des contacts avec des clubs imposants pour de meilleures offres, et parce que Peter Bosz ne lui offre que quelques minutes à chaque match.

Lyon : la sérieuse mise en garde de Cheyrou aux joueurs en fin de contrat

Maxifoot.fr

Privé de Ligue des Champions, l'Olympique Lyonnais compte rapidement redresser la pente. Pour ce faire, le directeur sportif, Bruno Cheyrou, a lancé un avertissement clair aux joueurs qui ne souhaitent pas s'inscrire sur la durée.
Pas de Ligue des Champions, pas de Ligue Europa, pas de Ligue Europa Conférence... Pour la première fois depuis belle lurette, l'Olympique Lyonnais va devoir se contenter des compétitions domestiques. Surtout, le club rhodanien devra profiter de cette saison pour préparer son retour sur le devant de la scène. Pour cela, Bruno Cheyrou veille au grain.

Cheyrou met la pression

Patron du sportif depuis le départ de Juninho, l'ancien milieu de terrain ne compte pas chômer. Pour redresser les Gones, le dirigeant lyonnais souhaite déjà régler un problème, celui des joueurs en fin de contrat en juin 2023. Ils sont nombreux dans cette situation : Damien Da Silva, Jérôme Boateng, Houssem Aouar, Rayan Cherki et Moussa Dembélé. «Dans ce cas-là, c'est soit ils prolongent, soit ils partent. En tant que club, on est en droit de demander à ce qu'ils s'engagent sur le moyen terme avec nous car on est au début d'un projet sur plusieurs années» , a prévenu le principal intéressé pour OLTV.

Pour l'homme de 44 ans, il n'est pas concevable que l'OL puisse retrouver de sa splendeur avec des joueurs qui soufflent le chaud et le froid jusqu'à mettre en difficulté le club. «On ne veut pas faire un "one-shot" , un coup la Ligue des Champions et ensuite plus rien. On souhaite rester le plus haut possible le plus longtemps possible. Nous devons pouvoir avoir des joueurs pleinement impliqués dans le projet, or, avec un an de contrat, c'est plus difficile d'imaginer que les gars soient impliqués» , a rajouté celui qui a été formé à Lille.

Des postes doublés voire triplés

Pour appuyer son propos, Cheyrou n'a pas hésité à rappeler aux principaux concernés que le travail a été effectué en amont pour préparer leurs départs éventuels. «Sur les postes axiaux, on est plutôt bien pourvu. En défense, nous avons 6 joueurs, dont 2 de trop, ce qui veut dire qu'on doit réussir à dégraisser en libérant ou en vendant. Au milieu et en attaque, c'est la même chose» , a insisté le DS de l'OL.

«On doit être capable de faire de la place aux jeunes du centre de formation. Nous avons cette chance là et on doit s'en servir. Par exemple, dans l'entrejeu il y a Mohamed El Arouch à qui on veut faire de la place, devant on a Bradley Barcola» , terminé l'ex-joueur de Liverpool. Une manière de mettre la pression à ceux qui traînent des pieds pour prolonger... ou attendent la fin de leur engagement pour partir libres.

Ligue 1: l'OL ne veut pas jouer sur la pelouse en très mauvais état de Lorient

Rmcsport.bfmtv.com

L'état de la pelouse du Moustoir, abîmée par la sécheresse et le Festival Interceltique de Lorient, inquiète l'OL à quatre jours de la rencontre de Ligue face aux Merlus (dimanche à 13h).

La deuxième journée de Ligue 1 approche à grands pas, et la plus grande incertitude règne sur la tenue de la rencontre Lorient-OL, prévue dimanche à 13h. Les Gones ont fait savoir qu’il était pour l’instant hors de question de jouer sur la pelouse du Moustoir. La raison ? Le terrain est très dégradé en raison de la sécheresse, qui s’abat sur toute la France, et du Festival Interceltique qui s’y déroule. Et comme les derniers spectacles au stade ont lieu ce jeudi (le festival s'achèvera en revanche dimanche), l’Olympique Lyonnais craint que la pelouse soit "encore plus abîmée", sachant qu’elle est déjà grillée par endroits, ce que confirme le directeur général du FC Lorient, Arnaud Tanguy, au Télégramme. "Ça peut mettre en danger l’intégrité physique des joueurs", se plaint le club rhodanien.

L'hypothèse d'une inversion n'est pas d'actualité

Les dirigeants lyonnais se disent "attentifs à l’évolution du dossier", dont a pris connaissance la Ligue de football professionnel (LFP), assure Le Progrès. "On verra ce que nous dira la ligue mais notre position c’est de ne pas disputer le match dans ces conditions", avertit l’OL, qui attend que la LFP et Lorient se positionnent. L’hôte de la rencontre a déjà fait savoir qu’il ne disposait pas d’une solution de repli dans un autre stade. A quatre jours de la rencontre, et dans l’hypothèse où toutes les options seraient étudiées rapidement, il apparaît peu probable que le match soit inversé et joué à Lyon. Ce qui imposerait à l’OL d’importantes contraintes de logistique et d’organisation (sécurité, billetterie…), note Le Progrès.

 

OL : un promu de Premier League fonce sur Aouar !

Onzemondial.com

Sur le départ de l'Olympique Lyonnais, Houssem Aouar pourrait prendre la direction de la Premier League !

Depuis plusieurs semaines, Houssem Aouar semblait se rapprocher du Real Betis en Espagne, où il aurait retrouvé un certain Nabil Fekir. Mais force est de constater que les négociations sont à l'arrêt, visiblement à cause des ambitions salariales trop élevées du joueur, comme l'ont rapporté différents médias espagnols. Dans cette optique, d'autres clubs tentent de s'immiscer dans la brèche pour s'attacher les services du joueur de 24 ans qui ne dispose plus que d'un an de contrat dans le Rhône, ainsi que d'un bon de sortie de la part de ses dirigeants.

Direction la Premier League ?

Et à en croire les informations du quotidien l'Équipe, et comme l'avait déjà annoncé Mundo Deportivo, c'est le promu de Premier League Nottingham Forest qui discute avec son entourage depuis plusieurs jours. Une première offre aurait même été transmise, même si elle resterait en dessous de ce que réclament les Gones. En attendant, les discussions doivent donc se poursuivre, et le joueur ne ferme pas la porte à un départ pour l'Angleterre.

Quelques clichés de l'entraînement du jour

Peter Bosz (OL) : « Le rouge change beaucoup de choses »

Lequipe.fr

L'entraîneur de l'OL, Peter Bosz, a insisté vendredi soir sur l'importance du carton rouge reçu par Anthony Lopes après moins d'une demi-heure de jeu.

« Quelle impression vous laisse ce match ?
Il fallait gagner le premier à la maison de la saison. C'est fait. Après trente minutes, le carton rouge change beaucoup de choses. Heureusement, Ajaccio en a également pris un, juste avant la pause. On a bien joué en seconde période et contrôlé le match.

Comment expliquez-vous que le match a complètement changé après l'expulsion de Lopes ?
Ça, c'est logique. On a préparé le match à onze contre onze et on a dû changer le système après l'expulsion qui est carton rouge et but. Dans la tête, c'est différent. Peut-être que les joueurs ont pensé qu'il ne fallait pas prendre un but.

Êtes-vous au point physiquement ?
Je ne pense pas que physiquement, c'était un problème pour nous mais plutôt la conviction d'être plus haut avec notre défense, comme on fait toujours quand on joue à onze. Notre ligne de défense était trop basse et cela devient plus difficile pour nos milieux car les espaces sont plus grands.

Êtes-vous satisfait du rendement offensif de votre équipe ?
Il faut jouer court et long. Pour moi, ça commence avec notre défense qui n'était pas bien organisée. Dès les cinq premières minutes, Ajaccio a pressé dans un bloc médian. C'est vraiment une équipe qui fait les choses ensemble. Je ne pense pas que cette équipe descendra en Ligue 2 car je crois qu'elle ne prendra pas beaucoup de buts. »

OL: "Très adulte, très mature", "Il m’a surpris", Lepenant récolte les bons points après sa performance contre Ajaccio

Rmcsport.bfmtv.com

Arrivé cet été en provenance de Caen, Johann Lepenant n’a pas tardé à se faire une place dans le onze concocté par Peter Bosz. Agé de 19 ans, le milieu de terrain a connu sa première titularisation en Ligue 1 face à Ajaccio et s’est montré serein dans l’entrejeu. En zone mixte, son entraineur et ses coéquipiers Alexandre Lacazette et Rémy Riou l'ont encensé.

L’Olympique Lyonnais pouvait craindre le pire en voyant un de ses meilleurs joueurs être écarté des terrains pour quelques semaines. En raison d’une entorse de la cheville, Maxence Caqueret n’était pas présent pour la reprise de la Ligue 1. Mais cette absence est l’occasion pour une nouvelle recrue de se montrer: Johann Lepenant (19 ans).

Arraché à Caen cet été pour un montant de 4,25 millions, le milieu de terrain a pu montrer ses qualités lors des matchs de présaison. Ce vendredi, le Français a eu la confiance de Peter Bosz et a débuté en tant que titulaire dans l’entrejeu face au promu Ajaccio (2-1). Serein dans l’entrejeu, malgré la sortie précipitée d’Houssem Aouar dû au carton rouge d’Anthony Lopes, Lepenant a rarement semblé être en difficulté.

À l’aise dans sa nouvelle équipe, le milieu a bluffé son entraîneur: "Quand tu n’es pas au courant qu’il était en Ligue 2 la saison dernière, tu peux penser qu’il joue à Lyon depuis 2-3 ans. Il est très adulte et très mature", a-t-il déclaré en zone mixte. Mais le Néerlandais refuse de s’enflammer pour autant: "Le problème avec les jeunes, c’est toujours de rester régulier. Mais il a au moins bien démarré."

Lacazette et Riou impressionnés par Lepenant

La performance de Lepenant n’a évidemment pas échappé à ses coéquipiers. Notamment son capitaine Alexandre Lacazette qui affirme avoir déjà "entendu parler" du joueur de 19 ans. "Ce soir, il m’a surpris et je pense que c’est son meilleur match. Ila réussi à se libérer et ça a été utile à l’équipe", a-t-il confié à l’issue de la rencontre.

S’il y a un élément dans l’effectif Lyonnais qui connait les qualités de Lepenant, c’est Rémy Riou. Coéquipier du Français à Caen, le gardien continue semaines après semaines à être impressionné par le talent et le sérieux du milieu: "Je le connais et je sais de quoi il est capable. Il m’épate de jour en jour. Le petit est génial, à l’écoute, respectueux et travail. Quand on est concentré et talentueux, on réussit dans la vie."

À voir si Lepenant saura garder sa place lorsque Caqueret sera de nouveau disponible. Pour Riou, les deux joueurs peuvent également être associés dans l’entrejeu: "Il faut voir avec le coach, ça va faire une sacrée concurrence mais ça peut aussi faire une belle complémentarité. C’est bien d’avoir dans l’effectif des très bons joueurs comme ça." En attendant, Lepenant a eu droit à un baptême de feu très prometteur pour la suite de la saison.

OL : Anthony Lopes accusé, l'ombre du mercato revient

Foot01 com

L'Olympique Lyonnais a débuté sa saison par une victoire contre l'AC Ajaccio, mais Peter Bosz n'a probablement pas été rassuré par la faute qui a valu à Anthony Lopes d'être expulsé. Dès la première journée de Ligue 1, le gardien de but est retombé dans ses travers.

Après une saison 2021-2022 durant laquelle il a semblé avoir effacé ses vieux démons, et après avoir prolongé son contrat avec l’OL, Anthony Lopes pouvait entamer sereinement le championnat. D’autant plus que cet été aucune rumeur sur la possible signature d’un gardien de but n’a circulé à l’inverse de l’an dernier lorsque Peter Bosz avait souhaité recruter André Onana. Mais après seulement 27 minutes, contre Ajaccio, le gardien de but international portugais s’est mis tout seul en galère dans une sortie aérienne contre El Idrissy, ce qui lui a valu une expulsion logique et un penalty pour Ajaccio. En l’espace de quelques secondes, on a revu le Lopes totalement incapable de gérer ses gestes et cela a évidemment remis un coup de pression sur le gardien de but de 31 ans. Au point même que certains se demandent si cela ne va pas finir par coûter cher.

Anthony Lopes trop fébrile ? Peter Bosz pourrait craquer

Au micro de RMC, Walid Acherchour a ouvert le débat sur l’impact de cette expulsion d’Anthony Lopes et sur les vieux fantômes lyonnais qui se sont réveillés d’un seul coup contre Ajaccio. « Encore une fois, c’est problématique pour l’Olympique Lyonnais. Là c’est anecdotique, car il y a la victoire au bout, mais c’est quand même à la 30e minute et il y a penalty, il doit faire les + et les - des sorties. Là, l’OL mène 2-0, le début de match est parfait avec le retour de Lacazette, et même si sur l’action marque, OK ça fait 2-1 mais à 11 contre 11. Là, il fait une sortie kamikaze. L’an dernier, il y avait la menace Onana qui planait et après le match contre Ajaccio ça relance des ondes négatives sur l’Olympique Lyonnais, ça ne dissipe pas les doutes et les débats », fait remarquer le consultant. En attendant, Peter Bosz doit compter sur Rémy Riou, qui a joué à cette occasion son tout premier match sous le maillot de l’OL, lui qui est né à Lyon et a pris sa première licence dans ce club.

Maxence Caqueret de retour à l'entraînement collectif

L'Olympique Lyonnais faisait son retour sur la pelouse du Groupama Stadium pour l'entame de la saison 2022/2023 de Ligue 1. Au terme d'un match paradoxal, les hommes de Peter Bosz sont venus à bout d'Ajacciens trop timides (2-1) et ont parfaitement lancé leur saison. Retour sur les faits marquants de cette première rencontre de championnat.

Une première demi-heure quasi parfaite... Avant le geste inexplicable d'Anthony Lopes

Poussés par près de 55 000 spectateurs, les Gones entament le match tambour battant menés par un trio Lacazette-Tetê-Paquetà en jambes. Dès la 5ème minute, le meneur de jeu brésilien s'offre la première frappe du match, sans marquer toutefois. Puis c'est au tour de Tetê de s'illustrer et de marquer le premier but lyonnais de la saison (10') à la suite d'un magnifique mouvement collectif. Dans l'euphorie, le brésilien se montre une nouvelle fois décisif à peine dix minutes plus tard en provoquant un pénalty, transformé par Alexandre Lacazette.(21'). Tout allait bien mais comme souvent, l'OL a l'art de se saborder (un savoir-faire bien ancré depuis quelques saisons maintenant). Cette fois, c'est Anthony Lopes, irréprochable la saison dernière et prolongé cet été qui a mis son équipe en difficulté sur une sortie très dangereuse sur l'attaquant ajaccien El-Idrissy. Le portier lyonnais est logiquement expulsé et concède un pénalty, transformé par Thomas Mangani (30'). Peter Bosz est alors contraint à une réorganisation tactique et fait sortir Aouar. Les minutes qui suivent laissent place à une nervosité palpable qui verra l'ex-stéphanois Romain Hamouma prendre lui aussi la direction des vestiaires après deux cartons jeunes.

Image

Une deuxième période au bout de l'ennui

Hormis le très bel arrêt de Rémy Riou sur une frappe ajaccienne (60'), il n'y aura pas grand chose à retenir de cette seconde mi-temps, qui à coup sûr, ne restera pas dans les annales. A noter quand même la bonne entrée du jeune Bradley Barcola qui est apparu beaucoup plus mobile et disponible que son compère Karl Toko-Ekambi, même s'il reste encore perfectible. Les ajacciens semblaient bien trop timides pour mettre en danger des Lyonnais quand même assez sérieux en ce match de rentrée.

Les TOPS/FLOPS

TOPS

Mateus Tetê

Très remuant en début de match et impliqué sur les deux buts du soir, l'ailier brésilien aura affiché une belle complicité avec Lacazette et Paquetà. Ayant pu faire la préparation complète avec le groupe rhodanien cette année, il pourrait être très important cette saison.

Johann Lepenant

Le jeune milieu de terrain n'a pas eu froid aux yeux. Il aura brillé par son activité, son aisance technique lui permettant de ressortir facilement le ballon sous pression mais également sa qualité de passe. De bonne augure pour la suite.

Alexandre Lacazette

Pour son retour au Groupama Stadium, le guadeloupéen aura fait parler la foudre en inscrivant un pénalty. Impliqué dans la construction du jeu ainsi que dans le pressing à la perte de ballon, il aura su montrer la voie du succès à ses coéquipiers.

FLOPS

Anthony Lopes

Une errance, un trou d'air… Mais qu'a-t-il bien pu passer par la tête du portier lyonnais? Alors que son équipe menait tranquillement, il a failli tout gâcher à cause de son expulsion. Son jeu basé sur l'agressivité et l'explosivité lui a ce soir joué des tours… Heureusement sans conséquence sur ce match pour l'OL. Il risque en revanche de prendre au moins 3 matchs de suspension et quand on connaît la qualité de ses remplaçants, ça laisse songeur.

Karl Toko-Ekambi

Il a semblé assez peu concerné par le jeu et a fait preuve d'une certaine nonchalance qui a par moments agacé son coéquipier Nicolas Tagliafico (auteur d'une prestation solide). Surtout, l'entrée de Barcola, pleine d'envie même si pas toujours couronnée de succès tranche avec la prestation neutre du camerounais.

Une victoire et des questions

Si l'OL s'est imposé ce soir, force est de constater que beaucoup de choses restent à améliorer. On se demande si la priorité de recrutement placée dans un 6 par exemple ne devrait pas plutôt se situer dans le recrutement d'un défenseur central de métier capable d'épauler Castello Lukeba. Thiago Mendes. qui est là avant tout pour pallier aux défaillances de Jérôme Boateng, ne semble pas être en mesure de tenir ce rôle sur toute une saison mais serait certainement un très bon joueur de complément. Au milieu, il semble déjà y avoir trop de joueurs pour peu d'élus. Il faudra aussi surveiller le recrutement d'un latéral droit capable de suppléer Malo Gusto. Devant, même si beaucoup demandent le recrutement d'un ailier gauche pour concurrencer Toko-Ekambi, la confiance que lui accorde Peter Bosz semble réduire à néant ces espoirs. En résumé, il reste encore quelques ajustements à apporter à l'effectif actuel afin de réaliser une bonne saison. Savourons malgré tout cette victoire avant le match en terres morbihannaises du côté de Lorient le week-end prochain (Dimanche 14 Août, 13h)

 

 

Ligue 1 : Bosz à l'épreuve de tous les dangers avec l'OL

Lefigaro.fr

Conforté par la direction lyonnaise en dépit de résultats historiquement faibles, l'entraîneur néerlandais n'aura plus longtemps le droit à l'erreur.

Peter Bosz à Lyon, acte II. Au sortir d'un exercice domestique raté dans les grandes largeurs (8e au classement), le technicien néerlandais entame sa deuxième campagne de Ligue 1 avec l'Olympique Lyonnais. Avec une pression à l'évidence décuplée. «On a l'ambition de faire une saison spéciale», se contentait de promettre le manager de 58 ans début juillet lors de la reprise de l'OL, dont il demeure donc l'entraîneur sur la ligne de départ ce vendredi contre Ajaccio (21h), en ouverture de la saison de Ligue 1.

Un maintien presque comme un miracle pour l'ancien coach de l'Ajax et de Leverkusen, déjà particulièrement menacé à mi-chemin de la saison dernière, lorsque son équipe végétait en deuxième moitié de tableau. «Normalement, j'aurais été viré par rapport aux résultats en étant 13e dans un club qui veut jouer la Ligue des champions», convenait Bosz, à la lucidité pourtant variable au cours d'une saison où son équipe aura (trop) souvent fait les choses à l'envers.

Seulement voilà, Jean-Michel Aulas a fait preuve d'une patience presque insoupçonnée à mesure que la saison, pourtant déjà agitée en coulisses (départ de Juninho en décembre), défilait. Après lui avoir exigé un redressement en décembre («Je nous laisse les deux mois de janvier et février pour revenir dans le championnat»), le patron de l'OL a adouci sa position début mars («Il n'est pas du tout en danger, quoi qu'il arrive») avant d'envisager la suite avec l'entraîneur batave, sous réserve de l'aval des futurs investisseurs, comme il le déclarait mi-mai, une fois la saison ratée définitivement actée : «La moindre des choses sera de leur faire confirmer la tendance, qui est de définir quels sont les critères de choix de l'entraîneur des années qui viennent. (…) Je pense que ce serait une erreur de changer.» Et John Textor, nouvel actionnaire majoritaire du club, a donc acquiescé.

Début de saison déjà décisif ?

Conforté malgré le plus faible total de points de l'OL au XXIe siècle (61 pts, hors saison 2019-2020 interrompue par le Covid-19), Bosz ne peut occulter une pression supplémentaire avec l'arrivée au capital de l'ambitieux américain qui rêve de contrarier la domination du PSG. «Cela ne met pas la pression, c'est un challenge, insistait l'intéressé à la rentrée. Je ne vois que les côtés positifs, la pression est là mais elle fait du bien, pour moi, aussi aux joueurs comme aux supporters.»

Ces derniers seront à l'évidence moins dociles avec une première contre-performance au Groupama Stadium ce vendredi, sans parler d'un éventuel mois d'août raté dans la lignée du dernier exercice. Sur les réseaux sociaux, la communauté lyonnaise évoque même un sans-faute (15 pts/15) quasi obligatoire au regard des cinq premiers rendez-vous de la saison (Ajaccio, Lorient, Troyes, Reims, Auxerre). «L'entraîneur se sait sur un siège éjectable en cas de mauvais résultats en août», avance à ce sujet L'Equipe dans son édition de samedi dernier.
Qu'importe, Bosz s'avance dans cette première saison de l'OL made in America avec un sourire confiant dont il ne se départit pas. Une confiance certainement à l'origine de celle de son président (Aulas conserve ses prérogatives pour au moins trois ans), avec qui il semble partager une vraie relation humaine, et dont la patience sonne comme anachronique au regard des chaises musicales permanentes du football actuel et du standing d'un club qui ne jouera pas l'Europe pour la troisième fois seulement depuis le début des années 2000 (élimination en barrages de Ligue Europa en 2014, fin de saison liée au Covid en 2020).

Apprivoiser le «retour à l'ADN OL»

À l’évidence, le juge de paix sera la Ligue 1 pour celui qui doit en partie son maintien… à sa campagne européenne l'an dernier. Eliminé en quarts de C3 par West Ham, l'entraîneur rhodanien avait longtemps entretenu l'espoir d'un grand bonheur façonné en milieu de semaine, où l'OL souvent brillé, comme boosté par un «ADN européen». L'ADN lyonnais, c'est précisément ce qui a rythmé l'intersaison du club. Les annonces de «JMA» ont été traduites par les grands retours des enfants du club Alexandre Lacazette (Arsenal, 31 ans) et Corentin Tolisso (Bayern, 28 ans), voulus pour encadrer la nouvelle génération des Gones (Caqueret, Lukeba, Gusto, Cherki).

Bosz, qui est là depuis une année seulement, s'est mis au diapason, prenant notamment la décision de confier le brassard de capitaine à Lacazette, avec lequel des divergences tactiques ont été prêtées avant d'être démenties. L'unité comme mot d'ordre. Et ce retour en grande pompe des valeurs et de l'amour du club va lui permettre d'orchestrer une équipe non pas seulement selon un système (le plus souvent en 4-3-3) mais selon une philosophie, inculquée dès les premières années au centre de formation. «Tactiquement, on a des nouveaux joueurs mais la philosophie reste la même : gagner avec un jeu attractif», promettait-il encore il y a un mois.

Les enseignements tirés du dernier match de préparation contre l'Inter Milan (2-2) laissent imaginer que son OL est sur la bonne voie, entre volonté à la perte du ballon et utilisation rapide et bien orchestrée. Mais les vérités de juillet ne trouvent pas toujours un prolongement au mois d'août, et Bosz pourrait bien finir par l'apprendre à ses dépens. Lyon ne pourra pas prendre le risque de regarder l'Europe à la télé une deuxième année d'affilée.

Ligue 1. OL – Ajaccio : le « Général » Lacazette doit réussir son come-back

Ouestfrance.fr

Revenu sur les bords du Rhône après cinq saisons à Arsenal, Alexandre Lacazette, qui incarne le retour de « l’ADN OL », est attendu à la fois sur et en dehors du terrain. Recruté pour occuper la pointe de l’attaque lyonnaise, l’international français doit retrouver du rythme et marquer à nouveau pour reconquérir son territoire. L’ancien Gunners sait qu’il ne peut pas décevoir pour son retour à Lyon, auquel cas son image de légende en pâtira.

Le pur gone rentre à la maison pour reconquérir son territoire et faire oublier ce passage à vide lyonnais de la saison dernière. Après cinq saisons à Arsenal, Alexandre Lacazette a décidé de revenir dans son club formateur au côté de Corentin Tolisso pour insuffler le retour de « l’ADN OL » voulu par les dirigeants lyonnais.

Un bilan mitigé à Arsenal

Parti en légende et guidé par les sirènes de la Premier League qu’il rêvait de découvrir, l’international français est conscient qu’il prend des risques en revenant sur ses terres. Son retour et celui de Corentin Tolisso ont donné beaucoup d’espoirs et de promesses aux supporters lyonnais, déçus du dernier exercice de l’OL, à l’origine de la deuxième saison sans coupe d’Europe depuis 25 ans. « Je suis là pour apporter ce que j’ai appris en Angleterre. J’espère partager mon expérience au reste de l’équipe. Je ne me prends pas la tête concernant les attentes car il y aura toujours des critiques », a estimé l’ancien joueur d’Arsenal, en conférence presse d’avant-match, mardi 2 août 2022.

Il faut toutefois se rendre à l’évidence. Alexandre Lacazette revient à Lyon à l’issue d’un bilan contrasté en Angleterre. Certes, le Français s’est forgé une belle réputation outre-Manche avec 206 matches disputés dont 71 buts et 36 passes décisives. De par sa mobilité, sa combativité et sa capacité à dézoner, l’ancien Gunners a conquis les supporters d’Arsenal mais son manque de réalisme devant le but lui a souvent été reproché. Au fil des saisons, le meilleur buteur et meilleur joueur de la saison 2014-2015 de Ligue 1 s’est montré moins influent dans le jeu et a progressivement été dirigé sur le banc à Arsenal.

Son image de légende peut en pâtir

Pour preuve, son dernier exercice reste plutôt mitigé avec 36 matches disputés pour seulement 6 buts marqués et 8 passes décisives délivrées. « J’ai moins cette obsession du but, je pense que oui je suis différent d’il y a cinq ans. Arsenal c’était l’an passé, c’est fini et je ne veux pas en parler. Je suis à Lyon », disait Lacazette. Après avoir remporté trois trophées à Arsenal (la FA Cup en 2020 et le Community Shield en 2017 et 2020), le natif de Lyon rentre au bercail pour faire profiter de son expérience anglaise et ramener son club formateur sur le devant de la scène.

Le « Général » Lacazette revient donc avec moins de certitudes que lors de son passage à l’OL où il avait compilé 129 buts et 43 passes décisives entre 2010 et 2017. Nommé capitaine pour cette saison, il doit confirmer les attentes placées en lui tant sur le terrain que dans le vestiaire. « C’est beaucoup de fierté d’avoir le brassard de capitaine. C’est différent d’Arsenal car je suis un enfant du club et que je commence la saison avec le brassard. J’ai un peu ce rôle de grand frère avec les jeunes », relate Lacazette.

Le défi est risqué pour le Gone qui met en danger son histoire avec l’OL. Adulé et considéré comme une légende du club par les supporters, le joueur de 31 ans n’a pas le droit à l’erreur au risque d’abîmer cette belle image dans son club de cœur. Les supporters devraient faire preuve de clémence avec l’attaquant lyonnais qui doit retrouver du rythme et marquer à nouveau pour prendre confiance le système de jeu de Peter Bosz. Mais une chose est sûre, il revient avec la ferme intention de (re)briller dans la capitale des Gaules, à commencer par ce vendredi, pour son retour au Groupama Stadium, face à l’AC Ajaccio lors de la première journée de Ligue 1.

OL : Les plans de Bosz bouleversés par un joueur épatant

Foot01.com

Le mercato de l'OL porte pour le moment ses fruits, et aller dénicher Johann Lepenant du côté du SM Caen a littéralement bluffé Sidney Govou. Et Peter Bosz ?

L’Olympique Lyonnais a comme à son habitude décidé de frapper vite et fort dans son mercato, pour passer ensuite la seconde couche avec les ajustements après les ventes et quelques semaines de compétition. Alexandre Lacazette et Corentin Tolisso sont revenus dans leur club formateur, pour deux signatures qui ont occupé tout l’espace médiatique ces dernières semaines. Mais l’OL s’est aussi assuré la venue de Johann Lepenant en provenance du SM Caen. Un jeune milieu de terrain défensif de Ligue 2, cela faisait longtemps que Lyon ne s’était plus penché sur la post-formation. Et pour le moment, absolument personne n’a à s’en plaindre. Profitant de l’absence de Maxence Caqueret, le natif de Granville a été très sollicité pendant la préparation, avec en point d’orgue son match très solide face à l’Inter Milan le week-end dernier. Il devrait débuter la saison comm titulaire, et c’est parfaitement mérité pour Sidney Govou.

Un problème de riche au milieu ?

Dans sa chronique pour Le Progrès, l’ancien attaquant de l’OL avoue que Lepenant a marqué de gros points, et qu’il pourrait semer le doute dans l’esprit de Peter Bosz s’il continue à ce niveau. Ce même si le milieu de terrain est perçu comme un remplaçant dans le 11 type pour le moment. « Il est impressionnant. Les gens n’en parlent pas, ça m’étonne. Tant mieux pour lui, ça lui permet d’évoluer dans un microcosme. Je l’ai connu à la finale de la Gambardella, j’avais entendu beaucoup de bien de lui. Quand on regarde au milieu de terrain, c’est lui qui a le plus joué lors des amicaux. Il est très bon. C’est pile poil le joueur qu’il fallait à Lyon, la valeur sûre qui lui manquait. On ne part ni avec une star ni avec un joueur qui doit encore apprendre… C’est lui qui va débuter la saison. De là à ce qu’il chamboule la hiérarchie et devienne un titulaire indiscutable ? Quand Maxence (Caqueret) et Coco (Tolisso) vont revenir, est-ce qu’il va autant jouer, je ne sais pas, mais on risque d’être épaté par ce joueur », a livré Sidney Govou, qui sait toutefois que le temps de jeu va être limité cette saison à l’OL, faute de Coupe d’Europe.

OL: le nombre d'abonnements repart à la hausse

Leprogrès.fr

Alors que l'OL pourrait enregistrer une sacrée affluence pour un mois d'août, lors de la reprise de la L1 contre Ajaccio, la campagne d'abonnements a été fructueuse, avec un nombre d'encartés en hausse.

Il va y avoir du bruit ce vendredi à Décines pour la reprise de la Ligue 1, entre l'OL et l'AC Ajaccio : selon les dernières estimations des équipes du Groupama Stadium, entre 47 000 et 49 000 spectateurs vont converger pour cette 1re journée, ce qui pourrait permettre de se rapprocher de la 3e plus belle affluence enregistrée pour un match au mois d'août.

Le signe d'une réelle attente et d'un espoir chez les supporters, comme affirmé par Peter Bosz mercredi dans son point presse ? Le nombre d'abonnés semble le confirmer : alors que l'OL en comptait 19 200 en 2021-2022 au terme de la campagne estivale, la barre des 20 000 est proche d'être dépassée ce vendredi et le sera sans aucun doute au terme des 15 jours restants pour prendre sa carte.

Ce nombre se rapproche des niveaux enregistrés avant le covid et l'instauration des huis clos ou des jauges, même s'il est encore loin de la saison 2019-2020, celle du retour de Juninho : la barre des 23 000 avait été presque franchie.

Mercato Lyon : un troisième prétendant pour Aouar

Maxifoot.fr

Annoncé sur le départ, à un an de la fin de son contrat avec l'Olympique Lyonnais, le milieu de terrain Houssem Aouar (24 ans, 45 matchs et 8 buts toutes compétitions pour la saison 2021-2022) est ciblé depuis plusieurs semaines par le Betis. Plus récemment, Leicester est aussi entré dans la course et aimerait doubler le club espagnol. Mais, selon Foot Mercato, un troisième prétendant est désormais sur les rangs : Nottingham Forest, club promu en Premier League.

Dans ce dossier, l'OL n'est pas fermé à un départ de son joueur mais réclame entre 15 et 20 millions d'euros pour le laisser partir.

La Turquie sauve l’OL au mercato, épisode 2

Foot01.com

Après avoir recruté Léo Dubois, Galatasaray aimerait de nouveau piocher à l’OL en recrutant Tino Kadewere.

Invité à quitter l'Olympique Lyonnais lors de ce mercato estival, Tino Kadewere figure dans le groupe rhodanien pour la réception de l’AC Ajaccio ce vendredi dans le cadre de la première journée de Ligue 1. Profitant de la blessure de Moussa Dembélé, l’international zimbabwéen est même susceptible d’entrer en jeu. Cela ne change rien aux plans de l’OL durant ce mercato estival en ce qui concerne l’ex-attaquant du Havre. Et pour cause, Jean-Michel Aulas et Vincent Ponsot souhaitent toujours trouver une porte de sortie à Tino Kadewere afin de dégraisser l’effectif à la disposition de Peter Bosz. Ces dernières semaines, le nom de l’ancien Havrais a circulé à Strasbourg mais pour l’heure, le Racing n’a toujours pas vendu Ludovic Ajorque et par conséquent, n’a pas bougé pour recruter le joueur de 26 ans. C’est donc en Turquie que l’attaquant de Lyon pourrait rebondir.

Kadewere avec Dubois à Galatasaray ?

A en croire les informations relayées par le média turc Fotomac, Galatasaray est bel et bien intéressé par le profil de Tino Kadewere lors de ce mercato estival. Recruté par l’OL pour la coquette somme de 12 millions d’euros il y a deux, celui qui était meilleur buteur de Ligue 2 à l’époque ne sera pas bradé par l’Olympique Lyonnais, qui ne veut pas entendre parler d’un prêt. Reste maintenant à savoir quel prix a été fixé par Jean-Michel Aulas et par le board de l’OL pour l'attaquant, auteur d’un petit but seulement en Ligue 1 la saison dernière. Il y a quelques jours, la presse espagnole dévoilait que le Real Valladolid était également intéressé par Tino Kadewere, mais que le prix fixé par l’Olympique Lyonnais était trop onéreux pour les finances du club espagnol. Une preuve supplémentaire qu’à priori, le joueur ne partira pas pour moins de 10 millions d’euros cet été. Il s’agit maintenant de savoir si Galatasaray a cette somme en banque ou non…

«Ce Monsieur ne sait pas que le recrutement de mineurs à l'étranger est interdit» : le PSG répond sèchement au futur patron de l'OL

LeFigaro.fr

John Textor avait vertement critiqué le système d'académies du Paris Saint-Germain.

«Paris est venu en Floride avec ce programme stupide de PSG Academy, en mettant des maillots à tout le monde. Les gens du PSG sont venus et ont créé ce programme, une licence, et ils m'ont dit qu'aucun enfant ne rentrerait au PSG. Et j'ai pensé : pourquoi ? Pourquoi dire ça, venir en Floride où il y a des latinos et déclarer que pas un de ces enfants ne sera dans l'équipe ? Pourquoi êtes-vous là ? Pour vendre des maillots ?» Cette saillie signée John Textor, le futur patron américain de l'Olympique Lyonnais, dans les colonnes de L'Equipe , n'a pas du tout plu au Paris Saint-Germain.

Responsable du développement de la marque PSG à l'international, Nadia Benmokhtar a répondu à l'homme d'affaires. «Apparemment ce Monsieur ne sait pas que le recrutement de mineurs à l'étranger est interdit par les règlements internationaux FIFA. Et que promettre à des jeunes américains qui ont moins de 18 ans de les recruter à Paris serait illégal», rétorque la dirigeante dans des propos relayés par L'Equipe.

"Le nouvel investisseur devrait mieux savoir ce qui se passe au-delà de la Floride"
Nadia Benmokhtar

Et le PSG d'expliquer le but de son action à travers ses académies : «John Textor n'a pas compris l'essence même des PSG Academy. Il s'agit avant tout d'une école de football. Qui peut se targuer d'avoir 162 centres, dans 18 pays, capables d'accueillir en tout 22 500 enfants qui vivent leur passion ? Il ne s'agit pas de donner des maillots, d'avoir une licence, mais un véritable réseau de formation mondiale, reconnue comme l'une des meilleures écoles de football ! Le Paris Saint-Germain forme des éducateurs, qui à leur tour transmettent des valeurs d'excellence, de plaisir, de fair-play et permettent l'épanouissement de milliers d'enfants.»

«À moindre échelle, l'Olympique Lyonnais tente de faire quelque chose de similaire avec ses académies, note Nadia Benmokhtar. Je ne pense pas qu'il s'agisse dans ces académies lyonnaises, tout comme dans celle du PSG, de distribuer des maillots. Le nouvel investisseur devrait mieux savoir ce qui se passe au-delà de la Floride.»

OL: "Tout va bien entre le coach et moi", Lacazette dément un désaccord tactique avec Bosz

Rmcsport.bfmtv.com

Promu capitaine de l’OL par Peter Bosz, Alexandre Lacazette a démenti tout désaccord avec son entraîneur avec lequel il entretient des rapports respectueux et francs.

A deux jours de la reprise de la Ligue 1, Peter Bosz a annoncé le nom du capitaine de l’OL pour la saison. Ce sera Alexandre Lacazette, de retour au club cet été cinq ans après son départ. En cas d’absence, l’attaquant sera suppléé par Corentin Tolissso, Karl Toko-Ekambi ou Anthony Lopes, vice-capitaines. "On a eu cinq semaines de préparation pour choisir le capitaine, Alex a l’expérience, n’a pas peur de dire les choses comme il les sent, comme il les voit, a justifié l’entraîneur lyonnais, ce mercredi en conférence de presse. C’est aussi un leader naturel sans crier, ou faire des choses bizarres. C’est dans sa nature d’être un leader."

L’international français (16 sélections, 3 buts) a succédé au technicien quelques instants plus tard devant les journalistes. Il a dit sa fierté de porter le brassard dont il a aussitôt assumé les fonctions en balayant une information sur un prétendu moment de tension avec le technicien lors de la préparation. Il avait déjà démenti cet épisode sur les réseaux sociaux mais a tout de même reconnu, ce mercredi, avoir laissé parler ses émotions. En les minimisant.

"De l’émotion que j’ai peut-être évacuée d’une manière différente"

"Ce sont des échanges qu’il y a dans tous les vestiaires, dans tous les clubs, a-t-il souligné. J’étais sur le terrain, il y a de l’émotion que j’ai peut-être évacuée d’une manière différente ou que je n’aurais pas dû, je ne sais pas. Il n’y a jamais eu de problèmes de tactique entre le coach ou de désaccord. Il n’y a aucun problème. Je ne sais pas d’où est sortie cette information. Tout va bien entre le coach et moi."

L’attaquant a apporté d'autres précisions sur ses liens avec Bosz. "Avant de signer, on avait eu une conversation, on voulait du respect et de la franchise entre nous, a-t-il conclu. On apprend à se connaître aussi. On discute et on voit comment régler les problèmes. Mais on est loin d'avoir des problèmes entre nous."

OL : Aouar dit oui au Betis Séville, tout s’accélère

Foot01.com

Poussé vers la sortie par l’OL durant ce mercato estival, Houssem Aouar est une priorité du Betis Séville.

Cela fait près de trois semaines que les rumeurs s’intensifient au sujet d’une potentielle signature d’Houssem Aouar au Betis Séville lors de ce mercato estival. Après avoir recruté Nabil Fekir, lequel donne satisfaction en Andalousie, les dirigeants du Betis aimeraient répéter l’opération en faisant venir Houssem Aouar en provenance de l’Olympique Lyonnais. Difficile à convaincre au départ, le milieu offensif de l’OL a longuement conversé avec Nabil Fekir au sujet du championnat espagnol, de l’Andalousie et du Betis. Des discussions qui ont visiblement porté leurs fruits puisque selon les informations d’Estadio Deportivo, Houssem Aouar est maintenant d’accord sur le principe pour rejoindre le Betis Séville cet été. Un accord doit toutefois encore être trouvé entre toutes les parties avant de finaliser l’opération mais les choses paraissent bien avancées.

Houssem Aouar a trouvé un accord avec le Betis

Et pour cause, le média andalou croit savoir que le Betis Séville et Houssem Aouar ont trouvé un terrain d’entente financier avec un salaire pouvant augmenter grâce à de nombreux bonus (objectifs collectifs, nombre de matchs). L’enjeu des prochaines heures est maintenant que le Betis Séville trouve un accord avec l’Olympique Lyonnais, ce qui n’est pas encore le cas pour le moment. Au début des négociations, Jean-Michel Aulas a fixé le prix d’Houssem Aouar à 20 ME, un prix que le président de l’OL a accepté de descendre à 14 ME dans le cas où William Carvalho serait intégré à la transaction. Si le Betis est d’accord pour se séparer de son international portugais, celui-ci est valorisé à près de 10 ME. Il ne devrait donc pas être intégré au deal avec Houssem Aouar, à moins que Lyon ne baisse considérablement ses exigences. Les négociations vont ainsi se poursuivre dans les jours à venir entre le Betis et Lyon pour le transfert d’Aouar. L’affaire pourrait se conclure pour une somme inférieure à 15 ME, à condition que l’Olympique Lyonnais garde un pourcentage très élevé en cas de revente du joueur par le Betis.

OL : Kadewere c'est la banque de Lyon au mercato

Foot01 com

L’OL a placé plusieurs joueurs sur la liste des joueurs transférables lors de ce mercato estival. Parmi eux, Tino Kadewere, barré par la concurrence.

Auteur d’une préparation difficile avec de nombreuses critiques de la part des supporters, Tino Kadewere a de grandes chances de quitter l’Olympique Lyonnais cet été. Il faut dire que la concurrence s’annonce démentielle pour l’ancien buteur du Havre dans la capitale des Gaules avec Moussa Dembélé mais également Alexandre Lacazette à son poste d’avant-centre. Les dirigeants lyonnais espèrent une belle vente de l’international zimbawiéen, recruté pour près de 12 millions d’euros en provenance du Havre en janvier 2020. Auteur de 11 buts en Ligue 1 sous les couleurs de l’OL, Tino Kadewere a des courtisans au mercato, ce qui peut laisser espérer une belle vente selon les informations du journal AS. En Espagne, le Real Valladolid s’est positionné pour accueillir le buteur lyonnais.

Kadewere plus courtisé que prévu au mercato ?

Le média espagnol croit toutefois savoir que Tino Kadewere sera trop cher pour le club espagnol, qui négocie en parallèle la venue de Konrad de la Fuente en provenance de Marseille. AS dévoile par ailleurs que d’autres clubs sont très avancés sur le dossier de Tino Kadewere, un jeu de la concurrence qui profite à l’Olympique Lyonnais, dont le président Jean-Michel Aulas a bien l’intention de faire grimper les prix. En France, le nom de Tino Kadewere a été associé au Racing Club de Strasbourg il y a quelques semaines. En cas de départ de Ludovic Ajorque, le club alsacien a effectivement coché le nom de Tino Kadewere, dont le profil plait à l’entraîneur Julien Stéphan. Reste maintenant à voir quelle somme l’OL réclame pour le transfert de son attaquant de 26 ans, dont le contrat dans la capitale des Gaules court jusqu’en juin 2023. Par ailleurs, conscient que son temps de jeu risque d’être réduit à Lyon, qui ne dispute pas de coupe d’Europe cette saison, Tino Kadewere n’est pas fermé à l’idée de quitter l’OL durant le mois d’août.

 

PSG : Paqueta sur le départ, l’OL met les choses au point

Le10sport.fr

Durant ce dernier mois de mercato, l’avenir de Lucas Paqueta devrait faire énormément parler. Le Brésilien va-t-il rester à l’OL ? Va-t-il s’en aller ? Plusieurs gros clubs européens seraient intéressés par le milieu de terrain. En attendant, Paqueta est toujours un joueur de l’OL et ce mercredi, Peter Bosz a mis les choses au point sur la question.

Sous contrat jusqu’en 2025 avec l’OL, Lucas Paqueta pourrait toutefois ne pas aller au terme de son engagement. Un transfert pourrait être à l’ordre du jour à l’occasion de ce mercato. Les rumeurs sont déjà nombreuses. Malgré le départ de Leonardo et l’arrivée de Luis Campos, le PSG serait toujours intéressé par Paqueta, qui aurait également des prétendants en Premier League avec Arsenal, Manchester City ou encore Newcastle.

« Les joueurs sont chez moi et donnent 100% pour le club »

Le cas Lucas Paqueta est donc au coeur des rumeurs. Le numéro 10 de l’OL va-t-il s’en aller ? Présent en conférence de presse ce mercredi, Peter Bosz, entraîneur des Gones, a lâché : « Les joueurs sont chez moi et donnent 100% pour le club. Tant qu'ils sont là c'est comme ça. Mais les choses changent très vite dans le monde du foot. S'ils sont là et s'entraînent bien, ils peuvent jouer ».

« Il est chez nous et s'entraîne bien »

« Les gens parlent de Lucas Paqueta, je me comprends car il a fait une bonne partie de saison, pas toute la saison. Les gens parlent beaucoup d'un départ, surtout au début et moins maintenant mais il est chez nous et s'entraîne bien », a ajouté l’entraîneur de l’OL concernant le cas Paqueta.

Lenny Pintor, attaquant de l'OL va signer à l'AS Saint-Etienne

90min.fr

Après plus de 13 ans sans la moindre transaction, un transfert est sur le point de s'effectuer entre l'AS Saint-Etienne et l'OL. Il s'agira donc de la sixième recrue estivale des Verts.

Fraîchement descendu en Ligue 2, l'ASSE s'active lors de ce mercato estival et envisage vraisemblablement de retourner dans l'élite au plus vite. Pour l'heure, les dirigeants stéphanois ont enregistré cinq recrues durant l'été et ne comptent pas s'arrêter en si bon chemin.

En effet, selon les dernières nouvelles, les Verts sont en passe de signer un joueur du rival lyonnais. D'après les colonnes de Foot Mercato et L'Equipe, les pensionnaires de Geoffroy Guichard ont trouvé un accord avec l'OL pour le transfert du jeune Lenny Pintor.

Le joueur est libéré de son contrat

Le jeune joueur de 21 ans va donc rallier le Forez sans le moindre sous en contre-partie. Pourtant, le bail du natif de Paris s'étendait jusqu'en 2023. Mais les dirigeants rhodaniens ont opté pour libérer le joueur de sa dernière année de contrat, en gardant toutefois un pourcentage en cas de future revente. L'ancien du Stade brestois sera donc le premier joueur à passer directement d'un rival à l'autre depuis Bafetimbi Gomis en 2009, mais dans le sens inverse.

OL : Un nouvel habilleur officiel pour les 2 prochaines saisons

Sportune.fr

Un habilleur officiel pour l’OL, c’est ce qu’a signé le club des Gones avec la marque de prêt à porter Izac, qui fournira les joueurs et le staff, jusqu’en 2024. Ils porteront les produits de l’enseigne de vêtements pour hommes, en toutes occasions cérémonielles, à savoir les soirées évènementielles, les conférences de presse, les séances d’autographes, ou chaque fois qu’ils se présentent au stade, avant et après les rencontres. Izac bénéficiera également d’un dispositif de visibilité au Groupama Stadium.

Izac, habilleur officiel de l’OL pour deux saisons

« Le football touche toutes les franges de la population et nous voudrions habiller les hommes de toutes âges. C’est donc assez naturellement et avec passion que nous nous sommes tournés vers ce sport fédérateur en devenant Habilleur Officiel d’équipes de prestige. Aujourd’hui, nous sommes plus que ravis de signer ce nouveau partenariat avec le célèbre club de l’Olympique Lyonnais. Que les joueurs du club portent nos couleurs à chaque événement, est un honneur et nous en sommes très fiers », déclare par communiqué, Jean-Claude Rhoum, le président et fondateur d’Izac.

La marque déjà très présente en Ligue 1

L’Olympique Lyonnais vient étoffer le rang des clubs partenaires avec Izac. Habilleur officiel du FC Metz depuis cette année, la marque de prêt à porter masculin accompagne plusieurs clubs de l’élite comme l’OM depuis 2013, mais aussi le LOSC, l’AS Saint-Étienne et le FC Nantes. Ce nouveau partenariat avec le club de Jean-Michel Aulas vient donc renforcer la présence de la marque dans le championnat de France, pour lui offrir de la visibilité et ainsi, de la notoriété.

L'entraînement du jour

Mercato OL : une porte de sortie trouvée pour ce milieu

Score.fr

Annoncé sur le départ depuis le début du mercato estival, Houssem Aouar était jusque-là dans le flou concernant son avenir. À un mois de la fin du marché des transferts, la situation du joueur serait en passe de se décanter.

Pressenti du côté de l’OGC Nice, puis du Bétis et du FC Séville, Houssem Aouar pourrait finalement prendre la direction de l’Angleterre pour s’engager avec Leicester. D’après les dernières informations du journaliste Santi Aouna pour Foot Mercato, l’international français serait la priorité des Foxes, en cas de départ de leur milieu James Maddison. Ce dernier, qui est convoité par Newcastle pourrait très prochainement plier bagages, laissant alors la voie libre pour un transfert d’Houssem Aouar vers l'équipe de Brendan Rodgers.

Si le milieu de terrain devrait encore patienter quelque temps pour sceller ou non son avenir de l’autre côté de la Manche, il pourrait tout de même être titularisé lors de la première journée de Ligue 1, ce vendredi 5 août. Bien que le joueur de 24 ans ne fasse plus partie du projet collectif de son entraîneur Peter Bosz, il devrait tout de même être utilisé lors de la rencontre face à Ajaccio, en ouverture du championnat. Suite à la gêne ressentie par Jeff Reine-Adelaïde, Houssem Aouar pourrait alors évoluer aux côtés de Lucas Paqueta et Johann Lepenant.

Un départ bénéfique pour les deux parties !

Sous contrat jusqu'au 30 juin 2023 avec l'OL, Houssem Aouar a fait savoir à son président Jean-Michel Aulas, son envie de changer de club. La direction lyonnaise qui ne souhaite pas prendre le risque de voir son Gone quitter librement le Rhône à l’issue de la fin de la saison prochaine, est également à l’affût des offres proposées pour son joueur.

 

Tour des clubs de Ligue 1 : Lyon mise sur le mix entre expérience et jeunesse pour retrouver l'Europe

Francetvinfo.fr

Jusqu'à la reprise du championnat de Ligue 1, le week-end du 5 août, franceinfo: sport vous présente chacun des vingt clubs.
Avec le retour de deux anciens de la maison, le renfort d'un international et – pour l'instant – le maintien de son joueur star, l'Olympique Lyonnais vise ouvertement une place dans le top 3 en fin de saison. D'autant plus que les Gones vont avoir un calendrier allégé en 2022-2023, la faute à l'absence de qualification européenne. Les hommes de Peter Bosz sont engagés dans une année de transition. Reste à faire en sorte que le mix entre joueurs d'expérience et jeunes pousses du meilleur centre de formation de France soit opérationnel.

L'objectif : retrouver la Ligue des champions

À la lumière de la saison chaotique traversée l'an passé par l'OL, l'ambition de renouer avec la C1 en fin de saison peut sembler trop élevée. Sur l'ensemble de l'exercice 2021-2022 en Ligue 1, jamais le club lyonnais n'a figuré plus haut que la sixième place au classement. Les bases sont posées.

Bien entendu, plusieurs éléments peuvent l'expliquer, notamment l'arrivée d'un nouveau coach et l'accent mis sur la campagne de Ligue Europa – terminée par une humiliation à domicile en quarts de finale face à West Ham (0-3). Alors qu'est-ce qui aurait soudainement changé dans le Rhône pour espérer rejouer la reine des compétitions européennes ?

Déjà, Lyon a comme atout dans sa manche l'absence de distraction en dehors du championnat. Sans coupes d'Europe à disputer, le calendrier s'allège et cela peut permettre de viser haut sur le plan national. Ensuite, l'effectif n'a pas (encore ?) été bouleversé. Hormis le départ de Léo Dubois et les retours de prêts de Tanguy Ndombélé (Tottenham) et Emerson (Chelsea), l'OL a préservé ses acquis. Maxence Caqueret a prolongé, Lucas Paqueta est toujours là, Tetê et la pépite Castello Lukeba aussi...

Même mieux, Jean-Michel Aulas est parvenu à convaincre deux glorieux anciens, Alexandre Lacazette et Corentin Tolisso, de revenir donner un coup de main. Et plus récemment c'est l'international argentin Nicolas Tagliafico (40 sélections) qui a rejoint les rangs, tout comme le prometteur milieu de terrain Johann Lepenant,19 ans, en provenance de Caen.
L'opération "reconquête" vendue par le président rhodanien semble en marche. Avec l'appui d'un nouvel actionnaire majoritaire à ses côtés, l'Américain John Textor, l'OL a des arguments à faire valoir cette saison. Mais le directeur du recrutement Bruno Cheyrou a bien précisé, récemment, que l'équilibre de l'équipe pouvait encore être modifié avec d'autres départs en août.

Le joueur à suivre : Moussa Dembélé, profession buteur

Le capitaine de l'OL la saison dernière a vu débarquer la bouche en coeur le "général" Lacazette pour le concurrencer à la pointe de l'attaque, et cela même si le board lyonnais et Peter Bosz s'acharnent à préciser que "les deux peuvent évoluer ensemble devant". Toujours est-il que l'attaquant formé au PSG ne compte pas baisser les bras si vite. Ce serait oublier que la saison dernière, c'est lui qui a maintenu les siens à flot en Ligue 1, avec 19 réalisations au compteur.
Meilleur buteur du club, comme en 2019-2020 (16 unités) et en 2018-2019 (15 unités), Moussa Dembélé est toujours le repère, le phare qui guide dans la nuit même par avis de tempête. Sous contrat jusqu'en juin 2023, l'avant-centre de 26 ans devrait profiter de ce qui est peut-être sa dernière saison avec Lyon pour montrer que, avec ou sans le brassard, il faudra quand même compter sur lui.

La recrue : Corentin Tolisso, l'équation à plusieurs inconnues

Alors que la piste menant à son compère Lacazette se réchauffait sérieusement en début d'été, les supporters lyonnais blaguaient à demi-mots en anticipant un deuxième retour, celui de Corentin Tolisso. Quelques semaines plus tard, la farce n'en était plus une et le milieu de terrain de 27 ans paraphait un contrat de cinq ans avec son club formateur.

Bardé de trophées avec le Bayern (cinq championnats, une Ligue des champions, deux coupes d'Allemagne, une coupe du monde des clubs...), le champion du monde 2018 est à un tournant de sa carrière. Ses blessures à répétition en ont fait une opération risquée mais à moindre coût pour l'OL. Toujours est-il que si le natif de Tarare retrouve ne serait-ce qu'un peu du niveau de jeu qui lui a valu un transfert en grandes pompes chez le géant bavarois en 2017, l'entrejeu lyonnais n'en sera que meilleur.

OL : nouveau contre-temps pour la prolongation de Cherki ?

Onzemondial.com

En fin de contrat dans un an, la situation de Rayan Cherki alerte du côté de l'Olympique Lyonnais.

C'est l'un des dossiers prioritaires du mercato de l'Olympique Lyonnais ! Après avoir réalisé les jolis coups Alexandre Lacazette, Corentin Tolisso ou encore Johann Lepenant, les Gones ont assuré l'avenir du jeune Maxence Caqueret en le prolongeant, et veulent désormais faire de même avec Rayan Cherki. En effet, la pépite de 18 ans arrive à la fin de son contrat au mois de juin prochain, et la crainte de le voir partir gratuitement dans moins d'un an existe. Face à cette situation, la direction lyonnaise pousse pour le prolonger rapidement. Sans accord, les Gones se résoudraient à le vendre avant la fin du mois d'août, histoire de récupérer une indemnité de transfert.

Pas de réunion prévue

Mais hier, le journal l'Équipe annonçait une réunion ce lundi pour avancer sur la signature d'un nouveau contrat, avançant même que le dossier serait proche de la conclusion. Une information démentie par Foot Mercato, qui explique aujourd'hui qu'aucun entretien n'était au programme hier pour boucler la prolongation. Les discussions existent et sont positives, John Textor, le nouveau patron des Gones, voulant mettre en avant la jeunesse formée au club. Jean-Michel Aulas s'est lui personnellement saisi du dossier il y a plusieurs mois, reste désormais à voir si les deux parties trouvent un terrain d'entente. En cas d'échec, ce serait un nouveau coup dur pour les Gones, qui ont récemment perdu des joueurs comme Amine Gouiri ou Melvin Bard. Des issues qu'ils comptent éviter à tout prix.

OL : John Textor raconte son arrivée au pouvoir et conforte (encore) Aulas

Leprogrès fr

Dans un long entretien à L'Equipe, le futur actionnaire majoritaire de l'OL, John Textor, a précisé les contours de son arrivée au pouvoir et renouvelé sa confiance à Jean-Michel Aulas et aux équipes actuellement en place.

« Je devais sauter dessus. » Dans une longue interview accordée au quotidien L'Equipe, le futur propriétaire de l'Olympique Lyonnais, John Textor, se dévoile et qualifie ainsi l'opportunité qui s'est présentée à lui lorsqu'il a entendu parler de la vente des parts d'IDG et Pathé, alors qu'il prospectait auprès de « clubs plus petits en France », auparavant.

Dans cet entretien fleuve, où le businessman américain admet que sa fortune personnelle n'est pas de 3 milliards de dollars mais peut payer ses investissements « sans banque et sans partenaire ».

Il y présente d'ailleurs ses deux associés au sein de la holding Eagle, les hommes d'affaires Jamie Salter (patron d'une trentaine de marques dont Reebok, Sports Illustrated...) et Bill Foley (patron de la franchise de NHL de Las Vegas), respectivement comme « un ancien partenaire, une ressource incroyable » et « un investisseeur minoritaire » auprès de qui il a obtenu une ligne de crédit via son groupe Cannae Holding Company pour pouvoir présenter son plan de financement.

« Jean-Michel ne m'a pas demandé ''Dois-je vendre Paquetà ?'' »

John Textor évoque ensuite sa future prise de pouvoir, où il ne s'interdit pas de dépenser plus que prévu comme il l'a fait à Botafogo, l'un des quatre clubs dont il détient des parts avec Molenbeek (D2 belge) et Crystal Palace (Premier League anglaise), et où il espère lever d'autres sources de financement par le biais d'applications, comme expliqué à sa présentation.

Et renouvelle le message délivré à sa présentation, concernant les hommes qui font l'Olympique Lyonnais aujourd'hui : « Jean-Michel (Aulas) a un contrat et le reste du management reste en place. Il n'y a pas une seule personne que j'ai identifiée et qui pourrait venir. Pas une. (...) Historiquement, je n'aime pas diriger les entreprises, je suis comme l'oncle fou perturbateur, provocateur. J'aime penser le monde dans cinq ans. (...) J'ai des détails mais Jean-Michel ne m'a pas demandé ''Dois-je vendre Paquetà ?'' C'est un joueur important et je ne prends pas de décision. »

OL : Ce remplaçant refuse l’humiliation au mercato

Foot01 com

Malgré une concurrence peu féroce, Damien Da Silva n’entre pas dans les plans de Peter Bosz pour la saison à venir du côté de l’OL.

Très riche en attaque et au milieu de terrain, l’Olympique Lyonnais est bien moins fourni en défense centrale, le poste qui inquiète les supporters dans l’optique de la saison à venir. Et pour cause, Peter Bosz part pour le moment avec une charnière composée du très jeune Castelo Lukeba et de Thiago Mendes, qui ne joue défenseur central que depuis six mois. Sur le papier, cela peut paraître juste pour un club visant le podium de la Ligue 1 d’autant que les doublures (Boateng, Diomandé) ne semblent pas vraiment en mesure de chambouler la hiérarchie. En défense centrale, Peter Bosz dispose également de Damien Da Silva mais vraisemblablement, l’ancien défenseur de Rennes et du SM Caen n’entre pas dans les plans de l’ancien entraîneur de l’Ajax Amsterdam et du Bayer Leverkusen.

Damien Da Silva refuse de quitter l'OL pour la L2

A en croire les informations du Républicain Lorrain, le défenseur de 34 ans est dans le viseur du FC Metz, dont l’ambition est de remonter en Ligue 1 dès la saison prochaine. Une piste honnête pour Damien Da Silva, qui n’a cependant pas l’intention de jouer en Ligue 2 lors de la saison à venir. C’est ainsi que selon les informations du Progrès, les agents du joueur ont fait savoir au FC Metz que Damien Da Silva ne viendra pas lors de ce mercato estival. En effet, si l’ancien Rennais n’est pas opposé à l’idée de quitter Lyon afin de retrouver un temps de jeu plus conséquent, il souhaite impérativement rester dans l’élite. Cela tombe bien, le quotidien rhodanien croit savoir que Damien Da Silva est en discussions avec deux clubs de Ligue 1, dont les noms n'ont en revanche pas encore filtré. Il est donc clair pour le Lyonnais, cinquième dans la hiérarchie de Peter Bosz à son poste, qu’il n’évoluera pas en Ligue 2 la saison prochaine et qu'il continuera visiblement sa carrière en Ligue 1... loin de Lyon.

OL : ce promu de Serie A va passer la seconde pour recruter Cenk Özkaçar

Sport fr

L’Olympique Lyonnais envisage de sérieusement dégraisser son effectif pour la saison à venir. Les Gones devraient se séparer de leur jeune espoir turc Cenk Özkaçar qui est annoncé en Italie.

Après avoir vendu Léo Dubois au Galatasaray Istanbul il y a quelques semaines, l’OL s’apprête à dire au revoir à un nouveau membre de son effectif. De retour en Ligue 1 cette saison après un passage en prêt à Louvain dans le championnat belge Cenk Özkaçar est plus que jamais sur le départ. Selon les derniers renseignements de ‘Sky Sports Italia’‘ Bologne ainsi que l’Hellas Vérone (ancien club du coach de l’OM Igor Tudor) s’intéressent à sa situation mais c’est le promu de Cremonese qui reste en pole dans ce dossier.

OL : Peter Bosz viré fin août ? Il a droit à un mois à l'essai

Foot01.com

A une semaine de la reprise de la saison de Ligue 1, l'OL s'offre une dernière sortie de gala puisque Lyon affrontera l'Inter Milan. Pour Peter Bosz, l'heure est venue de valider ses choix.

L’OL vit un été assez spectaculaire que ce soit sportivement ou dans les coulisses. Jean-Michel Aulas a tenu ses promesses en faisant revenir, dans l’euphorie générale, Alexandre Lacazette et Corentin Tolisso, mais le président de l’Olympique Lyonnais a également validé la vente du club à John Textor, le milliardaire américain acceptant que JMA reste à son poste exécutif pendant au moins trois ans. Désormais, place au sportif, et cette fois l’OL n’a pas d’autre choix que de finir la saison à une place européenne. C’est peu dire que la huitième place de la saison passée, avec un jeu indigne d’un club comme Lyon, a choqué les tribunes du Groupama Stadium. Cependant, Peter Bosz n’a pas été sacrifié, et cela alors même que l’entraîneur néerlandais n’a pas atteint les objectifs fixés. Persuadés que Bosz était tout de même l’homme qu’il fallait, les dirigeants lyonnais l’ont donc confirmé dans ses fonctions, mais jusqu’à une certaine limite.

L'OL a un calendrier facile en août, attention danger

Car si Peter Bosz est sorti relativement indemne du fiasco 2021-2022, il a cette fois un effectif à même de permettre à l’Olympique Lyonnais d’évoluer dans les hauteurs du classement de Ligue 1, sa seule compétition cette saison avec la Coupe de France puisque l’OL ne jouera pas l’Europe. Cependant, comme l’explique Hervé Penot, le technicien néerlandais sait que si les choses commencent mal en Championnat, alors cela pourrait vite lui valoir de passer à la trappe. « Les décideurs ont redonné sa chance à Bosz, confiants dans le fait qu'il trouvera enfin la clé, un choix surprenant, mais qui se révélera peut-être comme la victoire de la patience, d'une certaine vision du foot. Mais l'entraîneur se sait sur un siège éjectable en cas de mauvais résultats en août », explique le journaliste. Durant ce premier mois de Ligue 1, l’OL affrontera Ajaccio, Lorient, Troyes et Reims, il est vrai que si face à ces équipes Lyon ne prend pas de gros points, on voit mal Jean-Michel Aulas rester les bras croisés. Au moins les choses sont claires.

OL : Tolisso au FC infirmerie, les réseaux déraillent

Foot01.com

L'OL affronte l'Inter ce samedi soir pour un match de préparation de gala. Une rencontre que ne disputera pas Corentin Tolisso...

Cet été, l'OL se montre particulièrement actif sur le marché des transferts. Les Gones ont déjà recruté quatre joueurs de grand talent : Johann Lepenant, Alexandre Lacazette, Nicolas Tagliafico et Corentin Tolisso. Le dernier cité débarque du Bayern Munich dans un état physique qui ne rassure pas forcément. Très souvent blessé ces dernières saisons, le champion du monde peine à enchaîner lors de la préparation de l'OL. Encore une fois, ce samedi soir face à l'Inter, Tolisso ne jouera pas. Une absence qui agace de plus en plus les fans de l'Olympique Lyonnais, qui craignent de ne pas pouvoir compter comme il se doit sur leur joueur cette saison.

Tolisso et l'OL, ça devient préoccupant

Sur les réseaux sociaux, dont Twitter, le forfait de Corentin Tolisso pour la rencontre face à l'Inter ne fait pas du tout rire les fans. On pouvait voir toutes sortes de commentaires, comme : « Tolisso je commence à m’inquièter mais il faut avoir confiance car il en veut. Carvalho va tout faire pour filer en Angleterre à mon avis. Caqueret depuis tout jeune c’est un 8 » ; « Même en gardant Paqueta il faudrait un 6 pour compenser les blessures à Caqueret si ça continue et que Tolisso puisse prendre un rythme » ; « Moi c'est pour Tolisso que j’ai peur, je sentais la douille arriver mais t’es obligé d’être content quand tu le vois revenir » ; « Bon, là la situation de Tolisso devient un peu préoccupante. Le fait de reprendre en douceur c'était judicieux, mais participer à AUCUN match de prépa n'indique rien de bon. Est-ce qu'on va vraiment pouvoir compter sur le garçon ? » ; ou encore : « Le vrai problème c'est que y'a pas de communication à son sujet. Le gars ça fait quand même 3 semaines qu'il est absent et ça fais plus d'une qu'il est en entraînement individuel... sans oublier qu'il a pas joué un match depuis des mois.. Le seum est présent ». Corentin Tolisso n'a pris part à aucun match de préparation de l'OL. Le club joue pour l'instant la montre à son sujet. Mais le début de saison se rapproche à grands pas. Les Gones débuteront le vendredi 5 août à domicile face à l'AC Ajaccio. On imagine mal Tolisso pouvoir tenir sa place, ce qui ne fera pas forcément les affaires de Peter Bosz.

Un mercato de feu à l’OL, Aulas met la pression

Foot01.com

Cet été, l’OL se montre ambitieux sur le marché des transferts comme l’attestent les retours au club de Corentin Tolisso et d’Alexandre Lacazette.

Après une saison très décevante, l’Olympique Lyonnais souhaite redorer son blason en 2022-2023. Les conditions seront optimales pour Peter Bosz, qui ne disputera pas de coupe d’Europe et qui pourra se concentrer pleinement sur le championnat. En Ligue 1, la pression sera totale sur l’entraîneur néerlandais, fragilisé en fin de saison dernière et qui a malgré tout été conservé à son poste par Jean-Michel Aulas. Au vu du mercato réalisé par le club rhodanien, l’ex-coach de l’Ajax Amsterdam n’aura pas d’excuses. C’est ainsi que dans les colonnes du journal L’Equipe, Jean-Michel Aulas a été très clair en faisant savoir qu’après les recrutements de Tolisso, Lacazette, Tetê ou encore Tagliafico, il n’attendait rien d’autre qu’une place sur le podium à la fin de la saison. Le staff de l’OL est prévenu…

Aulas met la pression à Bosz

« Après une saison difficile, les retours des anciens gladiateurs (Alexandre Lacazette et Corentin Tolisso) et un recrutement ambitieux (Tetê, Nicolas Tagliafico), nous ambitionnons de retrouver le podium… dès cette année » a lancé Jean-Michel Aulas, très ambitieux et dont les premières déclarations de la saison ne manqueront pas de mettre la pression sur Peter Bosz à l’Olympique Lyonnais. L’entraîneur néerlandais des Gones sera d’autant plus sous pression que selon L’Equipe, le mois d’août de l’OL pourrait être déterminant pour l’avenir de son coach. Il faut dire que lors des premières journées, Lyon affrontera Ajaccio, Lorient, Troyes, Reims ou encore l'AJ Auxerre. Peter Bosz se sait donc sur un siège éjectable en cas de mauvais résultats en série face à ses adversaires largement à la portée de l’OL sur le papier. Du côté des supporters en revanche, l’optimisme n’est pas encore de mise, notamment car plusieurs joueurs majeurs vivent une préparation tronquée, à l’instar de Corentin Tolisso et de Maxence Caqueret, qui ne joueront pas ce samedi soir face à l’Inter Milan en match amical.

Le groupe pour le dernier match amical contre l'Inter