Olympique Lyonnais - West Ham : Jusqu'à la lie ...

Olympique Lyonnais - West Ham : Jusqu'à la lie ...

Voir aussi... L'Actu du Jeudi 14 Avril// L'Actu du Mercredi 13 Avril// Olympique Lyonnais-West Ham: Big Ben sonnera-t-il la révolte lyonnaise?

"This is the end". Voilà l'air que bon nombre de supporters devait se répéter dans leur tête à la fin de cette rencontre. Et pourtant, du côté du Groupama Stadium, tout était réuni pour une soirée de feu, pour LA soirée, celle qui devait tout changer. Dès leur entrée dans l'enceinte, les joueurs de Peter Bosz sont accueillis par les encouragements de près de 50.000 supporters qui sont bien décidés à tout donner pour leur équipe. Les chants retentissent de plus belle, si bien que l'on entend à peine les 3000 anglais présents dans le parcage visiteur du Groupama. Après un magnifique show pyrotechnique et l'hymne de l'OL entonné par tout un stade, les joueurs font alors leur apparition sur la pelouse, accueillis par une nuée de drapeaux bleus, blancs et rouges. L'hymne de l'Europa League retentit, les visages sont fermés mais concentrés. Puis vient le coup d'envoi. Les supporters sont littéralement survoltés. Pourtant, c'est bel et bien West Ham qui se procure la première occasion après qu'un joueur des Hammers réussisse à faire faux bond à Malo Gusto et à se présenter devant Julian Pollersbeck. Heureusement, le Londonien est signalé hors-jeu. Le ton est donné, c'est un match de coupe d'Europe.

Une mi-temps dominée puis gâchée

Petit à petit, ce sont bel et bien les Lyonnais qui mettent la main sur la rencontre. Les Gones parviennent à se procurer quelques occasions, notamment par Romain Faivre et Karl Toko Ekambi, les deux joueurs les plus remuants offensivement parlant. Pourtant, on pourrait avoir l'impression d'assister à une copie presque parfaite du match aller. Même s'ils maîtrisent globalement la rencontre, les Lyonnais ont du mal à se procurer des occasions réellement dangereuses et tergiversent beaucoup trop dans le dernier geste, à l'image d'un Houssem Aouar encore très en difficulté. Le milieu de terrain formé à Lyon sortira d'ailleurs sous les sifflets très appuyés du Groupama Stadium en deuxième mi-temps. Et, comme au match aller, les Lyonnais vont se faire punir. Puisqu'en effet, ce sont bel et bien les Hammers, amorphes depuis le début de la rencontre, qui trouvent la faille en premier. Sur corner, c'est Craig Dawson qui reprend de la tête et trompe Julian Pollersbeck à son premier poteau. Un but largement évitable, suivi d'un deuxième seulement six minutes plus tard. Après un mauvais renvoi de la défense, Declan Rice, seul aux abords de la surface, double la mise juste avant la mi-temps. La stupéfaction est totale au Groupama Stadium et l'espoir d'une qualification pour les demi-finales commence à s'envoler.


Et la deuxième mi-temps ne donnera pas de baume au cœur aux supporters de l'OL, très loin de là. Puisque dès la 48e minute, Jarrod Bowen, laissé complètement seul, triple la mise pour West Ham. Les joueurs sont sonnés, les supporters également. Sur le terrain, la révolte de l'équipe lyonnaise se fera attendre éternellement. Les Gones tiennent la balle mais ne seront jamais en mesure d'inquiéter Alphonse Aréola. Une soirée bien triste pour tout un peuple qui s'était donné rendez-vous afin d'écrire l'histoire de son club. Une page qui se tourne ?

Tops/Flops

Les TOPS

Castello Lukeba

A 19 ans, il est certainement l'unique rayon de soleil pour les supporters de l'OL. Malgré les trois buts encaissés par son équipe, le numéro 4 s'est montré comme à son habitude, d'une sérénité implacable. Solide défensivement, il est certain que Castello Lukeba est promis à un très bel avenir dans le monde du football professionnel. Après le match, Castello Lukeba a d'ailleurs été l'un des seuls à prendre ses responsabilités en venant s'exprimer devant la presse après la déroute de ses coéquipiers. Quoi qu'il en soit, l'OL devra polir ce qui est certainement l'un de ses diamants les plus brillants. Cet été pourra donner l'occasion aux Lyonnais de trouver un réel complément à Castello Lukeba pour la saison prochaine.

L'ambiance

Avant que la soirée ne tourne au vinaigre, tout semblait destiner le Groupama Stadium a une soirée d'anthologie. Alors près de 50.000, les supporters ont donné de la voix dès 20h et leur entrée en tribune. Les chants étant entamés de plus belle lors de l'échauffement des joueurs de l'OL. Après un show pyrotechnique fabuleux et un hymne qui a certainement donné des frissons à tout un stade, les supporters étaient réellement présents et en feu. Malheureusement, le déroulement de la soirée fera que l'ambiance baissera de plusieurs crans au fur et à mesure de l'avancée de la rencontre. Le point d'orgue se situant avec les débordements post match.

Les Flops

L'OL

La rédaction de 100%OL a décidé de ne sauver personne de cette véritable débâcle de notre OL. Une attaque maladroite, un milieu qui joue en chaussons et une défense beaucoup trop naïve, les Lyonnais ne pouvaient visiblement pas faire face à une équipe du calibre de West Ham. Malgré tout, cette élimination revêt un goût d'inachevé, voire même de gâchis. Car, face à une équipe de West Ham sur un fil en première période, il y avait "cher moy" comme certains supporters le disaient il y a quelques temps de cela. Quoi qu'il en soit, les joueurs devront vite se remettre en selle, le championnat n'est pas fini.

La communication

Ce qui a passablement énervé les supporters lyonnais, en plus du résultat, c'est aussi la communication utilisée par le club. Ce vendredi encore, la conférence de presse commune entre Peter Bosz, Vincent Ponsot et Jean-Michel Aulas avait tout d'une campagne de communication. Les supporters ne se retrouvent plus dans les propos de leur direction ou de leurs joueurs. Tout le problème est là. Jean-Michel Aulas, s'il reste, aura besoin de retrouver la confiance des supporters de l'OL. Pas une mince affaire.

Des débordements inacceptables en fin de match

OL : la guerre est déclarée entre les joueurs et les supporters

Si la déception était légitime après la rencontre, les débordements constatés au Groupama Stadium sont une triste image d'une soirée qui s'est finie en eau de boudin. Certains supporters ont effet tenté de forcer les barrières de sécurité pour pénétrer sur la pelouse et certainement en découdre avec les joueurs. Sans l'intervention des forces de police et des kapos de certains groupes de supporters, l'issue aurait pu être bien pire. Même le patron Jean-Michel Aulas a failli en venir aux mains avec un supporter. Si bien évidemment, ces agissements ne sont pas excusables, ils sont le symbole d'une fracture profonde entre les supporters et la direction du club. Celle-ci s'enferme depuis plusieurs années dans le déni, refusant de reconnaître ses problèmes structurels et cherchant des boucs-émissaires à tout va. Beaucoup de supporters se saignent pour aller au stade, ont avalé beaucoup de couleuvres de la direction et arrivent légitimement à bout devant tant de mépris.

Plus qu'une saison à sauver, c'est un club dont l'âme se meurt années après années. Il est encore temps de rétablir cette relation de confiance entre le club et ses supporters, en étant tout simplement honnête et en arrêtant de promettre monts et merveilles chaque année. Les supporters ont fait preuve d'une patience assez inouïe, à la direction d'assumer et de prendre ses responsabilités pour redresser le club au plus vite, sous peine de s'exposer à des heures encore plus sombres.

Voir aussi... L'Actu du Jeudi 14 Avril// L'Actu du Mercredi 13 Avril// Olympique Lyonnais-West Ham: Big Ben sonnera-t-il la révolte lyonnaise?

 

Antoine

@Djims68 - Journaliste, passionné du football en surface mais amoureux de l'OL en profondeur.