Stade de Reims - Olympique Lyonnais : La diagonale du vide

Stade de Reims - Olympique Lyonnais : La diagonale du vide

Voir aussi... Reims-OL: L'Avant Match// Stade de Reims-OL: se relancer pour espérer// Europa League: Ce sera West Ham pour l'OL!

Que retenir de cette rencontre ? Pas grand chose si ce n'est que l'Olympique Lyonnais aura de nouveau rendu une prestation insipide cette saison. Face à une faible équipe rémoise, douzième du classement, les hommes de Peter Bosz n'auront jamais réussi à trouver la solution. Pire que cela, les Lyonnais n'auront même pas réussi à vraiment se créer des occasions. Et les seules occasions des Gones se seront de nouveau traduites par des ratés mémorables de Moussa Dembélé ou encore Houssem Aouar. Désolant pour l'OL qui, à désormais neuf journées de la fin de la saison, végète toujours dans le milieu de tableau du championnat. Avec comme éclaircie les quarts de finale de l'Europa League, l'OL peut-il encore rêver à une fin de saison plus joyeuse ? Rien n'est moins sûr.

Un match sans relief

Début de la rencontre à Auguste Delaune. Les Rémois attaquent la rencontre pied au plancher et se procurent une petite occasion d'entrée de jeu. Puis, petit à petit ce sont les Lyonnais qui vont mettre la main sur la rencontre en faisant circuler le ballon. Houssem Aouar se procure une très belle occasion dans la surface. C'est le défenseur rémois Maxime Busi qui se met sur la route du milieu lyonnais, l'empêchant d'ouvrir le score. Ensuite, ce sont les joueurs d'Oscar Garcia qui vont se procurer deux occasions par l'intermédiaire de Yunis Abdelhamid et de l'écossais Fraser Hornby. La première mi-temps se termine sur une belle période de possession du Stade de Reims. Toutefois, les deux équipes ne proposent pas grand chose et les supporters lyonnais sont très peu à être toujours réveillés après une telle prestation de l'OL.

Alors que les suiveurs lyonnais espèrent un rebond de leur équipe, celui-ci semble arriver. Dominants dans la prise de balle, les Lyonnais asphyxient leurs adversaires par un pressing haut. Après un bon centre de Tino Kadewere sur l'aile droite, Moussa Dembélé tente alors une madjer qui passe très loin du cadre. Predrag Rajkovic n'a toujours pas été mis une seule fois en danger par l'attaque lyonnaise. Pourtant, seulement deux minutes plus tard, les Gones auraient pu prendre l'avantage dans une rencontre difficile. Suite à un très bon centre de Malo Gusto, Moussa Dembélé n'a plus qu'à pousser le cuir au fond des filets. Mais le numéro 9, seul devant les cages vides, trouve le moyen de toucher le poteau. Comme l'explique Sidney Govou pendant la retransmission de la rencontre ; "C'est plus difficile de trouver le poteau que de cadrer là..." . Comme depuis plusieurs mois, ce qu'il manque aux joueurs lyonnais c'est le réalisme. Comme le prouve cette dernière action d'Houssem Aouar qui, seul face au gardien ne parvient pas à marquer à la 92e minute. Pourtant, que ces trois points auraient fait du bien

       

 

Quels fautifs ?

Pour ce match, il a semblé inutile à la rédaction de 100%OL de vous proposer ses tops/flops. En effet, dans un tel marasme collectif il aurait été difficile de trouver ne serait-ce qu'un top. Ce qui est certain, c'est que la situation est effrayante. Des joueurs à la rue physiquement, une direction aux abonnés absents et un coach sans solution. Voila ce qu'est l'OL actuellement. Parlons d'abord de Peter Bosz. Exclu en première période par Monsieur Hamel, le coach hollandais a eu du mal à cacher sa nervosité. Pire que ça, il s'est montré totalement démuni face aux médias. "Je ne peux rien changer", a-t-il notamment expliqué. Le navire de l'OL, déjà en difficulté, aura besoin d'un véritable capitaine pour éviter de couler. Peter Bosz est-il toujours apte à être ce capitaine ?

Même s'il est loin d'être le seul fautif de la situation de l'OL, le fait est que le coaching effectué par Peter Bosz soulève de plus en plus de questions. Alors qu'on lui reprochait de ne jamais faire tourner, c'était chose faite ce dimanche. Mais c'était sans doute trop tard et malvenu de la part du coach hollandais. En effet, des joueurs comme Houssem Aouar ou Henrique manquaiett clairement de rythme. A côté de ça, d'autres comme Karl Toko Ekambi ou Lucas Paqueta auraient bien mérité de se reposer un peu, d'autant plus que les deux Lyonnais rejoindront ensuite leurs sélections nationales au Cameroun et au Brésil. Bien au-delà de sa composition de départ et de son exclusion, c'est la gestion de la rencontre par Peter Bosz et ses adjoints qui a passablement énervé les supporters de l'OL. Alors que Reims avait déjà fait quatre changements, Peter Bosz attend la 75e pour faire sortir Moussa Dembélé et entrer Jeff Reine-Adelaide. Un changement qui n'apportera pas grand chose. Et, alors que tout le monde l'attendait bien plus tôt, Bradley Barcola n'aura que dix petites minutes à se mettre sous la dent. Il aurait d'ailleurs pu être décisif sur la dernière action de Houssem Aouar. 

Sur cinq possibles, et alors que son équipe semblait cramée physiquement, Peter Bosz n'aura donc effectué que deux changements. Mais alors, où est le problème ? Car, il faut bien l'avouer aussi, l'effectif de l'OL n'est aujourd'hui pas en mesure d'aider Peter Bosz. Lui qui n'aura jamais vu son numéro neuf arriver par exemple, fait avec les moyens proposés, c'est à dire pas grand chose. On peut aussi trouver une partie de l'explication à cette saison difficile dans le fait qu'il n'a pas été forcément capable de s'adapter à son effectif, de le concerner dans son entièreté pour en tirer le meilleur et que son dogmatisme en terme de philosophie de jeu s'est rapidement heurté aux particularismes tactiques et physiques de la Ligue 1.  

La direction de l'OL est également désormais visée par un début de fronde des supporters lyonnais. En première ligne, Jean-Michel Aulas et Vincent Ponsot. Concernant le Président de l'OL, lui est reproché sa communication beaucoup trop autocentrée et langue de bois. Vincent Ponsot, longtemps adulé par les supporters lyonnais comme le fameux négociateur hors pair, est désormais vu comme l'homme à abattre, celui qui a fait tomber la légende Juninho. Au delà du choix des hommes, ce qui apparaît comme le plus gênant, c'est ce décalage entre les ambitions affichées en interne et les moyens financiers et humains donnés pour les atteindre. Alors oui, ça fait 26 ans que l'OL n'a pas connu aussi mauvais classement. Mais cette saison ne doit-elle pas être également celle de la remise en question dans les sphères dirigeantes? Cette humilité réclamée depuis des années par bon nombre de supporters permettrait certainement au club de progresser, sortant de sa logique comptable contrainte par le développement d'OL Vallée, l'épidémie de Covid mais aussi les erreurs de stratégie sportive. De plus, une remise en question ne ferait pas forcément de mal pour replacer le sportif au coeur du projet, avec des personnes compétentes pour accompagner cette démarche.  A l'heure actuelle, de plus en plus de suiveurs assidus de l'OL penchent pour une reprise du club ou un nouvel investisseur majoritaire. Assisterait-on à la fin d'une ère ? Seul l'avenir nous le dira. 

 

L'Europa League comme dernier espoir de sauver la saison?

Même si la qualification européenne paraît difficilement atteignable via le championnat, il reste potentiellement 5 matchs aux Lyonnais en Europe pour sauver leur saison.

Cette mission, périlleuse, commencera dès les 7 et 14 avril et la double confrontation face aux anglais de West Ham en 1/4 de finale de l'Europa League. Si les Lyonnais parviennent à rester sur leurs standards européens cette saison, on peut légitimement espérer a minima une qualification en demi-finale où il faudra affronter l'Eintracht Francfort ou le FC Barcelone, véritable épouvantail de la compétition. On sait les Lyonnais capables de hausser sensiblement leur niveau de jeu lors des échéances européennes mais il faudra au vu de la profondeur d'effectif et de la fraîcheur physique des joueurs, créer de véritables exploits pour espérer soulever la Coupe d'Europe tant désirée par le président Jean-Michel Aulas. Avant un départ de celui-ci? 

Voir aussi... Reims-OL: L'Avant Match// Stade de Reims-OL: se relancer pour espérer// Europa League: Ce sera West Ham pour l'OL!

Antoine

@Djims68 - Journaliste, passionné du football en surface mais amoureux de l'OL en profondeur.