Brèves de Gones du 28 Décembre

Brèves de Gones du 28 Décembre

La compo probable pour Brest !

Lequipe.fr






L’OL veut rattraper le temps perdu

Sofoot.com


Renforcé par l’arrivée d’un nouveau coach – Laurent Blanc – et d’un nouveau propriétaire – John Textor – ces dernières semaines, l'Olympique lyonnais a bien l'intention de rattraper le temps perdu et de revenir dans la course à l'Europe après une première partie de saison franchement médiocre. Un objectif particulièrement ambitieux. Trop, peut-être ?

Une huitième place après quinze journées, sept longueurs de retard sur Lorient - cinquième et potentiellement qualifié pour la Ligue Europa Conférence - et dix sur le Stade rennais, troisième de Ligue 1 : voilà ce à quoi les supporters lyonnais ont dû s'habituer. Fini les joutes européennes chaque saison, la régularité en championnat et les frissons au Groupama Stadium, l'OL peine aujourd'hui à enchaîner les bons résultats. Mais plutôt que de se morfondre, le club rhodanien a décidé de prendre le taureau par les cornes : Peter Bosz a cédé sa place à Laurent Blanc au début de l'automne, et John Textor a enfin pris le pouvoir à la tête du club, près de six mois après sa présentation en grande pompe. L'ambition ? À court terme, déjà, retrouver des hauteurs dignes de l'un des trois plus gros budgets de Ligue 1. Mais l’équation n’est pas aussi simple.

L'OL chauffé à Blanc

Intronisé le 9 octobre dernier, le « Président » a dirigé cinq matchs de championnat qui lui ont permis de prendre quelques points (sept sur quinze, avec deux défaites contre Rennes et l'Olympique de Marseille) et surtout d'identifier les principales lacunes de son équipe : le retard sur le plan physique et le manque d'agressivité. « On a corrigé des choses (pendant la trêve, NDLR), on est mieux dans nos têtes, c’était compliqué avant la trêve, analysait Blanc en conférence de presse ce lundi. On se trouve mieux. On a plus de communication, un autre point qui était défaillant. On sent le changement et la motivation de tout l’effectif. Hormis le plan physique, c’est une question d’envie et d’agressivité. Si on arrive à transmettre ça sur chaque ballon de l’entraînement au match, ça va déclencher une âme dans l’équipe et on sera mieux. On voit les progrès dans l’attitude, à l’entraînement. »

L’OL n’a donc pas chômé pendant le Mondial en remettant ses joueurs à niveau, même si les résultats ne donnent pas encore raison au staff des Gones avec deux défaites en trois matchs : une gifle contre Arsenal et un tête-à-queue face à Monza. Seule la victoire contre Liverpool peut donner quelques éléments de satisfaction aux Lyonnais, mais le chemin est encore long, et l’effectif court.

Pas (encore) un effectif de standing européen

Malgré le retour du prolifique Alexandre Lacazette (neuf buts et trois passes décisives en quinze matchs) et de Corentin Tolisso, l’OL, qui bénéficie d’un calendrier allégé de rencontres européennes, n’arrive pas à trouver un rythme de croisière satisfaisant, la faute aussi à un effectif trop léger pour jouer des coudes en haut de tableau et des individualités aux performances irrégulières (Tetê, Rayan Cherki, Maxence Caqueret ou encore Houssem Aouar, pour ne citer qu’eux).

« Je dis à mon président, à mon directeur sportif, que si on veut remplir nos objectifs, il faut améliorer le groupe, poursuivait Blanc ce lundi. On discute et apparemment ils sont très réceptifs parce qu’ils sont d’accord avec moi. Je pense qu’il faut améliorer l’équipe et le groupe. Il faut faire en sorte de mettre sa patte sur ce groupe, mais aussi prendre des joueurs qui ont la mentalité de jouer au football qui peut vous faire gagner du terrain et vous faire gagner du temps. Quel poste ? Ça dépend de la qualité. La qualité technique, l’expérience. Quand on dit que derrière on manque d’expérience, c’est la vérité. Ce n’est pas une méchanceté pour mon groupe, c’est un fait. J’ai mon arrière droit qui a 19 ans (Malo Gusto, NDLR) et mes deux stoppeurs qui ont 20 et 21 ans (Castello Lukeba et Sinally Diomandé, NDLR). Ce n’est pas se chercher des excuses, c’est une réalité. » Pas question, donc, pour le champion du monde 1998 de mettre la pression sur ses nouveaux dirigeants, mais un message limpide est glissé devant les micros. Et pour espérer une seconde partie de saison rayonnante dans la ville des Lumières, il faudra impérativement passer à la caisse dès janvier et ne pas lorgner que les soldes.



"Je vouvoyais les plus vieux", les débuts gênés de Lukeba avec ses coéquipiers plus âgés

Rmcsport.bfmtv.com


Lancé avec les pros en 2021, Castello Lukeba (20 ans) s’est imposé comme titulaire indiscutable à Lyon, son club formateur. Dans une interview à L’Equipe, il raconte ses débuts timides auprès des cadres du vestiaire.

A 20 ans, Castello Lukeba est le seul titulaire indiscutable en charnière centrale de l’OL. Promu en équipe première par Peter Bosz la saison dernière, le natif de Lyon s’est imposé dans le onze de départ cette année (14 matchs, 1 but) après un premier exercice déjà très consistant (30 matchs, 2 buts). Le joueur formé à Lyon avait pourtant intégré l’équipe première sur la pointe des pieds, comme il le confie dans une interview à L’Equipe.

"Je vouvoyais les plus vieux"

"Avant le premier match de Championnat, on m'a dit: ‘Tu fais partie du groupe pro’, se remémore-t-il. Ça fait quelque chose. J'étais assis à côté du capitaine Léo Dubois et d'Henrique. Déjà quand je suis monté avec les pros, je ne savais pas si je devais les appeler par leur nom ou leur prénom. Je partais de "Dubois", "Lacazette" et d'un coup, ça devient "Alex" ou "Léo" mais franchement, ce n'est pas simple au début. Je vouvoyais les plus vieux. Ils me disaient: ‘Mais on travaille ensemble!’"

"Et honnêtement, on a peur de faire mal à un coéquipier sur un tampon, on ne sait pas comment les autres vont réagir mais c'est un métier, être défenseur, poursuit-il. J'étais un peu dans mes petits souliers, tu ne veux pas répondre tout de suite si on te fait quelque chose, ça peut être vu comme le mec qui ne respecte pas les anciens. Tu dois prendre sur toi et discuter avec la personne après l'entraînement."

"J'ai même tenu la main de Lacazette en entrant sur la pelouse"

Malgré une saison pleine au compteur, il reconnaît avoir été un peu impressionné par Alexandre Lacazette et Corentin Tolisso de retour au club l’été dernier. "Je suis arrivé à l'OL à 8 ou 9 ans, rappelle-t-il. Petit, on veut faire comme eux. Ils restent des modèles mais je ne peux pas leur dire, ce sont mes coéquipiers (sourire). Jeune, je leur ai fait signer des ballons et des autographes. J'ai même tenu la main de Lacazette en entrant sur la pelouse. Il a rigolé de l'anecdote. Mais ça fait bizarre pour eux aussi, je lui donnais la main et maintenant des ordres, c'est quelque chose (sourire). Ce n'est donc pas le moment de lâcher, il y a tant de choses à aller chercher."

Ses performances solides et son statut plus affirmé lui offrent plus de "poids" dans l’équipe où Laurent Blanc lui distille de précieux conseils après ceux de Peter Bosz, démis de ses fonctions en octobre dernier, qui le comparait à Mathis De Ligt. Il confie manquer encore de "vice" mais se sent de plus en plus à l’aise à diriger sa défense. Mais aussi auprès de ses coéquipiers expérimentés.



À Botafogo, John Textor a de nouveaux retards de paiement

Butfootballclub.com


C'est officiel depuis quelques jours seulement, après plusieurs longues semaines de discussions : John Textor est le nouvel actionnaire majoritaire de l'OL Groupe. L'homme d'affaires américain est également le propriétaire à 90% d'un autre club, celui de Botafogo au Brésil. Une institution contrainte à de sérieux soucis financiers. 

De nouveaux retards de salaires à Botafogo

Mais selon A Bola et Goal, des nouveaux retards de paiement ont été remarqués au sein du club brésilien, notamment pour des salaires et pour des primes de Noël pour certains joueurs et membres du staff. Les même médias ajoutent également que John Textor n'a pas tenu ses engagements au sujet des investissements promis pour le mercato et les infrastructures à Botafogo. À voir donc si des problèmes similaires auront lieu à l'OL dans les mois à venir.

Le Stagiaire

@JeanLeStagiaire

De Gerland jusqu’à Fourvière brillera la ville des lumières.
Merci maman de m’avoir fait lyonnais.