Brèves de Gones du 12 Novembre

Brèves de Gones du 12 Novembre

OL-OGC Nice : A part le foot, c’était finalement une soirée de rêve pour les supporteurs lyonnais, non ?

20minutes fr

Ligue 1 La fête qui a accompagné le 35e anniversaire des Bad Gones et l’hommage au Ballon d'or de Karim Benzema éclipserait presque une impasse sportive de plus en plus critique pour un Olympique Lyonnais huitième du championnat

Ce 11 novembre 2022 sera gravé dans l’Histoire de l’Olympique Lyonnais pour deux raisons. Pendant une grosse demi-heure, les Bad Gones ont fêté leur 35e anniversaire au Parc OL avec un concept inédit : quatre tifos préparés derrière un immense rideau rouge de théâtre et dévoilés chacun leur tour devant 57.688 spectateurs ébahis. Puis Karim Benzema, le premier Ballon d'or jamais formé au club, a fait son apparition sur la pelouse pour présenter son précieux dans une ambiance démente. Quel dommage qu’entre ces deux séquences intenses, un intrus ait gâché la fête : le football.

Talon d’Achille d’OL Groupe depuis le dernier titre obtenu il y a plus de dix ans (hors section féminine évidemment), en marge des multiples réussites d’OL Vallée, de sa plus grande vague de surf indoor d’Europe, des trois concerts d’Ed Sheeran enchaînés devant 163.706 fans, en attendant l’inauguration pour fin 2023 de l’Arena chère à l’Asvel et à Tony Parker, celui-ci s’est à nouveau montré impitoyable vendredi.

Vivement le Mondial au Qatar ?

Face à une apathie générale du 11 lyonnais comparable à la défaite à Marseille (1-0) cinq jours plus tôt, il a fallu se pincer pour constater qu’un tir cadré venait enfin d’avoir lieu à la 78e minute de jeu. L’OL s’en est finalement remis à un coup de sifflet pour le moins généreux d’Eric Wattellier, dans les derniers instants du match, pour éviter une sixième défaite en quinze journées, grâce à un penalty d’Alexandre Lacazette (1-1, 8e). Les joueurs de Laurent Blanc seront peut-être dimanche soir à 9 points d’une hypothétique place qualificative pour la Ligue Europa Conférence. De quoi finalement donner envie aux supporteurs lyonnais de basculer sur la Coupe du monde au Qatar ?

L’effet Blanc espéré à Lyon après les succès in extremis à Montpellier (1-2) et contre le Losc (1-0) n'est en tout cas déjà plus d’actualité, avec un bilan de 7 points sur 15 très « boszien » et aucune preuve tangible de progression dans le jeu depuis un mois. « Le bilan n’est pas extraordinaire, loin de là, concède l’ancien coach du PSG. Mais si on prend les cinq matchs précédents de l’OL [avec Peter Bosz], on peut dire qu’on est en progrès. Il n’y a pas une bonne animation offensive. Il y a tellement de nervosité dans nos transmissions offensives que la passe n’arrive pas au bon moment, au bon endroit. »

Vers « une identité de jeu propre » ?

Amis lyonnais, ne comptez pas sur Lolo White pour vous redonner espoir via le prochain mercato hivernal : « Je pense qu’il faut renforcer ce groupe avec un peu d’expérience, mais je suis quasiment certain qu’on fera toute la saison avec 90 % de l’effectif actuel ». Même la perspective plus proche que jamais (en principe) de voir John Textor officiellement aux commandes du club à partir de jeudi ne devrait pas avoir d’influence rapide sur les perspectives sportives du septuple champion de France. Seul joueur lyonnais à s’exprimer devant la presse vendredi soir, Anthony Lopes évoque avec clairvoyance cette énième zone de turbulences depuis dix ans, alors que s’ouvre un mois sans Ligue 1 pour l’OL.

"Ce n’est pas d’un coup de baguette magique qu’on va ressortir la tête de l’eau. On sait où on pêche, puisque physiquement, on n’est pas au top. Il faut se ressourcer puis revenir avec énormément d’ambition. On aura le temps de bien travailler, d’avoir une identité de jeu qui doit être propre à l’Olympique Lyonnais, de faire du jeu. Le coach a plein d’idées, mais dans ce laps de temps, c’était trop court pour lui."

On veut bien le croire, tant les maux sont profonds depuis longtemps dans cet effectif et dans l’organigramme du club, comme l’a pointé Juninho mardi sur RMC Sport. Ce n’est pas un hasard si les partenaires d’Alexandre Lacazette ont systématiquement perdu contre les six premières équipes de Ligue 1 depuis le début de la saison.

« Eux, ils ont vraiment été à la hauteur »

Comme Karim Benzema a rappelé pour la 37e fois que son retour en tant que joueur dans son club formateur était inenvisageable, le seul évènement porteur d’espoir à moyen terme côté OL reste cette passion des virages, et même une affluence en spectaculaire hausse, avec plus de 55.000 spectateurs contre le Losc et Nice. « Les supporteurs ont été très bons ce soir, acquiesce Laurent Blanc. Eux, ils ont fait un sacré match de la première à la dernière minute. Il faut être à l’image de nos supporteurs. »

Un constat qu’appuie encore davantage Anthony Lopes, le plus ultra des joueurs lyonnais. « Eux, ils ont vraiment été à la hauteur, glisse-t-il ainsi. Ce voile rouge digne d’un théâtre pour les 35 ans des Bad Gones, c’était exceptionnel. Quand ce stade est en fusion, il est magnifique. » Ne pas partir dès la fin du véritable spectacle de la soirée, à savoir le tour d’honneur de KB9, était en soi une performance au vu de l’indigente première période d’OL-OGC Nice.

OL : Blanc demande des recrues

Topmercato.com

Après le nul entre l'OL et Nice (1-1) ce vendredi soir, en ouverture de la dernière journée de Ligue 1 avant la trêve internationale pour la Coupe du monde 2022, Laurent Blanc a retiré du positif de cette rencontre.

Selon le coach de l'OL, les deux équipes ont eu leurs mi-temps respectives : “C'est un résultat nul mérité. Je ne suis peut-être pas objectif. Mais au vu de la seconde période que nous avons produite, c'est mérité. Même si nous avons été pris en défaut en contre parfois, nous avons acculé l'adversaire, nous avons été meilleurs en seconde période. Nous avons eu quelques occasions, un penalty. Chacun a eu sa période même si nous avons été très moyens avant la mi-temps. Nice en a profité pour obtenir un penalty. Il n'y a pas eu une bonne animation offensive et c'est pour cela que le premier tir cadré intervient à la 77e minute. Il y a un manque de sérénité qui fait que la passe n'arrive pas au bon moment. Mais l'équipe n'a rien lâché pour aller chercher l'égalisation.”

Laurent Blanc a même évoqué le mercato d'hiver : “Je pense qu'il faut renforcer le groupe mais on fera la saison avec 90 % de cet effectif, c'est la réalité. Il faudrait amener un peu d'expérience. Nous avons joué cinq matchs avec moi, dont trois à l'extérieur. Nous avons pris sept points. Ce n'est pas extraordinaire. Mais nous progressons.”

L'OL, qui devrait s'activer sur le mercato en janvier 2023, est actuellement 8e de L1.

OL : les grosses ambitions de Blanc avec Cherki !

Onzemondial.fr

Auteur d'une entrée en jeu intéressante hier soir contre l'OGC Nice, Rayan Cherki a reçu un message fort de la part de Laurent Blanc.

Hier soir, l'OL a limité la casse à domicile en arrachant le point du match nul en fin de match contre Nice grâce à un pénalty d'Alexandre Lacazette. Un tir au but qui a été rendu possible par Rayan Cherki, à l'origine de l'action qui a amené l'arbitre à siffler tandis qu'il a été récompensé de son entrée en jeu intéressante.

Blanc veut pousser Cherki plus loin !

Interrogé au sujet de son jeune attaquant, Laurent Blanc n'a pas manqué de le pousser à viser encore plus haut en conférence de presse :

"Il a été bon. Il a eu des problèmes personnels, j'ai parlé avec lui et il m'a certifié qu'on pouvait compter sur lui. Je suis content, c'est un garçon pétri de qualités mais qui ne fait pas toujours les efforts au bon moment et au bon endroit. Dieu sait qu'il faut se prendre la tête avec lui. Ce n'est pas un problème. Je me prendrai la tête avec lui sans problème, c'est un joueur de talent. Il a fait une belle entrée aujourd'hui."

OL : Anthony Lopes enrage et veut faire changer le règlement

Butfootballclub fr

Estimant les règles des penaltys inéquitables et trop portées en faveur des attaquants, Anthony Lopes (OL) aimerait que le board de la FIFA se penche sur la question.

S'il était parvenu à repousser le penalty de Nicolas Pépé lors d'OL – OGC Nice (1-1), Anthony Lopes a été contraint de se présenter à nouveau face au buteur du Gym pour avoir décollé les pieds de la ligne avant que l'attaquant ne touche le ballon.

Pour le portier de l'OL, qui s'est exprimé sur Prime Vidéo et en zone mixte après le match, c'est une petite injustice d'avoir vu ce penalty être retiré : « Cette règle me perturbe énormément. Déjà qu'on a un pourcentage très faible sur les penaltys, on nous pénalise encore plus à ce niveau-là. Ça me fait chier, vraiment... Pardon d'être grossier mais cette règle n'est pas adaptée pour nous. On nous enlève un petit dixième... Les attaquants peuvent faire ce qu'ils veulent : s'arrêter, faire des feintes. J'espère que dans l'avenir, on va réfléchir à tout ça ».

S'il était interdit pour un tireur de marquer une pause dans sa course d'élan jusqu'à présent, la FIFA a fait évoluer les règles sur ce plan pour favoriser le tireur. En revanche, l'instance ne fait aucun cadeau aux gardiens qui, eux, n'ont pas le droit de prendre ne serait-ce qu'une impulsion pour réduire la distance de tir.

Jérémy

Jérémy - @Breizhgone56

Occupé à plein temps par l'OL, bien que ce soit pas toujours un cadeau, il s'en contente.