Brèves de Gones du 5 Novembre

Brèves de Gones du 5 Novembre

Lyon : Gonalons partage l'avis de Blanc

Maxifoot.fr

Ancien capitaine de l’Olympique Lyonnais, Maxime Gonalons (33 ans, 8 matchs et 1 but en L1 cette saison) continue bien évidemment de suivre son club formateur. Et depuis quelques mois, le milieu de Clermont sent les Gones en difficulté sur le plan physique.

"Si j'étais capitaine de l’OL, je dirais qu'on n'en fait pas assez, qu'on n'est pas à notre place et qu'on doit faire plus, a confié le Clermontois sur RTL. Moi ce que j'ai notamment vu l'année dernière et un peu au début de la saison, c'est que j'ai l'impression qu'ils sont à la rue physiquement. Quand vous n'êtes bas bien physiquement à ce niveau-là, ce n'est pas possible."
Gonalons partage l’avis du nouveau coach Laurent Blanc, impatient de remettre son équipe à niveau dans ce domaine.


OM-OL: Laurent Blanc, "l'électrochoc" qui remet Lyon sur les rails

Rmcsport.bfmtv.com

Avec deux victoires consécutives, l'OL version Laurent Blanc retrouve des couleurs avant son déplacement à Marseille, ce dimanche (20h45). Si beaucoup reste encore à faire pour espérer atteindre les objectifs fixés, le nouveau coach lyonnais (se) plaît entre Rhône et Saône.

Le poing serré, le sourire bien accroché. Au coup de sifflet final, dimanche dernier, Laurent Blanc savoure sa première au Groupama Stadium. Une première victorieuse devant 55.780 spectateurs. Pour la première fois depuis près de deux mois, l'OL gagne enfin devant son public. Trois points acquis au forceps face à une séduisante équipe du LOSC (1-0). Comme huit jours plus tôt, avec le but rageur d'Alexandre Lacazette à Montpellier (1-2).

"On aurait joué Lille il y a deux semaines, on n’aurait pas gagné ce match", confie alors l'ancien coach de Bordeaux et du PSG. "Peut-être, oui", concède quelques jours plus tard Houssem Aouar. Au placard, ou presque depuis le début de saison (30 minutes jouées début août sous Peter Bosz), le milieu de terrain de 24 ans est l'un des grands gagnants de ce changement sur le banc lyonnais.

"C'est un coach qui aime énormément le jeu, il est très clair dans ce qu'il veut, c'est-à-dire beaucoup de mouvement. C'est quelqu'un de très exigeant aussi, détaille celui qui vient d'enchaîner trois titularisations en trois matchs. Il amène aussi beaucoup de confiance, de par son discours, sa prestance avec tout ce qu'il a fait dans le foot".

"On sent qu'il y a une âme qui est revenue"

Un constat partagé du côté des supporters. "Son arrivée a été un déclic pour certains. Même si physiquement l'équipe pèche un peu, on sent qu'il y a une âme qui est revenue, assure Thierry Boirivent, vice-président des Rouge&Bleu. L'électrochoc est là. Ce n'est pas que Peter Bosz ne savait pas faire, c'est qu'on était à un point de non-retour. Laurent Blanc est arrivé avec ses principes, il en a parlé avec les joueurs et leur a redonné le goût de la victoire".

Une méthode qui infuse à tous les niveaux. Au club, l'ambiance est décrite comme plus sereine, plus apaisée. Les résultats aident forcément. Mais la personnalité de Laurent Blanc n'y est pas étrangère. Un caractère plus ouvert que son prédécesseur, assure-t-on en interne. "Apparemment, c'était l'homme de la situation. J'espère que ça va se confirmer dans les semaines à venir, et jusqu'à la fin de saison, pour qu'on arrive à grappiller jusqu'au top 5, voire un peu plus, ajoute Thierry Boirivent. Mais il ne faut pas crier victoire trop vite", tempère-t-il.

D'abord, parce que l'urgence comptable reste d'actualité malgré les six points pris en deux sorties. Ensuite, parce que les carences de l'OL, physiques comme tactiques, ne sont pas réglées. Ce sera d'ailleurs tout le travail de Laurent Blanc pendant la trêve internationale. Et le principal intéressé, auteur d'un coup tactique aussi indispensable que déterminant à la mi-temps face à Lille, assume de "parer au plus pressé". "J'attends avec impatience la deuxième partie de championnat pour travailler une manière de jouer qui nous sera peut-être plus favorable et qui nous ressemblera, dit-il. Pour l'instant, on essaie de prendre des points, c'est le plus important".

Déjà, "il y a du mieux", assure-t-il. "Du mieux dans la communication, le discours, les échanges. Je sens qu'il y a des gens qui ont envie de prendre part à ce début d'histoire. Pour qu'il y ait une histoire, il faut des joueurs, un entraîneur, un staff. Et pour que ça marche bien, il faut des résultats". Quoi de mieux, alors, que la ferveur du Vélodrome pour souder un groupe à l'état d'esprit retrouvé ?

OM - OL : Di Meco craint le pire pour Marseille et identifie le danger côté lyonnais

Butfootballclub.com

L'ancien joueur de l'OM aujourd'hui consultant sur RMC, Eric Di Meco, s'inquiète pour le club marseillais avant la réception de l'OL, dimanche (20h45) au stade Vélodrome.

Après sa défaite contre Tottenham, son élimination en poules de la Ligue des Champions et sa série de quatre matchs sans la moindre victoire en Ligue 1, l'OM se prépare à la réception de l'OL, dimanche soir (20h45), en clôture de la 14e journée. Alors que Lyon arrive en étant sur une bonne dynamique, l'ancien marseillais Eric Di Meco, s'inquiète pour Marseille.

« L'OL est une équipe qui a repris confiance »

« Sur ses trois premiers matchs, Laurent Blanc a relancé des joueurs qui étaient importants sous Bruno Genesio, comme Houssem Aouar. Et surtout il y a un dispositif qui met en avant le taulier qui est Alexandre Lacazette, qui revient avec son passé d'ancien grand joueur de l'OL, ancien international, et donc le projet est tourne autour de lui », analyse le consultant sur les antennes de RMC.

« Depuis que Laurent Blanc est arrivé, Alexandre Lacazette met des buts, il est décisif. C'est pour ça que je suis inquiet pour l'OM pour le match de dimanche soir. Car l'OL est une équipe qui a repris confiance. Lyon, ce n'est pas le bon moment pour jouer contre cette équipe ».

L'entraînement du jour

Jérémy

Jérémy - @Breizhgone56

Occupé à plein temps par l'OL, bien que ce soit pas toujours un cadeau, il s'en contente.