Brèves de Gones du 1 Novembre

Brèves de Gones du 1 Novembre

Après les Bad Gones, Lyon 1950 renonce à l'Olympico face à l'OM !

Butfootballclub.fr


Dans un communiqué, le groupe ultras Lyon 1950 a expliqué pourquoi il n'organiserait pas de déplacement au Vélodrome dimanche pour OM - OL.

Si, pour la première fois depuis longtemps, le choc entre l'OM et l'OL dimanche prochain (20h45) au Vélodrome pourra se tenir avec un petit parcage lyonnais (200), cela devrait se faire sans les deux principaux groupes de supporters rhodaniens.

En effet, après les Bad Gones qui ont annoncé la tenue d'un événement particulier à Gerland pour fêter leurs 35 ans le soir du match, c'est au tour des Lyon 1950 d'annoncer leur forfait pour protester contre les conditions d'accueil en Cité phocéenne.

« Limitation à 200 ridicules places uniquement en bus quand d'autres ont pu s'y rendre à 1.500 (Lens par exemple) ou 3.000 (coupe d'Europe) par tous type de moyens de transports. Pour rappel, la capacité d'accueil du parcage est de 3700 places (...) RDV escorte à16h00 pour une arrivée au stade près de 4h avant le coup d'envoi afin d'éviter les rassemblements de supporters marseillais que les autorités ne semblent pas en mesure de gérer (Ndlr : Le coup d’envoi est prévu à 20h45). Nous prenons note de la démarche qui va dans le bon sens mais ne pouvons cautionner les contraintes qui seront imposées à ceux qui voudraient accompagner l'OL. Aussi, nous avons décidé de ne pas organiser de déplacement dimanche prochain », expliquent les pensionnaires du Virage Sud du Groupama Stadium.



L'OL gagne, le reste, il s'en fiche

Foot01.com


L'Olympique Lyonnais enchaine enfin les victoires, et le mérite en revient à Laurent Blanc aux yeux de Sidney Govou. Même si le jeu n'est pas - encore - au rendez-vous, la légende de l'OL s'en fiche.

Connu pour son goût pour le jeu léché et la priorité donnée à la possession du ballon, Laurent Blanc est en pleine période d’adaptation. Pour celui qui a coupé plus de six ans avec le football français, le retour est pour le moment réussi avec deux victoires et une défaite au sein de l’Olympique Lyonnais. Pour cela, il a du mettre de l’eau dans son vin. Le changement de tactique à la pause contre Lille a été salvateur, et a permis à l’OL de s’imposer 1-0 dans un match où les Dogues peuvent avoir de gros regrets. Néanmoins, vue la situation à la fin de l’ère Peter Bosz, les trois points sont pris sans pinailler du côté rhodanien. Ils font oublier pas mal de problèmes et si certains observateurs restent sceptiques sur le jeu pratiqué, ce n’est pas le cas de Sidney Govou. Pour l’ancien joueur de l’OL, la priorité allait aux victoires et il sera bien temps de parler du jeu quand Laurent Blanc aura pris ses marques. Notamment à la reprise après la Coupe du monde.

Seule la victoire est belle pour Govou

Pour le moment, c’est l’aspect moral qui rassure et convainc même l’ancien ailier des années 2000, comme il le confie dans les colonnes du Progrès. « Je suis un partisan de la gagne et seule la victoire est belle. Le club est dans une situation compliquée et il n’y a rien de mieux que gagner pour penser à autre chose. Lyon c’est Lyon. Et Lyon doit gagner, peu importe comment. L’OL doit gagner des matches sans être beau et il faut accepter cette réalité. C’est le genre de match qu’il aurait perdu il y a deux semaines. Là tu le gagnes sans la manière. Il faut espérer qu’elle sera au rendez-vous après la Coupe du monde. J’ai l’impression qu’ils sont en train de franchir une étape. L’équipe n’a pas eu beaucoup d‘occasions, a été mise en danger, mais il y a un truc qui change tout, c’est cette envie. Cela se voit dans le regard des joueurs, dans les courses, la gestuelle des uns et des autres. Je ne suis pas fan quand un joueur lève les bras au ciel, mais cela démontre cette envie de gagner. Les joueurs n’ont plus l’air résignés. L’équipe n’est pas meilleure mais elle a cette envie qui fait la différence. Quand tu as envie de gagner, tu as plus de chances de gagner. C’est bête mais c’est comme ça », résume ainsi Sidney Govou, pour qui le principal changement de l’ère Laurent Blanc n’aura finalement pas été la condition physique ou le jeu déployé, mais bien l’approche mentale du match. Le fameux « choc psychologique » lié au changement d’entraineur aura donc bien eu lieu à l’Olympique Lyonnais.



Letexier déjà de retour au sifflet pour ... Marseille - Lyon !

Sofoot.com


Dans l'œil du cyclone après des récentes prestations polémiques, notamment lors de Nice-Nantes, François Letexier va vite retrouver la pleine lumière. L'arbitre, qui a porté plainte après avoir reçu des menaces dans sa vie civile et sur les réseaux sociaux, a été désigné pour officier lors de l'affiche de dimanche soir entre Marseille et Lyon. Rien que ça. Assisté de Mehdi Rahmouni, Huseyin Ocak, Bastien Dechepy et Christian Guillard, il aura l'occasion de vite se remettre dans le bain dans une rencontre bouillante. Et ce alors qu'il est aussi pris en grippe par les supporters ... marseillais. Un choix courageux de la part de la LFP.



Blanc change d’avis, ce joueur est indispensable

Foot01.com


Pour son premier match à la tête de l’OL, à Rennes il y a deux semaines, Laurent Blanc avait envoyé Johann Lepenant en tribunes.

Sur le banc contre Montpellier, l’ex-milieu défensif du SM Caen était de nouveau remplaçant contre Lille dimanche soir au Groupama Stadium. Johann Lepenant a toutefois été sollicité par Laurent Blanc pour entrer en jeu dès la mi-temps. Et le milieu de terrain de 19 ans a changé la physionomie du match en redynamisant l'Olympique Lyonnais et en grattant un nombre important de ballons. Même s’il avait essentiellement l’intention de s’appuyer sur des cadres comme Boateng, Thiago Mendes, Aouar ou encore Lacazette et Dembélé, Laurent Blanc ne peut que reconnaître que Johann Lepenant frappe fort à la porte du onze de départ. Il ne serait ainsi pas étonnant de le voir débuter à Marseille, dimanche soir lors de l’Olympico au Vélodrome selon Aymeric Advinin, journaliste pour le Dauphiné Libéré.

Johann Lepenant déjà indispensable à Blanc ?

« Il mérite d’être dans le 11. Quelque part, il a été la plus grosse victime de l’arrivée de Laurent Blanc. On pouvait même se dire qu’on n'allait pas le revoir de suite au vu du discours de l’entraîneur sur les jeunes. Là, on se rend compte qu’il tape très fort à la porte pour être titulaire. Il défend en avançant et ça, pour ce que le coach veut faire, on sent que c’est un profil essentiel. Je pense qu’il va peut-être falloir oublier son âge. Il est frais, il n’a pas connu la dernière saison de l’OL et ne se pose pas de question. Il sait quel joueur il est » a analysé le journaliste dans l’émission Tant qu’il y aura des Gones sur le site Olympique et Lyonnais. Reste maintenant à voir si Johann Lepenant sera en mesure de confirmer les très bonnes choses entrevues face à Lille dimanche soir. Une chose est certaine, il correspond au style de joueur dont Laurent Blanc a besoin au milieu de terrain pour mettre en place sa philosophie.

Le Stagiaire

@JeanLeStagiaire

De Gerland jusqu’à Fourvière brillera la ville des lumières.
Merci maman de m’avoir fait lyonnais.