Brèves de Gones du 19 Septembre

Brèves de Gones du 19 Septembre

Bosz va boire "beaucoup d'alcool" après la défaite, mais n'a "pas peur" pour son avenir

Rmcsport.bfmtv.com


En conférence de presse après la défaite de l'OL face au PSG (1-0) lors de la huitième journée de Ligue 1, Peter Bosz a tenu à se montrer positif. Le technicien néerlandais, qui n'a "pas peur" pour son poste malgré les trois revers de suite, espère pouvoir passer la trêve internationale, estimant voir de la progression pour son équipe.

La pression s'intensifie sur Peter Bosz. L'OL a vécu ce dimanche soir sa troisième défaite de rang en championnat, battu sur son terrain par le PSG (1-0) lors de la huitième journée de Ligue 1. Après des revers face à Lorient et Monaco, les Gones stagnent à 13 points.

L'OL a rapidement cédé après une combinaison du duo Neymar-Messi, où l'Argentin s'est appuyé sur le Brésilien avant de conclure (5e). "En première mi-temps on n’était pas comme je veux le voir. Notre ligne de défense était trop basse, on ne rentrait pas dans les duels… J’ai essayé de corriger cela à la pause et c’était mieux en deuxième période, même si on a eu nos meilleures occasions dans le premier acte, a déclaré Peter Bosz après la partie. Mais il faut être honnête et reconnaitre que le PSG a eu beaucoup d’occasions aussi. On sait qu’on jouait contre une très, très bonne équipe avec des joueurs exceptionnels."

"Je n'ai pas peur pour ma situation"

Sixième au classement avant la trêve internationale, Lyon pointe déjà à cinq unités de la troisième place occupée par Lorient. De plus en plus critiqué, Peter Bosz vit sa deuxième saison au club, après une première conclue à la huitième place. Son crédit semble de plus en plus limité.

"Comment je vais gérer la trêve? Je vais beaucoup boire d’alcool après trois défaites (sourires). Plus sérieusement, contre Lorient c’était mauvais, contre Monaco on ne mérite vraiment pas de perdre parce qu’on a bien joué, et aujourd’hui les joueurs ont tout donné. Je ne ferme pas les yeux sur ce que j’ai vu, mais on va dans le bon sens, a estimé Bosz. Est-ce qu’il y a un sentiment de progression? Absolument. Le plus important c’est les points, je le comprends bien, mais en tant qu’entraîneur je regarde aussi comment mon équipe joue, et là-dessus je ne peux rien dire."

Sous contrat jusqu'en juin 2023, Peter Bosz va devoir inverser la tendance rapidement s'il reste sur le banc de touche, avec une reprise à Bollaert le 2 octobre, pour défier Lens. Si tant est qu'il soit toujours en poste. "Est-ce que j’ai peur (pour sa situation)? Non, je n’ai jamais peur. S’ils ne me donnent pas le temps, c’est comme ça, a philosophé le technicien néerlandais. Mais j’ai une idée claire de mon travail et de comment je veux que les joueurs jouent. On s’entraîne dur, on fait tout pour gagner les matchs."





Bosz est-il encore l'homme de la situation ?

Maxifoot.fr


Avec un enchaînement de trois défaites consécutives en Ligue 1, l'entraîneur de l'Olympique Lyonnais Peter Bosz semble toujours plus fragilisé. Pourtant la prestation fournie par les Gones lors du revers contre le Paris Saint-Germain (0-1) a de quoi donner de l'espoir au Néerlandais et au club rhodanien.

Face au Paris Saint-Germain (0-1) dimanche, l'Olympique Lyonnais n'a pas démérité, mais s'est finalement incliné. Une troisième défaite sur les trois dernières rencontres de Ligue 1, qui confirme la passe délicate rencontrée par la bande à Peter Bosz. «Comment je vais gérer la trêve ? Je vais beaucoup boire d'alcool après trois défaites», a d'ailleurs rigolé le Néerlandais après le match.

Et justement, le cas du technicien de 58 ans interpelle toujours plus. Placé sur un siège éjectable après un exercice 2020-2021 décevant, l'ancien de l'Ajax Amsterdam ne trouve pas encore les clés pour redresser la barre. Sur le plan comptable en tout cas.

Le 4-4-2, la belle réaction de Bosz

Car force est de constater que si le résultat n'a pas suivi, face au PSG, Bosz a su changer ses plans et réagir. Et que Lyon a réussi à produire du jeu et créer du danger. Grâce notamment à la mise en place d'un système en 4-4-2, qui a permis d'asssocier les attaquants Alexandre Lacazette et Moussa Dembélé. «Je me suis bien senti. C'était agréable pour moi. C'était différent. Mais ce n'était pas facile car on avait une grosse équipe en face, mais ça fait plaisir de jouer dans un tel système», a souligné le capitaine de l'OL en zone mixte.

Malgré la défaite, l'OL, 6e au classement à 6 points du podium, a montré du mieux par rapport à ses précédents revers contre Lorient (1-3) et Monaco (1-2). Ce qui reste insuffisant pour le Batave. «On a des bons joueurs mais on a passé une première période difficile en les respectant trop. On a trop reculé, on a eu peur de leur vitesse. En seconde période, on était plus dans les duels. Malheureusement avec nos occasions, on n'a pas marqué», a déploré le coach rhodanien.

Des progrès visibles, à confirmer

Déçu, Bosz ne rend toutefois pas les armes. Loin de là. «J'ai un sentiment de progression. Peur de ne pas avoir le temps ? Non, je n'ai peur de personne et de rien. Donc peur, ce n'est pas le bon mot. Si on ne me laisse pas le temps, c'est comme ça, mais j'ai une idée très précise de comment je veux faire jouer cette équipe et on travaille pour ça», a assuré l'entraîneur de 58 ans, plutôt détendu en conférence de presse.

D'autres points positifs peuvent d'ailleurs être tirés de cette partie. En effet, le maintien de Thiago Mendes, très bon devant Kylian Mbappé, en défense centrale s'est avéré une réussite, malgré les nombreuses critiques reçues par le Brésilien ces dernières semaines. Et malgré la pression, Bosz n'a donc pas eu peur de faire des choix forts. Avec la trêve internationale, tout le groupe lyonnais aura l'occasion de travailler et le coach tentera de définitivement faire passer ses idées.



"Trois défaites d’affilée en Ligue 1, c’est inacceptable", peste Lopes

Rmcsport.bfmtv.com


Malgré une succession d’arrêt, Anthony Lopes n’a pas pu éviter la défaite de son équipe face au PSG (0-1), dimanche, la troisième de suite en Ligue 1. Ce qu’il ne digère pas même s’il note des progrès.

Après avoir bien lancé sa saison (quatre victoires, un nul), Lyon a perdu pied avant la trêve internationale avec trois défaites de rang à Lorient (3-1), Monaco (2-1), puis contre Paris (0-1), dimanche. Une série à laquelle Anthony Lopes ne goûte pas. Le gardien lyonnais a multiplié les arrêts mais n’a pas pu empêcher la défaite de son équipe en concédant un but de Lionel Messi en début de match (5e). Il tire la sonnette d’alarme même s’il voit du mieux.

"On ne doit pas lâcher le wagon et là on est un tout petit peu décrochés"

"Les sentiments qui dominent? De la déception, des regrets, note-t-il. On ne démarre pas bien notre match. Mais il y a des encouragements, on a vu qu'on avait les occasions pour revenir. Les arrêts? C'est juste mon boulot. J'aurais aimé l'être encore plus en faisant l'arrêt au bout de 5 minutes. Ça laisse énormément de regrets parce qu'on sort de trois matchs très compliqués. Trois défaites d'affilée en Ligue 1, c'est inacceptable pour l'Olympique lyonnais. Quand on voit au niveau comptable, c'est insuffisant. Quand on aspire à être dans les trois premiers, on ne doit pas lâcher le wagon et là on est un tout petit peu décrochés, même s'il n'y a rien d'alarmant. Il y a quand même des signaux positifs, du contenu. Contre Monaco ou Paris, on a eu des occasions. On arrive à faire du jeu."

Après huit journées, Lyon pointe à la 6e place du championnat avec neuf points de retard sur le PSG, leader, sept sur Marseille 2e, et six sur Lorient, 3e. La Ligue 1 va se mettre ne pause pendant deux semaines en raison de la trêve internationale.



Nouveau record d'affluence pour le Groupama Stadium en Ligue 1

Lyonmag.com


Malgré la défaite (0-1) encaissée face au Paris-Saint-Germain, l'Olympique Lyonnais a fait honneur à son public venu nombreux, très nombreux pour soutenir les coéquipiers d'Alexandre Lacazette.

L'OL annonce ce lundi matin qu'avec 58 230 spectateurs recensés dans les travées du Groupama Stadium, l'enceinte décinoise enregistre un nouveau record d'affluence en Ligue 1. Le précédent remontait à la saison 2017-2018 à l'occasion de la réception de Saint-Etienne (58 069 spectateurs).

Pour rappel, le record absolu avait été décroché cet été par le groupe Indochine, qui a été applaudi au Groupama Stadium par 72 561 fans. A cause de la configuration du stade, il sera impossible pour l'OL de s'en rapprocher.

Jean

@JeanLeStagiaire

De Gerland jusqu’à Fourvière brillera la ville des lumières.
Merci maman de m’avoir fait lyonnais.