Brèves de Gones du 10 Septembre

Brèves de Gones du 10 Septembre

Une défense inchangée pour l'OL face à Monaco ?

Lequipe.fr


Malgré la défaite concédée à Lorient mardi en match en retard de la 2e journée de Ligue 1, l'entraîneur de l'Olympique Lyonnais Peter Bosz devrait aligner la même défense à Monaco, dimanche (17h).

La manière dont Peter Bosz a défendu Thiago Mendes, et l'absence d'alternative évidente (Damien Da Silva a remplacé le Brésilien à Lorient et Jérôme Boateng reprend seulement l'entraînement), suggère que l'entraîneur néerlandais puisse aligner la même défense, à Monaco, que celle qu'il aligne systématiquement depuis le début de la saison.

C'est au milieu que l'incertitude est la plus grande. Bosz a annoncé que Houssem Aouar postulait, mais a répondu, sur sa présence dans le groupe : « On verra s'il est convoqué dans le groupe, ce sera mon choix. » Corentin Tolisso, entré à la mi-temps à Lorient, devrait être titulaire, mais sa préférence pour un poste de sentinelle signifierait la mise à l'écart de Johan Lepenant.

La compo probable : Lopes - Gusto, Th. Mendes, Lukeba, Tagliafico - Lepenant, Tolisso, Caqueret - Tetê, Lacazette (cap.), Toko-Ekambi.



Peter Bosz chouchouté, ça agace à L'Equipe

Foot01.com


L'OL va jouer des matchs capitaux avant la trêve internationale. Pour Vincent Duluc, il serait temps que les dirigeants se penchent sur Peter Bosz, le jeu pratiqué et les résultats obtenus.

Après un début de saison encourageant sur le plan des résultats, l’OL s’est écroulé à Lorient (3-1) mercredi soir. Il faudra vite rétablir la situation ce dimanche à l’occasion du délicat déplacement à Monaco, sous peine de déjà montrer des signes de faiblesses inquiétants. Car dans le jeu, Lyon peine à afficher un niveau digne des ambitions de Peter Bosz, qui est en place depuis désormais plus d’un an, mais a manqué de qualifier son équipe pour une Coupe d’Europe lors du précédent exercice. La mayonnaise ne semble toujours pas prendre, mais l’entraineur néerlandais n’est pas vraiment sur un siège éjectable. Les dirigeants lui font confiance, à un niveau qui étonne beaucoup Vincent Duluc. Pour le journaliste de L’Equipe, qui est depuis longtemps déjà assez frileux sur le cas de l’ancien coach de l’Ajax Amsterdam, l’OL donne une latitude incroyable à son technicien en chef, comme aucun autre à sa place avant lui.

Le podium et rien d'autre pour l'OL

« Le soutien de ses dirigeants n'est pas ambigu, et il continue de bénéficier d'un crédit humain et technique élevé, en interne, comme aucun entraîneur de l'ère Aulas avant lui. Mais au bout de quinze mois, son équipe continue à jouer rarement comme il le demande, avec ou sans le ballon, ce qui interroge sur sa manière de faire passer ses idées ou de les imposer », a expliqué la plume de L’Equipe, qui ne tolérera visiblement pas de voir l’OL zoner dans la première partie du tableau sans avoir plus d’ambitions et de résultats. Pour Vincent Duluc, il serait temps de monter le niveau d’exigence. « La défaite à Lorient a profondément modifié l'atmosphère : avec un effectif pareil, à un match par semaine, Lyon doit être en permanence sur le podium, et même dans le match pour le titre après quinze journées, quand la Coupe du monde coupera la saison », a souligné le journaliste, dont les propos pourront résonner maintenant que l’OL va affronter des gros bras dans les prochains matchs, comme l’AS Monaco et le Paris SG.



Le mercato d'hiver s'annonce déprimant

Foot01.com


L'OL sort d'un mercato estival éprouvant à bien des égards. Si le club rhodanien a réussi de jolis coups, en faisant revenir notamment des anciens, il a aussi perdu gros en termes de qualité.

A Lyon, le mercato estival a laissé des traces. Consciente que l'OL se devait de redorer son blason, surtout après une saison décevante, la direction rhodanienne s'est démenée pour se renforcer. En début de mercato, de jolis noms ont débarqué, comme Alexandre Lacazette, Corentin Tolisso, Johann Lepenant ou encore Nicolas Tagliafico. De quoi donner pas mal d'espoirs aux fans de l'OL. Mais voilà, les Gones avaient également besoin de renflouer leurs caisses pour faire face au trou laissé par une non-qualification en coupe d'Europe, le Covid et la crise des droits tv. Aussi, l'OL sait qu'il va devoir débloquer des fonds pour rembourser le montant de son stade. Cela mène donc à des sacrifices. Et en fin de mercato, Lucas Paqueta a notamment été cédé à West Ham pour plus de 60 millions d'euros.

L'OL, une stratégie qui ne fait pas l'unanimité

Une très belle somme qui ne sera apparemment pas réinvestie pour renforcer l'équipe l'hiver prochain. C'est du moins ce que croit savoir Vincent Chaudel, président de l’observatoire du Sport Business, dans le Quotidien du Sport : « L’OL est dans un contexte particulier. Il avait un effectif taillé pour l’Europe, donc pas forcément nécessaire pour jouer seulement un match par semaine. Mais surtout, c’est l’absence de Ligue des Champions qui pèse. Quand vous n’avez pas les revenus de la C1, vous vous rattrapez sur le mercato… Sauf besoin exceptionnel, l'OL ne se renforcera pas au mercato d'hiver. Même avec le départ de Paqueta, l’OL a un effectif suffisant pour jouer un match par semaine ». Pas forcément de quoi rassurer les fans les plus inquiets dans le Rhône, alors que Peter Bosz espérait ces dernières semaines le renfort d'un nouveau numéro 6 et que les prestations en défense de Thiago Mendes inquiètent de plus en plus. La récente défaite sur la pelouse du FC Lorient n'a aussi pas manqué de mettre en avant certaines carences de l'effectif lyonnais.



Les photos de l'entraînement !

OL via Twitter


Jean

@JeanLeStagiaire

De Gerland jusqu’à Fourvière brillera la ville des lumières.
Merci maman de m’avoir fait lyonnais.