Brèves de Gones du 14 Août

Brèves de Gones du 14 Août

Aouar proche de Nottingham Forest

Maxifoot.fr


En fin de contrat en juin prochain, Houssem Aouar (24 ans, 1 match en L1 cette saison) n'est plus très loin d'un départ de l'Olympique Lyonnais. Selon Sky Sports, le milieu de terrain français devrait poser ses valises chez un des promus en Premier League, à savoir Nottingham Forest. Des discussions sont en cours entre les deux formations pour un transfert estimé entre 15 et 20 millions d'euros.

Une destination surprenante pour le Bleu, qui rejoindrait néanmoins un club très actif sur le marché avec les recrutements de Taiwo Awoniyi (20,5 M€), Neco Williams (20,5 M€), Emmanuel Dennis (14,8 M€), Orel Mangala (13 M€), Moussa Niakhaté (10 M€), Giulian Biancone (10 M€), Omar Richards (8,5 M€) ou encore Jesse Lingard (libre), Cheikhou Kouyaté (libre) et Dean Henderson (prêt).



Anthony Lopes, Steve Mandanda... Jean-Michel Aulas (OL) questionne l'homogénéité des décisions arbitrales

Lequipe.fr


Dans un échange avec un supporter de l'OL samedi sur Twitter, Jean-Michel Aulas s'est interrogé sur la différence de traitement entre Anthony Lopes (OL, rouge) et Steve Mandanda (Rennes, jaune) pour « une intervention assez proche ».

En réponse à un supporter lyonnais sur Twitter, Jean-Michel Aulas a glissé un tacle à l'arbitrage, samedi, en questionnant l'homogénéité des décisions prises en Ligue 1.

Ce fan se plaignait d'un « arbitrage à deux vitesses » en comparant la situation du gardien de l'OL Anthony Lopes, expulsé contre Ajaccio le 5 août (2-1) après avoir violemment télescopé Mounaïm El-Idrissy et puni de trois matches de suspension, à celle de Steve Mandanda, le gardien de Rennes, qui a écopé d'un jaune après avoir brutalement percuté Breel Embolo, l'attaquant de Monaco, samedi (1-1).

« C'est vrai que l'intervention de Steve est assez proche de celle d'Anthony mais les sanctions ne sont pas les mêmes : qui a raison Benoît Bastien ou Jéremy Pignard je laisse les spécialistes en disserter... », a tweeté « JMA ».





Report de Lorient-OL: Féry dénonce une "pression" lyonnaise sur la LFP alors qu'il était "possible" de jouer

Rmcsport.bfmtv.com


Prévue ce dimanche, la rencontre entre le FC Lorient et l’OL en Ligue 1 a été reportée à une date ultérieure en raison d’une pelouse du Moustoir en piètre état. Mais le président breton Loïc Féry dénonce une "pression" lyonnaise sur la Ligue, et estime que le match aurait pu se tenir.

Le polémique autour de ce Lorient-OL n’est pas encore refermée. Ce dimanche, le président des Merlus Loïc Féry publie un message sur son compte Twitter dans lequel il critique la décision du report du match, officiellement acté en raison du mauvais état de la pelouse du stade du Moustoir, à la suite de la tenue du Festival Interceltique. Mais selon lui, c'est surtout la "pression" mise par l’OL sur la LFP qui a poussé la Ligue à décaler la rencontre, initialement prévue pour ce dimanche (13h).

Féry critique "la pression de l’Olympique Lyonnais qui a menacé la LFP de demandes de dommages et intérêts en cas de blessure"

"Le FC Lorient devait recevoir l’OL à 13h aujourd’hui: toutes les équipes du FCL se réjouissaient de retrouver nos supporters au Moustoir pour lancer la saison à domicile, après notre première victoire obtenue dimanche dernier dans le derby breton à Rennes, écrit Féry sur son compte Twitter. Sous les effets de la sécheresse exceptionnelle exacerbés par la tenue du Festival Interceltique, le terrain a été malheureusement jugé impraticable avant-hier par la commission des compétitions de la LFP. Les équipes du club restaient convaincues que le terrain aurait été aux normes de la LFP ce dimanche: en effet, le terrain était vendredi déjà dans les normes requises en terme de dureté et de rotation par la FFF".

"Sous la pression de l’Olympique Lyonnais qui a menacé la LFP de demandes de dommages et intérêts en cas de blessure, la commission des compétitions a préféré malheureusement reporter ce match, privant nos spectateurs d’une belle fête au Moustoir ce 14 août, regrette le président lorientais. Nous en sommes désolés et déçus car nous pensions qu’il était possible de jouer à Lorient ce dimanche, sans mettre en danger l’intégrité physique des joueurs".

Lorient a tenté de trouver un lieu de repli

Alors que Peter Bosz avait redouté des blessures, notamment pour Corentin Tolisso, le club lyonnais avait montré son désaccord quant à la tenue du match, pouvant "mettre en danger l’intégrité physique des joueurs" et donc poussé pour un report. Et une relocalisation n’a finalement pas vu le jour, "malgré les efforts du FCL pour trouver une solution de repli acceptable", souligne Féry. Les Merlus devront ainsi patienter jusqu’à dimanche prochain pour disputer leur deuxième match de la saison, à Toulouse.

 



William Carvalho prié de quitter le Betis, Lyon reprend espoir

Foot01.com


A l'instar du FC Barcelone, le Betis Séville souffre devant les contraintes salariales fixées par la Liga. Le club andalou n'a pu enregistrer six joueurs et doit vendre pour rectifier le tir. William Carvalho, gros salaire de l'effectif, doit partir au plus vite notamment.

Javier Tebas, plus grand ennemi du PSG et de la Ligue 1, commence à être craint dans son propre pays, son propre championnat. Le patron de la Liga a imposé une limite salariale à ses clubs depuis quelques années. Cela doit permettre d'assainir les finances des différents acteurs du football espagnol et éviter une situation de banqueroute comme les nombreuses vécues par le passé. Le FC Barcelone, très endetté, souffre depuis l'instauration de cette règle mais il n'est pas le seul. Cet été, le Betis Séville non plus ne répond pas aux exigences financières de la ligue.

Le Betis doit vendre Carvalho, une aubaine pour l'OL ?

Le cinquième du dernier championnat d'Espagne et vainqueur de la Coupe n'a pas pu enregistrer les contrats de six joueurs dont plusieurs recrues. Les Andalous doivent dégraisser au plus vite alors que le championnat a repris ce week-end. William Carvalho est notamment ciblé. Le milieu portugais, évoqué à l'OL dans un échange avec Houssem Aouar, fait partie des plus gros salaires du vestiaire. Sa vente est d'autant plus espérée qu'il sera en fin de contrat en juin prochain. Reste à le convaincre de partir.

Et c'est là que ça bloque. Carvalho est exigeant et surtout il aimerait continuer l'aventure en Andalousie. Il veut s'imposer dans le onze de Manuel Pellegrini pour être dans les 23 joueurs portugais appelés à représenter le pays au Qatar en fin d'année. Carvalho n'a pas répondu favorablement à l'intérêt de Fenerbahçe, de Galatasaray ou de l'OL. Pour les Lyonnais, outre les envies du Portugais, Houssem Aouar a aussi empêché le dossier de se conclure par ses exigences salariales. Mais, avec un Betis étranglé financièrement, l'OL peut repartir au combat et dénicher une solide sentinelle pour son entrejeu. A 15 jours de la fin du mercato, tous les espoirs sont de nouveau permis pour les Lyonnais avec William Carvalho.

Jean

@JeanLeStagiaire

De Gerland jusqu’à Fourvière brillera la ville des lumières.
Merci maman de m’avoir fait lyonnais.