Brèves de Gones du 2 Août

Brèves de Gones du 2 Août

Mercato OL : une porte de sortie trouvée pour ce milieu

Score.fr

Annoncé sur le départ depuis le début du mercato estival, Houssem Aouar était jusque-là dans le flou concernant son avenir. À un mois de la fin du marché des transferts, la situation du joueur serait en passe de se décanter.

Pressenti du côté de l’OGC Nice, puis du Bétis et du FC Séville, Houssem Aouar pourrait finalement prendre la direction de l’Angleterre pour s’engager avec Leicester. D’après les dernières informations du journaliste Santi Aouna pour Foot Mercato, l’international français serait la priorité des Foxes, en cas de départ de leur milieu James Maddison. Ce dernier, qui est convoité par Newcastle pourrait très prochainement plier bagages, laissant alors la voie libre pour un transfert d’Houssem Aouar vers l'équipe de Brendan Rodgers.

Si le milieu de terrain devrait encore patienter quelque temps pour sceller ou non son avenir de l’autre côté de la Manche, il pourrait tout de même être titularisé lors de la première journée de Ligue 1, ce vendredi 5 août. Bien que le joueur de 24 ans ne fasse plus partie du projet collectif de son entraîneur Peter Bosz, il devrait tout de même être utilisé lors de la rencontre face à Ajaccio, en ouverture du championnat. Suite à la gêne ressentie par Jeff Reine-Adelaïde, Houssem Aouar pourrait alors évoluer aux côtés de Lucas Paqueta et Johann Lepenant.

Un départ bénéfique pour les deux parties !

Sous contrat jusqu'au 30 juin 2023 avec l'OL, Houssem Aouar a fait savoir à son président Jean-Michel Aulas, son envie de changer de club. La direction lyonnaise qui ne souhaite pas prendre le risque de voir son Gone quitter librement le Rhône à l’issue de la fin de la saison prochaine, est également à l’affût des offres proposées pour son joueur.

 

Tour des clubs de Ligue 1 : Lyon mise sur le mix entre expérience et jeunesse pour retrouver l'Europe

Francetvinfo.fr

Jusqu'à la reprise du championnat de Ligue 1, le week-end du 5 août, franceinfo: sport vous présente chacun des vingt clubs.
Avec le retour de deux anciens de la maison, le renfort d'un international et – pour l'instant – le maintien de son joueur star, l'Olympique Lyonnais vise ouvertement une place dans le top 3 en fin de saison. D'autant plus que les Gones vont avoir un calendrier allégé en 2022-2023, la faute à l'absence de qualification européenne. Les hommes de Peter Bosz sont engagés dans une année de transition. Reste à faire en sorte que le mix entre joueurs d'expérience et jeunes pousses du meilleur centre de formation de France soit opérationnel.

L'objectif : retrouver la Ligue des champions

À la lumière de la saison chaotique traversée l'an passé par l'OL, l'ambition de renouer avec la C1 en fin de saison peut sembler trop élevée. Sur l'ensemble de l'exercice 2021-2022 en Ligue 1, jamais le club lyonnais n'a figuré plus haut que la sixième place au classement. Les bases sont posées.

Bien entendu, plusieurs éléments peuvent l'expliquer, notamment l'arrivée d'un nouveau coach et l'accent mis sur la campagne de Ligue Europa – terminée par une humiliation à domicile en quarts de finale face à West Ham (0-3). Alors qu'est-ce qui aurait soudainement changé dans le Rhône pour espérer rejouer la reine des compétitions européennes ?

Déjà, Lyon a comme atout dans sa manche l'absence de distraction en dehors du championnat. Sans coupes d'Europe à disputer, le calendrier s'allège et cela peut permettre de viser haut sur le plan national. Ensuite, l'effectif n'a pas (encore ?) été bouleversé. Hormis le départ de Léo Dubois et les retours de prêts de Tanguy Ndombélé (Tottenham) et Emerson (Chelsea), l'OL a préservé ses acquis. Maxence Caqueret a prolongé, Lucas Paqueta est toujours là, Tetê et la pépite Castello Lukeba aussi...

Même mieux, Jean-Michel Aulas est parvenu à convaincre deux glorieux anciens, Alexandre Lacazette et Corentin Tolisso, de revenir donner un coup de main. Et plus récemment c'est l'international argentin Nicolas Tagliafico (40 sélections) qui a rejoint les rangs, tout comme le prometteur milieu de terrain Johann Lepenant,19 ans, en provenance de Caen.
L'opération "reconquête" vendue par le président rhodanien semble en marche. Avec l'appui d'un nouvel actionnaire majoritaire à ses côtés, l'Américain John Textor, l'OL a des arguments à faire valoir cette saison. Mais le directeur du recrutement Bruno Cheyrou a bien précisé, récemment, que l'équilibre de l'équipe pouvait encore être modifié avec d'autres départs en août.

Le joueur à suivre : Moussa Dembélé, profession buteur

Le capitaine de l'OL la saison dernière a vu débarquer la bouche en coeur le "général" Lacazette pour le concurrencer à la pointe de l'attaque, et cela même si le board lyonnais et Peter Bosz s'acharnent à préciser que "les deux peuvent évoluer ensemble devant". Toujours est-il que l'attaquant formé au PSG ne compte pas baisser les bras si vite. Ce serait oublier que la saison dernière, c'est lui qui a maintenu les siens à flot en Ligue 1, avec 19 réalisations au compteur.
Meilleur buteur du club, comme en 2019-2020 (16 unités) et en 2018-2019 (15 unités), Moussa Dembélé est toujours le repère, le phare qui guide dans la nuit même par avis de tempête. Sous contrat jusqu'en juin 2023, l'avant-centre de 26 ans devrait profiter de ce qui est peut-être sa dernière saison avec Lyon pour montrer que, avec ou sans le brassard, il faudra quand même compter sur lui.

La recrue : Corentin Tolisso, l'équation à plusieurs inconnues

Alors que la piste menant à son compère Lacazette se réchauffait sérieusement en début d'été, les supporters lyonnais blaguaient à demi-mots en anticipant un deuxième retour, celui de Corentin Tolisso. Quelques semaines plus tard, la farce n'en était plus une et le milieu de terrain de 27 ans paraphait un contrat de cinq ans avec son club formateur.

Bardé de trophées avec le Bayern (cinq championnats, une Ligue des champions, deux coupes d'Allemagne, une coupe du monde des clubs...), le champion du monde 2018 est à un tournant de sa carrière. Ses blessures à répétition en ont fait une opération risquée mais à moindre coût pour l'OL. Toujours est-il que si le natif de Tarare retrouve ne serait-ce qu'un peu du niveau de jeu qui lui a valu un transfert en grandes pompes chez le géant bavarois en 2017, l'entrejeu lyonnais n'en sera que meilleur.

OL : nouveau contre-temps pour la prolongation de Cherki ?

Onzemondial.com

En fin de contrat dans un an, la situation de Rayan Cherki alerte du côté de l'Olympique Lyonnais.

C'est l'un des dossiers prioritaires du mercato de l'Olympique Lyonnais ! Après avoir réalisé les jolis coups Alexandre Lacazette, Corentin Tolisso ou encore Johann Lepenant, les Gones ont assuré l'avenir du jeune Maxence Caqueret en le prolongeant, et veulent désormais faire de même avec Rayan Cherki. En effet, la pépite de 18 ans arrive à la fin de son contrat au mois de juin prochain, et la crainte de le voir partir gratuitement dans moins d'un an existe. Face à cette situation, la direction lyonnaise pousse pour le prolonger rapidement. Sans accord, les Gones se résoudraient à le vendre avant la fin du mois d'août, histoire de récupérer une indemnité de transfert.

Pas de réunion prévue

Mais hier, le journal l'Équipe annonçait une réunion ce lundi pour avancer sur la signature d'un nouveau contrat, avançant même que le dossier serait proche de la conclusion. Une information démentie par Foot Mercato, qui explique aujourd'hui qu'aucun entretien n'était au programme hier pour boucler la prolongation. Les discussions existent et sont positives, John Textor, le nouveau patron des Gones, voulant mettre en avant la jeunesse formée au club. Jean-Michel Aulas s'est lui personnellement saisi du dossier il y a plusieurs mois, reste désormais à voir si les deux parties trouvent un terrain d'entente. En cas d'échec, ce serait un nouveau coup dur pour les Gones, qui ont récemment perdu des joueurs comme Amine Gouiri ou Melvin Bard. Des issues qu'ils comptent éviter à tout prix.

OL : John Textor raconte son arrivée au pouvoir et conforte (encore) Aulas

Leprogrès fr

Dans un long entretien à L'Equipe, le futur actionnaire majoritaire de l'OL, John Textor, a précisé les contours de son arrivée au pouvoir et renouvelé sa confiance à Jean-Michel Aulas et aux équipes actuellement en place.

« Je devais sauter dessus. » Dans une longue interview accordée au quotidien L'Equipe, le futur propriétaire de l'Olympique Lyonnais, John Textor, se dévoile et qualifie ainsi l'opportunité qui s'est présentée à lui lorsqu'il a entendu parler de la vente des parts d'IDG et Pathé, alors qu'il prospectait auprès de « clubs plus petits en France », auparavant.

Dans cet entretien fleuve, où le businessman américain admet que sa fortune personnelle n'est pas de 3 milliards de dollars mais peut payer ses investissements « sans banque et sans partenaire ».

Il y présente d'ailleurs ses deux associés au sein de la holding Eagle, les hommes d'affaires Jamie Salter (patron d'une trentaine de marques dont Reebok, Sports Illustrated...) et Bill Foley (patron de la franchise de NHL de Las Vegas), respectivement comme « un ancien partenaire, une ressource incroyable » et « un investisseeur minoritaire » auprès de qui il a obtenu une ligne de crédit via son groupe Cannae Holding Company pour pouvoir présenter son plan de financement.

« Jean-Michel ne m'a pas demandé ''Dois-je vendre Paquetà ?'' »

John Textor évoque ensuite sa future prise de pouvoir, où il ne s'interdit pas de dépenser plus que prévu comme il l'a fait à Botafogo, l'un des quatre clubs dont il détient des parts avec Molenbeek (D2 belge) et Crystal Palace (Premier League anglaise), et où il espère lever d'autres sources de financement par le biais d'applications, comme expliqué à sa présentation.

Et renouvelle le message délivré à sa présentation, concernant les hommes qui font l'Olympique Lyonnais aujourd'hui : « Jean-Michel (Aulas) a un contrat et le reste du management reste en place. Il n'y a pas une seule personne que j'ai identifiée et qui pourrait venir. Pas une. (...) Historiquement, je n'aime pas diriger les entreprises, je suis comme l'oncle fou perturbateur, provocateur. J'aime penser le monde dans cinq ans. (...) J'ai des détails mais Jean-Michel ne m'a pas demandé ''Dois-je vendre Paquetà ?'' C'est un joueur important et je ne prends pas de décision. »

OL : Ce remplaçant refuse l’humiliation au mercato

Foot01 com

Malgré une concurrence peu féroce, Damien Da Silva n’entre pas dans les plans de Peter Bosz pour la saison à venir du côté de l’OL.

Très riche en attaque et au milieu de terrain, l’Olympique Lyonnais est bien moins fourni en défense centrale, le poste qui inquiète les supporters dans l’optique de la saison à venir. Et pour cause, Peter Bosz part pour le moment avec une charnière composée du très jeune Castelo Lukeba et de Thiago Mendes, qui ne joue défenseur central que depuis six mois. Sur le papier, cela peut paraître juste pour un club visant le podium de la Ligue 1 d’autant que les doublures (Boateng, Diomandé) ne semblent pas vraiment en mesure de chambouler la hiérarchie. En défense centrale, Peter Bosz dispose également de Damien Da Silva mais vraisemblablement, l’ancien défenseur de Rennes et du SM Caen n’entre pas dans les plans de l’ancien entraîneur de l’Ajax Amsterdam et du Bayer Leverkusen.

Damien Da Silva refuse de quitter l'OL pour la L2

A en croire les informations du Républicain Lorrain, le défenseur de 34 ans est dans le viseur du FC Metz, dont l’ambition est de remonter en Ligue 1 dès la saison prochaine. Une piste honnête pour Damien Da Silva, qui n’a cependant pas l’intention de jouer en Ligue 2 lors de la saison à venir. C’est ainsi que selon les informations du Progrès, les agents du joueur ont fait savoir au FC Metz que Damien Da Silva ne viendra pas lors de ce mercato estival. En effet, si l’ancien Rennais n’est pas opposé à l’idée de quitter Lyon afin de retrouver un temps de jeu plus conséquent, il souhaite impérativement rester dans l’élite. Cela tombe bien, le quotidien rhodanien croit savoir que Damien Da Silva est en discussions avec deux clubs de Ligue 1, dont les noms n'ont en revanche pas encore filtré. Il est donc clair pour le Lyonnais, cinquième dans la hiérarchie de Peter Bosz à son poste, qu’il n’évoluera pas en Ligue 2 la saison prochaine et qu'il continuera visiblement sa carrière en Ligue 1... loin de Lyon.

OL : ce promu de Serie A va passer la seconde pour recruter Cenk Özkaçar

Sport fr

L’Olympique Lyonnais envisage de sérieusement dégraisser son effectif pour la saison à venir. Les Gones devraient se séparer de leur jeune espoir turc Cenk Özkaçar qui est annoncé en Italie.

Après avoir vendu Léo Dubois au Galatasaray Istanbul il y a quelques semaines, l’OL s’apprête à dire au revoir à un nouveau membre de son effectif. De retour en Ligue 1 cette saison après un passage en prêt à Louvain dans le championnat belge Cenk Özkaçar est plus que jamais sur le départ. Selon les derniers renseignements de ‘Sky Sports Italia’‘ Bologne ainsi que l’Hellas Vérone (ancien club du coach de l’OM Igor Tudor) s’intéressent à sa situation mais c’est le promu de Cremonese qui reste en pole dans ce dossier.

Jérémy

Jérémy - @Breizhgone56

Occupé à plein temps par l'OL, bien que ce soit pas toujours un cadeau, il s'en contente.