Lindsay Rose : "Lyon était la meilleure décision pour passer un cap !"

Lindsay Rose : "Lyon était la meilleure décision pour passer un cap !"

Voir aussi… Léo Dubois : Itinéraire d'un mal-aimé // L'Actu du Lundi 30 Mai

Nouvel épisode de notre rubrique hebdomadaire, "L'interview by 100%ol". Aujourd'hui, nous quittons de nouveau la France pour rejoindre la Pologne rejoindre un ancien joueur de l'OL. C'est en effet du côté de Varsovie que Lindsay Rose a posé ses valises. Après un passage en Grèce à l'Aris Salonique, l'ancien défenseur central lyonnais continue son tour d'Europe. Chose qui semble lui aller à merveille. En exclusivité pour 100%ol, l'international mauricien s'est donc exprimé sur tous les sujets. Sa vie d'aujourd'hui mais aussi son passage mitigé entre Rhône et Saône, le natif de Rennes a répondu à toutes nos questions !

Lindsay bonjour et merci d'avoir accepté notre invitation pour cette interview croisée format papier. Comment vas-tu ? 

Je vais bien merci. En bonne santé. 

 En juillet 2014, tu rejoins l'OL pour quatre ans. Comment se sont établis les contacts ? Passer de Valenciennes à Lyon est-il un palier important à franchir ? 

J’avais à l’époque 22 ans et je revenais d'une lourde blessure. Le projet Olympique Lyonnais est arrivé. Après avoir discuté à l’époque avec le directeur sportif et le président nous avons tous pensé que c’était la meilleure décision pour passer un cap dans ma carrière. À 22 ans on ne peut pas appeler cela un aboutissement mais c’était une récompense après avoir travaillé dur les années précédentes. 

 Lors de ta 1ère saison à l'OL tu disputes une quinzaine de matchs dont 12 comme titulaire. Tu découvres aussi l'Europe… Une saison d'apprentissage. Positive ? Négative ? 

Une saison d’apprentissage est forcément positive, surtout après ma blessure l’année précédente. À Lyon j’ai découvert l’Europa League et aussi la Champions league ! C’est la compétition des grands clubs. 

 "Nous avions une équipe à très fort potentiel !"

Lors de la saison 2014 - 2015 vous êtes en course pour le titre. Une saison où explose le duo Fekir - Lacazette notamment, un petit mot sur les souvenirs de cette saison ?

Oui cette saison était vraiment une belle saison. Nous avions, après de nombreuses années, validés une qualification en Ligue des Champions. Je me rappelle de la défaite à la maison contre Nice et à l’extérieur contre Caen pendant le sprint final. Nous avions à l’époque une équipe jeune mais à très fort potentiel, Fekir et Lacazette entre autres réalisent une année formidable. Ils étaient des acteurs majeurs pour cette seconde place. De très bons joueurs et humainement aussi. 

 Le vestiaire était composé de beaucoup de lyonnais. Pour un joueur qui vient de l'extérieur est-ce plus difficile de s'intégrer ? De qui étais-tu le plus proche ? 

Lyon est un des meilleurs clubs formateurs dans le monde. La ville regorge de talents incroyables. Il est normal qu’il y ait beaucoup de Lyonnais ! Je m’entendais bien avec tout le monde. J’étais proche de Bisevac et Beauvue avec qui je suis resté en contact. Je suis resté en contact avec beaucoup d’entre-eux finalement.

 

 Tu as connu Hubert Fournier mais aussi Bruno Genesio comme adjoint. Avait-il selon toi vocation a devenir entraîneur principal ? Que penses-tu de son parcours de coach jusqu'à maintenant ? 

Bruno avait tout pour réussir. Il était impliqué et passionné. Il avait tout pour devenir un grand coach. J’ai pu le côtoyer en numéro un à Lyon quelques semaines. Je ne suis donc pas surpris par sa réussite dans un grand club comme Rennes. Je ne suis pas surpris également par Gérald Baticle qui lui aussi avait cette fibre du coaching. 

 Un mot sur Jean-Michel Aulas ?

Jean Michel Aulas est un président qui soutient toujours ses joueurs et son club. J'ai énormément de respect pour ce monsieur. 

 Depuis 2021 tu découvres la Pologne, au Legia Varsovie. Comment ça se passe ? 

Oui j’ai quitté la France en passant par la Grèce avant d’être transféré en Pologne au Legia. Un grand club avec la culture de la gagne. Un club très médiatisé et exposé. La Pologne est un championnat très physique mais aussi très tactique avec un niveau très élevé. Je prends beaucoup de plaisir ici.

 

 

 Quel bilan fais-tu de ta carrière jusqu'à maintenant ? 

 Je suis très fier de ce que j’ai fait et j’ai encore beaucoup d’objectifs en tête. J’ai les jambes et l’expérience qui s’accumulent. 

 Quel est ton avis sur la situation actuelle de l'OL ? 

L'OL reste un club que je suis énormément. J'étais persuadé qu’ils décrocheraient une place européenne cette année, après un bon parcours en Europe. 

"Un retour en France n'est pas interdit !"

 Tu n'as que 30 ans. Quels sont tes objectifs pour la suite ? Que peut-on te souhaiter ?

Pour l’instant je suis en Pologne et très heureux. Un retour en France n’est pas interdit mais pas d’actualité. Je veux jouer et prendre un maximum de plaisir. 

 Lindsay merci pour cet entretien. Si on devait finir par un petit mot de ta part aux supporters lyonnais ce serait lequel ? 

Je souhaite à tous les fans de l'OL le bonheur et surtout un titre très prochainement !

 

 

 

 Propos recueillis par Florian et Cook'/ Rédaction: Jérémy Le Roch et Antoine Melinand

Voir aussi… Léo Dubois : Itinéraire d'un mal-aimé // L'Actu du Lundi 30 Mai

Antoine

@Djims68 - Journaliste, passionné du football en surface mais amoureux de l'OL en profondeur.