L'actu du Vendredi 11 Mars

L'actu du Vendredi 11 Mars

 Stade Rennais: Genesio a priis une décision radicale avant l'OL, Aulas est galvanisé   

butfootballclub.fr

Bruno Genesio était plutôt remonté jeudi soir après la défaite du Stade Rennais contre Leicester en 8es de finale aller de la Ligue Europa Conférence (0-2). L’OL arrive dimanche avec un Jean-Michel Aulas galvanisé.

Il n’y a pas eu de miracle hier pour le Stade Rennais, battu à Leicester en 8es de finale aller de la Ligue Europa Conférence (0-2). Si le club breton semble avoir été victime de l’arbitrage, Bruno Genesio a aussi sa part de responsabilité qu’il assume avant de se déplacer à Lyon dimanche en L1 (17h).

« Ce sont des erreurs de gamins, de juniors, de débutants, qu’on répète, donc j’assume ma part de responsabilité et je vais remédier à cela avec un autre comportement dans les jours à venir, a-t-il prévenu en conférence de presse. Quand on a la possibilité de garder le ballon, qu’on prend un but dans ces conditions, c’est regrettable. On a pourtant réussi de bonnes choses dans le jeu. Mais, dans le foot, il faut être efficace dans les deux surfaces. Il reste un match retour. On a montré qu'on est capable de leur marquer des buts, de leur poser des problèmes, on aura notre public. On va préparer ça dès la fin du match contre Lyon. »

Du côté de l’OL, justement, la brillante victoire à Porto mercredi en 8es de finale aller de la Ligue Europa (1-0) a été troublée par l’annonce de la prise de distance des deux actionnaires. Jean-Michel Aulas ne se sent pas menacé pour autant dans ses prérogatives. « Même si le timing de l’annonce des deux actionnaires semble avoir surpris même en interne, le feu n’est pas dans la maison, assure Le Progrès. Jean-Michel Aulas aurait reçu beaucoup de messages de soutien en 24 heures. »

 

Vente OL : Des premiers candidats pour le rachat

Foot01.fr

Que va changer la mise en vente de 40 % des actions d'OL Groupe pour Aulas et le club lyonnais ?

A quelques heures d’un match capital au FC Porto, l’Olympique Lyonnais n’avait rien vu venir. Deux énormes actionnaires d’OL Groupe ont annoncé publiquement leur intention « d’évaluer leurs options stratégiques et financières concernant leurs participations respectives dans le club ». Autrement dit, Pathé et IDG Capital, qui détiennent au total 40 % des parts du club, ont mis leurs actions en vente pour un éventuel rachat. Voilà qui pourrait changer l’équilibre trouvé entre tous ces investisseurs au sein du club lyonnais. D’habitude très prolixe dans les médias et sur les réseaux, Jean-Michel Aulas n’a pas du tout commenté cette information, mais il a beaucoup travaillé en interne pour avoir le fin de mot de l’histoire. Si cette décision peut à terme changer la composition d’OL Groupe, cela ne remet en tout cas pas en cause une seule seconde sa présidence, qui est assurée dans les statuts en raison du maintien de sa holding Holnest, qui demeure actionnaire principal et président.

Mais Le Progrès se penche forcément sur l’avenir de la répartition des parts, et la question que se pose tout le monde. Qui va racheter les actions mises en vente, et qui représentent tout de même 40 % d’OL Groupe ? Via son pacte d’actionnaire, Jean-Michel Aulas peut s’en porter acquéreur, même si récupérer les actions d’IDG coûterait par exemple environ 100 millions d’euros. Les deux actionnaires vendeurs ont en tout cas déjà eu des sollicitations selon Le Progrès, sans savoir si une seule entité pourrait tout racheter, ou s’il s’agit de deux rachats distincts. Pour le moment, l'identité de ces candidats au rachat n'a pas été dévoilée, mais les mouvements de lignes ont été effectués très rapidement, preuve que la situation intéresse du monde. Un dossier que l’on suit forcément de près à l’OL, même si Jean-Michel Aulas a été rassuré à tous les niveaux sur la confiance qu’il inspire à l’ensemble des actionnaires, et donc la garantie que le développement d’OL Groupe à travers les investissements, mais aussi le refinancement de la dette, était appuyé par la majorité des actionnaires. 

 

Lyon : La fuite des actionnaires ?

Score.fr

Ambitieux et à la hauteur d’un match de haut niveau à Porto mercredi soir, l’olympique Lyonnais, dans une saison galère, trouve du réconfort sur la scène européenne. Mais cette fois-ci, c’est du côté extra-sportif que le club s’anime.

En effet, un tout autre match est en train de se disputer en coulisses. Selon certaines rumeurs, deux importants actionnaires pourraient annoncer leurs départs du club incessamment sous peu.

Le groupe Français Pathé et le fond d’investissement Chinois IDG Capital, tous deux actionnaires d’OL Groupe, propriétaire de l’Olympique Lyonnais annoncent « avoir mandaté Raine, une banque d’investissement spécialisée dans le secteur des médias du sport, en vue d’évaluer leurs options stratégiques et financières concernant leurs participations respectives dans le club ».

Le groupe de distribution de film Pathé était entré dans l’actionnariat du club rhodanien en 1999, il en possède aujourd’hui 19,26 % du capital et 24,45 % des droits de vote. IDG Capital avait quant à lui pris des parts fin 2016 et détient à présent 19,74% du club pour 25,07% des droits du club. Les deux actionnaires pèsent donc au total 39 % d’OL Groupe.

Ces deux groupes ajoutaient : « Pathé et IDG ont reçu des marques d’intérêt de la part d’investisseurs et privilégieront les parties souhaitant collaborer avec la direction actuelle afin de continuer à développer la vision du club et de s’appuyer sur l’héritage de l’Olympique Lyonnais ».

Face à cette situation, le club rhodanien n'a pas tardé à réagir : "OL Groupe rappelle que, comme annoncé lors de la présentation des résultats semestriels le 16 février dernier, il travaille activement à un projet de renforcement de sa structure financière. »

Et d'ajouter : "Ces travaux ont pour objectif de permettre la poursuite des projets de développements qui comprennent notamment l’Arena multifonctionnelle dont la construction a débuté et qui s’inscrit dans le projet OL Vallée ; l’équipe féminine OL Reign à Seattle (Etats-Unis) ; et les investissements d’OL Groupe dans l’ASVEL, dont l’équipe masculine est depuis la saison 2021/22 membre permanent de l’Euroligue ».

Les finances du club, facteur explicatif de cette fuite d’investisseurs ?

OL Groupe enregistre des produits des activités à hauteur de 116,1 millions d’euros au premier semestre 2021-22 (du 01/07 au 31/12/2021), en baisse de 5,8 % par rapport aux six premiers mois de l’exercice 2020-21 (123,3 M€), a annoncé la holding propriétaire de l’Olympique Lyonnais. Hors trading de joueurs, le chiffre d’affaires est en hausse de 7,1 % à 75 M€. Si les revenus issus des droits TV et marketing sont en baisse de 13,7 M€, l’OL bénéficie en revanche de l’augmentation des recettes billetterie (+12,3 M€) et « Events » (+3,4 M€) à la faveur de l’allégement des contraintes sanitaires provenant de la crise du Covid-19. Le groupe enregistre une perte nette de 27,1 M€, soit presque deux fois moins qu’un an auparavant (- 50,6 M€). L’excédent brut d’exploitation (EBE) est également en forte amélioration pour s'établir à 14,7 M€, contre -9,3 M€ sur la même période en 2020-21. Des résultats qui attestent de « la nette reprise de l’activité. » selon le groupe.

Et on peut ajouter à cela « un mercato hivernal particulièrement réussi, avec la cession de Bruno Guimarães à Newcastle pour 50,1 M€ (dont 8 M€ d’incentives), 4e plus importante cession du club, et de Sherdan Shaqiri (SUI) à Chicago (6,7 M€) et des arrivées optimistes avec Romain Faivre (en provenance de Brest, 15 M€ + 2 M€ de bonus + 15 % sur plus-value future) et Tanguy NDombelé prêté par Tottenham jusqu'à la fin de saison (1,42 M€) », indiquait OL Groupe à propos d’opérations de transferts qui impacteront les résultats du second semestre de l’exercice.

L’OL doit négocier précieusement ces changements extras sportifs dans une période où les résultats sportifs se font attendre par les supporters. Si les Lyonnaises ont déjà bon nombre de points d’avance sur leurs rivales de D1 Arkema, les Lyonnais pointent, eux, à la 9 ème places avec d’importantes confrontations à aller gagner pour espérer glaner une place européenne l’année prochaine. Cela commence par un résultat obligatoire sur Rennes ce week end. Et une confirmation plus qu’importante attendue contre Porto jeudi.

 

Le message de Caqueret sur son avenir à Lyon et son "rêve" d'équipe de France

rmcsport.bfmtv.com

Maxence Caqueret s'est présenté vendredi face à la presse à deux jours du duel de la 28e journée de Ligue 1 entre l'OL et Rennes. Le milieu rhodanien, cadre de l'équipe de Peter Bosz, discute d'une prolongation avec sa direction et a affiché son rêve d'évoluer en équipe de France.

Titulaire indiscutable de l'équipe lyonnaise cette saison, Maxence Caqueret enchaîne les bonnes performances sous les ordres de Peter Bosz. Associé à Tanguy Ndombélé depuis la fin du mercato hivernal, le milieu de 22 ans fait partie des pièces maîtresses du renouveau des Gones en Ligue 1. Présent vendredi en conférence de presse avant le choc de la 28e journée de Ligue 1 contre Rennes, le Baby Gone a fait le point sur son avenir alors que son contrat s'achève en juin 2023.

"Mon entourage est en discussion avec le club. Moi je me focalise vraiment sur le terrain, a lancé Maxence Caqueret face à la presse. Ce n’est pas quelque chose qui me perturbe. En général j’essaye d’être le meilleur possible et de me concentrer sur mes entraînements et mes matchs sans penser à cette prolongation.

Caqueret: "L'EDF? Réellement un objectif pour moi"

Maxence Caqueret va devoir faire des choix forts pour la suite de sa carrière. Le milieu formé à Lyon va devoir choisir entre rester à l’OL et quitter les Gones et cette décision pourrait bien influer son un éventuel avenir sous le maillot tricolore, l’un des rêves de sa carrière.

"Bien sûr que l’équipe de France c’est quelque chose qui me fait rêver. C’est réellement un objectif pour moi dans ma carrière d’atteindre cette équipe A. Sachant que j’ai fait toutes les catégories d’équipe de France, c’est logique que je pense à intégrer les A dans mon futur, a encore estimé le milieu rhodanien. Après ce n’est pas une pression que je me mets. Si cela vient, cela vient. Et je serai le plus heureux du monde. Si cela ne vient pas, je travaillerais encore pour atteindre cet objectif."

Bosz confiant pour Caqueret chez les Bleus

Ambitieux pour la suite de sa carrière, Maxence Caqueret a toutefois précisé qu’il n’en discutait pas dans le vestiaire avec ses partenaires. Des coéquipiers expérimentés au niveau international et qui pourraient lui servir d’exemple. Et peut-être un jour, l’aider à revêtir cette tunique bleue qui l’inspire tant. Son coach Peter Bosz, lui, y croit dur comme fer.

"J'ai beaucoup parlé avec lui sur le fait de ne pas perdre des ballons faciles, ce n'est pas toujours possible de jouer vers l'avant si les lignes de passes sont fermées. Dans ce cas il doit garder le ballon. Il peut encore progresser. S'il progresse là-dessus, c'est un joueur pour l'équipe de France, a tranché le technicien néerlandais de Lyon. Il anticipe de manière incroyable. Il récupère beaucoup de deuxièmes ballons, des ballons perdus par ses coéquipiers. Mais attention, lui aussi ne doit pas perdre des ballons faciles. "

 

OL: "On s'était fait manger", Bosz et Caqueret veulent leur revanche contre Rennes

rmcsport.bfmtv.com

Corrigé à l'aller en Bretagne (4-1), l'OL compte bien se rattraper ce dimanche (17h05) face au Stade Rennais, à l'occasion de la 28e journée de Ligue 1. En conférence de presse, Peter Bosz et Maxence Caqueret ont insisté sur la notion de revanche.

"On avait été très mauvais, heureusement il n'y avait eu que 4-0, enfin 4-1... Les joueurs et le staff avaient été mauvais et Rennes avait été très bon ce soir-là. On avait eu aucune chance de faire un bon résultat. Je n'ai pas oublié. On avait eu une période difficile. Je dis toujours qu’il faut regarder en arrière pour apprendre et il y a beaucoup à apprendre de ce match. Heureusement on a progressé depuis. Rennes va rencontrer un autre OL", a promis le technicien néerlandais ce vendredi en conférence de presse. Neuvième de Ligue 1, son équipe reste sur deux succès convaincants (4-1 à Lorient en championnat et 1-0 à Porto en Ligue Europa), et a besoin d’enchaîner pour se replacer dans la course aux places européennes.

Caqueret : "On s'était fait manger"

En face, Rennes vient d’être battu par Leicester (2-0) en Europa Conference League mais pointe à la quatrième place de la Ligue 1. "On a progressé dans tous les domaines. Ce n’est pas difficile parce qu’être plus mauvais que lors de ce match à Rennes, ce n’était pas possible. On joue beaucoup mieux depuis ce match à Rennes. Ça marche pas mal en ce moment. On a changé le système, on a le bon état d'esprit", a insisté Bosz. Même discours du côté de Maxence Caqueret : "On est mieux en 2022, on produit un meilleur football. On prend beaucoup plus de plaisir à jouer, c'est ce qu'on avait un peu perdu sur la première partie de saison."

"Rennes, c’est un très mauvais souvenir, a insisté le jeune milieu de terrain (22 ans). On avait été dépassés dans toutes les zones sur tout le match, on a vraiment envie de prendre une revanche. Rennes est en plus un concurrent direct (pour l’Europe), c'est un match très important. Ce match aller nous avait fait beaucoup de mal, on en avait beaucoup parlé, c'était une désillusion. On peut dire que c'était notre plus mauvais match de la saison, on s'était fait manger de la première à la dernière minute. C'est un sentiment de revanche. On est là pour gagner tous nos matchs."

En plus de Sinaly Diomandé et Rayan Cherki, absents de longue date, l'OL sera privé pour ce match au Groupama Stadium de Jérôme Boateng, toujours blessé.

Un coach dépassé, des joueurs largués et des attitudes très inquiétantes. Le 7 novembre, l'OL avait pris une leçon de football au Roazhon Park, corrigé par des Rennais alors sur un petit nuage (4-1). Ce match avait laissé des traces côté lyonnais. Dans les têtes et dans un vestiaire marqué par la dispute entre Lucas Paqueta et Houssem Aouar au moment de tirer un penalty anecdotique en fin de match, par la soufflante de Jérôme Boateng sur son capitaine Léo Dubois, et par l’explication très tendue après la rencontre entre le champion du monde allemand, toujours lui, et Rayan Cherki. Quatre mois après, l’OL va beaucoup mieux. Mais Peter Bosz n’a "pas oublié" cette humiliation. Et il attend une toute prestation dimanche (17h05) à domicile.

 

OL : Pour Karim Bennani, tout a changé après l’OM

footradio.com

Toujours distancé par les équipes de tête en Ligue 1, l’Olympique Lyonnais garde des motifs d’espoir grâce au contenu de ses matchs. Les Gones montrent un meilleur visage depuis quelques semaines. Un déclic que le journaliste Karim Bennani situe au choc remporté face à l’Olympique de Marseille (2-1) en février dernier.

On peut parler d’un petit exploit pour l’Olympique Lyonnais. Car avant son huitième de finale aller de l’Europa League jeudi, une seule équipe française, le FC Nantes, avait réussi à s’imposer à Porto (2-0) en 1971. C’est dire la qualité de la performance réalisée par le club rhodanien (1-0). Ce résultat confirme la montée en puissance des hommes de Peter Bosz qui, malgré l’écart qui les sépare encore du wagon de tête en Ligue 1, montrent une certaine progression dans le jeu.

Pour le journaliste Karim Bennani, le déclic a eu lieu le 1er février dernier, lorsque l’Olympique Lyonnais diminué par de nombreuses absences avait renversé l’Olympique de Marseille. « On ne pouvait pas s’attendre à ça (au réveil de l’OL, ndlr), sauf si l’on se référait au parcours européen de Lyon lors de la phase de groupes de l’Europa League, a commenté le chroniqueur de L’Equipe de Greg. Ils ont été impressionnants en Coupe d’Europe. Ils n’avaient pas des adversaires du calibre de Porto, mais ils ont fait le boulot. »

« Ça s’est un peu délité en championnat pendant quelques temps. Et je pense que cette victoire contre Marseille, même s’il y a eu une défaite après (2-0 à Monaco), il y avait du contenu. Ils étaient handicapés, ils ont réussi à gagner un match tellement important pour la suite de la saison que ça leur a redonné confiance, a expliqué le journaliste sur la chaîne L’Equipe. Ça a permis à Peter Bosz d’avoir un peu de légitimité dans le vestiaire et auprès des supporters. C’est aussi important pour avancer dans la saison. » Cet hiver, les signatures de Tanguy Ndombele et de Romain Faivre ont également amené un plus chez les Gones.

 

OL : Paqueta successeur de Di Maria au PSG ?

Foot01.com

En fin de contrat au mois de juin, Angel Di Maria ne devrait pas être prolongé par le PSG, qui cible Lucas Paqueta (OL) pour le remplacer.

Angel Di Maria vers la sortie, Lucas Paqueta pour compenser ce départ, le plan du Paris Saint-Germain est simple, sur le papier. A en croire les informations divulguées par le journal AS, la direction francilienne a bien l’intention de foncer sur le meneur de jeu de l’Olympique Lyonnais afin de compenser numériquement le départ d’Angel Di Maria, en fin de contrat au mois de juin et dont le bail ne sera pas prolongé par Leonardo et Nasser Al-Khelaïfi. Lucas Paqueta, neuf buts et cinq passes décisives sous les couleurs de l’OL depuis le début de la saison, est un joueur bien connu de Leonardo, qui avait misé sur lui à l’AC Milan, où l’international brésilien n’a finalement pas connu la réussite espérée. Après un début de saison canon à l’OL, Lucas Paqueta a traversé une période moins faste mais depuis quelques semaines, le meneur de jeu du Brésil retrouve son meilleur niveau, ce qui incite fortement le PSG à approfondir ce dossier.

La piste Paqueta au PSG se confirme

A en croire le média espagnol, le départ d’Angel Di Maria, remplaçant face au Real Madrid mercredi soir en huitième de finale de la Ligue des Champions, est définitivement acté en interne. Pour le remplacer, le profil de Lucas Paqueta colle en tous points. Le milieu offensif de l’OL est relativement jeune, il n’aura aucun mal à s’adapter dans un vestiaire au sein duquel il connait déjà Neymar ou encore Marquinhos et en plus, il a déjà l’expérience de la Ligue 1 et de la Coupe d’Europe. Reste maintenant à voir si financièrement, le profil de Lucas Paqueta collera avec les possibilités et les envies du Paris Saint-Germain. Recruté pour 20 millions d’euros par l’OL en septembre 2020, Lucas Paqueta ne sera certainement pas bradé par Jean-Michel Aulas cet été. Après la vente de Bruno Guimaraes à Newcastle pour 50 millions d’euros, Lucas Paqueta sera valorisé dans les mêmes sphères par l'état-major de l'OL.

 

Mercato Lyon : Un club XXL pour un attaquant Rhodanien ?

Score.fr

Faible offensivement et largement défait le week-end dernier lors du derby de Manchester. United pourrait envisager d’améliorer et de refonder son secteur offensif. Les Red Devils surveilleraient l'attaquant de l'OL, Moussa Dembélé.

A l'heure des doutes pour les Mancuniens, actuellement 5 ème du championnat à un point d’Arsenal, qui à trois matchs à jouer de retard, le constat est difficile pour les joueurs et leurs supporters. Le secteur offensif apparaît comme une véritable armada sur le papier : Rashford, Ronaldo, Martial, Lingard, Cavani. Seulement voilà, sous les ordres de Ralf Rangnick, l’entraîneur intérimaire des Mancuniens, l’attaque reste souvent un point faible. Si elle est capable de ne pas rester muette à l’image du but inscrit par Sancho ce dimanche. C’est le plus souvent le jeune Suédois Elanga qui est préféré aux grosses pointures offensives, notamment à Rashford ce week end.

Marcus Rashford, n’apparaît plus dans le onze titulaire de United. Buteur seulement à 5 reprises en 24 apparitions, il pourrait avoir des envies d’ailleurs. Comme le rapporte le Daily Mail, Edinson Cavani et Jesse Lingard sont en fin de contrat, toujours pas prolongé par United. Ronaldo pourrait être susceptible de partir et enfin, Martial pourrait définitivement signer avec Séville, club dans lequel il évolue en prêt depuis cet hiver. Afin de renouveler son attaque, le club mancunien penserait notamment à Moussa Dembélé d'après le média anglais.

Avec 9 buts en 22 apparitions cette saison, l'avant-centre de l'OL continue de marquer, surtout en 2022 (5 réalisations cette année). Ses performances intéresseraient les Red Devils. Le montant d'un éventuel transfert serait estimé à près de 30 millions d'euros. L'ancien joueur de Fulham et des Celtic Glasgow est lié à l'Olympique lyonnais jusqu'en 2023. La question d'une vente devrait donc se poser s'il ne prolonge pas d'ici-là, puisqu'il partirait libre s'il ne resigne pas avec la formation rhodanienne.

Le championnat anglais pourrait convenir davantage à l’attaquant Lyonnais et l'OL ferait une plus-value nécessaire au club. Les Rhodaniens pourront ainsi se renforcer avec un autre 9. Le marché estival s’annonce très intéressant, avec notamment un Alex Lacazette déjà annoncé sur les plaquettes lyonnaises.

 

OL: Des anciennes gloires du foot bientôt réunies à Lyon pour l'UNICEF

foot-national.com

L'OL va organiser une rencontre caritative au Groupama Stadium au profit des Ukrainiens touchés par la guerre.

OL Fondation se met encore en œuvre pour subvenir au besoin des Ukrainiens bouleversés par la guerre. Le 10 mai prochain à 20h30, au Groupama Stadium, une équipe de légendes de l'OL affrontera l'équipe UNICEF, toutes deux composées de grands noms. Voici la composition des équipes, telle qu'elle est détaillée par l'OL :

Team OL Légendes : Sonny Anderson, Sidney Govou, Grégory Coupet, Michael Essien, Djila Diarra, Cris et Claudio Caçapa, Tony Parker, Domingo.

Team UNICEF : Christian Karembeu, Robert Pirès, Claudio Marchisio, Laure Boulleau, Paul Mirabel, Redouane Bougheraba, Alizé Lim, Juan Arbelaez.

Les billets sont d'ores-et-déjà disponibles à la vente à partir de 10€. Les fonds récoltés permettront de venir en aide au peuple ukrainien.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jérémy

Jérémy - @Breizhgone56

Occupé à plein temps par l'OL, bien que ce soit pas toujours un cadeau, il s'en contente.