L'actu du Mardi 18 Janvier

L'actu du Mardi 18 Janvier

Voir aussi... Troyes 0-1 OL : L'After // L'actu du Lundi 17 Janvier

Cherki s'interroge sur son avenir

Maxifoot.fr

 

Reconnu comme l’un des plus grands talents sortis du centre de formation de l’Olympique Lyonnais ces dernières années, l'attaquant Rayan Cherki (18 ans, 17 apparitions et 2 buts toutes compétitions cette saison) n’a pas encore réussi à s’imposer dans le onze de Peter Bosz cette saison. Et l’international Espoirs français, qui n’a connu que cinq titularisations dans cet exercice, vient de vivre une nouvelle déception.

Dimanche, à Troyes (1-0), la pépite lyonnaise a été très déçue de rester sur le banc durant toute la rencontre, selon L’Equipe. En l’absence d’Islam Slimani, Karl Toko Ekambi et Tino Kadewere, tous engagés à la CAN, Cherki pensait pouvoir obtenir au moins quelques minutes. Mais son entraîneur a effectué seulement deux changements, faisant entrer Xherdan Shaqiri puis Malo Gusto. Un choix très difficile à digérer pour le joueur. A tel point que l’élément offensif s’interroge sur son avenir à Lyon.

Jusqu’à présent, son entourage a toujours repoussé les approches des clubs intéressés, parce que le natif de Lyon a toujours voulu d’abord s’imposer à l’OL. Mais le joueur souhaite désormais s’entretenir avec la direction pour clarifier son statut à 18 mois de la fin de son contrat. En fonction de la réponse du club rhodanien, Cherki pourrait changer ses plans et envisager un départ. Surveillé par de grands clubs européens, il intéresse aussi l'OGC Nice, qui rêve de refaire le même coup que pour Amine Gouiri.

 


 

Juninho « ne voulait pas du tout de partir » mais…

Sport.fr

 

Alors que le départ de Juninho a été officialisé, de nouvelles révélations viennent mettre un peu plus d’huile sur le feu.

Interrogé dans les colonnes de 20 Minutes cette semaine, le journaliste Thomas Lacondemine a fait quelques révélations concernant le départ du directeur sportif lyonnais, Juninho. Pour rappel, le Brésilien était revenu au club en 2019 après de longues négociations avec Jean-Michel Aulas.

« Ce qui l’a gêné, c’est aussi d’avancer à l’aveugle, car il n’a jamais eu un budget clair pour un mercato. Il travaillait donc sur plein de joueurs avec des catégories de prix différentes, comme Arnaut Danjuma et Erik Lamela l’été passé. Mais la véritable goutte d’eau, c’est le départ fin octobre vers Angers du recruteur, Patrice Girard, avec qui il s’entendait très bien, et que le club n’a pas cherché à retenir. Je pense qu’il a dit tout ça pour faire bouger les choses. Il n’envisageait pas du tout partir avant la fin de la saison. Il s’attendait à ce qu’on le soutienne, qu’on cherche à le retenir, mais il s’en est pris plein la gueule par Aulas et Ponsot. Il a été dépassé par les conséquences de cette interview. S’il part, ce n’est pas de gaieté de cœur. »

 


 

Marcelo ne veut pas retourner en Turquie malgré une offre acceptée par l'OL

Rmcsport.bfmtv.com

 

Ecarté du groupe professionnel en début de saison, Marcelo joue depuis plusieurs mois avec la réserve de l’Olympique Lyonnais. Cet hiver, le défenseur aurait pu revenir en Turquie, plus précisément à Fatih Karagümrük qui a fait une offre acceptée par les Gones. Mais le Brésilien s'oppose pour l'instant à ce transfert.

Depuis son arrivée à l’Olympique Lyonnais en 2017, Marcelo (34 ans) a connu des hauts et des bas. Malgré des altercations avec les supporters, le Brésilien avait su retrouver une certaine crédibilité auprès de son public grâce à des performances abouties. Mais cette saison ressemble de plus en plus à un point de non-retour pour le joueur.

Présent depuis plusieurs mois avec la réserve des Lyonnais, le Brésilien aurait pu rebondir dans un pays qu’il connaît. Selon nos informations, le club turc de Fatih Karagümrük a fait une offre aux Gones, acceptée par ces derniers. Mais Marcelo refuse, pour l'heure, de revenir en Turquie. Pour rappel, il avait évolué pendant deux saisons à Besiktas.

Bosz "d’accord" avec la décision du club pour Marcelo

Au moment de la décision du club français d’écarter Marcelo suite à la défaite contre Angers (3-0) en début de saison, Peter Bosz avait expliqué être "en accord" avec ses dirigeants. Tout en restant indécis pour l’avenir du défenseur: "Je ne sais pas ce qu’il va se passer à l’avenir. Le club va discuter avec lui."

En attendant, les Lyonnais doivent composer avec cet élément sur lequel ils ne comptent plus. Même si ce dernier se montre professionnel en National 2, comme l'expliquait un habitué des terrain de Décines: "Il est très professionnel, très impliqué avec cette envie de transmettre.

 


 

Un duel OL-OM pour Isaak Touré ?

Foot01.com

 

Selon les informations de L’Equipe, l’OM et l’OL sont intéressés par le profil du jeune défenseur central du Havre, Isaak Touré.

Pour l’instant inactif lors de ce mercato hivernal, l’Olympique Lyonnais espère toujours boucler la venue de Sardar Azmoun. Le dossier de l’international iranien du Zénith Saint-Pétersbourg semble interminable. En parallèle, la direction lyonnaise travaille sur d’autres dossiers à d'autres postes. A en croire les informations de L’Equipe, l’OL suit par exemple la piste d'Isaak Touré, jeune défenseur central du Havre (18 ans). Auteur d’une première partie de saison remarquable en Ligue 2, ce joueur au très grand gabarit (2,04m) suscite l’intérêt de plusieurs clubs de l’élite. Tandis que Lyon et Bordeaux ont supervisé le joueur sans encore soumettre d’offre au Havre, d’autres clubs sont plus avancés sur le dossier Isaak Touré.

L'OM plus chaud que l'OL sur le dossier ?

A ce jour, Strasbourg, Reims, Troyes… et l’Olympique de Marseille sont les clubs les plus chauds pour recruter le défenseur central du Havre. Parmi ces quatre clubs, certains ont d’ores et déjà envoyé une proposition au Havre pour recruter Touré cet hiver mais l’identité des clubs ayant envoyé une première offre n’a pas filtré. Quoi qu’il en soit, Le Havre a l’ambition de monter en Ligue 1. Ambitieux, le club normand n’a donc pas l’intention de se séparer de son meilleur joueur cet hiver. En cas de vente lors de ce mercato de janvier, Le Havre exigera le prêt immédiat pour six mois d’Isaak Touré. Des conditions qui pourraient par exemple convenir à Marseille, qui bouclerait ainsi le recrutement d’un joueur dans l’optique de juin avant d’être possiblement interdit de recrutement. L’intérêt de l’OM n’a par ailleurs rien d’étonnant quand on sait que Jordan Amavi a rejoint l’OGC Nice au début du mois et que Duje Caleta-Car est toujours courtisé en Premier League. Dans ce secteur de jeu, Boubacar Kamara a également de grandes chances de partir, le minot de Marseille étant en fin de contrat au mois de juin prochain…

 


 

OL-ASSE : L'espoir ruiné d'un 124e derby avec une jauge augmentée ?

Rmcsport.bfmtv.com

 

Alors que l'OL voulait augmenter la jauge du Groupama Stadium pour le derby face à Saint-Etienne, prévu ce vendredi (21h), le club rhodanien devra très probablement se contenter de la jauge de 5.000 personnes instaurée par le gouvernement.

L'OL perd un nouveau combat. Alors que le club voulait accueillir plus de 5.000 spectateurs à l'occasion du derby face à Saint-Etienne, ce vendredi à 21 heures, la jauge ne sera pas augmentée pour le 124e derby La raison? Le timing de la décision du Conseil Constitutionnel, saisi dimanche par une soixantaine de députés de tous bords, qui contestent le passage en pass vaccinal du pass sanitaire en vigueur, le projet de loi votée par l’Assemblée Nationale dimanche dernier. Le Conseil Constitutionnel a indiqué ce matin qu’il rendra sa décision vendredi.

Comme le match entre Lyon et Saint-Etienne est programmé le soir à 21 heures, il semble difficile que cela puisse permettre aux autorités d’autoriser dans la foulée (en admettant que la décision soit positive) le dossier déposé par l’OL, de "diviser" le stade en cinq stades différents, en séparant chaque tribune où 5.000 supporters pourraient venir.

Un succès sanitaire pour OL-PSG

C’est l’organisation proposée (et rejetée) dès le premier match de l’année face au PSG le 9 janvier dernier. Mais les dirigeants lyonnais ne désespéraient pas de proposer une jauge augmentée, pour le deuxième rendez-vous de ce début 2022, qui aurait du faire le plein pour la deuxième fois en 15 jours.

Fort du succès "sanitaire" de Lyon-PSG, où seules les loges labellisées restauration avaient accueilli des supporters qui avaient pu suivre la match après avoir dîné, l’OL avait monté un dossier, photos à l’appui, de tout ce qui avait été fait (distribution de masques FFP2, fermeture des buvettes, remarques répétées par les stadiers aux fans de porter en permanence le masque).

Tirage au sort pour le derby

Du coup, la jauge des 5.000 personnes devrait être répartie différemment : là où une large majorité avait été donnée aux supporters en loge, il devrait y avoir une parité entre "VIP" et supporters grand public avec un tirage au sort parmi les 25.000 abonnés qui avaient été sondés par mail sur leur volonté et leur disponibilité pour cette rencontre. Le dernier derby en présentiel à Lyon date du 1er mars 2020, juste avant le confinement et avait attiré 52 722 spectateurs. Il y avait même eu 58 069 personnes pour le derby de février 2018.

Ce sera donc la troisième affiche qui aurait dû faire le plein de personnes et de liquidités et qui sonnera creux après le futur OL-OM à rejouer à huis clos et le Lyon-PSG au début de la réduction des jauges à 5.000 le 9 janvier dernier. La saison estampillée "annus horribilis" de l’OL se poursuit donc.

 


 

L’attitude de l’OL contre Troyes, Sidney Govou est remonté

Footradio.com

 

L’Olympique Lyonnais a pris un peu d’oxygène ce week-end en venant à bout de l’ESTAC (0-1, 21e journée). Même si ce succès a été poussif, les hommes de Peter Bosz ont, à minima, assuré les trois points.

C’est une situation délicate que vit actuellement Peter Bosz. Avec des résultats loin des attentes pour un club tel que l’OL, le coach batave ne peut pas non plus se targuer d’être soutenu au moins publiquement par son président. En effet, il y a peu, interrogé sur une hypothétique venue de Laurent Blanc, Jean-Michel Aulas n’a nullement répondu par la négative, bien au contraire. Dès lors, avec, en prime, un Juninho qui s’est délesté de son poste de directeur sportif,, l’ancien coach du Borussia Dortmund ne se trouve plus vraiment en position de force…

Des Lyonnais toute en suffisance

Néanmoins, il reste du temps à Peter Bosz pour remonter vers les places européennes. Surtout que les Rhodaniens ne sont pas tant largués que cela au classement. Un état de fait qui ne rassure pas vraiment un certain Sidney Govou au micro du Late Football Club. Celui qui a commenté la victoire des Gones face à Troyes ce dimanche pour Canal+, n’a pas vraiment été emballé par le spectacle observé…

« Est-ce que cette victoire rassure le Lyonnais en moi ? Non, elle ne me rassure pas. Quand on voit le match, l’OL a eu 30 premières minutes intéressantes et  a gagné. Cependant, en deuxième période, Lyon n’a pas été rassurant. Ils sont tombés dans un faux-rythme, c’est un gros problème depuis un bon moment déjà. Le problème c’est que quand vous tombez dans un faux-rythme, l’adversaire reprend confiance. Cette attitude ressemble à de la suffisance, et c’est cela qui me dérange. Là, c’est passé parce que c’était Troyes en face, mais contre un autre adversaire cette attitude ne passe pas », a pesté Sidney Govou face à une attitude qui ne lui fait pas prédire que de bonnes choses à son ancienne équipe…

 


 

L'arbitre pour le derby est révélé !

OL+ via Twitter

 

 


 

Le club refuse de prêter Bradley Barcola

Hugo Guillemet via Twitter

 

 


 

L'Olympique Lyonnais ont renouvelé sa collaboration avec l'Athletic (Liban)

OL via Twitter

 

 

Voir aussi... Troyes 0-1 OL : L'After // L'actu du Lundi 17 Janvier

Le Stagiaire

@JeanLeStagiaire

De Gerland jusqu’à Fourvière brillera la ville des lumières.
Merci maman de m’avoir fait lyonnais.