L'actu du Vendredi 7 Janvier

L'actu du Vendredi 7 Janvier

Voir aussi... L'actu du Jeudi 6 Janvier // OL - PSG : L'Avant Match

Boateng : « Retrouver un jeu avec beaucoup de passion »

OL.fr

Le défenseur central, Jérôme Boateng, s'est présenté devant la presse pour évoquer le rendez-vous important face à Paris dimanche. L'intégralité de la conférence est à retrouver sur OLPLAY.

Le début d’une nouvelle année

« Il est important de faire une meilleure année. Il faudra bien démarrer, quelque soit l’adversaire. On n‘est pas dans une très bonne situation mais on doit le faire à domicile. On doit s’améliorer pour remonter au classement. On devra travailler dur pour s’en sortir. Il faudra le faire ensemble. »
 
Le match contre le PSG

« Il faut revenir aux bases. On doit retrouver un jeu avec beaucoup de passion. On doit être plus compact. Il faudra bien débuter la rencontre. On doit avoir l’envie de donner le meilleur nous-mêmes. Le PSG est une excellente équipe avec des joueurs de classe mondiale à chaque poste. Le foot reste un sport d'équipe, il faut le garder à l'esprit. »
 
Un stade presque vide

« On aimerait jouer dans un stade plein, surtout pour un gros match comme ça, face à Paris. On doit respecter cette situation, en espérant qu’elle évoluera par la suite. C’est la même chose pour tout le monde. La situation du covid est très pénible. On fait attention. On fait au mieux. Il y a l’espoir d’un retour à la vie normale. »
 
Ton début de saison

« Je ne suis pas satisfait car je ne le suis jamais, encore plus avec notre situation. J’ai fait de mon mieux pour aider l’équipe et apporter ce que je pouvais. Je veux être encore plus exigeant avec moi-même. Je joue de la même façon qu’avec le Bayern. On a beaucoup de défis à relever. »
 
Castello Lukeba

« Il a le potentiel pour devenir un grand joueur. C’est un jeune joueur, il faut être patient. Il fait des très bons matches. Il est talentueux. Il a probablement un grand avenir qui l’attend s’il reste concentré sur le foot. »

 


 

La conférence de presse de Peter Bosz

OL.fr

Le coach Peter Bosz a répondu aux questions des journalistes à deux jours de la réception du PSG en Ligue 1 Uber Eats. La conférence de presse est à retrouver en intégralité sur OLPLAY.

Point santé

« La période est compliquée avec les blessés, le covid et la CAN. J’ai commencé avec 9 joueurs. D’autres ont repris depuis. Ce n’était pas facile. Les joueurs positifs au covid n’ont pas été très malades mais ils ont reprise il y a deux jours pour certains. Ce n’est pas beaucoup. Leur santé est le plus important. Je ne pense pas que Mendes sera disponible. Lucas Paqueta s’entraîne depuis deux jours. »
 
Le match face au PSG

« C’est une belle affiche mais il n’y aura malheureusement que 5000 spectateurs. Je suis désolé pour les supporters. Le PSG a tellement de bons joueurs. Je regarde plutôt mon équipe pour savoir comment on va jouer. J’espère qu’on fera le même match qu’à l’aller. On avait fait un bon match. On a perdu des points à la fin, comme souvent. On n’avait pas eu peur, on a eu un jeu agressif. »
 
Les axes de progression

« On doit changer des choses dans notre jeu. On en a discuté avec le staff et on s’est entraînés pour. J’ai déjà vu un changement depuis la reprise. Il y a de l’intensité à l’entraînement, de la discipline. Ce sont des choses intéressantes pour obtenir des succès. »

 


 

Bosz : « Le meilleur remède, c'est prendre des points »

Lequipe.fr

L'entraîneur de l'OL espère que son équipe, qui n'a pas gagné un match en décembre, engrangera quelques victoires pour retrouver la confiance. À commencer par la réception du PSG, dimanche (20h45).

« On imagine que vous n'avez pas besoin de beaucoup motiver vos joueurs pour le match de dimanche ?
Ah non, c'est sûr, pas du tout. C'est une très belle affiche contre le PSG, pour le premier match après la trêve. Malheureusement, ce ne sera que devant 5 000 spectateurs alors qu'on aurait dû jouer dans un stade plein. C'est vraiment dommage...

Le Covid vous a aussi privé du stage en Espagne cet hiver... Est-ce un coup dur ?
Oui, c'était une grosse déception. Mais on n'était pas suffisamment nombreux pour y aller, ça n'aurait pas servi à grand-chose. Un stage, c'est aussi pour souder l'équipe, pour mettre un bon état d'esprit. Malheureusement, on continue d'apprendre à vivre avec ce virus.

« Oui. Mais seulement si elle peut nous aider. Pas seulement sur un mois »

Il y a quelques absents de marque côté PSG (Neymar, Di Maria, Draxler, Hakimi etc.)...
Oui, mais ils ont tellement un gros effectif... Ils vont pouvoir facilement les remplacer. Donc je ne m'attarde pas trop là-dessus. Je regarde plutôt mon équipe et j'essaye de voir comment on va s'organiser nous, contre eux.

Votre effectif, en revanche, est diminué en attaque par les départs à la CAN. Comment allez-vous gérer cela ? En lançant des jeunes ? En misant sur le mercato ?
Un peu de ces deux choses-là. Les jeunes qui pourront saisir leur chance, le mercato... On savait déjà depuis très longtemps, depuis qu'on a repris en juillet, qu'il y aurait la CAN et que ça serait en janvier. On savait qu'on perdrait trois attaquants (Kadewere, Slimani et Toko Ekambi).

Vous attendez une recrue ?
Oui. Mais seulement si elle peut nous aider. Pas seulement sur un mois, mais aussi après. Il faut bien regarder. Malheureusement, avec le Covid, le stade n'est pas plein contre le PSG, c'est difficile pour le club...

Vous voulez dire financièrement pour recruter ?
Bien sûr.

« Avant d'espérer changer les résultats, il faut changer quelque chose dans notre jeu »

Qu'attendez-vous de vos joueurs pour améliorer les résultats ?
Avant d'espérer changer les résultats, il faut changer quelque chose dans notre jeu. Mais j'ai déjà vu des changements aux entraînements. Comme l'intensité et la discipline. Ce sont des choses importantes pour avoir des succès. Mais le meilleur remède, c'est prendre des points.

Comptez-vous vous appuyer sur la performance réalisée au match aller au Parc (défaite 1-2) ?
On avait très bien joué là-bas, j'ai vu mon équipe se battre, ne pas avoir peur et presser haut quand c'était possible. On a fait un bon match mais à la fin on a perdu des points, même si le penalty n'en était pas un. J'espère qu'on a appris des choses afin de réaliser un encore meilleur match.

Mbappé marche sur l'eau actuellement. Comment réduire son influence ?
Quand on parle du PSG, il ne faut pas parler d'un seul joueur. Ils en ont plusieurs de très bons. Lui, c'est sûr qu'il a des qualités exceptionnelles. Avant le match aller, vous m'aviez demandé comment jouer contre Messi... Là, c'est pareil : on va jouer en équipe contre le PSG. »

 


 

Barcola prolonge son contrat jusqu'en 2026

OL.fr

L'Olympique Lyonnais informe de la prolongation de son attaquant Bradley Barcola pour 2 saisons supplémentaires, soit jusqu'au 30 juin 2026.

Auteur de 11 matches (3 buts) avec l’équipe de National 2 et d’une entrée en jeu remarquée face au Sparta Prague en Europa League (1 passe décisive), l’attaquant lyonnais avait signé en septembre dernier son 1er contrat professionnel pour une durée de 3 saisons.

Agé de 19 ans, Bradley Barcola, qui évolue à l’Olympique Lyonnais depuis l’âge de 8 ans, s’était également distingué lors du match amical face à Bourg-en-Bresse en début de saison (1 but, 1 passe décisive).

Après la prolongation de Castello Lukeba officialisée en début de semaine, l’Olympique Lyonnais confirme ainsi vouloir s’appuyer sur les nombreuses ressources issues de son Academy.

 


 

L'OL plutôt épargné par le Covid-19 avant le choc contre le PSG

Lequipe.fr

Contrairement à celui du PSG, l'effectif de l'OL est plutôt épargné par le Covid. Ce vendredi soir, seul Thiago Mendes est positif et forfait pour le choc de la 20e journée de Ligue 1, dimanche (20h45).

Deux rondes de joueurs pour deux toros et dans chacune d'entre elles, deux Brésiliens. Paqueta et Guimaraes avec Cherki et Caqueret d'un côté, Henrique et Emerson (*) avec Aouar et Dembélé de l'autre : au moins, les Lyonnais ont donné l'image d'un groupe uni qui échappe au phénomène de clans, vendredi, lors de la séance d'entraînement matinale à Décines. Plus important, le groupe de Peter Bosz échappe aussi au Covid-19, à moins de 48 heures du choc face au Paris-Saint-Germain, dimanche (20h45) en Ligue 1. Seul le cinquième Brésilien de la bande, Thiago Mendes, manquait à l'appel. Positif au coronavirus, il est forfait contre le PSG.

L'entraîneur néerlandais a ainsi pu compter sur 16 joueurs de champ, ce qui n'est pas trop mal compte tenu des blessures (Denayer, Diomandé, Reine-Adélaïde) et des départs à la CAN (Toko Ekambi, Kadewere, Slimani), mais il a aussi fait remarquer que « certains n'ont repris l'entraînement que depuis deux jours », comme Paqueta et Shaqiri, qui ont contracté le virus pendant les vacances. Bosz craignait surtout les tests PCR de vendredi, ceux réalisés à deux jours du match comme le réclame le protocole, mais il est enfin rassuré : aucun nouveau cas n'est venu s'ajouter à celui de Mendes.

« C'est difficile pour les entraîneurs, mais aussi pour vous les journalistes pour savoir qui sera là», a ironisé le technicien, qui hésite encore entre son système en 3-4-3 et le plus traditionnel 4-2-3-1 pour affronter les Parisiens. L'OL espère commencer 2022 par un succès, après avoir traversé le mois de décembre sans aucune victoire.

 


 

OL-PSG: combien Lyon va perdre à cause de la jauge à 5000 spectateurs?

RMC.fr

Alors que l'OL s'apprête à recevoir le PSG et Saint-Etienne en janvier en Ligue 1, seulement 5.000 personnes pourront assister à ces deux rencontres. Un sacré coup dur pour le club selon Xavier Pierrot, directeur général adjoint en charge du Groupama Stadium.

Le calvaire de l'OL se poursuit. Alors que le club est en difficulté sportivement (13e) avant d'accueillir le PSG ce dimanche, le club rhodanien ne pourra compter que sur la présence de 5.000 supporters en raison des jauges instaurées par le gouvernement. Une double sanction selon Xavier Pierrot, qui avait pourtant tout prévu pour faire venir 20.000 personnes au Groupama Stadium.

"L'objectif était de ne pas regrouper les personnes dans une seule tribune, comme à Lens. On voulait avoir cinq tribunes, avec un siège sur deux, ce qui nous aurait amener à 20.000 personnes avec les loges. C'était le projet. Les buvettes étaient fermées, la sectorisation est en place donc vous ne pouvez pas circuler d'une tribune à l'autre. On aurait pu, comme on l'avait proposé, distribuer des masques FFP2 soit à l'entrée des transports en commun ou à l'entrée du stade. On avait tout mis en oeuvre pour que cela corresponde à ces cinq stades de 5.000 et qu'on ait cette justice par rapport à tous les supporters qui se sont fait vacciner", a constaté le directeur général adjoint en charge du Groupama Stadium.

Une perte entre 4 et 5 millions d'euros de bénéfices

Avec cette jauge, le mois de janvier s'annonce délicat pour les Gones, qui doivent accueillir Saint-Etienne le 21 janvier. Le match le plus attendu par les supporters lyonnais. Avant même la reprise et si le club ne précise pas les chiffres, on estime la perte entre quatre et cinq millions d'euros rien que pour ces deux rencontres. A titre de d'exemple, selon les précédents rapports d'activités, pour un match de Ligue des champions (type huitième de finale avec grosse affiche), le chiffre d'affaires avec les recettes "match day" (billeterie, catering, loges...) atteint six millions d'euros, pour un bénéfice de trois millions environ (sans les droits TV). En championnat, un match rapporte environ un à deux millions de bénéfices maximum.

"C'est un sentiment de colère qui est compliqué à expliquer. Le gouvernement confirme une compensation billetterie mais l'an dernier, elle n'a pas du tout été au niveau pour les grands stades que sont l'Orange Vélodrome, le Parc des Princes ou le Groupama Stadium."

Le directeur général adjoint en charge du Groupama Stadium évoque même "une double peine" pour les grands stades de France, forçant l'OL à "faire attention aux données économiques." Le club continue de faire un appel du pied pour que son projet pouvant contenir 20.000 personnes soit pris en compte. "Nous sommes en plein air, et nous ne comprenons pas comment on peut accueillir des dizaines de milliers de personnes dans des foires, des salons ou des centres commerciaux et punir les enceintes sportives, qui ne peuvent pas accueillir 20.000 personnes. C'est injuste et incompréhensible. On espère que d'ici le derby, on pourra accueillir tous nos abonnés."

 


 

L'OM, l'OL et Nice se placent sur Cédric Bakambu

Footmercato.net

Libre de tout contrat depuis son départ de Chine, Cédric Bakambu ne manque pas de courtisans. La Ligue 1 est une destination possible pour l'ancien joueur de Villarreal et plusieurs formations françaises lui font déjà les yeux doux comme l'OL, l'OM ou encore Nice.

Avoir un joueur dans la force de l'âge (30 ans) qui reste sur plusieurs saisons pleines, qui est libre de tout contrat en plein mois de janvier et qui a des envies de retour en Ligue 1 n'est pas commun. C'est pourtant le cas de Cédric Bakambu. L'attaquant international congolais, qui reste sur quatre belles saisons au Benjing Guoan (45 buts en 59 matches de championnat et un titre de meilleur buteur), souhaite revenir en Europe comme il nous l'a confié il y a quelques jours et n'est pas contre un retour en France.

« Aujourd’hui, je privilégie le challenge sportif. J’ai beaucoup voyagé, j’ai bien gagné ma vie, j’ai acquis beaucoup d’expérience. Là, je recherche un projet purement sportif, ici, en Europe », nous expliquait-il avant d'ajouter : « j’ai débuté en Ligue 1 avec Sochaux, mais c’était un peu compliqué parce qu’on jouait le maintien. Donc le contexte était assez particulier. Maintenant, si aujourd’hui je suis amené à revenir en Ligue 1, pourquoi pas, on verra. En tout cas moi, je ne suis pas focus ou fermé sur un seul championnat que ce soit à l’étranger ou en Ligue 1. Moi, comme j’ai dit précédemment, ça va être plus au feeling, je vais la jouer comme ça. » Un appel du pied assez clair, de celui qui était très récemment pisté par le FC Barcelone ou encore Villarreal, envers les gros clubs de Ligue 1 qui cherchent un attaquant expérimenté à moindre coût.

Les gros de Ligue 1 à l’affût pour Bakambu

Justement, l'OM est clairement à la recherche d'un attaquant en ce mois de janvier. Arkadiusz Milik en dedans, Bamba Dieng un peu trop tendre mais surtout parti à la CAN, Jorge Sampaoli manque de solutions devant. Une prise de contact a été établie entre les différentes parties. Même chose du côté de l'Olympique Lyonnais. Le club rhodanien, qui a aussi perdu Karl Toko Ekambi, Tino Kadewere et Islam Slimani avec la CAN, cherche à se renforcer offensivement. Et comme chez son concurrent olympien, les finances ne permettent pas de faire des folies sur le marché des transferts. Néanmoins, l'OL pourrait bien saisir l'opportunité Bakambu. Quant à Nice, l'actuel 2e de Ligue 1, il est bien doté en attaque avec Andy Delort et Amine Gouiri. Mais le club azuréen, qui est toujours à l'affût de coups sur le mercato, pourrait se laisser tenter pour densifier son attaque.

À une moindre mesure, le LOSC est également sur le coup, mais semble pour l'instant moins en mesure de rivaliser avec les autres clubs français. Bien évidemment, le retour en Ligue 1 de Cédric Bakambu est encore loin d'être assuré. Si le buteur congolais va être raisonnable au niveau de ses émoluments, il va privilégier l'aspect sportif et le discours du coach qui voudra le recruter. Il faudra alors pour ces cadors de l'élite française se montrer persuasif d'autant que des clubs espagnols et allemands sont également sur le coup.

 


 

Son avenir tranché fin février? Bosz commente la sortie d'Aulas

RMC.fr

Peter Bosz reste encore l’entraîneur de l’OL malgré un début de saison compliqué et une décevante 13e place en championnat. Avant la 20e journée de Ligue 1 et la réception du PSG, le technicien néerlandais s’est confié ce vendredi sur sa relation avec Jean-Michel Aulas et ses dirigeants.

L’OL doit redresser la barre en 2022. Efficace en Ligue Europa mais seulement treizième de Ligue 1 à mi-saison, le club rhodanien possède une superbe opportunité pour se relancer ce dimanche avec la réception du PSG lors de la 20e journée. A deux jours du choc contre les partenaires de Lionel Messi et Kylian Mbappé, Peter Bosz a été invité à réagir à la nouvelle organisation du club depuis le départ de Juninho pendant la trêve.

"J’étais, avec le président et avec Vincent Ponsot, toujours en contact. Toutes les semaines. Là-dessus il n’y a rien de de changé, a expliqué l’entraîneur des Gones conférence de presse. Mais c’est vrai, Juninho n’est plus là donc quand on parle des joueurs et du recrutement ou des départs, on est en contact plus direct. Absolument."

Bosz: "Je suis toutes les semaines en contact"

Arrivé pendant l’intersaison, Peter Bosz n’a pas encore obtenu les résultats escomptés en Ligue 1. En fin d’année, le président lyonnais lui a même lancé une sorte d’ultimatum en précisant qu’un bilan serait fait fin février. Avec un gros calendrier jusque-là en championnat, le couperet pourrait tomber sur la tête du technicien néerlandais. Quand on lui demande son ressenti sur la saillie de Jean-Michel Aulas, Peter Bosz répond à côté.

"Je suis toutes les semaines en contact avec eux (Jean-Michel Aulas et Vincent Ponsot). Les choses dont on parle, dont on discute là-bas dans les réunions que l’on a, cela reste entre nous, a encore estimé l’entraîneur de 58 ans. Je ne vais pas le relever."

Bosz joue gros en janvier et février

Relancé sur les déclarations de Jean-Michel Aulas dans la presse et le semblant d’ultimatum pour fin février, le Néerlandais ajoute: "Je ne réagis pas à des choses lues dans le journal. Moi je suis en contact direct avec lui. Et ça c’est un bon contact."

Mieux, à écouter Peter Bosz, il entretient donc une bonne relation avec ses dirigeants. Ces derniers lui ont même renouvelé leur confiance pour guider l’équipe.

"Le président a confiance en l’équipe, dans le staff. Il nous dit cela à chaque reprise, a conclu le coach de L’OL. Les choses que l’on veut changer et ce à quoi on pense, on discute directement entre nous. Entre nous, c’est toujours avec respect et très direct. Mais cela doit rester entre nous."

La réception du PSG, ce dimanche et devant 5.000 spectateurs au Groupama Stadium, constituera un premier match référence pour l’OL version 2022. Peter Bosz et les siens seraient bien inspirés de prendre des points pour engranger de la confiance. Après quatre matchs sans victoire avant la trêve, Lyon défiera Troyes, Saint-Etienne, Monaco, Nice et Lens dans les semaines à venir. En plus du derby contre les Verts, les Gones affronteront donc trois concurrents direct dans la course à l’Europe. Une grosse série permettrait de se rapprocher du podium… et donnerait plus de tranquillité à Peter Bosz.

 


 

Guimarães répond cash à l'intérêt d'Arsenal

Foot-sur7.fr

Bruno Guimarães est l’un des joueurs les plus courtisés de l’ OL depuis l’été dernier. En Premier League, Arsenal a fait de lui sa priorité. Newcastle United, le club le plus riche d’Europe depuis son rachat par des milliardaires saoudiens, est également aux trousses du milieu de terrain de l’Olympique Lyonnais. Selon les informations d’Evening Standard, ce dernier est ciblé par Everton aussi. Et ce n’est pas tout ! L’international brésilien (3 sélections) est sur la liste du FC Barcelone en Liga espagnole, du Borussia Dortmund en Bundesliga et de l’AC Milan en Serie A italienne.

Dans un entretien accordé à Globo, chaîne de son pays natal, Bruno Guimarães a lâché des indices sur son avenir à l’ OL. Il ne compte pas bouger cet hiver. « J’ai la confiance du coach Peter Bosz. Maintenant, je veux aussi faire la coupe du monde avec le Brésil, donc je vais tout donner cette saison. J’ai bien commencé, j’ai un bon niveau, mais j’ai encore beaucoup de choses à améliorer », a-t-il indiqué.

« Arsenal a approché mon agent, mais il n’y a eu aucune offre »

Le N°39 des Gones a aussi confirmé l’intérêt d’Arsenal. « Arsenal a approché mon agent, mais il n’y a eu aucune offre », a-t-il lâché, avant de faire cette ouverture : « mon objectif actuel est de remporter un titre avec Lyon, mais je n’ai jamais caché mon envie de jouer en Premier League ». Pour rappel, l' OL a acheté Bruno Guimarães à l'Athlético Paranaense (Brésil) contre une indemnité de transfert de 20 M€, fin janvier 2020. Il est sous contrat jusqu'en juin 2024 et sa valeur marchande est estimée à 30 M€. Toutefois, Jean-Michel Aulas espère le transférer à près de 50 M€.

 


 

L’OL patauge, Ludovic Guily connait les coupables

Foot01.com

Très sérieux et efficaces en Coupe d’Europe, les Lyonnais sont à l’opposé en championnat. Ludovic Giuly se penche sur le problème.

Les contre-performances s’enchainent et à la trêve hivernale, la sanction est déjà tombée avec une 13e place peu glorieuse. Au moment de recevoir le PSG, l’OL se retrouve à 22 points du leader. Autant dire que les deux clubs ne jouent pas dans la même catégorie, même si les Parisiens seront sans Neymar et peut-être sans Lionel Messi ce dimanche. Mais tant qu’il y aura Mbappé, ce sera le feu promet Ludovic Giuly. « Le danger viendra un peu moins de tous les sens, mais je serais plus inquiet pour Paris s’il n’y avait pas Mbappé. C’est lui qui tire le PSG vers le haut, c’est le joueur au top en ce moment. Et puis, ils ont d’autres grands joueurs… Avec eux, le PSG n’a pas encore trouvé la bonne formule, l’équilibre. En championnat, ça passe, même quand ça ronronne, mais en Ligue des Champions, il faut être à un autre niveau », a souligné le consultant télé qui a évolué sous le maillot du PSG, mais a été formé à l’Olympique Lyonnais.

Un problème mental pour les joueurs lyonnais

L’ancien international porte donc un regard aiguisé sur la formation de Peter Bosz, toujours aussi irrégulière. Et cela s’explique grandement par le comportement de certains joueurs, notamment ceux qui devaient franchir un cap et porter l’équipe sur leurs épaules. « Une carrière se construit toujours sur le long terme, pas sur des exploits et des bons matches de temps en temps. Je pensais que certains joueurs encore jeunes, allaient grandir plus vite. Mais tant qu’ils n’auront pas cette mentalité, ce sera difficile », a lancé Ludovic Giuly dans les colonnes du Progrès. Le Petit Prince de Gerland n’a pas donné de nom, mais il est évident que la saison d’un joueur comme Houssem Aouar n’est pas conforme aux attentes, et ne permet pas à l’OL de rectifier le tir alors que l’international français devait prendre les clés de l’équipe dans le domaine offensif.

 


 

Vidéo : l'entrainement du jour

OL via Twitter

 

 


 

L'OL propose une prolongation à Bruno Guimaraes

Twitter

 


 

Paqueta : « Juninho a changé ma vie »

Leprogres.fr

Dans une interview accordée à Prime Vidéo, le milieu brésilien a évoqué les liens profonds qui l'unissent à l'ancien directeur sportif de l'OL.

Malgré le départ de l'OL de Juninho, Lucas Paqueta conserve un immense respect pour l'ancien directeur sportif. Le milieu brésilien a confié toute la gratitude qu'il éprouve envers son compatriote dans une interview accordée à Prime Vidéo et qui sera diffusée dimanche soir dans Dimanche Soir Football (19h) avant OL-PSG.

«C'est une personne qui a changé ma vie, dit-il à Vitorino Hilton qui l'a interrogé. Pas pour m'avoir recruté, mais pour la confiance qu'il m'a passée quand je suis arrivé, pour le soutien à ma famille. Son départ va être dur pour nous, mais c'est sa décision, il avait ses raisons. Et je le soutiendrai toujours, je sais qu'il en fera de même avec moi et les autres joueurs. Ça va être dur mais il faut rester concentré sur notre objectif et continuer à travailler. »

«Je vais tout faire pour gagner des titres, pour graver mon nom dans l'histoire de ce club »

 Paqueta explique par ailleurs qu'il aimerait laisser une trace à Lyon dans la lignée de celle de Juninho :  «Je pense que personne n'arrivera à faire ce qu'a réussi Juninho ici. L'amour des supporters, la connexion avec le club... Mais oui j'ai envie d'écrire l'histoire avec Lyon, je vais tout faire pour gagner des titres, pour graver mon nom dans l'histoire de ce club. J'espère pouvoir réussir au moins 10% de ce qu'il a fait. »

 Dans le reste de l'entretien, Paqueta évoquera son style de jeu, son passage au Milan AC, l’image de la Ligue 1 au Brésil ou encore Neymar.

 

 

 

Voir aussi... L'actu du Jeudi 6 Janvier // OL - PSG : L'Avant Match

 

Viv

@centpourcentol

Votre webmaster depuis 2007, Gone passionné de l'OL !