L'actu du Mercredi 5 Janvier

L'actu du Mercredi 5 Janvier

Voir aussi... L'actu du Mardi 4 Janvier // Notes des joueurs 21-22

L'OL retient Bradley Barcola

Footmercato.net

Sollicité par plusieurs écuries pour le prêt de Bradley Barcola (19 ans), l'Olympique Lyonnais a, selon nos informations, fermé la porte à un départ cet hiver.

Le jeune attaquant, apparu en Ligue Europa contre le Sparta Prague (3-0), devrait profiter des absences liées à la Coupe d'Afrique des Nations pour grappiller du temps de jeu avec l'équipe de Peter Bosz.

 


 

Xavier Pierrot : « Incompréhensible de dire aux vaccinés qu’ils n’ont pas le droit de venir au match »

OL.fr

A quatre jours de la réception du Paris Saint-Germain, Xavier Pierrot, le directeur général adjoint en charge du Groupama Stadium, a exprimé sur OLPLAY la volonté du club de tout mettre en œuvre pour accueillir les 20 000 abonnés.

Xavier Pierrot, directeur général adjoint en charge du Groupama Stadium

« Il y a un décret applicable à partir du 3 janvier qui fixe la jauge à 5000 spectateurs. Ce décret est incohérent et injuste, il nous met en colère. On essaie d’être une entreprise citoyenne, on continue d’être un centre de vaccination au Groupama Stadium et on a poussé notre public à se faire vacciner. On prend cette décision comme une injustice. La capacité du stade n’est pas prise en compte. Ce n’est pas entendable pour des raisons sanitaires déjà. Il n’est pas envisageable de choisir parmi nos 20 000 abonnés. On sait qu’on ne pourra pas accueillir 60 000 spectateurs. On souhaite au minium de pouvoir accueillir tous nos abonnés. On voudrait juste un peu de cohérence, de responsabilité. On en a fait beaucoup depuis le début de la crise sanitaire et on souhaite continuer. On souhaite que nos abonnés, qui ont joué le jeu, puissent vivre ce match au stade. On entend tous nos supporters qui nous reprochent de ne pas avoir communiqué mais on n’est pas encore dans cette phase-là. On veut se battre jusqu’au bout, se donner la possibilité que l’intelligence collective fonctionne. Nos abonnés ont joué le jeu depuis le début. Je me mets à la place d’une personne qui ne voulait pas se faire vacciner, qui l’a fait parce qu’il savait que c’était le seul moyen de venir dans un stade en toute sécurité. Et alors qu’il l’a peut-être fait à contre-cœur, on lui dit qu’il n’a pas le droit de venir voir l’OL au Groupama Stadium. C’est incompréhensible, cela va créer une colère collective qu’on aura peut-être du mal à gérer dans le futur. »

 


 

L'OL accueille un nouveau scout

Footmercato.net

A la recherche d'un quatrième scout pour accompagner Michel Rouquette, Alexandre Jeannin et Alain Caveglia, l'Olympique Lyonnais vient de miser sur Stéphane Henchoz. Ce dernier devra superviser les championnats de Suisse, Allemagne, Autriche et Italie.

Un choix qui se retrouve lié à la volonté du club rhodanien de prendre un nouveau scout pour la suite. Ancien international suisse, Stéphane Henchoz (47 ans) restait sur des expériences de coach avec le FC Sion et Neufchâtel Xamax.

 

 


 

Emerson sur le départ, alerte à Lyon !

Foot01.com

A la recherche d’un latéral gauche au mercato hivernal, Chelsea fait bien d’Emerson, prêté à l’OL l’été dernier, sa priorité absolue.

La grave blessure au genou de Ben Chilwell a bousculé les plans de Chelsea au mercato d’hiver. Les Blues n’avaient pas l’intention d’être un acteur très actif de cette fenêtre de janvier mais pour Thomas Tuchel, il est désormais urgent de recruter au poste de latéral gauche. La piste Lucas Digne a été évoquée mais pour l’heure, le défenseur d’Everton est encore loin de Chelsea. Et pour cause, la version anglaise de Goal confirme ce mercredi que la priorité absolue de Thomas Tuchel pour renforcer le couloir gauche de la défense de Chelsea se nomme Emerson Palmieri. Prêté à l’OL l’été dernier, le champion d’Europe italien a réalisé une première partie de saison convaincante dans le Rhône. Sans être exceptionnel, Emerson s’est imposé comme l’une des rares valeurs sûres de l’équipe de Peter Bosz lors des six premiers mois.

Tuchel veut absolument Emerson

En ce sens, Lyon n’a aucun intérêt pour casser le prêt d’Emerson, d’autant plus que les Gones n’ont pas d’obligation contractuelle à ce niveau. En revanche, Chelsea est bien décidé à faire parler sa puissance sportive et financière pour convaincre Emerson et l'Olympique Lyonnais de rapatrier l’international italien à Londres. Goal croit savoir que Thomas Tuchel privilégie le retour de l’ancien Romain à un recrutement externe, car Emerson, qui connait le groupe de Chelsea et les méthodes de l’entraîneur allemand, sera opérationnel toute suite. Un atout non négligeable alors que les Blues ne comptent plus qu’un spécialiste au poste de piston gauche en la personne de Marcos Alonso. Reste maintenant à voir jusqu’où Chelsea est prêt à aller pour faire revenir Emerson. Ils e murmure en Angleterre que les Blues pourraient payer une indemnité à Lyon pour faire revenir leur propre joueur, ce qui serait il faut bien le dire assez cocasse. Du côté de la direction lyonnaise, on continue de balayer d’un revers de la main un potentiel départ d’Emerson, qui serait forcément très mal vu par les supporters…

 


 

Un record de sprints pour Gusto

Twitter

 


 

Lyon plutôt que l’OM pour Kaio Jorge ?

Foot01.com

Lyon pourrait se lancer sur la piste de Kaio Jorge en cas d’échec dans les négociations avec Sardar Azmoun.

Depuis de longues semaines, l’Olympique Lyonnais est en négociations avancées avec le Zénith Saint-Pétersbourg pour le transfert de Sardar Azmoun lors de ce mercato hivernal. En fin de contrat avec le club russe dans six mois, l’international iranien a déjà trouvé un accord avec Lyon. Mais pour l’heure, les négociations trainent entre l’OL et le Zénith. Il faut dire que Lyon ne veut pas lâcher plus de 3 millions d’euros pour un joueur en fin de contrat, quand le Zénith Saint-Pétersbourg fixe le prix de son joueur en fonction de sa valeur absolue et non de sa situation contractuelle. Le dossier s’enlise doucement mais surement, d’autant plus que Newcastle s’est mêlé à la lutte pour signer celui qui a brillé en Ligue des Champions contre Chelsea ou encore la Juventus Turin cette saison.

Kaio Jorge à Lyon si Azmoun ne vient pas ?

Devant les difficultés rencontrées dans le dossier Sardar Azmoun, l’Olympique Lyonnais commence à regarder ailleurs. Et tandis qu’un départ de Slimani ou de Dembélé était évoqué il y a quelques semaines, le club rhodanien est intéressé par le recrutement de Kaio Jorge, l’avant-centre brésilien de la Juventus Turin. Il y a quelques jours, la pépite de 19 ans était annoncé du côté d’un autre cador de la Ligue 1, à Marseille. Un potentiel échange avec Arkadiusz Milik a été évoqué mais Pablo Longoria a refusé les avances de la Juventus. Le président de l’OM est bien intéressé par Kaio Jorge, mais il n’entend pas échanger un prospect contre une valeur sûre comme Milik. Reste maintenant à voir si l’OL viendra réellement faire de la concurrence à Marseille dans le dossier Kaio Jorge, ancien crack du FC Santos qui n’a pour l’instant été utilisé qu’à neuf reprises en Série A avec la Juventus Turin. Quoi qu’il en soit, il s’agit d’un pur avant-centre et donc assurément d’une solution de replis en cas d’échec dans le dossier Azmoun.

 


 

Paqueta estimé à 55M€, plus cher de l'effectif lyonnais

Twitter

 


 

Newcastle à fond sur un buteur de l’OL ?

Le10sport.com

En quête de gros renforts pour son mercato hivernal, Newcastle aurait coché le nom de Moussa Dembélé à l’OL.

Passé sous pavillon saoudien ces dernières semaines, Newcastle dispose de nouveaux moyens XXL pour son recrutement et entend bien frapper fort dès ce mercato de janvier ! Selon Foot Mercato, les Magpies songeraient désormais à Moussa Dembélé (25 ans), dont le contrat court jusqu’en juin 2023 à l’OL. Nick Hammond (directeur du football) et Eddie Howe (entraîneur) auraient validé en interne le profil de Dembélé, mais aucun contact n’a pour le moment été amorcé par Newcastle avec l’OL dans ce dossier.

 

 


 

Quels sont les sponsors des Gones et que rapportent-ils ?

Sportune.fr

La force de l’Olympique Lyonnais en tant qu’institution et marque est de savoir diversifier le business, et le chiffre d’affaire, ventilé entre les équipes professionnelles homme et femme du football, les revenus du Groupama Stadium, pour la partie « event » extra-sportive ou plus largement le nouveau pole OL Valley, de plus en plus vaste et ambitieux. Cela se voit moins quand tout fonctionne, qu’en période de vaches maigres, sportives ou financières.

Le secteur du sponsoring rapporte plus que jamais à l’OL

L’OL est solide sur ses fondations et ça se voit sur les lignes comptables. Quand, en 2020, la crise emporte toutes nos certitudes et habitudes, Lyon souffre aux entournures, mais résiste et réussit même le tour de force d’augmenter ses revenus tirés du sponsoring. Une performance équivoque sur la solidité du projet. C’est en tout cas ce que la gouvernance du club en dit, de façon officielle, au dernier rapport financier publié, pour la saison 2021 dernière : « L’activité partenariats affiche un record historique de revenus (…) montrant la résilience de l’attractivité de la marque et le développement commercial, malgré la crise de la Covid-19 ».

Des revenus quasiment doublé en une décennie

En 2020-21, le sponsoring a rapporté 33,9 millions d’euros, 25% de plus sur un an et, selon nos observations, près de 45% en plus, que dix ans auparavant. Sur cette période des sponsors sont restés, d’autres ont évolué. L’équipementier Adidas est fidèle depuis 2010 et le sera encore, au moins jusqu’en 2025. Quant à Emirates, la compagnie a pris la suite, à l’avant des maillots, du constructeur automobile Hyundai. L’ancien sponsor maillot du PSG s’est engagé cinq ans avec l’OL, pour un montant estimé plus ou moins proche de 15 millions d’euros par an.

Près de 40 sponsors et d’amusantes disparités entre les équipes

Lyon a quatre grandes lignes de hiérarchisation des sponsors – partenaires premium, majeurs, officiels et fournisseurs officiels – ainsi que des partenaires plus locaux. Ceux que nous rapportons ci-dessous, sont toutes les marques associées à l’équipe masculine. L’OL a compte plus largement, avec les filles et son académie. En gros, les Gones ont une petite quarantaine de sponsors, dont une très grosse moitié pour le collectif de Peter Bosz. A noter d’amusantes rivalités, à l’exemple de la banque officielle du club : la Caisse d’Epargne pour les hommes et le Crédit Agricole, chez les femmes!

Les sponsors de l’Olympique Lyonnais saison 2021-2022

Partenaires premium
Adidas, Emirates

Partenaires majeurs
MG Motor, OOGarden, Teddy Smith, Groupama, Alila

Partenaires officiels
Orange, Boulanger, Veolia, Parions Sport

Fournisseurs officiels
McDonald, Pernod Ricard, Caisse d’Epargne Rhône Alpes, Descours & Cabaud, EA Sports, Intermarché, Coca-Cola, M. Chapoutier, Sebastien Le Guillou (SLG)

Partenaire régional
Atlantic

Radio officielle
Radio Scoop

Horloger joaillier officiel
Maier


 


 

Incidents lors d'OL - OM : l'appel de Marseille rejeté par la FFF

Lequipe.fr

Info L'Equipe : la FFF a rejeté l'appel du club marseillais, qui contestait la décision de la LFP de donner à rejouer le match OL-OM du 21 novembre, arrêté suite à l'agression de Dimitri Payet.

Selon nos informations, la commission d'appel de la FFF a jugé irrecevable, ce mercredi après-midi, la remise en cause par l'OM de la décision de la commission de discipline de la LFP du 8 décembre. Suite aux graves incidents qui ont conduit à l'arrêt définitif de Lyon-Marseille, le 21 novembre, après le jet d'une bouteille d'eau sur Dimitri Payet, cette commission disciplinaire a infligé un point de pénalité à l'OL et a donné le match à rejouer à une date qui reste à déterminer.

La FFF estime manifestement que l'OM n'est pas fondé à faire appel de la décision prise début décembre car la sanction touche Lyon. Le club marseillais peut désormais éventuellement saisir le CNOSF, dont l'avis ne s'impose pas, mais qui peut mener une conciliation entre les parties.

De son côté, l'OL n'a pas fait appel de la décision prise par la LFP à son encontre.

 


 

CdF : le PFC va faire appel après les incidents face à l'OL

Footmercato.net

La commission de discipline de la FFF a tapé fort. Après les incidents qui ont forcé la rencontre de Coupe de France entre le Paris FC et l'OL à se stopper nette, elle a carrément sorti les deux clubs de la compétition. Cette décision a été motivée après que l'enquête ait révélé que des supporters des deux camps ont été impliqués dans les violences. Des ultras du PSG ont également été interdits de stade. Outre l'élimination, le stade Charléty a été suspendu pour 5 rencontres et le PFC a reçu une amende de 10 000 euros. Une condamnation que n'accepte pas le club de Ligue 2. Lors d'un point presse organisé ce mercredi, le président Pierre Ferracci a expliqué vouloir faire appel de cette décision. «Le Paris FC ne revient pas sur les critiques formulées par la Commission de Discipline à l’égard du club organisateur ; il en tirera tous les enseignements utiles pour améliorer la sécurité des supporters et des spectateurs de ses matchs. Le Paris FC va porter à la connaissance de la Commission Supérieure d’Appel des éléments susceptibles de montrer le caractère disproportionné de la sanction, tant au regard des moyens engagés par le Paris FC à l’occasion de ce match, que des sanctions adoptées lors d’actes violents commis dans d’autres stades.»

Dans le communiqué publié sur les réseaux sociaux, le PFC confirme que cette rencontre n'était qualifiée «à risque» par le ministère de l'intérieur. «Le Paris FC regrette la position prise par les différents services du Ministère de l’Intérieur et de la Préfecture de Police de Paris, dans le cadre de l’instruction de ce dossier. Il confirme qu’en aucune manière et à aucun moment la qualification de match à risque n’a été utilisée à son endroit ; cette qualification fait d’ailleurs l’objet d’un barème évoqué par des médias, qui n’a pas plus fait l’objet d’une communication auprès du Club. Evoquer « une rencontre sensible » comme cela a été fait ne peut être assimilé à « une rencontre à risque » (...) Au demeurant, dans le contexte actuel de violence, une qualification de ce type, surtout si elle caractérisait un risque élevé, aurait pu avoir pour conséquence l’interdiction de déplacement des supporters Ultras du club visiteur.» Enfin, il est aussi dénoncé l'ampleur des sanctions. «Le Paris FC regrette enfin que là où son adversaire en Coupe de France se voit menacer de sanction lors de la même compétition en 2022-2023, les sanctions le concernant s’appliquent au championnat de Ligue 2 actuellement en cours, géré par la LFP. Il espère que son appel et les arguments qu’il développe sur le caractère disproportionné des sanctions qui le touchent seront entendus par la Commission Supérieure d’Appel et que ses joueurs pourront retrouver au plus tôt leurs supporters pacifiques, comme ceux des équipes adverses, dans le stade de Charléty.»

 


 

Romain Molina prédit le pire pour Lyon

Footradio.com

L’Olympique Lyonnais reçoit le Paris Saint-Germain ce dimanche soir en Ligue 1. Un choc très important pour les hommes de Peter Bosz.

L’OL vit une saison plus que chaotique en Ligue 1. Les Gones ont terminé la première partie de saison à la 13ème place. Bien loin donc des ambitions initiales du club. Il faudra repartir de l’avant dès la reprise et cela passera par un résultat positif face au Paris Saint-Germain ce dimanche soir au Groupama Stadium. Pas une mince affaire pour des Lyonnais qui doivent également gérer quelques problèmes internes. Juninho est récemment parti dans des conditions houleuses, ce qui a mis en lumière certains dysfonctionnements au sein de l’Olympique Lyonnais. Lors d’une vidéo, Romain Molina en a profité pour faire le point sur le fonctionnement du PSG, tout en lançant une pique à… L’OL.

Romain Molina envoie l’OL dans le trou

Sur sa chaine YouTube, le journaliste a en effet balancé du lourd sur le sujet. “Ce n’est pas que le PSG. Regardez le Barça de Bartomeu. On a fait croire que tout allait. Certains contestaient et avaient des campagnes contre eux. Mais regardez ce qu’il se passe aujourd’hui. Là, on était dans un club carrément mafieux. Regardez dans des clubs de Ligue 2. Regardez ce qu’il se passe à Nancy, ce qu’il se passe à Bordeaux, ce qu’il se passe à Valenciennes ou à Nîmes. C’est le monde du foot. On arrive quasiment à tout contrôler. Lyon, qui est un club plutôt sain, et qui fait n’importe quoi et qui va tomber dans le trou tellement il y a de l’ego et du délire. Parfois ça me dégoûte de voir ça parce qu’ils nous prennent tellement pour des cons”, a notamment indiqué Romain Molina, qui fera encore une fois parler les fans et observateurs du monde du ballon rond.

 

 

Voir aussi... L'actu du Mardi 4 Janvier // Notes des joueurs 21-22

 

Viv

@centpourcentol

Votre webmaster depuis 2007, Gone passionné de l'OL !