L'actu du Mardi 28 Décembre

L'actu du Mardi 28 Décembre

Voir aussi... L'actu du Lundi 27 Décembre // Notes des joueurs 21-22

Newcastle sur la piste de Denayer pendant le mercato

RMC.fr

A la recherche de renforts défensifs pour assurer son maintien en Premier League, Newcastle resterait attentif à la situation de Jason Denayer lors du mercato hivernal. Le défenseur belge de l’OL se retrouvera en fin de contrat en juin 2022 et n’a pas encore prolongé à Lyon.

Même blessé, Jason Denayer ne perd pas en popularité. Gravement touché à la cheville lors du match Bordeaux-Lyon au début du mois de décembre, le défenseur belge de l’OL suscite des convoitises. En particulier en Premier League où Newcastle penserait à le recruter.

Mal embarqués en championnat avec une avant-dernière place après 19 journées, les Magpies devraient se montrer actifs lors du mercato hivernal. Soucieux de maintenir l’équipe dans l’élite et bien aidés par la manne financière apportée par l’Arabie saoudite, les dirigeants du club anglais suivraient le joueur rhodanien pour renforcer leur défense dès le mois de janvier.

Si Sky Sports a récemment affirmé que le Belge de 26 ans figurait dans la short-list de Newcastle, cet intérêt a été confirmé ce mardi par le média belge Het Nieuwsblad. De quoi donner quelques frissons aux supporters des Gones à l’idée de perdre un cadre de l’équipe entraînée par Peter Bosz.

Denayer libre en fin de saison

Indiscutable au sein de la charnière lyonnaise depuis son arrivée en 2018, Jason Denayer reste l’un des joueurs majeurs de l’OL. Avec 17 apparitions, pour trois buts et une passe décisive, le défenseur des Diables rouges a fait preuve d’une belle régularité cette saison. Mais voilà, cela ne devrait empêcher la direction rhodanienne d’écouter avec attention les offres hivernales pour son protégé.

Et pour cause, la situation contractuelle de Jason Denayer en fait forcément un candidat au départ lors du mercato à venir. D’où peut-être aussi l’intérêt accru de Newcastle qui pourrait offrir à Eddie Howe un renfort de poids pour un coût moindre. Priorité de l’hiver pour les Magpies, l’arrivée d’un défenseur central a donné lieu à de nombreuses pistes comme celle menant au Marseillais Duje Caleta-Car dont le transfert pourrait coûter plus cher que celui du Belge de l’OL.

Libre en juin 2022, Jason Denayer n’a toujours pas prolongé avec Lyon. Face au risque de le perdre sans aucune compensation dans quelques mois, le club cher au président Aulas pourrait donc envisager de s’en séparer durant le mois à venir. Pire, dès le 1er janvier, l’ancien de Manchester City et Galatasaray sera autorisé à négocier un futur contrat avec le club de son choix. Voilà qui devrait obliger Lyon à rapidement se positionner au sujet de l’avenir du Belge.

 


 

L’OL en plein cauchemar, Emerson rappelé par Chelsea ?

Foot01.com

Les coups durs s’enchainent pour Lyon et cela pourrait continuer avec le possible retour de prêt d’Emerson Palmieri à Chelsea cet hiver.

Incidents contre l’OM, suspension de Jean-Michel Aulas, départ de Juninho, élimination de la Coupe de France… La fin de l’année 2021 a été terrible pour l’Olympique Lyonnais, qui enchaine les coups durs. Et cela n’est peut-être pas terminé pour le club présidé par Jean-Michel Aulas, qui pourrait connaitre un mercato hivernal plus délicat que prévu. Sardar Azmoun, l’attaquant iranien du Zénith Saint-Pétersbourg, devait rejoindre Lyon au mois de janvier mais la piste s’est subitement compliquée. Et un autre dossier inattendu pourrait bien pourrir l’hiver des dirigeants de l’OL. A en croire les informations obtenues par le compte insider @TheSecretScout, Chelsea songe à rappeler dès cet hiver Emerson Palmieri, actuellement en prêt à l’OL, afin de combler la blessure de Ben Chilwell jusqu’à la fin de la saison.

Chelsea peut-il rappeler Emerson sans que l'OL s'y oppose ?

L’international anglais, qui souffre d’une rupture des ligaments croisés, va se faire opérer et sera absent jusqu’à la fin de la saison. Dès lors, Chelsea se retrouve dans une situation délicate au poste de latéral gauche avec le seul Marcos Alonso. Les Blues vont donc décider dans les 48 heures à venir s’ils rappellent Ian Maatsen (prêté à Coventry City) ou Emerson Palmieri, qui a réalisé une superbe première partie de saison sous les couleurs de l’Olympique Lyonnais. Dans le cas où Chelsea aimerait rapatrier Emerson, un certain nombre de question va bien sûr se poser. A commencer par les dessous du contrat de prêt signé par l’OL et Chelsea cet été. Le club anglais a-t-il l’autorisation de rappeler Emerson Palmieri en cours de saison sans que Lyon ait son mot à dire. Aucun média n’est pour l’instant en mesure d’apporter cette réponse déterminante. En attendant, Chelsea explore d’autres pistes, comme celle menant à Lucas Digne, devenu indésirable à Everton.

 


 

L'OL réclame 45 M€ pour Bruno Guimarães

Dailymercato.com

L'Olympique Lyonnais a fixé le prix de Bruno Guimarães à 45 millions d'euros selon la presse brésilienne. Le milieu de l'OL est notamment courtisé par l'AS Roma.

En plus d'un latéral droit, l'AS Roma de Jose Mourinho aimerait recruter un milieu défensif lors du mercato d'hiver et plusieurs noms circulent dans la presse italienne, de Florian Grillitsch (Hoffenheim) à Boubacar Kamara (OM) en passant par Bruno Guimarães (OL).

Le 24 décembre dernier, La Gazzetta dello Sport révélait ainsi que le milieu brésilien de 24 ans était une piste de la Roma pour le futur et que son prix était d'environ 30 millions d'euros. Selon le média brésilien GloboEsporte, la Roma est bien intéressée et serait prête à offrir 30 millions d'euros à l'OL pour recruter Bruno Guimarães.

Mais GloboEsporte ajoute que le club de Jean-Michel Aulas a fixé le prix de son international brésilien à 45 millions d'euros. L'histoire ne dit pas non plus pour le moment ce qu'en pense le principal intéressé, sous contrat avec l'OL jusqu'en juin 2024.

 


 

Haaland, l’incroyable bévue des recruteurs de l’OL

Football365.fr

Erling Haaland aurait bien pu être lyonnais. Encore eut-il fallu que les recruteurs de l'OL regardent dans sa direction lorsqu'ils ont visité le FB Bryn.

Il suffit parfois d’un petit rien pour changer un destin.. ou plusieurs. Dans l’anecdote comptée ce lundi par Cyril Collot, c’est peut-être (et même surtout) celui de l’Olympique Lyonnais qui aurait pu être particulièrement impacté. L’ancien journaliste d’OL TV a ainsi évoqué le jour où les dénicheurs de talents lyonnais sont passés à côté d’un certain Erling Haaland.

Sur l’antenne de RMC, Cyril Collot a évoqué ce jour de 2015 où les fameux « scouts » missionnés par le club de Jean-Michel Aulas ont débarqué au FB Bryn, alors pensionnaire de deuxième division norvégienne, pour y superviser Tord Salte, un défenseur au talent en devenir. Obnubilés par leur mission, les hommes de l’OL n’ont eu d’yeux que pour leur cible et n’ont pas fait attention à un jeune attaquant, par ailleurs meilleur ami de Salte, répondant au nom d’Erling Haaland.

Molde ramasse la mise

Le journaliste explique que « les recruteurs de l’OL sont venus à plusieurs reprises » mais qu’ils « n’ont pas repéré » Haaland. Une véritable bévue de la part des hommes de Jean-Michel Aulas qui ont donc laissé Molde acheter la pépite en devenir pour la modique somme de 100 000 euros avant de le revendre deux ans plus tard au RB Salzbourg contre un joli chèque de 8 M€. Lyon peut s’en mordre les doigts.

 


 

PFC-OL : des hooligans lyonnais à l'initiative ?

Maxifoot.fr

Lundi, la commission de discipline de la FFF a officialisé l’élimination en Coupe de France du Paris FC et de l’Olympique Lyonnais (voir la brève d'hier à 16h37), dont la rencontre n’avait pu aller à son terme après des incidents graves dans les tribunes, le 17 septembre dernier. Incidents provoqués par des supporters du Paris Saint-Germain, selon la défense de l’OL. Une version contredite par le PFC... et les images ?

En effet, le club francilien a fait parvenir plusieurs vidéos à la commission, dont celle de la tribune visiteurs. Sur celle-ci, consultée par nos confrères de RMC Sport, on y verrait des "hooligans lyonnais" au départ des échauffourées, avec une intrusion par le haut de la tribune des locaux et plusieurs "insultes" et "crachats" dans leur direction. Une attitude déplorable qui a ensuite entraîné un déchaînement de violence, d'un côté comme de l'autre.
De quoi mettre à mal la défense lyonnaise, donc, et expliquer la sévérité des sanctions.

 


 

Aulas jette l'éponge face à l'énorme sanction

Foot01.com

L'Olympique Lyonnais a appris lundi le coût sportif et financier des incidents de Charléty. A priori, Jean-Michel Aulas ne fera pas appel de ces sanctions.

L’OL a bien tenté de se défendre devant la commission de discipline de la Fédération Française de Football, mais du côté de l’instant on a clairement voulu marquer le coup, Noël Le Graët ayant bien compris que les images du match Paris FC-Lyon étaient terribles pour l’image du football français. Résultat, même si le club de la capitale a des responsabilités, la présence dans le parcage lyonnais de quelques hooligans a suffi pour justifier les très lourdes sanctions infligées à l’Olympique Lyonnais. Éliminé de la Coupe de France, sous la menace d’une exclusion la saison prochaine, et privé de ses supporters à l’extérieur en Ligue 1 jusqu’à la fin de l’actuel championnat de Ligue 1, le club rhodanien est KO debout. Toujours prompt à dégainer lorsqu’il estime que son club est injustement sanctionné ou menacé, Jean-Michel Aulas n’a pas du tout communiqué suite à l’annonce de ces sanctions et cela surprend pas mal de monde.

Aulas et Lyon se taisent, pas d'appel de l'OL ?

Le président de l’Olympique Lyonnais en est conscient, certains de ses supporters ont commis une grave faute, et il ne peut plus trouver des excuses. Après avoir déjà interdit de Groupama Stadium pour 18 mois, le maximum légal, les six premiers Ultras qui ont frappé au Stade Charléty, Jean-Michel Aulas serait décidé à faire le ménage dans ses tribunes afin de pouvoir ensuite retrouver la sérénité. En attendant, et selon Le Parisien, le patron de l’OL aurait décidé de ne pas faire appel du jugement de la commission de discipline de la Fédération Française de Football, à l’inverse du Paris Football Club qui semble enclin à s’opposer à cette décision, même si pour l’instant Pierre Ferracci se tait, ce qui change radicalement par rapport à son attitude après le match.

 


 

Riolo tranche les sanctions après les incidents, Lyon trahi par 3 hooligans !

Butfootballclub.fr

Daniel Riolo a commenté les décisions de la commission de discipline de la FFF suite aux incidents qui ont conduit à l’interruption du 32e de finale de Coupe de France entre le Paris FC et l’OL le 17 décembre.

La commission de discipline de la FFF a annoncé, hier, des sanctions radicales : le Paris FC et l’OL se sont vu signifier la « perte par pénalité de la rencontre. » Le PFC devra aussi purger cinq matches ferme de suspension de terrain portant sur le stade Charléty et devra s’acquitter 10 000 euros d'amende. Pour l’OL, les sanctions sont les suivantes : la fermeture de l’espace visiteurs à l’extérieur jusqu’à la fin de la saison 2021-2022, sanction qui s’applique à toutes les compétitions organisées par la FFF et la LFP dans lesquelles l’équipe première est engagée ; la mise hors compétition de la Coupe de France, assortie du sursis, à compter de l’édition 2022-2023, étant précisé que le sursis ne pourra être révoqué que si des faits de violence sont commis par ses supporters et entraînent l’arrêt définitif de la rencontre avant son terme ; 52 000 euros d'amende et le remboursement des frais liés à la réparation des sièges dégradés par ses supporters.

Daniel Riolo s’est félicité de ces décisions enfin prises en haut lieu. « L’OL éliminé de la Coupe de France. Le PFC aussi. Responsabilité partagée ? Pas vraiment puisque l’OL a une sanction plus lourde… bref comme dit dès le fameux soir, Lyon ne pouvait plus continuer cette compétition, a-t-il analysé sur Twitter. Donc des ‘supporters’ peuvent faire perdre un club, des joueurs… preuve qu’il faut concevoir que le Supp fait partie du club pour le meilleur et le pire… Et on a ouvert une porte avec cette décision. Quid de l’appel de l’OM suite au triste OL/OM ? »

RMC Sport nous apprend par ailleurs que l’OL a été trahi par des vidéos montrant que ce sont bien des hooligans lyonnais qui auraient été à l’origine des débordements à Charléty ce fameux 17 décembre. « Le Paris FC a fait parvenir trois vidéos à la commission de discipline : l'arrivée des supporters, les palpations du parcage et l'intégralité de la vidéo-surveillance de la tribune visiteurs du stade Charléty. Les membres de la FFF ont pu constater grâce à cette dernière séquence que tout a commencé, non pas par des provocations de supporters du PSG, mais de trois "hooligans" lyonnais, qui sont arrivés par le haut de la tribune », indique la radio sportive.

 


 

La FFF élimine Paris et Lyon, Pierre Ménès valide

Footradio.com

Lundi, la commission de discipline de la FFF a choisi de frapper très fort en éliminant le Paris FC et l’Olympique Lyonnais de la Coupe de France.

Comme attendu, les débordements provoqués par les supporters lyonnais et parisiens, qui avaient provoqué l’arrêt du 32e de finale de la Coupe de France, ont coûté cher aux deux clubs. Puisque la FFF a décidé de sortir le PFC et l’OL de la compétition. Par conséquent, Nice, qui devait être le futur adversaire de Paris ou de Lyon le week-end prochain, est d’ores et déjà qualifié pour les huitièmes de finale. Quoi qu’il en soit, cette sortie par la petite porte du club rhodanien et de la formation francilienne est méritée, d’après les dires de Pierre Ménès.

« Aulas et Ferracci vont sûrement trouver qu’ils sont lourdement sanctionnés »

« C’était attendu et c’est enfin tombé. Le Paris FC et L’Olympique Lyonnais ont été sanctionnés ce lundi par la Fédération Française de Football à la suite des incidents survenus dans les tribunes du Stade Charlety lors du 32e de finale de Coupe de France le 17 décembre dernier. La commission de discipline de la FFF a décidé d’exclure les deux équipes de la compétition. En plus du match perdu, les Gones se voit fermer la tribune visiteur de tous les stades de Ligue 1 jusqu’à la fin de la saison et aussi d’une amende de 52 000 euros et le remboursement des frais liés à la réparation des sièges dégradés au Stade Charlety. Le Paris FC époque lui aussi d’une amende mais moins élevée (10 000 euros) et 5 matchs fermes de suspension de terrain à domicile. Les deux équipes ont match perdu, les Lyonnais sont interdits de déplacement jusqu’à la fin de la saison. Le PFC prend lui 5 matches à huis clos pour défaut d’organisation. Pour une fois, il y a des vraies sanctions. Avec ces sanctions, on va évidemment avoir droit au bal des chouineurs. Aulas et Ferracci vont sûrement trouver qu’ils sont lourdement sanctionnés. On peut aussi dire que ce sont les sportifs et les supporters “normaux” qui sont sanctionnés. Maintenant j’espère que tout le monde va prendre conscience de la gravité du problème, j’espère que tout le monde va parler d’une même voix », a balancé le journaliste de Pierrot le foot, qui sait qu’Aulas ne va pas se laisser faire, sachant que l’OL passe à côté de l’un de ses objectifs de la saison…

 


 

L'OL prend acte des lourdes sanctions de la FFF

OL.fr

L’Olympique Lyonnais prend acte des lourdes sanctions de la commission de discipline de la FFF et poursuit son travail d’identification des personnes impliquées dans les incidents qui ont eu lieu lors de PFC / OL.

L’Olympique Lyonnais condamne une nouvelle fois toute forme de violence dans les stades. Le club avait fait part de sa volonté d’assumer ses responsabilités, sans chercher la moindre excuse aux violences intolérables de certains individus. Aujourd’hui, l’Olympique Lyonnais prend acte des lourdes sanctions de la commission de discipline de la Fédération Française de Football.

Sans minimiser le comportement inacceptable de l’ensemble des individus impliqués, et sans attendre, l’Olympique Lyonnais a pris les décisions les plus importantes en matière de sanctions des supporters incriminés. D’ores et déjà, quatre plaintes nominatives, accompagnées d’interdictions de stade, ont été déposées. Elles visent aussi bien des supporters individuels que des responsables de groupes. D’autres plaintes suivront et l’Olympique Lyonnais fera preuve de la plus grande fermeté.  

Le club compte sur les groupes de supporters qui doivent prendre également leurs responsabilités pour éradiquer toute violence des tribunes et maîtriser leurs membres pour ne pas pénaliser sportivement et économiquement l’institution OL.

L’Olympique Lyonnais va poursuivre son travail et espère que les enquêteurs et la justice l’aideront dans l’identification des fautifs, mais aussi en prononçant de lourdes sanctions contre tous les hooligans impliqués, aussi bien de Paris et de Lyon. L’Olympique Lyonnais attend désormais la notification de la décision de la commission de discipline.

 

 

Voir aussi... L'actu du Lundi 27 Décembre // Notes des joueurs 21-22

 

Viv

@centpourcentol

Votre webmaster depuis 2007, Gone passionné de l'OL !