L'actu du Mardi 21 Décembre

L'actu du Mardi 21 Décembre

Voir aussi... L'actu du Lundi 20 Décembre // OL - Metz : L'Avant Match

Le point presse de Peter Bosz

OL.fr

Peter Bosz était en conférence de presse à la veille du dernier match de l'année 2021, ce mercredi à 21h au Groupama Stadium, face au FC Metz.
 
OL / Metz

J’espère qu’on va récupérer Jérôme Boateng qui était malade. Quelque part dans notre tête on pense à ce qu’il s’est passé contre Paris mais on s’est bien entraîné hier et on va s’entraîné aujourd’hui et préparer au mieux le match de Metz. C’est une équipe qui est mal classée mais qui a des bons joueurs. J’espère vraiment qu’on aura nos supporters qui seront à fond derrière l’équipe demain. Les joueurs ont besoin de ça, j’espère vraiment qu’il y aura une superbe ambiance demain. La trêve ne sera pas longue. On n’aura que quelques jours, c’est une mini-trêve. Avant ça on pense surtout au match de Metz. J’ai envie de jouer demain.
 
Le système de jeu

On a changé de système face au Paris FC et on a joué dans leur camp. Contre Lille aussi on s’est créé pas mal d’occasions. On prend un but contre le Paris FC mais on ne s’est pas ouvert. On n’a pas concédé beaucoup d’occasions. Le pressing était efficace. Dans une équipe comme l’OL la pression est toujours là, c’est mon boulot de faire avec. 13ème n’est pas notre place, ce n’est pas l’objectif. On veut remonter plus haut le plus vite possible. Karl (Toko Ekambi) peut jouer à différents postes. Il peut jouer sur le côté mais aussi en points à un ou deux attaquants. Il va vite et court aussi longtemps. Moussa Dembélé a marqué un beau but. On a besoin de lui comme de tous les joueurs.

Le groupe

 


 

Aouar "On veut gagner ce dernier match"

OL.fr

Houssem Aouar était en conférence de presse avant la réception de Metz, ce mercredi à 21h au Groupama Stadium.

OL / Metz

On va vouloir gagner ce dernier match de l’année, à domicile. On doit mettre en place tout ce qu’il faut pour obtenir cette victoire. Sur la mi-temps qu’on a joué on a été assez bons dans le pressing et à la perte de balle. On a été mieux dans la fluidité et les combinaisons même si on n’a pas été assez efficaces. On est optimistes, le groupe garde confiance. On a montré un bel état d’esprit à Lille même si on n’a pas pu revenir avec la victoire. On doit s’appuyer sur ça. On attend beaucoup de soutien de nos supporters demain. La trêve va être courte. On va se reposer mentalement mais continuer à travailler pour bien entamer 2022.
 
Le système de jeu et son rôle

Le changement de système ne me perturbe pas beaucoup. Je reste dans la zone que j’affectionne. Je reste proche de l’attaquant. J’essaye de me rendre disponible et d’aider l’équipe à fluidifier le jeu. Pour marquer des buts je ne pense pas qu’il faille forcément frapper fort. Il faut varier ses frappes.

 


 

Newcastle a offert 40 M€ pour Paqueta !

Le10sport.com

Comme révélé par Foot Mercato, Newcastle a bien tenté de mettre la main sur Lucas Paqueta. A l’écoute, l’OL s’est rangé derrière son maestro brésilien.

L’OL a reçu une offre en or. Foot Mercato l’a révélé le 18 décembre dernier, Newcastle a tenté de s’offrir les services de Lucas Paqueta, le génial brésilien des Gones. Le 10 Sport est en mesure de confirmer cette information. Les Magpies ont sorti le grand jeu pour tenter de séduire l’OL et Paqueta. En vain…

Un salaire multiplié par 2,5

Selon nos informations, Newcastle a démarré le dossier Paqueta par une première offre à 40 millions d’euros. Les Magpies étaient clairement en capacité de monter plus haut si l’OL avait voulu faire monter les enchères. A l’écoute, l’état-major a étudié la proposition. Mais face au refus de Lucas Paqueta, les Gones ont rejeté l’offre anglaise. Le Brésilien n’a pas souhaité partir, heureux de sa situation dans le Rhône. Pourtant, la proposition était dantesque, pour Lyon comme pour le joueur. Un salaire de 10 millions d’euros lui a bien été proposé, comme l’indique Foot Mercato. A Lyon, Lucas Paqueta perçoit 390 000 euros par mois. Il aurait donc pu multiplier par 2,5 sa rémunération ! Mais il a préféré rester à Lyon.

 


 

Bosz voudrait rejouer le match contre le Paris FC

RMC.fr

Questionné en conférence de presse sur les incidents lors de Paris FC-OL en Coupe de France, l'entraîneur lyonnais Peter Bosz s'est dit "déçu" de ne pas avoir pu aller au bout du match, et espère qu'il pourra être rejoué.

"Nous sommes tristes par rapport à ce qui s'est passé." Invité à se présenter en conférence de presse ce mardi avant la dernière de l'année en Ligue 1 face à Metz, Peter Bosz est revenu sur les incidents lors de Paris FC-OL qui ont contraint à arrêter le match. Une deuxième suspension de match en un peu moins d'un mois pour les Lyonnais, qui doivent déjà rejouer le match face à l'OM, arrêté aussi après un jet de projectile contre Payet.

"Il y a des supporters qui ne sont pas comme avant"

Résigné, l'entraîneur de l'OL se dit "déçu" ne pas avoir pu jouer la deuxième mi-temps face au Paris FC. "Encore une fois", ajoute-t-il dépité. "J'espère qu'on va récupérer Jerome Boateng, qui était malade lors du dernier match" conclue-t-il avec plus d'enthousiasme.

Contraint de parler de ces débordements plutôt que de la prochaine échéance de son club (match contre Metz mercredi), Peter Bosz regrette la situation : "Nous sommes tristes par rapport à ce qui s'est passé. Tout le monde comprend que les joueurs n'ont rien à faire avec ça. Le match a été arrêté alors qu'on était déjà sur la pelouse. Ce n'est pas bien qu'aujourd'hui on soit obligé de parler de ça et non du prochain match contre Metz."

Ayant abordé le sujet sur plus de la moitié du temps de sa conférence de presse, le technicien néerlandais observe que la France n'est pas le seul pays touché par des problèmes aves ses supporters. Des changements de comportements globaux, lié à la pandémie selon lui : "Depuis le Covid-19, il y a des supporters qui ne sont pas comme avant. Je le vois aussi en Hollande. Dans plusieurs stades, pas seulement à l'OL, il se passe des choses qu'on ne voyait pas avant la pandémie."

"J'espère qu'on va rejouer le plus vite possible le match face au Paris FC"

Mis sous pression, l'OL est toujours classé 13e de Ligue 1, avec un match de retard. Une situation loin d'être évidente pour l'entraîneur, qui est déjà confronté au départ de son directeur sportif dès cet hiver. Il admet d'ailleurs que ces divers évènements pèsent dans le mental du groupe : "Quelque part dans notre tête on pense encore à ça, mais on s'est bien entraîné hier. On a encore une séance aujourd'hui pour préparer au mieux le match de Metz. Mes joueurs sont aussi des êtres humains, mais j'espère que ça ne les chamboulent pas trop."

"Cela fait longtemps que je travaille dans le football, et je n'ai jamais vécu une saison où en cinq mois il y avait deux matches arrêtés, ajoute l'ancien entraîneur de Dortmud et du Bayer Leverkusen. Donc même avec l'expérience, je pense qu'il n'y aucun joueur qui a pu vivre une telle chose."

L'Olympique Lyonnais affronte le FC Metz mercredi à 21h, et compte bien finir son année 2021 en beauté, et avec l'aide du public. Peter Bosz a d'ailleurs fait passer un message aux "vrais supporters" qui seront présents au Groupama Stadium : "Il y a une grosse différence entre jouer avec et sans public. Demain, j'espère qu'ils vont montrer que l'OL a des bons supporters, qui sont là pour leur équipe. Mes joueurs ont besoin de cela aussi. J'espère qu'il y aura une grosse ambiance demain dans notre stade."

Concernant la reprise du "demi-match", comme s'amuse à dire le Néerlandais, le club espère que ce Paris FC-OL pour le compte des 32emes de finale de Coupe de France sera rejoué : "On ne sais pas si ce match va être rejoué et quand, donc on ne sait pas quand on va reprendre après la trêve. Ce n'est pas bien pour le football français, pour l'Olympique Lyonnais. J'espère qu'on va rejouer le plus vite possible le match face au Paris FC, tout le match ou juste la deuxième mi-temps. Et j'espère qu'on gagnera ce match."

Les décisions concernant l'avenir de la rencontre devraient être connues d'ici le 28 décembre.

 


 

PFC-OL : les Bad Gones accusent les Parisiens

Maxifoot.fr

Vendredi, le match de Coupe de France entre le Paris FC et l'Olympique Lyonnais a été définitivement arrêté en raison de débordements entre supporters. Dans un communiqué officiel ce mardi, les Bad Gones, l'un des groupes de fans du club rhodanien, ont pris la parole pour accuser les Ultras du Paris Saint-Germain.

"Nous condamnons avec la plus grande fermeté les violences inqualifiables qui se sont déroulées ce jour-là. Ces actes déplorables n’ont pas leur place dans un stade de football et portent le discrédit sur notre sport, le club que nous aimons et l’association que nous faisons vivre. Comme tous les amoureux de football, nous ne voulons plus jamais revoir ces images. Nous tenons néanmoins à rétablir certains faits : comme lors de chacun de nos déplacements tout a été mis en œuvre pour que tout se passe pour le mieux. De notre trajet en train jusqu’à la gare de Lyon, puis de notre transfert en bus, planifié avec les forces de l’ordre, jusqu’à ce que les 22 acteurs ne rentrent aux vestiaires. Pour ce qui est de la suite des événements, nous lasserons la justice faire son travail sereinement pour déterminer les responsabilités de chacun et punir les individus responsables. Il est prouvé et acquis que les supporteurs lyonnais ont été initialement agressés par des fans parisiens et nous donnerons les suites judiciaires qui s'imposent", peut-on lire.

 

 


 

Toko-Ekambi refuse que l’OL soit sanctionné !

Foot01.com

Un mois après les incidents du match OL-OM, le club lyonnais, dont les supporters ont dérapé lors du match de Coupe de France face au Paris FC, s’apprête à écoper de nouvelles sanctions.

A quelle sauce l’Olympique Lyonnais va-t-il être mangé par les instances du football français après les incidents survenus vendredi soir au stade Charléty à la mi-temps du match de Coupe de France contre le Paris FC ? La question est sur toutes les lèvres et les supporters lyonnais peuvent légitimement nourrir de grosses inquiétudes. En raison de la notion de récidive, un mois après les incidents du match OL-OM, le club présidé par Jean-Michel Aulas s’expose à de grosses sanctions. Un match perdu sur tapis vert pour l’Olympique Lyonnais a d’ores et déjà été évoqué, même si la réponse officielle n’interviendra que fin décembre. Une chose est certaine, chez les joueurs de l’OL, la lassitude commence à gagner du terrain à l’image de Karl Toko-Ekambi.

Toko-Ekambi appelle les supporters de l'OL à la raison

Dans une interview accordée à l’Agence France Presse, l’international camerounais de l’Olympique Lyonnais a lancé un cri du cœur en demandant aux instances d’épargner l’OL sur le volet sportif. Pour rappel, les Gones ont écopé d’un retrait d’un point en Ligue 1 après le jet de bouteille sur Dimitri Payet au Groupama Stadium le 21 novembre. « Ce que j’aimerais, c’est que l’on ne nous inflige pas une deuxième faute sur nous, que nous ne soyons pas pénalisés une seconde fois comme un retrait de point car nous sommes contre. C’est en dehors du terrain mais on ne maîtrise vraiment pas. Nous sommes vraiment étrangers à cela. Nous ne sommes pas fautifs. Si je vais dans un stade de football, ce n’est pas pour commettre ce genre de choses. Ce sont des choses bêtes. Il faut arrêter » a lancé l’ancien attaquant d’Angers et de Villarreal, très agacé par le comportement des Ultras de l’OL et qui espère -sans doute sans trop y croire- que l’OL sera épargné sportivement.

 


 

Halifa signe un contrat stagiaire anticipé

OL.fr

Islamdine Halifa, milieu de terrain défensif de la génération 2004, a signé ce mardi un contrat stagiaire anticipé. L’auteur du second but lyonnais face à l’ASSE il y a quelques jours en Coupe Gambardella est désormais lié à l’Olympique Lyonnais jusqu’au 30 juin 2024.

 


 

Incidents PFC-OL : trois supporters ultras interpellés

Footmercato.net

Toujours en cours, l'enquête concernant les débordements au stade Charléty lors du 32e de finale de la Coupe de France entre le Paris FC et l'Olympique Lyonnais a porté ses premiers fruits. En effet, la Préfecture de Police de Paris a dévoilé l'arrestation de trois individus liés aux groupes d'ultras.

«À la suite des incidents survenus lors du match opposant le Paris FC à l'Olympique Lyonnais, vendredi dernier, des investigations ont été menées qui ont conduit à l'identification et à l'interpellation, ce matin, de 3 supporters ultras. Enquête en cours», a-t-elle annoncé sur ses réseaux sociaux.

 


 

PFC-OL : le CUP fait passer un message

Maxifoot.fr

Vendredi, le match de Coupe de France entre le Paris FC et l'Olympique Lyonnais a été définitivement arrêté en raison de débordements entre supporters. Selon les premiers éléments de l’enquête, l'incident a débuté avec un affrontement entre le parcage lyonnais et des Ultras du Paris Saint-Germain, dont 3 membres ont été interpellés ce mardi par la police. Face à cette situation, le Collectif Ultras Paris a pris la parole via un communiqué.

"Suite aux événements qui se sont déroulés lors du match de Coupe de France opposant le Paris FC et l'Olympique Lyonnais au Stade Charléty, le Collectif Ultras Paris tient à rappeler qu'en aucun cas il ne cautionne les actes de violence commis ce soir-là et que, de manière générale, il proscrit la violence et toutes les discriminations. Dans cette optique, nous avons établi une charte, signée par tous nos membres qui s'engagent à respecter nos principes lors de leur adhésion. Tout manquement à cette charte est sanctionné et s'il s'avérait que des membres du CUP étaient impliqués dans ces incidents, ils seraient immédiatement exclus de notre groupe. Pour autant, dans la continuité de notre combat aux côtés de l'ANS, nous refusons toute sanction collective et nous n'accepterons jamais que de sincères passionnés puissent être privés de stade par le fait de quelques-uns. Dans un contexte médiatique où le mouvement ultra dans sa globalité est montré du doigt, plus que jamais, nous rappelons que notre ferveur est toute entière et seulement dédiée à l'animation des tribunes et au soutien inconditionnel de notre club", peut-on lire.

 


 

Moussa Dembélé, alerte au départ cet hiver !

Foot01.com

Auteur de quatre buts en Ligue 1 depuis le début de la saison, Moussa Dembélé est une cible de Newcastle au mercato hivernal.

Capitaine de l’OL à certaines reprises sous les ordres de Peter Bosz depuis le début de la saison, Moussa Dembélé est un joueur qui compte à Lyon. De retour après un prêt à l’Atlético de Madrid, le buteur de 25 ans a été freiné par une blessure au péroné mais en début de saison, il était incontournable aux yeux de son entraîneur Peter Bosz. A peine revenu de ses pépins physiques, Moussa Dembélé pourrait quitter l’Olympique Lyonnais. Et pour cause, le Daily Mail affirme en ce milieu de semaine que l’ancien attaquant du Celtic Glasgow est une cible de Newcastle au mercato hivernal. Les Magpies, rachetés il y a quelques semaines par l’Arabie Saoudite, souhaitent se renforcer en urgence au mois de janvier afin d’éviter la relégation en Championship. Dix-neuvième de Premier League avec un point de retard sur le 18e Burnley, Newcastle peut encore se sauver. Mais il faudra recruter du lourd cet hiver afin d’enchainer -enfin- les victoires en Premier League.

Pour ce faire, l’Arabie Saoudite est bien décidé à investir dès le mois de janvier et en attaque, l’entraîneur Eddie Howe a d’ores et déjà validé la piste Moussa Dembélé. Sous contrat avec l’OL jusqu’en juin 2023, l’ex-international français ne sera pas retenu par Jean-Michel Aulas en cas de proposition conséquente. Le prix fixé par l’Olympique Lyonnais n’a pas fuité, mais il est en tout cas certain que les Gones ne s’opposeront pas au départ de leur attaquant si Newcastle atteint une somme conséquente. Pour rappel, lors de son prêt à l’Atlético de Madrid la saison dernière, Moussa Dembélé avait une option d’achat avoisinant les 30 millions d’euros, ce qui peut donner une idée du prix que l’OL demandera aux riches propriétaires de Newcastle. Reste maintenant à voir ce que le joueur décidera pour la suite de sa carrière. Surtout, il sera indispensable pour Lyon de recruter en attaque en cas de départ de Moussa Dembélé car à ce poste d’avant-centre, seul Islam Slimani est susceptible de compenser la perte de l’attaquant français au sein de l’effectif lyonnais. Et l'international algérien ne pourra pas à lui seul jouer tous les matchs en deuxième partie de saison alors que l’OL est encore en lice en Europa League…

 


 

Genesio se confie sur les menaces de mort qu'il a reçu à l'OL

90min.com

Pourtant excellent dans les compétitions européennes, on ne peut toutefois pas dire que le football tricolore traverse la plus belle période de son histoire. La faute à certains individus qui viennent se faire remarquer dans les tribunes. Ces dernières semaines, on a surtout pu le voir du côté de Lyon, lors de l'Olympico et face au Paris FC en Coupe de France. Une situation qui a rappelé de mauvais souvenirs à Bruno Genesio.

Quand est-ce que ces événements vont s'arrêter ? Depuis la fin du huis-clos, les incidents se multiplient dans les différentes tribunes des stades tricolores. Plusieurs matches ont été arrêtés en raison de débordements, depuis la reprise de la saison. Et c'est arrivé par deux fois pour des rencontres concernant l'Olympique Lyonnais.

La première, lors de l'Olympico, quand Dimitri Payet a reçu un projectile de la part d'un "supporter" rhodanien. La deuxième, plus récemment, lors de la rencontre de Coupe de France contre le Paris FC. Lors de la mi-temps, plusieurs individus sont sortis du parcage lyonnais pour s'en prendre aux supporters franciliens.

Bruno Genesio avait été menacé de mort à la tête de l'OL

Des événements qui rappellent de mauvais souvenirs à Bruno Genesio. Ex-entraîneur de l'OL de 2015 à 2019, le technicien tricolore avait reçu des menaces de mort de la part des supporters lyonnais. En conférence de presse, l'actuel coach du Stade Rennais est revenu sur cette période compliquée :

"Je ne savais pas qu’il y avait des hooligans à Lyon. Je sais juste ce que j’ai pu vivre après un certain match à Chypre et que personne n’a rien fait. j’ai reçu ce jour-là des menaces de mort sur mon téléphone. Mon numéro avait été divulgué sur Twitter. Des insultes, des menaces de mort… 400 ou 500 messages que j’ai encore avec les numéros que j’ai identifiés."

"J’ai porté plainte et il n’y a eu aucune suite. Voilà, c’est tout ce que je sais. Peu importe que cela soit à Lyon, à Marseille ou à Rennes oui ailleurs. Je pense qu’il y a eu un gros laxisme de la part des pouvoirs publics et peut-être de nos instances sportives. Il est tant que cela cesse. Il faut prendre, enfin, les décisions qui s’imposent. C’est malheureusement un peu tard mais en tous les cas, mieux vaut tard que jamais."

Il va falloir que les instances du football tricolore sortent les grands moyens ! On ne peut plus se permettre de voir autant de débordements autour des pelouses.

 


 

Grenier proche d'un retour en Ligue 1

Foot-sur7.fr

Libre depuis la fin de son contrat au SRFC, Clément Grenier s’entraîne actuellement avec la réserve de l’ OL. Il serait ciblé par l’ESTAC.

Alors que Clément Grenier s’entraîne toujours dans les installations de l’ OL pour se maintenir en forme, en attendant de se trouver un point de chute, l’intérêt de l’ES Troyes AC pour l’ancien joueur du SRFC est évoqué. Libre de tout engagement, le milieu de terrain de 30 ans serait dans les petits papiers du club promu en Ligue 1 en mai dernier. D’après les indiscrétions de Foot Mercato, l’ES Troyes AC « est très intéressé par les services de Clément Grenier » en vue de la phase retour du championnat.

Laurent Battles, entraîneur du club aubois, apprécie en effet le profil polyvalent du joueur de 30 ans. La source indique que le coach des Troyens et son staff cherchent « un profil de N°8 » pour renforcer leur équipe, actuel 17e de Ligue 1, à un point du deuxième relégable en Ligue 2.

Clément Grenier n'entre pas dans les plans de l’OL

Clément Grenier s’entraîne actuellement avec la réserve de l’Olympique Lyonnais, son club formateur, depuis son départ du Stade Rennais. Toutefois, le club rhodanien n’a pas intention de le recruter si l’on en croit l’explication du natif d’Ardèche sur sa présence au Groupama OL Training Center. « J’ai appelé le président Aulas qui a accepté ma demande pour préparer la suite. […] Il y a toujours un peu d’incertitude dans l’attente de trouver un nouveau projet, un nouveau challenge, ça demande de s’entraîner, de s’entretenir, de reprendre ses marques sur le terrain. Physiquement, je me sens bien, mais on verra si quelqu’un est capable de me faire confiance », avait-il confié, en octobre dernier. Par ailleurs, le nom de Clément Grenier a été associé à l’ ASSE, depuis la nomination de Pascal Dupraz au poste d’entraîneur principal, la semaine dernière.

 


 

Burnley: quatre mois après son arrivée, Cornet élu joueur de l’année

RMC.fr

Maxwel Cornet a été désigné joueur de l’année par les supporters du club de Burnley, rapporte LancsLive, qui traite l’actualité du Lancashire et organisait ce vote.

A peine arrivé, déjà salué. Maxwel Cornet, transféré à Burnley l’été dernier, en provenance de l’Olympique Lyonnais, a été récompensé par les supporters de son nouveau club, qui lui ont attribué le titre de "joueur de l’année" au terme d'un vote organisé par LancsLive, qui traite notamment l’actualité du Lancashire.

Cornet devance confortablement le capitaine Ben Mee, James Tarkowski et Chris Wood. Une sacrée récompense pour un joueur arrivé il y a seulement quatre mois. L’Ivoirien, qui n’a jamais fait l’unanimité à Lyon, s’éclate en Angleterre où il est un joueur plus libre et offensif, adulé par ses propres supporters.

Un mariage parfait

Cornet a inscrit cinq buts en Premier League en seulement neuf apparitions depuis qu’il a retrouvé un poste d’attaquant qui lui sied à merveille, en témoignent ce bijou inscrit face à Crystal Palace, et un fabuleux doublé face à Southampton. S’il n'a rejoint les Clarets qu'au cours de l'été dernier, son impact sur le terrain est tel que son entraîneur a récemment estimé qu'il avait carrément fait évoluer le jeu de Burnley.

"Maxwel Cornet a changé notre jeu, a estimé Sean Dyche. Avant qu’il n’arrive, nous n’avions pas cette capacité à contrôler le jeu. Nous ne pouvions pas garder le ballon. Avec lui, nous disposons maintenant de plusieurs options." Homme des confrontations face à Manchester City du temps où il représentait l’OL en Ligue des champions (4 buts en 3 matches face aux hommes de Pep Guardiola), Maxwel Cornet est devenu ce joueur capable de faire basculer une rencontre dans le sens de son équipe.

L’international ivoirien a trouvé cette sérénité qui lui faisait peut-être défaut à Lyon. Pleinement épanoui désormais, Cornet savoure cette nouvelle vie de l'autre côté de la Manche, et le début de cette idylle avec Burnley ressemble de près au mariage parfait.

 

 

Voir aussi... L'actu du Lundi 20 Décembre // OL - Metz : L'Avant Match

 

Viv

@centpourcentol

Votre webmaster depuis 2007, Gone passionné de l'OL !