L'actu du Jeudi 16 Décembre

L'actu du Jeudi 16 Décembre

Voir aussi... L'actu du Mercredi 15 Décembre // Paris FC - OL : L'Avant Match

Bosz : « Pour gagner, le travail doit être fait ensemble »

OL.fr

A la veille du 32e de finale de Coupe de France face au Paris FC, le coach Peter Bosz s'est présenté en conférence de presse pour répondre aux questions des journalistes. L'intégralité de la conférence de presse est disponible sur OLPlay.

Un point sur le groupe

« Karl Toko Ekambi et Xherdan Shaqiri se sont entrainés hier. On verra après la séance d'aujourd'hui s'ils sont aptes. Les blessés restent les mêmes sinon. »
 
Des ambitions dans cette compétition

« La Coupe de France est une belle compétition. C'est un trophée qu'on veut gagner. On va affronter une belle équipe, qui a gagné ses 5 derniers matchs. On aura besoin d'un groupe qui fait les choses ensemble, avec une concentration à 100%. Je vais aligner la meilleure équipe possible, car je veux gagner. Anthony Lopes sera titulaire dans les cages demain. Pour nous, ce match est très important. On pense d'abord à la Coupe de France, et on sera focalisé sur Metz ensuite. »
 
Travailler en équipe, comme face à Lille

« C'est un match dangereux, seulement si nous ne sommes pas concentrés à 100%. J'ai vu pour la 1ère fois face à Lille une équipe qui faisait les choses ensemble. Ce n'était pas facile. Ils ont des bons joueurs. On était bien en équipe. Pour avoir du succès, le travail doit être fait ensemble. Ce match face à Lille va nous servir pour la suite. J'ai des joueurs très bons, qui ont de la qualité. »

Sur l’adversaire pour notre entrée en lice

« Le Paris FC est en forme. Leur défense est compacte. Ils ont des bons joueurs, rapides en transition. Physiquement, ils sont au niveau aussi. »
 
Le système à 3 centraux

« On savait que Lille aimerait ressortir de derrière avec 3 défenseurs. On avait changé de tactique par rapport au match à Bordeaux pour contrer cela. »

 


 

Gusto : « J'essaye de saisir ma chance du mieux possible »

OL.fr

Notre latéral Malo Gusto s'est présenté en conférence de presse ce jeudi à la veille du 32e de finale de Coupe de France face au Paris FC. Retrouvez l'intégralité sur OLPlay.

Saisir les opportunités

« Le coach m'a donné ma chance. J'essaye de la saisir du mieux possible. J'essaye de progresser pour jouer encore plus. J'ai toujours joué avec beaucoup d'intensité, sans calculer mes efforts. J'ai toujours un peu d'appréhension dans les grands matchs, mais je travaille pour l'effacer. Je me sens mieux dans le rôle de piston. »
 
Des conseils précieux

« Jérôme Boateng est un grand joueur. J'écoute ses conseils au quotidien. Il me parle beaucoup, cela m'aide. Il me sert bien quand je fais des appels. »
 
Travailler en équipe

« On avait pris un coup au moral à Bordeaux. C'était important de reformer l'équipe dans l'envie. A Lille, on a su se dire les choses et se donner l'envie d'aller plus loin, de faire les choses ensemble. Il faut savoir apprendre de ses erreurs. C'est ce que j'essaye de faire. En tant que jeune joueur, je pense d'abord à moi et à l'équipe, à faire de bons résultats. On continue à travailler pour faire de bons résultats. »
 
La Coupe de France, une belle compétition

« La Coupe de France est une grande compétition. On se prépare au maximum à l'entraînement pour se mettre en confiance et se qualifier pour la suite demain en faisant un bon résultat. »

 


 

Bosz alignera « la meilleure équipe possible » de l'OL contre le Paris FC

Lequipe.fr

À la veille du 32e de finale de Coupe de France contre le Paris FC (Ligue 2), vendredi soir (21 heures), l'entraîneur lyonnais Peter Bosz a fait le tour de l'actualité de son club.

Sur l'objectif : « Une compétition qu'on veut gagner »

« Ce sera notre premier match de Coupe, qui ne sera pas facile face à une bonne équipe de Ligue 2. Le Paris FC est 4e et reste sur cinq victoires de suite. Pour nous, la Coupe est très importante. C'est une compétition qu'on veut gagner, cela fait partie de nos objectifs. Qu'on soit favoris ou pas, je m'en fous. On veut gagner ce match. J'alignerai la meilleure équipe possible. »

Sur sa situation : « Je ne pense pas jouer mon avenir »

« Non, je ne pense pas jouer mon avenir (sur ce match et le suivant face à Metz, mercredi prochain). [...] Oui, je sens mes dirigeants derrière moi. »

« Pour la première fois depuis que je suis là, j'ai vu (dimanche, à Lille, 0-0) une équipe qui a joué ensemble, même si on a eu peu d'occasions »

Sur l'état d'esprit : « J'ai vu (à Lille) une équipe qui a joué ensemble »

« Pour la première fois depuis que je suis là, j'ai vu (dimanche, à Lille, 0-0) une équipe qui a joué ensemble, même si on a eu peu d'occasions. Le succès commence par cela (l'aspect collectif). On a des joueurs offensivement très forts, avec des qualités individuelles. Là-dessus, je ne me pose pas de question. Sur le comportement, j'ai vu de bonnes choses à Lille, que je n'avais pas décelées avant. »

Sur le contexte : « Il se passe pas mal de choses, oui »

« Il y a toujours des choses qui se passent autour d'un club. Ici aussi, il faut le dire (départ prochain du directeur sportif Juninho). Il se passe pas mal de choses, oui. Mais je suis habitué. Certes, tu ne sais jamais comment cela va se passer (en arrivant), mais c'est normal. Non, je n'aurais pas pensé que ''Juni'' allait partir six mois plus tard. »

Sur les nouvelles mesures anti-projectile : « Au moins, c'est clair »

« Au moins, c'est clair (match définitivement interrompu en cas de blessure due à un jet de projectile envers un joueur ou un arbitre), alors que cela ne l'était pas contre Marseille. Ce que je n'ai pas aimé (ce soir-là), c'est que l'arbitre n'a pas dit la vérité. Car, même si je ne parle pas très bien français, j'ai compris qu'il a dit vouloir reprendre le match. C'est un menteur. »

 


 

"Très abattu" et "terrifié", Aulas en remet une couche après sa sanction

RMC.fr

Le président de l'OL, Jean-Michel Aulas, a été sanctionné de dix matchs de suspension, dont cinq ferme, pour son "comportement" lors du match contre l'OM, a indiqué la LFP mercredi. Le dirigeant se dit "très abattu et très déçu" et juge que ses propos ont été "déformés".

Jean-Michel Aulas ne digère toujours pas. Sanctionné de dix matchs de suspension, dont cinq ferme, de banc de touche, de vestiaire d'arbitre et de toutes fonctions officielles pour son "comportement" lors du match contre l'OM interrompu après un jet de bouteille sur Dimitri Payet, le président de l'OL ne décolère pas. "Je suis terrifié par ce qu'il s'est passé parce qu'on avait apporté tous les éléments de réponses qui avaient été donnés. On m'a reproché d'avoir formulé une phase qui aurait pu laisser penser qu'on mettait la pression à l'arbitre", a précisé Jean-Michel Aulas.

"J'ai simplement indiqué que cette phrase avait été prononcée alors que le match était arrêté. C'est la dernière phrase qui a été prononcée dans le bureau de l'arbitre et elle venait à la suite de la question du préfet, qui l'a confirmé par écrit. 'Mais Mr Buquet, pourquoi avez-vous changé votre décision?' A cette question, il a confirmé qu'il n'avait jamais changé de position. J'ai exprimé le fait que cela n'était pas la vérité."

"Abattu et déçu"

Le patron des Gones assure que ses "propos ont été déformés" et que "la décision prise ne correspond pas à l'échange qui a eu lieu hier (mercredi) en présence de la Commission de discipline. Personnellement, je suis très abattu et très déçu car on essaie de faire porter une responsabilité à quelqu'un qui n'a aucune responsabilité sur ce point-là. Je suis ferme."

Jean-Michel Aulas a tenu à rappeler que le club a tout fait pour sanctionner le lanceur de bouteille, qui a rapidement été identifié après les évènements: "On n'est pas satisfait de la décision qui nous sanctionne, alors que l'individu a été sanctionné et il n'y a pas eu d'autres incidents. Je ne suis pas d'accord avec ce qu'il s'est passé hier en procédure disciplinaire hier (mercredi)."

 


 

La LFP annonce l'arrêt des matchs en cas de jets de projectiles, les bouteilles en plastique interdites

90min.com

La Ligue de Football Professionnel devrait annoncer une réforme importante concernant la sécurité dans les stades. Deux grosses mesures communiquées par L'Equipe : le match sera arrêté pour tout jet de projectiles blessant un joueur et le bannissement des bouteilles en plastique des enceintes de Ligue 1.

Les sanctions sont tombées comme un couperet. Vincent Labrune avait promis des mesures drastiques. Elles sont annoncées cette semaine. L'Equipe avance deux dispositions prises par la Ligue de Football Professionnel et le Gouvernement ce jeudi matin. Tout d'abord, moins d'attente pour la décision. Elle serait prise par une cellule de crise, sans représentants de clubs et prise en trente minutes maximum. Les personnes compétentes décideraient alors du sort de la rencontre.

Plus de bouteille et match arrêté

Si un arbitre ou un joueur est blessé par un jet de projectile ou un envahissement de terrain, la rencontre sera définitivement suspendue. En outre, les bouteilles en plastiques semblent vivre leurs dernières heures dans les enceintes de Ligue 1. Elles devraient disparaitre complètement la saison prochaine. Une amende forfaitaire serait en cours d'élaboration pour tout incident de supporter dans un stade.

Enfin, les clubs professionnels auront l'obligation de disposer de sécurités anti-projections, comme les filets par exemple, d'après les informations du quotidien français. Les préfets ordonneront leur mise en place sur des match à haut risque. Cette série de mesures prendra place pour juillet 2022 au maximum.

 


 

Aulas, personne à l’OL n’a osé l'affronter !

Foot01.com

Patron emblématique de l’Olympique Lyonnais, Jean-Michel Aulas est considéré à juste titre comme l’un des présidents les plus marquants du football français.

Personne ne peut remettre en cause sa capacité à avoir tiré Lyon des profondeurs pour mettre le club rhodanien sur le devant de la scène en France et en Europe. Avec le temps, JMA a toujours fait savoir qu’il préparait doucement sa succession, et semble avoir trouvé en Tony Parker un dirigeant capable de partager sa vision, entre business et sportif, pour la relève. Mais à 72 ans, Aulas ne parvient toutefois pas à se calmer, surtout quand son club va mal. Et les mauvaises nouvelles s’enchainent récemment avec les résultats décevants, l’annonce par Juninho en personne de son propre départ précipité, et les incidents graves du match OL-OM. Ce soir-là, devant la gravité des faits, le match avait été définitivement interrompu après deux heures de tractations. Jean-Michel Aulas avait fini par prendre le micro auprès du diffuseur, Amazon Prime, pour un discours qui a scotché tout le monde devant le manque de recul et la défense primaire de son club malgré les évènements.

Aulas se met la France du foot à dos

Aujourd’hui en France, via son correspondant à Lyon Julien Huët, est revenu sur cette soirée où Aulas a fait fausse route, notamment en accusant l’arbitre de s’être laissé influencer par l’OM pour revenir sur sa décision de faire reprendre la rencontre. Alors que sa prise de parole n’annonçait rien de bon, absolument personne au club n’est venu le prévenir d’adoucir un peu son discours, signe que son autorité et la crainte qu’il inspire sont toujours là. « Il avait une occasion en or de mettre l’OL dans la peau d’une victime face à des supporteurs devenus incontrôlables dans tous les stades de France. Au lieu de cela, il s’est une nouvelle fois mis la France du foot à dos en ne défendant que les intérêts de son club », a ainsi déploré un proche de la direction de l’OL, pour qui les décisions et les prises de parole de Jean-Michel Aulas sont moins inspirées que par le passé. Et son entourage, qui le dit « fatigué », l’a récemment poussé à prendre encore du recul. Ce que le dirigeant de l’OL a beaucoup de mal à faire quand c’est le feu à la maison, comme actuellement.

 


 

Traité de chenapan, Daniel Riolo se sent insulté

Foot01.com

Le soir des incidents entre l’OL et l’OM, le président lyonnais Jean-Michel Aulas s’était violemment pris le bec avec Daniel Riolo sur RMC.

Le patron de l’Olympique Lyonnais n’avait pas supporté que Daniel Riolo l’accuse d’avoir fait pression sur l’arbitre pour reprendre le match, ce qui n’a finalement pas fonctionné puisque la rencontre avait été définitivement arrêtée après deux heures d’incertitudes. Jean-Michel Aulas était monté dans les tours et avait craqué en insultant Daniel Riolo de « chenapan », ce qui n’avait pas manqué de faire réagir sur les réseaux sociaux. Trois semaines plus tard, Jean-Michel Aulas a écopé de cinq matchs fermes de suspension pour avoir mis la pression à Ruddy Buquet. La preuve selon Daniel Riolo que « JMA » a menti sur RMC. Une belle occasion pour le chroniqueur de l’After Foot de demander des excuses publiques au président de l’OL…

« Puisque l'épisode avait fait beaucoup parler, le soir du match Jean-Michel Aulas était invité dans l'After. Il m'avait insulté en direct. Puisque même si ça parait désuet, chenapan est une insulte. Il suffit de regarder un dictionnaire et vous le verrez. Il disait que je me trompais et il avait tort » estime Daniel Riolo avant de poursuivre. « J'avais les informations justes. J'avais raison de A à Z sur tout le dossier. Puisqu'il m'avait demandé ce soir-là de m'excuser en direct, sinon il prendrait un avocat, moi je ne prendrai pas d'avocat. Moi je ne porte pas plainte. S'il veut avoir la classe de s'excuser, qu'il le fasse. J'en prendrai note. Je ne ferai pas le cinéma de "Je vais contacter un avocat, je vais porter plainte en diffamation" et tout le cirque » a lâché Daniel Riolo, qui avait fini par s'excuser auprès de Jean-Michel Aulas de l'avoir traité de menteur, le président lyonnais ayant assuré, pression ou pas, que Ruddy Buquet avait bien décidé de faire reprendre le match avant de changer d'avis.

 


 

FC Metz : deux joueurs suspendus pour le déplacement à Lyon

Republicain-lorrain.fr

Le FC Metz se déplacera à Lyon, le 22 décembre, sans deux joueurs suspendus. Avertis face à Lorient, dimanche dernier (4-1), Vincent Pajot et Pape Matar Sarr ont écopé de leur troisième avertissement en moins de dix matchs et seront donc privés du voyage au Groupama Stadium.

Autre sanction annoncée par la commission de discipline, mercredi soir : le président lyonnais Jean-Michel Aulas a été suspendu pour dix matchs, dont cinq ferme, pour des propos menaçants envers l’arbitre Ruddy Buquet, lors de la rencontre arrêtée face à Marseille. Ce qui le prive, aussi, du rendez-vous contre Metz.

 


 

Groupama Rhône Alpes Auvergne et l'Olympique Lyonnais prolongent leur accord de naming

OL.fr

Groupama Rhône Alpes Auvergne et l’Olympique Lyonnais ont officialisé ce jeudi 16 décembre, la prolongation pour 3 années (jusqu’au 31 juillet 2025), du partenariat de naming du stade et du centre d’entrainement du club, situés à Décines-Charpieu dans l’Est de la métropole de Lyon.

Initiée en 2017, cette collaboration entre deux acteurs incontournables de la région se poursuit aujourd’hui pour s’inscrire dans leur histoire commune jusqu’en 2025.

Articulé autour du naming du stade et du centre d’entrainement des équipes professionnelles masculine et féminine à OL Vallée, ce partenariat de marque renforce durablement l’ancrage de Groupama Rhône Alpes Auvergne sur le territoire de la métropole de Lyon et témoigne de la confiance et du lien étroit tissé entre l’assureur mutualiste et le club Lyonnais.
 
Le Groupama Stadium et le Groupama OL Training Center s’imposent désormais comme les symboles forts d’une volonté d’engagement réciproque sur le long terme. Cette collaboration s’est notamment traduite par des échanges permanents entre les deux acteurs et la construction d’une synergie autour des valeurs de partage, de mixité, d’innovation et de valorisation des talents du territoire.

Ensemble, Groupama Rhône-Alpes Auvergne et l’Olympique Lyonnais ont su se mobiliser pour faire face à la crise sanitaire et mettre à disposition leurs énergies et leurs compétences respectives afin de proposer des solutions à leurs communautés et à leurs partenaires. L’un des symboles de cette synergie au service de tous s’est matérialisé dans le centre de vaccination du Groupama Stadium où plus de 350 000 doses ont pu être distribuées par les pompiers du SDMIS 69.
 
Groupama Rhône-Alpes Auvergne confirme donc son accompagnement des projets de l’Olympique Lyonnais, dans de cadre de sa politique partenariale en faveur des initiatives sportives, culturelles, socio-éducatives, ou économiques du territoire, pour soutenir ses enjeux de croissance.


Jean-Michel Aulas, Président de l’Olympique Lyonnais :

« La poursuite de notre collaboration avec Groupama Rhône-Alpes Auvergne valide notre projet d’entreprise, mais aussi l’union de deux institutions au service de leur territoire. Ce naming qui va porter sur une durée totale de 8 années minimum, crédibilise notre action et témoigne de la qualité de nos relations avec Francis Thomine et ses équipes et de la confiance mutuelle en nos valeurs d’entreprise et nos engagements communs. Aujourd’hui le Groupama Stadium et le Groupama OL Training Center se sont imposés comme deux infrastructures de référence en France ».
 

Francis Thomine, Directeur Général Groupama Rhône-Alpes Auvergne :

« Groupama Rhône-Alpes Auvergne, ses élus mutualistes, ses collaborateurs, se félicitent de la poursuite de ce partenariat ambitieux, à très fort rayonnement, qui consolide son efficacité dans le temps. Pour notre entreprise mutualiste, il porte une très belle dynamique sur le territoire régional, et une fierté d’appartenance pour tous nos acteurs internes. La qualité des relations avec l’Olympique Lyonnais se confirme au profit d’enjeux partagés entre les deux institutions. »

 

 

Voir aussi... L'actu du Mercredi 15 Décembre // Paris FC - OL : L'Avant Match

 

Viv

@centpourcentol

Votre webmaster depuis 2007, Gone passionné de l'OL !