L'actu du Samedi 4 Décembre

L'actu du Samedi 4 Décembre

Voir aussi... L'actu du Vendredi 3 Décembre // Bordeaux - OL : L'Avant Match

Da Silva remplaçant, ça passe mal !

Foot01.com

Arrivé libre du Stade Rennais, Damien Da Silva doit se contenter de quelques minutes de temps de jeu. Pour le défenseur de Lyon c'est évidemment une situation dure à vivre.

Cela a été la première signature officielle de l’Olympique Lyonnais lors du dernier mercato, et pour cause il était libre depuis la fin de son contrat avec Rennes, Damien Da Silva est arrivé au Groupama Stadium afin d’apporter son expérience à la défense de l’OL. Mais, le joueur de 33 ans n’a pas vraiment eu l’occasion de s’installer dans le 11 habituel de Peter Bosz et il doit donc gérer le fait d’être un remplaçant de luxe, lui était titulaire à Caen et Rennes, ses deux derniers clubs. Avant de croiser la route d’un de ses anciens clubs, Bordeaux, dimanche soir au Matmut Atlantique, Da Silva a évoqué dans Sud-Ouest sa situation personnelle. Avec seulement 195 minutes jouées en 4 matchs de Ligue 1 sous le maillot de Lyon, le natif de Talence est loin d’être au rendez-vous.

Damien Da Silva n'en veut pas à Peter Bosz

Sans se fâcher, Damien Da Silva admet sans problème ne pas vivre la saison qu’il attendait du côté de l’Olympique Lyonnais, mais l’expérimenté défenseur ne veut surtout pas lâcher prise et tente de convaincre Peter Bosz. « J’avais l'habitude de jouer régulièrement partout où je suis passé. Moins jouer change un peu les choses. J’essaie, en discutant avec certains joueurs, en partici­pant aux conversations, d'appor­ter ma pierre (...) Le statut de remplaçant ? Je ne m'y fais pas du tout. Ce n'est pas une situation qui me plaît. Je me bats au quotidien pour avoir du temps de jeu. Je savais très bien qu'en venant à l'OL, il y aurait plus de concur­rence, c'est normal. Je travaille, je continue à progresser, et c'est ce que je regarde avant tout. J’ai discuté avec le coach, il ne me reproche rien. Ce sont les choix actuels. Je ne me prends pas la tête et ce qui m'importe c'est que les résultats s'améliorent », explique, dans le quotidien régional, Damie Da Silva, qui sera du voyage dimanche à Bordeaux.

 


 

Peter Bosz ne voit aucun tricheur à Lyon

Foot01.com

La défaite contre Reims a tout de même semé la consternation du côté de Lyon. Mais l'entraîneur de l'OL n'a aucun doute sur l'implication de ses joueurs.

On ne change pas une équipe qui gagne et c’est en se basant sur ce principe bien connu que Peter Bosz avait aligné mercredi contre le Stade de Reims la formation qui s’était imposée à Montpellier. Seulement, si l’OL avait été malmené à la Mosson, mais avait pris les trois points, il en est allé tout autrement contre l’équipe rémoise. Dans un stade à huis clos, seul Anthony Lopez a surnagé d’un naufrage collectif assez inquiétant. Au point que certains ont vu là comme une sorte de trahison des joueurs lyonnais par rapport aux principes de jeu du technicien néerlandais, lequel ne lâche rien en matière de stratégie, même si les résultats ne sont pas là. Jean-Michel Aulas est venu dire sur les réseaux sociaux que tout Lyon était derrière Peter Bosz, puis Maxence Caqueret en a fait de même vendredi en conférence de presse avant le déplacement à Bordeaux. Soutenu publiquement, le successeur de Rudi Garcia n’a lui aucun doute sur l’implication de son effectif.

Les datas sont favorables pour les joueurs lyonnais

Pour preuve, Peter Bosz s’appuie sur des données enregistrées sur chacun de ses joueurs, lesquelles démontrent que personne ne lève le pied du côté de l’Olympique Lyonnais. « Sur la question physique, on a les datas et, pour moi, elles sont objectives.  On voit comment les joueurs courent, sprintent… Malo Gusto a fait 47 sprints alors que c’était son troisième match d’affilée. Croyez-moi, c’est incroyable. Cela montre que physiquement les joueurs sont bien et qu’ils sont capables de joueur deux matches par semaine », a prévenu Peter Bosz, qui n’est pas du genre à se cacher derrière une possible fatigue de son effectif pour justifier des résultats et des prestations médiocres. Tout le monde est réellement à bloc du côté de l’OL, et c’est peut-être cela qui est le plus inquiétant.

 


 

Qui est le remplaçant de Patrice Girard à Lyon ?

Foot-sur7.fr

L’ OL a trouvé le successeur de Patrice Girard au sein de sa cellule de recrutement. Son identité est connue, ainsi que sa nouvelle mission.

Pour remplacer Patrice Girard (55 ans), qui a quitté la cellule de recrutement de l’ OL et a été nommé responsable du recrutement de l’équipe professionnelle d’Angers SCO, le club rhodanien a porté son choix sur Alain Caveglia selon L’Équipe. L’Olympique Lyonnais devrait officialiser son arrivée dans les prochains jours selon le quotidien sportif. Le recruteur de 53 ans est un ancien joueur (attaquant) de l’OL (1996-2000). Après avoir raccroché les crampons, il a été dirigeant du Stade Malherbe de Caen. Il avait occupé précisément le poste de directeur sportif de 2011 à 2019. Ces deux dernières années, il était redevenu agent de joueurs, avant de faire son retour au sein du club, dont il a défendu les couleurs, comme Juninho, actuel directeur sportif.

Caveglia, une bonne pioche pour l'Olympique Lyonnais ?

L’information du journal sportif est confirmée par Nicolas Puydebois dans Olympique et Lyonnais. Le consultant de la source va plus loin et assure qu’Alain Caveglia est une bonne pioche pour l’ OL. « Alain, en tant qu'agent, c'est un compétiteur. C'est quelqu'un qui veut gagner, qui aime le foot avant tout et qui est très loyal. Dans ses missions, il va s'investir à fond pour le bien du club », a-t-il rassuré. L’ancien gardien de but des Gones (2002-2005) a également donné des précisions sur la tâche et les missions du nouveau patron du recrutement des Lyonnais.

« Alain Caveglia ne vient pas en tant que directeur sportif. Là, il vient pour agrémenter la cellule de recrutement. Il a vu beaucoup de matchs, de joueurs. Après son intermède à Caen, il est redevenu agent (de joueurs, ndlr). Il a appris ce métier en étant dans du concret », a fait savoir Puydebois.

 


 

Deux départs dans les tuyaux après Eli Wissa

Foot-sur7.fr

Deux autres jeunes joueurs de l' OL devraient suivre Eli Wissa prêté au FC Villefranche en National. Cela, pour retrouver du temps de jeu.

N’ayant pas de temps de jeu avec leur club formateur, l’ OL, de jeunes joueurs passés pros chez les Gones sont sur le départ. Ils devraient être prêtés lors de la deuxième moitié de saison, afin de jouer plus régulièrement et s’aguerrir. Quelques jours après le départ de l'attaquant Eli Wissa (19 ans), l’Olympique Lyonnais se prépare à envoyer Sofiane Augarreau et Yaya Soumaré dans des clubs où ils bénéficieraient de plus de temps de jeu, selon Le Progrès.

Le premier est un milieu de terrain de 20 ans qui avait été victime de deux ruptures du ligament croisé du genou ces dernières saisons. Il devrait rejoindre le SC Farense (D2 portugaise), un club partenaire de l'OL.

Yaya Soumaré devrait quitter Dijon FCO pour le FC Annecy

Quant au deuxième, c’est un ailier droit de 21 ans qui est prêté depuis l’été dernier au Dijon FCO (en Ligue 2). Il devrait dénarquer au FC Annecy, actuel 2e de National. D’après les informations du journal régional, le club rhodanien a décidé de prêter Yaya Soumaré ailleurs, car il ne joue pas avec le club bourguignon. Il a disputé 295 minutes de jeu depuis le début de l’exercice 2021-2022. Le natif de Vénissieux est en effet victime du changement d’entraîneur au DFCO où David Linares est parti au profit de Patrice Garande, le 23 août dernier.

Notons par ailleurs que Rayan Cherki (18 ans), contrairement à certains jeunes joueurs issus de l'académie de l' OL, a bien saisi sa chance quand il a été lancé chez les professionnels sous les ordres de Rudi Garcia en octobre 2019. Cette saison, il a fait 10 apparitions en Ligue 1 avec Peter Bosz. Mieux, l'attaquant international Espoir Français a marqué 2 buts et délivré 2 passes décisives en 3 matchs de Ligue Europa disputés.

 


 

Shaqiri sauvé, Aouar va le payer

Foot01.com

Renfort vedette de l'Olympique Lyonnais lors du dernier mercato estival, Xherdan Shaqiri a bien du mal à s'imposer dans l'effectif de Peter Bosz. Mais tout espoir n'est pas perdu pour l'attaquant suisse.

Peter Bosz le sait, faute d’une victoire dimanche soir à Bordeaux face à une formation à la dérive, il se pourrait bien que sa situation se tende un peu plus du côté de Lyon. Même si le coach néerlandais a reçu le soutien de Jean-Michel Aulas, il n’est pas dupe, le président de l’OL ne supportera pas longtemps de voir son équipe devenir une formation du ventre mou de Ligue 1. Et cela d’autant plus que même chez les supporters lyonnais, la hype Bosz commence à ne plus être aussi folle que lorsque le technicien est arrivé. Pour défier les Girondins, l’entraîneur de l’Olympique Lyonnais va donc devoir changer des choses, et l’un des rares « gagnants » de la défaite contre Reims (1-2), mercredi au Groupama Stadium, pourrait être Xherdan Shaqiri. Recruté pour 10 millions d’euros à Liverpool lors du dernier marché des transferts, l’international suisse n’a pas montré grand-chose sous son nouveau maillot, alors même qu’il flambe toujours avec la Nati. Plutôt que de sacrifier ce dernier, Peter Bosz veut tout faire pour le relancer.

Aouar ou Shaqiri, l'OL et Bosz doivent trancher

Sur la touche lors du naufrage lyonnais à Rennes, Xherdan Shaqiri était titulaire au coup d’envoi contre l’Olympique de Marseille, mais le jet d’une bouteille sur Dimitri Payet par un supporter allait mettre un terme à ce match et donc à une chance donnée à l’ancien ailier de Liverpool. Contre les Champenois, Peter Bosz avait une nouvelle fois mis Shaqiri sur le banc, et la mine du joueur suisse en disait long sur sa désolation de n’être plus qu’un second choix. Cependant, selon Hervé Penot, les choses devraient radicalement changer dimanche soir à Bordeaux. En effet, l’entraîneur de l’Olympique Lyonnais envisage très sérieusement de titulariser Xherdan Shaqiri derrière l’attaquant de pointe…ce qui dans le même temps pousse Houssem Aouar sur le banc de l’OL. Une décision qui ferait encore une fois du bruit, Aouar semblant avoir repris un peu de crédit après avoir lui aussi goûté du banc de touche depuis le début de saison.

 


 

Bernard Lacombe effondré avant Bordeaux-OL

Foot01.com

Ancien joueur de l’Olympique Lyonnais et de Bordeaux, Bernard Lacombe s’est confié en longueur sur la mauvaise passe des Girondins avant la rencontre entre ses deux clubs de coeur.

Dimanche soir, à l'occasion de l’affiche de la 17e journée de Ligue 1, Bordeaux et Lyon s’affronteront dans un match de la peur. Puisque le malheur ira au perdant. Si l’OL traverse une période compliquée, avec deux défaites en quatre matchs de L1 et une dixième place à six points du podium à l’approche de la mi-saison, la crise est encore plus profonde pour le FCGB… Englué autour de la zone rouge depuis plusieurs semaines et actuellement dans le fauteuil de barragiste, Bordeaux reste sur deux défaites de suite en l’espace de quelques jours. Lourdement tombé à Strasbourg mercredi (2-5), l’équipe de Vladimir Petkovic va donc tenter de relever la tête contre l’OL, ou un peu plus tard dans la saison. Bernard Lacombe l’espère en tout cas.

« Quelle tristesse de voir ce club dans cette situation… »

« C'est bête pour les Girondins. Nous, les anciens, comme René Girard, Jean Tigana et plein d'autres, on est tristes de voir la situation de ce club. Mais j'espère que les choses vont repartir du bon pied. C'est un club qui doit amener plein de choses au football français. La seule chose, c'est qu'il faut avoir de bons joueurs et du mental. Là, il faut que les choses se passent tout autrement que ce qui se passe aujourd'hui. Quand on parle des entraîneurs, s'ils ne sont pas bons, on les limoge. Mais ce n'est pas la meilleure des choses. C'est un travail quotidien, qui doit être collectif. Il faut qu'il y ait tous les jours une remise en cause de chaque joueur, des plus renommés aux plus jeunes. Quelle tristesse de voir ce club dans cette situation... Vraiment, je ne suis pas trop inquiet, on les voit jouer. Mais il y a un moment où l'on sent que les garçons lâchent un peu. C'est une chose qu'il ne faut surtout pas faire. La chance qu'on a eu à mon époque, c'est qu'on était tous ensemble, et il n'y en avait pas un qui sortait du rang. Il y avait des joueurs immenses... Marius Trésor, Léonard Specht et René Girard dans l'axe, je peux vous dire que c'était quelque chose d'énorme », a lancé, sur France Bleu Gironde, l’ancien joueur de Bordeaux (1979-1987), qui espère que le FCGB arrivera à garder sa place en L1 en vue de la saison prochaine.

 

 

Voir aussi... L'actu du Vendredi 3 Décembre // OL 1-2 Reims : L'After

 

Viv

@centpourcentol

Votre webmaster depuis 2007, Gone passionné de l'OL !