L'actu du Jeudi 2 Décembre

L'actu du Jeudi 2 Décembre

Voir aussi... L'actu du Mercredi 1er Décembre // OL 1-2 Reims : L'After

Peter Bosz après la défaite face à Reims : « Ça m'inquiète »

Lequipe.fr

Peter Bosz, l'entraîneur de l'OL, s'interrogeait sur la performance de ses joueurs après la défaite face à Reims (1-2), ce mercredi.

« Quel est votre sentiment après cette défaite face à Reims (1-2) ?
Très mauvais. On ne méritait pas de gagner, il faut être honnête. Dès le début du match, on n'était pas bien. On s'est créé des occasions pendant 20-25 en première mi-temps mais on n'a pas bien joué. Quand tu regardes, c'était pas bon du tout.

Comment expliquez-vous ces soucis ?
C'est un moment difficile mais on avait pourtant bien analysé Reims, ils venaient nous presser et ça nous donnait des espaces mais en deuxième période, après l'égalisation, on ne se procure qu'une grosse occasion par Paqueta, qui doit marquer sur la passe de Thiago Mendes. Mais je n'ai pas vu l'OL qui presse, je n'ai pas vu des joueurs agressifs. On joue beaucoup mieux que ça d'habitude. Et avec tout le respect que j'ai pour Reims, on doit gagner. Je n'ai pas vu une équipe qui fait des choses ensemble, on a parlé pourtant de ça avant le match...

Est-ce que ça vous inquiète ?
Bien sûr que ça m'inquiète. Dixième, ce n'est pas notre place. Mais on ne joue pas bien en ce moment, on doit retrouver la bonne santé et pas seulement en prenant trois points mais en jouant mieux, en pressant mieux.

Avez-vous des regrets d'avoir remis la même équipe ?
Après le match, je n'ai jamais de regrets car je fais l'équipe en prenant connaissance des informations avant le match. Et si on avait mis onze autres joueurs ? Non, on ne peut pas penser à ça.

Pourquoi Shaqiri est-il resté sur le banc ?
J'ai donné la possibilité aux onze joueurs d'essayer de trouver du rythme. Puis pendant le match, on regarde les besoins, comment on peut faire tourner le match.

Il est pourtant une recrue phare du mercato...
Il joue mieux dans l'axe et on a Houssem (Aouar) et Paqueta. Donc il a surtout joué sur le côté droit avec nous. On a plusieurs joueurs avec les mêmes qualités.

Pourquoi a-t-il été recruté alors ?
Parce qu'il a joué aussi à droite comme Paqueta.

Le problème est-il physique, on vous a vus en difficulté dès le début de match ?
S'ils ne peuvent pas presser en début de match, ce n'est pas un problème physique mais tactique. La question est : est-ce qu'ils étaient bien placés pour bien presser ?

En quoi le huis clos et l'état du terrain ont-ils pesé ?
On a une équipe qui joue au ballon et sur ce terrain, c'est presque impossible. Mais je ne veux pas d'excuses. J'ai dit aux joueurs : "ce n'est pas l'arbitre, le terrain, c'est nous qui ne sommes pas bons." Mais c'est vrai que ce n'est pas une pelouse de haute qualité.

Comment faire pour changer le cours des événements ?
Dans le foot, seule une victoire nous aidera à oublier. Il faut aller la chercher à Bordeaux ? Mais c'est vraiment dommage car à la maison contre Reims, il faut gagner... »

 

 


 

La stat très inquiétante qui reflète la fragilité mentale de l'OL

90min.com

L'Olympique Lyonnais s'est incliné contre Reims ce mercredi et a de nouveau encaissé un but dans le temps additionnel.

Si tout sourit à Lyon en Ligue Europa avec cinq victoires en autant de matches, le bilan des Rhodaniens en Ligue 1 est bien moins fringuant.

Battus par Reims ce mercredi soir, les Lyonnais ont déjà perdu à 5 reprises en 16 journées et pointent à une inattendue dixième place au classement.

22% des buts dans le temps additionnel en Ligue 1 encaissés par l'OL

Pire encore, les hommes de Peter Bosz affichent une véritable fragilité mentale et ont encaissé un sixième but dans le temps additionnel face aux Rémois depuis le début de la saison. Et comme le révèle Opta, Lyon affiche une fragilité inquiétante.

22 % des buts inscrits dans le temps additionnel en L1 depuis le début de saison (6 sur 27) ont été encaissés par l'OL.

Les Gones vont vite devoir trouver un remède à cette fragilité sous peine de dire adieu à la Ligue des champions, une saison de plus.

 


 

Peter Bosz plus que jamais sur la sellette

Foot-sur7.fr

10e de Ligue 1, l’ OL est loin d’atteindre son objectif cette saison. La place de Peter Bosz sur le banc de touche des Gones est menacée.

L’ OL a été surpris par le Stade de Reims au Groupama Stadium (0-1), mercredi en Ligue 1. C’est la cinquième défaite du club rhodanien en championnat cette saison, soit la troisième lors des 5 dernières journées. L’Olympique Lyonnais est en effet retombé dans ses travers contre les Rémois, en perdant le match dans le temps additionnel (1-2, 90e+3), comme lors des défaites face au PSG (2-1, 90e+3) et à l’ OGC Nice (3-2, 90e+5). D’ailleurs à Nice, l’équipe de Peter Bosz avait été renversée en prenant 3 buts en 12 minutes (temps additionnel compris), alors qu’elle menait (0-2) jusqu’à la 81e minute de jeu.

Lors des deux autres défaites, l’ OL avait pris 7 buts, soit (3-0) à Angers et (4-1) sur le terrain du Stade Rennais. Après 15 matches disputés, le club de Jean-Michel Aulas fait partie des plus mauvaises défenses de L1, avec 23 buts concédés.

Peter Bosz menacé de limogeage

La défense de l’Olympique Lyonnais est décevante et le projet de jeu de l’entraîneur est pointé du doigt. « Peter Bosz n’est pas aidé par ses défenseurs, mais c’est en grande partie son système qui les expose », a fait remarquer le journaliste Vincent Duluc de L’Équipe. Le Néerlandais a d'ailleurs piqué une grosse colère après la défaite contre le Stade de Reims (14e après son succès), vu l'objectif (le podium) qui s'éloigne. En tout cas, le coach de l' OL joue son fauteuil lors de ses quatre derniers matchs avant la trêve hivernale.

En d'autres termes, il est menacé de limogeage, avant la trêve hivernale. « Après 15 journées, voilà l’entraîneur néerlandais en situation d’échec. […] Il n’a toujours pas trouvé ce qu’il cherche et ne pourra pas survivre indéfiniment par sa manière passionnante de parler du jeu » a lâché Vincent Duluc, dans le journal sportif.

 

 


 

L'Olympique Lyonnais ne rugit toujours pas !

Footmercato.net

Battu, mercredi soir, dans les ultimes secondes contre Reims (1-2), l'Olympique Lyonnais vient d'enregistrer une troisième défaite lors de ses cinq derniers matches en Ligue 1. Un scénario cruel, certes, mais pas forcément illogique au regard de la fragilité globale affichée par les Lyonnais depuis le début de la saison. Englués à la dixième place du championnat après seize journées, les hommes de Peter Bosz sont d'ores et déjà dans le dur et le Néerlandais ne parvient toujours pas à transmettre sa philosophie.

«Je suis d'autant plus content qu'on a mal joué», reconnaissait, dimanche dernier, Peter Bosz après la victoire arrachée par les Lyonnais face à Montpellier (1-0). Une sortie médiatique symbolisant les lacunes actuelles traversées par le club rhodanien, qui tendent malheureusement à prendre de l'ampleur match après match. Mercredi soir, contre le Stade de Reims, l'OL a d'ailleurs confirmé sa déprime actuelle tant sur le plan de l'animation offensive que sur son rendement défensif. Reconduisant le même onze de départ, vainqueur à la Mosson, Peter Bosz espérait sans doute créer une dynamique collective. Mais il n'en a rien été. Après le naufrage vécu contre le Stade Rennais (1-4) et l'Olympico arrêté, les Rhodaniens ont de nouveau coulé contre des Champenois entreprenants.

Pris par l'intensité rémoise et totalement amorphes, notamment lors des trente premières minutes de jeu, les Lyonnais ont ainsi craqué sur la première occasion réelle de Reims. Dépassé dans les airs, Jason Denayer voyait Valon Berisha tromper Anthony Lopes (56e) et définitivement glacer un Groupama Stadium déjà à huis clos (conséquence directe des incidents survenus lors du choc arrêté face à l'OM). Si Karl Toko-Ekambi permettait aux Lyonnais de revenir dans cette rencontre (66e) et que Lucas Paqueta, devancé de peu par Predrag Rajkovic, était tout proche de donner l'avantage aux siens, l'OL finissait malgré tout par craquer dans les ultimes secondes. Plombés par une grossière erreur du gardien rhodanien, souvent décisif ces dernières semaines, les partenaires de Jérôme Boateng ne pouvaient que s'incliner face au sang froid d'Hugo Ekitike (90+3e).

Une nouvelle défaite qui place désormais les Lyonnais à une bien triste dixième place après seize journées et déclenchait une inquiétude certaine pour Peter Bosz : «on ne méritait pas de gagner, il faut être honnête. Dès le début du match, on n'était pas bien. On s'est créé des occasions pendant 20-25 minutes en première mi-temps mais on n'a pas bien joué. Quand tu regardes, c'était pas bon du tout. On joue beaucoup mieux que ça d'habitude. Et avec tout le respect que j'ai pour Reims, on doit gagner. Je n'ai pas vu une équipe qui fait des choses ensemble, on a parlé pourtant de ça avant le match… Bien sûr que ça m'inquiète. Dixième, ce n'est pas notre place. Mais on ne joue pas bien en ce moment, on doit retrouver la bonne santé et pas seulement en prenant trois points mais en jouant mieux, en pressant mieux», admettait le Néerlandais à l'issue de la rencontre.

Une fragilité défensive et mentale !

Plus que le résultat décevant et le bilan comptable peu glorieux, c'est bien le collectif des Gones qui inquiète depuis la reprise... Arrivé avec un projet de jeu séduisant - se rapprochant de cette théorie du football total - Peter Bosz ne parvient pas à traduire sa philosophie sur le pré et sous ses ordres, force est de constater que l'OL ne progresse pas. En difficulté pour trouver des décalages entre les lignes, les Lyonnais affichent surtout un déséquilibre criant et se retrouvent trop souvent exposés sur les contres adverses. Symbole de cette fragilité défensive, les coéquipiers de Jason Denayer ont déjà concédé 23 réalisations après 15 rencontres disputées. Quinzième défense du championnat, à égalité avec Troyes, Montpellier et Lille, l'OL n'avait plus encaissé autant de buts depuis la saison 1982-1983...

Sans parler de certains cadres qui semblent peu impliqués, la rencontre face au Stade de Reims a également confirmé un groupe en proie aux doutes. Dans cette optique, le but opportuniste inscrit par Ekitike, dans le temps additionnel, est la sixième réalisation encaissée par les Gones au-delà des 90 minutes. A ce titre, l'Olympique Lyonnais a ainsi perdu neuf points après la 85e minute, ce qui explique en partie cette décevante dixième place. Auteurs d'un sans-faute en Ligue Europa avec cinq victoires en autant de rencontre et d'ores et déjà qualifiés pour les huitièmes de finale, même s’il faut bien sûr relativiser l’opposition, les Lyonnais enchaînent les faux pas en Ligue 1 et voient déjà leurs concurrents directs s'échapper en haut du classement.

Longtemps sauvé par ce bilan européen irréprochable, Peter Bosz peut lui aussi commencer à s'inquiéter. Interrogé sur la mise à l'écart de Xherdan Shaqiri contre les Rémois, le Batave a avancé l'argument de la concurrence : «il (Shaqiri) joue mieux dans l'axe et on a Houssem et Paqueta. Donc il a surtout joué sur le côté droit avec nous. On a plusieurs joueurs avec les mêmes qualités». Malgré cette justification, le visage insipide affiché par les Lyonnais ces dernières semaines pourrait rapidement mettre en danger l'ancien technicien du Bayer Leverkusen. À Bordeaux, dimanche prochain, l’OL va donc devoir trouver les ressources mentales et techniques pour se relever, au risque de plonger le club dans une crise profonde.

 


 

Briand a "honte" et promet "un gros coup contre Lyon"

RMC.fr

Après la claque reçue à Strasbourg, mercredi lors de la 16e journée de Ligue 1 (5-2), Jimmy Briand a mis des mots forts sur la situation des Girondins, 18es du classement. L’attaquant de 36 ans annonce une réaction collective face à l’OL, dimanche au Matmut Atlantique.

Il n’avait pas encore pris la parole cette saison. Mais la situation est devenue trop critique pour garder le silence. Après la lourde défaite de Bordeaux à Strasbourg, mercredi lors de la 16e journée de Ligue 1 (5-2), Jimmy Briand est venu mettre des mots sur le calvaire des Girondins.

"C’est un sentiment de honte, a expliqué l’attaquant de 36 ans au micro de France Bleu Gironde. On a encore vu nos supporters venir nous encourager et on n’est pas à la hauteur, tout simplement. On est mauvais. Il faut continuer à se révolter, ne pas lâcher car on est dans une situation très critique (…) Les scénarios se répètent depuis plusieurs semaines et quand c’est le cas, c’est qu’on n’est pas bon."

"Il y aura une équipe de guerriers sur le terrain"

Après cette nouvelle soirée manquée, Bordeaux occupe la 18e place du classement, en position de barragiste. Avec seulement deux victoires au compteur et la pire défense du championnat (37 buts encaissés en 16 matchs). De quoi préoccuper Briand. "On serait fou si on n'était pas inquiet, confirme l’international français (5 sélections). On a une moyenne de buts encaissés qui est impressionnante. Quand on parle de ça, bien sûr, on ne parle pas que des défenseurs. C'est le bloc défensif. On n'est pas bons. Il faut absolument stopper l'hémorragie parce qu'en prenant autant de buts, on n'y arrivera pas."

Malgré ce tableau particulièrement sombre, Briand garde tout de même espoir pour la suite de la saison. A commencer par la réception de Lyon, dimanche au Matmut Atlantique (20h45). "Ne vous inquiétez pas, on va trouver la solution, promet-il. On va se mettre dans notre bulle pendant trois jours pour préparer Lyon et faire un gros coup. La seule option, c’est gagner ce week-end (…) Je vous garantis que contre Lyon, on va faire un gros coup (…) On présente nos excuses à nos supporters parce qu'ils se sont encore déplacés. Ils nous supportent encore à la maison et dimanche, je peux vous garantir qu'il y aura une équipe de guerriers sur le terrain".

 


 

Goneback : Interference lyonnaise OL-Reims avec Eric Besnard

Youtube

 


 

Fem. : Van de Donk et Egurrola absentes plusieurs mois

Lequipe.fr

Respectivement blessées au jambier antérieur droit et à la cheville gauche, les internationales néerlandaise et espagnole manqueront plusieurs mois de compétitions avec l'OL.

Dans un communiqué médical publié ce jeudi, l'OL donne des précisions sur les blessures de plusieurs de ses joueuses. « Danielle Van de Donk a été victime d'une rupture traumatique du jambier antérieur droit », annonce le club. L'internationale néerlandaise a été opérée ce mardi aux Pays-Bas et devrait manquer quatre mois de compétition.

Blessée à la cheville gauche contre le Bayern Munich, Damaris Egurrola a été opérée vendredi dernier d'une rupture ligamentaire. « La milieu de terrain devrait être indisponible pour une période estimée entre deux à trois mois », précise l'OL. Enfin, l'Américaine Catarina Macario manquera une dizaine de jours de compétition après une blessure à l'adducteur droit.

 


 

Un jeune Lyonnais bientôt au Portugal ?

Les-transferts.com

Jeune joueur de l’Olympique Lyonnais, le milieu de terrain Cédric Sofian Augarreau n’arrive pas à faire son trou chez les Gones et un départ semble désormais d’actualité.

D’ailleurs, si l’on en croit le compte Twitter, @Borgia_OL_acad, il pourrait s’envoler pour le Portugal et notamment le SC Farense avec qui l’OL a un partenariat.

Il pourrait être le deuxième lyonnais à faire ce voyage après l’ailier Thibault Ehling en début de saison. Ce dernier n’a toutefois toujours pas jouer cette saison.

Âgé de 20 ans, l’ancien international français U19 est sous contrat jusqu’en juin prochain avec les Gones.

 


 

Nabil Djellit accuse Paqueta de la jouer perso

Footradio.com

Battu par le Stade de Reims (1-2) au Groupama Stadium mercredi, l’Olympique Lyonnais ne parvient pas à enchaîner les victoires en Ligue 1. Pour Nabil Djellit, le problème vient de l’état d’esprit de certains joueurs, et notamment du milieu offensif Lucas Paqueta.

Trois jours après son succès à Montpellier (0-1) dimanche dernier, l’Olympique Lyonnais tenait l’occasion idéale d’enchaîner et d’entamer une bonne dynamique. La venue du Stade de Reims au Groupama Stadium devait permettre au club rhodanien de gagner en régularité en Ligue 1. Une opportunité manquée puisque les Gones se sont inclinés au terme d’une prestation décevante aussi bien offensivement que sur le plan défensif. Même le gardien Anthony Lopes, auteur d’un excellent début de saison, et qui a souvent limité les dégâts, n’a pas été irréprochable face à Reims.

« Maintenant Paqueta est trop exceptionnel… »

De quoi s’interroger sur les réelles failles de l’Olympique Lyonnais. Pour le journaliste Nabil Djellit, l’état d’esprit de certains joueurs est en cause, et notamment celui du milieu offensif Lucas Paqueta. « Plus d’intensité, de coeur et de collectif ? C’est pourtant que Peter Bosz demande à ses joueurs. On parle de Jorge Sampaoli à l’Olympique de Marseille, quelque part, ça se ressemble. Moi je les regarde souvent et je trouve qu’il y en a qui portent trop le ballon devant », a estimé le chroniqueur de la chaîne L’Equipe.

« Parfois, il n’y a pas assez de jeu direct. C’est quelque chose que j’ai remarqué. C’est vrai que par exemple, Lucas Paqueta est exceptionnel. Mais maintenant il est trop exceptionnel… Je trouve qu’il ne lâche pas le ballon assez vite, il joue de moins en moins en première intention, a expliqué Nabil Djellit. Je ne dis pas que c’est la faute de Lucas Paqueta, mais je dis ce que je ressens. » Depuis le fameux penalty arraché à Houssem Aouar à Rennes (défaite 4-1), le Brésilien n’est plus épargné par les critiques.

 

 

Voir aussi... L'actu du Mercredi 1er Décembre // OL 1-2 Reims : L'After

 

Viv

@centpourcentol

Votre webmaster depuis 2007, Gone passionné de l'OL !