L'actu du Lundi 25 Octobre

L'actu du Lundi 25 Octobre

Voir aussi... L'actu du Samedi 23 Octobre // Nice 3-2 OL : L'After // Débats : GoneBackTV débrief Nice - OL

Lopes pointe la défaillance mentale de l'OL

Footmercato.net

Scénario surréaliste à l'Allianz Riviera ! Maître des débats pendant 80 minutes de jeu et fort d'une avance de deux buts face à l'OGC Nice, l'Olympique Lyonnais s'est complètement effondré dans les derniers instants de la rencontre, concédant finalement un revers (2-3) qui risque de faire mal aux têtes côté lyonnais. Entré en jeu, Youcef Atal, auteur d'un but et provoquant le penalty menant à l'égalisation d'Andy Delort, a sonné la révolte avant que le jeune Evann Guessand (20 ans) ne crucifie Anthony Lopes au bout du temps additionnel. Un dénouement cruel qui n'a pas manqué de faire réagir le dernier rempart des Gones. Apparu dépité au micro d'OLTV, le Portugais (31 ans, 14 sélections) a regretté la fragilité mentale affichée par les Rhodaniens.

«On n'a pas su maîtriser notre match, on doit mettre plus de caractère, plus de maîtrise dans notre jeu. Même à 10 contre 11, on doit être lucide et avoir la sérénité pour gagner ce match. On a failli mentalement, clairement. On s'est démobilisé après le rouge. On maîtrisait ce match, à 2-0 à l'extérieur on doit le gagner. On a péché dans pas mal de domaines en fin de match. Il va falloir se relever, ça ne sera pas facile. On a un gros match face à Lens qui nous attend.» Symbole de cette défaillance mentale, Lyon a perdu 8 points après la 80e minute de jeu cette saison en Ligue 1, soit au moins le double de toute autre équipe.


Peter Bosz a lui aussi réagit à cette déroute

 


 

L'OL, Rennes et le PSG meilleurs clubs formateurs de France

Footmercato.net

Le Centre International d'Etude du Sport a dévoilé ce lundi sa lettre hebdomadaire, présentant le classement des meilleurs clubs formateurs d'Europe. Sans grande surprise, l'Ajax Amsterdam reste le maître en la matière parmi les 31 divisions des pays membres de l'UEFA, avec 81 joueurs professionnels évoluant dans ces championnats, les clubs formateurs étant définis comme «ceux au sein desquels les joueurs sont restés au moins trois saisons entre 15 et 21 ans.» Les Lanciers sont accompagnés sur le podium par le Shakhtar Donetsk (75) et le Sporting Lisbonne (70).

Dans les cinq grands championnats européens, le FC Barcelone et le Real Madrid se tirent la bourre dans ce domaine, avec 42 joueurs chacun. Le top 5 est complété par trois clubs français : l'Olympique Lyonnais (32), suivi par le Stade Rennais et le Paris Saint-Germain, ex-aequo (30). Au bas de ce classement, on retrouve notamment le Montpellier HSC (9), la Juventus Turin (8) ou encore l'Olympique de Marseille (7), avec Strasbourg qui ferme la marche (6).


 


 

Lyon, spécialiste de la fin catastrophe

Football365.fr

Auteur d'une sortie de route spectaculaire ce dimanche face à Nice (3-2) après avoir mené de deux buts, Lyon n'est pas un finisseur.

La pilule était particulièrement difficile à avaler ce dimanche pour les Lyonnais. Dominateurs et devant au score jusqu’à la 81e minute de la rencontre qui les opposait à l’OGC Nice, les hommes de Peter Bosz ont totalement craqué et on encaissé trois buts en un peu plus de dix minutes, concédant ainsi leur troisième revers de la saison en Ligue 1 (3-2, 11e journée). L’OL a souvent du mal à finir ses matchs.

Comme le note L’Équipe ce lundi dans ses colonnes, l’Olympique Lyonnais est l’équipe de Ligue 1 qui concède le plus de points dans ses fins de match. Et de très loin ! Les partenaires d’Anthony Lopes ont ainsi déjà laissé échapper 8 points après la 80e minute, de puis le début de la saison. Soit deux fois plus que leurs premiers poursuivants que sont Metz et Montpellier (4 unités). Ce triste Top 5 est complété par Angers et Lille (3 points).

Paris, le pendant positif

À l’inverse, c’est le Paris Saint-Germain qui termine le mieux ses rencontres avec déjà 6 points glanés au-delà de la 80e minute. Là encore, le club parisien fait deux fois mieux que ses poursuivants directs puisque Clermont, Nice et Saint-Étienne sont à 3 points.

 


 

Thierry Henry dévoile l'un de ses chouchous en Ligue 1

Footmercato.net

Malgré la défaite de l'Olympique Lyonnais sur la pelouse de l'OGC Nice en toute fin de rencontre (3-2), le milieu offensif brésilien Lucas Paqueta a encore été décisif pour les Gones, délivrant la dernière passe sur le but de Houssem Aouar en seconde période. L'ancien Milanais se hisse comme l'un des meilleurs joueurs du championnat, avec 5 buts inscrits et 3 passes décisives délivrées toutes compétitions confondues. Des statistiques et des qualités techniques qui impressionnent l'ex-international français et champion du monde 1998 Thierry Henry, aujourd'hui consultant pour Prime Video Sport.

«C’est tôt mais franchement ce qu’il fait… On en avait parlé après son match au Parc des Princes. Oui, j’aime les dribbles et les passes aveugles, mais ce que j’aime, c’est son envie, son activité, son abnégation, son engagement, s’est enthousiasmé Thierry Henry. En général, ce n’est pas ça chez tous les Brésiliens. Un joueur qui est fin est un peu plus dur à replacer ou alors il se met moins au service de l’équipe quand il n’a pas la balle. Moi, ce qui m’impressionne avec ce joueur-là, c’est qu’il fait les deux avec le sourire. Il défend et attaque avec le sourire. Pour moi, c’est pour ça qu’on peut déjà parler de l’un des meilleurs joueurs du championnat», a-t-il affirmé après la rencontre dimanche après-midi.

 


 

Pierre Ménès accuse Boateng après l’humiliation à Nice

Footradio.com

En perdant d’une manière assez incroyable sur la pelouse de Nice dimanche (2-3), l’Olympique Lyonnais s’est tiré une balle dans le pied dans la course au podium en L1…

Lyon vient de vivre une semaine complètement folle, au cours de laquelle l’équipe de Peter Bosz a remis le mot remontada à la mode. Jeudi dernier, l’OL a d’abord connu un sentiment positif en renversant le score face au Sparta Prague en Europa League (4-3), grâce notamment à un grand Paqueta. Sauf que trois jours plus tard, c’est dans la peau du perdant malheureux que Lyon a quitté la Côte d’Azur. Devant jusqu’à la 80e minute de jeu, grâce à des buts de Toko Ekambi et Aouar, l’OL a effectivement fini par tomber de très haut en prenant trois buts en l’espace de dix minutes… Un revers qui plonge les Gones dans le ventre mou de la L1, à trois points du podium et de Nice. Mais alors qui est le principal responsable de cette défaite ? Si Peter Bosz a été pointé du doigt par certains suiveurs, Pierre Ménès estime que Jérôme Boateng est le premier fautif.

« Boateng qui a quand même bien fait son âge sur cette fin de match »

« On a vécu un retournement de situation invraisemblable à l’Allianz Rivera. Il est absolument invraisemblable, improbable et pour tout dire anormal que Nice ait remporté ce match. Pendant 75 minutes, les Lyonnais ont tellement dominé la partie, ils ont mené si facilement face à une équipe niçoise inoffensive que le résultat final est juste incroyable. L’OL menait 2-0 presque tranquillement avec un premier but de l’inévitable Toko-Ekambi sur une lumineuse passe de Boateng puis sur une jolie frappe d’Aouar après un appui de Paqueta. Nice semblait sans idée jusqu’à l’entrée d’Atal, qui, à lui seul, a changé la face du match, d’abord en égalisant sur une action solitaire où il enrhume totalement Boateng puis en provoquant un penalty transformé par Delort pour une faute d’Emerson. Et c’est Guessand qui a donné cette victoire hallucinante aux Aiglons sur un placement totalement improbable de Boateng qui a quand même bien fait son âge sur cette fin de match. On n’oubliera pas non plus l’expulsion de Kadewere pour un tacle stupide et dangereux sur Bard », a balancé, sur Pierrot le foot, l’éditorialiste, qui sait que le défenseur allemand a fauté dans son rôle de leader sur la pelouse de l’OGCN.

 


 

Kadewere obtient une note terrible dans L'Equipe !

Foot01.com

Expulsé en fin de match dimanche contre Nice, Tino Kadewere a largement contribué au naufrage de l'Olympique Lyonnais. Il le paie cher.

Pendant 80 minutes, l’Olympique Lyonnais avait tout bon sur la pelouse de l’Allianz Riviera et la formation de Peter Bosz semblait filer vers une précieuse victoire contre Nice. Mais la fin du match a tourné au cauchemar pour l’OL, et surtout pour Tino Kadewere, auteur d’une masterclass incroyable sur tout ce qu’il ne faut pas faire. Pas dans le coup face au Gym, avec notamment une énorme occasion ratée à l’heure de jeu, l’ancien Havrais est pourtant resté sur le terrain, avant de sortir consécutivement à une expulsion évidemment totalement justifié suite à tacle dément sur Melvin Bard. Au moment d’analyser la prestation de son joueur offensif, Peter Bosz, pas non plus très bien inspiré sur le plan du coaching, n’a pas voulu tirer sur l’ambulance, mais a tout de même reconnu qu’il serait bien que l’Olympique Lyonnais finisse parfois des matchs à 10. De son côté, et sans citer personne, Léo Dubois est également consterné : « On a la maîtrise et on pète les plombs, on disjoncte, je ne comprends pas ».

Forcément la performance de Tino Kadewere vaut à ce dernier des notes désastreuses et pas loin d’être historiques. Si dans Le Progrès, on est relativement clément avec l’attaquant de l’Olympique Lyonnais, qui hérite d’un « 3 », dans L’Equipe, Kadewere est découpé avec un « 1 », une note rarissime dans le quotidien sportif. « Son expulsion sur un tacle ultra-dangereux a tout changé, tout en scellant un match raté. A l’image de sa frappe dans les nuages, il a multiplié maladresses techniques, passes ratées et mauvais choix », justifie le quotidien sportif au sujet de la terrible note attribuée au joueur de l’Olympique Lyonnais. Pour Tino Kadewere, le réveil risque d'être difficile, car du côté de la commission de discipline on ne lui fera probablement aucun cadeau suite à son geste sur Melvin Bard. Pas certain que les supporters de Lyon soient mécontents de le voir sur la touche pendant quelques matchs.

 


 

Lucas Paqueta fait des annonces fortes sur son avenir

Butfootballclub.fr

Au micro de Téléfoot dimanche, Lucas Paqueta s'est confié sur son avenir avec l'OL. Il ne s'imagine pas partir de si tôt.

Auteur d'un début de saison immense sous les couleurs de l'OL, Lucas Paqueta (24 ans) n'en finit plus de briller avec l'OL et avec la sélection du Brésil. Forcément, la cote de l'ancien Milanais ne fait que monter et on peut craindre que le maître à jouer lyonnais fasse l'objet de très grosses offres dès l'été prochain.

« Je n'ai pas en tête de partir »

Que les supporters se rassurent, la nouvelle idole du Groupama Stadium n'a aucune intention de plier le bagage comme il l'a fait savoir dimanche dans un entretien à Téléfoot : « Je n'ai pas en tête de partir. Je vis actuellement le meilleur moment de ma carrière ! Et j'espère que ça va durer longtemps ! Je me sens chez moi ici ! », a-t-il glissé avec la joie de vivre qui le caractérise.

A l'occasion de cette sortie médiatique, Lucas Paqueta a également fait une dédicace à celui sans qui il n'aurait jamais rejoint l'OL : Juninho. « Juninho a toujours cru en moi. J'ai choisi Lyon pour lui. Quand il m'a fait découvrir ce club, j'ai tout de suite senti que je devais jouer ici. Aujourd'hui, j'ai enfin compris pourquoi ». Un an et deux chansons plus tard, Paqueta a été adopté comme LE joueur frisson d'un OL qui, comme lui, rêve de « jouer la Ligue des Champions » : « Je veux rendre aux supporters l'affection qu'ils me donnent. L'affection des supporters est indescriptible ! J'espère continuer à donner le meilleur de moi pour les rendre fiers... »

 


 

Vidéo : l'entrainement du jour

OL via Twitter

 


 

Lyon doit tout miser sur Peter Bosz, même si ça coince

Foot01.com

La défaite de Lyon dimanche à Nice a fait mal à la tête du côté de l'OL et de ses supporters. Et certaines critiques commencent à poindre contre Peter Bosz.

Peter Bosz profite d’une confiance totale des dirigeants de l’Olympique Lyonnais, et d’une énorme majorité des fans de l’OL, mais l’incroyable défaite à l’Allianz Riviera a tout de même focalisé quelques critiques à l’encontre du successeur de Rudi Garcia. Car cela fait tout de même plusieurs résultats négatifs depuis le début de saison en Ligue 1, et la comparaison avec ceux qui l’ont précédé à ce poste d’entraîneur n’est pas totalement flatteuse sur le plan comptable. Mais en allant chercher l'ancien entraîneur de l'Ajax Amsterdam, Jean-Michel Aulas semble avoir décidé de miser sur le long terme. Et pour Kevin Diaz, il faut espérer que le président de l'Olympique Lyonnais restera droit dans ses bottes, même si Peter Bosz a besoin d'un peu de temps pour voir l'OL revenir au sommet.
Peter Bosz doit avoir du temps pour ramener Lyon au sommet

Sur RMC, l'ancien footballeur admet être fan de cet Olympiques Lyonnais version Bosz. « Pendant Nice-Lyon, je n’ai pas pu m'empêcher de faire la comparaison entre Christophe Galtier et Peter Bosz, deux entraîneurs en lice pour s’installer sur le banc de touche de l’OL l’été dernier. Malgré la défaite de Lyon à Nice, je pense que Peter Bosz est toujours l’entraîneur qu’il fallait à l’Olympique Lyonnais. Ce que les joueurs de l’OL ont fait pendant 80 minutes, et même s’ils ont craqué à la fin, ça va servir pour la suite de la saison. J'espère que le projet de Bosz va durer deux ou trois saisons. Avec le travail de Juninho derrière, je suis sûr que ça va fonctionner. L’interview de Bosz après le match était d’ailleurs très lucide, très juste, comme d’habitude. Dans le football, il y a toujours des choses inexplicables, ce match en fait partie », a confié l'ancien joueur, qui réclame du temps pour permettre à Peter Bosz de profiter des fruits de son travail.

 

 

Voir aussi... L'actu du Samedi 23 Octobre // Nice 3-2 OL : L'After // Débats : GoneBackTV débrief Sparta - OL

 

Viv

@centpourcentol

Votre webmaster depuis 2007, Gone passionné de l'OL !