L'actu du Mardi 12 Octobre

L'actu du Mardi 12 Octobre

Voir aussi... L'actu du Lundi 11 Octobre

L’OL sidéré par la réaction de Marcelo

Foot01.com

Principale victime de l’été lyonnais, Marcelo a été poussé vers la sortie par Peter Bosz et les dirigeants de l’OL.

Coupable de ne pas être dans l’esprit du groupe aux yeux de l’entraineur néerlandais, le Brésilien a été mis à l’écart à coup de décision radicale et de communiqué. Attendu sur le départ dans les derniers jours du mois d’août, Marcelo a préféré se concentrer sur son swing au golf, et n’a pas du tout saisi les occasions de lâcher l’OL. Faute d’un accord à l’amiable, l’ancien du Besiktas s’est retrouvé avec la réserve tout en conservant son salaire de cadre de l’équipe première. En l’envoyant ainsi jouer avec les jeunes du club pour des matchs beaucoup plus champêtres, les dirigeants lyonnais espéraient certainement le faire craquer et l’amener à réfléchir sur la suite de sa carrière. Mais à chaque match et à chaque entrainement, Marcelo s’affiche avec un large sourire, preuve de sa force mentale et de sa volonté de ne pas commettre de faute l’exposant à un licenciement. Encore une fois cette semaine, le défenseur central a été sollicité pour jouer en N2 face à l’OM, et sa motivation est toujours aussi intacte.

Marcelo coûte 6 millions d'euros par an à l'OL

Le Progrès assure même que Marcelo n’a pas manqué la moindre séance d’entrainement jusqu’à présent, et glisse même qu’il « prépare la venue d’Aubagne comme s’il allait affronter Manchester City ». Et ce sérieux s’accompagne aussi d’une réelle volonté de parler et d’aider les jeunes joueurs du club, en prodiguant conseils et exemples pour la préparation du match ou le placement. De quoi bluffer les coachs de la N2, qui ne s’attendaient pas à retrouver le Brésilien dans cet état d’esprit. Néanmoins, l’OL peut l’avoir mauvaise, car ce sont 6 millions d’euros brut qui sont lâchés pour payer son salaire chaque année, et malgré son attitude en réserve, cela fait cher le joueur de 4e division. En tout cas, Le Progrès l’affirme, Jean-Michel Aulas et ses dirigeants ne s’attendaient pas à ça en l’envoyant en N2, et l’idée était surtout de le pousser au départ, plus que de le voir enchainer des matchs avec le sourire.

 


 

L1 : Paqueta nommé pour le titre du joueur du mois de septembre

Footmercato.net

Qui remportera le trophée du joueur du mois de septembre ? Les trois finalistes viennent d’être dévoilés. Le premier nommé est le buteur de l’OGC Nice, Amine Gouiri. Auteur de deux buts le mois dernier, l’ancien Lyonnais est impliqué dans 47% des réalisations de son équipe.

Face à lui, il trouvera deux milieux de terrain : le Gone Lucas Paqueta et le Lensois Seko Fofana. Le Brésilien est le maître à jouer de l’OL et enchaîne les masterclass comme celle face au PSG. Idem pour l’Ivoirien. Les Marseillais peuvent d’ailleurs en témoigner. Qui sera l’élu ?

 


 

Tony Parker interpelle Jean-Michel Aulas pour sa succession à l’OL !

Le10sport.com

Président de l’OL depuis 1987, Jean-Michel Aulas pourrait à terme passer la main et le président de l’ASVEL Tony Parker s’est clairement positionné pour prendre sa succession.

Ayant la possibilité de travailler avec Jean-Michel Aulas de par le partenariat entre l’OL et l’ASVEL, clubs de foot et de basket dont Aulas et Tony Parker président, la légende des San Antonio Spurs n’a pas caché son affection envers l’emblématique président de l’OL.  « Beaucoup d’affection, et puis pour moi personnellement, je pense que c’est le meilleur président tous sports confondus en France des 30 dernières années. C’est incroyable ce qu’il a construit, après t’aimes ou t’aimes pas, tu peux que respecter ce qu’il a fait avec ce club là et donc pour moi c’est une superbe opportunité d’apprendre tous les jours avec un monsieur comme ça ». Et pour ce qui est de la succession de Jean-Michel Aulas, il se pourrait bien que le président de l’OL la prépare déjà et ait commencé à former Tony Parker comme ses multiples prises de parole dans la presse l’année dernière peuvent en attester. Invité à s’exprimer sur la question pour Canal+, Parker n’a clairement pas botté en touche. « Prendre la suite de Jean-Michel Aulas ? Et pourquoi pas, pourquoi pas. Je sais qu’il en a beaucoup parlé dans les médias l’année dernière et pourquoi pas. J’essaie d’apprendre tous les jours. J’adore le foot, j’adore le basket et maintenant l’ASVEL et l’OL c’est la même famille. L’OL est rentré dans notre capital depuis deux ans et demi maintenant et ça se passe très très bien. Ça pousse les équipes et tout le monde vers le haut et je sais que l’OL a des ambitions d’être connu au niveau mondial. C’est pour ça que mon rôle d’ambassadeur de l’OL est très important aux États-Unis et en Chine. Et on verra. De toute façon Jean-Michel j’espère qu’il sera encore avec nous pendant très longtemps. Et le jour où il voudra passer la main et que quelqu’un lui succède, j’espère qu’il sera fier s’il veut que ce soit moi. En tout cas moi je me prépare ».

 

 


 

Aulas et Lyon ont gagné, les arbitres craquent !

Foot01.com

Le président de l'Olympique Lyonnais est remonté contre l'arbitrage depuis le début de saison, estimant que son club a été privé de cinq points. Jean-Michel Aulas souhaite des changements, il a été entendu.

Les adversaires de l’OL ont qualifié le club rhodanien de FC Ouin Ouin tant Lyon a protesté de manière véhémente et organisée contre l’arbitrage et la VAR suite aux matchs contre le Paris Saint-Germain, le FC Lorient et même dans le derby face à l’AS Saint-Etienne. A chaque fois, c’est surtout l’utilisation de la vidéo qui a été remise en cause, même si la désignation de François Letexier pour officier lors du match contre les Verts à Geoffroy-Guichard a aussi donné lieu à une polémique. Pour Lyon, c’est une évidence, les erreurs arbitrales ont privé le club de 5 points et avec ces points en plus, l’Olympique Lyonnais serait le dauphin du PSG avec 18 points, soit autant que le RC Lens.

Pour tenter de secouer le cocotier, car il a souvent eu des choses à dire aux arbitres du Championnat de Ligue 1, Jean-Michel Aulas a tenté plusieurs stratégies. Celle à l’ancienne, avec une explication musclée dans le vestiaire de l’arbitre, y compris à la mi-temps, ou au micro des télévisions, puis celle plus 2.0 sur son célèbre compte Twitter. Mais finalement cela n’a pas réellement changé grand-chose, l’Olympique Lyonnais l’ayant constaté au Parc des Princes ou encore plus difficilement au Groupama Stadium contre Lorient, l’arbitre expulsant Emerson sur une faute jugée litigieuse par l’OL et ses suiveurs.

Des micros sur les arbitres de Ligue 1, Aulas l'exige !

Parmi les idées lancées par le président de l’OL, il y en a une qui revient sans cesse, c’est d’équiper les arbitres d’un micro, afin comme au rugby de connaître la nature des échanges entre ces derniers, la VAR et avec les joueurs. Jusqu’à maintenant, cette demande s’est heurté au silence total de la direction nationale de l’arbitrage, dont l’attitude commence à sérieusement chauffer aux oreilles de la Ligue de Football Professionnel. Car si la LFP paie pour les arbitres en déboursant 24 millions d’euros par saison, elle ne gère rien du fonctionnement laissé dans les mains de la FFF. Mais cette fois, le coup de gueule de Jean-Michel Aulas a été entendu.

L’Equipe affirme même que ce mardi une réunion aura lieu à la Ligue dans le cadre d’un groupe de travail sur l’arbitrage. Et le syndicat des arbitres français a posé la question à ses membres de la possible sonorisation demandée par le président de l’Olympique Lyonnais. Et sur les 20 arbitres de Ligue 1 consultés, 5 arbitres ont décidé…de ne pas répondre, tandis que 9 étaient pour et 6 ont voté contre. Cependant, c’est maintenant le Board qui doit valider cette expérimentation dans le championnat de France. « Les arbitres estiment qu'au-delà de ses vertus pédagogiques, la sonorisation pourrait protéger l'autorité de l'arbitre, car tout ce que diront les (autres) acteurs sera entendu de tous. Au rugby, le micro protège en effet l'autorité de l'arbitre », a indiqué le président du SAFE (Syndicat des Arbitres de Football Elite).

En attendant que l’instance mondiale qui gère les lois du football donne son accord à la Ligue 1, les arbitres sont déjà prêts à communiquer plus souvent afin d’expliquer « les décisions d’arbitres controversées, quitte à reconnaître des erreurs. » Rien que cela serait une vraie révolution, le silence total des arbitres rendant tout le monde un peu dingue au sein des clubs de Ligue 1 comme on l'a vu depuis quelques semaines, et pas que du côté de Lyon.

 


 

Vidéo : nouveau but pour Cherki avec les Espoirs

Twitter

 


 

Vidéo : Michel Bastos de passage à l'entrainement, Grenier retrouve l'OL

OL via Twitter

 


 

Cris valide la méthode Peter Bosz

Footmercato.net

Après neuf saisons passées du côté de l'Olympique Lyonnais et un retour furtif au Brésil, l'ex-défenseur central auriverde Cris est aujourd'hui entraîneur du Mans, actuel 8e du Championnat National. Une deuxième expérience sur le banc d'une équipe première après le GOAL FC (National 2) et plusieurs années passées dans le centre de formation de l'OL, entre l'équipe réserve et les moins de 19 ans.

Dans un entretien accordé à Ouest-France, celui qu'on surnommait le Policier s'est livré sur le début de saison de son homologue Peter Bosz, arrivé cet été sur le banc de l'OL : « j’apprécie que dès son arrivée, il prenne des décisions et mette tout en place en ce sens. Il a une manière de travailler, aux joueurs de s’adapter à lui. Pas l’inverse. De l’extérieur, j’aime bien ses attitudes, la manière dont il change certaines choses à l’Olympique Lyonnais. »

 


 

Gros pressing de Peter Bosz, Azmoun toujours ciblé

Foot01.com

Cet été, Peter Bosz avait fait de Sardar Azmoun sa priorité pour renforcer l’attaque de l’Olympique Lyonnais au mercato.

Dans les colonnes de L’Equipe, Jean-Michel Aulas n’avait pas noyé le poisson. En effet, le président rhodanien a confirmé que l’OL avait fait son maximum pour décrocher la signature de l’international iranien du Zénith Saint-Pétersbourg. « On a tout fait pour compléter ce recrutement avec Sardar Azmoun et quand on voit les blessures aujourd’hui (Dembélé, Slimani), on se dit que cela aurait été merveilleux. Vincent et Juni travaillent bien » a lancé le président de l’OL dans les colonnes du quotidien national il y a quelques jours. La piste Sardar Azmoun n’est toutefois pas morte pour Lyon, qui espère bien recruter l’attaquant du Zénith Saint-Pétersbourg l’été prochain.

l'OL en duel avec Leverkusen pour Azmoun

L’Olympique Lyonnais a toutes ses chances dans la mesure où la priorité offensive de Peter Bosz n’a toujours pas prolongé son contrat en faveur du Zénith. Et il se trouve que pour le moment, son bail ne court que jusqu’en juin 2022. Une belle affaire à saisir pour Lyon et pour le Bayer Leverkusen, actuellement à la lutte pour la signature d’Azmoun selon le journaliste Daniele Longo. « Le Bayer Leverkusen et l’Olympique Lyonnais sont en négociations avancées pour recruter Azmoun libre » a publié l’insider, qui croit savoir que le club rhodanien fait partie des deux clubs les plus avancés dans les négociations pour recruter l’attaquant du Zénith Saint-Pétersbourg. Nul doute que ce potentiel recrutement complèterait à merveille la ligne offensive de l’OL qui a déjà fière allure avec Lucas Paqueta, Houssem Aouar, Xherdan Shaqiri ou encore Moussa Dembélé, Islam Slimani et Karl Toko-Ekambi. Et si la direction lyonnaise parvenait, en plus, à boucler ce dossier pour zéro euro, ce serait un risque très mesuré de faire venir un nouveau joueur. De quoi se réjouir de ne pas l’avoir payé 15 millions d’euros cet été…

 


 

Juninho à la lutte avec Nantes pour un crack turc

Foot-sur7.fr

Tout comme le FC Nantes, Juninho, le directeur sportif de l’ OL, serait prêt à lancer une offensive dès le prochain mercato hivernal pour un ailier turc évoluant à Galatasaray. Par le passé, ce joueur a été associé à l’Olympique de Marseille.

Dans une situation économique difficile en ce moment, Galatasaray devrait lâcher certains de ses éléments les plus courtisés durant le mercato de janvier. Un scénario qui pourrait faire l’affaire de plusieurs clubs, dont l’Olympique Lyonnais et le FC Nantes, en France. En effet, selon les informations livrées par journal Fanatik, Kerem Aktürkoğlu est dans le viseur de Juninho et du FC Nantes.

International turc, l’attaquant de 22 ans pourrait ainsi quitter le championnat local lors de la période de recrutement hivernale qui s’annonce. Arrivé à l'été 2020 à Galatasaray après une saison remarquable à 24 Erzincanspor (17 buts en 28 matchs en 3e division), le droitier fait sensation. À la recherche d’un attaquant supplémentaire, l’Olympique Lyonnais pourrait même faire une offre de 6 millions d’euros en janvier. Avec la blessure de Moussa Dembélé, les dirigeants lyonnais veulent renforcer leur secteur offensif avec un joueur percutant et créatif, correspondant au profil de Kerem Aktürkoğlu.

Toujours selon la même source, les Canaris, qui veulent aussi permettre à Antoine Kombouaré de disposer d’une option supplémentaire devant, auraient également prévu de formuler la même proposition que l’OL pour le jeune turc. Le média sportif précise même que le FC Nantes est particulièrement chaud dans ce dossier. Cependant, Galatasaray veut vendre son joueur avec un plan bien précis.

La stratégie de Galatasaray pour Kerem Aktürkoğlu

Toujours selon Fanatik, le plan initial de la direction de Galatasaray était de vendre Aktürkoglu dans un ou deux ans pour en tirer un chèque compris entre 20 ou 25 millions d’euros, mais peut finalement se laisser tenter par une enveloppe beaucoup moins importante. Surtout si le club demandeur accepte d’inclure un gros pourcentage à la revente et des bonus dans le deal à venir.

Mieux, le club stambouliote serait même déjà entré en négociations avec l’entourage du natif de Kocaeli en vue d’une prolongation de son contrat qui expire en juin 2024. Les pensionnaires du Telekom Arena veulent rehausser son salaire de 87 000 euros annuels, le plus vite du vestiaire, afin d’inclure une clause libératoire de 15 millions d’euros dans son nouveau bail. L’Olympique Lyonnais et le FC Nantes sont donc prévenus.

 


 

Govou : "Benzema c'est bluffant"

Canal+ via Twitter

 


 

Pastore explique pourquoi il n'est pas revenu en France, malgré l'OL et Monaco

RMC.fr

Dans un entretien accordé à "Rothen s'enflamme" ce mardi sur RMC, Javier Pastore confirme avoir été approché par plusieurs clubs français durant le mercato estival. Le meneur de jeu argentin a finalement signé à Elche, en Liga, après avoir résilié son contrat avec l’AS Rome.

Il n’a pas encore joué une heure entière avec son nouveau club. Mais il a retrouvé le sourire. Un mois et demi après sa signature à Elche, l’actuel 14e de Liga, Javier Pastore semble heureux de débuter un nouveau challenge. Après avoir résilié son contrat avec l’AS Rome, le meneur de jeu argentin s’est engagé jusqu’en juin prochain avec le promu espagnol. Dans la province d’Alicante, l’ancien joueur du PSG a retrouvé son compatriote Dario Benedetto, prêté par l’OM.

En attendant de retrouver une forme optimale, il a disputé 58 minutes réparties en trois apparitions, contre Levante, Villarreal et la Real Sociedad. Pour un nul et deux défaites. Mais l’essentiel pour lui est de se rassurer après plusieurs saisons minées par les blessures dans la capitale italienne, où il n’a jamais pu exprimer pleinement son talent. A l’image de sa fin d’aventure à Paris, où il a le plus souvent squatté l’infirmerie.

"On a parlé avec beaucoup d’équipes de France"

Cela n’a pas empêché des clubs de Ligue 1 de s’intéresser à lui durant l’été. "On a parlé avec beaucoup d’équipes en France, mais j’ai pensé que la meilleure solution était de venir à Elche, explique Pastore dans un entretien accordé à Rothen s'enflamme sur RMC. Je vais avoir la chance de jouer beaucoup plus de minutes. C’est la chose la plus importante pour moi maintenant."

Interrogé au sujet d’une approche de l’OL ces derniers mois, El Flaco n’a pas démenti. Sans se focaliser pour autant sur les Gones. "Beaucoup de clubs ont parlé à mon agent, je ne sais pas ce qu'ils ont demandé. Ils ont dû parler une ou deux fois seulement, explique celui dont le nom a également circulé à Monaco. C'était difficile pour un club de me prendre, je n’ai pas joué depuis deux ans. Les clubs ne savaient pas où j’en suis. C’était compliqué de négocier dans cette situation".

 


 

Vidéo : Les joueurs commentent leurs notes à Fifa 22

OL via Twitter

 


 

Newcastle, le nouveau riche du football anglais veut rapidement miser sur un ancien Lyonnais

Sport.fr

Tout s’accélère en Premier League. 19e du championnat avec seulement trois petits points depuis le début de saison, le club de Newcastle est devenu en seulement quelques jours le plus riche club du monde. Les Magpies ont été rachetés par le PIF (le fonds public d’investissement saoudien) et une richesse estimée à près de 400 milliards de dollars soit environ 346 milliards d’euros.

Et avec cet argent, les nouveaux dirigeants comptent bien faire de Newcastle une place forte du football dans les prochaines années. Première étape, renforcer l’effectif et si l’on en croit les informations de « AS », le club de Premier League pense à faire venir Mariano Diaz. L’ancien lyonnais ne joue pas avec le Real Madrid et il ne fait pas partie des plans de l’entraîneur Carlo Ancelotti. Du coup, les deux formations pourraient bien s’entendre pour un transfert à hauteur de 10 millions d’euros.

Le profil de l’attaquant espagnol de 28 ans plaît beaucoup aux nouveaux patrons des Magpies et ils aimeraient en faire leur tête de gondole afin d’aider l’équipe à redresser la barre en championnat dès le mercato hibernal 2022. Affaire à suivre… Mais le Real ne devrait pas s’opposer à un départ de l’ancien lyonnais.

 

 

 

Voir aussi... L'actu du Lundi 11 Octobre

 

 

Last modified on mardi, 12 octobre 2021 20:56