L'actu du Vendredi 8 Octobre

L'actu du Vendredi 8 Octobre

Voir aussi... L'actu du Jeudi 7 Octobre // ASSE 1-1 OL : L'After

Sélections : Paqueta, Diomandé, Denayer, Dubois et Toko Ekambi ont joué

Twitter

 


 

Ballon d'or (F) : 2 lyonnaises nommées

Twitter

 


 

Ballon d'or (H) : Aucun lyonnais, Benzema est bien nommé

Twitter

 


 

Rami adore Jean-Michel Aulas et Juninho

Footmercato.net

Dans un entretien accordé au site officiel de la Ligue 1, le défenseur central français Adil Rami s'est confié sur son choix de signer à Troyes, club promu cette saison, mais également sur le niveau du championnat. Le champion du Monde 2018 considère que la L1 a connu un tournant, notamment grâce au travail de plusieurs dirigeants et entraîneurs, dont ceux de l'Olympique Lyonnais : le président Jean-Michel Aulas et son directeur sportif Juninho.

« Il a passé un cap et j’en suis très heureux. Aujourd’hui, quand tu reviens dans le championnat de France, les gens te félicitent. Ce n’était pas le cas dans le passé. Grâce au Paris Saint-Germain, qu’il ne faut pas prendre pour un ennemi mais un rival, la Ligue 1 Uber Eats est une magnifique vitrine, avec des joueurs comme Lionel Messi ou Sergio Ramos. L’OM a aussi démarré un nouveau cycle avec Jorge Sampaoli et ses nombreuses recrues. C’est positif. Il ne faut pas oublier l’OL également. Je suis fou de Jean-Michel Aulas et de Juninho. Avec tous ces personnages, la Ligue 1 Uber Eats évolue dans le bon sens. J’espère que cela va pousser les jeunes à rester au lieu de partir à l’étranger. »

 


 

La Barça doit de l’argent aux Girondins, à l’OL et au FC Metz

Sportune.fr

Le FC Barcelone doit encore rembourser 231,2 millions d’euros sur les transferts. Dont une partie à des clubs français.

Et il n’y a pas qu’à ces trois clubs là, que le FC Barcelone doit de l’argent. Au total, le club blaugrana a des créances sur les transferts de joueurs, qui s’élèvent à 231,2 millions d’euros, selon une note du média 2playbook, qui détaille au cas par cas, les sommes dues, au terme de la saison 2020-2021. Dont une partie doit revenir aux équipes françaises, Girondins de Bordeaux, Olympique Lyonnais et FC Metz.

Malcom pour les Girondins, Pjanic pour l’OL et le FC Metz

Au FCGB principalement, au titre du transfert du Brésilien Malcom en 2018, pour une quarantine de millions d’euros. Le quart doit être encore payé, sois l’équivalent de 10,1 millions d’euros à venir, au bénéfice des Marines. C’est un peu différent pour l’OL et le FC Metz, ici concernés par un même joueur qu’est le milieu de terrain de la Bosnie-Herzégovine, Miralem Pjanic. Ce sont les Lorrains d’abord, les Gones ensuite qui l’ont révélé sur la grande scène du football.

Le Barça doit plus de 50 M€ à quatre clubs pour le milieu bosnien

A eux, le Barça doit rembourser 900 000 euros et 400 000 de plus, au bénéfice du Scheffleng 95, le club luxembourgeois qui a formé le joueur. Et c’est sans compter sur la part la plus grosse, de 51,3 millions d’euros, pour ce même Pjanic que le FC Barcelone doit encore rembourser, à la Juventus Turin.

 


 

Elye Wahi parle de l'OL, une sale affaire le rattrape

Foot01.com

Virevoltant attaquant de Montpellier, le jeune Elye Wahi a frôlé une signature à l’Olympique Lyonnais en 2018. Mais son actualité est moins réjouissante.

Cet été, Montpellier a fait le choix de miser sur Valère Germain afin de compenser les départs d’Andy Delort à Nice et de Gaëtan Laborde au Stade Rennais. Mais les dirigeants du MHSC comptent également sur Elye Wahi pour faire oublier les deux anciens buteurs héraultais. Du haut de ses 18 ans, le jeune attaquant de Montpellier est un grand espoir de la Ligue 1 et Olivier Dall’Oglio entend bien tout mettre en œuvre pour le faire exploser au plus haut niveau. Si l'attaquant de Montpellier venait à briller parmi l’élite, l’Olympique Lyonnais pourrait avoir quelques regrets. Et pour cause, dans une interview accordée à Onze-Mondial, Elye Wahi a reconnu qu’il avait été à deux doigts de signer à l’OL en 2018 avant de finalement rejoindre le MHSC.

Des problèmes de violences pour Elye Wahi

« Je suis allé au PSG et surtout à Lyon. J’ai fait plusieurs allers-retours. J’étais tout proche de signer à l’OL. Et là, Montpellier est arrivé. Monsieur De Taddeo (directeur de la formation) avait quitté Caen pour le MHSC. Du coup, il a appelé ma mère et lui a dit : « J’aimerais bien vous rencontrer au sujet d’Elye ». On a été là-bas et on a signé. Ça s’est joué entre Montpellier et Lyon. Les autres clubs étaient refroidis par l’histoire de Caen. Ça m’a suivi. Par exemple, Rennes était réticent » a lancé Elye Wahi,  viré du centre de formation du Stade Malherbe de Caen en 2018 mais qui a réussi à rebondir en signant dans un club stable de Ligue 1.

A Caen, il avait été recalé du centre de formation après des actes de violence, alors qu'une plainte est également en cours contre lui pour des faits de violence à Montpellier au début de ce mois d'octobre. Selon le journaliste Romain Molina, le joueur aurait eu une violente dispute avec une femme à la sortie d'une boite de nuit, frappant la personne au visage et l'obligeant à aller aux urgences. Des faits qui pourraient ternir son début de carrière, souvent prometteur sur le plan sportif. Le natif de Courcouronnes doit désormais trouver la bonne carburation avec le MHSC afin de se montrer décisif, ce qu’il n’a pas encore réussi à faire cette saison malgré 8 apparitions sous les couleurs du club de la Paillade.

 


 

Bacha : « Passer toute ma carrière à l’OL, je le ferai sans hésiter »

OL.fr

La défenseure Selma Bacha est à l'affiche du Grand Entretien. Une interview exclusive à retrouver en intégralité sur OLPLAY ce vendredi soir, à 21h.

Tu es une joueuse issue du centre de formation de l'OL, est-ce une fierté pour toi ?
C’est une grande fierté. Je suis née ici, c’est ma ville. L’OL c’est ma deuxième famille. Me révéler dans mon club de cœur, c’est une fierté, mais aussi beaucoup de travail, de sacrifices.
Mais si j’ai la possibilité de passer toute ma carrière à Lyon, je le ferai sans hésiter.

Si tu n’étais pas devenue footballeuse professionnelle, que ferais-tu aujourd’hui ?
J’ai toujours aimé travailler avec des personnes en situation d’handicap dans le sport. J’aime rendre visite aux enfants malades, aider les sans-abris, les personnes en difficultés. J’ai toujours eu un grand cœur. Je pense que j’aurai fait ça, c’est sûr.

 

 

 

Last modified on vendredi, 08 octobre 2021 20:10