L'actu du Mardi 1er Juin

L'actu du Mardi 1er Juin

Voir aussi... Le Tableau Mercat'OL // L'actu du Lundi 31 Mai

Jeff Reine-Adélaïde veut revenir s’imposer

Footmercato.net

Prêté avec option d’achat par l’OL à Nice, Jeff Reine-Adélaïde ne sera pas conservé par la direction niçoise. Cette dernière souhaitait pourtant prolonger le prêt d’un an, mais le joueur qui souffre d’une deuxième rupture des ligaments du genou en 18 mois veut trouver de la stabilité et tenter de s’imposer avec le nouveau staff lyonnais. Une information que nous vous avions révélé la semaine passée.

Ce mardi, Le Progrès confirme et explique que malgré la volonté de le conserver encore en prêt un an, Nice n’a pas réussi à convaincre le joueur de rester. Le jeune milieu de 23 ans préfère se projeter à plus long terme après avoir été grièvement blessé deux fois en deux saisons (deux ruptures des ligaments croisés du genou droit puis gauche). Le départ de Rudi Garcia avait qui il était en conflit, mais surtout l’arrivée de Peter Bosz et de son staff ont aussi renforcé son désir de se relancer à l’OL.

 


 

Jérémie Boga dit oui à tout le monde

Foot01.com

Désireux de quitter Sassuolo cet été, Jérémie Boga a prévenu le club italien de ses intentions. L'OL et l'OM sont à l'affût.

Jérémie Boga n’a pas prolongé son contrat et espère désormais une belle vente pour connaitre un nouveau point de chute. Pour celui qui était arrivé à Chelsea à seulement 12 ans, l’idée est bien sûr, à 24 ans, de retrouver un club capable de lutter pour les premières places dans son championnat, et pourquoi pas de briller en Europe. La saison prochaine, l’OM et l’OL seront tous les deux en Europa League, et les deux « Olympiques » sont aussi à la lutte pour s’offrir le milieu offensif franco-ivoirien. Chacun a des arguments, tant sportifs que sentimentaux.

D’un côté, Boga est né à Marseille et a débuté à l’ASPTT Marseille, le club de son quartier. De l’autre, Le Progrès affirme que signer à l’OL est loin de laisser le joueur passé par Rennes, Birmingham et Grenade indifférent. En effet, le quotidien régional affirme que Lyon est un club qui compte pour lui, qui a été marqué par la domination des Lyonnais de Juninho au début des années 2000. Surtout que le Brésilien, devenu depuis directeur sportif de l’OL, a aussi un faible pour Boga. Il estime pouvoir faire du joueur de Sassuolo un vrai plus pour le couloir, que ce soit par sa vitesse ou ses dribbles souvent déroutants. De quoi provoquer de belles offres.

L’OM semble déterminé à avancer très vite dans les différents dossiers, mais le club italien n’a pour le moment reçu aucune proposition. Il se murmure que, face à la belle saison de Boga en Série A, le résident du Mapei Stadium en demanderait quasiment 20 ME. Pablo Longoria a une autre idée, lui qui ambitionne d’inclure un joueur dans la transaction pour réduire la facture, alors que Guendouzi et Gerson sont proches de signer, et que cela pourrait impliquer près de 40 ME de dépense…

 


 

Le départ de Kolo-Muani se confirme !

Le10sport.com

A un an de la fin de son contrat, Randal Kolo-Muani devrait quitter le FC Nantes pour la Bundelisga, comme révélé par le10sport.com.

Bien que le FC Nantes ait assuré son maintien in extremis en Ligue 1, cela ne devrait rien changer à la situation de Randal Kolo-Muani, révélation de la saison chez les Canaris. Comme révélé en exclusivité par le10sport.com, l'international espoirs, courtisé par l'OL, devrait toutefois rejoindre la Bundesliga où Francfort, le Bayer Leverkusen et le RB Leipzig sont particulièrement attentifs à sa situation. Une information confirmée par 20 Minutes qui explique également que Randal Kolo-Muani souhaite filer en Allemagne malgré les avances de l'OL.

 


 

Bosz à Lyon, Dhorasso est méchant

Foot01.com

La signature de Peter Bosz au poste d'entraîneur de l'Olympique Lyonnais fait le bonheur des supporters de l'OL. Pour Vikash Dhorasso, il n'y a pourquoi pas de quoi s'emballer.

Une semaine après la fracassante sortie de Rudi Garcia, l’Olympique Lyonnais a déjà tourné la page en recrutant Petez Bosz. Et pour les supporters 2.0 de l’OL, le choix fait par Jean-Michel Aulas et Juninho est le bon, la preuve aucun hashtag #BoszOut n’est apparu sur les réseaux sociaux depuis l’officialisation de la signature de l’ancien technicien de l’Ajax Amsterdam. Excellent dans sa communication, dimanche face à la presse, Petez Bosz a donc convaincu tout le monde, enfin presque. Sur le plateau de la chaîne L’Equipe, Vikash Dhorasso n’a pas hurlé au génie. Pour l’ancien joueur de Lyon, le palmarès de Bosz n’est pas vraiment exceptionnel.

« Moi j’ai quand même l’impression que Lyon est bien retrogradé par rapport à son standing d’il y a peu. Ils jouaient pour le titre, puis ils ont joué pour la Ligue des champions parce que le Paris Saint-Germain était champion de France pratiquement chaque année, et cette saison on y a cru mais Lille est passé devant. Là, ça commence à être vraiment dangereux pour eux, il y a un vrai problème. Il y a des clubs qui avancent et eux ils reculent, donc il faut déjà retrouver un standing. Après, les entraîneurs arrivent et veulent faire plaisir au public, faire plaisir à tout le monde. J’ai aussi été supporter à un moment, et voir gagner son équipe même quand elle joue mal on est hyper content. Moi, le truc des « joueurs intelligents », je n’aime pas, à priori les footballeurs de ce niveau ne sont pas cons, je n’arrive pas à comprendre ce qu’il veut dire. Quand Sampaoli a parlé du jeu pour gagner, j’y croyais un peu plus. Donc là, Bosz on verra, mais son CV ne fait pas rêver, mais on va y croire pour l’OL », a confié un Vikash Dhorasso toujours aussi caustique et qui n’a que faire de ce que l’on dira de lui.

 


 

Bosz interviewé sur RMC

RMC viaTwitter

 


 

Cherki avec Peter Bosz, ça sent bon

Footradio.com

Avec l’arrivée de Peter Bosz sur le banc de touche de l’Olympique Lyonnais, certains jeunes joueurs vont avoir leur chance. À l’image de Rayan Cherki.

Lancé dans le grand bain par Rudi Garcia il y a plus d’un an maintenant, Rayan Cherki n’a pas encore exprimé tout son potentiel sous le maillot du club rhodanien. En même temps, il faut dire que l’ancien entraîneur des Gones laissait surtout le joueur de 17 ans sur le banc des remplaçants, avant de le faire entrer en fin de match. Avec Peter Bosz, la donne pourrait changer pour Cherki, vu que l’entraîneur néerlandais compte se reposer sur les talents lyonnais : « J’ai l’expérience de travailler avec des jeunes. C’est toujours une question de qualité. Si les jeunes ont des qualités, je n’ai pas peur de les faire jouer. Ici à Lyon, il y a toujours eu des bons jeunes ».

« Cherki va encore plus jouer que cette saison »

Une annonce qui montre qu’une pépite comme Cherki aura sa chance, comme l’explique Wiloo. « Cherki en numéro 8 sous Peter Bosz, ce n’est pas quelque chose qui me semble inimaginable. Bosz a dit qu’il voulait articuler une bonne partie de son projet autour des jeunes, donc il ne mettra pas Cherki sur le banc pendant 30 matchs… Vraisemblablement, Cherki va encore plus jouer que cette saison. Les ailiers devront être des joueurs rapides, de percussion, capable d’exploser en transitions, ce n’est pas le profil de Cherki, qui jouera plus au milieu, dans l’axe. Après, Bosz va demander un investissement sans ballon. Par rapport à ça, il va devoir transformer la mentalité de pas mal de joueurs à Lyon », a expliqué, sur Youtube, l’influenceur, qui sait que le chantier de Bosz sera énorme à l’OL, où tout le monde avait besoin de cette petite révolution pour avancer.

 


 

Vidéo : Caqueret contre les Pays-Bas Espoirs

Twitter

 

 


 

Canal+ se rapproche d'un rival pour la Ligue 1

Butfootballclub.fr

Ce mardi, le président de Canal+ a été aperçu aux côtés de son homologue de DAZN à Roland-Garros... De quoi imaginer une nouvelle alliance pour la Ligue 1 ?

Dans un premier temps désireux d'avoir le monopole des droits TV de Ligue 1 sur la période 2021-24, Canal+ n'avait jusqu'à présent pas l'intention d'ouvrir la porte à un nouveau diffuseur sur le marché audiovisuel français.

En refusant tout accord de diffusion avec Mediapro l'été dernier, la chaîne cryptée était parvenue à fragiliser le diffuseur officiel de Ligue 1, lequel a été contraint de jeter l'éponge en cours de route au grand dam de la LFP. Postulant sur les droits TV en février, Amazon, Discovery et surtout DAZN ne veulent pas vivre la même mésaventure et ne souhaitent pas la guerre avec Canal+. Aucun ne souhaite investir dans le football français sans s'être, au préalable, mis d'accord avec la chaîne. Une situation qui renforce la position du groupe de Vincent Bolloré.

Vers une association Canal+ - DAZN ?

Si on pensait un accord impossible, les dernières informations de L'Equipe redonne de l'espoir. En effet, ce mardi après-midi, Maxime Saada, le président de Canal+, et Kevin mayer, le PDG de DAZN en France, ont été aperçus côte à côte à Roland-Garros. Avant cela, les deux hommes s'étaient rencontrés lors d'un déjeuner d'affaires.

Canal+ ne souhaitant garder que deux affiches sur 10 par journée de championnat, beIN Sports trainant des pieds sur les lots restants, ce rapprochement pose-t-il les jalons d'une collaboration future avec à la clé la résolution de l'épineux dossier des droits TV de Ligue 1 et de Ligue 2 ?

 

 

Voir aussi... Le Tableau Mercat'OL // L'actu du Lundi 31 Mai

 

Last modified on mardi, 01 juin 2021 19:39