L'actu du Dimanche 30 Mai

L'actu du Dimanche 30 Mai

Voir aussi... Le Tableau Mercat'OL // L'actu du Samedi 29 Mai

Peter Bosz : « Je suis très heureux de rejoindre un grand club »

OL.fr

Le nouvel entraîneur de l'Olympique Lyonnais Peter Bosz a été présenté à la presse ce dimanche matin, en présence du Président Jean-Michel Aulas, du directeur sportif juninho et du directeur général du football Vincent Ponsot. Retour sur les moments importants de cette conférence.


Un moment important pour l’Olympique Lyonnais

Jean-Michel Aulas : « C’est un moment important pour l’OL. Avec Vincent et Juni, nous avons bien travaillé et nous sommes très heureux d’avoir pu aboutir à la solution qui nous parait la plus efficace, la plus importante pour permettre à l’OL de mettre le deuxième étage de la fusée. Le premier étage était l’arrivée de Juni il y a deux ans, nous avons des essais entre temps.

Cet entraîneur a le profil le plus adapté à nos souhaits, c’est un entraineur avec un profil intéressant, qui a la capacité de faire jouer des jeunes, la capacité de pratiquer un jeu offensif qui soit un entraîneur référent pour les médias et les supporters. Quand on a identifié ce profil, il n’y avait plus beaucoup de candidats. Peter correspondait parfaitement à cette description.

Juninho : « On est content de pouvoir signer Peter après une fin de saison compliquée dans certains aspects même s’il y a eu du positif avec la qualification en Europe. J’espère que dans un an on pourra faire le point et être plus heureux qu’on l’est en cette fin de saison. »

Peter Bosz : « Je suis très heureux d’être là dans un grand club. J’ai joué plusieurs fois contre l’OL en tant que joueur mais aussi en tant qu’entraîneur. J’ai vu que c’était un grand club avec des supporters chauds. C’est vraiment un super club, j’espère avoir beaucoup de succès ici. »

 
La philosophie de jeu de Peter Bosz

« J’ai une façon de jouer offensive, attractive. On joue pour les supporters et pas pour nous-même. Cela va surtout dépendre des joueurs, je ne peux pas parler d’un système pour l’instant, je dois d’abord bien connaitre les joueurs. J’aime le foot offensif, les joueurs intelligents avec une bonne technique.

J’ai l’expérience de travailler avec des jeunes, pas seulement à l’Ajax mais aussi à Leverkusen. C’est une question de qualité, si les jeunes ont des qualités, je n’ai pas peur de les faire jouer. L’académie c’est important, il y a eu beaucoup de bons jeunes à Lyon. Je suis très curieux de voir comment ça se passe à l’académie mais il y a déjà dans l’effectif de très bons jeunes.

C’est possible de jouer offensif, attractif et de gagner des titres. Pour cela, il faut une bonne organisation sur le terrain. Le plus important c’est la défense bien sûr, il faut mettre en place une organisation très efficace. Si tu fais une faute quand tout le monde est devant le ballon, c’est dangereux.

On doit s’entraîner, prendre le temps de travailler mais c’est possible. Si on réussit, c’est une belle chose de gagner en pratiquant un football offensif. »

 
Son enthousiasme pour l’Olympique Lyonnais

« J’ai vu des matchs de l’OL mais ça ne fait que quelques jours que je parle avec Lyon. J’étais en vacances, dès qu’ils m’ont appelé j’ai laissé tomber toutes mes affaires et j’ai regardé quelques matchs.

Mon enthousiasme commence avec le foot français. Dans le monde, on voit partout des joueurs français. Le foot français, c’est du très très haut niveau.

Quand je regarde l’histoire, il y a toujours des bons joueurs ici et aussi des bons jeunes. Même après trois quatre jours, ça fait plaisir de réfléchir aux joueurs qui sont là, à leur qualité.

Je n’ai pas commencé pour l’instant mais j’ai hâte de travailler bientôt avec des joueurs français qui sont là, avec les jeunes, ça fait plaisir. Je ne peux pas rentrer dans les détails car c’est tôt mais ça fait plaisir. »

 
L’apport de Peter Bosz

Juninho : « Il aime bien le système offensif mais il demande aussi beaucoup aux joueurs d’être très réactifs dès la perte du ballon. Il faut trouver un équilibre entre la défense et l’attaque, la créativité et la force. Entendre qu’il va faire jouer les jeunes s’ils le méritent, ça me fait plaisir à entendre. »

Vincent Ponsot : « Il a parlé de l’académie, de la philosophie de jeu qui correspont à celle de Juni. L’entente entre l’entraîneur et le directeur sportif est un critère important. Peter, il parle beaucoup de collectif et c’est un critère très important. Peter coche toutes les cases et on le suit depuis longtemps. »






 


 

Aulas donne des indications sur le mercato

Footmercato.net

Après le départ de Rudi Garcia, l’OL a officialisé l’arrivée de Peter Bosz. Le technicien néerlandais va devoir travailler avec son nouveau directeur sportif Juninho pour reconstruire un effectif orphelin de son leader Memphis Depay notamment. Lors de la conférence de presse pour présenter son entraîneur, le président Jean-Michel Aulas a donné des indications sur le mercato lyonnais.

« L'enveloppe budgétaire pour les transferts a toujours été conséquente et à disposition de Juninho et de l'entraîneur. Certains joueurs vont revenir de prêt, d'autres non puis on va travailler dans les deux mois à venir sur l'effectif, pour qu'il soit le meilleur possible et pour qu'il colle à notre philosophie de jeu. »

 


 

Juninho et l'OL prêts à débarquer dans le dossier Gerson ?

Le10sport.com

Alors qu'il a annoncé vouloir renforcer l'OM à tous les postes, Pablo Longoria se focalise sur le milieu de terrain avec comme cible principale Gerson. Mais c'est sans compter sur la concurrence.

Désireux de renforcer le milieu de terrain de Jorge Sampaoli, Pablo Longoria est en pleine discussion avec Flamengo en vue d'un transfert de Gerson vers l'Olympique de Marseille. Comme annoncé par le 10 Sport en exclusivité le 22 mai dernier, le club marseillais a transmis une offre de 24M€ + 6M€ de bonus. Sauf que, selon Globoesporte, Flamengo aurait fait une contre-proposition pour pouvoir laisser filer le milieu de terrain de 24 ans, sous contrat jusqu’en 2023. Alors qu'un accord peine encore à être trouvé, même si les négociations avancent en faveur de l'OM, un club pourrait profiter de la situation : l'OL.

Vers une bataille OM/OL pour Gerson ?

Comme le révèle Fabrício Lopez, journaliste brésilien, l'Olympique Lyonnais garderait un oeil sur l'avancée du feuilleton Gerson à l'OM. Bien que le club phocéen serait le seul club à avoir transmis une offre pour le milieu de terrain, un échec ne serait pas à exclure. Dans ce cas de figure, l'OL et Juninho pourraient entrer dans ce dossier pour tenter de s'offrir les services de Gerson. Affaire à suivre donc...

 


 

Aulas a refusé de rencontrer Galtier en mars

RMC.fr

Lors de la présentation de Peter Bosz, ce dimanche matin, Jean-Michel Aulas a assuré avoir refusé de rencontrer Christophe Galtier au mois de mars. Soit deux mois avant que l’entraîneur du LOSC annonce publiquement sa volonté de s’en aller.

Pourquoi l’OL a-t-il raté Christophe Galtier ? Les explications doivent être nombreuses, à commencer par l’intérêt du principal intéressé. Mais Jean-Michel Aulas a la sienne. Et l’a révélée ce dimanche matin, au cours de la présentation du nouvel entraîneur lyonnais, le Néerlandais Peter Bosz. Si l’OL n’a pas réussi à convaincre le coach de Lille, c’est selon le président lyonnais parce que du retard avait été pris il y a deux mois. Jean-Michel Aulas assure avoir refusé de rencontrer Christophe Galtier en pleine saison, avant le choc entre l’OL et Lille (2-3) décisif dans la course au podium.

"On a mené les choses de manière extrêmement professionnelle, avec beaucoup d’éthique, a expliqué le président de l’OL. Je voulais vous dire à ce sujet que dès le mois de mars, j’avais été sollicité pour rencontrer Christophe Galtier. Et sur le plan éthique, professionnel, je ne rencontre jamais un entraîneur avant la fin du championnat, surtout quand on doit l’affronter. Donc c’est nous qui avons refusé au mois de mars d’avancer sur le sujet."

Un autre coach étranger a postulé pour l’OL

"Après, on a défini un certain nombre de priorités, a ajouté Jean-Michel Aulas. Peter (Bosz) et d’autres en faisaient partie. On les a vus. Mais vous ne pouvez pas prendre un entraîneur qui a peut-être déjà signé un contrat et qui est toujours sous contrat avec son club d’origine, qui plus est le champion de France. On a regardé cette solution et en même temps, on a pris contact avec Peter. Il y avait une troisième candidature d’un entraîneur étranger qui parlait français. On n’a jamais été inquiet." L'autre coach étranger qui a postulé, c'est le Suisse Lucien Favre.

Quant à l’allusion au contrat "peut-être déjà signé" par Christophe Galtier, elle semble concerner Nice, très intéressé par l’entraîneur du LOSC. Mais le club nordiste a rappelé à l’OGCN que le coach champion de France est encore sous contrat jusqu’en juin 2022. Et qu’une indemnité devra donc être versée. Après avoir annoncé mardi qu’il allait quitter Lille et avoir refusé l’OL jeudi, Christophe Galtier n’a pas encore officiellement trouvé un nouveau challenge. Pendant ce temps-là, la direction lyonnaise a misé sur Peter Bosz.

 


 

Les piques déguisées d'Aulas et Ponsot à destination de Garcia

RMC.fr

Alors qu'ils présentaient à la presse le nouvel entraineur de l'OL, Peter Bosz, ce dimanche, Jean-Michel Aulas et Vincent Ponsot ont lâché quelques critiques indirectes à destination de son prédécesseur, Rudi Garcia.

Un nouveau chapitre vient de s'ouvrir à l'Olympique Lyonnais. Peter Bosz a été intronisé nouvel entraineur du club, ce dimanche, lors d'une conférence de presse, officialisant ainsi la fin de l'ère Rudi Garcia. Au cours de la discussion, les dirigeants rhodaniens ont adressé plusieurs piques discrètes au technicien français, lui-même très critique à leur égard en interview cette semaine.

"On a corrigé une erreur en faisant venir Peter"

Le nom de Rudi Garcia n'a jamais été prononcé officiellement au cours de la demi-heure qu'a duré la conférence de presse, mais il était lisible entre les lignes, notamment dans les propos de Jean-Michel Aulas. "Faire venir Peter, c'est la solution la plus efficace pour mettre le deuxième étage de la fusée OL, a expliqué d'emblée le président. La première étape, c'était de faire venir Juninho il y a deux ans. Entre temps, on a réalisé un certain nombre d'essais."

Des "essais" infructueux, avec Garcia donc mais aussi avec Sylvinho avant lui, là où Bosz serait plus à même que le Français de ramener des trophées à l'OL. À demi-mot, Aulas a confirmé par la suite qu'il regrettait d'avoir misé sur Garcia. "On a tout fait pour gagner le championnat, on n'était pas loin. [...] On a probablement fait des erreurs, mais on les a corrigées en faisant venir Peter."

"Un coach, c'est un manager"

Présent à la conférence de presse, aux côtés des deux hommes et de Juninho, Vincent Ponsot, directeur général du football, a également fait une référence à l'ancien de l'OM et de la Roma. "Un coach, c'est un manager, a-t-il avancé en louant les qualités de Bosz. Un des éléments essentiels du management, c'est la communication. Contrairement à ce qu'on a pu lire sur un certain nombre de supports, la communication elle est certes avec le président, mais elle n'est pas qu'avec lui. Elle est avec Juninho, le staff médical, avec les analyses vidéos."

Une référence directe à des propos tenus par Garcia dans la semaine. Le Français a expliqué en longueur ses difficultés relationnelles avec Juninho, alors qu'il confiait avoir Aulas "tous les soirs au téléphone". Ces déclarations lui ont été vivement reprochées à l'OL, le président déplorant notamment sa "politique de la terre brûlée".

 


 

Lyon privé du titre par les arbitres ? Aulas ose

Foot01.com

Une semaine après la fin de la saison 2020-2021 de Ligue 1, le président de l'Olympique Lyonnais a critiqué les arbitres, estimant qu'ils avaient privé l'OL d'un meilleur classement.

Chassez le naturel, il revient au galop. Plutôt sage dans ses interventions sur les réseaux sociaux au sujet des arbitres, le président de l’Olympique Lyonnais a profité de la présentation officielle de Peter Bosz pour mettre un bon tacle aux sifflets de Ligue 1. Pour Jean-Michel Aulas, qui s’appuie sur des « études » toutefois peu scientifiques et souvent orientées dans le sens de celui qui les réalise, c’est l’OL qui a eu le plus perdu des décisions arbitrales erronées cette saison. Et cela aurait finalement coûté très cher à Lyon dans une saison où chaque point valait de l’or comme on l’a constaté avec le classement final.

Pour Jean-Michel Aulas, tout cela est regrettable. « Cette année, on a tout fait pour gagner le championnat. Et j’ai lu, mais cela n’a pas d’intérêt (sic), dans des médias qu’il y avait eu un certain nombre d’erreurs sur le plan de l’arbitrage et nous ne sommes pas parmi ceux qui ont été les plus favorisés par ces erreurs. Si je fais le décompte de points suite à ces analyses, je pense que nous aurions pu être carrément devant. Donc ça s’est joué à peu de chose », a plaidé le président de l’Olympique Lyonnais, qui a également contesté la décision prise l'an dernier de stopper la saison avant la fin du championnat. Cela ne changera évidemment rien à l'histoire, mais Peter Bosz a d'ores et déjà compris que son patron était du genre incisif lorsque l'on touchait à l'OL.

 


 

50 candidats pour devenir entraîneur de Lyon !

Foot01.com

L'Olympique Lyonnais a désigné Peter Bosz au poste d'entraîneur, du côté de l'OL on avoue avoir croulé sous les offres, mais personne n'a pas hésité.

L’Olympique Lyonnais sort d’une semaine assez ébouriffante puisque depuis dimanche dernier, le club de Jean-Michel Aulas a raté une incroyable occasion de finir sur le podium de Ligue 1, a vu Rudi Garcia partir après une grosse polémique, a tenté en vain de recruter Christophe Galtier et a finalement recruté Peter Bosz. A l’occasion de la conférence de presse de l’entraîneur néerlandais, Vincent Ponsot a reconnu que l’OL avait croulé sous les CV depuis l’annonce du départ de Garcia, mais que plus que la quantité de candidatures, le board lyonnais savait surtout ce qu’il voulait et ce qu’il ne voulait pas.

Lyon a croulé sous CV d'entraîneurs

Pour le directeur général du football de l’Olympique Lyonnais, le choix de Petez Bosz s’est imposé au milieu de ce déluge de CV. « Nous n’avions aucune inquiétude à trouver un entraîneur pour l’OL, car entre Juninho et moi, nous avons reçu 50 candidatures. Donc le fait d’en trouver un n’était pas un souci, et nous n’étions pas pressés. Par contre, l’inquiétude c’était surtout de trouver quelqu’un qui colle à notre projet et le premier contact avec Peter m’a montré qu’il avait très envie de venir chez nous et ça c’était un critère très important », a précisé Vincent Ponsot. Revenant sur les discussions avec Christophe Galtier, Jean-Michel Aulas a tenu à préciser qu’en mars dernier il avait refusé d’entrer déjà dans des discussions avec celui qui était alors entraîneur de Lille, estimant que cela n’était pas éthique. Du côté de Lyon on semble clairement avoir rapidement tourné la page Galtier, encore plus vite même que celle de Rudi Garcia dont le nom n'a pas été cité une seule fois lors de cette conférence de presse.




Juninho avec Bosz, Sébastien Tarrago a des doutes

Footradio.com

Après avoir été en guerre avec Rudi Garcia, Juninho va forcément essayer de partir sur de meilleures bases avec Peter Bosz, le nouvel entraîneur de l’Olympique Lyonnais.

Le directeur sportif du club rhodanien a vécu une semaine agitée. Suite à l’échec sportif de son OL, quatrième de L1 et en dehors de la Ligue des Champions, Juninho s’est fait détruire par Rudi Garcia, l’ancien entraîneur des Gones. Accusé de dépasser ses fonctions de DS, le dirigeant brésilien en a pris pour son grade. Malgré tout, il s’est bien rattrapé samedi en faisant venir Peter Bosz, sa « priorité » au poste d’entraîneur, d’après les dires du communiqué de l’OL. Un simple discours de façade, puisque selon Sébastien Tarrago, c’est Juninho en personne qui aurait bien voulu remplacer Rudi Garcia sur le banc de Lyon.

« La première idée de l’Olympique Lyonnais, c’était de mettre Juninho sur le banc de touche. Avant de penser à Christophe Galtier. Avant Galtier, ils voulaient mettre Juninho. Il se trouve qu’il n’a pas les diplômes. Donc ça aurait coûté très cher en amendes d’avoir Juninho sur le banc de touche. Au final, Juninho sur le banc, ça n’a pas été fait, mais ça a été réfléchi très longtemps et très sérieusement. C’est révélateur. Juninho a envie de décider pour le terrain, qui sera le latéral droit, qui sera le milieu gauche, et dans quel système… C’est un souci. Alors est-ce que ce problème va pouvoir s’évaporer avec un nouvel entraîneur ? Je ne sais pas. Ça dépend de la relation qu’il va avoir avec Bosz… », a lancé le consultant de RTL, qui espère que Juni mettra ses ambitions de côté, alors qu’il va passer son BEPF au cours des prochains mois. Preuve que Juninho a vraiment envie de devenir coach. Ce qui n’est pas vraiment bon signe pour Peter Bosz…




Prêtés en janvier, Jean Lucas retourne à Lyon et Bandiougou Fadiga au PSG

Ouest-france.fr

Le Stade Brestois a officialisé ce dimanche la fin des prêts de Jean Lucas et Bandiougou Fadiga. Prêté sans option d’achat, le milieu brésilien retourne logiquement à l’Olympique Lyonnais. En quête de temps de jeu, lui qui n’avait disputé que 166 minutes avec Lyon depuis le début de la saison 2020-2021, le Brésilien de 22 ans a eu ce qu’il était venu chercher en disputant 16 rencontres avec Brest. Sous les couleurs brestoises, son bilan est plus mitigé où il aura alterné le bon et le moins bon.

Si le retour de prêt de Jean Lucas était attendu, Bandiougou Fadiga aurait pu, quant à lui, rester et s’engager avec Brest. Le club finistérien disposait d’une option d’achat de l’ordre de 2,5 millions. Mais Paris a manifestement activé la contre-clause du joueur pour obtenir son rapatriement comme annoncé par RMC Sport .

Le jeune milieu de terrain (20 ans) n’aura jamais pu s’imposer à Brest. Son passage restera très contrasté. Six mois durant lesquels il n’a effectué que quatre apparitions en championnat pour seulement 42 petites minutes disputées. Fadiga est sous contrat jusqu’en 2022 avec le club de la capitale.





Des contacts entre Pléa et l'OL

Canal Football Club via Twitter





Bosz, Aouar est impatient

Maxifoot.fr

A l’Olympique Lyonnais, les dirigeants ne sont pas les seuls emballés par le profil de l'entraîneur Peter Bosz. Du côté des joueurs, le milieu Houssem Aouar (22 ans, 30 matchs et 7 buts en L1 cette saison) ne cache pas son enthousiasme.

"De ce que j'ai vu sur la façon dont il a fait jouer l'Ajax Amsterdam et le Bayer Leverkusen, c'est un très bon coach, a réagi le Gone actuellement avec les Espoirs français. On est impatients de travailler avec ce genre d'entraîneur." Signe que le Bleuet souhaite encore rester à Lyon ? L’été dernier, Aouar avait pourtant reçu un bon de sortie.




Garcia détesté par tout le monde, Dominique Sévérac balance

Footradio.com

L’Olympique Lyonnais a nommé Peter Bosz comme nouvel entraineur ces dernières heures. Le Néerlandais devra faire oublier Rudi Garcia, très contesté dans le Rhône.

L’OL va enfin pouvoir repartir sur un nouveau cycle après la récente nomination de Peter Bosz. L’ancien du Bayern Leverkusen sera chargé de redorer le blason d’un club qui ne disputera pas la Ligue des champions pour la deuxième année de suite. Il faudra également que Peter Bosz fasse mieux pour améliorer le jeu pratiqué par le collectif rhodanien. C’était notamment ce qui était reproché à Rudi Garcia. L’ancien de l’OM est en plus parti en réglant ses comptes avec la direction lyonnaise. Pas étonnant pour Dominique Sévérac…

Sur l’antenne d’RTL, le journaliste a donné son avis sur l’ancien coach de l’OL. “Garcia n’accepte jamais de reconnaitre ses erreurs. Quelque soit le club où il passe. Quand il gagne, il dit que c’est grâce à la tactique et quand il perd, il dit que les joueurs n’ont pas fait ce qu’il voulait. Il est connu dans le milieu. Ses pairs le détestent. C’est rare de voir un entraîneur autant haï par les autres entraîneurs ! Même Domenech est plus aimé que Rudi Garcia”, a notamment indiqué Dominique Sévérac, qui pense donc que le départ de Garcia de Lyon n’est pas une mauvaise chose pour l’équilibre du club.

 

 

Voir aussi... Le Tableau Mercat'OL // L'actu du Samedi 29 Mai

 

Last modified on dimanche, 30 mai 2021 20:47