L'actu du Vendredi 7 Mai

L'actu du Vendredi 7 Mai

Voir aussi... L'actu du Jeudi 6 Mai // OL - Lorient : L'Avant Match

Aulas tacle les dirigeants de Monaco après la bagarre

RMC.fr

Cinq jours après la bagarre générale à la fin de Monaco-OL (2-3), et la pluie de cartons rouges, le président lyonnais Jean-Michel Aulas a taclé ce vendredi ses homologues de la Principauté.

Depuis la victoire de l'OL sur le terrain de Monaco dimanche dernier (3-2), la bataille pour la 3e place en Ligue 1 est relancée, la pression est à son comble. Et Jean-Michel Aulas sait comment l'entretenir...

Cinq jours après le match, qui s'est terminé sur une bagarre générale et quatre cartons rouges sortis par Clément Turpin, le président lyonnais a regretté ce vendredi les sanctions infligées par la commission de discipline de la LFP. A savoir trois matchs de suspension pour le Monégasque Willem Geubbels, deux matchs pour son partenaire Pietro Pellegri, et un match pour les Lyonnais Mattia De Sciglio, Marcelo et Maxence Caqueret (ce dernier ayant été exclu pendant la rencontre).

"Je n'ai pas pris la parole mais j'ai lu ce qui a été dit par les dirigeants de Monaco, j'ai lu le rapport de l'arbitre et la décision de la commission, a lancé Aulas en conférence de presse. On n'a pas été très favorisés dans les décisions, on est hyper pénalisés demain..." En plus des trois joueurs cités, l'OL devra en effet recevoir Lorient ce samedi (17h) sans Memphis Depay, suspendu lui aussi, pour accumulation de cartons jaunes.

Aulas: "Les dirigeants de Monaco auraient mieux fait de se taire"

"L'équipe a été formidable et a traduit la formidable envie de gagner qu'on leur a inculquée, a ensuite souligné le président de l'OL. Marquer deux buts à Monaco à 10 contre 11, ce serait dommage de ne pas se donner les moyens de tout réussir ensuite. Lorient fait de bons résultats mais on va gagner, puis à Nîmes et contre Nice. C'est ma volonté la plus forte."

En fait, c'est surtout avec les dirigeants de l'AS Monaco que Jean-Michel Aulas voulait régler ses comptes. Ces derniers avaient, dans un communiqué, déploré "les déclarations inappropriées et déplacées faites par les représentants de l’OL (dont Aulas, ndlr) après le match".

De quoi pousser "JMA" à leur adresser un nouveau tacle: "(Aurait-il voulu l'annulation des cartons rouges de l'OL?) Franchement, oui. La commission l'explique de manière assez claire. On se rend compte que nos joueurs n'ont fait que se défendre. Ils ont été agressés verbalement et physiquement. Les deux cartons rouges sont injustes. Les dirigeants de Monaco auraient mieux fait de se taire."

 


 

Aulas : "Si les offres ne correspondent pas, Aouar restera"

Twitter

 


 

Thauvin approché par deux clubs de Ligue 1 ?

Le10sport.com

En fin de contrat avec l’OM et alors qu’il semble bien parti pour rejoindre les Tigres, Florian Thauvin aurait également été contacté par l’OL et l’OGC Nice ces derniers mois.

Comme le10sport.com vous l’avait révélé en exclusivité dès le mois de janvier dernier, Pablo Longoria a tout tenté en interne pour prolonger le contrat de Florian Thauvin à la dernière minute. Mais le président de l’OM, en dépit de sa détermination, ne semble pas en mesure de rattraper tout le retard accumulé dans ce dossier, puisque l’attaquant phocéen semble tout proche de s’engager avec le club mexicain des Tigres de Monterrey. Et Thauvin avait pourtant l’embarras du choix, et notamment en France…

L’OL et Nice se sont rencardés pour Thauvin

L’Equipe confirme ce vendredi les récentes révélations de RMC Sport indiquant que l’OL avait pris la température auprès de l’attaquant de l’OM ces derniers mois, mais le quotidien sportif rajoute que l’OGC Nice se serait également rencardé au sujet de Florian Thauvin. Deux options qui ne semblent plus du tout d’actualité, puisque l’international français est bien parti pour aller retrouver André-Pierre Gignac chez les Tigres.

 


 

OL - Lorient : Mikaël Lesage au sifflet

OL.fr

Né à Falaise (Calvados) Mikaël Lesage, 46 ans, a dirigé trois rencontres de l’Olympique Lyonnais lors de cette saison 2020/2021.

Bilan : Deux matchs nuls sur les terrains de Lille (1-1), où Marcelo avait été expulsé à la 50ème minute après deux cartons jaunes, et Rennes (2-2) et un succès lyonnais face à Angers (3-0) au Groupama Stadium le 11 avril dernier.

 


 

Prolongation de Delphine Cascarino à l’OL jusqu’en 2024

OL.fr

L’Olympique Lyonnais est très heureux d’informer de la prolongation de contrat de son attaquante internationale française, Delphine Cascarino, pour trois saisons supplémentaires, soit jusqu’au 30 juin 2024.

Arrivée au centre de formation en 2009, Delphine Cascarino a intégré le groupe professionnel lors de la saison 2014/2015 et figure aujourd’hui dans le top 20 des joueuses les plus capées de l’histoire du club, en ayant disputée 144 matches toutes compétitions confondues (32 buts).
Elue meilleure joueuse de la finale de Women’s Champions League 2020 remportée l’été dernier à San Sebastian, Delphine Cascarino a été retenue dans l’équipe type FIFA FIFPro World11 féminin et nommée pour le trophée de The Best FIFA Women’s Player de la même année, aux côtés de ses coéquipières Wendie Renard, Dzsenifer Marozsán et Saki Kumagai.

A seulement 24 ans, Delphine Cascarino affiche déjà un palmarès impressionnant avec six Championnats de France, cinq Women’s Champions League, quatre Coupes de France et un Trophée des Championnes avec l’Olympique Lyonnais. L’internationale française, aux 31 sélections, est également Championne du Monde U17 (2017) et Championne d’Europe U19 (2016).
A l’image de la prolongation de Delphine Cascarino, qui s’inscrit dans la volonté du club de s’appuyer sur les forces vives de son académie (Wendie Renard, Selma Bacha, Amel Majri, Ines Benyahia, Melvine Malard et Sally Julini), l’Olympique Lyonnais continue d’investir sur l’avenir pour renforcer sa position sur la scène française, européenne et mondiale avec la future Coupe du Monde des clubs.

La réaction de Delphine Cascarino :
« Je suis très heureuse de prolonger une seconde fois avec mon club formateur, l’OL. On a encore un objectif à remplir cette saison et de nombreux trophées à gagner dans les années à venir. C’est une belle aventure qui continue avec le Président, mes coéquipières, le staff et les supporters que j’ai hâte de retrouver. »

 


 

Loïc Fery fait monter la pression sur l’arbitrage

RMC.fr

A la lutte pour se maintenir en Ligue 1, Lorient (17e) se rend sur la pelouse de l’OL ce samedi (17h) pour le compte de la 36e journée de championnat. Avant ce match à très fort enjeu puisque les Lyonnais visent le podium, le président des Merlus Loïc Féry s’est fendu d’un message sur le corps arbitral.

Il n’y a pas que les Lorientais et les Lyonnais qui auront la pression samedi après-midi au Groupama Stadium. Mikaël Lesage, l’arbitre de cette affiche de la 36e journée de Ligue 1 (coup d'envoi à 17h), en aura aussi beaucoup sur les épaules. Déjà en raison de l’enjeu. Très fort. Revenu à un point de Monaco, l’OL vise toujours une place sur le podium synonyme de ticket pour la Ligue des champions. En face, les Merlus, 17es avec quatre unités d’avance sur le FC Nantes, barragiste, veulent faire un pas de plus vers le maintien.

Mais l’homme en noir devra aussi composer avec un timing défavorable. Alors que le money time cristallise les tensions, les Lyonnais ont vécu une fin de semaine passée particulièrement agitée avec la bagarre générale entre joueurs après le coup de sifflet final du match Monaco-Lyon.

Une rencontre à l’issue de laquelle quatre joueurs ont écopé d’un carton rouge, provoquant la colère de Rudi Garcia et de Jean-Michel Aulas. A chaud au micro de Canal+, le président lyonnais a ainsi remis en cause l’impartialité de l’arbitre. "Je sais que M.Turpin a reçu des louanges de la part de Monaco mais ce n'est pas normal, a-t-il soufflé. On n'a pas de chance avec l'arbitrage. Je compte sur Canal + pour montrer les images, mais il y avait beaucoup d'adrénaline."

Féry assure "avoir confiance dans un arbitrage impartial en Ligue 1"

Ce coup de pression n’est pas passé inaperçu du côté des Merlus. Sans critiquer l’attitude de son homologue lyonnais, Loïc Féry s’est fendu ce vendredi d’un message sur l’arbitrage sur Twitter à 24h de l’opposition entre les deux équipes : "A ceux qui disent que Jean-Michel Aulas mettrait une grosse pression sur les arbitres en amont du match OL-Lorient, je réponds avoir confiance dans un arbitrage impartial en Ligue 1." Et Fery d’ajouter: "L’avenir nous dira si j’ai eu raison d’y croire". Un coup de pression dont se serait sans doute bien passé Mikaël Lesage.

 


 

Nimes - OL le 16 Mai à 21h

Ligue 1 via Twitter

 


 

Aulas veut une D1 féminine de haut niveau, "sans match avec 10 buts d’écart"

RMC.fr

Jean-Michel Aulas, président de l’OL également en charge du football féminin à la Fédération, a tempéré la menace d’une réduction de la D1 féminine à dix équipes, même s’il souhaite une réforme pour hausser le niveau.

Jean-Michel Aulas s’est presque fâché avec ses joueuses, jeudi. Le président de l’OL, qui s’occupe du football féminin au sein du comité exécutif de la Fédération française de football (FFF), s’est indirectement retrouvé dans le viseur d’Ada Hegerberg et Wendie Renard. Celles-ci ont en effet manifesté leur mécontentement face à la menace de voir la D1 féminine passée de 12 à 10 équipes la saison prochaine.

L’arrêt de la D2 en raison de la crise sanitaire figera en effet les promotions de deux équipes pendant que deux autres seront, elles, bien reléguées depuis l’élite. En conférence de presse ce vendredi, Aulas a rappelé cette "règle", tout en tentant de déminer le sujet, évoqué jeudi lors du comex de la FFF.

"Il n'y a pas de décision de prise, assure-t-il. Un certain nombre de solutions pourraient exister. C'est ce que nous a promis le directeur juridique de la Fédération, Jean Lapeyre, qui a la responsabilité de trouver la meilleure solution. On a fait pression pour trouver des solutions à cette situation liée à l’arrêt de la L2 à la demande du gouvernement. On a des espoirs qu'on n'en reste pas là, on va tout faire pour, à mon niveau."

Il a confié avoir été "attentif" à la grogne de ses deux joueuses en leur assurant rechercher "la solution la plus intéressante pour le développement du football féminin". Même si, pour lui, la réduction des équipes en D1 n’est "pas obligatoirement" un effacement du football féminin.

"Vaut-il mieux 10 équipes super compétitives ou 12 avec des écarts très importants?"

"L'élite tire la base vers le haut, rappelle-t-il. Vaut-il mieux avoir dix clubs très structurés avec une licence qui impose des structures d’accueil, d’encadrement et qui donne dix équipes super compétitives, quitte à faire plus de matchs? Ou 12 équipes avec des incohérences et des écarts très importants, comme en ce moment? Ça mérite d'être étudié. On a aussi étudié 14 avec l'inconvénient que je viens d'évoquer. Tout est ouvert. On prendra la décision dans l'intérêt du football féminin."

Le dirigeant s’est en revanche bien gardé de donner sa position. "Je ne la donnerai pas aujourd'hui", a-t-il confié, peut-être pour ne pas froisser davantage ses troupes. "On va poursuivre sur les idées mais il faut qu'il y ait un championnat de très haut niveau pour éviter le même genre de matchs qu'entre le PSG et Issy avec dix buts d'écart (14-0 pour les Parisiennes, le 14 novembre 2020, ndlr). Il faut rendre tout ça plus homogène."

Pour Aulas, le football féminin français doit faire sa mue face à la concurrence plus aiguisée à l’étranger. "Il y a du travail à faire, reconnait-il. Les autres pays, en particulier les Anglais, sont partis en pointe. Il faut trouver des parades. Il faut réformer, trouver des partenaires. L'OL a de plus en plus en de partenaires de haut niveau pour le foot féminin. On travaille aussi avec LDLC-ASVEL féminin pour faire progresser l’équipe féminine. On y consacre beaucoup de temps."

 


 

Le cri du cœur de Wendie Renard pour sauver le football féminin français

90min.com

Face à la réforme faisant passer la D1 féminine de 12 à 10 clubs la saison prochaine, la Lyonnaise Wendie Renard s'est indignée sur les réseaux sociaux.

La réforme de la Fédération Française de Football (FFF) qui fera passer la D1 féminine à 10 clubs la saison prochaine, contre 10 actuellement, ne passe pas auprès de certaines joueuses professionnelles.

Renard : "Le football féminin régresse"

C'est le cas de Wendie Renard. La défenseur centrale de l'Olympique Lyonnais, récemment éliminée en quarts de finale de la Ligue des Champions par le PSG, s'est fendue d'un message fort sur Twitter ce jeudi dans la soirée.

"Depuis la coupe du monde 2019 le football féminin français régresse. Président Le Graët, Président Aulas, Brigitte Henriques. Ne laissez pas mourir notre championnat et notre sport", a-t-elle écrit, visant donc directement les hauts dirigeants du football français.

Hegerberg : "C'est une honte"

Cette nouvelle a également fait bondir l'attaquante de Lyon Ada Hegerberg : "C'est une honte, a écrit sur Twitter la Norvégienne, lauréate du Ballon d'Or en 2018. La Coupe du monde en France n'était qu'une illusion. Autant faire un petit tournoi un week-end de mai prochain si on dérange la FFF. Bravo à toutes et à tous."

Pas sûr que que cela soit suffisant pour que Le Graët et les autres dirigeants changent d'avis.

 


 

Aulas donne des nouvelles d'Ada Hegerberg et de Griedge Mbock

Lequipe.fr

Jean-Michel Aulas, le président de l'OL, a fait un point sur l'état de santé d'Ada Hegerberg, l'attaquante de l'OL victime d'une rupture du ligament croisé antérieur du genou droit en janvier 2020 puis d'une fracture de fatigue au tibia durant l'été. « Ada revient progressivement, a expliqué Aulas, ce vendredi, en conférence de presse, en marge de l'annonce de la prolongation de contrat de Delphine Cascarino. La blessure cicatrise, on peut penser qu'à la reprise des entraînements (la saison prochaine) on y verra beaucoup plus clair pour elle ».

Aulas a aussi évoqué le cas de Griedge Mbock, qui a subi une rupture du tendon d'Achille en juin 2020 avant également une rechute fin novembre. « Les choses sont bien avancées, elle va réintégrer progressivement l'équipe », a indiqué le dirigeant lyonnais.

 


 

Les Lyonnais innocents, Dominique Sévérac crie à l’injustice

Footradio.com

Après l’échauffourée à Monaco dimanche dernier, les Lyonnais Marcelo et Mattia De Sciglio n’ont écopé que d’un seul match de suspension. La sanction laisse penser que les deux défenseurs n’ont pas été violents. Alors pourquoi ne pas retirer les deux cartons rouges ?

La commission de discipline a rendu son verdict. Après avoir visionné la bagarre générale qui a suivi le match de Ligue 1 entre l’AS Monaco et l’Olympique Lyonnais (2-3) dimanche, les membres de la Ligue de Football Professionnel ont sanctionné les Monégasques Willem Geubbels et Pietro Pellegri de trois et deux matchs de suspension. En revanche, les Gones Marcelo et Mattia De Sciglio n’ont écopé que d’une rencontre, soit la punition déjà prévue après le carton rouge. La raison est simple, la commission estime que les deux défenseurs n’ont pas été violents. Du coup, le journaliste Dominique Sévérac se demande pourquoi ces deux expulsions n’ont pas été annulées.

« Ce n’est pas ça la justice »

« C‘est un non-jugement. Ce que je sens, c’est qu’on ne veut pas déjuger Clément Turpin, a analysé le chroniqueur de La Chaîne L’Equipe. Comme il a mis ces deux cartons rouges, on ne veut pas les retirer donc on met le match de suspension automatique que le carton rouge oblige. Et on ne va pas plus loin en se rendant compte que finalement, ils ont chambré ou juste un peu répondu à de la provocation, ou à une forme de tentative d’agression des Monégasques. »

« Du coup on se dit : “bon bah on va leur laisser le match de suspension.” Mais non, si monsieur Turpin s’est trompé, ce n’est pas ça la justice, s’est plaint le journaliste du Parisien. C’est de retirer le carton rouge. On ne veut pas affaiblir l’arbitrage, mais au contraire, ça aurait été s’enorgueillir de le faire. » Cela aurait surtout fait le bonheur du coach lyonnais Rudi Garcia, privé de nombreux joueurs blessés ou suspendus pour la venue de Lorient samedi.

 


 

Stats : La 400e de Garcia en L1

Ligue 1 via Twitter

 


 

L'OL fait appel, De Sciglio pourra finalement jouer face à Lorient

Twitter

 

Le communiqué du club :


L’Olympique Lyonnais informe avoir saisi ce jour la conférence des conciliateurs du CNOSF concernant la décision de la commission de discipline de la LFP sur Mattia De Sciglio.

La conférence des conciliateurs a désigné Philippe Missika en qualité de président pour entendre les parties le mardi 11 mai prochain.

En conséquence de cette désignation, la décision de la commission de discipline est suspendue en attendant la proposition de la conférence des conciliateurs.

De ce fait, Mattia De Sciglio pourra participer à la rencontre de la 36ème journée de Ligue 1 contre Lorient, ce samedi 8 mai à 17h00 au Groupama Stadium.

 

 

Voir aussi... L'actu du Jeudi 6 Mai // OL - Lorient : L'Avant Match

 

Last modified on vendredi, 07 mai 2021 19:30