L'actu du Mercredi 5 Mai

L'actu du Mercredi 5 Mai

Voir aussi... L'actu du Mardi 4 Mai // Monaco 2-3 OL : L'After

L'OL prêt à dégainer pour un milieu brésilien

Footmercato.net

La filière brésilienne a souvent été explorée dans l'histoire de l'Olympique Lyonnais. Et l'OL pourrait encore effectuer son marché au Brésil dans les prochaines semaines. Selon les informations d'UOL Esporte, le club rhodanien suivrait avec attention les performances du milieu de Flamengo Gerson. Le joueur âgé de 23 ans possède un contrat jusqu'au 31 décembre 2023 avec la formation brésilienne.

Le média auriverde précise que plusieurs clubs européens se seraient manifestés ces dernières semaines pour l'intéressé. Flamengo se montrerait plutôt gourmand et attendrait pas moins de 75 millions d'euros pour libérer Gerson. Mais le père du joueur estime qu'une proposition aux alentours des 30 millions d'euros pourrait achever de convaincre les dirigeants brésiliens.

 


 

Un joueur du Real à 15 M€, la bonne pioche de Juninho ?

Sport.fr

Pour renforcer sa défense la saison prochaine, l’Olympique Lyonnais pourrait miser sur Marcelo, relégué à une place de remplaçant du côté du Real Madrid.

Après la prolongation de contrat de Marcelo il y a quelques semaines, l’Olympique Lyonnais pourrait bientôt s’offrir son homonyme. D’après les informations de Don Balon, Juninho aurait pris contact avec le latéral gauche du Real Madrid en vue d’un transfert cet été. Grand artisan de la domination du Real Madrid sur l’Europe lors de la dernière décennie, Marcelo n’a plus ses jambes de 20 ans. Le Brésilien a même été relégué sur la touche par Zinedine Zidane depuis l’éclosion de l’ancien Lyonnais, Ferland Mendy. Le défenseur de 32 ans pourrait donc se laisser tenter par une aventure en Ligue 1, d’autant que Florentino Pérez lui cherche activement une porte de sortie contre un chèque de 10 à 15 millions d’euros.

Il est toutefois probable que le pensionnaire du stade Santiago Bernabeu ne s’intéresse à Lyon qu’en cas de qualification pour la Ligue des champions. Un objectif encore loin d’être sécurisé par les hommes de Rudi Garcia, qui pointent actuellement en 4e position du championnat, avec trois points de retard sur le leader Lille.

 


 

Juninho sur un coup en Turquie pour se renforcer

Foot-sur7.fr

En quête d’un gardien de but pour renforcer la concurrence avec Anthony Lopes, l’ OL est sur une piste en Turquie. Un jeune portier évoluant en Süper Lig est dans les petits papiers de la cellule de recrutement du club Rhodanien.

L’ OL cherche à recruter un gardien de but en doublure d’Anthony Lopes (30 ans). Les recruteurs des Gones ont coché le nom de Ersin Destanoğlu depuis le mercato estival passé. En effet, l’Olympique Lyonnais avait tenté de recruter ce joueur, mais son offre avait été repoussée par le Besiktas. Selon média turc Fotomaç, Bruno Cheyrou et Juninho le suivent toujours de près, à l’approche de l’ouverture du marché des transferts. Le talent et la progression fulgurante du natif d'Istanbul ont séduit le patron de la cellule de recrutement ainsi que le directeur sportif de l' OL. Si les informations du média turc se confirment, Destanoğlu pourrait faire le grand saut en Ligue 1 dès la saison prochaine. Il découvrirait ainsi l'un des 5 grands championnats européens.

Le jeune portier turc déjà un crack

Malgré son jeune âge, le portier de 20 ans est le N°1 dans les perches du club basé à Istanbul. Il a pris la place de Loris Karius retourné en Allemagne en début de saison, au terme de son prêt. Ersin Destanoğlu a disputé 32 matchs cette saison en championnat. Il a concédé 29 buts et réussi 13 clean sheet. Sous contrat au Besiktas jusqu’à fin juin 2023, l’international Espoir turc (3 sélections) a une valeur marchande estimée à 3 M€. À la recherche d’un gardien de but, l’OGC Nice est également intéressé par les services du portier de 1,95 m.

 


 

Balmont devrait rejoindre l’Académie de l’OL

Leprogres.fr

Florent Balmont formé à l'OL et qui a mis un terme à sa carrière la saison dernière devrait intégrer le prestigieux centre de formation de l'OL. De par son profil tous les éléments sont réunis.

Florent Balmont qui a mis un terme à sa carrière en juin 2020 après 514 matches en professionnel et alors qu’il était à Dijon devrait revenir dans son club formateur l’Olympique Lyonnais.

« Flo » natif de Saint-Symphorien d’Ozon qui fit ses classes au Cascol, avant d’arriver à l’âge de 16 ans à l’Olympique Lyonnais, prit rapidement son envol. Après deux ans en pro à l’Olympique Lyonnais (2002-2004), il rayonna d’activité sur les terrains de Ligue 1, notamment avec avec Nice, et surtout avec Lille (323 matches en 8 ans avec les Dogues). Sous la houlette de Rudi Garcia il signa même le doublé en 2011. L’actuel entraîneur de l’OL le cite d’ailleurs fréquemment en exemple.

Revenu dans la région, et ayant intégré le staff de Limonest et la charge des U20, Florent Balmont qui passe ses diplômes et qui a l’intention de devenir entraîneur a été approché par l’Olympique Lyonnais. C’est sans doute un juste retour des choses pour Florent qui pourrait intégrer l’encadrement des U17. Son tempérament, son expérience, et sa connaissance naturelle de la formation lyonnaise seront des atouts.

 


 

Un Lyon au mental d’acier, Denis Balbir est impressionné

Footradio.com

L’Olympique Lyonnais est sorti vainqueur d’un match très important face à Monaco le week-end dernier en Ligue 1. Les Gones peuvent toujours croire au podium en fin de saison.

Les fans de l’OL ont eu de quoi être fiers de leur équipe dimanche soir face à Monaco. Pourtant réduis à dix après l’expulsion de Maxence Caqueret, les hommes de Rudi Garcia auront fait le nécessaire pour renverser le scénario. Cette victoire en terres monégasques permet aux Gones de croire encore en leurs chances de terminer sur le podium dans les prochaines semaines. Pour Denis Balbir, l’état d’esprit de l’Olympique Lyonnais est à retenir.

“Ce genre de match me fait dire que Lyon a vraiment manqué à la France en Coupe d’Europe”

Lors d’une chronique pour But Football Club, le journaliste a donné sa vision des choses. “Ce que j’aime dans cette équipe lyonnaise, c’est son esprit de compétition quand elle est dos au mur et face à ses responsabilités. Il est rare que l’OL perde les pédales. Ce genre de match me fait dire que Lyon a vraiment manqué à la France en Coupe d’Europe. A Louis II, j’ai revu le Lyon de l’Europa League il y a quelques années. Celui plein d’abnégation qui sortait l’AS Roma ou Besiktas. J’ai aussi revu le Lyon du « Final 8 » de la Ligue des Champions. Celui qui était imprégné de l’envie de gagner. Le dépassement de soi est dans l’ADN de cette équipe et on l’a encore vu à Monaco”, a notamment indiqué Denis Balbir, impressionné par le mental des Rhodaniens.

 


 

Cherki titulaire ? Stop le délire

Foot01.com

Très peu utilisé par Rudi Garcia cette saison, Rayan Cherki a été décisif lors de son entrée en jeu sur la pelouse de Monaco dimanche soir (2-3). De là à en faire un titulaire dans le onze de Rudi Garcia.

Lancé pour les dix dernières minutes de ce match électrique, la pépite de l’Olympique Lyonnais a fait la différence en marquant le but de la victoire. Souvent étincelant en Coupe de France, le milieu offensif de 17 ans n’a pas encore brillé en Ligue 1. Ce but en Principauté peut de toute évidence être un véritable déclic dans le lancement de la prometteuse carrière de Rayan Cherki. Correspondant permanent de RMC à Lyon, Edward Jay ne veut cependant pas brûler les étapes. Pour le journaliste, il serait irraisonnable de faire de Rayan Cherki un titulaire à Lyon dans la dernière ligne droite de la saison, l’international U19 de l’Equipe de France n’étant pas encore prêt à assumer cette responsabilité selon lui.

« Les supporters lyonnais veulent voir leur nouvelle pépite. Mais Cherki est encore jeune. Pour l’instant, c’est un super-sub. Il a joué en fin de match contre Monaco, il a touché sept ballons, il met ce but avec Guimaraes. Quand il rentre avec cette envie-là et cet appétit-là, c’est formidable. Est-ce qu’il doit être un super-sub un peu plus longtemps ? Pourquoi pas. Il y avait un Rayan Cherki décisif en Coupe de France, là où il avait eu des titularisations. Maintenant, on attend le Cherki décisif en L1 sur toute une rencontre. Mais il n’a pas encore l’étoffe d’un titulaire à part entière. Il faut rappeler qu’il n’a pas encore 18 ans. Donc il faut lui laisser du temps pour éclore. Ce but contre Monaco peut être un déclic, surtout qu’il est symbolique » a lancé le spécialiste de l’OL, loin d’être convaincu que Rayan Cherki a déjà les épaules pour assumer un statut de titulaire à l’Olympique Lyonnais.

 


 

Vidéo : l'entrainement du jour

OL via Twitter

 


 

Rafael pique le PSG !

Maxifoot.fr

Parti à l’Istanbul Basaksehir l’été dernier, Rafael (30 ans) n’en reste pas moins un Lyonnais de cœur et le latéral droit ne manque jamais l’occasion de soutenir l’OL ou d’enfoncer ses rivaux. Et avec l’élimination du Paris Saint-Germain face à Manchester City (1-2, 0-2) mardi en demi-finales de la Ligue des Champions, la tentation était trop forte pour ne pas y aller de sa pique à l’égard du club de la capitale.

"Quand Lyon ne joue pas contre City on voit ce qui arrive…", a ainsi taclé le Brésilien sur Twitter. Une référence évidemment à la qualification des Gones face aux Skyblues (3-1) en quart de finale de la précédente édition. Un match inoubliable pour les Lyonnais, que le Sud-Américain avait vécu sur le banc.

 


 

Une horrible statistique fait mentir Garcia et Aulas

Butfootballclub.fr

Après la victoire ce dimanche de l'OL face à l'AS Monaco (3-2) où Maxence Caqueret, Mattia De Sciglio et Marcelo ont été expulsés par Clément Turpin, Rudi Garcia et Jean-Michel Aulas et ont mystifié l'arbitrage. "Je sais que M. Turpin a reçu des louanges de la part de Monaco mais ce n'est pas normal. On n'a pas de chance avec l'arbitrage", a notamment confié le président rhodanien au micro de Canal+.

Mais l'OL n'en est pas à son coup d'essai cette saison avec les cartons rouges. Comme nous le révèle le compte Twitter @Statsdufoot, les Gones ont écopé de 10 éclusions lors d'une saison en Ligue 1 pour la première fois de leur histoire. C'est le total le plus élevé cette saison pour un club dans les 5 grands championnats européens.

 


 

Salary cap, transferts plafonnés... Les pistes de la FIFA pour sauver le football mondial de la crise

RMC.fr

Fermement opposée au projet de Super League aux côtés de l'UEFA, la FIFA souhaite tout de même réfléchir aux réformes qui pourraient ranimer l'intérêt pour le football mondial. C'est ce qu'explique Gianni Infantino, président de l'instance, dans un entretien publié mardi matin dans L'Équipe.

Lors des trois jours qui ont secoué le football mondial, à la suite de la création puis de la dissolution de la Super League entre le 18 et le 21 avril, Gianni Infantino était apparu en retrait, soutenant surtout Aleksandr Ceferin dans sa lutte contre les douze clubs dissidents. Le président de la FIFA avait notamment soutenu son collègue de l'UEFA, en confirmant à demi-mots les sanctions qui pourraient être prises à l'encontre des clubs et joueurs concernés.

Dans un entretien réalisé par mails avec L'Équipe et publié ce mardi, Infantino reprend les rênes. Outre le fait de freiner sur les sanctions à appliquer à l'encontre des douze équipes à l'origine de la Super League, le président de la FIFA évoque longuement les nouvelles pistes de réforme du football mondial, afin de favoriser "la stabilité économique du système mais aussi l'équilibre compétitif".

Une refonte du fair-play financier?

"Discutons sérieusement de l'introduction de plafonds salariaux, de plafonds sur les indemnités de transfert, ou encore de plafonds sur les commissions versées aux agents", propose Infantino. Alors que le football mondial et les plus grands clubs traversent une période d'instabilité due à la pandémie, le dirigeant suisse soutient notamment "qu'il est temps de revoir le règlement du fair-play financier et de trouver de meilleures formules pour l'avenir".

En termes de jeu, loin d'être sourd aux menaces de désintérêt des jeunes pour le football brandies par Florentino Pérez et Andrea Agnelli, le dirigeant de la FIFA semble plus que jamais ouvert à la discussion et appelle à des débats plus larges. Une manière selon lui d'éviter de nouvelles divisions et la renaissance du projet de Super League, que l'UEFA avait jusque-là évité en concédant plusieurs réformes de la Ligue des champions.

Un nombre de joueurs limités par équipe, moins de matchs à disputer...

"Discutons aussi d'une limitation du nombre de joueurs par équipe, ainsi que de l'obligation d'avoir un certain nombre de joueurs formés localement ou encore du nombre maximum de matchs que les meilleurs peuvent disputer par saison", présente Infantino. Le président de la FIFA, qui confirme tous les espoirs qu'il porte pour sa toute nouvelle Coupe du monde des clubs qui débutera en 2022, souhaite également évoquer le format de certaines compétitions, alors que la Ligue 1 envisage de passer à 18 clubs. "Au niveau national, moins d'équipes et des play-offs, par exemple, pourraient rendre les compétitions plus passionnantes", assure-t-il à L'Équipe.

Une réflexion élargie aux compétitions internationales. Infantino explique que les propositions d'Arsène Wenger de faire jouer les Coupes du monde et les Euros tous les deux ans seront étudiées de près, tout comme la réforme du hors-jeu proposée par l'ancien entraîneur d'Arsenal. Plus que jamais, après la crise de la Super League, l'heure est désormais aux discussions entre dirigeants du football mondial pour tenter de donner un second souffle à l'intérêt porté à ce sport.

 


 

Depay va gérer son mercato comme un chef

Foot01.com

Auteur d’une saison phénoménale avec l’OL (19 buts en Ligue 1), Memphis Depay sera un taulier des Pays-Bas à l’Euro.

Encore buteur dimanche soir sur la pelouse de Monaco, le capitaine de l’Olympique Lyonnais est en très grande forme. Sans surprise, il sera l’un des principaux cadres de Frank De Boer à l’Euro 2021 avec les Pays-Bas. Légitimement, les supporters hollandais ont toutefois une crainte en ce qui concerne Memphis Depay, à savoir le risque que la star de l’OL soit totalement déconcentrée en raison des nombreuses incertitudes liées à son avenir. En fin de contrat au mois de juin, Memphis Depay a peu de chances de prolonger à Lyon et sera forcément sollicité durant le stage de préparation à l’Euro, voire pendant la compétition.

Dans une interview accordée à Tuttosport, le sélectionneur néerlandais Frank De Boer s’est tout de même voulu rassurant à ce sujet, même s’il espère bien sûr que l’avenir de Depay sera réglé avant le premier match des Pays-Bas à l’Euro face à l’Ukraine le 13 juin. « Non, je ne suis pas inquiet des rumeurs concernant Depay par rapport au mercato. Je connais bien Memphis, je sais qu’il a une mentalité de très haut niveau, il ne sera pas distrait un instant par les rumeurs à son sujet. C’est un très grand avant-centre, c’est le capitaine de Lyon. Je le vois bien dans tous les grands clubs : la Juventus, le FC Barcelone, l’Inter Milan… Ce sera à lui de décider » a commenté Frank De Boer, confirmant par ailleurs que Memphis Depay ne sera pas le capitaine des Pays-Bas à l’Euro. Si la star de l’OL avait ce rôle avec Ronald Koeman, ce n’est plus le cas avec Frank De Boer. « De Ligt sera le capitaine bien sûr. C’est un leader né, il a une grande personnalité, il était capitaine de l’Ajax à seulement 18 ans » a-t-il confirmé.

 


 

Monaco-OL: les sanctions sont tombées après la bagarre

RMC.fr

Trois jours après la fin de match chaotique entre Monaco et l'OL (2-3), marquée par une bagarre générale, la commission de discipline de la LFP a communiqué ce mercredi. Les sanctions sont tombées.

L’affaire Monaco-OL a donné lieu à des sanctions. La commission de discipline de la Ligue de football professionnel a annoncé son verdict concernant la bagarre générale ayant eu lieu à la fin du match entre Monégasques et Lyonnais (2-3), dimanche, au stade Louis-II, en clôture de la 35e journée de Ligue 1.

La rencontre s'était terminée dans la confusion la plus totale, avec des accrochages et des provocations de chaque côté. L'arbitre Clément Turpin avait fini par adresser quatre cartons rouges pour tenter de calmer tout le monde: à Willem Geubbels et Pietro Pellegri (Monaco), mais aussi Mattia De Sciglio et Marcelo (OL).

Geubbels écope de trois matchs ferme de suspension, son coéquipier Pellegri en prend deux. Marcelo ne prend qu'un match, automatique après un carton rouge, même chose pour De Sciglio et Maxence Caqueret (exclu pendant la rencontre).

Monaco avait répliqué à l'OL

"La provocation vient de chez eux, c'est anormal qu'on ait pris des cartons rouges alors qu'on n'a rien fait, on n'a même pas riposté", s'était indigné Rudi Garcia. Même agacement du côté de Jean-Michel Aulas: "On n'avait aucune raison de se faire agresser en fin de match. Il y a les deux gamins de Monaco qui sont venus nous agresser. Geubbels devrait faire attention. Marcelo et De Sciglio ont pris. On n'a plus de joueurs pour Lorient, avec Depay et Caqueret suspendus, mais aussi Denayer blessé. On se retrouve malheureux alors que nous n'y sommes pour rien."

Niko Kovac avait réfuté ces accusations, tout en appelant ses joueurs à "apprendre de leurs erreurs". Monaco avait déploré "les déclarations inappropriées et déplacées faites par les représentants de l’OL". "Par ailleurs, le terme « agression » ayant été utilisé à plusieurs reprises ces derniers jours par des représentants lyonnais pour caractériser l’attitude des joueurs de l’AS Monaco, il semble opportun de rappeler ces faits : la blessure et l’indisponibilité de Sofiane Diop depuis le match de Coupe de France suite à un tacle de De Sciglio ; la sortie du terrain de Caio Henrique, dimanche soir, durement touché et contraint de céder sa place", avait répliqué l'ASM dans un communiqué.

Les caméras de Canal+ avaient aussi capté un autre moment de tension. Après le but de Rayan Cherki, synonyme de victoire pour les Gones, Bruno Guimaraes avait adressé un doigt d’honneur en direction du bord du terrain ou des tribunes.

 

 

Voir aussi... L'actu du Mardi 4 Mai // Monaco 2-3 OL : L'After

 

Last modified on mercredi, 05 mai 2021 22:12