L'actu du Lundi 3 Mai

L'actu du Lundi 3 Mai

Voir aussi... L'actu du Dimanche 2 Mai // Monaco 2-3 OL : L'After

Causerie, coaching… les raisons d’un "coup historique" selon Aulas

RMC.fr

Heureux et soulagé après la victoire capitale arrachée par l’OL dans les dernières minutes face à l’AS Monaco (2-3) dimanche en clôture de la 35eme journée de Ligue 1, le président lyonnais Jean-Michel Aulas qualifie ce succès de "coup historique". Mais assure que rien n'a été laissé au hasard…

L’OL revient de loin. De très loin. A Monaco où les Gones devaient impérativement s’imposer sous peine de faire une croix quasi-définitive sur le podium, l’Olympique Lyonnais, réduit à dix en deuxième période (expulsion de Caqueret), a arraché une victoire capitale lors d’une fin de match dingue (2-3). Présent dans les tribunes du stade Louis II, Jean-Michel Aulas ne cachait pas sa joie après la rencontre : "Les gars ont été magnifiques, s'est félicité le président sur le site de l'Olympique Lyonnais. Il y a du talent mais il y a aussi une fierté immense. Il a fallu se redresser de pleins de coups durs. La sortie de Maxence Caqueret, à un moment où on pensait que les choses étaient plus faciles, a été un élément déterminant."

Garcia "a fait une semaine extraordinaire"

Pour obtenir cette victoire et revenir à un point de son rival monégasque (3e de L1 avec un point d'avance), l’OL a dû composer avec la suspension de son entraîneur Rudi Garcia. Auteur de changements payants au cours de la rencontre, le coach de l’OL, souvent critiqué pour son coaching, a joué un rôle majeur dans ce succès selon son patron. Et pas que dimanche soir. "Je voudrais saluer le coaching de Rudi Garcia qui a été gagnant. Il a fait une semaine extraordinaire pour soutenir son équipe et trouver le système de jeu qui allait gêner, se félicite JMA. On a été obligé de changer deux fois."

Tous les dirigeants étaient présents pour la causerie

Si les Gones ont fait la différence sur la pelouse du stade Louis II, le président lyonnais veut enfin souligner la mobilisation de tout son club avant ce rendez-vous capital : "On avait solidifié l'ensemble des structures et fait en sorte que humainement, on soit tous là. Exceptionnellement, les dirigeants avaient participé à la causerie. On a fait un coup historique. On avait besoin qu'on dise aux joueurs que c'était possible. Ils ont livré un grand match, je suis fier d'eux et du club qui a trouvé ses racines dans ce match. On a senti tout le club derrière Rudi et les joueurs. Ce match relance toute la dynamique de la Ligue des champions." Samedi à 17h, l'OL tentera de faire un pas de plus vers le podium avec la réception de Lorient.

 


 

L'OL peut-il vraiment récupérer les joueurs expulsés pour la bagarre au prochain match?

RMC.fr

Jean-Michel Aulas, président de l’OL, a demandé à Canal+ de fournir à la Ligue les images de l’altercation à l’issue de Monaco-Lyon (2-3) dimanche pour éventuellement annuler les expulsions de Marcelo et Mattia De Sciglio.

L’OL a payé cher pour se relancer dans la course à la Ligue des champions en s’imposant à Monaco (2-3), dimanche. Les Lyonnais ont quitté la Principauté avec trois points et autant de cartons rouges. Maxence Caqueret fut le premier à rejoindre les vestiaires pour deux cartons jaunes (30e, 70e). Puis, Marcelo et Mattia de Sciglio ont été expulsés après le coup de sifflet final après la grosse altercation entre les joueurs des deux camps. A la grande surprise du défenseur italien: "Pourquoi rouge?", a-t-il lancé à M.Turpin.

L’arbitre l’estime impliqué dans ces échanges houleux. Les images montrent bien l’italien dans la mêlée sans distinguer la teneur de ses propos. Lui aussi expulsé, Marcelo a peu contesté, à l’instar des jeunes Monégasques Willem Geubbels et Pietro Pellegri, également expulsés. A l’issue de la rencontre, Jean-Michel Aulas a dénoncé la lourdeur des sanctions en désignant les Monégasques comme coupables. Il a aussi invité Canal+ à fournir les images, dans sa quête de vérité et de faire en sorte que les sanctions contre Marcelo et De Sciglio soient levées.

Aulas: "Je compte sur Canal+ pour livrer les images"

"On n'avait aucune raison de se faire agresser en fin de match, a dénoncé le président. Il y a les deux gamins de Monaco qui sont venus nous agresser. Geubbels devrait faire attention parce que ce qu’il a fait n’est pas bien. Marcelo et De Sciglio ont pris. On se retrouve malheureux parce qu’on va se faire sanctionner alors que, visiblement, nous n'y sommes pour rien. Je sais que M.Turpin a reçu des louanges de la part de Monaco donc, je vais essayer de lui en faire quelques unes avant de partir parce que ce n'est pas normal. On n'a pas de chance avec l'arbitrage depuis quelques temps. J’espère qu’on va revoir les images, je compte sur Canal + pour les livrer dans un petit paquet cadeau."

Rudi Garcia a aussi pesté contre la décision de Turpin. "On a été durement sanctionné alors que ni Marcelo, ni De Sciglio n’ont riposté", a-t-il assuré. Les chances d’amnistie pour les deux joueurs semblent minces. Leurs cartons rouges seront étudiés en commission de discipline cette semaine. Par le passé, elle a déjà annulé des exclusions comme pour Steve Mandanda en mai 2018 après un match face à Guingamp où elle avait jugé la sanction trop sévère. Elle peut aussi être saisie pour corriger "des erreurs concernant l’identité d’un acteur dans l’attribution d’un carton jaune ou rouge", précise l’article 3 du règlement disciplinaire.

Quatre suspendus face à Lorient

Dimanche, M.Turpin a toutefois bien pris le temps avant de sortir les rouges pour les quatre joueurs. Il a même discuté plusieurs secondes avec De Sciglio en attendant que les autres protagonistes s’approchent. Sa décision semble bien réfléchie et ne devrait pas être invalidée par la commission de discipline mais cela n’empêche pas l’OL d’espérer une baisse des sanctions. Car ces cartons rouges compliquent sérieusement la tâche de Rudi Garcia qui sera privé de De Sciglio, Marcelo et peut-être Jason Denayer (sorti blessé) en défense, samedi face à Lorient (17h, 36e journée de Ligue 1). Maxence Caqueret et Memphis Depay (suspendus) manqueront également à l’appel. "On va voir si on va trouver onze joueurs pour affronter Lorient, samedi", a ironisé Garcia dimanche soir.

 


 

La joie explicite de Juninho après le but victorieux de Cherki

90min.com

Le directeur sportif de l'OL a explosé de joie après le but victorieux de Cherki contre Monaco ce dimanche soir, tout comme le banc lyonnais.

L'Olympique Lyonnais a frappé un grand coup sur la tête de Monaco en s'imposant (3-2) au stade Louis II ce dimanche soir. A 10 contre 11, les hommes de Rudi Garcia ont fait parler leur envie pour l'emporter au bout du suspens grâce à un but de Rayan Cherki (89e) dans les dernières minutes.

Juninho en transe sur le but de Cherki

Légende du club et aujourd'hui directeur sportif de l'OL, Juninho a laissé exprimer toute sa joie sur le dernier but de la rencontre. Le Brésilien a sauté de partout dans les tribunes de l'enceinte monégasque, incontrôlable.


"C'est notre histoire, notre ADN. On ne lâche jamais. L'élimination en Coupe de France nous était restée en travers de la gorge. On a montré beaucoup de caractère ce soir (dimanche), ça fait plaisir. Les joueurs ont tous défendu ensemble et attaqué ensemble. Nous avons dominé les 25 premières minutes. Quand Monaco a ouvert le score, ça a été un peu plus difficile. Même à 10 contre 11, nous n'avons jamais lâché. C'est vraiment une belle victoire. Il faudra s'inspirer de cela pour les trois derniers matchs". a déclaré le dirigeant de l'OL sur le site officiel du club.

 


 

Lopes reconnait une "bêtise" sur sa sortie "coup de poing"

RMC.fr

Le gardien de l’Olympique Lyonnais Anthony Lopes a été l’un des grands acteurs du choc entre Monaco et l’OL (2-3) dimanche soir en clôture de la 35eme journée de Ligue 1. S’il a été décisif en fin de match, il a aussi provoqué un penalty avec une sortie "coup de poing" sur Pietro Pellegri. Après la rencontre, l’international portugais a reconnu sa faute, évoquant "une bêtise."

On ne se refait pas… Si Anthony Lopes brille souvent sur sa ligne, on ne peut pas dire qu’il soit irréprochable dès qu’il doit sortir de ses buts. Tout au long de sa carrière, le portier de l’OL nous a gratifié de sorties souvent spectaculaires mais parfois dangereuses comme celle face à Kylian Mbappé en 2018. Dimanche soir, il a "remis ça" lors d’un choc chaud-bouillant face à l’AS Monaco (2-3) en clôture de la 35eme journée de Ligue 1.

Avant de sauver son équipe face à Geubbels dans une fin de match de folie, il a provoqué un penalty après une sortie aérienne complètement manquée, son poing heurtant la tête de Pietro Pellegrini plutôt que le ballon : "J’avais à cœur de me racheter après la faute sur l’attaquant adverse sur le penalty", a-t-il expliqué au micro de Canal+ à propos de son arrêt face à Geubbles.

"Trop jouer avec le cœur ça fait faire des bêtises"

Et Lopes de reconnaitre : "Il y a faute même si on essaie un peu de le jouer à l’intox. Derrière l’équipe m’a pas mal sauvé. Je leur dois pas mal de chose. Trop jouer avec le cœur ça fait faire des bêtises. Il a fallu rester concentré, solide parce qu’il y avait une belle équipe en face."

Outre cette faute, Anthony Lopes regrette aussi la bagarre générale qui a éclaté après le coup de sifflet final à l’origine des expulsions de Marcelo et De Sciglio alors que Caqueret avait déjà écopé d’un carton rouge en 2eme période. Pénalisant alors que Lyon et l’ASM (expulsions de Pellegri et Geubbles) vont encore lutter pour la 3eme place lors des trois dernières journées (les Monégasques ont un point d’avance). "On perd trois joueurs sur ce match sur carton rouge, soupire le Lyonnais. Trois joueurs majeurs de notre effectif. On sait que c’est plus compliqué sur notre défense centrale. On a des blessés (Denayer), deux rouges. C’est un peu compliqué." Prochain rendez-vous pour les Gones, samedi face à Lorient (17h) au Groupama Stadium.



La joie de Lopes lors du but de Cherki

 


 

Memphis, Marcelo et Garcia dans l'équipe type de la journée

L'Equipe via Twitter

 


 

Lyon n’est pas mort, Daniel Riolo félicite Garcia

Footradio.com

Grâce à son joli succès sur la pelouse de l’AS Monaco dimanche soir (3-2), l’Olympique Lyonnais peut encore rêver de la Ligue des Champions.

Pendant une grande partie de ce choc de la 35e journée de L1, le club rhodanien était au fond du trou. D’abord après l’ouverture du score de Volland en première période, puis après l’égalisation de Ben Yedder en toute fin de rencontre… Avec un match nul, l’OL disait pratiquement adieu au podium. Mais à la 89e minute de jeu, Cherki a délivré son club. Avec cette victoire, Lyon revient donc à un point de Monaco à trois journées de la fin. Autant dire que tout est encore possible pour les Gones dans la course à la C1. Un gros coup signé… Rudi Garcia, d’après les dires de Daniel Riolo.

« Son OL a arraché une victoire totalement inespérée »

« Lyon a fait un gros coup comptable, surtout que l’OL était très mal embarqué à un moment du match. C’est un scénario favorable contrairement à la semaine d’avant contre Lille. Lyon a gagné à 10 contre 11. On reproche souvent à Garcia de ne pas réussir à modifier ses compos. Là, il a changé des choses en revenant à quatre derrière, il a fait de bons changements, et son OL a arraché une victoire totalement inespérée. Ce match a été emballant. C’est Memphis, avec cette égalisation un peu curieuse, qui a relancé l’OL. Cette victoire à 10 est un joli exploit. Les Lyonnais ont évité d’être enterrés. Ils sont encore vivants. Dans le duel pour la troisième place, quand on regarde le calendrier, on se demande quelle équipe va perdre des points ? Ça pourrait rester comme ça. Et ce succès de l’OL à Monaco pourrait ne pas suffire. Mais au moins, les Lyonnais ne sont pas morts ! », a lâché, dans l’After Foot, le journaliste de RMC, qui sait que l’OL devra faire un sans-faute contre Lorient ou Nîmes, deux clubs qui jouent leur maintien, pour finir troisième. Pas simple, mais la potentielle qualification en C1 passera par là…

 


 

Paqueta a fêté la victoire… à la maternité!

RMC.fr

Lucas Paqueta, milieu de terrain de l’OL, a vécu une soirée très forte en émotion dimanche soir. Après la victoire lyonnaise à Monaco (2-3), il a filé à la maternité auprès de sa compagne, qui a donné naissance à leur deuxième enfant.

Les larmes de tristesse ont cédé la place à la joie. Très affecté par son erreur face à Lille (2-3) la semaine dernière, Lucas Paqueta (23 ans) a vécu de grandes émotions dimanche soir. Il a participé à la victoire de Lyon à Monaco (2-3) dans un match capital pour la course à la Ligue des champions. Un succès qu’il a fêté avec une nouvelle encore plus intense: la naissance de son deuxième enfant. A l’issue de la rencontre, le Brésilien s’est rendu directement de l'aéroport de Lyon à la maternité où il a retrouvé sa femme, Maria Eduarda Fournier, qui a accouché d’un petit garçon, Filippo, à 5h24 précisément, ce lundi matin.

Le joueur a partagé sa joie sur son compte Instagram. "Une journée très spéciale! Bienvenue dans le monde mon fils! Une émotion qui se répète!", a-t-il écrit. Paqueta était titulaire lors du match à Monaco en soutien des deux attaquants, Memphis Depay et Karl Toko-Ekambi. Il a été remplacé à la 75e minute par Houssem Aouar.

Le milieu offensif a rejoint l’OL en début de saison en provenance de l’AC Milan contre 20 millions d’euros. Il s’est vite imposé comme un élément incontournable du dispositif de Rudi Garcia. Cette saison, il a inscrit 6 buts et délivré 4 passes décisives en 27 matchs de Ligue 1.

La semaine dernière, il avait fondu en larmes sur le banc de touche après son remplacement à Lille. Quelques minutes plus tôt, sa mauvaise passe avait pris à contrepied son partenaire Marcelo et permis au Losc d’égaliser. Les Nordistes s’étaient finalement imposés (2-3), mettant quasiment fin aux rêves de titre des hommes de Rudi Garcia. La victoire arrachée à Monaco au terme d’un final de folie permet aux Rhodaniens de rester dans la course au podium.

 


 

Twitter se paye Anthony Lopes après sa nouvelle sortie kamikaze

90min.com

Lors du match entre Monaco et Lyon, Anthony Lopes a une nouvelle fois effectué une sortie très autoritaire dans sa surface. Une sortie qualifiée de "kamikaze" qui n'a pas tardé avant de faire le tour de la Twitosphère.

À la 85e minute de la rencontre entre l'Olympique Lyonnais et l'AS Monaco, Anthony Lopes, habitué des interventions musclées, a récidivé en mettant involontairement son poing dans la figure de Pietro Pellegrini dans la surface de réparation rhodanienne.

Une sortie pleine d'autorité qui sera sanctionnée d'un carton jaune et d'un penalty pour Lopes, qui sera transformée d'une subtile panenka par Ben Yedder. Si Lyon a fini par gagner ce match, Twitter s'est surtout attardé sur cette énième intervention dangereuse du gardien portugais.



L'arbitrage visé

Anthony Lopes a écopé d'un carton jaune pour sa sortie sur le joueur de Monaco, une sanction pas assez sévère plus les Twittos qui réclament des sanctions plus lourdes à l'encontre du joueur de 30 ans.

En effet, le portier des Gones est un habitué des interventions jugées trop dangereuses et n'est que rarement averti par les arbitres. C'est en tout cas ce que pense la Twitosphère après ce match de Ligue 1.

 


 

Benzema et Mbappé félicitent Rayan Cherki

Footmercato.net

Rayan Cherki a connu une soirée de rêve ce dimanche soir face à Monaco. Le jeune prodige de 17 ans a inscrit son premier but en Ligue 1 dans les derniers instants du match. Et son but a été décisif puisqu’il a donné la victoire à son équipe pourtant réduite à 10. Ça méritait bien des félicitations de Karim Benzema et Kylian Mbappé.

Sur son compte Instagram, le jeune joueur formé à Lyon a publié un post pour revenir sur sa soirée magique. « Fier d’avoir inscrit mon premier but en Ligue 1. Merci à l’équipe et à toutes et à tous pour votre soutien » pouvait-on lire. Sa publication a largement été commentée notamment par l’attaquant du Real Madrid et l’attaquant du PSG qui se sont permis de le féliciter. «Bien vu» a commenté Benzema tandis que Mbappé a lâché un «Oui, oui» d'encouragement. De quoi faire plaisir à l'intéressé.

 


 

Lyon perdant de la baston générale par KO

Foot01.com

Au coup de sifflet final du match entre l’OL et Monaco, une bagarre générale a éclaté sur la pelouse et Clément Turpin a distribué les cartons rouges.

Au total, quatre joueurs ont été exclus après le coup de sifflet final de Clément Turpin : Willem Geubbels, Pietro Pellgri (Monaco), Marcelo et Mattia De Sciglio (Lyon). Durant le match, Maxence Caqueret avait également été expulsé pour deux cartons jaunes logiques. Lyon est reparti de la Principauté avec trois points capitaux en poche, mais cette victoire a coûté très cher aux Lyonnais, qui seront totalement décimés pour la réception de Lorient, samedi à 17 heures au Groupama Stadium. Sur son compte Twitter, le journaliste Vincent Duluc a regretté ces cartons rouges en pagaille, qui vont clairement pénaliser Lyon plus que Monaco dans le sprint final pour la troisième place.

« Le vainqueur de la bagarre est clairement Monaco: suspension de Geubbels et Pellegri contre De Sciglio et Marcelo, il n’y a pas photo. Et l’impact peut être énorme sur le sprint » a pesté Vincent Duluc, dont le constat est similaire à celui dressé par Jean-Michel Aulas au micro de Canal + après la victoire de l’OL sur Monaco dimanche soir. « On n'avait aucune raison de se faire agresser en fin de match. Les deux gamins de Monaco sont venus nous agresser. Geubbels devrait faire attention. Marcelo et De Sciglio ont pris. On n'a plus de joueurs, avec Depay et Caqueret suspendus, mais aussi Denayer blessé. On se retrouve malheureux alors que nous n'y sommes pour rien. Je sais que Turpin a reçu des louanges de la part de Monaco mais ce n'est pas normal. On n'a pas de chance avec l'arbitrage. Je compte sur Canal + pour montrer les images » expliquait malicieusement le président de l’OL au coup de sifflet final sur l’antenne de la chaîne cryptée.

 


 

Garcia et son envie "féroce" de podium

Maxifoot.fr

Dimanche soir, l’Olympique Lyonnais s’est donné le droit d’y croire en renversant l’AS Monaco (3-2) dans le choc de la 35e journée de Ligue 1. Grâce à ce succès, les Gones sont revenus à un point de leur adversaire du soir, 3e du classement, et dans la course au podium. Pour le coach rhodanien Rudi Garcia, les espoirs sont permis et l’objectif parfaitement clair.

"On a tout fait pour jouer notre jeu, on s'est lâchés, on n'a pas calculé. Ils ont marqué, ils ont eu une ou deux situations. Il ne fallait pas se précipiter en seconde période. On savait que si on égalisait, le match changerait d'âme. (…) On revient à un point d'une équipe qu'on dit être la meilleure du championnat, donc on ne doit pas être si mal que cela", a expliqué le coach des Gones en conférence de presse.

"La pression, on n'en avait pas, a poursuivi Garcia. On avait qu'une chose à faire, sortir de ce match en ayant tout fait pour le gagner. Ce qui compte, c'est regarder devant. Je pense qu'il n'y aura pas beaucoup d'équipes qui prendront neuf points (en trois matchs), il faut qu'on soit cette équipe-là. Il n'y a pas de soulagement, mais une envie féroce de finir sur le podium."

 


 

Stats L1 : L'OL seule équipe invaincue en infériorité numérique et remarquable lors des confrontations avec le Top 4

Ligue1.fr via Twitter

 


 

Balbir : «  A Monaco, Lyon n'a pas perdu les pédales »

Butfootballclub.fr

Chaque lundi, Denis Balbir décrypte l'actualité de la Ligue 1. Retour sur le succès de l'OL à Monaco. Un match décisif pour le podium.

« A Monaco, l'OL a joué sa Ligue des Champions (victoire 3-2) et éclairci le panorama du Top 4 français. La lutte pour le titre ne concerne désormais plus que le PSG et le LOSC. Celle pour le podium : Monaco et Lyon. Ce que j'aime dans cette équipe lyonnaise, c'est son esprit de compétition quand elle est dos au mur et face à ses responsabilités. Il est rare que l'OL perde les pédales. Ce genre de match me fait dire que Lyon a vraiment manqué à la France en Coupe d'Europe.

A Louis II, j'ai revu le Lyon de l'Europa League il y a quelques années. Celui plein d'abnégation qui sortait l'AS Roma ou Besiktas. J'ai aussi revu le Lyon du « Final 8 » de la Ligue des Champions. Celui qui était imprégné de l'envie de gagner. Le dépassement de soi est dans l'ADN de cette équipe et on l'a encore vu à Monaco.

« Cette affiche a donné une belle image de la Ligue 1 »

Que ce soit au niveau des déclarations et de la remobilisation d'avant match, le travail a été bien fait pour se remettre de la défaite à Lille. Anthony Lopes est très critiqué pour le penalty qu'il a provoqué. Pour moi, il a réalisé un bon match. Memphis Depay a été grandiose. Les jeunes ont été décisifs. En face, il y avait pourtant une bonne équipe de Monaco. Depuis le début du mois de janvier, l'ASM avait encaissé peu de buts. Face à Lyon, ils en ont pris trois. Cela situe le niveau de la performance des Gones. Lyon n'a pas renoncé et se battra jusqu'au bout pour le podium.

Sur ce match, l'arbitrage fait beaucoup parler. Il y a eu des faits de jeu dont on peut disserter. Pour moi, l'OL doit finir à neuf après l'agression de Tino Kadewere. Clément Turpin, qui est l'un des arbitres qui doit nous représenter à l'Euro, a fait une erreur. Bien sûr, aucun arbitre n'est à l'abri mais celle-ci me paraît évidente. Malgré tout, même si le match s'est fini sur une bagarre et plusieurs exclusions, il a donné une belle image de la Ligue 1.

« L'OL est souvent au milieu des chamaillerie »

Au niveau des déclarations d'après-match, certaines m'ont quand même arraché un sourire. D'Anthony Lopes à Jean-Michel Aulas en passant par Rudi Garcia, tous ont laissé entendre que Monaco avait tendu un piège pour provoquer la bagarre générale. Pour moi, même s'il y a peut-être eu des provocations, les joueurs les plus expérimentés de Lyon (Marcelo, De Sciglio) n'ont pas à prendre de cartons rouges... Surtout après une victoire aussi importante. C'est ridicule. Normalement, dans ces cas-là, tu rentres rapidement au vestiaire. Mais les Lyonnais ont cette mauvaise habitude de rester sur le terrain pour se chamailler.

Je suis souvent dithyrambique sur la manière dont l'OL gère ses chocs en France et en Europe mais je suis aussi assez critique sur le fait que Lyon se retrouve, depuis plusieurs années maintenant, au sein de ce genre de problèmes. Il y en a eu à Marseille, à Everton, à Metz, à Bastia... Les provocations de Léo Dubois lors du dernier derby à Lyon. C'est difficile de parler de guet-apens quand on a ce genre de passif. Je suis toujours embêté quand on se met à accuser les autres. Si l'OL se retrouve privé de deux ou trois joueurs majeurs pour les prochains matchs, ils ne pourront s'en prendre qu'à eux-mêmes. Il faut savoir maîtriser ses nerfs. »

 


 

Fin de saison pour les 4 expulsés de Monaco-Lyon ?

Foot01.com

C'est mercredi que la commission de discipline de la Ligue de Football Professionel va se pencher sur les incidents intervenus après Monaco-OL. Les quatre joueurs expulsés pourraient être suspendus jusqu'à la fin de saisons.

Action, réaction. Les instances du foot français ne vont pas traîner longtemps avant de faire connaître les sanctions décidées après la bataille rangée intervenue à Louis II dans la foulée du coup de sifflet final du choc entre Monaco et Lyon. C’est en effet ce mercredi que les membres de la commission de discipline de la LFP vont se pencher sur le rapport transmis par les officiels après la rencontre ASM-OL et surtout sur les expulsions de quatre joueurs par Clément Turpin, à savoir Pietro Pellegri et Willem Geubbels, du côté de l’ASM, et Mattia De Sciglio et Marcelo, côté OL. Et le quatuor pourrait rapidement comprendre que son attitude n’a pas été du goût des gendarmes du football professionnel. Diffusé en direct sur Canal+ dimanche soir, cette bataille de cour d'école ne restera pas impunie compte tenu de l'image donnée au public. Comme le rappelle L’Equipe, en application des règlements, cette « bousculade volontaire » après la fin du match peut coûter jusqu'à 8 matches de suspension aux autres joueurs.

Mais, compte tenu du calendrier, et du fait que ce bousculade a surtout été verbale et spectaculaire plus que viollente, la commission de discipline pourrait « seulement » suspendre Pietro Pellegri, Willem Geubbels, Mattia De Sciglio et Marcelo jusqu’à la fin de l’actuelle saison de Ligue 1. Une punition qui serait évidemment plus brutale pour l’Olympique Lyonnais, les deux joueurs concernés étant des titulaires en puissance. Quoi qu’il en soit, Etienne Moatti précise qu’aucun autre joueur ne sera sanctionné, les quatre expulsions décidées par Clément Turpin étant les seules au menu de la commission de discipline, ce qui évitera des mauvaises surprises si des images supplémentaires finissaient par prouver l’implications d’autres joueurs.

 


 

Garcia annoncé au Spartak Moscou

Goal.com

L’entraineur lyonnais Rudi Garcia est mentionné comme possible futur coach du club russe du Spartak Moscou.

En fin de contrat à l’Olympique Lyonnais, Rudi Garcia pourrait rebondir en Russie cet été. C’est ce que rapporte le média local Metaratings en évoquant un accord qui aurait déjà été conclu entre le technicien français et le Spartak Moscou.

Garcia attendait une prolongation de la part des dirigeants rhodaniens, mais celle-ci n’est jamais venue. Jean-Michel Aulas n’a cessé de retarder les discussions dans cette optique, afin de voir si son entraineur remplirait ses objectifs, à savoir la qualification pour la prochaine C1. Malgré le succès de dimanche contre Monaco (3-2), c’est encore loin d’être gagné.

Le Spartak est le club le plus titré de Russie. Toutefois, en ce moment, il est à la recherche de son lustre d’antan puisque les « Krasno-beliye » n’ont remporté qu’un sacre national lors des 20 dernières années. Dimanche, ils ont vu le Zenit St-Petersbourg étirer son règne sur le pays avec un troisième titre consécutif.

Garcia comme Courbis ?

C’est Domenico Tedesco qui est actuellement en charge de la formation moscovite. En dépit d’un bilan assez prometteur du côté de l’Okrytie Arena, l’Allemand ne devrait pas rester à ce poste. Il a le mal du pays et souhaite donc rentrer chez lui.
L'article continue ci-dessous

Anton Fetisov, le directeur du Spartak, a été appelé à confirmer la rumeur Garcia. Il s'est contenté de répondre : «Je ne nommerai pas la nationalité du nouveau coach, mais le club a présenté une candidature et a entamé des négociations sur un contrat. Je ne dirai pas non plus son nom et son prénom. Mais c'est un étranger. Pas plus de détails ».

S’il s’engage en faveur du Spartak, Garcia connaitra sa deuxième expérience à l’étranger. Entre 2013 et 2016, il s’était occupé de l’AS Roma.

A noter qu’il y a déjà eu un coach français qui a exercé en Russie. Rolland Courbis avait effectué un bref passage à l’Alania Vladikavkaz en printemps 2004.

 

 

Voir aussi... L'actu du Dimanche 2 Mai // Monaco 2-3 OL : L'After

 

Last modified on mardi, 04 mai 2021 01:23