L'actu du Dimanche 18 Avril

L'actu du Dimanche 18 Avril

Voir aussi... L'actu du Samedi 17 Avril // Nantes - OL : L'Avant Match

Comment Slimani a trouvé sa place à l'OL

Lequipe.fr

L'attaquant algérien de Lyon, titulaire à Nantes, s'est imposé grâce à sa personnalité et son sens collectif.

On ne peut pas le rater sur un terrain. Et en dehors. Ses efforts pour le collectif permettent à l'OL de posséder un premier rideau défensif sacrément efficace, ses mots dans les vestiaires, et ailleurs..., sont devenus aussi célèbres en interne que ses courses. Islam Slimani (32 ans) a la tchatche facile. Il avait même impressionné ses équipiers à Leicester? peu habitués à un tel débit alors qu'il ne parlait pourtant pas la langue à ses débuts...

Slimani ne fait rien à l'économie. Depuis son arrivée à Lyon, il a imposé une personnalité et un style bien à lui mais il n'arrivait pas à percer véritablement les portes du onze de départ. Le changement de système, dimanche dernier, contre Angers (4-2-3-1, 3-0), a permis à l'Algérien de prendre place en pointe, Memphis Depay glissant à gauche, et de réussir une première comme titulaire à ce poste en L1 très intéressante même s'il n'a pas marqué.


Slimani, l'autre option en attaque pour l'OL


Son entrée le 21 mars contre le PSG (2-4) - ponctuée par son unique but en Ligue 1en 13 matches - avait déjà secoué ses collègues avant son départ en sélection où le champion d'Afrique 2019 a brillé, avec notamment un doublé en Zambie (3-3). Djamel Belmadi, son sélectionneur, avait alors mis en avant son comportement, sa mentalité.

Rudi Garcia avait déjà songé à le lancer sur le terrain de Lens (1-1, 3 avril) au retour de cette trêve mais avait finalement opté pour le trio formé par Toko Ekambi, Depay et Kadewere, qui s'est depuis blessé aux ischios. Une ouverture pour Slimani. « C'est dommage que son but inscrit contre Angers ait été invalidé, souligne Garcia, puisque Karl (Toko Ekambi) était hors jeu de très peu. Mais il le mérite, je lui ai dit que c'était pour bientôt. Il travaille, il a un gros jeu de tête. »

Mais aussi une tendance à sortir de sa zone pour participer au jeu comme Depay. « Il est parfois trop dans le décrochage. Avec Memphis, ils ne doivent pas aller tous les deux au ballon. Islam a cette capacité à être collectif, je me demande s'il ne prend pas plus de plaisir à faire marquer les autres qu'à marquer lui-même, insiste l'entraîneur. Je comprends pourquoi Ben Yedder a été prolifique avec lui. »

À Monaco (2019-2020), il a développé cet altruisme que Garcia aimerait parfois moins présent. Léo Dubois apprécie, en tout cas, son profil : « Il nous fait du bien. C'est un point d'ancrage devant. On a réussi à le toucher contre Angers et il a pu dévier, remiser. Et pour un centreur, avoir cette présence dans la surface, c'est intéressant car il a une qualité de reprise en une touche assez exceptionnelle, il faut qu'on s'en serve. » Pour espérer décrocher la Ligue des champions...

 


 

Guimaraes a vécu un cauchemar, gros soutien des supporters

Footradio.com

Ce dimanche soir, Bruno Guimaraes devrait être titulaire pour affronter le FC Nantes sous le maillot de l’Olympique Lyonnais lors de la clôture de la 33e journée de Ligue 1.

Avant d’aborder son étape de montagne, avec la réception de Lille le 25 avril prochain et le déplacement à Monaco le 2 mai, le club rhodanien a une occasion en or pour revenir pleinement dans la course au titre. Suite au match nul du LOSC vendredi, l’OL peut revenir à trois points du leader à cinq journées de la fin. Pour cela, Rudi Garcia pourra compter sur Bruno Guimaraes, de retour à 100 % après une très longue blessure à un genou…

« J’ai joué blessé pendant quatre ou cinq mois. Je suis presque entré en dépression. J’ai passé des moments vraiment difficiles. J’ai fait des efforts pour jouer pour l’OL, pour jouer la Ligue des Champions, alors que je n’étais pas vraiment en état de le faire. C’était un problème au genou. C’était 5 mois d’inflammation et la douleur ne passait jamais. C’était le moment le plus compliqué de ma carrière. J’ai gardé ça avec moi, c’est la première fois que je raconte ça. C’était dur. Mais le plus important, c’est qu’aujourd’hui je me sens en forme. Et j’ai envie, ce qui est le plus important. J’avais perdu ça quand j’avais mon problème au genou », a révélé, sur L’Equipe, le milieu brésilien, qui avait fait des débuts fracassants à l’OL. Ce dévouement pour son club est en tout cas salué par les supporters des Gones sur les réseaux sociaux.


« Le peuple lyonnais est reconnaissant »


@TakenSJ : « C’en est presque “réjouissant” d’apprendre que Bruno Guimarães était handicapé par une inflammation du genou pendant le final 8 parce qu’il avait été moins étincelant qu’à son arrivée en février/mars 2020. Je préfère que ce soit dû à ça plutôt qu’à un manque de niveau ».

@Speliorinho69 : « Ça explique pourquoi Guimaraes était moins bon lors du final 8 que lors de son arrivée le principal c’est que ça aille mieux maintenant et qu’il soit près à tout casser ».

@warfever08 : « Incroyable dévouement de Bruno, ça explique en partie sa “baisse” (toute relative) de niveau. Force Bruno ! Le peuple lyonnais est reconnaissant ».

@Lesly_Seiiseii : « T’es un soldat et un crack, fier que tu sois dans mon club ! ».

@Olinho14 : « Merci Bruno pour ta sincérité et l’amour que tu donnes au club ! ».

 


 

Aulas croit vraiment au miracle pour Depay

Foot01.com

Memphis Depay qui reste à l'Olympique Lyonnais, Jean-Michel Aulas n'a pas perdu espoir de ce scénario difficile à croire avant le mercato.

Quand un joueur en fin de contrat n’a pas prolongé à moins de deux mois de la fin de la saison, ce n’est en général pas bon signe. La priorité est donnée au sportif, ce qui rend parfois les négociations compliquées pour avancer concrètement. C’est le cas de Memphis Depay, qui n’a pas répondu aux propositions de Jean-Michel Aulas au sujet de sa prolongation. L’ancien ailier du PSV Eindhoven et de Manchester United voit son bail se terminer au mois de juin, et peut déjà discuter librement avec les clubs qui le courtisent. Longtemps suivi par le FC Barcelone, le Néerlandais est la priorité de son compatriote Ronald Koeman, mais beaucoup moins de celle du board du Barça, qui ne se voit pas jouer avec un attaquant supplémentaire qui n’a pas un goût prononcé pour le rôle classique de l’avant-centre finisseur. De plus, le club catalan n’a pas une santé financière optimale, et doit régler le cas de Lionel Messi en priorité.

Résultat, Memphis Depay n’a pas encore de touches concrètes pour son avenir, sachant qu’en Italie, il possède également une bonne cote, sans offre réelle. Et la presse espagnole l’annonce ce dimanche en évoquant une éventuelle attente du Barça de voir la situation se débloquer. Il s’agit également de la stratégie de Jean-Michel Aulas, qui ne veut pas se précipiter dans le recrutement d’un nouvel attaquant, car il estime que les formations désireuses de se payer Memphis Depay pourraient avoir du mal à le convaincre, sportivement comme financièrement. Si l’OL termine sa saison sur le podium avec une place en Ligue des Champions, et confirme une offre avec un copieux salaire, le président lyonnais est persuadé que la partie n’est pas totalement terminée. Il est toutefois conseillé au président Aulas de chercher quand même un nouveau buteur, Memphis Depay ayant souvent fait savoir qu’il comptait trouver un autre club d’une autre dimension. Réponse cet été…

 


 

Douze grands clubs européens prêts à lancer une Super Ligue

Lequipe.fr

Douze des plus grands clubs européens, dont le Real Madrid, le Barça, la Juventus, les deux clubs de Manchester et Liverpool, veulent créer leur propre compétition européenne qui va concurrencer la Ligue des champions. À ce stade, le PSG ne fait pas partie du plateau.

La planète football s'apprête à trembler. Et la secousse risque d'être forte. À la veille du comité exécutif de l'UEFA, lundi, qui doit valider le projet de réforme de la Ligue des champions à partir de 2024, douze clubs, et non des moindres, auraient décidé de ne plus participer à la compétition phare gérée par l'instance européenne et de créer une Super Ligue Européenne, comme indiqué ce dimanche par le Sunday Times et le New York Times. trois Espagnols (Real Madrid, FC Barcelone, Atlético de Madrid), trois Italiens (Juventus Turin, AC Milan, Inter Milan) et six Anglais (Liverpool, Manchester United, Manchester City, Chelsea, Tottenham et Arsenal). À ce stade aucun club français ni allemand ne figure parmi les participants, le PSG et le Bayern Munich n'ayant pas donné suite.


Une Ligue fermée sans le PSG ?


L'identité de ces sécessionnistes, qui ont gagné quarante fois la C 1 à eux tous, constitue la pierre angulaire de ce projet. Serpent de mer depuis des années, cette nouvelle compétition semblerait, cette fois, réellement lancée en raison de la détermination affichée par ces clubs, qui s'exposent potentiellement à des sanctions de l'UEFA à ne plus jouer la Ligue des champions la saison prochaine.


Officiel ce dimanche ?


Pourquoi cette compétition ? Les clubs les plus puissants du continent européen voudraient clairement s'affranchir de l'UEFA qui, selon eux, n'a pas répondu à leurs attentes malgré plusieurs mois de tractations. Ils auraient ainsi fait le constat que les audiences globales de la Ligue des champions baissaient, selon eux faute d'attrait, notamment lors de la phase de groupes où trop de matches manquent de réel enjeu. L'annonce officielle de cette Super Ligue européenne pourrait intervenir ce dimanche soir.

 

L'ensemble des acteurs du football préparent une offensive

 

 


 

Ligue des champions féminines : Paris fait chuter l'OL

RMC.fr

Le Paris SG a fait chuter Lyon, quintuple tenant du titre et invaincu en Ligue des champions féminine depuis avril 2017: les Parisiennes se sont imposées (2-1) sur le terrain des Lyonnaises en quarts de finale retour dimanche.

Le coach parisien Olivier Echouafni n’avait pas menti, les féminines du Paris Saint-Germain sont allées à Lyon pour se qualifier dans le dernier carré de la Ligue des champions. Et elles y sont parvenus en l'emportant (2-1) en quart de finale retour. C’est la troisième fois dans l’histoire du club que le PSG accède aux demies de la compétition. Vainqueur des cinq dernières éditions de la C1 et en ballotage favorable après le match aller (1-0), les Lyonnaises sont tombées sur des Parisiennes affamées.

Surprises d’entrée, les filles d’Olivier Echouafni ont parfaitement réagi dans ce match en dominant la rencontre tactiquement et techniquement comme elles l’avaient fait au match aller, à la fois en Ligue des champions et en D1 féminine, en gagnant la bataille du jeu. Sans cesse dangereuse après l’ouverture du score des Lyonnaises (4e), l’équipe parisienne a été récompensée par le but de Geyoro (25e), indispensable à un milieu parisien dominateur, dont la frappe est venue se loger sous la barre de Bouhaddi.


Paris briseur de rêves


Le PSG a poursuivi sa domination et maintenu la pression sans baisser d'intensité, poussant son adversaire à la faute. Les Parisiennes ont pris l’avantage sur un but contre son camp de Wendie Renard. Déterminées à conserver leur but d’avance, les Parisiennes ont défendu cet avantage, mais pas en subissant. Elles ont au contraire cherché à inscrire ce troisième but, celui du chaos, qui aurait scellé leur qualification.

Bouhaddi a remporté un duel avec Bachmann dans l’axe (74e), avant de voir les Parisiennes gâcher une occasion en or d’aggraver la marque (77e). Tiana Endler a elle-même empêché le match de basculer de l’autre côté avec un très bel arrêt sur une frappe à bout portant de Malard, à la réception d’un ballon dévié de la tête par Wendie Renard, qui aurait pu trouver là une occasion de se racheter.

Mais c’est bien le Paris Saint-Germain qui a retourné la situation cette fois-ci, malgré l’expérience inégalable dans ce domaine de l’Olympique Lyonnais, dont l’état de forme incertain après plusieurs jours à l’isolement, en raison d’un cluster Covid-19, a sans doute pesé dans le résultat final. Le PSG, qui restait la dernière équipe à avoir sorti l’OL de la compétition, est encore celle qui met fin à ses rêves européens.

Les équipes masculine et féminine sont ainsi qualifiées pour les demi-finales de la Ligue des champions. Si les hommes défieront Manchester City, les femmes se mesureront au FC Barcelone.

 


 

OL - PSG (fem) : les réactions d'après-match

OL.fr

Les joueuses lyonnaises et leur entraîneur, Jean-Luc Vasseur, ont réagi au micro d'OLTV suite au match face au PSG. Toutes les réactions sont à retrouver sur OLPlay.

Jean-Luc Vasseur

« Il y a énormément de déception. J’ai vu des filles atteintes. Elles ont tout donné. Une bonne préparation pour ce match a manqué. Il aurait fallu plus d’énergie. On a fait pourtant une bonne entame mais on a ensuite reculé. Il fallait prendre en considération les différentes formes. J’ai fait des choix dans ma compositions. C’est dur de prendre ce deuxième but. »
 
Catarina Macario

« On sort d’une grosse période de covid, cela ne nous a pas aidé. On a tout de même donné le meilleur de nous-mêmes. Le match aurait peut-être été différent si on avait pu récupérer physiquement. »
 
Kadeisha Buchanan

« Je suis fière de mes coéquipières. On a vraiment tout donné. Je tire mon chapeau au PSG. Ce n’était pas suffisant. Il y a beaucoup de déception dans le groupe. On est énervées. Mais il faut rester concentrer car il reste le championnat à jouer et à gagner. Le covid-19 a sûrement joué un rôle. Pendant 15 jours, on n’a pas été ensemble. Ce n’est pas la raison pour laquelle on a perdu mais cela a eu son influence. »

 


 

Les Verts ont lâché in extremis et ont rendu les supporters de l’OL fous !

Butfootballclub.fr

Auteur d’un doublé face à l’ASSE, Kylian Mbappé a activement participé à la victoire du PSG dimanche (3-2). De quoi rendre les supporters de l’OL complètement dingues.

Le choc entre le PSG et l’ASSE a failli accouché d’une souris. Pendant 75 minutes, les champions de France ont buté sur une équipe stéphanoise bien en place... qui a même mené au score avant un doublé express de Kylian Mbappé dans le money time.

Non contents de repartir du Parc des Princes avec une défaite rageante dans les valises, les Verts avaient réussi à égaliser grâce à Romain Hamouma mais ce diable de Mauro Icardi a sauté plus haut que tout le monde pour placer une tête hors de portée d’Etienne Green dans les tout derniers instants (3-2).


« On a presque cru que les Verts allaient filer un coup de main à l’OL »


Devant de dénouement aussi fou qu'improbable, les supporters de l’ASSE ont nourri de gros regrets sur Twitter... bientôt rejoints par leurs rivaux de l’OL. Ces derniers ont longtemps cru que les Verts pourraient leur donner un coup de pouce dans la course au titre mais se sont finalement rendus à l’évidence. « On a presque cru que les Verts allaient filer un coup de main à l’OL. Presque », a ironisé le compte OL+.


« ASSE, club définitivement ennemi de l'institution OL »


Le twittos Charly M. est encore tout retourné : « AS Saint-Etienne club ennemi de l'institution Olympique Lyonnais. Erratum : Saint-Etienne club voisin ami de l'institution Olympique Lyonnais. Erratum 2 : AS Saint-Etienne club définitivement ennemi de l'institution Olympique Lyonnais. » Ce n'est donc pas aujourd'hui encore que l'ASSE et l'OL en finiront de leur rivalité historique.

 


 

Ikoné prend position pour l'avenir de Galtier !

Le10sport.com

Le LOSC pourra-t-il compter sur Christophe Galtier la saison prochaine ? Malgré les rumeurs qui l'envoie vers l'OL notamment, Jonathan Ikoné espère que son entraîneur fera le bon choix.

Alors que le LOSC pointe toujours en tête de la Ligue 1, Christophe Galtier reçoit des louanges pour le travail qu'il réalise. À tel point qu'il est des plus convoités, notamment en France, où son nom a récemment été lié à plusieurs équipes françaises à l’instar de l’OGC Nice ou encore de l’Olympique Lyonnais. Pour autant, Christophe Galtier ne semble pas être perturbé, bien au contraire. Interrogé à propos de l'avenir de son entraîneur, Jonathan Ikoné lui a rendu hommage.


« C'est un très bon coach, c'est normal qu'il soit sollicité »


« Oui il faut qu'il reste à Lille. C'est un très bon coach, c'est normal qu'il soit sollicité. Pour l'instant, c'est pareil que moi, il ne pense qu'à la fin du Championnat. Et après il fera le bon choix pour sa carrière », a confié Jonathan Ikoné au micro de Téléfoot.

 

 

Voir aussi... L'actu du Samedi 17 Avril // Nantes - OL : L'Avant Match

 

Last modified on dimanche, 18 avril 2021 20:37