L'actu du Samedi 10 Avril

L'actu du Samedi 10 Avril

Voir aussi... L'actu du Vendredi 9 Avril // OL - Angers : L'Avant Match

Aouar, Kadewere et Benlamri forfait, Dubois, Lopes et Cornet incertains

Lequipe.fr

En conférence de presse d'avant-match, Rudi Garcia, l'entraîneur de l'OL, a annoncé que Houssem Aouar, Tino Kadewere et Djamel Benlamri seraient forfait pour le match face à Angers. Léo Dubois, Anthony Lopes et Maxwel Cornet seront testés aujourd'hui.

Dans ce sprint final en Ligue 1, tous les entraîneurs doivent jongler avec les blessures. Rudi Garcia, l'entraîneur de l'Olympique Lyonnais ne déroge pas à la règle. « Djamel Benlamri, Houssem Aouar et Tino Kadewere sont forfait, a-t-il indiqué, ce samedi en conférence de presse avant le match contre Angers. On doit encore faire des essais aujourd'hui pour Anthony Lopes, Maxwel Cornet et Léo Dubois. » Pour ces trois-là, il a précisé : « Il y a des risques pour les trois qui feront un essai aujourd'hui. »


Aouar devrait revenir la semaine prochaine


L'entraîneur lyonnais est également revenu sur l'état des joueurs absents : « Pour Houssem Aouar, j'ai vu le médecin et le retour ne saurait tarder. Il devrait pouvoir reprendre la semaine prochaine. Pour Tino Kadewere, il s'est blessé à la veille du match (face au Red Star, 2-2, 5-4 aux t.a.b.) ce mercredi. C'est un peu tôt. »

Malgré tout, Rudi Garcia ne s'est pas caché derrière ces mauvaises nouvelles : « Ça ne tombe jamais bien les blessures, mais l'important ce sera d'aller chercher la victoire avec ceux qui sont à 100 %. » L'OL pourra d'ailleurs compter sur Islam Slimani, qui a purgé sa suspension lors du match de Coupe de France face au Red Star.

 


 

Le point presse de Rudi Garcia avant OL-Angers

OL.fr

Rudi Garcia s'est présenté devant la presse à la veille de la réception d'Angers ce dimanche à 21h au Groupama Stadium. La conférence est à retrouver en intégralité sur OLPlay.

LA FORME DU GROUPE

"Jason a parlé de fatigue mentale et physique, je pense que ça se jouera là-dessus, à nous de faire reposer les internationaux dès que possible, c’est eux qui souffrent beaucoup. On a repris le 8 juin, on a eu 1 mois de plus de travail que d’habitude et on est dans le dernier mois de compétition, c’est d’autant plus normal que c‘est une année civile inédite, pour tout le monde, c’est compliqué car il y a beaucoup de règles sanitaires à respecter, en dehors du trajet maison-travail, il ne se passe rien, ça peut être pesant sur le plan psychologique, mais c’est le cas pour tout le monde. Je n’ai pas dit que l’équipe avait mal travaillé à l’entrainement, mais qu’elle ne m’avait pas plu à l’entrainement et dans l’état d’esprit et le plus important c’était dans l’état d’esprit, les joueurs pensaient beaucoup à Angers et pas beaucoup au Red Star Maintenait ils ont tout à fait raison d’être concentré sur Angers."

CE QU'IL FAUT CHANGER

"La réflexion c’est de trouver le bon onze, la complémentarité en fonction des joueurs disponibles et d’avoir une équipe qui continue à se procurer autant d’occasion mais qui les met, et une équipe qui sera aussi plus solide défensivement. On est dans le style d’une équipe qui prend un but à chaque match et ça ce serait bien que ça change, que tout le monde soit meilleur défensivement, depuis mon avant-centre, jusqu’à mon gardien. Ce n’est pas une ligne qui est pointée, on doit mieux défendre et ne pas concéder de buts, ça nous aidera, si on est moins en réussite que ces derniers temps et ça pourrait suffire à gagner le match, le match contre Rennes peut être un exemple. Il faut marquer les premiers et faire en sorte de ne pas encaisser de buts, ne rien donner à l’adversaire, ne pas faire de cadeau, être efficace, c’est normalement le lot des grandes équipes et des choix de jeu qu’on doit savoir faire. Les joueurs savent ce qu’ils ont à faire, ils sont bien conscients de ça, il faut qu’on soit aussi en capacité de continuer à se procurer des occasions et peut être de récupérer le ballon plus vite, on est plutôt bien en contre pressing, il qu’on continue à être performant là-dessus."

MEMPHIS À UN AUTRE POSTE

"L’association avec Islam en coupe a été bonne, on peut jouer à deux pointes et Memphis peut se décaler sur un côté mais on peut aussi continuer avec ce qui fait de nous l’une des meilleures attaques du championnat, c’est-à-dire Memphis en pointe et des joueurs sur les côtés, on Karl on a Rayan, on a Maxwel Cornet qui peut monter d’un cran, pour Islam c’est plus compliqué de jouer à droite. Ce qui est certain c’est qu’il faut compter sur nos forces offensives, il faut que le danger vienne d’ailleurs, il doit venir de Paqueta, des coups de pieds arrêtés, on ne peut pas tout miser sur nos attaquants un très joli but. C’est une équipe qui a des arguments et un très bon coach, on sait à quoi s’attendre mais peu importe qui on joue on a besoin des de 3 points."

 


 

Denayer « On doit se réveiller »

OL.fr

À la veille du match OL-Angers, Jason Denayer était en conférence de presse. Retrouvez l'intégralité de ce moment sur OLPlay.

L'ÉTAT D'ESPRIT DU GROUPE

"La réponse c’est le mental, il y a eu un relâchement mental et c’est ce qui a changé, mais c’est là qu’on doit être fort et que l’on a la capacité à aller au-delà de ça. Chacun a sa manière de se réveiller mentalement, c’est à nous de trouver la solution dans le vestiaire. Toutes les équipes dans le haut du tableau ont énormément de qualités, la différence se fait sur le plan du mental, la réussite touche toutes les équipes qui y croient vraiment comme elle nous a touché, maintenant il faut y croire. C’est important de voir ce qu’il y a aussi de positif, on est encore dans la course"
 
QUEL SOUVENIR D'ANGERS

"Du match aller je retiens les 3 points, c’est un adversaire physique, qui joue avec ses points forts et qui est toujours compliqué pour nous."

SON AVENIR

"On est en bonne discussion avec l’OL, on est en train d’essayer de se mettre d’accord  sur les points qui restent à régler. Ce sera avec un grand plaisir de rester ici. C’est le club qui m’a permis d’être stable, qui a eu confiance en moi, c’est un peu normal de leur rendre la pareille"

 


 

Coupe de France : L'OL défiera Monaco en 1/4 de finale

OL.fr

Après avoir éliminé le Red Star ce jeudi, l'OL affrontera Monaco pour le compte des 1/4 de finale de la Coupe de France.

24 heures tout juste après la qualification sur le terrain du Red Star, le tirage au sort des 1/4 de finale de la Coupe de France a eu lieu ce vendredi soir durant l'émission "Tout le sport" sur France 3. Et l'OL n'a pas été épargné, en héritant de l'AS Monaco. La rencontre se disputera au Groupama Stadium le mardi 20 ou le mercredi 21 avril prochain.

Olympique Lyonnais (L1) – AS Monaco (L1)
Paris Saint-Germain (L1) – Angers SCO (L1)
Canet-Roussillon FC (N2) – Montpellier HSC (L1)
GFA Rumilly-Vallières (N2) – Toulouse FC (L2)


 

Clap de fin sur une piste de Lyon à l’étranger

Foot-sur7.fr

La rumeur concernant l’intérêt de l’ OL pour un ancien joueur de Ligue 1 évoluant en Espagne n’est pas allée bien loin. Avant même l’ouverture du mercato d’été, la piste se serait refermée.


Aïssa Mandi serait d'accord avec l'Inter


L’ OL a été annoncé sur la liste des prétendants d’Aïssa Mandi, dont le contrat au Betis Séville prend fin le 30 juin 2021. Juninho lorgnerait le défenseur central, afin de faire une bonne affaire, car il sera libre de tout engagement dans deux mois et demi. Pour recruter l’Algérien, le club rhodanien ne débourserait donc pas un euro, comme il l’a fait pour son compatriote, Djamel Benlamri, l’été dernier. Mais le dossier Aïssa Mandi à l’Olympique Lyonnais se serait évanoui aussitôt. D’après Estadio Deportivo, ce dernier a décidé de ne pas revenir en Ligue 1. La source espagnole croit savoir que l’arrière dont le nom est associé à l' OL depuis l'été dernier a déjà trouvé un accord avec l’Inter Milan pour l’été. Leur accord porterait sur un contrat de quatre saisons et un salaire de deux millions d’euros par an.


L'ex-défenseur de Reims connait pourtant bien la Ligue 1


Aïssa Mandi a été formé au Stade de Reims (2000-2009). Après avoir fait ses classes en D3, puis en Ligue 2 entre 2009 et 2012, il a découvert l’élite lors de l’exercice 2012-2013. Le natif de Marne a joué pendant quatre saisons consécutives (2012-2016) en Ligue 1 avant son transfert au Betis. Il a totalisé 126 matchs dans l’élite en France, pour 13 buts et 8 passes décisives sous le maillot rémois. S’il choisissait de revenir dans l’hexagone, le joueur de 29 ans n’aurait donc aucun souci d’adaptation. Il faut dire que l’arrivée d’Aïssa Mandi à l’ OL ne serait pas sans conséquence directes, car Rudi Garcia compte actuellement 4 défenseurs axiaux dans Sion équipe : Marcelo Guedes (prolongé la semaine dernière jusqu’en 2023) , Jason Denayer, Sinaly Diomandé (20 ans) et évidemment Benlamri. Il faut également compter Joachim Andersen, lié aux Gones jusqu’en 2024 et prêté à Fulham FC, pour la saison actuelle.

 


 

Memphis Depay, la tête ailleurs ?

Sport24.fr

Si l'OL tourne au ralenti depuis plusieurs journées, son capitaine Memphis Depay perd lui en influence sur le terrain. Une corrélation de mauvais augure pour le sprint final de l'OL, qui débute ce dimanche contre Angers (21h).

La dernière fois que Lyon et Angers s’étaient affrontés dans la capitale des Gaules, les Lyonnais avaient réalisé un véritable festival (6-0). Un feu d’artifice qui portait notamment le sceau de Memphis Depay, double buteur et passeur génial pour Jean Lucas en août 2019. L’époque, qui marquait les débuts en fanfare du court mandat de Sylvinho (il sera remercié début octobre), est désormais révolue. Depuis, l’OL est placé sous les ordres de Rudi Garcia et depuis peu, son capitaine néerlandais affiche un nouveau et une envie à des années lumières de celui entrevu lors de la dernière visite d’Angers au Groupama Stadium.

Après un départ canon (il a inscrit 14 buts cette saison en L1), Memphis Depay marque le pas depuis plusieurs semaines. Ainsi, avant son but, certainement le plus facile de sa carrière, sur la pelouse du Red Star en Coupe de France jeudi (2-2, 5-4 aux t.a.b), l’international hollandais (62 sélections, 23 buts) n’avait plus inscrit le moindre but depuis près de deux mois. «Mon rôle n’a pas changé, c’est de battre pour mon équipe et de créer des occasions», martelait-il trois semaines plus tôt, à la veille de la réception du PSG (2-4). Mais celui qui est aussi un excellent passeur (9 assists cette saison) n’avait été que l’ombre de lui-même, sorti en conséquence avant l’heure de jeu par son entraîneur.

Signe d’un déclassement ? Plutôt d’un manque de forme pour l’attaquant de 27 ans, qui est de nouveau apparu en grande difficulté contre Lens (1-1) et le Red Star, pourtant pensionnaire de National. Rudi Garcia semble d’ailleurs maintenir sa confiance envers celui qu’il a élu capitaine à son arrivée sur le banc rhodanien, au mois d’octobre 2019. «Il a pris la mesure du rôle de capitaine, s’est satisfait l’ancien entraîneur de la Roma. Son rôle habituel est d’être capitaine et leader attaque, ce qu’il fait admirablement bien depuis longtemps. Mais il a encore des choses à améliorer. Il a besoin que l’on lui fasse confiance, qu’on soit honnête avec lui, même quand on est pas d’accord.»


Le spectre d'un départ en fin de saison


Des responsabilités que continue de lui conférer son entraîneur, auquel le Batave se dit d’ailleurs très reconnaissant. Mais cette relation semble toucher à sa fin, alors que l’avenir à l’OL des deux hommes demeure pour le moins incertain. Surtout pour le capitaine de l’OL, dont la fin de l’aventure entre Rhône et Saône semble actée. «Memphis est un joueur hors norme, j’espère qu’il sera encore là la saison prochaine, voulait encore croire Garcia mi-mars. Son absence peut démontrer quel joueur il est, il est l'un des top players de la planète foot actuelle.»  

Et quand Memphis va, tout va pour l’OL, tributaire du mouvement et des inspirations de son attaquant. Ses récentes absences - sur le terrain - se sont d’ailleurs traduites sur le plan comptable, avec 2 points pris seulement sur 9 possibles. La tête ailleurs, Depay ? S’il ne cachait pas sa déception au sujet de son transfert avorté au Barça, le Hollandais n’a pas abandonné l’idée de rejoindre son ex-sélectionneur Ronald Koeman l’été prochain, alors qu’il sera libre de tout contrat. L'absence récente de ses publications liées à l'OL sur les réseaux sociaux sonne comme un autre signe de sa mauvaise passe et d'une potentielle fin d'aventure avec le club rhodanien.

Une incertitude demeure parmi d’autres, sa fin de saison avec l’OL. S’il semble acquis que l’ancien de Manchester United ne sera pas le joueur qui soulèvera le trophée Hexagoal en fin de saison (Lyon compte 9 points de retard sur Lille), il devrait veiller à assurer l’avenir européen des Gones, dont l’objectif initial était le retour en Ligue des champions l’an prochain. Histoire que la belle histoire ne se termine pas en eau de boudin.

 


 

Aulas accusé par un vieil ennemi

Foot01.com

Plongé dans une période compliquée du côté de l'Olympique Lyonnais, Rudi Garcia n'a plus vraiment le soutien de son groupe...

On dirait bien que la fin de saison va être pénible chez les Gones. Même si le club rhodanien peut encore réaliser le doublé L1 - Coupe de France, l'OL est plutôt en passe de tout perdre, et notamment en championnat. Relégué à la quatrième place, à cinq points de la tête, après une mauvaise série de trois matchs sans victoire, Lyon n'a donc peut-être plus que la Coupe pour rêver un peu. Mais là encore, l'OL est passé tout proche de la correctionnelle face au Red Star jeudi. Devant au score, Lyon s'est fait égaliser en fin de match avant de l'emporter aux tirs au but. Un coup de chaud contre un club de National qui montre que Rudi Garcia est en grande difficulté sur le banc de touche de l'OL. Et ce n'est pas Jean-Michel Larqué qui dira le contraire.


« Garcia vit un moment compliqué et ses dirigeants ne l'aident pas beaucoup »


« Rudi Garcia a perdu la main sur son groupe. C'est un peu de sa faute, et beaucoup celle de son club, qui l'a mis dans une mauvaise situation. Son groupe est quatrième de Ligue 1. La patate est extrêmement chaude. Peut-être que l'OL ne se qualifiera même pas pour la Ligue des Champions. En tout cas, des quatre équipes en lice pour le podium, ce sont les plus mal lotis... Ils font la moins bonne impression. C'est difficile de crier sur ses joueurs quand tu n'as plus la main sur ton groupe. Ça ne sert strictement à rien. C'était la même chose pour Eyraud, quand il avait poussé un coup de gueule à l'OM, quelques semaines avant son départ... C'est comme pisser dans un violon. Garcia a perdu la main. Mais est-ce que ce n'est que de sa faute ? Il est fragilisé de toutes parts et les dirigeants de l'OL ne font rien pour asseoir l'autorité de l'entraîneur. Ce qui s'est passé contre le Red Star, je veux bien que ce soit l'entraîneur, mais les joueurs n'ont pas le droit... S'ils se sentent tranquilles ou s'ils pensent déjà au futur, les joueurs ne forcent pas. Garcia vit un moment compliqué et ses dirigeants ne l'aident pas beaucoup pour sortir de cette situation », a balancé le consultant de RMC, qui pense que le sprint final de l'OL va être gâché à cause de Garcia et de ses dirigeants... Ce qui serait un vrai gâchis, au moment où Lyon peut dépoussiérer son palmarès pour la première fois depuis 2012.

 

Voir aussi... L'actu du Vendredi 9 Avril // OL - Angers : L'Avant Match

 

Last modified on samedi, 10 avril 2021 19:02