L'actu du Mercredi 7 Avril

L'actu du Mercredi 7 Avril

Voir aussi... L'actu du Mardi 6 Avril // Red Star - OL : L'Avant Match (avec interview de Steve Marlet)

Garcia : « J’attends de l’action de mes joueurs »

OL.fr

Le coach lyonnais, Rudi Garcia, était devant les journalistes à la veille du 1/8 de finale de Coupe de France face au Red Star. L'intégralité de la conférence de presse est à retrouver sur OLPlay.

Point santé

« Lopes, Dubois, Kadewere, Aouar, Benlamri, Slimani (suspendu) sont forfait. On verra pour Cornet s’il est apte. Kadewere s’est fait mal hier à l’entraînement sur une frappe. Je mettrai la meilleure équipe pour se qualifier. Il est hors de question de penser à Angers. Il n’y a pas de question de fatigue. Un changement de système est possible. On peut trouver d’autres possibilités. On est en pleine réflexion avec l’absence de Tino… On verra quelles sont les prévisions de retour pour Aouar. »
 
Un match piège face au Red Star ?

« Ce qui compte est le mental de l’OL. Il faut respecter cette équipe. Ils ont éliminé Lens au dernier tour, une équipe qu’on n’a réussi à battre ce week-end. Il faut jouer au maximum. On ne se qualifiera pas si on a l’état d’esprit que je vois depuis ce week-end. On fait des entraînements moins bons en ce moment. J’espère qu’ils seront au rendez-vous. Vous pouvez compter sur moi pour leur rappeler. Je trouve que l’état d’esprit n’est pas bon. Ils pensent plus à Angers qu’au Red Star. Ce match est piège surtout pour ça. On est professionnels et il faudra faire le travail avec un état d’esprit à 100%. Je pense qu’ils vont le comprendre facilement. »
 
Les forces du Red Star

« Il faudra contrecarrer les forces de cette équipe car ils en ont. Elle a des atouts, du physique. Il faudra être présent dans tous les domaines. C’est une équipe athlétique. Il y a de la qualité devant et sur les côtés. Cheikh Ndoye, qu’on connaît bien, est expérimenté et a des qualités bien spécifiques. Le terrain synthétique ? C’est le même terrain pour tout le monde même si on est moins habitués. On s’est entrainés dessus. Je n’ai rien dire à ce sujet. »

Les critiques après Lens

« Celles les plus importantes sont celles qu’on a en interne. Je ne change pas d’avis sur le fait que tout s’est joué dans leur surface. On n’a jamais eu autant de situations de face-à-face depuis le début de saison. Il faut être plus tueur. J’attends de l’action de mes joueurs. L’attitude ne m’a pas déplu à Lens mais il faut maintenant agir et être efficace. Il faut arrêter de faire flamber les gardiens adverses. »
 
Une remobilisation

« Il faut rappeler à l’équipe ce qu’elle a fait et comment elle l’a fait. On ne peut que faire mieux. Il y a un match de 1/8 à jouer. Le plus important est de se qualifier. Et il faut être dans un état d’esprit positif, déterminé, collectif. Ce n’est pas usant de le rappeler. Cela peut l’être quand on manque d’expérience. Il faut le faire, notamment avec les plus jeunes. Tout est encore possible. On est en course pour tout. Il faut mettre les ingrédients nécessaires à ce genre de rencontres. Tous les joueurs ont une carte à jouer. Il faut suivre ceux qui ont beaucoup d’envie. Il y en a et des leaders en particulier. Ceux qui vont entrer dans cette équipe vont déborder d’envie. »
 
L’état de forme Memphis

« Memphis a manqué d’énergie à Lens, d’un coup de rein pour être plus décisif. Cela ne nous a pas empêché de se créer des occasions. Les internationaux ont eu un jour de repos. Il faut de la fraicheur et du mental. Il faut se faire violence, ils savent que l’OL a besoin d’eux pour gagner. »

 


 

Pollersbeck : « Un match complètement différent du championnat »

OL.fr

Julian Pollersbeck s'est présenté en conférence de presse à la veille du huitième de finale de Coupe de France contre le Red Star. Retrouvez l'intégralité de ce moment en replay sur OLPlay.

Sa situation au club

« Je me sens bien ici, quand je suis arrivé je savais que je serais le deuxième gardien. Pour le moment je suis bien et suis reconnaissant de pouvoir jouer en coupe de France. Et j’espère qu’on ira en finale pour que je puisse jouer le plus possible. »
 
Sa découverte du football français

« Je connaissais un petit peu, je ne le regardais pas souvent. Mais je vois quelques différences avec l’Allemagne. Le niveau est plus moins le même que là-bas. J’aime le football ici, c’est une mentalité différente. J’ai eu beaucoup l’occasion pour observer les joueurs depuis le banc. »
 
Un temps de jeu inconstant

« C’est un petit peu difficile, mais je m’y suis habitué. Dans mon ancien club il m’est arrivé la même situation et finalement j’ai dû jouer beaucoup de matches importants en fin de saison. Pour moi ce n’est pas si important, j’ai eu des matches avec la Nationale 2, on s’entraine bien. Je sais que je serais bien préparé. »
 
Sa cohabitation avec Lopes

« Nous nous entendons très bien. J’aime beaucoup travailler avec lui, nous ne parlons pas la même langue mais on arrive à communiquer en français ou en anglais. Je prends des cours de français toutes les semaines. C’est un style de gardien différent de moi, mais j’apprends beaucoup de lui. C’est un très bon gardien, il est plus expérimenté. J’espère qu’il peut aussi apprendre de moi ! »
 
L’approche du match contre le Red Star

« C’est complètement différent du championnat, tout se joue sur un match. Nous sommes concentrés sur la Coupe de France, on a envie de la gagner. Ça reste le plus court chemin vers un trophée. Ces adversaires qui viennent des divisions inférieures sont toujours difficiles car c’est le match de l’année pour eux. On devra être à 100%, on se prépare bien, on s’est entraîné sur du synthétique pour être dans la même situation que lors du match. »

 


 

De Sciglio, Lyon refuse de payer un transfert

Foot01com

Prêté cette saison à l'Olympique Lyonnais par la Juventus, Mattia De Sciglio ne dit pas non à un transfert définitif à l'OL. Mais Juninho et Jean-Michel Aulas ne sont pas emballés.

L’Olympique Lyonnais a obtenu le prêt sans option d’achat de Mattia De Sciglio, une opération réalisée par Juninho à la demande de Rudi Garcia. Le latéral de 28 ans a clairement fait savoir à plusieurs reprises qu’il se sentait bien à Lyon et qu’il était prêt à définitivement quitter la Juventus pour s’engager avec le club rhodanien. Une option qui semblait tenir la corde ces dernières semaines, l’international italien étant notamment évoqué dans le cas d’une opération avec Houssem Aouar. Mais ce mercredi, David Barbet, insider lyonnais, a annoncé que Mattia De Sciglio n’était pas une priorité de l’Olympique Lyonnais et que sauf retournement de situation le défenseur allait repartir à la Juventus une fois la saison terminée.


De Sciglio, c'est 0 euro ou rien à Lyon


Pour David Barbet, il est impossible que Jean-Michel Aulas dépense le moindre centime concernant le latéral italien. « Concernant Mattia De Sciglio, je pense qu’effectivement c’était une volonté de Rudi Garcia de le faire venir. Alors oui c’est un joueur qui fait des prestations correctes, mais qui n’est pas un top joueur. De ce que je sais, il est plus proche de retourner à la Juventus que de rester à l’Olympique Lyonnais. Le seul moyen qu’il reste à Lyon serait que la Juventus le libère de son contrat, et là l’OL regardera pour le conserver. Mais s’il y a une indemnité de transfert, alors Mattia repartira d’où il vient », a expliqué, dans un live sur Twitch, le journaliste proche de l'Olympique Lyonnais. La signature de De Sciglio à Lyon n'est donc pas acquise, contrairement aux rumeurs et aux espoirs de l'international italien. On voit en effet mal la Juventus céder son joueur, qui a encore un an de contrat, le prochain mercato étant le dernier pour le vendre.

 


 

Conte et Klopp défient Juninho au mercato

Foot01.com

A en croire les informations de la presse espagnole, l’Olympique Lyonnais est intéressé par Aïssa Mandi en vue du mercato d’été.

Transfuge de Reims en 2016, l’international algérien de 29 ans s’est imposé comme un joueur incontournable au Bétis Séville. Capable d’évoluer en défense centrale et au poste de latéral droit, il n’a toutefois pas encore prolongé son contrat en faveur du club andalou, alors que celui-ci expire au mois de juin prochain. Une situation dont aimerait profiter l’Olympique Lyonnais, qui vient pourtant de prolonger Marcelo à ce poste. L’opportunité est trop belle pour Juninho, qui apprécie les qualités d’Aïssa Mandi et qui n’envisage pas une seconde de laisser filer un tel joueur disponible pour zéro euro. Reste que selon les informations de Gol Digital, il va falloir composer avec une concurrence assez effrayante pour l’OL…


L'Inter et Liverpool sur Mandi, l'OL aussi


Et pour cause, le média espagnol croit savoir que deux géants du football européen sont également très attentifs à la situation d’Aïssa Mandi. Grand adepte de la défense à trois axiaux, Antonio Conte estime que l’ancien joueur du Stade de Reims a le profil idéal pour intégrer son dispositif tactique à l’Inter Milan. Plus que jamais en course pour être champion d’Italie, le club nerazzurri a de sérieux atouts pour convaincre le joueur. Mais le second club intéressé est susceptible de tout faire basculer puisqu’il s’agit de Liverpool.

Décimés par les blessures en défense centrale cette saison (Joe Gomez, Virgil Van Dijk, Joël Matip), les Reds ont retenu la leçon et souhaitent considérablement étoffer ce secteur de jeu afin de compenser une éventuelle deuxième hécatombe. En ce sens, Aïssa Mandi plaît à Jürgen Klopp, qui apprécie aussi bien les qualités de l’Algérien que sa polyvalence. En rejoignant les Reds, le défenseur du Bétis Séville pourrait à la fois être la doublure du duo Gomez-Van Dijk que le suppléant d’Alexander-Arnold à droite. Reste maintenant à voir qui sera le plus offrant au niveau salarial et quel club aura les faveurs de Mandi d’un point de vue purement sportif.

 


 

Garcia ne sera pas viré avant la fin de saison

Foot01.com

Compte tenu du passage à vide de l'Olympique Lyonnais, Rudi Garcia est évidemment encore plus ciblé par le tribunal des réseaux sociaux. Cependant, l'entraîneur de l'OL ne craint rien à court terme.

Candidat au titre de champion de France il y a seulement quelques semaines, l’Olympique Lyonnais a reculé dans la hiérarchie et après son nul à Lens, l’OL pointe à 5 points du leader Lille, et a surtout quitté le podium de la Ligue 1. Avec seulement deux points pris en trois matchs, l’équipe de Rudi Garcia cale au pire moment, puisque Lille, le PSG et surtout l’AS Monaco carburent dans le même temps à plein régime. En quête d’un ticket de Ligue des champions, dont on connaît la valeur financière, Jean-Michel Aulas a fermement soutenu son entraîneur, mais le président de Lyon sait également que son club a besoin presque impérativement de jouer la prochaine C1. Alors, l’hypothèse d’un départ immédiat de Rudi Garcia, sous contrat jusqu’au 30 juin, a été évoquée, l’idée étant de secouer le cocotier afin de relancer Anthony Lopes et ses coéquipiers. Une idée qui a évidemment reçu le soutien de supporters lyonnais sur Twitter.

Cette solution n’est cependant pas du tout à l’ordre du jour. Comme l’a expliqué David Barbet, dans un live, Rudi Garcia est et restera sur le banc de l’Olympique Lyonnais jusqu’à la fin de l’actuelle saison. Si l’avenir de l’ancien coach de l’OM à l’OL est loin d’être assuré, il est hors de question d’envisager une mise au placard du coach aussi près de la fin de saison. Pour la suite, l’insider explique que Jean-Michel Aulas et Juninho réfléchissent encore à ce qu’ils feront, même si la tendance n’est pas à une prolongation de contrat pour Rudi Garcia. Ce dernier a encore sept matchs de Ligue 1 pour inverser les choses.

 


 

Alan Dzabana, Red Star : « l’OL ça restera le club qui m’a construit »

Footmercato.net

Buteur héroïque au tour précédent contre le RC Lens, Alan Dzabana, dit Dzabagoal, retrouve l'OL ce jeudi en huitième de finale de Coupe de France. L'occasion de rétablir certaines vérités sur ses parties de ping-pong avec Anthony Martial, croiser un bon paquet d'anciens partenaires, et pourquoi pas lancer pour de bon une carrière qui bat de l'aile depuis son départ de Lyon.

Foot Mercato : c’était il y a presque un mois maintenant, tu entres à la 78e minute en seizième de finale de Coupe de France face à Lens, Diego Michel égalise à 2-2 dans la foulée, et toi tu arraches la qualification à la 90e. Ton deuxième but cette saison, ton premier avec le Red Star. A quoi tu penses quand tu te remémores ce but ?

Alan Dzabana : c’est une fierté d’avoir marqué mon premier but au Red Star en match officiel, et d’autant plus à Bauer. Pour moi, c’est un stade emblématique. Ça m’a retiré un poids, aussi. Je suis venu au Red Star pour ça, pour retrouver de la confiance et enchaîner les matches. Maintenant ça reste à confirmer, à moi de continuer d'aller de l’avant. Comment c'était dans le vestiaire après la rencontre ? Honnêtement on a très bien fêté ça, on était très heureux, mais on s’est vite reconcentrés sur le prochain match. En championnat on enchaîne pas mal les matches, on en a presque deux par semaine, donc on a pas eu le temps de s’éterniser sur cette victoire face à Lens (3-2, le 6 mars).

Foot Mercato : revenir en Île-de-France cet hiver, là où tu es né et où tu as fait ta préformation (AS Breuilloise - Brou-sur-Chantereine - dès 5 ans, puis à l’US Torcy jusqu’en U15), c’est devenu une évidence pour toi quand tu as eu l’offre en main, et après le HAC ?

AD : clairement. La proximité que j’allais pouvoir retrouver avec ma famille, avec qui je suis très proche, a beaucoup compté. Ensuite, le projet du Red Star, avec l’objectif de montée en Ligue 2, la construction du nouveau stade Bauer qui sera prêt pour la saison prochaine et le centre d’entraînement, tout ça, ce sont des facteurs qui ont fait que j’ai sauté sur l’occasion. J’ai déjà eu des offres de National l’an passé, mais j’étais dans une autre dynamique, dans le sens où je voulais tout faire pour m’imposer au Havre. Mais ça s’est pas goupillé comme ça.

Foot Mercato : demain, en huitièmes, tu retrouves l’OL, ton club formateur. T’as réagi comment au moment du tirage ?

AD : ça fait plaisir, l’OL ça restera le club qui m’a construit. Si je suis le joueur que je suis aujourd’hui, avec ce bagage technique, c’est en partie grâce à ce club-là. Et puis je vais retrouver certains joueurs.

Foot Mercato : tu penses à Houssem Aouar ?

AD : il y a Houssem oui, mais aussi Maxence Caqueret, Melvin Bard, plusieurs joueurs pros avec qui j’étais quand je montais aux entraînements, et aussi Tino Kadewere, avec qui j’ai évolué au Havre. Avec Houssem il y a pas ce lien qui a été gardé. Sur les réseaux il y a certains joueurs avec qui on peut échanger, mais avec Houssem on a pas maintenu ça. C’est plus le cas avec Maxence Caqueret.

Foot Mercato : quand tu repenses à ces quatre années de formation (de 2012 à 2016, avant la réserve puis d'être transféré), votre superbe génération, la légèreté du football de jeunes aussi, tu as une forme de nostalgie ?

AD : on oublie jamais ses années de centre. J’en garde de très bons souvenirs, notamment le titre de champion U17. Pour la petite histoire, j'étais au centre avec Anthony Martial, moi c’était ma première année, et lui sa dernière comme c’est un 95. Et on jouait souvent au ping-pong, sauf que je le battais à chaque fois ! (Rires) Je garde vraiment de bons souvenirs de tout ça, avec le coach (Armand) Garrido qui m’a beaucoup aidé, qui m’a donné de nombreux conseils. J’aurais aimé que ça se termine différemment, j’aurais aimé avoir avec quelques minutes en pro, mais ça n’a pas été possible. La vie continue, on ne s’arrête pas à ça !

Foot Mercato : à l'OL, tu as notamment gagné le championnat de France U17 en 2014, en marquant en finale contre un PSG très costaud - avec notamment Nkunku, Ikone, Édouard ou Augustin -, avant d’être finaliste du championnat U19 en 2016 (L'OL s'incline cette fois en finale, contre ce même PSG). Le PSG que tu as recroisé en juillet dernier avec le Havre, un mois avant que le club soit finaliste de la Ligue des champions (défaite 9-0, amical). C'était comment ?

AD : jouer face à des grands joueurs c’est impressionnant, on a plus l’habitude de les voir à la télé. Je fais référence à Neymar. Après, j’en garde pas vraiment un bon souvenir parce qu’on a pris 7 quand même (9 en réalité, NDLR), ce qui est énorme, mais par contre c’est intéressant de voir comment ces joueurs se comportent en vrai.

Foot Mercato : le surnom Dzabagoal, qui te l’a donné en premier ?

AD : ce sont les supporters lyonnais, après mon premier but en amical avec l’OL face à Bourg-en-Bresse.

Foot Mercato : quand t’arrives à Lyon, à 14-15 ans, tu dis que tes idoles sont Lisandro López et Michel Bastos. C’est pour faire bien avec ton nouveau club ou tu le penses vraiment ?

AD : Non ! J’ai dit ça parce qu’à l’époque c’était les joueurs phares de Lyon ! Je m’inspirais d’eux, maintenant c’est plus le cas.

Foot Mercato : et Eden Hazard, c’est toujours ton modèle ?

AD : c’est plus compliqué maintenant vu qu’il est blessé, mais je m’inspire de Mbappé, dans sa faculté à être rapide dans les derniers mètres, à faire des appels dans la profondeur, et Neymar, même si c’est pas une source d’inspiration, techniquement ce qu’il fait c’est tellement élégant à voir.

Foot Mercato : à Lyon, en mars 2017 (à l’âge de 19 ans), tu signes pro, et dans la foulée tu es appelé par le Congo, mais tu ne rejoins finalement pas la sélection. Tu as des regrets par rapport à ce choix ?

AD : je ne regrette pas parce que je sais qu’en montrant de bonnes choses je pourrais aspirer à aller en sélection. A l’époque je voulais me concentrer sur mon club, je voulais trouver un endroit où je pouvais m’installer, faire ma place, pour ensuite penser à la sélection. Mais la porte n’est pas fermée.

Foot Mercato : quand on parle de Dzabana et du Congo, on pense souvent à Germain «Jadot», ton grand-père. Tu t’es renseigné un peu sur sa carrière ?

AD : son petit frère m’a beaucoup parlé de lui. Quand je suis allé au Congo en 2012, certains de ses anciens amis m’ont aussi parlé de lui. C’était un joueur avec énormément de talent, qui jouait numéro 10, malheureusement il est décédé très jeune (29 ans, NDLR). Pour la petite anecdote, il a mis un petit pont à Pelé, c’est plutôt pas mal !

Foot Mercato : à l’OL tu as aussi un record, tu es le meilleur buteur de l'histoire du club sur une saison de réserve (2016-2017), devant Alexandre Lacazette. C’est important ou anecdotique pour toi ?

AD : cela reste une fierté. Cela veut dire que j’ai fait du bon boulot cette saison-là et que ça va être compliqué pour un autre joueur de battre mon record.

Foot Mercato : si tu marques jeudi, tu célèbres ?

AD : … (Sourire) Honnêtement, ça va dépendre du but. Ce genre de choses ça ne se contrôle pas. Si c’est le but qui qualifie l’équipe comme face à Lens, bien sûr que je célèbre !

Foot Mercato : en fin de semaine, vous jouez aussi le Sporting Club de Lyon avec le Red Star. Cette semaine elle est pour toi. Tu vois ça comme le moment parfait pour définitivement lancer ta carrière, alors que tu viens d’avoir 24 ans ?

AD : ce sont deux matches qui peuvent changer le cours d’une carrière, c’est vrai. Après, la priorité du club c’est la montée en Ligue 2, donc il faut tout donner face à l’OL, mais surtout vite rebasculer derrière.

 


 

Lyon, Lille, Nice, Christophe Galtier a l’embarras du choix

Goal.com

Coach en vogue en Ligue 1, Galtier n’a pas encore décidé pour son avenir. Mais l’entraîneur lillois a une offre de Nice.

Restera, restera pas ? Les dirigeants du LOSC sont suspendus à la décision de Christophe Galtier concernant son futur. Mardi, sur les ondes de RMC, Olivier Létang a confirmé son désir de voir l’entraîneur français continuer chez les Dogues à l’issue de la saison qui pourrait se terminer avec un titre de champion de France.

"Quand vous êtes très heureux de la collaboration avec quelqu’un, vous avez envie qu’elle perdure. Je souhaite que Christophe reste et que nous discutions de la prolongation de son contrat. Il est concentré sur la fin de saison. L’objectif, c’est de poursuivre la collaboration avec Christophe. Aujourd’hui, Jean-Michel Aulas n’a pas appelé. Il n’y a aucune discussion, Christophe l’a dit aussi. Les choses sont assez claires."

Mais l’ancien président du Stade Rennais est conscient que son entraineur, qui assure que Lille sera son premier intermédiaire, est courtisé que ce soit dans l’Hexagone qu’en dehors des frontières françaises. Galtier n’a jamais caché que diriger une équipe étrangère faisait partie de ses plans. Mais le fera-t-il dès cet été ou à l’issue de son contrat en 2022 ? Mystère. En tout cas, il a déjà en main une offre venue d’un club.

Non, il ne s’agit pas de l’Olympique Lyonnais où le nom de Galtier revient en bonne position pour prendre la succession de Rudi Garcia en juin prochain et où le Marseillais a déjà officié comme adjoint durant l’ère Alain Perrin (2007-2008). Il s’agit d’un club français à ambition mais qui a dû mal à le prouver sur le terrain.

En effet, L’Equipe annonce que l’OGC Nice a pris contact avec l’entraîneur lillois pour prendre les rênes du club la saison prochaine, Ursea n’étant en poste que provisoirement. Pour tenter de le convaincre, les propriétaires niçois, le groupe INEOS, auraient mis les petits plats dans les grands avec un salaire doublé pour le technicien français (180 000 euros bruts mensuels actuellement).

Une information démentie par le principal intéressé mais qui prouve la valeur de Galtier sur le marché des entraîneurs n’a jamais été aussi haute. Après Saint-Etienne et Lille, franchira-t-il un nouveau cap ? Dès cet été ?

 


 

Depay de retour, Manchester United à l’affût

Foot01.com

En fin de contrat avec l’OL au mois de juin et courtisé à travers toute l’Europe, Memphis Depay a peu de chances de poursuivre sa carrière à Lyon.

La piste la plus chaude pour le capitaine de l’Olympique Lyonnais est sans aucun doute le FC Barcelone, dont l’entraîneur Ronald Koeman souhaite absolument l’attirer. Joan Laporta n’est pas contre la venue de Memphis Depay, mais le Barça doit d’abord dégraisser et a notamment l’intention de se séparer du très cher et trop souvent blessé Philippe Coutinho. Si la piste du Barça prenait trop de temps à se concrétiser, l’attaquant des Pays-Bas pourrait alors étudier les autres options qui se proposent à lui. La Juventus et l’AC Milan le surveillent au même titre que le Borussia Dortmund ou encore le PSG. Selon les informations de The Express, son ancien club de Manchester United est également attentif à la situation de Memphis Depay.


Un simple plan C pour Manchester United ?


Les Red Devils possédaient depuis son départ en 2017 une clause de rachat prioritaire pour faire revenir Memphis Depay. Manchester United n’a jamais utilisé cet avantage mais étudie désormais la possibilité de faire revenir l’attaquant de l’OL gratuitement. Le média britannique croit cependant savoir que l’entraîneur mancunien Ole Gunnar Solskjaer considère davantage Memphis Depay comme un ailier plutôt que comme un avant-centre dans la mesure où le buteur de l’OL est une alternative à Ousmane Dembélé et à Jadon Sancho. Les pépites du FC Barcelone et du Borussia Dortmund sont les priorités de Manchester United en attaque. Mais si ces dossiers très onéreux s’avéraient finalement trop complexes, alors l’actuel deuxième de la Premier League pourrait se rabattre sur Memphis Depay. De son côté, la star de l’OL ne devrait pas réellement apprécié d’être considéré comme le plan C. En ce sens, le Barça reste donc le grand favori dans le dossier Depay. Car au contraire de Manchester United, le vice-champion d’Espagne en titre a toujours fait savoir à Memphis qu’il était sa priorité en attaque…

 


 

Prix Marc-Vivien Foé : 11 joueurs pour succéder à Osimhen

Football365.fr

La liste des onze nommés pour le Prix Marc-Vivien Foé RFI/France 24 du meilleur joueur africain de Ligue 1 2021 a été dévoilée ce mardi dans l'émission Radio Foot Internationale.

Qui succèdera à Victor Osimhen au palmarès du Prix Marc-Vivien Foé ? Le nom des onze prétendants à la succession du Nigérian a été dévoilé ce mardi sur les ondes de RFI, qui remet avec France 24 cette récompense destinée au meilleur joueur africain de Ligue 1. Sont présents les Lyonnais Tino Kadewere et Karl Toko Ekambi, le Parisien Idrissa Gueye et le Lillois Reinildo, tous titulaires réguliers dans des équipes en course pour le titre. Boulaye Dia (Reims), meilleur buteur africain du championnat cette saison complète une liste qui fait la part belle aux joueurs de Metz (Boulaya, Oukidja) et de Lens (Fofana, Kakuta). Andy Delort (Montpellier) est nommé pour la seconde année de rang, tandis que Nayef Aguerd (Rennes) est le seul défenseur central du plateau. Le gagnant sera connu à l’issue du vote d’un jury de journalistes.


Prix Marc-Vivien Foé : les 11 nommés


Nayed Aguerd (Maroc – Rennes)
Farid Boulaya (Algérie – Metz)
Andy Delort (Algérie – Montpellier)
Boulaye Dia (Sénégal – Reims)
Seko Fofana (Côte d’Ivoire – Lens)
Idrissa Gueye (Sénégal – PSG)
Tino Kadewere (Zimbabwe – Lyon)
Gaël Kakuta (RD Congo – Lens)
Alexandre Oukidja (Algérie – Metz)
Reinildo (Mozambique – Lille)
Karl Toko Ekambi (Cameroun – Lyon)
Prix Marc-Vivien Foé : le palmarès

2009*: Marouane Chamakh (Bordeaux – Maroc)
2010*: Gervinho (Lille – Côte d’Ivoire)
2011 : Gervinho (Lille – Côte d’Ivoire)
2012 : Younès Belhanda (Montpellier – Maroc)
2013 : Pierre-Emerick Aubameyang (Saint-Etienne – Gabon)
2014 : Vincent Enyeama (Lille – Nigeria)
2015 : André Ayew (Marseille – Ghana)
2016 : Sofiane Boufal (Lille – Maroc)
2017 : Jean Mickaël Seri (Nice – Côte d’Ivoire)
2018 : Karl Toko Ekambi (Angers- Cameroun)
2019 : Nicolas Pépé (Lille – Côte d’Ivoire)
2020 : Victor Osimhen (Lille – Nigeria)
(*) Ne s’appelait pas encore « Prix Marc-Vivien Foé ».

 


 

Les Sang et Or ont envoyé l’OL chez les cancres de L1

Butfootballclub.fr

En lâchant deux nouveaux points sur la pelouse du RC Lens, l'OL a été éjecté du podium. Une première pour le Champion d'automne depuis le Bordeaux de 2010.

Sorti du podium du fait de son nul à Lens (1-1) combiné à la victoire de Monaco face à Metz (4-0), l'OL est désormais outsider dans la course à la Ligue des Champions. Désormais décroché par le leader lillois, vainqueur à Paris (1-0), le club entraîné par Rudi Garcia n'est pas à l'abri d'une grosse débacle en fin de saison.

En effet, comme le rapporte l'excellent compte Twitter Stats Foot, l'OL est devenu le premier champion d'automne à être bouté du podium de Ligue 1 après 31 journées depuis les Girondins de Bordeaux de Laurent Blanc (saison 2009-10). A l'époque, le club aquitain, en fin de cycle, terminait cinquième.

Seule maigre consolation : selon l'universitaire Fabien Torre, qui tient à jour après chaque journée de Ligue 1 un site de projection sur la fin de saison, l'OL est quasiment certain de finir dans les quatre premiers … Et donc de retrouver à minima la Ligue Europa la saison prochaine.

 


 

Stats : les temps forts de l'OL

Twitter

 

 

Voir aussi... L'actu du Mardi 6 Avril // Red Star - OL : L'Avant Match (avec interview de Steve Marlet)

 

Viv

@centpourcentol

Votre webmaster depuis 2007, Gone passionné de l'OL !