L'actu du Vendredi 19 Mars

L'actu du Vendredi 19 Mars

Voir aussi... L'actu du Jeudi 18 Mars // OL - PSG : L'Avant Match

Memphis : « On ne craint personne »

OL.fr

Le capitaine de l'OL, Memphis, s'est présenté en conférence de presse à deux jours du match au sommet contre le Paris Saint-Germain. Retrouvez ce moment en intégralité sur OLPlay.

Le match de dimanche

« C’est un match très important bien sûr, les dernier matches l’ont été aussi. Evidemment c’est le PSG, on devra tout donner sur le terrain pour gagner. »
 
Le PSG

« On les a vu jouer en Ligue des Champions, en Coupe, en ce qui nous concerne on ne craint personne. Il serait insensé de notre part de sous-estimer cette équipe. »
 
La victoire au match aller

« On a laissé ça en 2020, là-bas on a fait du très bon travail mais dimanche ce sera un nouveau défi, il va falloir être prêt. »
 
La forme irrégulière de l'équipe

« C’est frustrant bien sûr, mais on est toujours dan la course, c’est le plus important. On essaie de trouver les solutions pour être meilleurs à l’entrainement et en match. On sait que jouer contre des grosses équipes nous pousse à donner le meilleur de nous-même, on l’a vu en Ligue des Champions la saison dernière, ce sera important d’apporter cette énergie et cet état d’esprit au match de dimanche. Notre parcours doit être une inspiration pour nous, on sait que peut se battre contre les toutes meilleures équipes, ça nous booste mentalement.»
 
L'OL en forme dans les sprints finaux

« J’essaie d’être le plus efficace possible à chaque rencontre, je l’ai toujours fait par le passé. Il est aussi important de noter qu’on a besoin de toute l’équipe. J’aborde toujours les matches de la même manière, c’est comme ça que je vais jouer ce week-end, je n’ai pas envie de me projeter sur le futur. »
 
Sa meilleure saison au club

« J’étais aussi satisfait en 2018, l’équipe est différente, le coach aussi, j’avais marqué beaucoup de buts ne sortant du banc à l’époque. Si Rudi Garcia avait été là à l’époque j’aurais pu faire encore mieux car il m’a donné beaucoup de confiance et de responsabilité, c’est le genre de coach qui fait que je peux donner le meilleur de moi-même, c’est un coach pour lequel je me suis battu. »


 
Son rôle contre Paris

« Jouer le match, dans les gros matches on doit sacrifier sa manière de jouer quelques fois. On doit jouer, avoir le ballon au moins autant qu’eux. Mon rôle ne va pas changer je vais me battre, travailler dur et essayer d’avoir des opportunités. »

 


 

Garcia : « être constant sur tout le match »

OL.fr

Rudi Garcia est venu répondre aux questions des journalistes à deux jours du match contre le PSG pour le compte de le 27ème journée de Ligue 1 Uber Eats. L'intégralité de la conférence de presse est à retrouver sur OLPlay.

Surprendre le PSG

« Les deux équipes se connaissent bien, il y a toujours des études de l’adversaire, une surprise n’est pas à exclure, quand on a des forces il faut s’appuyer dessus, je pense que la victoire à Paris au match aller, nous montre qu’on peut battre cette équipe, c’est un autre moment, un autre coach, ce ne sera pas la même tactique, le match sera différent. Même s’ils font un moins bon championnat cette saison, puisqu’ils ont 7 défaites, le fait qu’ils soient taillés pour la Ligue des Champions en fait un adversaire très dangereux qu’on doit respecter mais pas craindre pour qu’on jouer crânement notre chance et qu’on joue pour gagner. »
 
Les confrontations directes

« Un championnat ne se joue pas que sur les confrontations directes, mais si on n’est pas régulier contre les autres équipes on ne peut pas espérer faire le meilleur championnat. On jouera sans no supporters mais on est à domicile. On est prêt pour ce match, j’ai confiance en mes joueurs. »
 
La même stratégie qu'à l'aller

« On avait faire en sorte d’annihiler leur force mais c’est un autre match tactique qui se présentera dimanche. »
 
La régularité

« J’espère que la deuxième période de Reims sera dans nos têtes. On va tout faire pour trouver des parades et être constant tout le match. Sur les 4 derniers matches on est avec Lille ceux qui ont pris le plus de points ; aucune équipe ne survole le championnat, on va se concentrer sur ce match et garder le meilleur de notre jeu. Il faut faire avec tous les paramètres, mais effectivement on peut faire mieux, même si on reste sur le podium. Il y a des raisons différentes, des situations à mieux gérer, en football ça se joue beaucoup sur les petites choses. Il ne faut pas se cacher derrière cela et faire ce sur quoi on peut influer. Les joueurs sont concentrés sur le match qui arrive, tout le monde sera motivé, il faut avoir confiance en nous, en l’équipe. Il faut juste sortir du terrain avec le sentiment du devoir accompli et n’avoir aucun regret. Et je pense qu’on sera récompensé. »
 
La dynamique du Final 8

« Le groupe a changé, des joueurs ne sont plus là et d’autres sont arrivés, on est toujours dans cette dynamique, on a envie de revivre ça. S’appuyer sur le fait qu’on est capable de bien figurer contre les grosses équipes et Paris est une. »
 
Memphis

« Je demande qu’il joue son rôle habituel de capitaine et leader d’attaque, c’est un joueur hors norme, j’espère qu’il sera encore là la saison prochaine, C’est un des top player de la planète foot. Il a encore des choses à améliorer, il a besoin qu’on soit honnête, qu’on lui fasse confiance, même quand on n’est pas d’accord avec lui. On a été unanime quand j’ai choisi mon capitaine, il a pris la mesure du rôle, dans les 9 derniers matches qui nous restent et en coupe j’espère qu’il aura un rôle important à jouer. »
 
La fierté du classement

« Il faudra être fier après la 38ème journée, en attendant il y a un parcours à suivre, plus on approche de la fin, plus les points comptent, on n’a rien lâché et on a tout fait pour gagner ce match à Reims. On s’est aperçu que ce point là a été important, toutes les équipes jouent pour quelque chose, et sont au maximum de leur détermination, tous les points comptent, même si on venait à gagner rien ne serait fait. »

 


 

Top 10 des salaires de joueurs à l'OL

L'Equipe via Twitter

Vincent Ponso : « On a pu saisir des opportunités au niveau de la post-formation, et cet aspect a pu provoquer une inflation salariale. Comme on ne pouvait pas accepter une trop grande différence avec les joueurs formés, cela nous a amenés à revoir notre position vis-à-vis d'eux. Mais cela nous a aussi amenés à être plus vigilants sur des recrutements post-formation, et revisiter notre équilibre entre les joueurs recrutés à cet âge-là et les joueurs formés. À un moment donné, on en a peut-être un peu trop fait. Donc on en fait moins, et il y a un certain nombre de joueurs formés qui, du coup, ont eu des salaires plus importants (…) Après, quand on va chercher un joueur à l'extérieur, c'est dans un contexte de concurrence, et la concurrence mène à l'inflation »

 

 


 

Lacombe : "Cet OL est capable de fulgurance"

Radioscoop.com

À 9 journées de la fin du championnat, l'OL recevra le PSG, dimanche soir (21 heures), au Parc OL. Bernard Lacombe, l'ancien joueur, entraîneur et dirigeant lyonnais estime que les Lyonnais sont capables de reproduire l'exploit du match aller (1-0) au Parc des Princes.

Comment voyez-vous le match de dimanche?
Quand on joue contre les grandes équipes, et notamment contre le PSG au match aller, l'OL est souvent capable de hausser son niveau de jeu. J'espère que ce sera encore le cas, parce qu'on a le potentiel pour réussir de grandes performances. Les Parisiens, avec leur potentiel, pourraient avoir 10 points d'avance. Ils végètent un peu mais dans les grands rendez-vous, il faut faire attention quand même...

Ce match contre Paris peut-il permettre à l'OL de réellement croire au titre en cas de victoire ?
Pour l'instant, je préfère dire que le titre me paraît compliqué... Mais si l'OL reste bien placé, même à la 2e ou 3e place, avec un écart serré, attention ! Une victoire contre Paris peut booster l'équipe. Cet OL est un peu en dent de scie, mais il est capable de fulgurance. En tout cas, ça fait plaisir de voir l'OL de retour dans la course au titre.

Est-ce un collectif ou les individualités qui doivent faire la différence sur un match comme celui de dimanche ?
Le collectif doit être bien, mais il faut que des individualités ressortent, d'autant que certains ont du talent. Je pense à Memphis, qui est capable d'atteindre un super niveau.

Ce choc OL - PSG ressemble à un gros tournant dans la saison...
Bien sûr, d'autant qu'on arrive dans les derniers matchs de la saison. La motivation est là, les deux équipes se connaissent très bien et savent l'importance du match de dimanche. Dans ce genre de match, la concentration fait souvent la différence : chaque joueur doit être à 100% dans sa préparation, chaque ballon doit être bien négocié, chaque passe doit être une offrande.

 


 

AliExpress, nouveau sponsor de l'OL

Twitter

 


 

Pas de boulette avec Garcia, Aulas le promet

Foot01.com

Plus que jamais en course pour retrouver la Coupe d’Europe, et peut-être même la Ligue des Champions, l’Olympique Lyonnais est plutôt satisfait des résultats obtenus par Rudi Garcia.

L’ancien entraineur de l’OM arrive en fin de contrat au mois de juin, et pour le moment, c’est silence radio à tous les niveaux. A chaque fois que le technicien français est invité à s’exprimer sur ce sujet en conférence de presse, il répond laconiquement que tout est encore sur la table, et qu’il faudra que les planètes s’alignent pour que l’aventure continue. Et Rudi Garcia de bien préciser que, si l’OL venait à lui proposer quelque chose, il faudrait que lui aussi y trouve son compte, et qu’il ait envie de continuer. De quoi poser les bases d’une bonne partie de poker, même si Jean-Michel Aulas a tenu à clarifier les choses dans un entretien au Parisien. Pour le président de l’OL, hors de question d’aborder ce sujet avant le soir de la 38e journée, quand il sera enfin fixé sur les résultats sportifs. Après, comme l’explique le dirigeant rhodanien, il n’y aura peut-être pas que le sportif qui rentrera en ligne de compte.

« On souhaite prendre une décision une fois que le championnat sera terminé avec Juninho, avec Vincent Ponsot (NDLR : le directeur du football), avec le conseil d’administration in fine. On a beaucoup de satisfaction cette année. On verra à quelle place on termine, quelle compétition on joue la saison prochaine. Toutes les possibilités existent aujourd’hui. Aucune n’a été refermée. Comme on est toujours en course pour avoir le meilleur résultat possible, ça serait une erreur et une faute de ma part de dire qu’on a déjà pris une décision. Le critère sportif sera le seul à entrer en ligne de compte ? Ce n’est pas le seul, mais il est prépondérant », a livré Jean-Michel Aulas. Une référence aux relations plutôt froides entre Juninho et Rudi Garcia. Mais si l’OL terminait à la première ou la deuxième place, nul doute que le Brésilien devrait mettre un peu d’eau dans son vin pour continuer à collaborer avec l’entraineur lyonnais dans les années à venir.

 


 

Mercato : Jean-Michel Aulas annonce son plan pour l'OL

Footmercato.net

Interrogé sur les plans de l'OL lors du prochain mercato, Jean-Michel Aulas a promis que son club restera ambitieux. Et qu'il compte bien profiter des conséquences de cette crise financière.

Troisième du classement de Ligue 1, à égalité de points avec le Paris Saint-Germain et à trois longueurs du LOSC, l’Olympique Lyonnais de Rudi Garcia est plus que jamais candidat au titre et donc à une place en Ligue des Champions. Mais les Gones se gardent bien de faire de grandes annonces et préfèrent avancer sans trop faire de bruit. Amené à être un peu plus en retrait de la scène médiatique, Jean-Michel Aulas doit sans doute regarder avec plaisir son OL jouer les premiers rôles après un exercice 2019/2020 très compliqué, malgré une demi-finale de C1.

Cependant, le patron de l’OL sera très observé l’été prochain. La raison ? Quel sort réservera-t-il à un Rudi Garcia en fin de contrat ? Interrogé ce vendredi par Le Parisien, JMA a une nouvelle fois botté en touche. En clair, tout type de scénario est possible et l’OL attendra surtout de savoir quelle place occuperont les partenaires de Memphis Depay en fin de saison pour se décider. Le cas Garcia toujours en suspens, Aulas a ensuite été questionné sur l’autre dossier chaud de l’OL : le mercato estival.


L'OL veut faire des ravages après la crise


Si des éléments tels que Memphis Depay et Houssem Aouar sont sur le départ, le club rhodanien aura-t-il les moyens de ses ambitions s’il se qualifie pour la prochaine édition de la coupe aux grandes oreilles ou s’il soulève l'Hexagoal ? À l’heure où les joueurs ont accepté de baisser une partie de leur salaire en échange de parts d’OL Groupe pour aider leur club à résister à la crise financière, les Gones auront-ils les liquidités nécessaires ? JMA a un plan bien en tête.

« On va continuer à investir. On sera ambitieux quoiqu'il arrive. On aura au moins autant de moyens que les autres. (…) Après la crise, un nouveau modèle s'inscrira devant nous. Plus rien ne sera comme avant. Mais dès que ça va reprendre, l'OL sera parmi les premiers à pouvoir réinvestir. Warren Buffet a dit : "c'est quand la mer se retire qu'on voit les baigneurs qui nageaient nus". Je pense qu'il va y avoir beaucoup de dénudés dans le football lors de l'après-Covid. On a bien l'intention d'en profiter. » C’est dit !

 


 

Le titre, Aulas parle de rêve

Maxifoot.fr

À la lutte avec Lille et le Paris Saint-Germain pour le titre en Ligue 1, l'Olympique Lyonnais pourrait réaliser l'opération du week-end en battant le club de la capitale dimanche, en clôture de la 30e journée. Une première étape pour réaliser le rêve du président Jean-Michel Aulas.

"La saison ou jamais pour remporter le titre, non. On s'organise pour rester compétitifs ces prochaines années. Mais on a nos chances cette année. On va recevoir Lille qui a trois points d'avance, on est à égalité avec le PSG. À 9 journées de la fin, si on gagne tout, on sera probablement champion. Même si on n'y croit pas trop, ça fait rêver, a reconnu JMA dans Le Parisien, avant d'aborder le choc de dimanche. Le fait de pouvoir rivaliser avec Paris, c'est d'autant plus valorisant. Mais tout en rêvant, on essaye de rester pragmatique. Normalement, ils ont encore un avantage certain."

Pour rappel, au match aller, l'OL l'avait emporté sur la plus petite des marges (1-0) grâce à un but de Tino Kadewere.

 


 

Pour Govou, l’OL n’a pas une tête pour remporter le titre en Ligue 1

Sport.fr

Ancien champion de France avec l’Olympique Lyonnais, Sidney Govou parle du titre de champion et a du mal à voir cette équipe remporter le graal en fin de saison.

« J’ai envie de comparer les deux derniers matchs de l’OL avec ceux de ses concurrents. Vu son classement, l’OL peut se permettre de regarder devant. Mais vu ce qui se passe sur le terrain, l’OL doit aussi regarder derrière et Monaco. Dans l’implication globale, l’OL ne montre pas qu’elle est une équipe qui peut être championne de France. Il y a du talent, tout le monde le dit, mais le Lyon de ces deux derniers matchs m’inquiète. Lyon est en train de lâcher sur la capacité à jouer ensemble, à défendre en équipe », a indiqué l’ancien joueur des Gones pour le « Progrès. »

Avant de poursuivre : « Et c’est ça qui va faire la différence pour l’obtention du titre. Les joueurs ont-ils tous conscience qu’ils peuvent être champions ? On n’est pas encore dans le sprint final, qui se fait dans les 5 derniers matchs, mais on ne voit plus la même chose que dans la période précédente. Il y avait une implication totale, un jeu en équipe. Ils attaquaient et défendaient ensemble. Sur les deux derniers matchs, et encore plus à Reims, des joueurs n’ont pas joué collectif. »

 


 

Mattia De Sciglio annonce la couleur pour son avenir

Footmercato.net

Prêté sans option d'achat par la Juventus jusqu'à la fin de la saison, Mattia De Sciglio (28 ans) savoure son aventure à l'Olympique Lyonnais. Le polyvalent latéral italien a d'ailleurs confié à 20 Minutes qu'il se verrait bien rester plus longtemps chez les Gones.

«J’aimerais rester ici, ça dépend de moi, de Lyon et de la Juve. On verra à la fin de la saison», a glissé l'international azzurro (39 sélections), sous contrat avec les Bianconeri jusqu'en juin 2022. Le message est passé.

 


 

Sélections : Plusieurs jeunes de l’Academy appelés

OL.fr

Trêve internationale oblige, certains jeunes joueurs de l’Academy ont été sélectionnés dans les différentes catégories d’âge. Tour d’horizon de nos Gones appelés.

U16

Yacine Chaib et Mamadou Sarr ont été conviés au stage de l’Equipe de France U16 à Clairefontaine du 15 au 18 mars.
 
U17

Hugo Vogel sera le seul représentant lyonnais chez les U17. Lui aussi convoqué à Clairefontaine pour un stage du 25 au 28 mars, il devrait affronter les équipes d’Orléans U19 et U17 avec l’Equipe de France avant son retour à l’Academy.
 
U18

Malo Gusto a été convoqué par Landry Chauvin au stage de l’Equipe de France U18 à Ploufragan en Bretagne, du 22 au 26 mars. Au programme pour le jeune Lyonnais, deux matches amicaux : l’un contre la réserve du Stade Rennais, l’autre face au Stade Malherbe de Caen.
 
U19

Enfin chez les U19 français, Bernard Diomède a convoqué Rayan Cherki et Melih Altikulac pour un stage à Bourges du 22 au 28 mars. Un match face aux U19 du Stade Rennais est prévu en fin de stage.

 


 

TOP 10 des salaires des entraîneurs de Ligue 1

90min.com

Dans son enquête annuelle sur les salaires de la Ligue 1, le quotidien L’Equipe estime les salaires des coachs du championnat de France. Mauricio Pochettino (PSG) explose les records. Il est suivi par Nico Kovac (Monaco) et Jorge Sampaoli (OM).

10. Olivier Dall’Oglio (Stade Brestois) - 0,72 M€

L'ancien technicien de Dijon officie au Stade Brestois depuis 2019 et prône un jeu léché à ses joueurs. Le Gardois est rémunéré 772.000 euros pour la saison dans le Finistère.

9. Thierry Laurey (RC Strasbourg) - 1,02 M€

Sur le banc du RC Strasbourg depuis 2016, Thierry Laurey est parvenu à faire monter puis maintenir le RCS en en Ligue 1, faisant du club alsacien un pensionnaire habitué à l'élite du football français. Laurey est rémunéré à auteur de 1,02 millions d'euros pour la saison.

8. Antoine Kombouaré (FC Nantes) - 1,2 M€

Ancien joueur et coach du PSG, Antoine Kombouaré a réalisé l'exploit en venant s'imposer au Parc des Princes avec les Canaris nantais dimanche dernier. Venu reprendre Nantes en main, il est payé 1,2 millions d'euros pour la saison.

7. Bruno Genesio (Stade Rennais) - 1,8 M€

Récemment arrivé en Bretagne suite à la démission de Julien Stephan, le placide Bruno Genesio a permis aux Bretons du Stade Rennais de regoûter à la victoire contre Strasbourg (1-0) lors de la dernière journée de Ligue 1. Le natif de Lyon est payé 1,8 millions d'euros pour la saison.

6. Christophe Galtier (LOSC) - 2,16 M€

Auteur d'une saison remarquable avec son LOSC (1er, 63 pts), Christophe Galtier ne figure qu'à la 6e place de ce classement des salaires des coachs. Le Marseillais est rémunéré à auteur de 2,16 millions d'euros pour la saison.

5. Claude Puel (ASSE) - 2,7 M€

Le coach de l'ASSE, équipe rivale de l'OL, Claude Puel est quant à lui rémunéré à auteur de 2,7 millions d'euros pour la saison.

4. Rudi Garcia (OL) - 3,36 M€

Le coach de l'OL Rudi Garcia est le quatrième coach le mieux payé de Ligue 1 selon L'Equipe avec 3,36 millions d'euros de salaire.

3. Jorge Sampaoli (OM) - 3,6 M€

Fraîchement débarqué sur la Canebière, Jorge Sampaoli est en train de relancer un OM qui était à la peine. Le bouillonnant argentin est payé 3,6 millions d'euros pour la saison.

2. Niko Kovac (AS Monaco) - 4,8 M€

Le technicien de l'AS Monaco figure en deuxième place de ce classement des coachs les mieux payés de Ligue 1 avec 4,8 millions d'euros de salaire sur la saison.

1. Mauricio Pochettino (PSG) - 11,28 M€

Arrivé au PSG en janvier pour remplacer Thomas Tuchel, l'Argentin Mauricio Pochettino explose tous les records de salaire en Ligue 1 avec un total salarial estimé à 11,28 millions d'euros pour la saison 2020-2021.

 


 

Les meilleurs moments de Ludovic Giuly dans OLNS

OL.fr

Ancien de l'OL et formé au club, Ludovic Giuly était l'invité de Barth ce jeudi dans OL Night System. Retrouvez l'intégralité de l'émission sur OLPlay.

Ses envies de devenir entraîneur

Le seul problème aujourd’hui c’est la situation avec le Covid, c’est très compliqué pour le foot pro et le foot amateur. J’ai quelques touches mais rien ne se passe pour le moment. J’essaie de trouver le bon projet, des gens qui me font confiance et avec une vision sur le long terme. Je ne veux pas faire un one-shot. Je prends le temps d’analyser, j’ai des propositions aussi à la télé et à la radio. Je réfléchis tout doucement. J’ai vécu des belles choses avec Monaco, donc j’ai dit que j’aimerais entrainer là-bas. Après avec les dirigeants, je ne m’y retrouve pas forcément. Dans très peu de clubs d’ailleurs, je cherche un rapport familial. Les nouveaux propriétaires souvent arrivent et oublient vite l’histoire avant eux.
 
L'importance du match face à Paris pour le titre

Le match va être important, ce n’est pas parce que l’OL va perdre que ça sera la fin du championnat. Les résultats sont un peu faussés avec le Covid, rien n’est joué. On a vu Nantes créer l’exploit en battant le PSG. Il faut tenir compte de tout ça, mentalement il faudra être costaud. Il faut rester attentif. C’est 2 équipes qui doivent démontrer qu’elles sont au sommet. Je vois plus un match nul, voire une belle victoire de Lyon. On voit que Paris, dans les grands matchs, ce n’est pas forcément ça.
 
Le maillot d'Ali Bouafia et son rapport aux supporters

Le premier maillot que j’ai reçu d’un professionnel c’est celui d’Ali Bouafia. Je suis à l’hippodrome avec mon père qui connait les joueurs et il commence à discuter avec eux. Moi j’étais timide donc je reste à ma place. Ali me demande si je voulais avoir son maillot, il me propose de venir mercredi à Gerland récupérer son maillot. Avec mon père on y va la semaine d’après, il pleuvait, j’arrive sans parapluie, je suis trempé. Je demande à un intendant pour voir Ali, il arrive et me donne son maillot rouge RTL. Je m’en souviendrais toute ma vie, j’étais ravi, j’ai dormi avec. Quand tu fais un métier où des gens se saignent pour acheter un maillot ou mettent toute leur vie auprès d’un club il faut leur donner le maximum. On doit rendre ce qu’eux nous ont donné. On sera redevables à vie auprès de ces gens-là.
 
L'évolution du foot business

Ce que je regrette c’est l’amour du maillot. Les jeunes achetés plusieurs millions, jouent 2-3 matchs et après ils ne jouent plus et direct ils veulent partir. Avant tu étais formé dans un club, tu défendais tes couleurs. A notre époque, il fallait au moins 10 rentrées en Ligue 1 avant de devenir pro. Alors que maintenant à 15 ans, ils ont déjà signé un contrat pro alors qu’on a aucune idée du niveau du joueur. On veut se rassurer et protéger nos joueurs, mais où est le respect ? Où sont les valeurs ? C’est devenu du foot business, quand on dépense 100 millions pour Ronaldo ou Messi ok. Quand on dépense 50 ou 60 millions pour des mecs qui ont une année où est la logique ? C’est que du business, tout le monde signe son contrat, tout le monde prend sa com. Il faut stopper les vannes et le système. Recentrons-nous sur la formation, on est le meilleur pays au niveau de la formation.



 

Vidéo : L'entrainement du jour

OL via Twitter

 


 

Jason Denayer sélectionné avec la Belgique

Twitter

 


 

Vidéo : Le Menu Best Off des dernières semaines

OL via Youtube

 

 

Voir aussi... L'actu du Jeudi 18 Mars // OL - PSG : L'Avant Match

 

Last modified on samedi, 20 mars 2021 00:27