L'actu du Samedi 13 Mars

L'actu du Samedi 13 Mars

Voir aussi... L'actu du Vendredi 12 Mars // Reims 1-1 OL : L'After

Garcia allume ses joueurs après le nul de l'OL à Reims

90min.com

Après le match nul, arraché au bout du suspense, de son équipe à Reims (1-1) vendredi en Ligue 1, l'entraîneur de l'OL, Rudi Garcia, n'a pu cacher sa déception. Le technicien pointe du doigt le comportement de ses joueurs.

Plus que jamais engagé dans la course au titre, l'Olympique Lyonnais a réalisé une très mauvaise opération vendredi soir, sur le terrain de Reims (1-1). Plutôt que de mettre la pression aux concurrents lillois et parisiens, les Gones ont perdu deux précieux points, et sont même passés près de la correctionnelle.

Une mauvaise opération comptable, expliquée par le mauvais comportement des Gones, selon leur entraîneur Rudi Garcia, qui s'est montré très critique après la rencontre :

"Ce résultat sanctionne notre piètre première période. En deuxième, on a été à notre niveau, on a évolué en équipe. (...) Nous avons joué quarante-cinq minutes et ce n'était pas suffisant", a regretté le coach lyonnais.

"Franchement, j'ai changé 3 joueurs à la mi-temps mais j'aurais pu les changer tous. Il y a eu bien trop d'écart entre les deux périodes."


Garcia en veut à son équipe


"On a perdu beaucoup trop de ballons devant la défense, ce qui fait que nous n'avons jamais terminé nos actions par des passes, des corners ou des tirs, sauf une fois, où De Sciglio frappe et Houssem Aouar a failli marquer à la reprise. On a subi aussi leurs attaques rapides. On a, en plus, été mauvais dans notre récupération collective de la balle. (...) Ce n'était ni tactique, ni technique mais plutôt une question d'envie et de détermination", a ajouté Garcia.

Déçu mais pas abattu, l'entraîneur rhodanien veut maintenant que ce match serve de piqûre de rappel pour la fin de championnat. "Il faut que ça nous serve de leçon à l'avenir. On doit être capables de lâcher les chevaux et d'être surmotivés tout le temps. C'est bizarre. Est-ce que l'enjeu a pesé ? Je n'en sais rien. J'en discuterai avec les joueurs." Des propos forts !

 


 

Lopes tacle ses partenaires offensifs

Butfootballclub.fr

Le gardien de l'OL, Anthony Lopes, n'a pas apprécié le comportement de ses coéquipiers du secteur offensif hier lors du match nul à Reims (1-1).

Le match à Reims (1-1), hier, pourrait avoir constitué un tournant dans la saison de l'Olympique Lyonnais. Parce que les Gones pourraient se retrouver à cinq points de la tête du championnat si jamais le LOSC s'impose à Monaco demain en fin d'après-midi, mais aussi parce que la prestation rhodanienne a été source de tensions. Rudi Garcia a changé trois joueurs à la pause (De Sciglio, Aouar, Cherki) et, de son propre aveu, il en aurait bien sorti plus. Anthony Lopes, lui, a critiqué ses partenaires offensifs, accusés de ne pas suffisamment participer aux tâches défensives.


"L'apport défensif vient de tous ceux qui sont sur le terrain"


« On est passés à côté de notre première période, a déclaré le gardien de l'OL. On a été complètement coupés en deux. Il y avait un sacré gouffre au milieu. L'apport défensif vient de tous ceux qui sont sur le terrain. Pas que des quatre, cinq ou six qui sont derrière. »

Les Rhodaniens ont tout intérêt à crever l'abcès dans les prochains jours car la course à la Champions League voire celle au titre ne tolèrera aucune dissension !

 


 

Memphis Depay tourne en dérision l'arbitrage français sur Twitter

90min.com

Accroché à Reims (1-1), l'Olympique Lyonnais fait la mauvaise opération en ouverture de la 29e journée. Un nul qui a le dont d'agacer le capitaine Memphis Depay, qui s'est plaint de l'arbitrage après la rencontre.

L'Olympique Lyonnais n'a pu faire mieux qu'un match nul sur la pelouse d'Auguste-Delaune (1-1). Face à des Rémois conquérants, les hommes de Rudi Garcia ont même failli perdre. Le salut est venu de l'attaquant Tino Kadewere dans les arrêts de jeu (90+2e), bien servi par Memphis Depay.

Ce résultat n'enchante pas le capitaine des Gones, qui voit deux points de perdus dans la course au titre. Peu de temps après le match, l'attaquant hollandais a publié un message envers l'arbitre, lui qui ne comprend toujours pas sa décision.


Un carton jaune pour simulation ?


L'action s'est passée à la demi-heure de jeu dans laquelle Memphis Depay, dans un raid solitaire, se joue de deux joueurs rémois, avant d'être percuté aux abords de la surface par Thomas Foket. Monsieur Brisard, l'arbitre de la rencontre, siffle faute mais à l'encontre du joueur batave, jugeant qu'il s'est laissé tomber.

Le Lyonnais écope donc d'un carton jaune pour simulation. Une décision perçue comme incompréhensible par les joueurs et le banc de l'OL :



Sur son compte Twitter, Memphis Depay a publié après le match un ralenti de sa "soi-disant" simulation. "J'ai reçu un carton jauge pour ça", a lâché l'international hollandais en description, furieux que cette faute n'ait pas été sifflée en sa faveur.

Un coup de gueule qui montre une certaine frustration d'avoir perdu des points importants, face aux concurrents directs Paris, Lille et Monaco.

 


 

Ponsot : « Nous sommes surpris du processus utilisé »

OL.fr

Le directeur général du football de l’OL, Vincent Ponsot, réagit à l’annulation du match OL / PSG prévu initialement ce samedi 13 mars au Groupama Stadium.

Comment avez-vous réagi à l’annonce de l’annulation du match OL / PSG, prévu demain soir, après l’apparition de 3 cas positifs à la Covid-19 au sein de l’effectif parisien ?
 
« Tout d’abord, dans le contexte actuel, on souhaite un prompt rétablissement à l’ensemble du staff et des joueuses touchés par la Covid-19. Ensuite, nous sommes un peu déçus du manque de transparence du PSG puisque nous apprenons ce jour par le biais de leur compte Twitter qu’ils ont pu réaliser des tests depuis jeudi, alors que nous n’avons été informés, en tant qu’organisateur, qu’en fin d’après-midi aujourd’hui de la situation et que le coach du PSG a signifié ce jour dans l’après-midi qu’il disposait de tout son groupe. Nous sommes par ailleurs surpris du processus utilisé. Selon la FFF, un match est reporté, dans le cas où un club recense 4 cas positifs à la Covid-19 au sein de son effectif, ce qui n’est a priori fort heureusement pas le cas du PSG. En conséquence il semblerait que le PSG ait saisi l’ARS pour obtenir, par le biais de la mise en quarantaine de l’équipe, le report de la rencontre. Il ne me semble pas que le Paris Saint Germain ni aucun club d’ailleurs n’ait saisi l’Agence Régionale de Santé pour obtenir un report alors même qu’en début d’année ils ont pu dénombrer plusieurs cas de COVID. J’espère juste que le PSG n’a pas utilisé cette agence pour « choisir » son calendrier. »
 
Ce soir, l’effectif féminin devait partir en mise au vert en prévision de ce choc de la D1 Arkema, quel est le sentiment qui règne au sein du groupe ?

« Vous imaginez qu’annuler un match à quelques heures de celui-ci est très frustrant pour des sportifs. Le staff et les joueuses s’étaient préparés psychologiquement et physiquement pour être prêts demain. « C’est une finale » a déclaré Wendie Renard cet après-midi en conférence de presse. Mardi et mercredi, l’ensemble de l’effectif était au Danemark pour son match retour de huitième de finale et le club avait mis tout en œuvre pour qu’il soit dans les meilleures conditions. C’est un investissement collectif qui est, ce soir, mis à mal. Certaines joueuses ne comprennent pas et s’interrogent quant aux différentes procédures. Eugénie Le Sommer a, elle aussi, été positive à la Covid-19 en rassemblement avec l’équipe nationale, cependant le match face à la Suisse a été maintenu et aucun isolement n’a été mis en place.  »
 
Aujourd’hui, avons-nous une visibilité sur une date de report compte tenu des contraintes du calendrier ?

« Nous prenons déjà acte que l’ensemble du groupe du PSG est à ce jour à l’isolement pour une durée de sept jours. Ensuite, il faudra effectivement trouver une date de report qui je l’espère respectera la réglementation, à savoir la première date disponible. Et nous avons besoin de nous projeter sachant que le mois de mars est un mois décisif dans le calendrier du groupe féminin, avec notamment les quarts de finale de la Women’s Champions League, où l’Olympique Lyonnais pourrait de nouveau rencontrer le Paris Saint Germain.  »

 


 

Ce Lyonnais qui s’en prend à Rudi Garcia

Football.fr

Prêté à Brest par l'OL, Jean Lucas ne comprend pas pourquoi il n'avait pas la confiance de Rudi Garcia à Lyon.

Jean Lucas est un joueur heureux. Prêté à Brest en janvier, le milieu de terrain brésilien arrive enfin à enchaîner les matches en Ligue 1. Ce qu’il n’a jamais été en mesure de faire depuis son arrivée à l’Olympique Lyonnais.

« Le coach ne m’a pas fait confiance, voilà. Il ne me faisait pas jouer. Je ne sais pas ce que je lui ai fait, ce qu’il s’est passé là-bas », regrette Jean Lucas, sans citer le nom de Rudi Garcia. « C’était frustrant pour moi à l’OL. Les rares fois où j’entrais, j’entrais pour deux minutes. Mais tu peux faire quoi en deux minutes ? Tu ne peux rien faire. C’était tout le temps comme ça. Je touchais un ballon, et c’était terminé », déplore le Brésilien de 22 ans dans les colonnes de L’Equipe.


Fan de Sampaoli et Dall’Oglio


Le constant semble d’autant plus cruel pour Garcia que Jean Lucas, dans ce même entretien, encense deux autres entraîneurs. Dont un certain Jorge Sampaoli. « En seulement quatre mois, Sampaoli a changé ma vie », explique le milieu, que Sampaoli avait fait venir à Santos, où l’OL est allé le chercher.

Et Jean Lucas vante également les mérites de son actuel entraîneur à Brest, Olivier Dall’Oglio. « Il me parle systématiquement avant les matches. Il me dit : ‘Fais les choses simplement, et surtout fais-les comme tu veux. Joue ton foot, c’est toi qui es sur le terrain.’ C’est un très bon coach parce qu’on sent qu’on progresse avec lui, il est comme un formateur. Je pense qu’il va aller dans un plus grand club, plus tard. » Comme à Lyon, par exemple ?

 


 

Cherki se fait détruire, Bilel Ghazi prend sa défense

Footradio.com

Titularisé dans le couloir droit de l’attaque de l’Olympique Lyonnais face à Reims vendredi (1-1), Rayan Cherki n’a pas vraiment répondu aux attentes placées en lui…

Quelques jours après sa très belle prestation face à Sochaux en Coupe de France (5-2), lors de laquelle il avait marqué un doublé et délivré une passe décisive, Rayan Cherki a eu droit à une jolie récompense de la part de Rudi Garcia. Avec une place dans le onze de départ à Reims, l’attaquant de 17 ans avait l’opportunité de montrer de quoi il était capable en tant que titulaire. Sauf qu’au final, cette place centrale a été un cadeau empoisonné… Vu que l’attaquant français a complètement déjoué, en voulant faire des différences en solitaire plutôt que de jouer simple. Après une première période au cours de laquelle il a perdu beaucoup de ballons (70 % de passes réussies), Cherki a été remplacé dès la mi-temps par Rudi Garcia. Un choix validé par les suiveurs du foot français, pour qui la jeune pépite lyonnaise n’a pas encore le niveau pour être titulaire en L1. Des critiques pas vraiment acceptées par Bilel Ghazi.


« Le vrai poste de Cherki, c’est 10 »


« Avec beaucoup de recul, de pédagogie et d’arguments foot, Geoffroy Garétier démonte Cherki (c’était gratuit et dénué du moindre fond). Si pour expliquer la première période de l’OL, on a pour seule analyse ‘on en fait trop avec Cherki’, on a sa place au café du commerce pas sur un plateau TV. L’idée n’est pas de sur-interpréter, mais d’amener de la mesure aux analyses de comptoirs estimant ‘qu’il est trop jeune’. L’âge implique un devoir d’apprentissage. Mais en France, il s’accompagne aussi d’un crédit versatile lié à une drôle de mentalité (prodige un jour, sur-coté un autre). Pour terminer avec des propos sensés, je préfère écouter Sidney Govou rappeler que le vrai poste de Cherki, c’est 10 (son meilleur match en pro ? En 10, à Nantes). Il a presque découvert le poste d’ailier en pro. C’est formateur et bon à prendre. Mais ça implique mesure et hauteur », a tweeté l’ancien journaliste de L’Equipe, qui sait que Cherki aura du mal à donner la pleine mesure de ses capacités sous les ordres de Garcia, surtout dans un poste latéral…

 


 

Koeman pense toujours à Memphis Depay

Footmercato.net

Avec l’arrivée de Joan Laporta à la présidence du FC Barcelone, les grandes manoeuvres vont enfin pouvoir commencer. Si Ronald Koeman venait à être confirmé dans ses fonctions d’entraîneur par le nouveau président du club, le technicien néerlandais pourrait alors démarrer son mercato, et demander l’arrivée de Memphis Depay (27 ans).

Déjà désiré et convoité par l’ancien sélectionneur des Pays-Bas l’été dernier, l’attaquant de l’Olympique Lyonnais arrive en fin de contrat en juin prochain et pourrait, à l’instar d’Eric Garcia, rejoindre les Blaugrana gratuitement. Ronald Koeman souhaite toujours que l’ancien ailier de Manchester United le rejoigne en Catalogne selon Mundo Deportivo. Reste désormais à savoir maintenant si Koeman sera encore l’entraîneur du Barça la saison prochaine.

 


 

Aulas doit réagir, Lyon se fait « enfiler » par les arbitres

Foot01.com

Certains supporters de l'Olympique Lyonnais commencent à sérieusement se demander si dans la bataille pour le titre de champion de France, les arbitres n'ont pas décidé que l'OL devait tomber.

Entre l’Olympique Lyonnais et l’arbitrage, c’est un longue histoire et souvent les adversaires de l’OL ont estimé que les arbitres étaient toujours rapides à les sanctionner, le fameux « pénalty pour l’OL » étant devenu une blague récurrente. A l’époque, Jean-Michel Aulas pesait lourd dans le football français, et le président de l’Olympique Lyonnais frappait fort sur son compte Twitter quand il estimait qu’un arbitre n’avait pas été correct avec son club. Mais depuis plus d’un an, le boss de Lyon s’est éloigné des réseaux sociaux, même si de temps en temps il fait son retour avec des messages nettement moins pugnaces que dans le passé. Cependant, alors que son club bataille durement avec Lille, le PSG et l’AS Monaco pour le titre de champion de France, Jean-Michel Aulas est appelé à la rescousse. Car pour certains supporters de l’OL, il est clair que depuis quelques matches, les décisions arbitrales sont défavorables à Lyon.


Aulas se tait, les arbitres abusent


On se souvient du coup de gueule de Juninho après le match nul concédé par l’Olympique Lyonnais à Marseille, le directeur sportif de l’OL contestant le fait qu’un penalty soit accordé à l’OM alors que cela n’avait pas été le cas pour Lyon sur une faute similaire dans la surface. Ce samedi, au lendemain du nul à Reims, c’est un penalty oublié sur Lucas Paqueta qui agace du côté de la capitale des Gaules. Avec son franc-parler, Barth Ruzza, qui animé OL Night System sur la chaîne officielle de l’Olympique Lyonnais tape du poing sur la table. « Certains diront que les sorties du président était parfois de trop. Résultat ?  Depuis que le boss est plus discret, on se fait enfiler ! La voilà la vérité ! », lance l’animateur, qui reçoit le soutien de nombreux followers lyonnais.

 


 

Garcia s’est trompé à Reims, Régis Brouard accuse

Footradio.com

Même si l’Olympique Lyonnais est revenu de son déplacement à Reims avec le point du match nul (1-1), le club rhodanien n’a pas vraiment rassuré en Ligue 1…

Vendredi, Lyon a loupé une belle occasion de se relancer pleinement dans la course au titre. Tout simplement parce que l’OL a raté l’opportunité de reprendre provisoirement la tête, devant le LOSC et le PSG. Désormais à la merci des résultats de ses adversaires, Lyon est vraiment dans un bad mood depuis un mois. Vu que lors des cinq dernières journées de L1, l’OL n’a pris que huit points sur quinze… Face à Reims, le principal coupable est Rudi Garcia, d’après les suiveurs de l’OL. Car l’entraîneur a surtout subi les évènements en faisant notamment trois changements à la mi-temps pour rattraper ses mauvais choix du coup d’envoi… Un signe d’échec, selon Régis Brouard.


« Au départ, il a fait des mauvais choix… »


« Garcia s’est-il trompé dans son coaching contre Reims ? Oui ! Quand un entraîneur fait trois changements à la mi-temps… Pour le poste de latéral gauche, je pense que Cornet était blessé avant le match. Donc Garcia a mis De Sciglio par obligation. Il y avait peut-être un doute avant le match. Ensuite, il a mis Cherki à la place de Kadewere en début de match. Face à une équipe qui défend bien, il avait pris l’option d’apporter de la technique, du rythme dans le mouvement. Mais Cherki est meilleur dans l’axe que sur un côté. C’était un choix tactique de sa part. Il a rectifié à la mi-temps, en faisant rentrer Kadewere, qui a apporté de la profondeur et de la présence dans la surface de Reims. On peut noter qu’il a vite réagi. Il n’a pas attendu. C’est une bonne chose. Mais au départ, il a fait des mauvais choix… », a confié le consultant de La Chaîne L’Equipe, qui espère que Garcia retrouvera le fluide de la première partie de saison. Et son OL en aura bien besoin, puisque c’est le PSG qui se présentera au Groupama Stadium la semaine prochaine !

 


 

Kadewere est énorme, Kévin Diaz applaudit

Footradio.com

Tout proche d’une énorme désillusion sur la pelouse de Reims vendredi en ouverture de la 29e journée de Ligue 1, l’Olympique Lyonnais a encore une fois été sauvé par Tino Kadewere (1-1).

Mené au score à cause d’un magnifique but de Cafaro à la demi-heure de jeu, le club rhodanien a dû attendre le temps additionnel pour arracher un point de son déplacement à Reims. Un Champagne débouché par Tino Kadewere. Entré en jeu à la mi-temps à la place de Rayan Cherki, l’international zimbabwéen a retrouvé le chemin des filets au meilleur des moments pour laisser son équipe dans la course au titre de Champion de France. Alors qu’il n’avait plus marqué depuis son doublé dans le derby contre l’ASSE en janvier dernier, le joueur de 25 ans a offert un précieux point à Lyon de la tête sur un service de Memphis Depay. Une réalisation qui montre que Kadewere est encore au-dessus de Cherki dans la hiérarchie offensive de Rudi Garcia, selon Kévin Diaz.


« C’est lui qui va arracher un point pour Lyon en fin de match »


« Cherki, titulaire, ce n’était pas une bonne nouvelle avant le match. Car pour moi, Cherki est beaucoup trop jeune pour assumer un statut de titulaire. Et malheureusement pour lui, on l’a vu dans cette première période. Il a bien commencé, et ensuite il a trop touché le ballon. Il n’a pas la maturité nécessaire. Et derrière, il y a Kadewere qui rentre. Il est beaucoup moins spectaculaire, il est moins technique. Mais le mec, il court, il fait les efforts, et c’est lui qui va arracher un point pour Lyon en fin de match », a lâché, dans l’After Foot, le consultant de RMC, qui sait que Kadewere réalise une première saison énorme avec l’OL, où il a marqué dix buts et délivré trois passes décisives en 28 matchs de L1.

 


 

FFF : Noël Le Graët réélu pour quatre ans

Butfootballclub.fr

Le président de la FFF en exercice, Noël Le Graët, a été reconduit dans ses fonctions pour quatre ans ce samedi, après un vote dont il est sorti grand gagnant.

Organisées ce samedi, les élections pour la présidence de la FFF n'ont pas réservé de surprise. Noël Le Graët, en poste depuis 2011, a été reconduit pour quatre nouvelles années avec un score digne d'une république bananière : 73,02% des voix. Son rival, Frédéric Thiriez, n'a obtenu que 25,11% alors que le troisième homme, Michel Moulin, doit se contenter d'un infime score de 1,87%.

L'Equipe précise que la victoire de Le Graët ne faisait aucun doute car il était le seul à avoir des présidents de clubs professionnels dans son camp ainsi que des patrons de Ligues régionales. Malgré ses dérapages récents, notamment sur le football féminin, le Breton va donc poursuivre sa mission, alors Thiriez proposait une profonde évolution de la Fédération.



Voir aussi... L'actu du Vendredi 12 Mars // Reims 1-1 OL : L'After

 

Last modified on samedi, 13 mars 2021 18:10