L'actu du Jeudi 11 Mars

L'actu du Jeudi 11 Mars

Voir aussi... L'actu du Mercredi 10 Mars // Reims - OL : L'Avant Match

Joueurs actionnaires de l'OL, vers un conflit d'intéret ?

Sofoot via Twitter

 


 

Juninho se démène pour régler le problème du match face à Lens

Butfootballclub.fr

Pour ne pas que l'OL soit pénalisé dans son choc face au RC Lens après la trêve internationale, Juninho fait son possible auprès des diverses sélections. Avec beaucoup d'empathie.

Si la CONMEBOL a réglé le souci pour Lucas Paqueta et Bruno Guimaraes en reportant les matches de qualification de la zone AmSud prévu fin mars, l'OL se retrouve encore face à un gros casse-tête lors de la prochaine trêve internationale. Un casse-tête qui inquiète d'ailleurs Rudi Garcia, lequel s'en est ému hier en conférence de presse.

En effet, du fait des consignes sanitaires et de la difficulté d'obtenir des dérogations pour éviter l'isolement, c'est jusqu'à 17 joueurs de l'effectif de l'OL qui pourraient être privés de sélection pour éviter que ces derniers ne soient indisponibles pour le choc face au RC Lens le premier week-end d'avril. Le problème concerne notamment les internationaux africains (Kadewere, Toko-Ekambi, Diomandé, Cornet, Slimani, Benlamri), lesquels n'ont pas d'autres dates possibles pour conclure leurs qualifications à la CAN 2021.


Juninho appelle les sélectionneurs nationaux


Comme le rapporte L'Equipe, Juninho s'est d'ailleurs saisi du problème à bras le corps, prenant directement contact notamment le sélectionneur de la Côte d'Ivoire Patrice Baumelle : « Juninho a été très bien. Il a évoqué cette situation. Lui-même a été international et m'a dit qu'il sait ce que ça représente pour un joueur. J'ai déjà parlé à Maxwel et Sinaly et ils veulent évidemment venir. J'ai calculé que, pour notre séjour, les joueurs auront 5 tests en dix jours! Ce que je ne comprends pas, c'est que les internationaux français devraient visiblement avoir une dérogation et pas les autres. Pourquoi ? Espérons que des solutions soient trouvées ! »


Depay, le cas le plus explosif pour Garcia pendant la trêve internationale


« On espère que les joueurs pourront aller défendre les couleurs de leurs sélections nationales, mais si c’est pour que certains nous manquent contre Lens, c’est logique que l’on pense d’abord à protéger les intérêts de l’OL. C’est déjà compliqué en terme de dates, donc pourvu qu’ils puissent jouer avec nous quand ils rentrent. Sinon je serai moi-même le premier à dire : personne ne part et tout le monde reste. »

Les Pays-Bas de Memphis Depay vont par exemple jouer en Turquie le 24 mars, à domicile contre la Lettonie le 27 et à Gibraltar le 30. Or, ce dernier, même s'il est indépendant footballistiquement parlant aux yeux de l'UEFA, reste un territoire britannique. Dont les ressortissants sont interdits dans la plupart des grandes nations européennes. La fin mars constituera un vrai casse-tête. A l'OL comme partout ailleurs.

 


 

Memphis Depay au Barça, ça se complique !

Foot-sur7.fr

Priorité du FC Barcelone depuis le mercato estival 2020, Memphis Depay, capitaine de l’ OL, est toujours dans les plans du coach Ronald Koeman. Toutefois, son arrivée en Catalogne s'annonce compromise. Deux raisons sont évoquées.

En fin de contrat à l’ OL en juin 2021, Memphis Depay devrait filer librement à l’issue de la saison. Et sa destination privilégiée est bel et bien le Barça. En effet, Ronald Koeman tente depuis l’été dernier de recruter son compatriote. Ce dernier devait être le successeur de Luis Suarez cédé à l’Atlético Madrid, mais son transfert avait finalement échoué. L’entraîneur du club catalan est revenu à la charge à l’hiver, mais des détails administratifs avaient empêché l’arrivée du Néerlandais en Espagne, en janvier 2021. Libre dans trois mois et demi, le meilleur buteur de l’Olympique Lyonnais devrait débarquer à Barcelone à l’été. Ronald Koeman l’y attend à bras grands ouverts.


La direction du Barça vise Sergio Agüero


Pour engager Memphis Depay, le club présidé par Joan Laporta (depuis le 7 mars) ne payera pas d’indemnité, sauf des primes à la signature. Une opportunité donc pour les Blaugrana en crise financière. Cependant, la direction du Barça est également intéressé par les services de Sergio Agüero, aussi en fin de contrat à Manchester City en juin 2021. L’attaquant argentin (33 ans en juin) est un serial buteur, comparativement à Memphis Depay (27 ans). Mais, il n’incarne pas le renouveau annoncé par les nouveaux dirigeants catalans. Malgré cela, le journal AS évoque un réel intérêt de Joan Laporta pour ‘’Kun’’.


Le coach des Blaugrana en sursis


Du coup, le dossier du capitaine de l’ OL pourrait se compliquer. Le journaliste espagnol Oriol Domènech confirme que l’arrivée de Memphis Depay au FC Barcelone est conditionnée par le futur de Ronald Koeman sur le banc de touche du club. Il faut indiquer que l’élimination du Barça de la Ligue des champions en 8e de finale relance le débat sur l’avenir du coach de 58 ans. Nommé le 19 août 2020, il est sous contrat jusqu’en juin 2022. Toutefois, l’issue de la saison en cours pourrait sceller son sort. En d’autres termes, si les Blaugrana ne sont pas champions, le successeur de Quique Setién pourrait être limogé. Un scénario qui serait profitable à Jean-Michel Aulas, Juninho et Rudi Garcia, tous favorables à la prolongation du contrat de Memphis Depay à l' OL.

 


 

Un énorme complot contre Aulas, il balance tout

Foot01.com

Pour Dominique Séverac, le choix d'arrêter le championnat la saison passée a été pris dans le but d'écarter l'OL de Jean-Michel Aulas de la Coupe d'Europe.

Le 28 avril dernier, Edouard Philippe sifflait la fin de la saison 2019-2020 de Ligue 1 en raison du Covid-19. Alors que les championnats voisins avaient choisi de prendre des mesures pour rendre la fin de la saison possible, la L1 s'était donc brutalement arrêtée. À ce moment là, l'Olympique Lyonnais était en pleine remontée au classement. Un retour au premier plan stoppé net par la décision du gouvernement. Finalement 7e, les Gones étaient donc privés de Coupe d'Europe. Une décision qui pourrait être en lien avec son président. En effet, lors d'un échange avec OLNS, Dominique Séverac, journaliste du Parisien, a balancé un arrangement anti-OL.

« On s'est arrangé sur le dos de l'OL, je maintiens mes informations. Ils l'ont fait sciemment pour écarter Lyon de la coupe d'Europe. Ils ont fait ça parce que  Jean-Michel Aulas dérange. C'est une petite vengeance » a assuré le journaliste. Lorsque la décision de l'arrêt du championnat avait été rendu officiel, le boss de l'OL s'était dit scandalisé.


Un arrêt finalement profitable à Lyon ?


Très critiqué pour sa décision, Edouard Philippe avait eu l'occasion de s'expliquer sur les antennes de RMC. Il avait alors ironiquement répondu qu'au vu du parcours des clubs tricolores en Ligue des Champions (Paris en finale et Lyon en demi-finale), son choix avait peut-être finalement été profitable au football français. Si cette interprétation peut paraître quelque peu tirée par les cheveux, on peut néanmoins constater que le fait de ne pas jouer de Coupe d'Europe cette saison et donc d'être concentré à 100% sur la Ligue 1 permet certainement à l'OL d'être aujourd'hui toujours dans la course au titre. Nul doute que si Lyon parvenait à mettre la main sur un titre de champion qui lui échappe depuis 2008, Jean-Michel Aulas oublierait sans aucun doute la décision du gouvernement.

 


 

Ligue 1: les dates de la saison 2021-2022 sont connues

RMC.fr

La LFP a dévoilé ce jeudi le calendrier général de la Ligue 1 et de la Ligue 2 pour la saison 2021-2022. Pour l'élite, la première journée se jouera le week-end des 7 et 8 août.

Retour à un programme à peu près normal. Alors que la saison 2020-2021 avait débuté en France fin août en raison de la crise sanitaire, l'exercice 2021-2022 va renouer avec des dates assez traditionnelles.

Comme l'a indiqué la LFP ce jeudi, la saison de Ligue 1 débutera le week-end des 7 et 8 août, pour s'achever par un multiplex le samedi 21 mai 2022. Les barrages opposant le 18e de la saison de L1 au vainqueur des playoffs de L2 sont eux fixés les jeudi 26 mai (aller) et dimanche 29 mai 2022 (retour).

La Ligue 2, justement, fera son grand retour le week-end du 24 juillet, et la saison "régulière" se terminera le samedi 14 mai 2022. Les playoffs auront ensuite lieu les mardi 17 mai et vendredi 20 mai 2022. Enfin, les barrages opposant le 18e de L2 au 3e de National 1, ont été fixés les mercredi 24 mai (aller) et dimanche 29 mai 2022 (retour).

Le Trophée des Champions se jouera lui le 1er août, pour la toute première fois en Israël, au Bloomfield Stadium de Tel Aviv.

Rappelons que le début d'été sera évidemment marqué par l'Euro, prévu du 11 juin au 11 juillet, mais aussi par les Jeux olympiques, dont le tournoi de foot doit se dérouler du 22 juillet au 7 août. Autant dire que les joueurs du championnat de France concernés par les JO ne seront pas disponibles pour la reprise des hostilités.

 


 

Droits TV Ligue 1: la justice donne raison à la LFP face à Canal+ et beIN

RMC.fr

Le tribunal de commerce de Paris a débouté Canal+ et beIN Sports, qui avaient saisi la justice pour exiger de la LFP qu'elle remette sur le marché le lot n°3 des droits TV de la Ligue 1 (deux matchs par journée).

Neuf jours après l’audience, le tribunal de commerce de Paris a rendu sa décision dans l’affaire qui opposait la Ligue de football professionnel (LFP) à Canal+ et beIN Sports quant au sort du lot n°3 (actuellement détenu par beIN, mais sous-licencié à Canal pour 332 millions d’euros par an). Les deux groupes audiovisuels ont été déboutés de l’intégralité de leurs demandes. Le tribunal condamne même Canal+ à verser à la 50.000 euros à la Ligue, au titre des frais de justice.

La chaîne cryptée avait saisi la justice pour exiger de la LFP qu’elle remette l’ensemble des droits sur le marché au moment d’un futur appel d’offres et non pas uniquement ceux détenus par Mediapro.


La LFP pourra faire un appel d'offres sans ce lot


C’est donc une victoire pour la LFP, qui va pouvoir continuer de bénéficier de ce contrat signé avec beIN Sports sur le lot n°3. Cela va donc lui apporter 330 millions d'euros jusqu’en 2024.

De plus, si la Ligue décide de lancer un nouvel appel d'offres à l’issue de la saison, elle pourra le faire seulement sur 80% des matchs, en excluant donc ce lot n°3 qui comprend deux rencontres par journée.

 


 

Vidéo : Les coulisses de la formation à l'OL

Youtube

 


 

Mercato : les Anglais éliminés de la course au « nouveau Kadewere »

Butfootballclub.fr

Le règlement des transferts vers l'Angleterre a évolué suite au Brexit. Le cas concret du lyonnais Tino Kadewere nous permet de bien comprendre les principales évolutions appliquées au football français.

Pour bien comprendre la subtilité des règlementations anglaises, le cas du lyonnais Tino Kadewere (25 ans) est intéressant. Lorsqu'il était meilleur buteur de Ligue 2 avec Le Havre (20 buts en 24 matches en 2019-20), le Zimbabwéen aurait pu être transféré directement vers un club anglais plutôt qu'à l'OL. A niveau de performances égales, ce ne sera plus possible depuis le 1er janvier dernier.

Avec le Brexit et les changements de réglementation, l'international A zimbabwéen (hors du Top 50 de la FIFA et donc pas éligible au permis de travail automatique) n'aurait pas pu obtenir – même en jouant 100% des matches de L2 - plus de 12 points sur les 15 nécessaires au « GBE ». Bien sûr, une commission aurait pu étudier son cas particulier et lui permettre de jouer en Grande-Bretagne... Mais au prix d'une bataille complexe à l'issue incertaine. A contrario, le simple fait de passer par une étape intermédiaire en L1 change complètement la donne avec une obtention quasiment automatique du « GBE » du fait du prestige de l'élite française (voir les explications concernant le permis de travail).


Le réveil possible d'une concurrence étrangère sur les pépites L2 ?


D'un côté, on aura donc une Ligue 2 quasiment sortie de la course aux grosses ventes anglaises. De l'autre, une Ligue 1 qui peut en profiter pour aller chercher les meilleurs talents (à des prix inférieurs à ceux pratiqués par les clubs de Premier League et de Championship) pour les valoriser et toucher le jackpot un ou deux ans plus tard. Pour autant, et comme le rappelle Olivier Jarosz, ancien membre de l'ECA (European Club Association) désormais Managing Partner chez Club Affairs, ce changement de réglementation n'est pas une aubaine que pour les clubs de L1 :

« Le fait d'éliminer une source de revenus qui écrasait les autres concurrents, cela ne veut pas dire qu'on élimine les autres concurrents pour autant. Les Espagnols ou les Italiens peuvent être tentés d'offrir des contrats. Jusqu'ici, ils étaient à la masse, dans l'incapacité de suivre sur les offres anglaises. Il se peut aussi que cela profite aussi à l'Allemagne ou à quelques structures autrichiennes sur le modèle de ce que fait le Red Bull Salzbourg. En fermant le marché anglais, on va créer l'appétit dans d'autres clubs et d'autres championnats ».

En revanche, ce qui est certain, c'est que « l'élimination » des Anglais à la course sur ce type de joueur va mécaniquement faire baisser les prix et les salaires réclamés... Même si la crise économique et sanitaire de la Covid-19 avait déjà commencé sa campagne de « démolition » de cette bulle spéculative.

 


 

Vidéo : L'entrainement du jour

OL via Twitter

 

 

Voir aussi... L'actu du Mercredi 10 Mars // Reims - OL : L'Avant Match

 

 

Last modified on jeudi, 11 mars 2021 19:28