L'actu du Mercredi 10 Mars

L'actu du Mercredi 10 Mars

Voir aussi... L'actu du Mardi 9 Mars // OL 5-2 Sochaux : L'After

Caqueret : le rôle de son "idole" Juninho, son objectif de titre

RMC.fr

Au micro de RMC Sport, Maxence Caqueret ne tarit pas d'éloges sur Juninho. Le jeune milieu de terrain de l'OL, formé au club, considère le directeur sportif comme une "idole". Il évoque aussi l'implication du Brésilien dans le vestiaire.

Quand Maxence Caqueret parle de Juninho les mots sont élogieux: "C'est magique. Je l'ai regardé. J'ai adoré regarder ses matchs, ses coups francs. L'avoir en tant que directeur sportif dix ans après est quelque chose d'inespéré". Dans une interview accordée mercredi à RMC Sport, le jeune milieu de terrain de l'Olympique Lyonnais se confie sur son admiration pour le dirigeant brésilien. "La première fois que je l'ai vu, ça s'est très bien passé. Au début, j'appréhendais un peu, parce qu'on passe d'idole à patron", raconte-t-il.

"Il y a un bon rapport entre lui et les joueurs. Juninho essaie de donner beaucoup de confiance. Il conseille beaucoup sur le fait de ne pas lâcher, d'aller au bout de soi-même et de faire ce qu'on sait faire. Si vous parlez avec Juni, à tous les coups il vous dira: «Ma porte est grande ouverte». C'est ça qui est bien avec lui. Il est toujours disponible pour parler de tout et de rien. C'est vraiment bien de collaborer avec lui."


"On sentait qu'il avait la rage d'avoir perdu"


Maxence Caqueret fait aussi quelques confidences sur l'implication de Juninho dans le vestiaire, et son rapport à la culture de la gagne: "Quand il venait dans le vestiaire et qu'on perdait, on sentait qu'il avait la rage d'avoir perdu. On sent que c'est un gagneur. Voir de telles réactions dans un vestiaire, ça donne encore plus envie de gagner et de vaincre. Ça aide tout le monde."

À 21 ans, Maxence Caqueret compte 40 matchs avec l'OL, son club formateur. Il a fait ses débuts dans le monde professionnel en janvier 2019, à l'occasion d'une rencontre de Coupe de France. Il compte aujourd'hui trois passes décisives et un but.


"Le titre est un objectif, il ne faut pas se cacher", confie Caqueret


"On sait que tout est possible." Face aux caméras de RMC Sport, Maxence Caqueret a évoqué la course au titre dans laquelle est lancé l’OL en cette fin de saison en Ligue 1. Contrairement au discours jusqu’ici tenu par ses coéquipiers et son entraîneur Rudi Garcia, le milieu de terrain lyonnais (21 ans) a assumé les ambitions de son équipe: "Le titre est un objectif, il ne faut pas se cacher. Il nous reste dix matchs, les dix matchs seront des finales. On a le titre à portée."

Toutefois, le jeune homme est conscient que la tâche sera ardue, face à trois adversaires – PSG, Lille et Monaco – très bien armés. Toute erreur coûtera cher: "On sait que ça va être difficile, il y a quatre très bonnes équipes qui ne vont rien lâcher. Si une équipe perd, elle sait que c’est directement plus compliqué pour elle."

Treize ans après le dernier titre de champion de France décroché par l’OL, remporté pour la septième fois consécutive en 2008, Maxence Caqueret souhaite mettre fin à l’attente: "Cette équipe, c’est juste magnifique de se rappeler ce qu’elle a pu faire auparavant. Si on peut remporter ce trophée, ce serait exceptionnel pour le club et les supporters." Loin de mettre l’équipe sous pression, la riche histoire de l’Olympique Lyonnais "porte tout le monde", d’après le milieu de terrain.


"Gagner avec son club formateur, c’est ce qu’il y a de plus beau"


Enfant de la région, joueur de l’OL depuis qu’il a 12 ans, Maxence Caqueret reconnaît qu’un titre aurait une saveur toute particulière pour lui. "Gagner un trophée avec son club, un club où on a fait toutes ses classes, c’est quelque chose dont tout le monde rêve. Pour tous les "vrais" Lyonnais de l'équipe, ça nous porte encore plus", sourit-il.

Arrivé dans le groupe professionnel la saison dernière, le jeune milieu de terrain a déjà disputé une finale de Coupe de la Ligue et une demi-finale de Ligue des champions. Une ascension rapide, mais rien ne va trop vite pour Maxence Caqueret, qui souhaite marquer l’histoire du club qui l’a formé: "Marquer l’histoire avec des trophées, des victoires, c’est ce qui me motive à jouer. Gagner avec son club formateur, c’est ce qu’il y a de plus beau."

 


 

Garcia : « On est chasseurs, on regarde devant »

OL.fr

Rudi Garcia s'est présenté en conférence de presse à deux jours du déplacement de l'OL sur la pelouse de Reims. L'intégralité de ce moment est à retrouver sur OLPlay.

Point santé

« Kadewere est de retour. On devrait avoir tout le monde. »
 
Un an après l’arrêt du championnat

« J’espère que dans un an on jouera devant 60 000 spectateurs. La France a été le seul pays à faire l’erreur d’arrêter son championnat. »
 
Le match contre Reims

« Notre objectif est d’être premier vendredi soir en attendant les résultats des autres. Ce match est très important car on rentre dans la période des confrontations directes. On doit faire notre maximum pour gagner à Reims. On pourra prendre des points sur les autres. Le discours du coach est de penser à Reims et rien d’autre. Cela ne sert à rien de se projeter sur les autres matches. Je ne veux entendre plus que Reims et non plus les sélections. On veut continuer à gagner pour rester sur le podium. On est chasseurs, on regarde devant. »
 
Le sprint

« La dynamique est importante pour soi mais aussi pour ce qu’on dégage vis-à-vis des autres. Toute série a une fin. »
 
Le calendrier avec la Coupe de France

« Je n’ai pas regardé le calendrier des tours suivants. Il faut respecter le tirage avec le Red Star qui vient d’éliminer une Ligue 1. Il faut se qualifier et on verra le calendrier plus tard. Tout cela doit sortir des esprits pour ne se concentrer que sur la Ligue 1 pour le moment. »
 
Houssem Aouar

« C’est un joueur important pour le groupe. Il a des caractéristiques différentes des autres. Il est complémentaire. On a des statistiques en interne et on échange de temps en temps à ce sujet. On avait fait un point juste avant ses deux buts. On avait vu que son pourcentage de réussite était anormalement bas donc il ne pouvait que marquer et cela a été dans le bon sens. »
 
Les sélections

« On est dans une période particulière, sans supporters, où on ne sait pas qui pourra partir en sélection. On espère que nos joueurs pourront défendre leur sélection mais s’ils doivent manquer contre Lens... On cherche aussi à défendre les intérêts de l’OL. J’espère que cela va se régler en France. Ils ont trois matches officiels au lieu de deux. Le calendrier est déjà compliqué. Quand ils rentrent, ils doivent pouvoir jouer avec nous. Dans le monde sportif professionnel, on doit être une des populations les plus testées, c’est au minimum deux fois par semaine... Les joueurs sont des garçons intelligents. Je comprends les sélectionneurs et je pense qu’ils comprennent les entraîneurs de club. Tout le monde est dans la compréhension. Si on pouvait ne pas choisir, ce serait le mieux. Espérons qu’on ait des dispositions qui protègent les uns et les autres. Il y a moyen de ne léser personne. »

 


 

Cornet : « Ne pas se mettre une pression négative »

OL.fr

A deux jours du déplacement de l'OL à Reims en ouverture de la 29ème journée de championnat, Maxwel Cornet est venu répondre aux questions des journalistes. L'intégralité de la conférence est à retrouver sur OLPLay.

Son match à Sochaux

« En coupe le coach m’utilise devant pour faire tourner l’effectif, à Sochaux ça nous a réussi puisqu’on remporte le match avec tous les attaquants qui marquent, à titre personnel ça me faisait plaisir de retrouver les filets. »
 
Ses axes d’améliorations

« Je dois encore travailler mon placement c’est sûr, je ne suis pas un latéral de métier, j’apprends tous les jours, l’objectif est d’être le plus performant le week-end. Défensivement j’essaie d’être solide dans les duels et l’anticipation, je dois être encore plus solide sur les derniers gestes pour aider l’équipe. Je discute beaucoup avec le coach, avec Claudio Cacapa pour m’adapter aux différents postes. »

Ses records de buts et d’apparitions avec l’OL

« 50 buts c’est beaucoup, c’est une fierté de pouvoir écrire une petite page de l’histoire du club, je suis égalité avec Flo Maurice, c’est grâce à lui que je suis à Lyon, donc c’est une belle histoire, je lui enverrai un message quand je le dépasserai. Cela démontre la confiance que le club me porte, ça me donne envie de la lui rendre en étant le plus performant possible. »
 
Le sprint final

« C’est une période décisive, il ne faut pas se mettre une pression négative qui va nous faire déjouer, on a cette expérience des sprints finaux, on était plutôt bon quand il s’agissait de mettre un coup d’accélérateur, à nous de faire ce qu’il faut pour bien finir, et ça commencera dès le match contre Reims. Tous les matchs sont importants, il n’y a pas de question à se poser. L’objectif c’est d’être heureux en fin de saison et on sait par quoi cela devra passer. »
 
Un second souffle en fin de saison

« C’est une prise de conscience naturelle, on redouble d’efforts, c’est un peu comme les matches de Ligue des Champions, on trouve une motivation supplémentaire, ç a ne s’explique pas. Cette année on a une très belle équipe pour faire quelque chose en fin de saison, à nous de rester sérieux. »

 


 

Govou impressionné par Depay

Maxifoot.fr

En fin de contrat en juin prochain, Memphis Depay (27 ans, 28 matchs et 14 buts en L1 cette saison) dispute sans doute ses derniers matchs avec l’Olympique Lyonnais. Pour Sidney Govou, l’attaquant néerlandais a les épaules pour tenter d’emmener le club rhodanien au sommet du football français.

"Des signes ne trompent pas comme l’abnégation de Memphis sur le but qu’il offre à Aouar face à Rennes. Quand votre capitaine a cet état d’esprit, les autres suivent. Memphis est investi d'une mission, comme jamais depuis qu’il est à Lyon. C'est le joueur qui fait la différence. Dès qu'il est moins bien, on le voit sur l'équipe. Il a les épaules pour porter l’équipe. Se ranger derrière lui peut-être une très bonne chose, en quelque sorte comme à mon époque avec Juninho, même si les pouvoirs étaient plus partagés", a indiqué l’ancien Gone pour Le Progrès.

 


 

Lyon privé de 17 joueurs ? Inacceptable pour l'OL !

Foot01.com

En raison de la trêve internationale, et des textes sanitaires, l'Olympique Lyonnais risque d'être privé de 17 joueurs en Ligue 1 et en Coupe de France. L'OL refuse cette menace.

Dans un peu moins de deux semaines débutera une trêve internationale afin que se disputent des matchs qualificatifs pour le Mondial 2022 au Qatar, et à la prochaine Coupe d’Afrique des Nations. Et comme l’Olympique Lyonnais compte 17 internationaux dans ses rangs, le club de Jean-Michel Aulas est très attentif aux règles sanitaires imposées par chacun des états concernés par ces rencontres. En ce qui concerne la France, les footballeurs n’ont aucune dérogation et devront se plier aux règles communes, à savoir réaliser un test PCR et respecter un isolement de sept jours au retour d’un pays n’appartenant pas à l’Union Européenne. Et comme l’a constaté Le Progrès, 17 joueurs de l’OL pourraient rater le match contre Lens en Championnat de Ligue 1 le 3 ou 4 avril, puis le choc face au Red Star en Coupe de France quelques jours plus tard en fonction de ces textes. De quoi évidemment inciter Lyon à contester cette situation, d’autant que la FIFA l’autorise à bloquer ses internationaux s’il y avait une mise à l’isolement obligatoire de plus de 5 jours.

Interrogé par le quotidien régional,le  directeur du football à l’Olympique Lyonnais, ne veut pas croire qu’il faudra purement et simplement empêcher les internationaux de l’OL de rejoindre les équipes nationales, le dirigeant rhodanien comptant sur les instances sportives et politiques pour trouver une solution acceptable. « On pourrait être tranquille et dire non à nos 17 joueurs (…) Je n’ai pas envie que l’on aille au conflit avec les joueurs. Et l’état, en fonction de cette septaine, on peut refuser la mise à disposition. Et notre objectif est de créer une action au niveau des pays (…) La solution la plus raisonnable c’est de reporter la période FIFA, il n’est pas raisonnable de demander à des joueurs de voyager aux quatre coins du monde », explique Vincent Ponsot, qui attend désormais une réponse officielle dans la semaine avant d’éventuellement entamer des discussions avec les joueurs. Mais du côté de Lyon on est clairement décidé à ne pas mettre en péril les intérêts sportifs, même si pour cela il faudra retenir des internationaux.

 


 

Les 5 leçons à retenir de la qualification des Lyonnaises en quarts de Ligue des Champions

90min.com

L'Olympique Lyonnais a validé son ticket pour les quarts de finale de la Ligue des Champions féminine, en dominant Brondy IF (1-3) lors du match retour (1-5 score cumulé). Les Lyonnaises ont tremblé en début de rencontre, mais n'ont jamais lâché un match outrageusement dominé au global. Buts signés Nikita Parris, Melvine Malard et Wendie Renard.

1. L'OL est capable de se faire surprendre

Ogre du football mondial, l'Olympique Lyonnais a aussi ses moments de malchance comme toute autre équipe. Ce mercredi après-midi, c'est le premier quart d'heure du match qui a tourné au vinaigre.

À la 11e minute de jeu, les Rhodaniennes ont en effet concédé l'ouverture du score sur une frappe de Nanna Christiansen. Et dans la foulée, elles ont perdu sur blessure Selma Bacha. Le scénario partait clairement en cacahuète, mais l'OL est un ogre, comme dit au début. Et la capacité à se reprendre et ne pas sombrer à vite été démontrée.

2. L'OL n'a quand même laissé que des miettes

71% de possession de balle. 24 tirs à 1. 15 corners à 0. C'est un véritable siège, un attaque-défense pendant 90 minutes qui s'est déroulé au Danemark, pour ce huitième de finale retour de Ligue des Champions.

Jamais Brondby n'a eu le temps de développer une réelle séquence de possession de balle, tant la pression mise par les Lyonnaises étaient impressionnantes.

Elles n'ont pas été très adroites dans le dernier geste, très approximatives dans l'avant-dernier aussi. Mais concrètement, le ballon ne leur a quasiment jamais quitté les pieds au cours de cette rencontre.

3. Cascarino pour illustrer les maux de l'OL

Si seulement trois buts ont été inscrits, sur 24 frappes, dont 10 cadrées, c'est qu'il y a eu un problème quelque part. Delphine Cascarino peut vous l'expliquer. La latérale gauche lyonnaise était extrêmement offensive ce mercredi. Elle s'est retrouvée bien souvent aux abords de la surface. Et puis, voilà...

Trop lente dans ses enchaînements ou trop imprécises sur ses contrôles et ses centres, l'internationale tricolore n'a pas pu mettre ses coéquipiers ou se mettre elle-même dans les meilleures dispositions pour marquer.

Et l'on s'appuie sur elle pour le démontrer, parce que cela a été particulièrement criant. Mais c'est applicable à l'ensemble du groupe lyonnais. Un point à travailler, pour la suite de la compétition.

4. Brondby n'a pas à rougir de sa prestation

Malgré une outrageuse domination lyonnaise, les Danoises ont tout de même vaillamment défendu leurs chances.

Dans un 4-4-2 bien posé, Brondby a fait preuve de solidarité et de discipline pour empêcher leur adversaire d'avoir du temps à l'approche des 30 derniers mètres. C'est à relever, puisque joue clairement dans la maladresse finale de leurs adversaires.

Malheureusement, une petite baisse physique en fin de première période a ouvert des brèches dans lesquelles les Rhodaniennes se sont engouffrées. Mais la seconde période a retrouvé un vrai bloc et si l'écart final est, à juste titre, conséquent sur le cumulé des deux rencontres, une vraie position tactique a été visible face à un adversaire clairement supérieur.

5. Il faudra élever son niveau de jeu en quart de finale

Le job est plus que fait, en vrai, côté lyonnaise. 5-1 en score cumulé et une qualification pour les quarts de finale sans avoir réellement tremblé. Mais il faudra être encore plus tueur à partir du prochain tour, puisque le plateau va être extrêmement relevé.

Le Paris Saint-Germain, le Bayern Münich, Wolfsburg ou encore le FC Barcelone seront à coup sûr au rendez-vous. Les choses vont donc se corser, dès le prochain tour, dont les matchs allers se joueront dans deux semaines !

 


 

Reims - OL : Jérôme Brisard aux commandes

OL.fr

Jérôme Brisard a été désigné par la LFP pour arbitrer le match d’ouverture de la 29 ème journée de Ligue 1 Uber Eats entre l'OL et Reims.

A 34 ans, Mr. Brisard compte près de 200 matchs officiels au compteur dont 77 en Ligue 1. Cette année il a déjà officié lors de 13 rencontres dans l’élite et distribué 54 cartons jaunes et 8 cartons rouges. L’officiel, en fonction depuis 2017, a rencontré l’OL à deux reprises cette saison, a chaque fois au Groupama Stadium, d’abord lors de la victoire contre Monaco (4-1), puis à l’occasion du match nul face à Brest (2-2). Enfin, il a pour le moment arbitré Reims à une seule reprise, pour une victoire 3-1 des hommes de David Guion sur la pelouse des Girondins de Bordeaux.

 


 

Depay ou Lacazette, la Juventus a le choix

Foot01.com

La Juventus Turin se prépare à une véritable révolution au mercato après une nouvelle élimination dès les 8es de finale de la Ligue des Champions.

Eliminée pour la troisième année consécutive beaucoup trop tôt de la Ligue des Champions, la Juventus Turin se prépare à vivre un mercato très mouvementé. De toute évidence, l’effectif à la disposition d’Andrea Pirlo n’est pas taillé pour concourir à la victoire finale dans la plus prestigieuse des compétitions européennes, et cela concerne aussi bien la défense que l’attaque. En fin de contrat en juin 2022, Cristiano Ronaldo devrait toujours être un joueur de la Juve la saison prochaine. Mais quels attaquants seront-là pour épauler la star portugaise ? Selon les informations obtenues par Blastingnews, deux pistes se détachent et elles concernent toutes les deux, de près ou de loin, l’Olympique Lyonnais.

Le premier joueur ciblé par la Juventus Turin n’est autre qu’Alexandre Lacazette, en fin de contrat dans un an et demi à Arsenal, et qui ne sait pas encore s’il va prolonger en faveur des Gunners. Le champion d’Italie en titre apprécie l’état d’esprit de l’ex-attaquant de l’OL ainsi que sa faculté à jouer dans un système à deux attaquants. Mais visiblement, l’international tricolore n’est pas le seul buteur ciblé par la Juventus Turin, qui pense toujours très fortement à… Memphis Depay. Il faut dire que le capitaine de l’Olympique Lyonnais réalise une saison pleine dans la capitale des Gaules et, cerise sur le gâteau, il sera libre de tout contrat au mois de juin. Spécialiste dans le recrutement de joueurs libres, la Juventus Turin aimerait faire honneur à sa réputation en raflant la mise dans le dossier Depay. Mais l’affaire ne sera pas simple, l’OL ayant toujours l’espoir de prolonger sa star et de nombreux cadors européens tels que Barcelone ou le Borussia Dortmund étant également sur les rangs…  

 


 

Cherki titulaire, Rudi Garcia va craquer

Foot01.com

Auteur de deux buts et d’une passe décisive contre Sochaux samedi en Coupe de France, Rayan Cherki monte en puissance à l’OL.

Remplaçant aux yeux de Rudi Garcia depuis le début de la saison, Rayan Cherki gratte de plus en plus de temps de jeu au fil des semaines. Plus sérieux aux entraînements, le milieu offensif de 17 ans est en pleine progression à l'OL et son coach s’en est récemment félicité en conférence de presse. De là à envisager un changement de statut d’ici la fin de la saison pour Rayan Cherki ? Chaque chose en son temps. Mais selon Jérôme Rothen, interrogé à ce sujet sur RMC, il est clair que la progression de Rayan Cherki a pris un tournant important depuis le début de l’année 2021. Cela promet des maux de tête à Rudi Garcia dans les prochaines semaines à l'OL.

« Cherki progresse, cela fait quelques semaines qu’on le note. Quand il rentre en Ligue 1, il est plus consistant, il apporte un plus contrairement à ce qu’il avait fait en début de saison. C’est un jeune joueur, sa marge de progression est énorme. On sent qu’il progresse, certains dans le vestiaire doivent lui faire beaucoup de bien dans l’approche des matchs, dans la gestion du stress et de l’appréhension de l’événement. Il y a des joueurs d’expérience qui lui apportent un plus, tout comme Rudi Garcia, il y a quelque chose qui se passe. Je sens que le coach n’est pas loin de lui donner encore plus de temps de jeu. Après le match de Sochaux, il a dit qu’il retenait son replacement, sa précision. Le seul reproche que je ferais à Garcia, c’est de ne pas donner plus de temps de jeu à Cherki quand certains attaquants sont très moyens » a lancé le consultant dans le podcast After Lyon. Au milieu offensif lyonnais de confirmer les bonnes dispositions entrevues en Coupe de France lorsqu’il aura de nouveau sa chance en Ligue 1.

 


 

L’incroyable nouvelle destination de Farès Bahlouli

Butfootballclub.fr

Catalogué comme un futur grand de l’OL et passé par le LOSC, Farès Bahlouli (23 ans) s'est engagé avec le FC Metal Kharkiv, club de D3 ukrainienne !

La trajectoire de carrière de Farès Bahlouli est bien difficile à déchiffrer. Ce mercredi, le FC Metal Kharkiv a annoncé la signature du milieu offensif de 23 ans, ancien grand espoir de l’OL qui avait rejoint le LOSC pour se relancer en juin 2017 après avoir été en situation d’échec à l’AS Monaco.

Bahlouli, qui évoluera donc désormais en D3 ukrainienne, n’avait pas été conservé et avait quitté le club nordiste à l’hiver 2019 pour revenir tenter sa chance dans la banlieue lyonnaise (Lyon-Duchère puis SC Lyon). Sans succès puisque le voilà reparti dans le froid ukrainien.

 


 

Vidéo : Memphis régale à l'entrainement

Twitter

 


 

Vidéo Inside OL-Sochaux : le groupe vit bien !

Twitter

 

 

Voir aussi... L'actu du Mardi 9 Mars // OL 5-2 Sochaux : L'After

 

Last modified on mercredi, 10 mars 2021 20:04