L'actu du Mardi 23 Février

L'actu du Mardi 23 Février

Voir aussi... L'actu du Lundi 22 Février // Brest 2-3 OL : L'After

Garcia a trouvé "injuste" son accueil hostile par les supporters

RMC.fr

Dans une interview accordée à France Football, Rudi Garcia confie avoir souffert de l'accueil hostile reçu lors de sa signature à Lyon en 2019. Il a tourné la page et veut remporter le titre en Ligue 1, qu'il estimerait plus fort que celui décroché avec Lille en 2011.

Son passé d'ancien entraîneur de l'OM n'était pas du tout passé à l'époque. Rudi Garcia s'était engagé avec Lyon en octobre 2019 dans un contexte de défiance de la part des supporters rhodaniens qui avaient déployé plusieurs banderoles hostiles, tout en huant son nom avant des matchs à domicile. Un an et demi plus tard, le technicien confie avoir souffert de cet environnement.

"Peut-être ai-je fait preuve de naïveté, c'est possible, confie-t-il dans une interview accordée à France Football, ce mardi. Mais j'ai trouvé tout cela très injuste, je le pense toujours d'ailleurs. Quand Lyon est venu me chercher, ils étaient un point seulement devant le dernier du championnat. Donc, même si j'ai trouvé mon accueil injuste, je n'avais pas vraiment de temps à perdre avec ce paramètre-là, et faire ce que j'ai toujours fait: travailler fort pour obtenir des résultats."

Garcia avait été nommé en remplacement du Brésilien Sylvinho, démis de ses fonctions quelques mois seulement après avoir succédé à Bruno Genesio. Il avait été préféré à Laurent Blanc, notamment, après avoir vu sa candidature poussée par Gérard Houllier, ancien conseiller du président Jean-Michel Aulas décédé le 14 décembre 2020. "Il me manque", confie Garcia au sujet de l'ancien entraîneur et dirigeant.


"Être champion avec Lyon, ce serait plus fort qu'avec Lille"


Parfois critiqué pour sa manière de s'exprimer, l'entraîneur assume sa "communication positive". Il balaie aussi les questions sur une éventuelle prolongation alors qu'il sera en fin de contrat l'été prochain. Avant cela, il veut offrir un nouveau titre de champion de France à l'OL, dix ans après celui glané lorsqu'il était sur le banc de Lille. Pour lui, la saveur serait encore plus forte.

"Le premier, c'est comme le premier amour, il vous marque à tout jamais, explique-t-il. Mais, oui, être champion avec Lyon, ce serait plus fort compte tenu de la présence du PSG qui doit gagner le titre chaque année. Mais, pour l'instant, le classement dit que nous ne sommes pas en tête." L'OL est 2e à trois points de Lille, leader.

 


 

Garcia, l'incroyable remontada

Francefootball.fr

L'entraîneur de l'OL a surmonté la défiance dont il faisait l'objet à son arrivée pour faire de Lyon un véritable candidat au titre. Récit de ce renversement total de situation dans FF actuellement disponible. Avec une interview de Rudi Garcia.

A l'intérieur de FF, un dossier autour de l'entraîneur des Gones, auteur d'une incroyable remontada. De son arrivée tourmentée et critiquée à une place de candidat au titre de champion de France. En passant bien sûr par le superbe parcours de son équipe en Ligue des champions la saison dernière, et cette défaite en demi-finales face au Bayern Munich, futur vainqueur, après avoir sorti la Juventus de Cristiano Ronaldo et le Manchester City de Pep Guardiola. «Je voulais vraiment gagner la Ligue des champions avec l'OL l'été dernier, ça ne s'est pas fait, avoue Rudi Garcia dans une interview accordée à FF à retrouver dans nos colonnes. Maintenant, j'espère pouvoir les qualifier à nouveau pour cette compétition.»


Le confinement, la bonne nouvelle ?


Son arrivée au sein d'un vestiaire sous tensions ; Un effectif à mettre à jour d'un point de vue physique ; La qualification précieuse pour les huitièmes de finale de la C1 il y a un an ; Le succès sur la Juve ; Puis le confinement et l'interruption des compétitions. FF revient sur le cheminement de cette aventure particulière. «Paradoxalement, cette interruption a peut-être un peu rendu service à Rudi, analyse Alain Perrin dans FF. Car le groupe s'est retrouvé pour la préparation de la finale de Coupe de la Ligue et le Final 8 avant la reprise du Championnat à huis clos. Ç'a annihilé la fronde populaire, ou en tout cas son expression. Forcément, ç'a donné un peu d'oxygène à Rudi.» S'il regrette et critique la dureté de son accueil dans le Rhône, l'ancien coach de la Roma porte son regard sur le confinement et ses conséquences dans FF : «C'est vrai qu'en juin on a pu installer un esprit commando car on avait la finale de la Coupe de la Ligue et une qualif' à obtenir en C1. Et, comme les joueurs avaient déjà senti la direction que l'on avait décidé de prendre depuis plusieurs mois, qu'il y avait une montée en puissance, ils étaient encore plus convaincus de tout donner en juin pour être au maximum ensuite.» Mais à l'image d'un début de saison compliqué, d'une réunion très tendue avec les joueurs, des rumeurs très rapides de non prolongation de contrat en fin de saison, Garcia n'a jamais vraiment eu de répit.

 


 

4 pistes de luxe s'offrent à Memphis Depay

Footmercato.net

Libre de tout contrat à la fin de la saison, l'attaquant hollandais ne devrait pas prolonger. Car il disposerait de plusieurs pistes alléchantes.

Après bientôt plus de quatre ans de bons et loyaux services, Memphis Depay (27 ans) a de fortes chances de quitter l’Olympique Lyonnais. Libre de tout contrat en fin de saison, l’international hollandais (59 sélections, 21 buts) pensait plier bagage l’été dernier quand le FC Barcelone de Ronald Koeman a frappé à sa porte. Malheureusement pour lui, les finances plombées du club catalan l’ont empêché de rallier la ciudad Condal. De son côté, Jean-Michel Aulas, parfaitement conscient qu’il lui sera presque impossible de prolonger son joueur, continue toutefois à garder espoir.

« C’est la fin d’une aventure pour cette année, c’est un joueur de grand talent, de classe mondiale. J’ai toujours souhaité qu’il reste mais nos propositions n’ont pas été retenues. On lui a laissé à chaque fois exprimer ses ambitions, ses valeurs. On l’a aidé pour aller à Barcelone, mais ce n’était pas possible sur le plan économique. Jusqu’au bout, on croit qu’il va renouveler pour la saison prochaine. Pour l’instant, c’est une chose pas possible, mais pourquoi pas ? », déclarait-il récemment au Progrès.


Depay aura le choix


Mais même si l’OL parvient à se qualifier en Ligue des Champions, voire à remporter le titre de champion de France, pas sûr que Depay soit tenté à l’idée de prolonger son contrat. Car le Mirror révèle que le Batave dispose de quatre pistes de luxe pour rebondir. La première c’est bien évidemment le Barça. Reste toutefois à savoir si Depay sera dans les plans du futur président culé qui sera élu le 7 mars prochain. La deuxième option mène à Liverpool. Les Reds ont besoin de renforts offensifs et l’opportunité de recruter un joueur d’expérience ayant déjà évolué en Premier League sans payer d’indemnité de transfert retient l’attention.

La troisième piste serait… un retour à Manchester United ! Parti en 2017, le Hollandais (14 buts en 26 matches de Ligue 1 cette saison) viendrait concurrencer Anthony Martial, surtout si le bail d’Edinson Cavani n’est pas prolongé (ce qui n’est pas forcément la tendance). Enfin, la quatrième et dernière option serait de filer à la Juventus. Toujours à l’affût des recrues de renom disponibles à bas coût (Ramsey, Rabiot, Pogba, Pirlo, Khedira, Daniel Alves pour ne citer qu’eux), la Vieille Dame se cherche des munitions offensives capables d’épauler Cristiano Ronaldo, si Alvaro Morata (prêté par l'Atlético de Madrid) n'est pas conservé.

 


 

Passeurs : Memphis Depay se mêle à la lutte

Ligue1.fr

Homme à tout (bien) faire de l’Olympique Lyonnais, Memphis Depay remonte à la quatrième place du classement officiel des passeurs de Ligue 1 Uber Eats, après avoir signé sa 7e passe décisive de la saison lors de la 26e journée.

Memphis Depay sait tout faire. Deuxième meilleur buteur de Ligue 1 Uber Eats (14 buts), dans la roue de Kylian Mbappé, le capitaine de l’Olympique Lyonnais est également bien placé dans la lutte pour le titre de meilleur passeur du championnat. En délivrant sa 7e passe décisive de la saison, vendredi, le Néerlandais s’est installé à la quatrième place du classement officiel des passeurs, à une longueur du leader, Andy Delort (Montpellier HSC).

A Brest, le numéro 10 lyonnais a offert un nouveau but à Houssem Aouar. Depuis l’arrivée du Batave à Lyon (janvier 2017), le duo s’est échangé 12 passes décisives l’un à l’autre en Ligue 1 Uber Eats, plus que tout autre duo lyonnais dans l’élite. A pratiquement quatre mois de la fin de son contrat, le Gone ne semble pas perturbé et pleinement concentré sur la lutte pour le titre, lui qui réalise l'une de ses meilleures saisons dans l'élite, étant directement impliqué sur 21 des 54 buts de l’OL cette saison.


 


 

Gouiri revient sur son départ des Gones

Onzemondial.com

Formé à l'Olympique Lyonnais, Amine Gouiri quittait l'été dernier les Gones pour rejoindre l'OGC Nice. Un transfert sur lequel il revient dans les colonnes du dernier Onze Mondial.

C'était l'un des gros mouvements de l'été en Ligue 1. Issu de la prestigieuse formation lyonnaise, Amine Gouiri décidait à seulement 20 ans de quitter le cocon rhodanien, direction le sud de la France et l'OGC Nice. Peu utilisé par Rudi Garcia avec seulement une petite minute de temps de jeu en championnat, le natif de Bourgoin-Jallieu décidait de tenter l'aventure niçoise. Un choix difficile sur lequel le joueur se confie dans le dernier numéro de Onze Mondial, disponible en kiosque ainsi que sur le site internet.


"J’aurais pu aller dans un autre club bien avant"


"Déjà, je n’ai pas quitté Lyon, j’ai choisi l’OGC Nice, c’est différent. Beaucoup de gens disent que j’ai quitté l’OL pour avoir du temps de temps, mais ce sont des bêtises. J’aurais pu aller dans un autre club bien avant. J’avais des possibilités en Ligue 2 et en Ligue 1. Mais ça ne m’intéressait pas d’aller dans un club pour aller dans un club. Je voulais un challenge qui me permette de m’épanouir. Quand le projet Nice s’est présenté à moi, j’ai tout de suite vu que le club répondait à 100% de mes attentes. C’est ça qui m’a plu. Signer à Nice, c’était un choix mûrement réfléchi, le club correspondait à toutes les cases que j’avais cochées", a-t-il ainsi indiqué.

Découvrez l'intégralité de l'interview d'Amine Gouiri, l'attaquant de l'OGC Nice, dans le dernier numéro de Onze Mondial, déjà disponible en kiosque ainsi que sur le site internet.

 


 

Mendy soutient Zidane et remercie Genesio

90min.com

Le latéral gauche madrilène n'a pas oublié ceux qui l'ont aidé au moment d'entamer la campagne de phases à éliminations directes en Ligue des champions avec la Casa Blanca contre l'Atalanta ce mardi soir.

Au moment d'aborder pour la deuxième fois les phases à éliminations directes de la C1 sous la tunique blanche, Ferland Mendy sait se montrer reconnaissant. Dans un entretien accordé à Marca, l'ancien Lyonnais a martelé son soutien envers Zinedine Zidane avant d'avoir un mot sympathique pour Bruno Genesio.

Bien installé sur son flanc gauche et comptant déjà 27 apparitions sous le maillot merengue cette saison, Mendy a défendu bec et ongles celui qui lui fait confiance depuis son arrivée dans la capitale espagnole.

"Je serai jusqu'à la mort avec Zidane et nous sommes tous avec lui, en fait. Je le vois tranquille. Mais nous ne prêtons pas beaucoup d'attention aux commentaires" a répondu fermement le latéral aux critiques qui pèsent sur le triple vainqueur de la Ligue des champions.

Passé par Le Havre et l'OL auparavant, Mendy a également eu un mot gentil pour son ancien entraîneur à Lyon, Bruno Genesio.

"Je n'ai pas eu tant d'entraîneurs que cela. A Lyon, j'ai eu Bruno Genesio. C'est lui qui m'a découvert pour la Ligue 1. Il m'a donné confiance et j'ai fait mes premiers pas dans la compétition grâce à lui" se rappelle le joueur de 25 ans.

Depuis, l'ancien lyonnais a bien grandi et aborde ce huitièmes de finale aller contre l'Atalanta Bergame sous son habituelle casquette de titulaire indiscutable au poste de latéral gauche où Marcelo appartient désormais au passé.

 


 

Galtier a décelé l’arme secrète de Rudi Garcia

Butfootballclub.fr

Face aux journalistes, Galtier a dévoilé la plus grande force de l’OL, qui est en lutte avec le PSG et le LOSC pour le titre de champion de France.

À l'approche du sprint final de la Ligue 1, les entraîneurs connaissent les forces des équipes adverses. Au sommet du championnat, le PSG, champion de France en titre, est concurrencé fortement par le LOSC et l’OL.

En conférence de presse, Christophe Galtier a dévoilé la principale force des hommes de Rudi Garcia : « Les trois buts lyonnais face à Brest sont arrivés à la suite de pertes de balles rapides de l’adversaire. Les grandes équipes sont très fortes face à des blocs bas, mais aussi certains qui poussent leurs adversaires à la faute pour créer rapidement un déséquilibre. »

Le coach des Dogues a avoué que le LOSC avait la même force que les Rhodaniens : « Nous ne sommes pas les seuls (n.d.l.r : à utiliser les récupération hautes et rapides). »

 


 

Slimani : «Ma seule erreur a été d’aller jouer en Turquie»

Competition.dz

En optant pour l’Olympique lyonnais, Islam Slimani est en train de revivre les sensations qu’il a perdues. Lui qui a vécu des moments difficiles, notamment à Leicester récemment, se dit heureux d’exercer son métier de footballeur.

Ce que l’attaquant de pointe de l’EN affirme lors d’un entretien accordé à la chaîne beIn-Sport en version française ; en voici les principaux extraits.

"A 12-13 ans, je me voyais jouer à l’OL, mais honnêtement, je ne pensais que ce rêve se réaliserait un jour"

Rapidement, Islam Slimani s’est intégré dans sa nouvelle équipe et ses dernières apparitions sur le terrain sont jugées positives. ‘’Quand tu joues au football, tu fais tout pour jouer ; je suis un gagneur, je veux aider l’équipe.’’ Et de se lancer le défi : ‘’Je vais tout faire pour gagner ma place.’’ Un défi que l’expérimenté attaquant algérien est en mesure de relever. Pour Slimani, porter les couleurs de l’OL est un rêve d’enfance : ‘’A l’âge de 12-13 ans, on venait avec mon club Ain Benian à Givors pour prendre part aux tournois. Je rêvais de revenir ici pour jouer avec l’OL, bien que, pour moi à l’époque, ce rêve paraissait utopique. Mais avec le travail, j’ai pu le concrétiser (sourire malicieux). » Quant aux chances de l’OL de finir champion de France à la fin de la saison, il dira : ‘’Quand on est joueur de ce club, on a garde toujours cette ambition de gagner un titre. Toutefois, comme je l’ai toujours déclaré, on va jouer match par match’’, prévient-il

"Avec la forte communauté algérienne ici, je ne me pas seul"

Partout en France, de nombreux Algériens y résident ; cependant Lyon fait partie des villes où il y a une forte communauté algérienne, et cela arrange bien notre international. « Cela m’aide beaucoup, ici à Lyon, je ne me sens pas seul.’’ Il faut dire que grâce à cet environnement plutôt favorable, Islam Slimani n’a pas mis beaucoup de temps à s’intégrer dans sa nouvelle équipe.

"Le Sporting m’a permis de me montrer. Je suis fier d’avoir joué dans un pays où Madjer a connu la gloire"

Reconnaissant envers le premier club qui lui a ouvert les portes pour jouer en Europe, Islam Slimani avouera même : ‘’Le Sporting Lisbonne restera à vie dans mon cœur. Ce club m’a permis de me montrer en Europe.’’ Avant de venir jouer au Portugal, un certain Rabah Madjer avait écrit une belle histoire dans le pays de Cristiano Ronaldo : ‘’ Madjer est connu partout dans le monde. C’est un grand joueur. En tant qu’Algériens, on ne peut qu’être fiers de ce qu’il a fait/’’

"A Newcastle, je suis arrivé blessé"

Si au Sporting Lisbonne, Slimani avait fait un excellent passage, une fois transféré à Leicester pour une somme énorme à l’époque (36 millions d’euros), il n’est jamais parvenu à faire son trou et ses expériences après à Newcastle et Fenerbahçce étaient un vrai échec. ‘’J’ai rejoint Newcastle pour un prêt de six mois. Comme à mon arrivée, j’étais blessé, j’ai mis 4 mois pour me rétablir. Par conséquent, on ne peut pas dire que j’ai échoué. En revanche, ce qui s’est passé en Turquie m’a choqué. Au début, l’entraîneur me faisait confiance, puis un jour il vient dire à Benzia et à moi qu’il ne compte pas nous faire jouer car on n’est à Fenerbahçe qu’à titre de prêts. Alors que j’avais reçu des offres intéressantes avant, je le dis aujourd’hui, aller en Turquie, c’était une grande erreur de ma part.’’ Slimani verra le bout du tunnel une fois que Monaco l’a engagé en 2019 pour un prêt d’une saison où il va enchaîner les belles prestations. ‘’Si j’ai réussi mon passage à Monaco, assure-t-il, c’est parce que j’avais faim, ma force. Quand je suis dos au mur, avec le travail, je réussis à m’imposer.’’

"Le retour triomphal après le sacre à la CAN-20 19, j’ai vu des vieilles femmes courir"

Bien que barré par la concurrence, Islam Slimani, qui était dans les 23 en Egypte, avait fait quelques apparitions pendant le tournoi. Il est toujours fier de son premier titre avec l’EN. ‘’Après avoir passé des moments difficiles, on remporte la CAN. Le retour à Alger au lendemain  du sacre, on s’est rendu compte de la joie et la fierté du peuple. J’ai même vu des grands-mères de 70 ans ou plus courir derrière le bus rien que pour nous approcher. Ce sont des images qui resteront gravées dans ma mémoire.’’ Et d’enchaîner avec l’anecdote sur le trophée au stade du Caire qu’il ne voulait pas redonner à ses coéquipiers qui le réclamaient. ‘’Quand c’est Slimani qui le fait, il y a toujours des commentaires (rires)’’, plaisante-t-il.

 


 

Sampaoli contre Lyon, la loi française dit non !

Foot01.com

Jorge Sampaoli devrait arriver le week-end prochain à Marseille. Mais l'entraîneur argentin ne pourra pas être sur le banc de l'OM contre Lyon, la loi ne le permettra pas.

Cette fois, on n’attend plus que le communiqué officiel de l’Olympique de Marseille, mais il ne fait plus aucun doute qu’après André-Villas Boas, et l’intérim de Nasser Larguet, c’est bien Jorge Sampaoli qui va devenir le troisième entraîneur de l’OM cette saison. Le technicien de l’Atlético Mineiro a officialisé son départ du club brésilien, et il se dit désormais que dès vendredi il embarquera dans un avion à destination de la France. Du côté des supporters marseillais, on espérait que l’énergique coach sud-américain puisse être là dès la rencontre toujours très attendue face à l’Olympique Lyonnais dimanche au Vélodrome. Mais, cela ne pourra pas être le cas pour une raison réglementaire assez simple et qui est liée à la situation sanitaire au Brésil et en France.

En effet, à ce jour, et il n’y a aucune raison que cela change d’ici la fin de semaine, les personnes qui arrivent du Brésil sont soumises à une mise en isolement de sept jours afin de ne pas « importer » le covid19 dont la variante brésilienne est redoutable. Dans un texte officiel mis à jour le 1er février, il est clairement indiqué que « toutes les personnes en provenance du Brésil souhaitant regagner la France et habilitées à entrer sur le territoire doivent attester du caractère impérieux de leur déplacement ainsi que présenter un test PCR négatif de moins de 72h à l’embarquement (…) Les voyageurs doivent aussi se munir d’une attestation de déplacement international ainsi que d’une déclaration sur l’honneur s’engageant à s’isoler pendant 7 jours une fois arrivés en France, puis à refaire un deuxième test PCR à l’issue de cette période de 7 jours », précise l’ambassade de France au Brésil. Autrement dit, dès qu’il posera le pied à Marseille, Jorge Sampaoli devra s’isoler pendant une semaine avant de pouvoir se mettre au travail du côté de la Commanderie. On voit mal l’Olympique de Marseille tenter le diable en demandant à son nouvel entraîneur de ne pas trop respecter cette règle. Les supporters de l'OM vont donc devoir patienter encore un peu.

 


 

5 ME pour prolonger Memphis Depay ? Il n’y croit pas

Footradio.com

Encore et toujours en fin de contrat du côté de l’Olympique Lyonnais, Memphis Depay a-t-il une chance de rester en France en vue de la saison prochaine ? Pas vraiment…

Tout proche d’un départ au FC Barcelone lors du dernier mercato estival, l’international néerlandais a finalement bien fait de rester à Lyon. Déjà parce qu’il réalise une saison pleine, avec quinze buts et sept passes décisives en 27 matchs, mais aussi parce que son club rhodanien est en course pour le titre de champion de France. Une motivation, probablement la dernière de Depay sous le maillot des Gones. En fin de contrat en juin prochain, Memphis n’a toujours pas prolongé. Et pour le faire, il réclame un salaire annuel de cinq millions d’euros, selon Blasting News. Une somme que l’OL ne sortira pas en cette période de crise, même pour son meilleur joueur qui touche actuellement 4,2 ME. Autant dire que les courtisans de Depay, comme le Barça, Dortmund, Liverpool ou la Juventus, ont le champ libre.


« Ça va être compliqué pour Lyon »


Une thèse confirmée par Jean-François Gomez. « Les rumeurs autour de Depay ? Pour l’instant, entre le club et Memphis, il ne se passe pas grand-chose… Le joueur fait ses matchs, il a des objectifs pour la saison prochaine. Il n’a jamais exclu de resigner à l’OL. Mais je ne le crois pas une seconde. Memphis est trop ambitieux, il a trop envie de jouer dans un grand club pour se dire qu’il finira sa carrière à Lyon. Lyon est un grand club, mais pas à son échelle. Donc je ne crois pas à sa prolongation. Il peut y avoir des discussions, car l’OL est un club important. On sait que les offres vont arriver, de la Juventus, du Barça… Ça va être compliqué pour Lyon », a expliqué le journaliste du Progrès, qui sait que Memphis Depay vit ses derniers mois du côté de Lyon. Au grand dam des supporters…

 


 

Un ancien attaquant parisien est cash : « Je vois bien Lyon en un et Lille en deux »

Sport.fr

La course au titre de champion de France 2021 est passionnante. Patrick Mboma, ancien attaquant camerounais du PSG, ne voit pas le club de la capitale finir champion de France cette saison.

« Ce n’est plus le PSG et les autres. Lyon a le meilleur milieu. Mon cœur me dit le PSG mais même si Paris finit avec dix victoires et deux nuls, si ces nuls sont obtenus contre Lille et Lyon, ils peuvent toujours être derrière. Aujourd’hui, je ne parierais pas sur le PSG. Ce n’était pas le cas en décembre. Ils n’ont jamais réussi à mettre le coup d’accélérateur. Je vois bien Lyon en un et Lille en deux. Monaco est dans une série et ça ne va pas durer 17 journées même si City prouve le contraire. Mais quand tu pars d’aussi loin, tu t’essouffles et tu as du mal à passer trois équipes », a indiqué Patrick Mboma dans le journal L’Equipe.

 


 

La KTM est en panne, le changement c’est maintenant

Footradio.com

Malgré le fait que l’Olympique Lyonnais soit toujours en course pour le titre de champion de France, Rudi Garcia ne peut plus trop compter sur son attaque de 2020…

Après 26 journées de Ligue 1, le club rhodanien est solidement installé sur le podium du championnat. Deuxième à trois points du leader lillois, l’OL est devant le PSG. Une bonne chose dans la course au titre. Et pourtant, depuis le début de la nouvelle année, Lyon est plus dans le dur. Outre les revers contre Metz et Montpellier, l’équipe de Rudi Garcia ne gagne plus qu’à l’arraché. La faute à qui ? À un peu toute l’équipe. Car si la défense a ses torts, l’attaque n’est pas exempt de tout reproche non plus. Vu qu’à part Memphis Depay, plus personne ne fait l’unanimité devant, sachant que Toko Ekambi et Kadewere ont baissé de régime depuis quelques semaines. Un constat partagé par Edward Jay.


« Peut-être que Garcia va devoir rebattre les cartes »


« Dans la KTM, le M est encore là avec Memphis. Le K de Kadewere, il n’est plus titulaire. Et le T de Toko Ekambi, il peine. En 2021, les stats, c’est six buts et trois passes décisives en neuf matchs pour Depay. Toko Ekambi, seulement deux buts et une passe. Et Kadewere, à part le doublé dans le derby contre l’ASSE, rien, zéro passe. Il n’était pas titulaire le week-end dernier. Il y a vraiment quelque chose à faire de ce côté-là. Aouar a pris la place de Kadewere à gauche, mais ce n’est pas son poste… Quid de Slimani, Cherki ? Peut-être que Garcia va devoir rebattre les cartes pour que cette KTM change. L’OL doit retrouver son attaque qui faisait sa force en novembre-décembre », a lâché le correspondant de RMC à Lyon, qui pense que Garcia va devoir injecter du sang neuf dans son équipe-type s’il veut que l’OL aille au bout de son rêve en L1.

 


 

Vidéo : L'entrainement du jour

OL via Twitter

 


 

Sondage : A quelle place finira l'OL ?

100%OL via Twitter

 

 

 

 

Voir aussi... L'actu du Lundi 22 Février // Brest 2-3 OL : L'After

 

Last modified on mardi, 23 février 2021 20:16