L'actu du Mercredi 17 Février

L'actu du Mercredi 17 Février

Voir aussi... L'actu du Mardi 16 Février // OL 1-2 Montpellier : L'After

Paqueta : « Tout donner pour retrouver la victoire »

OL.fr

Le milieu de terrain brésilien s'est présenté en conférence de presse aujourd'hui, avant le déplacement de l'OL à Brest. L'intégralité de ce moment est à retrouver sur OLPlay.

La défaite à Montpellier

« C’était une défaite douloureuse à la maison, il nous a manqué des buts sur ce match, on doit penser à nous, à notre travail quotidien et ne pas penser aux autres équipes. On a péché dans la finition, on a senti de la nervosité, cela nous a gêné ; aujourd’hui on travaille vraiment notre finition pour que cela ne se répète pas. On n’aime pas perdre, lorsqu’on perd on analyse, c’est pour ça qu’on a bien travaillé pour ne plus commettre ces erreurs et retrouver la victoire. On sortait d’une belle séquence, tout s’enchainait bien, mais on ne peut toujours être bien, cependant on donne toujours notre maximum ; il faut penser au match de Brest et tout donner pour une nouvelle victoire. »
 
Son style de jeu

« Je pense que j’ai enchainé un grand nombre de matches et à partir là, les adversaires ont commencé à me connaitre. C’est à moi de travailler pour m’améliorer. Ça fait partie du football, je ne vais pas changer mes caractéristiques mais je dois trouver la solution adéquate pour m’améliorer. »
 
Sa réussite devant les buts

« Je suis heureux de marquer, je veux aider l’équipe et faire du mieux possible et aussi aider mes partenaires à marquer. »
 
Le niveau physique du championnat de France

« J’ai été surpris, c’est un championnat très disputé, je remercie Paolo Rongoni de m’aider tous les jours, aujourd’hui je me sens bien et je suis capable de m’en sortir dans tous les types de duels. »
 
Islam Slimani

« C’est très important d’avoir ce comportement de guerrier, de toujours vouloir gagner et de se battre sur chaque ballon, il aide toujours l’équipe. »
 
Les remplaçants en forme

« Ce sont tous des joueurs de très grande qualité, pour moi personne n’est remplaçant ou titulaire dans cette équipe. C’est tous ensemble que l’on sera fort. »

 


 

Aulas : « Il faut faire revenir les gens au stade…. »

OL.fr

Jean-Michel Aulas, le président de l'OL, a présenté ce mercredi 17 février les résultats semestriels 2020-21 d’OL Groupe, et fait le tour de l’actualité sportive du club.

L’impact économique de la crise et de la baisse des droits TV

C’est difficile de se comparer aux autres. Compte tenu de la poursuite des investissements structurels, l’élargissement de nos compétences sportives, le fait d’avoir poussé le sport féminin en France et aux Etats-Unis, cela nous donne une résilience beaucoup plus grande que les autres. C’est aussi pour cela que nous sommes conscients de nos forces et de nos faiblesses. Nous sommes prêts à repartir et sommes actifs dans la recherche de la réouverture de nos infrastructures. On est prêt à relancer et à relancer très fort. On estime qu’au-delà de l’année prochaine, les prochaines années devraient nous permettre de nous retrouver en ligne avec le projet développé depuis 5 ans et l’ouverture du Groupama Stadium.

L’impact de la crise sur le mercato

La situation de l’exercice nous impose d’avoir une approche réaliste. En début de saison on a fait partie des clubs qui ont continué d’investir, mais aussi de se renforcer de manière pertinente, sans investissement avec l’arrivée d’Islam Slimani. On ne peut pas imaginer que la préparation de l’année prochaine ne soit pas impactée par cette période. Le fait de participer à la Champions League nous amènerait à un certain nombre de revenus potentiels qui viendrait compenser ce qui nous a frappé cette année de manière un peu injuste. Indubitablement on sera obligé de tenir compte de cette période économique très déficitaire. Il faut se projeter dans une autre dimension, qui est la dimension de trésorerie, seuls les clubs qui résisteront à l’après COVID pourront survivre. Notre trésorerie nous permet d’envisager de vivre normalement et de pouvoir résister. La conjoncture n’étant pas bonne sur le plan économique, d’autres ne pourront pas le faire. Je pense qu’il y a des efforts à faire de manière collégiale pour permette à la filière football de ne pas disparaitre totalement.

L1 - Une réduction du nombre de clubs

Je pense que l’UEFA va pousser dans le passage à 18 clubs afin de permettre aux joueurs de ne pas disputer trop de matches. Les nouvelles compétitions mobilisent encore plus les joueurs internationaux, il faut que les championnats passent, dans le futur, à 18. Au-delà de la capacité à jouer des matches, il faut aussi tenir compte de la baisse de revenus des droits TV.
 
Les droits TV

On réfléchit à tout ce qui permettra de rémunérer tous les clubs qui sont qualifiés en coupe d’Europe. Mis à part le PSG et Lille cette année, la récolte de points a été négative et cela remet en cause toute la négociation que l’on a eue cet été sur la réforme qui devrait permettre au cinquième pays à l’indice UEFA, la France, d’avoir 4 qualifiés en Champions League. On espère aussi que l’état va modifier la loi qui nous permettrait de disposer des droits TV sur une période beaucoup plus longue comme ce qui se fait en NBA ou en Premier League.

La proposition du protocole sanitaire pour un retour des supporters

On fait beaucoup de recherches sur toutes les initiatives qui vont permettre de contrôler à l’entrée du stade. Nous sommes pour toutes les technologies : des tests rapides, la vaccination etc… 20 à 30 % de la population peut être soit testée, soit immunisée. Le stade a aussi été conçu pour avoir une accessibilité facilitée. On va proposer tout cela à la préfecture et s’inspirer de ce qui se fait aux Etats-Unis et dans le monde pour contourner cette difficulté actuelle. Et on espère être identifié en tant qu’approche modèle. Le football est le premier sport populaire et tout ce qu’on voit amène à des situations individuelles et collectives qui ne sont plus soutenables. Il faut faire revenir les gens, au théâtre, mais aussi au stade !
 
Le staff en fin de contrat

Aujourd’hui l’OL fait partie des 4 clubs qui peuvent participer à la Champions League et même ambitionner d’aller vers le titre. Non seulement le staff reste est en place jusqu’au 30 juin mais il est aussi possible qu’il soit renouvelé. J’ai toujours dit qu’on discuterait à la fin de l’année en cours. Une accession en Ligue des Champions, voire un titre, apporterait un certain nombre de réflexion à notre ligne de conduite.
 
Baisse de la masse salariale du club

J’ai rencontré les joueurs et leur ai proposé des aménagements modulables. Dans un premier temps la possibilité d'intervenir sur la réduction de 25% du salaire au-dessus d'un montant minimum que nous avons fixé à 50 000 € mensuels, ce qui permettrait aussi aux jeunes joueurs de ne pas être impactés par cette baisse significative. Le groupe aurait la possibilité, sur les résultats sportifs obtenus, de récupérer tout ou partie de l’effort qui aurait été consenti sur cette baisse de leur rémunération. On espère aboutir, ce qui permettrait de réduire et d’optimiser notre masse salariale.
 
Hommage à Gérard Houllier

Pour honorer la mémoire de Gérard, trois directions ont été approuvées par le Conseil d’Administration. Le terrain du Groupama OL Training Center sur lequel évolue la Nationale 2 ainsi que les féminines va s’appeler Gérard Houllier. Ensuite, nous avons lancé un appel aux artistes pour la réalisation d’une fresque qui sera située au bout de l’Allée des Lumières. Enfin, un challenge avec Liverpool va être mis en place et concernera, pendant deux années au moins, l'équipe masculine dans un premier temps puis l’équipe féminine.
 
Memphis

C’est un joueur de grand talent qui apporte des solutions qui peuvent permettre à l’OL de se positionner tout en haut. Il peut être l’homme d’un grand bonheur pour l’OL. J’ai toujours souhaité que Memphis reste, on lui laisse exprimer ses ambitions et ses valeurs. On lui a fait des propositions qui n’ont pour l’instant pas été retenues. Jusqu’au bout on croit qu’il va renouveler pour la saison prochaine, et j’en serai très heureux.

 


 

Garcia : « Il faut savoir réagir »

OL.fr

Le coach lyonnais a répondu aux questions des journalistes à deux jours du déplacement à Brest pour le compte de la 26 ème journée de Ligue 1 Uber Eats. L'intégralité de la conférence est à retrouver sur OLPlay.

Point santé

« Marcelo est forfait, tous les autres devraient être là et postulent. »

Sur Brest

« C’est bien que le match à Brest arrive vite, tout le monde est concentré pour récupérer les points que l’on a perdu. C’est une course d’endurance et il vaut mieux être l’équipe qui gagne ses matches. Rien n’est fait devant. Mais il fait être capable de recommencer une série de victoire. Brest c’est une équipe difficile à jouer, bien organisée. Il faut être en mesure d’aller gagner là-bas et de repartir du bon pied. Tous les matches sont charnières. La qualité d’une équipe se mesure dans sa capacité à réagir, il faut savoir réagir. On l’a bien fait ces derniers temps donc il faut poursuivre. »
 
L’efficacité

« On est la troisième attaque du championnat, mais on pourrait être la première. On doit être plus réalistes, et plus tueurs devant le but. On aura toujours des occasions, mais il faut être concentré quand elles se présentent. Il ne faut pas être impatient. En revanche il faut être efficace. »
 
Islam Slimani

« Il apporte de l’envie, de la combativité, du jeu de tête dans la surface de réparation. Islam a le profil qu’il nous fallait pour compléter notre effectif offensif. Il peut jouer sur un des 3 postes de l’attaque sans problème. »

Antho Lopes

« On a confiance en lui, il nous a fait gagner beaucoup de points. On a besoin que tout le monde fasse le moins d’erreurs possible, mais le gardien est souvent le plus exposé en cas d’erreur. Il est expérimenté et il fait partie des meilleurs gardiens de France. »

Rayan Cherki

« Il a fait un bon match contre Ajaccio. Il travaille très bien, et lui comme les autres et dans une bonne période donc il pourra nous aider. »

 


 

Slimani sort du placard, Garcia a tranché

Foot01.com

Après la défaite concédée à domicile contre Montpellier samedi soir, l’OL devrait se présenter à Brest avec une équipe new-look.

Conscient que Karl Toko-Ekambi et Tino Kadewere ne sont pas dans la forme de leur vie, Rudi Garcia envisage très sérieusement de faire évoluer son onze de départ, assez immuable depuis le début de la saison. Face à Brest vendredi soir, quelques changements pourraient ainsi intervenir en attaque, à en croire les informations de Loris Martin, journaliste pour OL-TV. Plébiscité depuis sa signature à Lyon au mercato hivernal, Islam Slimani a de bonnes chances de fêter sa première titularisation en Ligue 1 sous les couleurs de l’Olympique Lyonnais. Et l’indéboulonnable 4-3-3 de Rudi Garcia pourrait se transformer en 4-2-3-1.

Dans ce système de jeu, Memphis Depay se retrouverait dans une position d’électron libre juste derrière l’international algérien. Reste ensuite à savoir quels joueurs animeront les côtés. On peut légitimement penser qu’Houssem Aouar sera replacé dans le couloir gauche tandis que la concurrence fera rage entre Karl Toko-Ekambi et Tino Kadewere à droite, à moins que Rudi Garcia ne surprenne tout le monde en lançant Rayan Cherki dans le grand bain. Quoi qu’il en soit, l’ancien entraîneur de l’AS Roma et de l’OM a conscience que son équipe manque de peps depuis quelques matchs, raison pour laquelle un changement tactique va intervenir avec une grande nouveauté à la pointe de l’attaque en la personne d’Islam Slimani. Pour rappel, l’OL a perdu sa deuxième place au profit du Paris Saint-Germain ce week-end, les coéquipiers de Neymar ayant gagné contre Nice pendant que Lyon s’est incliné à domicile face à Montpellier. De son côté, Lille a été accroché par Brest, le futur adversaire de l’OL.

 


 

Juninho s'est évité un gros couac dans le dossier Jean Lucas

Butfootballclub.fr

Alors que l'OL retrouve Brest, le club de Jean Lucas, ce week-end, les Gones ont pris leur précaution pour éviter toute mauvaise surprise.

Cet hiver, confronté à un secteur du milieu de terrain largement fourni, l'OL a pris une décision importante concernant Jean Lucas. Le jeune brésilien a été envoyé en prêt jusqu'à la fin de la saison, avec l'objectif de s'aguerrir dans les joutes de Ligue 1.

Un objectif plutôt bien réussi puisque Jean Lucas retrouve du temps de jeu en Bretagne et monte de plus en plus en puissance au fur et à mesure des ses performances. Une belle nouvelle pour Juninho qui semble avoir réussi son coup... Mais qui a aussi bien fait de prendre ses précautions.


Jean Lucas ne pourra pas affronter l'OL


En effet, ce vendredi à 21h, l'OL se déplace sur la pelouse du Stade Brestois. Un déplacement déjà difficile qui l'aurait été encore plus si Jean Lucas avait défié ses anciens partenaires. Mais comme le révèle le Progrès, les Gones ont pris soin d'acter avec Brest, dans les négociations du prêt, que le Brésilien ne serait pas sur le terrain au moment de leur confrontation. Jean Lucas restera donc en tribunes pour ce match.

 


 

Zidane ou Messi ? Non c'est Rayan Cherki

Foot01.com

Sous le feu des projecteurs depuis des mois, Rayan Cherki suscite une grand attente du côté de l'Olympique Lyonnais. Mais le jeune joueur de l'OL a besoin d'un peu de temps.

Pur produit du centre de formation de l’Olympique Lyonnais, Rayan Cherki est considéré comme l’un des meilleurs joueurs récemment sortis de cette académie. Mais forcément, compte tenu du talent de milieu offensif de 17 ans, l’impatience est grande de le voir prendre une importance encore plus grande au sein de l’équipe de Rudi Garcia. S’il est un fan absolu de Rayan Cherki, Smaïl Bouabdellah estime cependant qu’il faut tout de même rester pondéré, et surtout que les supporters de l’OM doivent faire preuve de patience et de pondération. Pour le journaliste de ce qui était la chaîne Téléfoot, Rayan Cherki a tout pour devenir une star, mais il ne faut pas aller trop vite en besogne.

Invité d’OL Night System, Smaïl Bouabdellah a calmé tout le monde. « J’ai peur de l’enflammage et qu’on ait le syndrome du « Nouveau Zidane », je ne voudrais pas qu’un talent comme le sien soit perturbé comme ça. Je suis journaliste et nous sommes les premiers à faire ça, mais ça ne me plait pas, chaque joueur est unique et il n’y aura pas de deuxième Zidane. Il y a le talent mais surtout un gamin de 17 ans, ça me dérange pas qu’à cet âge-là il montre les progrès qu’il a à faire. Rayan Cherki n’est pas Lionel Messi mais c’est pas grave, on oublie très souvent qu’un joueur de 17 ans est encore dans sa formation, à 18 ou 19 ans il sera dans sa post-formation. Mais il y a le mot formation. La norme c’est de finir sa formation et ensuite qu’il s’aguerrisse, ne les mettons pas devant leurs responsabilités à 17 ans », a confié le journaliste, histoire de ramener un peu de prudence dans cette analyse.

 


 

Garcia fait le point sur sa prolongation

Footmercato.net

A l'instar de Lionel Messi et de Sergio Ramos, Rudi Garcia, l'entraîneur français, sera en fin de contrat à l'issue de la saison en cours. Actuellement troisième de Ligue 1, l'Olympique Lyonnais est donc dans les clous pour se qualifier pour la prochaine Ligue des Champions et même, pourquoi pas, rêver du titre de champion de France. Son président, Jean-Michel Aulas, a ouvert la porte à un éventuel nouveau bail : « il est possible qu'il soit renouvelé ». Le principal intéressé a botté en touche, comme souvent.

« Je me suis déjà exprimé. Je n'ai rien à rajouter. Les choses sont claires. Rien ne varie d'un iota. Si le président vous parle, ça suffit, c'est le plus important. On se parle, évidemment. C'est quelqu'un qui a beaucoup d'expérience en termes de management. Ce ne serait pas intelligent de ne pas parler avec lui. C'est toujours intéressant de discuter avec lui sur les ressorts psychologiques notamment. Cela ne vous aide pas sur la prolongation... », s'est-il amusé en conférence de presse ce mercredi.


 

Pas de panique pour la fin de saison, il calme les peureux

Footradio.com

L’Olympique Lyonnais se déplace à Brest ce vendredi soir en Ligue 1. Un nouveau match qui s’annonce piège pour les hommes de Rudi Garcia.

L’OL a chuté le week-end dernier à domicile face à Montpellier. Une défaite dommageable qui pourrait faire douter les Gones. Rudi Garcia va donc devoir trouver les bons mots pour garder son groupe concentré sur les prochaines échéances, à commencer par un déplacement à Brest ce vendredi soir en Ligue 1. La course au titre est très serrée cette saison et les Rhodaniens ont déjà grillé quelques cartouches. Cependant, pour Denis Balbir, il ne faut pas enterrer l’Olympique Lyonnais.


“La chance de l’OL, c’est d’avoir une véritable capacité de réaction”


Lors d’une chronique pour But Football Club, le journaliste a été clair. “Cette année, l’OL joue ses gros matches comme s’il s’agissait de « sa » Coupe d’Europe. Il y aura une remise en question au niveau du staff, au niveau des joueurs. Ils savent très bien que cette saison sans Europe les obligera à livrer de gros matches pour la retrouver. Cette saison, je trouve quand même l’OL plus régulier que par le passé. Même si cette équipe reste parfois difficile à lire avec quelques performances individuelles sur courant alternatif. Je pense à Marcelo – parfois rayonnant, parfois en difficulté – ou à Anthony Lopes à qui il arrive de perdre les pédales et sortir une prestation XXL le match d’après. La chance de l’OL, c’est d’avoir une véritable capacité de réaction”, a notamment indiqué Denis Balbir, qui sait que cet OL est une équipe avec des ressources.

 


 

Gonalons (Grenade) : « Sortir de mon contexte lyonnais »

Lequipe.fr

Avant le 16e de finale aller de Ligue Europa, jeudi, contre Naples, le milieu défensif de Grenade et ancien capitaine de l'OL, Maxime Gonalons, explique en vidéo sa vie de footballeur expatrié en Andalousie, où il s'épanouit sur le terrain mais aussi en dehors.

Le climat, la nourriture locale, la situation géographique, le Palais de l'Alhambra, l'atmosphère dans les rues de la vieille ville... Maxime Gonalons, milieu défensif de Grenade, détaille en vidéo les nombreux avantages de la vie en Andalousie, dans le sud de l'Espagne. Des expériences à l'étranger (il défendait précédemment les couleurs de l'AS Rome et du Séville FC) qui lui ont permis de s'émanciper de son cocon lyonnais, lui, l'ancien capitaine de l'OL, formé au club : « C'était ma deuxième maison, je connaissais tout le monde. Donc forcément, c'était facile pour moi. J'y étais trop bien, c'était ma deuxième famille, j'y avais mes repères. Se lancer à l'étranger permet de se découvrir un petit peu, voir ce qu'on est capable de faire, se confronter à d'autres personnes. C'est top, sur beaucoup de points de vue. »

Ce qui n'empêche pas le natif de Vénissieux de continuer à suivre l'actualité de son club de coeur, l'Olympique Lyonnais, qu'il estime capable de remporter le championnat de France cette saison.

 


 

Le fiasco Mediapro inspire une mesure forte, Aulas la dévoile

Butfootballclub.fr

Alors que la Ligue 1 n'a pas fini de se remettre du fiasco Mediapro, les clubs de Ligue 1 et la LFP tente d'en tirer les conséquences.

Depuis quelques semaines, les clubs de Ligue 1 respirent un peu mieux. La reprise du championnat par Canal Plus jusqu'au terme de la saison, malgré un prix des droits largement en baisse, est venue éclaircir un peu l'horizon plombé par le fiasco Mediapro. Cela n'empêche pas que la situation économique est grave est oblige les clubs à continuer d'agir.

Hier, des représentants de la LFP dont Vincent Labrune et des clubs dont Jean-Michel Aulas et Loïc Féry ont rencontré les ministres de l'Economie, des Sports et des PME. Quelques mesures fortes réclamées ne devraient pas aboutir comme l'explique l'Equipe, comme « la prise en charge par l'Etat de la taxe Buffet (5% sur les droits télé) ». Par ailleurs, « l'idée que le prêt garanti par l'Etat contracté par la LFP la saison dernière ne soit pas remboursé et transformé en subvention ne devrait pas non plus être retenu ».


Des droits télé conclus pour 10 ans ?


Malgré ces échecs, d'autres mesures ont été mises sur la table. Et notamment l'allongement de la durée des droits télé. La loi autorise quatre ans maximum pour le moment. Comme l'a relayé un journaliste de Challenges, Jean-Michel Aulas annonce avoir demandé que ce délai soit étendu à dix ans pour « mieux valoriser la Ligue 1 ». A voir désormais quelle réponse pourra formuler l'Etat.

 

 

Voir aussi... L'actu du Mardi 16 Février // OL 1-2 Montpellier : L'After

 

Viv

@centpourcentol

Votre webmaster depuis 2007, Gone passionné de l'OL !