L'actu du Vendredi 12 Février

L'actu du Vendredi 12 Février

Voir aussi... L'actu du Jeudi 11 Février // OL - Montpellier : L'Avant Match

Denayer de retour face à Montpellier

Maxifoot.fr

Bonne nouvelle pour l'Olympique Lyonnais avant d'affronter Montpellier ce samedi (21h), à l'occasion de la 25e journée de Ligue 1. Absent depuis deux semaines suite à une blessure à la cuisse contre Bordeaux (2-1), le défenseur central Jason Denayer (25 ans, 20 matchs et 1 but en L1 cette saison) est de retour dans le groupe.

"Jason postule pour samedi. Il n'a pas 90 minutes dans les jambes mais il est avec nous depuis deux jours. Petit à petit, on récupère tous nos éléments, c'est de bon augure", s'est réjoui l'entraîneur lyonnais Rudi Garcia en conférence de presse ce vendredi.

Malgré l'absence du Belge, l'OL est resté solide. Les Gones n'ont encaissé qu'un seul but en trois matchs (1-0 contre Dijon, 3-0 contre Strasbourg, 5-1 contre l'AC Ajaccio).

 


 

Garcia : « Il n'y a que des matches de tempérament »

OL.fr

Le coach, Rudi Garcia, s'est présenté dans la salle de presse du centre d'entraînement pour évoquer le rendez-vous de samedi soir face à Montpellier. L'intégralité de la conférence est à retrouver sur OLPlay.

Point santé

« Jason Denayer postule pour demain. Il n’a pas 90 minutes dans les jambes mais il est avec le groupe depuis quelques jours. Ceux qui ont joué en charnière ont été très bons. Il n’y a pas d’autre souci. On a fait attention à Guimaraes. Il est sorti à sa demande contre Ajaccio mais ce n’était pas bien grave. Il s’est entraîné normalement. »
 
Le bilan du match contre Ajaccio

« Le groupe est important. Ce match a démontré que tout le monde est concerné et que l’équipe n’a pas baissé de rendement avec les changements. C’est une vraie satisfaction de voir qu’on est dans la même implication, dans la même philosophie. Cela vient des joueurs, du staff à force de leur répéter que tout le monde doit être positif. Cela donne ce qu’on a vu contre Ajaccio, une équipe enthousiaste, qui a plaisir à jouer ensemble. Le danger guette pour toutes les équipes quand les joueurs pensent personnellement… C’était important de donner du temps de jeu à ceux qui en manquait. »
 
La rencontre face à Montpellier

« Il faudra mettre les mêmes ingrédients que contre Ajaccio. On a une revanche à prendre contre cette équipe. Le match de Montpellier est très important. Montpellier est une bonne équipe, avec des joueurs de ballon. C’est une équipe qui combat, qui a des qualités. A nous d’être performant dans tous les domaines pour contrecarrer leurs offensives. Ils ont eu une longue période sans victoire mais ils ont récupéré leurs joueurs. C’est une équipe à ne pas sous-estimer… Ils ont de quoi faire, de la concurrence dans tous les secteurs de jeu. Tous les matches sont de tempérament. On doit continuer de montrer notre caractère. »
 
La lutte en haut

« On ne peut pas parler de sprint final mais on peut parler de sprint car tout le monde court très vite. Les matches européens de nos adversaires devraient être un avantage. C’est étonnant de voir ces équipes carburer autant. Tout le monde ne gagnera pas tous ses matches mais faisons-en sorte qu’on soit cette équipe. »
 
L'intégration d'Islam Slimani

« Cela se passe très bien avec lui. Il est avec nous comme il est avec vous, avec un esprit collectif au-dessus de la moyenne. Il fait briller ses partenaires. Je voulais le voir associé avec Memphis. Je suis content qu’il ait marqué. C’est un vrai plus de l’avoir. Il défend, il tacle, il aide. »
 
La forme de Léo Dubois

« Ses dernières performances ont confirmé ce que je pense de lui. Il a le sens du jeu, des combinaisons. Il a un très bon pied. Il est très intelligent sur son placement. C’est un joueur important de l’OL. Il en a fini avec les pépins physiques. Tout est rentré dans la normale avec le travail du staff. Il faut être vigilant avec lui sur l’enchaînement des trois matches. Il avait eu une blessure à Nantes qui l’avait handicapé. Le long travail a payé. »
 
Memphis

« Il œuvre en capitaine, comme exemple sur le terrain et dans le vestiaire. Il a les mêmes objectifs que le club. »

La blessure de Neymar

« Cela affaibli le PSG, surtout en Champions League. Ce serait bien que nos deux équipes nous représentent dignement. Les top joueurs, on préfère les voir sur le terrain qu’en infirmerie. Le PSG ne manque pas de réserve. »

 


 

Slimani : « je veux juste aider l'équipe »

OL.fr

A deux jours de la réception de Montpellier, Islam Slimani a répondu aux questions des journalistes. L'intégralité de la conférence est à retrouver sur OLPlay.

Son adaptation

« Je suis arrivé avec un peu de retard physiquement, mais aujourd'hui je suis bien je m’adapte bien. Je connais les joueurs, je commence à bien connaitre la façon de jouer. Beaucoup de choses ont facilité mon adaptation :  le groupe la langue etc. En plus je connais bien la Ligue 1. J’ai une bonne entente avec tout le monde, que ce soit Memphis ou un autre. Je parle avec tout le monde, j’arrive à m’adapter n’importe où. »

Sa première titularisation

« Pour un attaquant c’est toujours bien de marquer. Je me suis dit qu’il fallait me donner à fond, que je joue comme je sais le faire et que j’aide l’équipe à ma façon. J’étais très bien après le mach, ça faisait longtemps que j’vais pas joué 90 min, je pouvais enchaîner les efforts. C’est bien pour moi et pour l’équipe. Avec mon expérience je sais comment je peux marquer des buts, je n’ai pas besoin de forcer. »
 
Un groupe soudé

« On a besoin de ça, il faut laisser les 25 joueurs concernés. On est un groupe qui a beaucoup de qualités, il faut s’appuyer sur tout le monde. On est tous conscient que si on veut gagner quelque chose il faut que ça se passe comme ça. »
 
Son style de jeu

« Ces dernières années j’ai changé ma façon de jouer. Je décroche plus, je touche plus de ballons et je pense que cela me réussit. Je veux juste aider l’équipe : que je marque, je fasse marquer, que je cours pour les autres, peu importe. Tout ce qui compte, c’est que l’équipe gagne le match. »

 


 

Nicollin chauffe Juninho, il n'a pas oublié

Foot01.com

Adepte comme son père, du franc-parler et du bon mot quitte à choquer, Laurent Nicollin est assez unanimement reconnu comme un président de Ligue 1 qui gère bien sa barque.

Montpellier ne fait pas de vague et entend bien s’installer dans la première partie de tableau de l’élite. Après un gros trou d’air, le MHSC revient bien au moment de défier l’OL. A l’aller, les Héraultais avait mis à terre la formation de Rudi Garcia, dans ce qui est seulement l’un de ses deux matchs perdus cette saison. Mais Laurent Nicollin n’a pas la mémoire courte, et il a lancé une petite polémique dans les colonnes du Progrès en rappelant que cela avait beaucoup parlé du côté de Lyon après la défaite 2-1. Une référence à la petite phrase acide de Juninho. « Ici, ça balance, il n’y a pas beaucoup de football », avait lancé le directeur sportif, excédé par la défaite des siens aussi tôt dans la saison. Depuis, l’OL caracole et lutte pour le titre, mais Laurent Nicollin n’a pas oublié.

« On a eu une période assez compliquée de mi-décembre à fin janvier. Là, ça va mieux, 3 matches invaincus. On retrouve des couleurs. On est dans la course pour l’objectif qui est de finir dans les 8 premiers. Votre victoire contre l’OL ? Oui. Après il y a des gens de l’OL qui avaient dit que l’on ne savait pas jouer au ballon et que l’on était une équipe qui tapait n’importe comment. On ne devait pas être assez bons pour eux, mais bon… Cette victoire nous avait bien lancés. Maintenant, on est 11e, et l’OL 2e. Donc je suis ravi pour eux », a chauffé le président de Montpellier, qui met donc un peu d’ambiance avant le match de samedi soir, lui dont la famille est en grande partie originaire de Lyon.

 


 

Cherki : « Il faut viser le plus haut »

Instagram

 


 

Vidéo : l'entrainement du jour

OL via Twitter

 


 

Tony Parker croit au titre

Footmercato.net

Membre du Conseil d’administration de l’Olympique Lyonnais depuis le mois de juillet 2020, Tony Parker suit depuis les performances de son nouveau club de très près, et il a de la chance puisque l’OL réalise un exercice très convaincant cette saison. Actuellement deuxième du championnat de France à deux points du LOSC, le leader, le club du Rhône est un candidat sérieux au titre et l’ancien joueur des San Antonio Spurs veut y croire !

«Oui l’OL peut-être champion. C’est bien parti en tout cas (…) Nous savions que nous avions une équipe de qualité, parce que nous sommes quand même allés en demi-finale de la Ligue des Champions. Mais on ne sait jamais ce qui peut se passer dans une saison en raison des blessures. Et là, je suis content, parce que tout le monde est en bonne santé», a-t-il déclaré au journal le Progrès.

 


 

L'interview de Claude Fichaux dans OLNS

OL.fr

Adjoint de Rudi Garcia, Claude Fichaux était l'invité de Barth ce jeudi dans OL Night System. L'émission est à retrouver en intégralité sur OLTV et OLPlay.

La course au titre à 4

C’est passionnant et stressant, on sait que plus on avance, plus ça décroche vers l’arrière. Le 5ème est très décroché. C’est stressant mais du bon stress, ce n’est pas arrivé depuis longtemps. Le PSG est ultra dominateur, ces dernières années dès le mois de février c’était déjà plié. Là c’est très passionnant entre 4 équipes, c’est un peu le cas à l’étranger ou les cadors sont un peu moins présents. Certains vont se dire que ça se jouera lors des confrontations directes, ou qu’il vaut mieux perdre certains matchs et enchainer pour le reste. Le président a dit que si on gagnait tous les matchs on serait champion, c’est assez simple et juste.
 
Sa relation avec Rudi Garcia

On a surtout une grosse amitié professionnelle, plus qu’une amitié tout court. On ne passe pas nos vacances ensemble, mais on passe beaucoup de temps ensemble, voir plus qu’avec nos familles. Ça fait longtemps qu’on se connait donc je sens les choses, je sais les moments où je peux aller le voir. Après les matchs, quand il est plus détendu il est plus réceptif. C’est un grand entraineur. Plutôt que déléguer à ses adjoints je préfère le terme d’associé. Il ne fait rien sans associer ses partenaires. Je suis quelqu’un d’assez effacé et je pense que les entraineurs sont faits pour le public. Il faut savoir où on se sent le mieux et où je suis plus productif. Je suis épanoui dans mon rôle d’adjoint. Rudi est un entraineur qui associe ses décisions, tous les membres du staff donnent leur avis pour la composition mais c’est lui avec sa sensibilité qui prendra la décision finale.

L'intégration et la gestion des jeunes

En la matière l’OL est un précurseur de la formation française, des choses sont faites en amont dans la transition vers l’équipe type. Le premier mérite en revient aux jeunes, qui ont cette qualité pour rejoindre l’équipe pro. C’est eux qui sont allés chercher leurs places chez les pro. Je suis uniquement là pour les accompagner quand ils sont chez les pros, en concertation avec Gueïda Fofana et Jean-François Vulliez. C’est Rudi qui prend la décision finale pour que les jeunes jouent avec les pros, il faut jouer des coudes pour s’imposer et ce n’est pas simple. Le challenge est encore plus compliqué à l’OL qui forme des jeunes niveau Champions League. A partir du moment où ils sont chez les pros, il n’y a aucun problème. Ils sont respectueux et travaillent, le travail a été fait en amont sur l’éducation. Les jeunes qui intègrent le groupe pro ont des entrainements supplémentaires car ils ne sont pas encore formés, ils ont encore des manques et on veut les combler.
 
Le manque des supporters dans les stades

Aujourd’hui on a malheureusement plus cette relation avec nos supporters depuis 1 an… Qu’est-ce qu’il y a de plus beau que de voit un joueur célébrer son but devant les supporters qui scandent son nom ? Qu’est-ce qu’il y a de plus beau quand un joueur après un doublé sort et 50 000 personnes l’applaudissent ? ce sont des émotions fortes qui nous manquent et dont on a besoin.

 


 

Labrune n'est plus un guignol, même Aulas s’incline

Foot01.com

Elu président de la Ligue de Football Professionnel le 10 septembre, Vincent Labrune connaît un début de mandat mouvementé.

L’ancien patron de l’Olympique de Marseille savait à quoi il s’engageait au moment de prendre les commandes de la LFP en pleine crise des droits télévisuels. Le fiasco de Mediapro a plongé le football français dans le chaos, mais Vincent Labrune a finalement trouvé un accord avec Canal + pour la diffusion de la fin de saison de Ligue 1 et de Ligue 2. Au total, le football français va récupérer près de 650 ME de droits télévisuels pour l’exercice 2020-2021, un moindre mal au vu du contexte et de la défaillance lunaire de Mediapro. Globalement, les dirigeants de clubs s’accordent pour dire que Vincent Labrune a géré la crise de main de maître.

« Les violons s’accordent sur l’immense capacité de travail du dirigeant, présent sur tous les dossiers chauds, fidèle à son tempérament fonceur et un brin irascible déjà entrevu à Marseille, où il a fini détesté par les supporters » indique le Journal de Saône-et-Loire. Même son pire ennemi de l’époque, un certain Jean-Michel Aulas (Olympique Lyonnais), ne peut que tirer son chapeau à Vincent Labrune. « Et un certain sens de l’improvisation comme en 2016, un soir de manifestation houleuse au stade Vélodrome où, pour dédramatiser le fait d’être retranché avec plusieurs personnes dans la loge présidentielle, Labrune avait organisé une partie de billard. Même Jean-Michel Aulas, le président lyonnais qui l’avait traité de "guignol" lors d’un houleux OM-OL, semble convaincu par sa connaissance du monde audiovisuel » peut-on lire dans les colonnes du média. C’est dire si Vincent Labrune a réussi à convaincre tout le monde en seulement cinq mois à la tête de la Ligue de Football Professionnel…

 

 

Voir aussi... L'actu du Jeudi 11 Février // OL - Montpellier : L'Avant Match

 

Last modified on vendredi, 12 février 2021 18:17