L'actu du Mardi 26 Janvier

L'actu du Mardi 26 Janvier

Voir aussi... L'actu du Lundi 25 Janvier // ASSE 0-5 OL : L'After

Un derby sans valeur? La réponse très claire d'Aulas

RMC.fr

Au lendemain de la démonstration de Lyon sur la pelouse de Saint-Etienne, dimanche en Ligue 1 (0-5), Jean-Michel Aulas est revenu sur ce derby historique. Et le président des Gones a balayé la thèse d’une victoire dévalorisée par les nombreuses absences chez les Verts.

Un derby à sens unique. Sans grand suspense. Entre deux équipes aux forces inégales. L’Olympique Lyonnais a balayé Saint-Etienne, dimanche, dans le choc de la 21e journée de Ligue 1. Les Gones se sont imposés à Geoffroy-Guichard avec une facilité insolente (0-5). Un succès historique qui leur permet de passer devant leurs grands rivaux au bilan des confrontations directes (45 victoires à 44, 33 nuls). Les partenaires de Memphis Depay ne se sont pas gênés pour célébrer cette performance, rejoints sur les réseaux sociaux par les anciens de la maison, comme Alexandre Lacazette ou Sidney Govou.

Mais leurs détracteurs n’ont pas manqué de rappeler à quel point l’ASSE était amoindrie pour ce choc entre voisins. Touché par de nombreux cas de Covid-19 ces derniers jours, le club du Forez n’a pas pu compter sur tous ses atouts. Et Claude Puel a dû s’appuyer sur plusieurs jeunes du club, qui n’ont pas vraiment fait le poids face aux demi-finalistes de la dernière Ligue des champions. De quoi dévaloriser la prestation des Lyonnais? Pas pour Jean-Michel Aulas.


"Si Saint-Etienne avait marqué sur sa première occasion…"


Après avoir présenté à la presse les deux dernières recrues de la section féminine, l'Américaine Catarina Macario et l'Espagnole Damaris Egurrola, le président de l’OL a balayé ce lundi la thèse d’une victoire au rabais. "J’ai bien entendu un certain nombre d’arguments. Non, je crois que l’équipe a été bien préparée, a-t-il déclaré. On nous avait dit qu’il n’y aurait que peu de joueurs habituellement titulaires, parce que le Covid était passé par là, et en fait, l’équipe présentée sur la feuille de match était très proche de celle avec les titulaires. Je crois qu’on a fait un grand match. Si Saint-Etienne avait marqué sur sa première occasion, probablement qu’on ne se poserait pas la question aujourd’hui, parce que le match aurait été différent. Mais c’est vrai que nous avons été supérieurs."

"Peut-être que Saint-Etienne était dans un mauvais jour, a poursuivi Aulas. J’avais vu cette équipe jouer contre Strasbourg le week-end d’avant, avec beaucoup plus d’absents, et elle avait fait un très bon match. Je dois féliciter Rudi et toute l’équipe. Je l’ai fait par les réseaux sociaux, avec une pensée émue pour Gérard (Houllier), qui certainement de là-haut a vu avec satisfaction ce match, parce qu’il y tenait par-dessus tout aussi. Comme Lyonnais d’adoption, ayant participé aux grandes soirées de l’OL."


"Il manquait aussi à l’OL des joueurs titulaires"


Relancé sur le sujet, JMA a complété son argumentaire. En se gardant bien d'affirmer que son équipe jouait le titre cette saison: "On a fait un très bon match. Il faut retenir la qualité du jeu. Il manquait aussi à l’OL des joueurs titulaires (Lucas Paqueta et Houssem Aouar, ndlr), qui eux n’étaient pas du tout là. Je ne sais pas si on a fait passer un message, mais c’est pour nous une force incroyable de se dire qu’on a été capable de faire un grand match. Il y a eu la qualité collective et l’efficacité. A nous de ne pas faire d’erreurs dans les matchs qui vont suivre. Il faudra attendre fin mars pour savoir si on peut avoir un final qui sera de grande qualité. J’ai confiance en Rudi (Garcia), Juni (Juninho), le capitaine Memphis (Depay) et tous les joueurs qui composent ce groupe."

 


 

Le clan Benzema ouvre la porte à l'OL

Footmercato.net

A 33 ans, Karim Benzema possède l'un des plus beaux palmarès du football français. L'attaquant fait la fierté de Lyon, où il a débuté sa carrière au plus haut niveau et où on rêve de le voir revenir un jour comme Juninho l'a avoué. Malgré les appels du pied répétés, l'ancien enfant du club avait toujours plus ou moins écarté un retour. Mais visiblement, sa position a évolué. C'est en tout cas ce qu'a révélé Karim Djaziri, son agent ou ancien agent du joueur selon certains médias, mais toujours très proche du Français. Invité lors du podcast "Gones Cast" (Inside Gones), il a confié : «Karim Benzema à l’OL ? Oui, oui je pense. Il en a vraiment envie, il m’en parle régulièrement, il regarde les matches. D’ailleurs, il n’a jamais été au Groupama Stadium. Dans son esprit, c’est quelque chose dont il a vraiment envie. L’OL c’est dans son cœur (...) Il y a tout à l’OL pour Karim. Il n'a pas envie de revenir à Lyon et ne pas avoir les jambes. Il est tiraillé entre quitter le plus grand club du monde et revenir à Lyon, c’est une question de timing».

Sous contrat jusqu'en 2022 au sein de la Casa Blanca, l'avant-centre âgé de 33 ans ne ferme pas forcément la porte à un come-back à l'OL. De quoi faire rêver les suppoters lyonnais et pas que. « Dans ses rêves, il y a revenir à Lyon et faire de grandes choses. Porter le brassard avec des jeunes à côté, ça peut être de la magie». Voir évoluer Karim Benzema à l'OL avec des jeunes pépites du club à l'image de Maxence Caqueret ou Rayan Cherki, on peut effectivement dire que cela aurait de la gueule. Il reste à savoir si l'Olympique Lyonnais et Karim Benzema réaliseront ce rêve apparemment commun.

 


 

Vidéo : L'inside du Derby

OL via Twitter

 


 

Lyon champion ? Pierre Ménès ne dit plus non

Foot01.com

A deux points du PSG et de Lille, Lyon a frappé fort dimanche soir à Geoffroy-Guichard contre l'ASSE. Pierre Ménès se demande si Lyon n'est pas en route vers le titre de champion.

Une semaine après une défaite qui lui a coûté la première place du classement de Ligue 1, c’était contre Metz au Groupama Stadium, l’équipe de Rudi Garcia s’est remise en avant, le supplice infligé aux Verts ayant redonné le sourire aux supporters lyonnais. Calé à deux longueurs du PSG et du LOSC, l’OL reste bien évidemment dans la course au podium, mais aussi dans celle pour le titre de champion de France. S’il n’a jamais manqué de faire savoir qu’il misait sur le Paris Saint-Germain pour décrocher un Hexagoal de plus, Pierre Ménès se demande désormais si l’Olympique Lyonnais n’a pas les atouts qu’il faut pour réussir à surpasser l’ogre parisien. Dans PierrotFaceCam, le consultant de Canal+ estime que le PSG pourrait laisser des plumes en Ligue des champions au profit de l’OL.

Et finalement Pierre Ménès estime que pour l’instant le club de Jean-Michel Aulas n’usurpe rien. « Lyon, mis à part l’accroc contre Metz, contre qui d’ailleurs ils n’avaient pas fait un match minable, loin de là, est peut-être dans la meilleure dynamique des trois équipes (...) Je ne vais pas faire ma girouette, je pense toujours que le PSG, surtout s’il est moins embêté par les blessures, a une longueur d’avance sur les autres équipes. Mais il faut voir les conséquences de la Ligue des champions. Donc évidemment, c’est un truc qui plaide en faveur de Lyon », a expliqué Pierre Ménès, qui n'a pas encore totalement changé son idée initiale, à savoir le titre de champion de France pour Paris, mais qui se pose tout de même des questions sur les chances de Lyon de réussir cet exploit.

 


 

Fem. : Les arrivées de Macario et Egurrola

OL.fr

Toutes deux signées par l’Olympique Lyonnais au cours de ce mois de janvier, Catarina Macario et Damaris Egurrola ont été présentées aujourd’hui en conférence de presse en compagnie du président Jean-Michel Aulas et de l’entraîneur Jean-Luc Vasseur. Retrouvez l’intégralité de la conférence sur OLPLay.

Jean-Luc Vasseur

« Damaris nous arrive d’Everton. C’est une joueuse dotée d’un gabarit intéressant, mais également d’une très bonne lecture de jeu, d’une très bonne qualité de passe, et d’un pied gauche très précis. C’est une joueuse très intelligente qui peut jouer au milieu de terrain, seule, à deux mais en aussi en défense centrale. C’est une jeune internationale espagnole qui fait partie d’une génération qui monte en puissance dans la sphère européenne et même mondiale. C’est une très grande fierté de l’avoir aujourd’hui. »

« Catarina vient de l’université de Stanford, elle marqué presque autant de buts qu’elle n’a joué de matches. C’est une joueuse qui a ce côté américain dans l’investissement, le volume de jeu et dans le physique mais elle a aussi toute la créativité et la finesse du jeu brésilien et j’espère qu’on le verra très rapidement. Elle a été naturalisée américaine il n’y a pas très longtemps et a intégrée l’équipe championne du monde avant de marquer et d’être élue meilleure joueuse du match dès sa deuxième sélection. C’est à la fois une joueuse d’aujourd’hui et de demain. »

« Je vais avoir des moyens importants à ma disposition, et ces venues ne peuvent que nous faire du bien. L’intégration est très importante et c’est à nous de faire en sorte que ce soit une grande réussite pour nous tous.
 
Damaris Egurrola

« Je suis très contente d’être ici, j’ai déjà pu m’entrainer et cela s’est très bien passé pour moi. C’était mon rêve depuis que je suis petite d’être ici et maintenant j’espère accomplir mes autres objectifs. Tout le monde sait que c’est le meilleur club au monde. Quand j’ai reçu leur appel j’ai été très surprise, mais aussi impatiente de côtoyer tous les jours toutes ces joueuses. Je pense que pour Catarina et pour moi cela va être une très bonne chose, nous sommes toutes les deux jeunes, nous allons pouvoir nous soutenir mutuellement. Mais honnêtement nous sommes au meilleur endroit possible, il ne nous reste plus qu’à jouer et accomplir ce pourquoi on est ici. »
 
Catarina Macario

« Je suis aussi très contente d’être ici. C’est une année incroyable pour moi pour l’instant, j’espère que cela va continuer dans ce sens maintenant que je suis ici à Lyon. J’ai vraiment hâte de débuter, faire connaissance avec les joueuses et l’entraîneur. L’OL est un club très intéressant de part son histoire et les valeurs qu’ils portent, sa volonté de vouloir avancer le foot et le sport féminin. Je connaissais évidemment ce club avant de venir, c’est l’un des meilleurs clubs au monde, notamment grâce à Jean-Michel Aulas, chaque joueuse espère un jour avoir l’opportunité de jouer pour ce club. Quand ils m’ont contacté je ne pouvais pas le croire, et le fait d’être ici aujourd’hui me rend tellement heureuse. »

 


 

Les clubs les plus riches d'Europe, dont l'OL, vont perdre 2 milliards d'euros

Leprogres.fr

La pandémie de coronavirus devrait entraîner une baisse de revenus supérieure à 2 milliards d’euros en 2020/21 pour les vingt clubs européens de football les plus riches, selon une estimation du cabinet britannique Deloitte dévoilée ce mardi.

C'est un fait : la pandémie de coronavirus met les finances de tous les clubs sportifs dans le rouge.

Le cabinet Deloitte, dans le cadre de son étude annuelle "Football money league", a cherché à mesurer l'ampleur des dégâts dans les comptes des 20 clubs de football les plus riches d'Europe.

Et la conclusion est sans appel : en comptant les revenus déjà perdus au titre de 2019-2020 (voir plus bas), la diminution des recettes devraient atteindre 2,2 milliards d'euros d'ici à la fin de saison 2020-2021.


Les indicateurs ne sont pas rassurants


En effet, le cabinet estime que la santé financière des clubs ne va pas aller en s'améliorant dans les prochains mois : d'une part parce que les revenus des jours de match vont rester au plus bas, avec la prolongation des huis clos ou des rencontres à jauge réduite, et d'autre part en raison de la cassure opérée sur leur courbe de croissance avec la crise sanitaire.

Et la diminution des recettes liées aux droits TV devraient également se poursuivre, ce qui noircit encore un peu plus le tableau pour les puissants du "Big 5" européen.


Les clubs français les plus touchés


Le top-20 avec notamment ses locomotives FC Barcelone (1er avec 715,1 millions d'euros) et Real Madrid (2e avec 714,9 millions d'euros) a généré 8,2 milliards d’euros lors de la saison 2019/20 perturbée par le coronavirus, un total en retrait de 1,1 milliard d'euros sur un an.

Si le Barça a conservé sa première place, son avance sur le Real a fondu. L’argent généré par le club catalan est en retrait de 15%, contre 6% pour son rival madrilène, qui a limité la casse grâce à une hausse des revenus commerciaux.


Le classement des clubs les plus riches


1. FC Barcelone (ESP) 715,1 millions d'euros de revenus
2. Real Madrid (ESP)  714,9 millions d'euros
3. Bayern Munich (ALL) 634,1 millions d'euros
4. Manchester United (ANG) 580,4 millions d'euros
5. Liverpool (ANG) 558,6 millions d'euros
...
7. Paris Saint-Germain 540,6 millions d'euros
...
18. Olympique Lyonnais 180,7 millions d'euros

Les clubs français sont ceux qui ont le plus souffert en proportion, à cause de l’arrêt définitif du championnat décrété fin avril. Le Paris Sain-Germain et l’Olympique lyonnais ont ainsi essuyé une perte de 16% de leurs revenus en moyenne, selon l’estimation du cabinet britannique.


La Ligue des champions sauve la mise à Paris et Lyon


Les Parisiens, cinquièmes du précédent classement, reculent de deux rangs avec 540,6 millions d'euros de revenus. Les gains liés à leur présence en finale de Ligue des champions, disputée fin août après la clôture de l’exercice comptable, viendront grossir leurs revenus pour l’année en cours.

Les Lyonnais, demi-finalistes de la C1, ont amassé 180,7 millions d'euros de revenus et se classent à la 18e place du classement Deloitte.

Le cabinet relève que la baisse "aurait été plus grande" encore pour les Français si la Ligue de football professionnel n’avait pas obtenu un prêt garanti par l’Etat pour compenser le manque à gagner des droits TV.


Deux clubs ont augmenté leurs recettes


Tous les membres du top-20 européen ont vu leurs revenus baisser lors de l’exercice 2019-2020, à l’exception des Russes du Zenit Saint-Pétersbourg et des Anglais d’Everton.

Les principales pertes de revenus :

Sur la saison dernière, la baisse des revenus du top-20 s’explique principalement par :

- une forte diminution des recettes liées aux droits télévisuels (-937 millions d'euros, soit -23% sur un an)
- la billetterie (-257 millions d'euros, -17%).

 


 

Canal+ va-t-il répondre à l’appel d’offres de la Ligue de football ?

Leparisien.fr

Des responsables de la chaîne cryptée affirment en privé qu’elle ne participera pas à la consultation de marché lancée par la Ligue de football professionnel. Position sans retour ou simple coup de bluff ?

La position de Canal +, qui a choisi lundi 25 janvier d' attaquer la Ligue de football professionnel (LFP) en justice, suit la ligne annoncée par la chaîne cryptée. Lors d'une rencontre avec les dirigeants de l'instance, la semaine précédente, ses responsables avaient prévenu qu'ils n'hésiteraient pas à saisir le tribunal de commerce de Paris pour contester l'appel d'offres lancé par la LFP. Ce qui a donc été fait.

La filiale de Vivendi conteste en effet que la Ligue ait le droit de lancer une consultation de marché uniquement sur les lots anciennement détenus par Mediapro pour la période 2020-2024 (80 % des droits). Elle exige un appel d'offres global avec les deux matchs du samedi à 21 heures et du dimanche à 17 heures qu'elle détient et qui lui coûte 332 millions d'euros par an. Un tarif qu'elle juge déconnecté de la réalité du marché et totalement prohibitif alors que la pandémie de Covid-19 a bouleversé le spectacle de la Ligue 1.

Cette posture implique-t-elle que la chaîne à péage se retire nécessairement de l'appel d'offres, dont la clôture est fixée au 1er février? C'est en tout cas ce que Maxime Saada, président du directoire de Canal + et bras droit de Vincent Bolloré, a récemment fait savoir aux dirigeants de la LFP. Et jusqu'ici, on peut raisonnablement affirmer que le diffuseur historique du championnat s'en est tenu à ce qu'il a dit.


Un bras de fer et plusieurs scénarios


La défection de la chaîne cryptée serait un coup dur pour la Ligue. En effet, celle-ci n'a pas aujourd'hui d'autre opérateur sérieux avec qui discuter. Canal est le seul interlocuteur avec lequel la Ligue avait réellement entamé des discussions de gré à gré lors de sa prospection auprès des potentiels diffuseurs à l'automne dernier. Une situation qui pourrait se reproduire si l'appel d'offres, par manque de candidats ou d'offres sérieuses, se révèle infructueux. Mais si Canal décide de ne pas répondre à cette consultation express de la Ligue – ce qui est loin d'être acquis à cette heure – il prend le risque de voir un concurrent tel Amazon lui ravir un des deux lots les plus intéressants, voire les 2, remis sur le marché par la Ligue. Là encore, il faudra que cet éventuel acheteur atteigne le prix de réserve, et soit en mesure de présenter une garantie bancaire ou des références établies par une agence de notation.

La chaîne cryptée peut aussi se porter acquéreur et, si elle gagne, renoncer à sa plainte. C'est l'autre scénario imaginé par les observateurs de ce drôle de bras de fer. En attendant, les offres doivent être déposées lundi entre 10 heures et 12 heures à la LFP avant d'être étudiées dans l'après-midi. Pour un dévoilement du ou des nouveaux diffuseurs – s'il y en a – vraisemblablement en fin de journée.

La Ligue elle se réserve le droit de relancer un candidat pour lui demander d'augmenter sa mise. Mais pour cela, il faudrait qu'il existe une réelle concurrence. Nouveau (x) diffuseur(s) ou pas, le tribunal de commerce de Paris a fixé son audience au 19 février. En attendant, les clubs sont au bord de l'asphyxie et en Ligue 2, Caen vient d'annoncer la suppression d'une vingtaine de postes au sein de son personnel.

 


 

Genesio est "prêt à entraîner un autre club français", à une exception près

RMC.fr

Après la fin de son aventure en Chine, à la tête du Beijing Guoan, Bruno Genesio est désormais en quête d’un nouveau challenge. Et l’ancien coach de l’OL, qui profite de son temps libre pour être avec ses proches, n’est pas contre une nouvelle expérience en Ligue 1.

Bruno Genesio est ce qu’on peut appeler "un pur produit lyonnais". Né dans la capitale des Gaules, il a été formé à l’OL, où il s’est révélé en tant que milieu de terrain (1985-1995). Avant d’y revenir avec un costume d'entraîneur, au centre de formation puis en tant qu'adjoint de Rémi Garde et Hubert Fournier, puis comme coach principal (2015-2019). Un an et demi après son départ du Rhône, il continue évidemment de vibrer pour les Gones. Mais ça ne l’empêche pas de se projeter sur le banc d'un autre club de Ligue 1.


Genesio ne pourrait pas signer à Saint-Etienne


D’autant qu’après son départ de Chine, où il a coaché le Beijin Guoan durant un an et demi, le technicien de 54 ans est libre de tout contrat en ce début d’année. "Je suis prêt maintenant à entraîner un autre club français que l’Olympique Lyonnais, a-t-il confié ce lundi sur Téléfoot. Non, ce n’est pas inimaginable, même s’il y en a un que je ne pourrais pas entraîner (Saint-Etienne, ndlr). Ça, c’est sûr."

Interrogé sur un possible intérêt de Nice, Genesio a démenti toute approche du Gym. Enfin, à sa connaissance. "Je n’ai eu aucun contact avec des clubs français pour l’instant. Moi, je n’ai reçu aucun message. Mon agent, je ne sais pas. Mais il ne me l’a pas dit en tout cas", a-t-il répondu. En attendant des pistes sérieuses, le vice-champion de Chine 2019 se remet de son aventure éprouvante en Asie, qu’il a conclu en vivant durant plus de six mois dans une bulle sanitaire. Avec des contacts extérieurs très limités.


"J’ai besoin d’un challenge sportif et humain"


"Ça a été une opportunité qui s’est présentée. Avec le recul, c’est quelque chose de bien qui m’est arrivé. Parce que le fait d’être très loin, coupé de ce qu’on pouvait dire en Europe et en France, ça m’a fait énormément de bien. J’ai découvert une autre culture, une autre façon de travailler, avec d’autres gens, résume Genesio. Ça a été une expérience très enrichissante, même si la deuxième saison, qu’on vient de terminer, a été plus difficile. Parce qu’on était dans une bulle sanitaire, éloignés des proches, de la famille et des amis. Sans aucun lien social, ça a été plus difficile à vivre. Mais ça permet aussi de réfléchir sur soi et d’avoir une autre approche de la vie lorsqu’on rentre."

Une réflexion qui l'amène aujourd'hui à savourer chaque instant passé en compagnie de ses proches. Sans oublier totalement le foot, bien sûr. "Je profite des bons moments, de ma famille et de mes amis, même si la situation en France est difficile, explique-t-il. Je regarde des matchs. Je me pose des questions sur mon avenir. Qu’est-ce qui sera le mieux pour moi? J’ai besoin d’un nouveau challenge, à la fois sportif mais aussi humain. Parce que j’accorde beaucoup d’importance au côté humain. Je pense que ce sera de plus en plus prépondérant dans le foot."



 

Vidéo : L'entrainement du jour

OL via Twitter

 


 

5 lyonnais dans l'équipe type fans de la journée

LFP via Twitter

 


Voir aussi... L'actu du Lundi 25 Janvier // ASSE 0-5 OL : L'After

 

Last modified on mardi, 26 janvier 2021 18:19