L'actu du Mercredi 13 Janvier

L'actu du Mercredi 13 Janvier

Voir aussi... L'actu du Mardi 12 Janvier // Le Tableau Mercat'OL

Slimani : « Je voulais vraiment représenter ce grand club »

OL.fr

Tout juste arrivé à l'OL, la nouvelle recrue algérienne, Islam Slimani, a répondu aux questions des journalistes lors d'une conférence de presse organisée aux côtés de Jean-Michel Aulas et Juninho. L'intégralité de la conférence est à retrouver sur OLPlay.

Islam Slimani

« Je suis très content. C’est quelque chose que je voulais, même en début de saison. Je voulais vraiment représenter ce grand club. Je remercie l’OL de m’offrir cette opportunité. Je venais souvent à Givors quand j’étais petit. Je venais avec mon club algérien pour faire des tournois. Ce club est depuis resté dans ma tête. L’OL est un grand club, tous les joueurs veulent venir jouer ici… Je n’ai pas beaucoup joué ces derniers mois mais j’ai beaucoup travaillé pour garder le rythme. Je suis combatif sur le terrain et cela me permettra de compenser le manque de rythme. J’ai montré que je pouvais jouer soit dans l’axe, soit sur les côtés. Il n’y a pas de problème quand on a envie de se battre pour l’équipe. Je peux apporter de l’expérience, de la combativité. J’espère faire encore mieux qu’avec Monaco. Je veux aider l’équipe à atteindre ses objectifs. C’est du long terme. Le club a compris ma volonté. Je passe un nouveau cap dans ma carrière. C’était un objectif pour moi de jouer dans un grand club comme celui-ci… On a beaucoup parlé avec Djamel Benlamri. Il m’a dit que du bien du club, des joueurs, de l’entraîneur. »

Jean-Michel Aulas

« On est très heureux d’accueillir Islam Slimani. On avait déjà communiqué cet été. L’opportunité s’est produite. Je veux remercier Juninho, qui a pris les choses en mains. On est heureux de recruter un Algérien. Tout le monde a fait des efforts. On a aussi donné satisfaction à Moussa Dembélé. C’est un joueur fantastique… On essaie de s’adapter à la situation actuelle. Elle est doublement difficile en France. Les clubs se retrouvent dans une situation difficile. Juninho a dit qu’il fallait garder un attaquant de très haut-niveau. »
 
Juninho

« On a beaucoup parlé avec Islam depuis le début de saison. J’ai beaucoup d’admiration pour lui, pour son engagement, pour son talent. Il a un état d’esprit formidable. Il a aussi beaucoup d’expérience et notre groupe est jeune. C’est un buteur. Il met beaucoup de buts. Il va aussi peser sur les coups de pied arrêtés… Son envie de venir m’a fait plaisir. J’ai tout essayé pour l’avoir en début de saison. Aujourd’hui, il est là et je suis très content. Il manque un peu de rythme mais il a un bon physique. Il n’aura pas besoin de beaucoup de temps pour être en forme. Je suis convaincu qu’il va réussir chez nous. Il connaît la Ligue 1, c’est un plus. C’est difficile de jouer en France, il y a beaucoup de combat pour les attaquants. Il parle portugais aussi donc les Brésiliens vont bien aimer aussi (sourire).

On n’avait pas trop envie de bouger sur le marché, à part Islam Slimani. Rudi Garcia voulait que Jean Lucas soit prêté. Il n’a pas beaucoup joué avec nous. Il pouvait faire plus. Il a besoin de grandir. J’espère qu’il va revenir pour jouer avec nous. »

 


 

Arrivée d'Islam Slimani et prêt payant de Moussa Dembélé à l'Atlético

OL.fr

L’Olympique Lyonnais informe du prêt payant de Moussa Dembélé à l’Atlético de Madrid jusqu’au 30 juin 2021.

Ce prêt d'un montant de 1,5M€ s'accompagne d'une option d'achat fixée à 33,5M€ à laquelle pourront s’ajouter des incentives pour un montant maximum de 5 M€, ainsi qu’un intéressement de 10% sur la plus-value d'un éventuel futur transfert.

Arrivé à l’Olympique Lyonnais en août 2018 en provenance du Celtic Glasgow pour la somme de 22 M€, l’international espoir français a disputé 108 rencontres avec le club et inscrit 45 buts. Sous contrat jusqu’au 30 juin 2023, Moussa Dembélé a notamment participé au parcours exceptionnel de l’OL au Final 8 à Lisbonne l’été dernier, inscrivant un doublé contre Manchester City lors des 1/4 de finales de la Champions League.

Afin de compenser le départ de Moussa Dembélé à l’Atlético de Madrid, l’Olympique Lyonnais est heureux d’annoncer l’arrivée de l’attaquant international algérien Islam Slimani pour une durée de 18 mois, soit jusqu’au 30 juin 2022.

Arrivé libre en provenance du club anglais de Leicester, Islam Slimani possède une carrière solide, avec plus de 380 matches professionnels à son actif, dont 69 sous les couleurs de la sélection nationale algérienne (30 buts) avec laquelle il a remporté la Coupe d’Afrique des Nations en 2019 aux côtés de Djamel Benlamri.

Agé de 32 ans, Islam Slimani a été prêté la saison dernière à l’AS Monaco où il a été élu 2ème meilleur joueur africain de Ligue 1 avec notamment 9 buts inscrits en 18 matches. Ballon d’Or algérien en 2013, Islam Slimani est également passé par le championnat portugais (Sporting), anglais (Leicester, Newcastle) et turc (Fenerbahçe), remportant au passage plusieurs trophées dont la Coupe et la SuperCoupe du Portugal en 2015.


Officialisation par le club

 

 


 

Aulas a "donné satisfaction" à Dembélé et en dit plus sur l'option d'achat

RMC.fr

En conférence de presse pour la présentation d'Islam Slimani à l'OL, Jean-Michel Aulas a livré quelques explications et des détails sur le prêt de Moussa Dembélé à l'Atlético de Madrid. Le président a notamment expliqué qu'il avait voulu inclure une option d'achat obligatoire, mais que cela n'avait pas été possible.

"C'était le moment de lui donner satisfaction". En officialisant l'arrivée d'Islam Slimani, l'OL a aussi acté le départ en prêt de Moussa Dembélé à l'Atlético de Madrid. En conférence de presse ce mercredi soir, Jean-Michel Aulas a dévoilé les coulisses de cette opération payante (1,5 million d'euros) et assortie d'une option d'achat de 33,5 millions d'euros (avec un bonus de 5 millions d'euros maximum et 10% sur la plus-value d'un éventuel transfert).

"Moussa n'avait pas eu, alors que c'est un formidable joueur aussi, de réussite en début de saison. (...) Il m'a appelé plusieurs fois à la maison", a-t-il d'abord raconté, constatant que son désormais ex-joueur n'avait marqué qu'un seul but en 16 matchs de Ligue 1 cette saison. "C'est le rôle aussi d'un président d'écouter individuellement et humainement les joueurs", s'est-il aussi satisfait.


L'OL voulait une option d'achat obligatoire


"Il s'avère aussi qu'on a de bonnes relations avec l'Atlético de Madrid. (...) On voulait bien le laisser partir en prêt, mais il fallait une option d'achat obligatoire. Elle a été recalée par la ligue espagnole et l'équivalent de la DNCG (le gendarme financier du football français, ndlr). Donc c'est simplement une option, qui n'est pas obligatoire"
, a ajouté Jean-Michel Aulas, qui en a profité pour souligner le rôle de son directeur du football Vincent Ponsot pour trouver ces solutions.

"Les choses ont pu se résoudre dans l'intérêt de Juninho, Rudi [Garcia], Islam et Moussa", a ainsi souligné le président lyonnais, désireux de garder une équipe compétitive pour rester dans la course au titre en Ligue 1.

 


 

Entraînement : Journée de tests physiques

OL.fr

Les joueurs lyonnais ont eu droit à une séance particulière ce matin. Sous la houlette de Mapei Sports, un centre de recherche italien spécialisé sur la performances athlétique, ils ont effectué toute une batterie de tests.

A quelques jours de la réception de Metz, la troupe de Rudi Garcia a effectué un entraînement sous l'œil avisé des équipes du centre de recherche Mapei. Au programme : sauts, foulées et accélérations dans des petits périmètres. Tous ces exercices permettent ensuite d'évaluer différents paramètres des performances athlétiques des joueurs.

 

Entrainement plus classique l'après-midi

 

 


 

Depay à la Juventus, pourquoi c’est trop tard

Foot01.com

Toujours à l’affût des opportunités avec les joueurs en fin de contrat, la Juventus Turin est attentive à la situation de Memphis Depay.

Et pour cause, le capitaine de l’OL sera libre comme l’air en juin prochain. Légitimement, on peut penser que la Juventus Turin tentera de recruter l’international néerlandais pour zéro euro dans quelques mois. Mais à en croire les informations du site Calcio Mercato Web, l’intention première des dirigeants de la Vieille Dame était d’offrir à Andrea Pirlo le leader de l’Olympique Lyonnais dès le mois de janvier. En effet, des contacts ont été noués entre les différentes parties afin de parvenir à un accord dès le mois de janvier. A en croire le média, il est en revanche trop tard pour que le transfert de Depay à la Juventus Turin se boucle cet hiver.

Et pour cause, il est indiqué que l’Olympique Lyonnais ne cèdera pas Memphis Depay et Moussa Dembélé lors de la même période de mercato afin de ne pas trop affaiblir l’équipe de Rudi Garcia en attaque. L’ex-attaquant du Celtic Glasgow et de l’Equipe de France ayant d’ores et déjà décollé pour Madrid afin de signer à l’Atlético, les discussions ont immédiatement été rompues avec la Juventus Turin pour le transfert de Memphis Depay. Une opportunité supplémentaire pour l’OL de tenter de prolonger son charismatique capitaine néerlandais, bien que la tendance très forte soit toujours à un départ libre de tout contrat en juin prochain. Une petite catastrophe pour Lyon sur un plan économique, bien que Jean-Michel Aulas n’ait jamais fait d’un départ de Depay cet hiver une priorité absolue. Bien trop malin, le boss de l’OL est conscient que Memphis peut contribuer à qualifier son club en Ligue des Champions, ce qui compensera nettement son départ pour zéro euro d’un point de vue financier…

 


 

Dijon - OL programmé le 3 Février à 21h

Ligue1.fr

Découvrez la programmation TV de la 23e journée de Ligue 1 Uber Eats.

Mercredi 3 février
19h00 : Girondins de Bordeaux – LOSC (TéléFoot)
19h00 : FC Metz - Montpellier Hérault SC (TéléFoot)
19h00 : Stade de Reims – Angers SCO (TéléFoot)
19h00 : Stade Rennais F.C. - FC Lorient (TéléFoot)
19h00 : RC Strasbourg Alsace – Stade Brestois 29 (TéléFoot)

21h00 : Paris Saint-Germain - Nîmes Olympique (Canal +)
21h00 : RC Lens – Olympique de Marseille (TéléFoot)
21h00 : Dijon FCO – Olympique Lyonnais (TéléFoot)
21h00 : AS Monaco – OGC Nice (Canal + Sport)
21h00 : AS Saint-Étienne – FC Nantes (TéléFoot)

 


 

Tout comprendre - Comment Canal+ a ravivé la crise des droits TV du foot français

RMC.fr

Canal+, attendu comme le sauveur par les clubs professionnels français, refuse de racheter en état les droits TV de la Ligue 1 et de la Ligue 2 abandonnés par Mediapro, et demande un nouvel appel d'offres, pour acquérir semble-t-il des lots au prix le plus bas possible. Explications.


Pourquoi la crise s'est accentuée ces dernières heures?


Depuis l'automne, le football professionnel français est confronté à l’une des plus graves crises de son histoire récente: celle des droits TV avec Mediapro. Le groupe sino-espagnol, qui devait diffuser la majorité des matchs de L1 et de L2 pendant quatre ans –  pour environ 800 millions d’euros par saison – via sa chaîne Téléfoot, s’est finalement désengagé, incapable de payer ce qu’il devait. Pour sortir de ce bourbier, la solution semblait se trouver du côté de Canal+, partenaire historique du football hexagonal. Acteurs et observateurs imaginaient la chaîne cryptée récupérer (à tarif réduit) les matchs de Mediapro et assurer la diffusion. Une manière de limiter la casse, en somme.

Sauf que dans une interview accordée mardi au Figaro, le président de Canal+ Maxime Saada a refroidi tout le monde: non seulement la chaîne ne veut pas racheter en l’état les matchs de Mediapro, mais elle veut elle-même rendre ses droits qu’elle juge surpayés dès le 5 février (elle diffusait deux rencontres par week-end, sur les dix au programme), pour procéder à un nouvel appel d’offres. Et repartir d’une feuille blanche.


Pourquoi Canal veut un nouvel appel d’offre?


Pour se justifier, Saada évoque entre autres des motifs juridiques. "Tout accord de gré à gré pour la reprise des lots de Mediapro serait juridiquement contestable d’un point de vue concurrentiel car il serait contraire au code du sport, indique le dirigeant. Celui-ci spécifie qu’il ne peut y avoir de gré à gré qu’en cas d’appel d’offres infructueux. Or il n’y en a pas eu." Mais la raison principale est évidemment stratégique.

Canal+, qui s’est rendu compte depuis le début de la saison que la perte de la majeure partie de la Ligue 1 ne lui a pas été défavorable d’un point de vue abonnements, se sait aujourd’hui en position de force: s’il doit racheter des lots, il veut les racheter au prix le plus bas possible, dans des conditions encore plus favorables qu’avec un accord de gré à gré. "J’estime que le produit L1 a été dégradé dans l’absolu", lance ainsi Saada.


Canal peut-il vraiment rendre ses droits?


La question est technique, mais pourrait être au cœur des prochains échanges entre les acteurs. Comme expliqué précédemment, Canal considère qu’un rachat sur le tas des droits de Mediapro n’est pas possible, car il n’y a pas eu d’appel d’offres infructueux. Mais d’après Le Parisien, la Ligue fait une analyse différente: la défaillance de Mediapro acte bien, selon elle, le caractère infructueux de l’appel d’offres de 2018. Et ouvre donc la porte à une négociation au gré à gré.

En outre, Canal+ ne peut pas rendre les droits pour les deux rencontres qu’elle diffuse aujourd’hui… car ceux-ci ne lui appartiennent pas. En effet, le lot 3 en question avait été remporté en 2018 par BeIN Sports, qui l’a ensuite sous-licencié (comme une sous-location d’appartement, si vous voulez) à Canal après des accords entre les deux groupes. Si quelqu’un doit rendre les droits, c’est à la chaîne qatarie de le faire. Sauf que son président, Nasser Al-Khelaïfi, est aussi celui du PSG… Et qu’en est-il de Free, qui possède les droits du lot 6, lui permettant de diffuser en quasi-direct les buts et les plus belles actions?


Où est la concurrence?


Avec la disparition à venir de Téléfoot, les concurrents "naturels" à Canal+ sur le terrain des droits sportifs payants ne sont pas nombreux: il y a BeIN Sports, qui est plus devenu un allié qu’un rival ces derniers mois, Eurosport, ou encore RMC Sport, qui n’avait pas tenté sa chance en 2018 lors de la vente des droits de la Ligue 1. En cas de nouvel appel d’offres, on peut toujours imaginer l’apparition surprise d’un nouveau groupe audiovisuel venu de l’étranger, mais après le fiasco Mediapro, cela semble peu probable.

Pour le foot français, la lumière pourrait venir des GAFAM, Google, Facebook, Amazon, Netflix et les autres. Mi-décembre, Vincent Labrune, le patron de la Ligue de football professionnel (LFP), affirmait même lors d'un conseil d’administration avoir échangé avec eux. Mais cela fait des années que ces géants du numérique sont attendus, en vain. L’an passé, la Bundesliga, le championnat allemand, espérait les attirer lors de la vente de ses droits. Aucun d’entre eux n’a obtenu de lot. Derrière Canal+, c’est donc le flou complet. Et c’est pour cela que la chaîne cryptée veut fixer les règles du jeu.


Y’a-t-il un risque d’écran noir?


Des matchs de Ligue 1 disputés dans des stades vides, et sans diffuseur, c’est le cauchemar des clubs et des instances. Cela a tout de même peu de chances de se produire, même si rien n’est à écarter dans cette saison noire. Jusqu’au 31 janvier, la chaîne Téléfoot doit poursuivre la diffusion des rencontres. Si rien n’est réglé à ce moment-là, la Ligue pourrait lui demander de continuer quelques semaines, en attendant une sortie de crise.

Dans son interview au Figaro, Maxime Saada propose de mettre en place de manière provisoire un système de pay-per-view, de paiement au match, pour les abonnés de Canal et les autres. Comme le public américain en a l’habitude. La LFP ne peut-elle pas diffuser elle-même les rencontres sur son site? Vu les moyens techniques et le personnel nécessaires à la production d’un match, probablement pas.


Quelles vont être les conséquences pour les clubs français?


Elles vont être désastreuses. Déjà privés de nombreux revenus à cause de la crise sanitaire et de l’absence de public dans les stades, les clubs n’ont désormais plus les recettes issues des droits TV à se partager, qui représentent en temps normal environ 50% de leurs rentrées d’argent. Et si Canal+ ou un autre diffuseur rachète le tout pour une bouchée de pain, le manque à gagner restera quoi qu’il arrive conséquent.

Quant au marché des transferts, qui pourrait permettre de vendre des joueurs à des clubs étrangers (au risque de s’affaiblir sportivement), il tourne au ralenti, les autres championnats n’ayant pas été épargnés par la crise. Pour survivre, les clubs français se retrouvent donc à négocier avec leurs joueurs des baisses de salaire. Le risque de dépôts de bilan n’a jamais été aussi réel.

 


 

Catarina Macario : « Hâte de vivre cette nouvelle aventure à l'OL »

OL.fr

La nouvelle recrue américaine, Catarina Macario, a livré sa toute première réactions après signature à l'OL. L'intégralité de l'interview est à retrouver sur OLPlay.

« Catarina, qu’est-ce que représente l’OL pour toi ?

L’OL représente la victoire, le succès, les meilleures joueuses du football féminin. Ça représente aussi l’égalité homme-femme dans le football, un environnement d’entraînement de très haut-niveau. J’ai vraiment hâte de faire partie de de club !
 
Pourquoi avoir choisi de rejoindre l’OL ?

Le club va pouvoir me faire progresser en tant que joueuse mais aussi en tant que personne. Un club de ce niveau va m’obliger à travailler dur tous les jours pour rester compétitive et gagner des titres.
 
D’autres joueuses américaines comme Alex Morgan ou Megan Rapinoe ont porté le maillot de l’OL, y-a-t-il une continuité avec ton arrivée ?

Je sais que beaucoup de joueuses américaines et d’autres joueuses du monde entier ont joué à l’OL. Il y a une histoire forte avec beaucoup de victoires et j’ai hâte de participer à ces succès.

Connais-tu déjà un peu la France et la ville de Lyon ?

Je ne suis jamais allé ni à Lyon, ni en France. Je suis excitée à l’idée de découvrir cette ville avec mes nouvelles coéquipières. Je suis juste excitée à l’idée de vivre cette nouvelle aventure ici. Je me souviens avoir vu le Groupama Stadium pendant la Coupe du Monde. C’est un magnifique stade et j’ai hâte de jouer là-bas. »



 


 

OL - Metz : Stéphanie Frappart au sifflet

OL.fr

L'arbitre de 37 ans, Stéphanie Frappart, sera au sifflet ce dimanche soir lors du match entre l'OL et Metz.

La seule arbitre femme de Ligue 1 Uber Eats a été désignée pour officier lors de lu match entre l’OL et Metz. C’est seulement la deuxième fois que Stéphanie Frappart arbitrera une rencontre de l’équipe lyonnaise. La première femme à arbitrer un match de Ligue 2 puis de Ligue 1 et enfin de Champions League était de la partie lors du match nul 1 à 1 face à Marseille au Groupama Stadium en octobre dernier, durant lequel elle avait expulsé Payet côté marseillais. L’arbitre internationale de 37 ans originaire du Val d’Oise a arbitré 8 rencontres de championnat cette saison, aucun de Metz.

 


 

Droits TV : Jean-Michel Aulas tente de calmer le jeu avec Canal +

Footmercato.net

Interrogé sur les droits TV lors de la conférence de presse de présentation d'Islam Slimani, Jean-Michel Aulas a dit ce qu'il pensait. L'occasion pour lui de parler de Canal.

Depuis quelques mois et l'annonce du non-paiement des échéances de la part de Mediapro, et donc de la future fermeture de Téléfoot La Chaîne, la question des droits TV pour la Ligue 1 et la Ligue 2 est sur toutes les lèvres. Car avec des liquidités en moins, le football français est dans le dur financièrement et plusieurs clubs de l'Hexagone en souffrent. Et justement, mardi soir, le président du groupe Canal Maxime Saada a demandé un nouvel appel d'offres, tout en glissant quelques punchlines : «nous n’oublions ni le report des matchs par la LFP sans concertation lors du mouvement des «gilets jaunes», ni l’argent supplémentaire demandé pour décaler le coup d’envoi du match du dimanche soir de quinze minutes, et encore moins les réjouissances de nombreux présidents lorsque Canal+ est rentré bredouille de l’appel d’offres de 2018.»

Alors forcément, lors de la conférence de presse de présentation d'Islam Slimani ce mercredi, le président de l'Olympique Lyonnais Jean-Michel Aulas a eu le droit à des questions sur le sujet des droits TV. «Bien sûr qu'on essaie de s'adapter à la situation, qui est doublement difficile en France. On a fait, au niveau de la Ligue, les pires erreurs en arrêtant le championnat (la saison dernière, ndlr). On a effectivement choisi Mediapro alors qu'on aurait dû prendre des garanties supplémentaires. On se retrouve tous dans une situation difficile. On travaille bien à l'OL et on a privilégié le fait de garder un attaquant de haut niveau pour poursuivre notre belle aventure», a d'abord déclaré le boss des Gones.


«Ce n'était pas du tout dirigé contre Canal. Mais j'ai compris qu'il y avait de la part de Canal une frustration»


Mais rapidement, les questions ont dévié sur Maxime Saada et Canal +. Et JMA a sorti la carte de l'apaisement : «le jour où on a négocié avec Mediapro et la Ligue, j’ai eu une malheureuse formule en disant que c’était un jour béni pour le foot français. Ce n'était pas du tout dirigé contre Canal. Mais j'ai compris qu'il y avait de la part de Canal une frustration. Est-ce qu'ils avaient raison trop tôt eux aussi parce que Mediapro n'a pas réussi à tenir ses engagements ? Je pense qu'aujourd'hui, on a affaire à un certain nombre de très grands clubs en France. (...) On ne peut pas dire que le championnat français s'est dévalorisé.»

Dans la foulée, Jean-Michel Aulas a évoqué l'avenir, en parlant également de BeIn Sports. « Peut-être qu'il y a des erreurs de la part des dirigeants, et dans ce cas-là ils seront poursuivis. Il faut qu'on trouve des solutions avec Canal et ceux qui aiment le foot français pour que les droits TV reviennent à leurs valeurs intrinsèques. On va travailler pour réfléchir aux solutions et je sais bien qu'il y en a qui vont arriver pour permettre au football français d'être au plus haut niveau. (...) Il faut qu'on trouve la bonne solution pour que personne ne perde au change. Et j'ai une confiance absolue en BeIN et Nasser (al-Khelaïfi). Merci à tous ceux qui vont nous aider, y compris Canal qui, je le répète, a joué un rôle essentiel dans le développement du foot en France », a conclu le président lyonnais sur le sujet, visiblement désireux de jouer l'apaisement en espérant sauver les meubles.

 

 
Voir aussi... L'actu du Mardi 12 Janvier // Le Tableau Mercat'OL

 

Last modified on mercredi, 13 janvier 2021 22:44