L'actu du Mardi 17 Novembre

L'actu du Mardi 17 Novembre

Voir aussi... Notes des joueurs 20-21 // L'actu du Lundi 16 Novembre

Dubois : « Le foot a besoin des supporters »

OL.fr

Sa rencontre avec le football, ses années nantaises, son arrivée à l'OL, son rôle dans le groupe, la dernière épopée européenne, ses ambitions... Léo Dubois s’est livré aux médias du club dans un long entretien à retrouver en intégralité sur OLPlay.

« Léo, comment ton histoire avec le football a débuté ?

J’ai commencé dans le club de mon village à l’âge de six ans. J’ai gravi les échelons. Je suis ensuite allé dans un club à côté qui avait un niveau régional à côté d’Angers. Je suis parti au FC Nantes à 14 ans pour le centre de formation. C’était une véritable passion. On me l’a transmise. On est trois frères qui jouaient au foot. C’est du plaisir. J’y allais pour passer des très bons moments.
 
Quand as-tu réalisé que tu pouvais en faire ton métier ?

A partir du moment où j’ai décidé de partir à Nantes. Ce n’était pas une décision facile de quitter mon environnement, mon cocon, ma famille. J’avais dit à mes parents que je ne reviendrai pas sur cette décision car j’y allais pour réussir et que je ferai tout pour le faire. C’est à partir de ce moment-là que je me suis fixé des objectifs et que je savais pourquoi j’y allais. J’ai beaucoup de très bons souvenirs à Nantes, c’est mon club formateur. Il y a beaucoup de liens qui se sont créés. J’ai découvert le monde professionnel. Mes challenges se sont construits là-bas donc je n’oublie rien.
 
Pourquoi avoir choisi l’OL ?

C’est un club qui me correspond, un club avec des bases solides et une identité forte. C’était une décision compliquée. Les choix sont très importants dans une carrière car elle est courte. C’était le projet parfait. Je voulais aussi aller en équipe de France. Je suis très heureux d’avoir fait ce choix. Je savais que l’OL allait me faire passer des étapes. J’ai pris mes marques avec la ville aussi.
 
Tu as pris un rôle important dans le vestiaire. Est-ce que c’est quelque chose qui te correspond ?

C’est quelque chose de naturel, qui est en moi. J’aime communiquer, parler, transmettre. Je ne me force pas pour le faire. Je me sens à l’aise pour cela. C’est une remise en question perpétuelle. Tout peut changer très vite dans le foot. Chacun a joué son rôle dans les périodes difficiles. Certains aiment s’exprimer, d’autres moins. Il y a des leaders dans le vestiaire, des leaders techniques, d’autres tactiques. On est tous tournés vers les objectifs communs. Si on garde cet état d’esprit, on pourra remplir nos objectifs.

Que retiens-tu de l’épopée en Champions League ?

C’est extraordinaire de vivre des moments comme ceux-là. L’équipe, le staff, les médias du club, tout le monde l’a vécu pleinement. C’était énorme. Les supporters n’ont pas pu le vivre comme ils l’auraient souhaité. On a réussi à transmettre des émotions à tout le monde. C’est très difficile de regarder les matches de Champions League cette saison. On se dit que notre place était sur le terrain. Cela nous permet de prendre conscience de nos qualités. Il faut se battre pour retrouver cette compétition.
 
Comment vis-tu les matches à huis clos ?

C’est complètement différent, ce n’est pas le même football. Je me sers beaucoup de ce qu’il se passe en tribunes, de l’ambiance, de l’atmosphère pour me galvaniser, me mettre dans l’événement. Aujourd’hui, il faut faire appel à d’autres leviers. Le foot a besoin des supporters. On a besoin de ça. »

 


 

Reine-Adelaïde sort du silence, Rudi Garcia visé

Foot01.com

En fin de mercato estival, Jeff Reine-Adelaïde a quitté l’Olympique Lyonnais et s’est engagé sous la forme d’un prêt avec option d’achat à Nice.

Et pour cause, l’ex-milieu de terrain offensif d’Angers était en désaccord avec Rudi Garcia à l’OL. Dans la presse, le capitaine de l’équipe de France espoirs avait fait part de ses envies d’ailleurs en raison de son manque de temps de jeu dans la capitale des Gaules. Le Stade Rennais a longtemps été intéressé par la perspective de recruter Jeff Reine-Adelaïde, mais ce sont finalement les Aiglons de l’OGC Nice qui ont raflé la mise. Tout juste de retour de blessure, « JRA » n’a disputé que trois matchs sur la Côte d’Azur. Mais il se sent déjà plus à l’aise que du côté de Lyon grâce à Patrick Vieira.

Une pique à destination de Rudi Garcia que tout le monde aura évidemment compris. « Je suis très content, ça se passe super bien (à Nice). J'ai un entraîneur (Patrick Vieira) qui compte sur moi et qui tente de me faire progresser. J‘essaye de retrouver du rythme. Je me sens épanoui et maintenant, c’est à moi de le montrer sur le terrain » a lâché le milieu offensif de l’OGC Nice et de l’Equipe de France espoirs au micro de Canal +, en marge de la victoire des Bleuets face à la Suisse dans le cadre des éliminatoires de l’Euro. Reste maintenant à voir si Jeff Reine-Adelaïde explosera définitivement en Ligue 1 sous les couleurs de Nice, après une saison contrastée à l’OL en raison d’une rupture des ligaments croisés, et des performances très prometteuses sous les ordres de Stéphane Moulin à Angers.

 


 

Lilian Thuram aurait préféré l'OL à l'OM pour son fils

Footmercato.net

L'explosion est réelle pour Marcus Thuram : après de bonnes performances à Guingamp, l'attaquant français confirme voire s'affirme au Borussia Mönchengladbach. Ses performances lui ont même ouvert les portes de l'Equipe de France. Un coup de recrutement magistral pour les Allemands qui aurait pu être fait par un club français.

Pourtant, l'OM s'était positionné, comme l'a confié Andoni Zubizarreta. Mais le clan Thuram n'aurait pas souhaité rejoindre Marseille, en raison du contexte volcanique qui peut régner au Vélodrome. Mais on apprend dans la Provence que Lilian, illustre père de Marcus, aurait préféré voir son fils signer à l'OL, avant de se raviser suite au départ de Bruno Genesio.

 


 

Juninho : "J'ai senti que j'étais poussé dehors" (vidéo)

Telefoot via witter

 


 

Départ programmé en janvier pour Umtiti ?

Le10sport.com

Bloqué depuis un an, le départ de Samuel Umtiti du FC Barcelone apparaît quasiment certain pour le mercato hivernal. Explication.

Plus les semaines passent, et plus la perspective d’un départ de Samuel Umtiti au mercato hivernal prend de la consistance. Si la volonté du Barça de trouver preneur pour le défenseur central français n’a pas changé, la position du joueur, elle, a évolué, si l’on en croit les médias espagnols. Alors qu’il refusait toute perspective de départ, Umtiti est cette fois disposé à accepter l’idée d’un prêt.
Contexte réuni pour un départ en janvier

Dans ces conditions, un mouvement en janvier apparaît quasiment certain. Le Barça acceptera l’idée d’un prêt pour alléger son budget et augmenter ses chances de vendre à bon prix en fin de saison, et les clubs susceptibles d’être intéressés avanceront beaucoup plus facilement dans ce cadre. Selon les médias espagnols, l’AS Rome et l’OL ont d’ailleurs déjà marqué un intérêt dans ce cadre.

 


 

Lyon fait vibrer la France, vite une Coupe d’Europe

Foot01.com

Revenu sur le devant de la scène en France à la faveur de sa série positive en Ligue 1, l’Olympique Lyonnais ne peut pas se permettre une nouvelle saison sans Coupe d’Europe.

La France non plus. C’est le message qu’a tenu à faire passer Sidney Govou. Après un début de campagne européenne catastrophique pour les clubs tricolores, force est de constater que, derrière la locomotive PSG, les wagons décrochent complètement. Reims a été éliminé en préliminaires, Nice, Rennes et Marseille sont en grandes difficultés, le PSG est moins convaincant et seul Lille surnage. Le bilan est donc maigre et voilà pourquoi l’OL a absolument besoin de revenir en Europe rapidement pour son ancien attaquant vedette.

« Ce club sait gérer l’Europe, ce qui n’est pas forcément le cas de Nice ou Rennes qui la découvrent. Quand Aulas a pris le club, c’était son ambition. À Lyon, il y a une attitude différente de tous quand l’Europe est là. Il y a une atmosphère européenne, on peut le constater chaque saison. Paris est dans une autre dimension, mais les exploits européens sont faits par Lyon. Marseille et Monaco en ont fait. Mais de façon régulière, c’est Lyon qui fait vibrer en France les mardis et mercredis soir. Les gens que je croise me le disent souvent, y compris des Marseillais et des Parisiens. Je ne suis peut-être pas objectif, mais la France a besoin d’un OL fort en Europe. Dans les projets de championnat européen, on a vu qu’il pouvait y avoir Paris, et derrière Lyon. Pas Marseille ou Monaco. Ça veut dire que l’OL représente quelque chose en Europe », a délivré Sidney Govou dans sa chronique dans les colonnes du Progrès. Un message clair qui doit toutefois se confirmer sur le terrain, ce que l’OL peine à faire ces derniers mois.

 


 

La Côte d'Ivoire de Diomandé tenue en échec

OL.fr

Après un succès il y a 4 jours, la Côte d'Ivoire a cette fois concédé le match nul face à Madagascar dans le cadre des éliminatoires pour la prochaine CAN.

Les Eléphants ne feront pas la passe de deux. Après l'avoir emporté à domicile 2-1 il y a quatre jours, les Ivoiriens n'ont pas réussi à réitérer cette performance à l'extérieur contre Madagascar et ont concédé le match nul, 1-1. Un résultat qui leur permet tout de même de se maintenir en première place de leur groupe, devant leurs adversaire de la journée, à la faveur de la différence de but particulière.

Côté lyonnais, le défenseur Sinaly Diomandé qui n'avait pas disputé le 1er match à cette fois été titularisé et a joué 90 minutes pour ce qui était sa troisième sélection. Maxwel Cornet, légèrement blessé, a été autorisé à rentrer à Lyon pour se faire soigner.

 


 

Aulas et Guimaraes s’échangent des amabilités

Butfootballclub.fr

Même si Bruno Guimaraes est moins performant actuellement à l'OL, le Brésilien reste l'un des chouchous du président Jean-Michel Aulas.

S'il avait réalisé des débuts canon avec l'Olympique Lyonnais avant le confinement, Bruno Guimaraes se cherche actuellement un second souffle avec les Gones. En attendant le milieu de terrain a retrouvé la sélection brésilienne lors de cette trêve internationale et même fêté ses 22 ans loin de Lyon hier.

Pour autant, hors de question pour Jean-Michel Aulas d'oublier de souffler les bougies de son jeune milieu de terrain. Sur Twitter, le boss de l'OL a donc fait une dédicace à l'ancien joueur de l'Athletico Paranaense : « Happy Birthday Bruno. On pense tous à toi ici à l'OL. On est fier d'avoir deux représentants en Seleçao (avec Lucas Paqueta) : bravo et merci ».

Un message que Bruno Guimaraes a vu passer, lui qui n'a pas manqué de remercier son président pour ces mots doux.



 


 

Une journaliste file un conseil à Jean-Michel Aulas

Foot-sur7.fr

Jean-Michel Aulas n’a pas caché que son ultime ambition, c’est de remporter la Ligue des champions avant de se retirer de la direction de l’ OL. Selon la journaliste Margot Dumont, cet objectif est dans les cordes de l’Olympique Lyonnais, mais à une condition.

Inamovible président de l’ OL depuis plusieurs décennies, Jean-Michel Aulas a remporté la Ligue 1 sept fois de rang entre 2002 et 2008. C’était l’époque du grand OL, avec des joueurs de grande classe comme Karim Benzema, Sydney Govou, Juninho… Mais depuis 2012, date de son dernier sacre en coupe de France, l’Olympique Lyonnais peine à retrouver son lustre d’antan. Depuis, Jean-Michel Aulas se bat pour revenir sur le devant de la scène nationale, mais également européenne, où il rêve de remporter la Ligue des champions avant se retirer de la présidence du club rhodanien. Pour atteindre cet objectif, Margot Dumont sait ce que le dirigeant des Gones doit faire.


Le club lyonnais conseillé d’imiter l’Ajax Amsterdam


Sur Inside Gones, Margot Dumont estime qu’ « il faudrait peut-être que l’OL suive une trajectoire comme celle de l’Ajax » pour revenir sur le devant de la scène nationale face au PSG, puis de la scène européenne. Une ambition pas impossible pour l’ OL, qui « a été un très grand club, qui s’est réveillé ces deux dernières années en sortant des joueurs incroyables de son centre de formation et en produisant du jeu exceptionnel, très séduisant, l’un des meilleurs d’Europe ». La journaliste de beIN Sports a ensuite rappelé que, sans « un budget phénoménal », ni « des joueurs du calibre de Neymar ou Mbappé », les Rhodaniens « ont pu bien figurer en Ligue des Champions » et qu’ils « auraient mérité de la gagner il y a deux ans ». Et la consoeur de conclure : « Si toutes les planètes sont alignées, d’ici trois ans, je verrais bien l’OL suivre une trajectoire comme celle de l’Ajax. »

 


 

Larguer Dembélé, c’est non !

Footradio.com

En pleine crise de confiance au sein de l’Olympique Lyonnais depuis le début de cette saison, Moussa Dembélé est potentiellement annoncé sur le départ…

L’été dernier, son nom avait déjà circulé dans des clubs de Premier League. Au final, l’avant-centre de l’OL avait décidé de rester chez les Gones, comme Depay ou Aouar. Sauf que pour l’instant, le buteur de 24 ans vit un véritable cauchemar pour sa troisième saison à l’OL. Toujours muet après 10 journées de Ligue 1, Dembélé a perdu sa place de titulaire en pointe. Également bousculé par Kadewere, auteur d’un doublé salvateur dans le derby début novembre, l’ancien du Celtic Glasgow est peut-être arrivé au bout de quelque chose à Lyon. C’est donc pour cette raison que la direction lyonnaise envisage de le prêter ou de le vendre autour de son prix d’arrivée (22 ME) en janvier prochain. Une bien mauvaise idée pour Yohan Gomez.


« L’OL doit essayer de relancer Dembélé »


« Les stats de Dembélé ne sont pas bonnes. Il n’a pas de réussite. Quand un attaquant est dans le doute, c’est difficile de le remettre en confiance. Mais de là à le prêter ? Non, je ne suis pas fan de ça, surtout en cours de saison. Tout en sachant que Memphis Depay est susceptible de partir en janvier. S’il venait à partir, l’OL serait bien content d’avoir Dembélé comme attaquant de pointe. C’est un dossier compliqué à gérer. Mais pour moi, Lyon doit le conserver. Même si la facilité, ce serait de le prêter avec une option d’achat obligatoire pour s’en débarrasser en juin. L’OL doit essayer de relancer Dembélé, car Lyon peut en avoir besoin d’ici à la fin de la saison », a expliqué le consultant, qui n’oublie pas que Dembélé sortait quand même de deux saisons pleines avec plus de 20 buts par an sous le maillot de l’OL…

 


 

Le 8e tour et les 32es de finale décalés

Footmercato.net

Suite au reconfinement, le monde amateur du football avait été contraint de ranger temporairement ses crampons. Résultat : le calendrier de la Coupe de France en subit les conséquences. La FFF vient en effet d’annoncer que le 8e tour (entrée en lice des clubs de L2) et les 32es de finale (entrée en lice des équipes de L1) vont être décalés à des dates encore inconnues.

« La FFF a décidé de décaler l'organisation du 8e tour et des 32es de finale de la Coupe de France 2020-2021. En raison de la suspension des compétitions amateurs annoncée le 29 octobre dernier, la FFF a décidé de décaler la tenue du 8e tour et des 32es de finale de la Coupe de France 2020-2021. Le 8e tour était programmé le dimanche 13 décembre 2020, avec l'entrée en lice des vingt clubs de Ligue 2 ; les 32es de finale devaient se disputer les samedi 2 et dimanche 3 janvier 2021, avec l'entrée en lice des vingt représentants de la Ligue 1. La FFF travaille avec les ligues régionales pour la reprogrammation en janvier du 6e tour et du 7e tour (qui n'ont pu se disputer aux dates prévues) et avec la Ligue de Football Professionnel (LFP) pour la reprogrammation des tours impliquant la participation des clubs de Ligue 1 et de Ligue 2 », peut-on lire sur le communiqué.

 

 

 

Voir aussi... Notes des joueurs 20-21 // L'actu du Lundi 16 Novembre

 

Last modified on mardi, 17 novembre 2020 18:11