L'actu du Dimanche 8 Novembre

L'actu du Dimanche 8 Novembre

Voir aussi... L'actu du Samedi 7 Novembre // OL - ASSE : L'Avant Match

Guimaraes remplace Casemiro au sein de la Seleçao

Football.fr

Le milieu de terrain du Real Madrid Casemiro positif à la covid-19, Tite, le sélectionneur du Brésil lui a trouvé un suppléant pour la fenêtre internationale à venir.

L’heureux élu n’est autre que le joueur de l’OL Bruno Guimaraes (tout comme Lucas Paqueta), lequel avait déjà été convoqué lors du précédent rassemblement de la Seleçao.

La sélection auriverde doit affronter ces prochains jours le Venezuela (le 14 novembre) et l’Uruguay (le 18 novembre) dans le cadres des éliminatoires de la Coupe du monde 2022.

 


 

Denayer sélectionné avec la Belgique

Twitter

 


 

Photos : Les supporters font passer un message avant le derby

BG 87

 

 


 

Caqueret et Dembele dans le onze ?

L'Equipe via Twitter

 


 

Garcia, un coaching trop neutre ?

Eurosport.fr

Alors que Lyon a (enfin) entamé une série de résultats positifs, Rudi Garcia a lui dégagé un vrai onze-type. Problème, plusieurs joueurs importants doivent désormais se contenter des miettes. Conscient des conséquences que cela pourrait avoir, l'entraîneur de l'OL veut miser sur le coaching pour impliquer le plus grand nombre. Mais il n'est pas un spécialiste en la matière.

Dans un autre contexte économique, peut-être aurait-on pu parler d'un problème de riche. Alors que certains clubs français peinent à aligner un onze compétitif en Ligue des champions, alors que Saint-Étienne devrait encore aborder le derby avec une poignée de très jeunes joueurs, ce dimanche (21h00), l'Olympique Lyonnais bénéficie lui d'un effectif qui ne manque pas de profondeur. C'est à la fois un avantage, un sacré casse-tête et peut-être même un danger pour un entraîneur comme Rudi Garcia.

Le technicien de l'OL n'est pas franchement réputé pour sa gestion des effectifs. À Marseille, il avait fini par perdre certains joueurs qui n'étaient pas des titulaires indiscutables, mais qui avaient un vrai rôle à jouer dans la rotation. "Il m'est parfois arrivé d'être bon à l'entraînement et de ne pas jouer, racontait par exemple Morgan Sanson il y a quelques mois. Il y a eu une cassure et ça a influé sur les performances collectives." Le coach lyonnais doit-il craindre qu'un tel scénario se répète ?

Les tensions l'ayant opposé à Jeff Reine-Adélaïde, parti à Nice quelques semaines après avoir manifesté publiquement son souhait de bénéficier de plus de temps de jeu, en étaient peut-être les prémices. Samedi, nos confrères de L'Equipe assuraient que la frustration avait gagné plusieurs joueurs : Bruno Guimarães, Maxence Caqueret ou encore Rayan Cherki.


Ne pas toucher aux acquis


Tous installés dans le onze plus ou moins récemment et sur des durées plus ou moins longues, les trois milieux de terrain sont maintenant des remplaçants de luxe. Le Brésilien n'a plus été titularisé depuis le 27 septembre dernier, à Lorient. L'international Espoirs n'a cumulé qu'une grosse trentaine de minutes de jeu depuis le choc face à l'OM le 4 octobre dernier, date de la dernière (courte) apparition du prodige de 17 ans. Héros du quart de finale de Ligue des champions face à Manchester City, Moussa Dembélé fait lui aussi partie des oubliés des dernières semaines.

Rudi Garcia a ses raisons. Depuis trois matches, l'OL a enclenché une spirale de résultats positifs en gagnant à Strasbourg (2-3), en pulvérisant Monaco (4-1) et en accrochant le robuste LOSC (1-1). Après un début de saison particulièrement délicat, le technicien de 56 ans ne veut pas prendre le moindre risque d'enrayer la machine. "Parfois, c'est important d'envoyer le message que ceux qui jouent et gagnent peuvent continuer à jouer", a-t-il expliqué en conférence de presse.

Et alors que presque tous les coaches se plaignent de l'infernal calendrier de matches, Garcia a à sa disposition un effectif taillé pour jouer sur plusieurs tableaux. Problème, la Coupe de la Ligue a disparu et Lyon est sevré de Coupe d'Europe. Pour conserver un maximum de forces vives, l'ancien coach de l'OM n'a donc pas d'autre choix que de faire tourner. "Bien sûr, j'y réfléchis, même si ça ne veut pas dire que l'équipe qui débutera face à Saint-Étienne sera différente, a-t-il précisé. Mais c'est important de concerner tout le monde."


En sortie de banc, c'est pas brillant


Jusqu'ici, Garcia a fait ce qu'il a dit. Lors des neuf premières journées de Ligue 1, l'entraîneur rhodanien a effectué une quarantaine de remplacements (39), profitant pleinement de la nouvelle règle autorisant cinq changements par rencontre. Mais substituer un joueur par un autre ne suffit pas toujours : pour véritablement impliquer le plus grand nombre, le timing et les choix comptent aussi.

Cette saison, en Ligue 1, aucun joueur lancé en cours de match par le coach lyonnais n'a été impliqué de manière directe (but ou passe décisive) sur un but dans le jeu. À Montpellier, Memphis Depay avait marqué en sortie de banc mais c'était sur penalty. Seul Stéphane Jobard, entraîneur de la lanterne rouge du championnat, est dans le même cas que son homologue rhodanien.

Tuchel (5), Stéphan (6) ou encore Villas-Boas (3) se sont montrés plus inspirés. Preuve que Garcia semble plutôt opter pour des ajustements "politiques" (Dembélé à la place de Kadewere, Caqueret pour Aouar) qui ne traduisent pas une réelle volonté de mettre en valeur les nouveaux entrants.

La valorisation est pourtant un enjeu capital pour l'OL. Plusieurs joueurs en manque de temps de jeu doivent devenir de gros actifs sur le marché des transferts à court ou à moyen-terme. C'est ainsi que Jean-Michel Aulas a rôdé un modèle économique fructueux ces dernières années. Et dans un tel contexte - on y revient - pas question de le délaisser.

 


 

Vidéo : Maxence Caqueret, made in Lyon !

Beinsport

 


 

Une affaire Bruno Guimaraes ? Juninho démonte les rumeurs

Foot01.com

Bruno Guimaraes avait fait des débuts énormes avec l'Olympique Lyonnais. Mais depuis, le milieu brésilien est rentré dans le rang, au point de ne plus être titulaire.

Bruno Guimaraes a appris une bonne nouvelle samedi, puisque l’international brésilien, qui devait rejoindre les Espoirs, a finalement été convoqué par Tite avec la Seleçao afin de remplacer Casemiro, lequel a été contrôlé positif au Covid. Mais le milieu brésilien le sait, il est peu probable qu’il soit titulaire ce dimanche avec l’Olympique Lyonnais contre l’AS Saint-Etienne. En effet, depuis que Rudi Garcia est passé en 4-2-3-1, Bruno Guimaraes s'est installé sur le banc, le Brésilien étant moins en forme depuis quelques mois. Et forcément, cela pourrait commencer à agacer le joueur et son entourage. C’est d’ailleurs la version donnée samedi par le quotidien L’Equipe, le média affirmant que Bruno Guimaraes vivait « très mal cette période ».

A quelques heures du derby face à l’ASSE, Juninho a totalement démenti un problème avec le milieu de terrain arrivé au dernier mercato d’hiver. « Si je suis inquiet pour Bruno Guimaraes ? Non, Bruno est là depuis moins d’un an. Ce n’est rien. Il est arrivé et a joué tout de suite des matches de très haut niveau comme celui contre la Juventus par exemple. Même pas un an, ce n’est rien. C’est difficile quand on vient d’Amérique du Sud. Bruno n’est pas un joueur qui jouait toujours devant la défense. Il a eu une baisse de régime, alors il travaille. Ce n’est rien, il va jouer, comme Maxence Caqueret », prévient, dans Le Progrès, le directeur sportif de l’Olympique Lyonnais, conscient qu’en l’absence d’une coupe d’Europe Rudi Garcia devait gérer un effectif un peu large. Bruno Guimaraes va pouvoir se refaire un moral au Brésil, même si là aussi il risque surtout de débuter sur le banc.

 


 

Pourquoi Rudi Garcia doit titulariser Maxence Caqueret face à l'AS Saint-Etienne

Francefootball.fr

Essentiel aux rouages rhodaniens dans le Final 8, Maxence Caqueret a disparu de la circulation depuis quelques journées. Une erreur de la part du coach lyonnais surtout à quelques encablures du derby...

Parce qu'il est le meilleur Lyonnais (ou presque) quand il joue

Les réminiscences de son Final 8 sont encore bien présentes. Des volutes de haut niveau européen qui n'ont guère fait tourner la tête de Maxence Caqueret. A seulement vingt ans, le gamin de Vénissieux a étonné par sa sécurité balle au pied et son sens du placement. Aux côtés d'un Bruno Guimaraes performant, Caqueret n'a eu de cesse d'abattre un travail monstre physiquement, de couper les lignes de passes et de court-circuiter de grandes équipes comme la Juve ou City. C'est d'ailleurs principalement par lui qu'est passé le circuit de passe principal d'un OL redoutable au milieu de terrain. La suite logique aurait sûrement été de pérenniser une nouvelle pépite du performant centre de formation rhodanien. Mais Rudi Garcia, en a décidé autrement. Il n'est pourtant pas subjectif de dire qu'à chacune de ses rencontres ou entrées en jeu, le Gone ne déçoit que très rarement et offre des possibilités de jeu que l'Olympique Lyonnais ne possède plus en son absence.
 
Parce qu'un jeune, il faut le faire jouer

Les faits donnent raison au technicien de l'OL et pourtant. Si le trio Paqueta-Mendes-Aouar fonctionne derrière les Kadewere, Memphis et Toko Ekambi, il faut toujours avoir des mains de dentelière lorsque l'on manipule de talentueux jeunes. Psychologiquement et surtout lorsqu'ils n'ont pas grand-chose à se reprocher, il faut une certaine dextérité pour ne pas plomber les jambes, mais surtout les têtes encore fraîches. Car vouer un gamin à un banc de touche n'est jamais bon signe, surtout dans un club formateur comme l'OL. Dans les colonnes de L'Equipe de samedi, nos confrères faisaient part des états d'âme de Maxence Caqueret, Bruno Guimaraes ainsi que de Rayan Cherki, peu utilisés ces derniers temps par Rudi Garcia. Et on serait presque d'avis de les comprendre car il est ô combien frustrant de ne pas goûter au onze titulaire. Une jeunesse, ça se malaxe, ça se pétrit au fil du temps et il faut lui donner parfois des garanties nécessaires pour ne pas rompre trop vite le lien de confiance.

Parce que l'OL a besoin de retrouver son ADN et une maîtrise du milieu de terrain

L'OL des grandes années, les sept titres consécutifs, le beau jeu... et son milieu de terrain Juninho, Diarra, Essien. Lyon a toujours su compter sur de fortes figures dans son entrejeu et au fil des années, a fait du milieu de terrain son axe fort. Dans la construction du jeu mais aussi dans son identité. Voir les joueurs rhodaniens sauter le milieu ces derniers temps et contourner pour mettre Dubois ou Cornet en position de centre (pas leur qualité principale) ferait presque mal au cœur. Maxence Caqueret fait partie de ces régulateurs. Ceux par qui le tempo est dicté et par qui la bataille peut venir. L'OL a besoin de se recentrer sur son histoire et ses philosophies de jeu qui ont fonctionné dans le temps. Et cela passera par un milieu de terrain qui s'affirme et qui n'est pas juste là pour récupérer le ballon. Sans avoir la permission de créer et d'utiliser au maximum la verticalité.

Parce qu'il peut faire mal aux Stéphanois

Si les Lyonnais veulent gagner le derby face aux Verts, il va falloir mettre de l'intensité dans l'entrejeu et presser au plus haut des Stéphanois en manque total de confiance. Pour une présence de tous les instants, un rythme effréné et la capacité de répéter les efforts à haute intensité, Maxence Caqueret est là. Il se murmure que Claude Puel préparerait un 4-4-2 à plat avec deux pivots à la récupération et de quoi bloquer les ailes lyonnaises, beaucoup usitées depuis le début de la saison. Ce sont ces deux pivots qu'il faudra aller chercher pour enrayer la machine stéphanoise. Et ni Aouar, ni Mendes, ni Paqueta n'ont le coffre et la lucidité pour alterner pressing intense et ressortie de balle efficace.

Parce qu'un Gone mérite de jouer le derby

On n'offre pas forcément un visa tous risques à tous les gamins nés à Lyon ou aux alentours. Mais ce qui fait le sel de ce derby, ce sont les locaux. Ceux qui connaissent la vérité de cette rivalité, ceux qui l'ont vécue tout au long de leur jeunesse et qui en sont imprégnés. Un OL-ASSE n'est pas un match comme les autres et il ne le sera jamais. Il n'y a rien de honteux à laisser les clés à ceux qui méritent plus que tous de jouer ce genre de rencontre. A l'Olympique Lyonnais depuis l'âge de onze ans, Maxence Caqueret sait mieux que quiconque la symbolique de cette affiche et sait aussi très bien que d'un côté comme de l'autre, un derby ne se joue pas mais se gagne. Les supporters lyonnais ont aussi peut-être besoin de retisser un lien charnel avec leur équipe qu'ils aiment tant châtier. Qui d'autres que des Gones pour le faire ?

 


 

Un club anglais lorgnerait Dembélé

Topmercato.com

Une formation de Premier League serait intéressée par les services de Moussa Dembélé, l'attaquant de l'Olympique Lyonnais. Moussa Dembélé L'avant-centre des Gones se trouverait sur les tablettes de West Ham United, selon les informations du journal The Sun. L'entraîneur des Hammers, David Moyes, apprécierait le footballeur de 24 ans. D'après nos confrères anglais, les Gones seraient ouverts à un départ et auraient l'intention de réclamer 30 millions de livres, soit environ 33 millions d'euros, pour l'ancien joueur du Celtic Glasgow.

Recruté par l'OL durant l'été 2018 pour 22 millions d'euros, le natif de Pontoise est sous contrat jusqu'en juin 2023. Depuis le début de la saison 2020-2021, Moussa Dembélé a disputé neuf matches de Ligue 1, sans le moindre but marqué. L'ex-sociétaire de Fulham est barré par Tino Kadewere, Memphis Depay et Karl Toko-Ekambi et doit se contenter d'un temps de jeu limité, Rudi Garcia ne l'ayant titularisé que quatre fois.

 


 

Les vérités de Gouiri sur son départ

Maxifoot.fr

Cet été, Amine Gouiri (20 ans, 9 matchs et 3 buts en L1 cette saison) a choisi de quitter son club formateur, l'Olympique Lyonnais, pour rejoindre l'OGC Nice. Barré par la concurrence à Lyon, l'attaquant avait à coeur de prouver son talent en trouvant du temps de jeu ailleurs.

"Jouer encore en N2 à 20 ans ? Non. On parle de moi depuis les 16 ans et les gens commençaient à dire que j'étais surcoté. (...) J’entendais les gens dire 'Gouiri a eu trois coach (Genesio, Sylvinho, Garcia), s’il ne joue pas, c’est qu’il doit avoir des problèmes de comportement, il ne doit pas bosser.' Sauf qu’on voit aujourd’hui que ce n’était pas fondé. Je pense que pour un jeune de Lyon, c’est plus dur de percer maintenant. Ils ont un effectif énorme", juge l'Aiglon dans les colonnes de L'Equipe.

Avec 6 buts et 3 passes décisives en 12 matchs toutes compétitions confondues avec le Gym, Gouiri affiche des statistiques prometteuses chez les Aiglons.

 


 

Les critiques de Depay sur la mentalité à l'OL

RMC.fr

Dans un entretien accordé à Téléfoot avant le derby entre l'OL et Saint-Etienne ce dimanche (21h), Memphis Depay a exprimé ses regrets concernant la mentalité de certains à Lyon. Le Néerlandais laisse entendre que le club manque d'ambition.

L'OL à la lutte avec le PSG pour le titre de champion de France? Le club, septième avant le derby contre Saint-Etienne ce dimanche (21h), semble bien loin de pouvoir rivaliser. Au grand regret de Memphis Depay, qui aimerait que Lyon ait la volonté de lutter et de réellement viser des trophées.

Interrogé sur les chances de titre en Ligue 1 dans un entretien accordé à Téléfoot, l'ailier néerlandais n'est pas tendre avec la mentalité de certains au sein du club. Et en se retenant de trop en dire, l'ancien joueur de Manchester United ne semble pas épargner certains de ses coéquipiers.


"Il devrait au moins y avoir cette mentalité"


"Le titre? Cela devrait être notre objectif. Même si je ne peux pas dire tout ce qui me passe par la tête... sur ce qu'il se passe, sur ce que je vois au club, il y a des choses que je ne peux pas dire honnêtement. Mais ce devrait être une motivation pour tous les joueurs qui viennent à Lyon. Parce que c'est un très grand club, les gens doivent s'en rendre compte. Et chaque joueur qui vient au club doit s'en rendre compte, insiste Depay. Vous venez ici pour ramener des trophées. Il devrait au moins y avoir cette mentalité."

Une "mentalité" visiblement défaillante, malgré le beau parcours conclu en demi-finale face au Bayern lors du Final 8 de la dernière Ligue des champions. Après neuf journées, l'OL a toutefois déjà laissé du terrain à ses adversaires dans la course au titre... ou plutôt au podium et à une qualification pour la prochaine C1. Après son faux-départ au Barça durant le dernier mercato, Memphis Depay sera en fin de contrat l'été prochain.



 

 

 

Voir aussi... L'actu du Samedi 7 Novembre // OL - ASSE : L'Avant Match

 

Last modified on dimanche, 08 novembre 2020 17:04