L'actu du Samedi 7 Novembre

L'actu du Samedi 7 Novembre

Voir aussi... L'actu du Vendredi 6 Novembre // OL - ASSE : L'Avant Match

Juninho : « On doit représenter tous les supporters qui ne sont pas là »

OL.fr

A la veille du derby, notre directeur sportif Juninho a évoqué l’importance de ce match et ses souvenirs en tant que joueur. L'intégralité de l'interview est à retrouver sur OLPlay.

Jouer pour les supporters

« Les lettres des supporters nous ont fait très plaisir, on a senti l’envie de nous pousser. On les remercie parce qu’ils sont toujours derrière nous même s’ils ne sont pas au stade, et j’espère que les joueurs vont sentir cette énergie sur le terrain, et vont jouer pour gagner. Pouvoir continuer de s’entrainer toute la semaine, sortir de chez nous, pouvoir prendre l’air, continuer notre métier, c’est un privilège. C’est à ça que les joueurs doivent penser. Et c’est pour ça que le derby devient encore plus important, car on représente tous les supporters qui ne sont pas là. C’est à nous de répondre présent sur le terrain et de faire plaisir aux supporters. Les supporters représentent le club avant nous, c’est pour eux qu’on doit jouer. »
 
La motivation

« Je pense que tous les joueurs savent ce qu’est un derby. Avant de les jouer on ne regarde pas le classement, peu importe si on est premier ou dernier, ou si on est plus en forme que l’adversaire. Il faut aborder ce match avec beaucoup d’humilité mais aussi beaucoup d’engagement, de sérieux, ne pas vouloir faire la différence tout seul. J’ai confiance parce qu’on est monté en puissance sur les derniers matches. Et même si Saint-Etienne est moins bon en ce moment, ça reste notre plus grand rival. »
 
Ses souvenirs du derby

« Quand j’étais joueur, avant les derbies, je doutais un peu, j’avais peur de ne pas obtenir un bon résultat, mais c’était logique. Ça c’est avant le match, après ce n’est que de la joie, tu te rends compte que c’est une opportunité unique de jouer un derby parce que ça restera gravé dans l’histoire. C’est tout un mélange de sensation, et la meilleure c’est après le match, ça vaut tous les risques. Quand tu joues un derby et que tu gagnes, la sensation est vraiment magnifique. »

 


 

Cherki, Caqueret et Guimarães commencent à l'avoir très mauvaise

Footmercato.net

La jeunesse rhodanienne commence à s'agacer du manque de temps de jeu accordé par Rudi Garcia.

L'OL oscille entre le bon et le moins bon depuis le début de la saison mais lors du mois d'octobre, Rudi Garcia semble avoir trouvé une formule qui lui convient. Problème, ce 4-3-3 laisse Rayan Cherki sur le carreau. Le jeune milieu offensif n'est même plus apparu sur une pelouse de Ligue 1 depuis le 4 octobre dernier. C'était face à l'OM (1-1) et encore, il n'avait disputé que les 5 dernières minutes de jeu. De quoi nourrir une certaine frustration comme l'explique L'Équipe ce samedi.

Le joueur de 17 ans n'est pas satisfait de son temps de jeu, à tel point que son entourage a pris rendez-vous avec les dirigeants pour tenter d'apaiser la situation. Rudi Garcia apprécie son feu follet et n'hésite pas à faire baisser la pression dès qu'il sent Cherki s'agacer. Le droitier est d'ailleurs particulièrement encadré à l'entraînement par les plus expérimentés, qui n'hésitent à lui adresser des remontrances lorsqu'il n'est pas suffisamment investi, ou à le prendre sous leurs ailes pour l'encourager.


Caqueret et Guimarães ont aussi du mal à accepter


Et il n'est d'ailleurs pas le seul à être dans cette situation. Toujours selon le quotidien sportif, Maxence Caqueret, dont la place a été subtilisée par Lucas Paqueta, est dans une situation similaire. Qu'il vivrait par ailleurs assez mal, notamment parce qu'il n'a pas vraiment eu d'explications à ce sujet. Enfin, Bruno Guimarães a lui aussi perdu sa place et accepterait très mal cette mise sur le banc, d'un point de vue psychologique notamment.

Le Brésilien a ainsi perdu sa place en sélection par la même occasion. Si la situation avec Cherki est un peu tendue, il n'y a pas encore de soucis majeurs avec les deux autres joueurs mentionnés ci-dessus, qui sont considérés comme des joueurs faciles à gérer et peu problématiques en interne. Si Rudi Garcia pourrait rapidement leur redonner leur chance, il ne faudrait cependant pas que cette situation s'éternise, sachant que les deux jeunes ont une très belle cote chez nos voisins européens...

 


 

Cornet applaudit le mercato « de très haut niveau » de Lyon

Foot01.com

L'Olympique Lyonnais tentera de remporter une quatrième victoire consécutive dimanche dans le derby contre l'AS Saint-Etienne. Maxwel Cornet voit dans cette série le résultat d'un mercato de gala.

Brillamment reconverti dans un rôle plus défensif par Rudi Garcia, et titulaire depuis le début de la saison, Maxwel Cornet est devenu un cadre de l’Olympique Lyonnais, alors même que son départ était évoqué à quasiment chaque mercato. Même s’il n’est pas un pur produit du centre de formation de l’OL, l’international ivoirien est présent à Lyon depuis suffisamment longtemps pour savoir l’importance du derby de dimanche soir face à l’AS Saint-Etienne. Motivé comme jamais pour ce duel régional, Maxwel Cornet estime que cette saison l’équipe de Rudi Garcia est armée pour aller loin. Et dans Le Progrès, le joueur de 24 ans admet qu’il a été épaté par les renforts arrivés durant le récent marché des transferts.

Dans les colonnes du quotidien régional, Maxwel Cornet applaudit Jean-Michel Aulas pour cet investissement important alors que la situation est compliquée pour l’Olympique Lyonnais comme pour l’ensemble des clubs français. « Le président a démontré les ambitions du club sur ce recrutement de très haut niveau. Mattia De Sciglio vient de la Juventus. Un joueur comme Paqueta fait énormément de bien au milieu. Ce sont des joueurs qui nous apportent un vrai plus. On a pu se rendre compte aussi que Djamel Benlamri est très solide, dès son entrée à Lille, il a mis de l’impact, ça nous a tous galvanisés, fait remarquer, dans le quotidien régional, Maxwel Cornet, qui revient sur les rumeurs d’un possible départ qui avaient circulé le concernant. Il y a eu des bruits de couloir durant le mercato, mais je ne m’en suis pas plus occupé de ça. Mes agents géraient le dossier. Et comme vous l’avez vu, le coach a voulu conserver l’effectif au maximum, garder l’équipe la plus compétitive possible. Et je suis très content de faire partie de ce projet. »

 


 

Gomis : « Dimanche, l'esprit derby sera bien là »

Butfootballclub.fr

A l'occasion du 121e derby entre l'OL et l'ASSE ce dimanche soir, « But ! Football Club » s'est tourné vers le meilleur buteur toujours en activité des derbys (5 buts) : Bafétimbi Gomis (Al Hilal, 35 ans). Premier volet de notre entretien exclusif.

But ! : Bafé, ce week-end, c'est le derby OL – ASSE. Les Gones partent largement favoris vu les dynamiques du moment ?

Bafétimbi GOMIS : Oui, malgré un début de saison en dent de scie, Lyon aura sans doute à cœur de confirmer son regain de forme. Pour bien connaître la maison, l'OL sait préparer ce genre de rencontres. Surtout que ça peut donner aux joueurs et au staff un vrai crédit en cas de victoire. Avec la trêve internationale qui arrive juste derrière, on sait comment cela va se passer : une victoire et Lyon passera une quinzaine très sereine. A contrario en cas de mauvais résultat, ce sera plus compliqué. Mais tout le monde a bien conscience de ça. Lyon reste un club européen, qui a l'habitude de répondre présent dans les matches couperets. Ils ont l'effectif pour faire face à cette pression.

Comment sentez-vous les Stéphanois ? L'équipe est beaucoup plus jeune et est dirigé par un coach que vous connaissez bien : Claude Puel...

Bafétimbi GOMIS : Les Verts n'ont pas grand chose à perdre. Ce sera à l'extérieur. Avec l'absence de public pour cause de Covid, le climat peut jouer en faveur des Stéphanois. Vous l'avez dit, l'équipe est très jeune et certains joueront leur premier derby en pro dimanche. Il y a pas mal de jeunes formés à L'Etrat. Ils ont grandi dans cette rivalité, dans cette culture du derby et je pense qu'il y aura beaucoup d'envie. Ne serait-ce que pour faire briller la formation stéphanoise.

Même si les Verts sont un peu dans le dur actuellement, je ne m'inquiète pas pour eux. Saint-Etienne est parti sur un nouveau projet, un projet qui impose de lancer beaucoup de jeunes. Avec les blessures et l'absence de certains cadres, cela a été un peu plus compliqué dernièrement mais je reste persuadé que le projet de Claude Puel portera ses fruits sur la durée. Ce choix de rajeunissement a déjà fait du bien au club avec la vente record de Wesley Fofana. Espérons que d'autres joueurs suivront son chemin...


« Ce qui doit faire bizarre pour les joueurs, c'est la préparation du match en plein confinement »


Justement ce contexte Covid si particulier (huis-clos, confinement), est-il propice à la préparation d'un vrai derby ?


Bafétimbi GOMIS : Ce qui doit faire bizarre pour les joueurs, c'est la préparation du match en plein confinement. Même si je ne suis plus joueur stéphanois ou lyonnais, j'imagine bien que les jours précédant le match n'ont pas été abordées de la même manière.A mon époque à Lyon, on avait l'habitude de voir les supporters débarquer à Tola Vologe. A Saint-Etienne, il y avait le cortège au départ du bus pour le Stade de Gerland. Vu les règles sanitaires, tout cela ne sera pas possible cette année. Même la vie quotidienne a dû être chamboulée. La semaine avant le derby, les gens qu'on croisaient nous parlaient beaucoup du match. Avec ce confinement, ce genre d'échanges a dû être limité au strict minimum.

Quels sont les leviers pour mettre en place cet esprit derby dans des conditions aussi particulières ?

Bafétimbi GOMIS : Déjà, rien que sur le voyage, les joueurs peuvent se mettre dans la tête que c'est un match différent. Du côté de Saint-Etienne, c'est un trajet très court, en bus, une cinquantaine de minutes seulement. Pour les deux équipes, on peut aussi s'appuyer sur les nouvelles technologies pour se mettre dans l'ambiance. Avec les réseaux sociaux, les supporters ont les moyens de transmettre leur passion, leur rivalité. Les joueurs le voient, ne sont pas insensibles à ça. Même si les supporters ne sont pas là, il y aura quand même cette pression.

Enfin, des deux côtés, les staffs se seront chargés de rappeler l'importance du match. Claude Puel a joué beaucoup de derbys avec l'OL. Il a remporté son premier avec l'ASSE pour ses débuts en Vert. Je suis sûr qu'il saura préparer son équipe. Même chose à Lyon. Durant cinq ans, j'ai fréquenté le président Aulas. Pour ce genre de rencontres, il sait planter le décor. Il ne faut pas s'inquiéter, l'esprit sera là.

 


 

Garcia, des révélations sur sa signature à Lyon

Foot01.com

Nommé il y a un peu plus d'un an au poste d'entraîneur de l'Olympique Lyonnais, après le rapide limogeage de Sylvinho, Rudi Garcia est toujours contesté. Mais pas en interne.

Entre les supporters de l’Olympique Lyonnais et Rudi Garcia, ce n’est toujours pas le grand amour, la présence de l’OL en demi-finale de la Ligue des champions n’ayant pas atténué les critiques. Et même si le club de Jean-Michel Aulas s’est bien redressé en Ligue 1 après un début de saison compliqué, l’ancien entraîneur de l’OM doit faire face à ce bad buzz permanent sur les réseaux sociaux. Eminence grise de Jean-Michel Aulas, et généralement très discret, Vincent Ponsot s’exprime ce samedi dans L’Equipe. L’occasion pour celui qui a été officiellement nommé directeur du football de revenir sur la nomination de Rudi Garcia au poste d’entraîneur de l’Olympique Lyonnais il y a un peu plus d’un an suite à la défaite de l’OL version Sylvinho contre l’AS Saint-Etienne.

Et non seulement Vincent Ponsot assume ce choix de recruter Rudi Garcia, mais en plus il affirme que les fans de l’Olympique Lyonnais auraient pris la même décision que les dirigeants. « J’ai fait partie de ceux qui ont fait les entretiens. Cela a été un choix collectif. La nomination d’un entraineur à l’OL suscite toujours des remous et des commentaires, mais je continue de dire que Rudi Garcia était le candidat le plus en adéquation avec le projet de l’OL. Je ne dis pas que les autres étaient moins bons. On savait que cela allait être compliqué avec notre environnement, parce qu’il venait de Marseille, on sortait de trois ans compliqués avec Bruno (Genesio), donc le choix n’a pas été facile. Je pense que si les supporters avaient participé aux entretiens, ils auraient été contraints de reconnaître que notre choix était le bon. Si l’entretien était décisif ? Non. Il y a les performances de l’entraîneur, la sensibilité du directeur sportif, Juninho, et celui avec lequel il y a eu le plus d’atomes crochus pendant l’entretien, c’était Rudi Garcia. Cela a été une décision collégiale, on était quatre, avec Juninho, Gérard Houllier, le président in fine, et la décision a été unanime. Et pourtant on n’est pas toujours unanimes (sourires) », explique le directeur du football de l’Olympique Lyonnais, qui prévient quand même que Rudi Garcia devra assumer en fin de saison ses résultats, l’OL lui ayant donné les moyens de ramener Lyon sur le podium de la Ligue 1.

 


 

Ca bouchonne au milieu et en attaque, un problème de riche pour Garcia

RMC.fr

A la veille du derby face à Saint-Etienne dimanche soir en clôture de la 10e journée de Ligue 1, l'entraîneur de l'OL Rudi Garcia bénéficie d'un effectif pratiquement au complet. Une bonne nouvelle pour les titulaires, moins pour les nombreux joueurs qui ne sont pas pour l'instant dans les petits papiers du coach lyonnais.

A l’Olympique Lyonnais, les places sont chères et les absents ont souvent tort. Depuis deux matchs, Rudi Garcia, qui a opéré un changement tactique (il est passé au 4-2-3-1), a trouvé son équipe-type. Il l’a même confirmé vendredi en conférence de presse. "Cette équipe s’est dégagée parce qu’elle a gagné deux fois de suite et parce qu’elle a encore fait un bon résultat à Lille", a déclaré le coach lyonnais avant d’ajouter: "Je réfléchis à envoyer un message à certains joueurs pour concerner tout le monde. Mais parfois, c’est important d’envoyer le message que ceux qui jouent et gagnent peuvent continuer à jouer".

Avant d’aborder le derby face à Saint-Etienne dimanche soir au Groupama Stadium, Rudi Garcia ne devrait donc pas révolutionner son onze de départ. Or, s’il a quelques doutes pour sa défense (Marcelo est suspendu et De Sciglio incertain), il y a embouteillage en attaque et surtout au milieu de terrain. Dans une saison avec seulement la Ligue 1 et la Coupe de France au programme, aurait-il désormais trop de joueurs ?


Dembélé et Cherki doivent patienter


Aux avant-postes, Moussa Dembélé, si prolifique il y a un an à pareille époque, a perdu sa place de titulaire. L’entraîneur lyonnais préfère s’appuyer sur le trio Toko-Ekambi-Depay-Kadewere pour marquer des buts. Malgré ses belles promesses affichées la saison passée, Rayan Cherki joue très peu lui aussi et peine à confirmer.  

Dans l’entre-jeu, ça bouchonne encore davantage. Très en vue cet été notamment lors du Final 8 en Ligue des champions, Maxence Caqueret, testé positif au Covid-19 le mois dernier, et Bruno Guimaraes, en méforme, sont devenus remplaçants. Une situation qu’ils ne vivraient pas très bien selon L’Equipe.


Paqueta n'aurait sans doute pas dû signer cet été


Ces problèmes de riche s’expliquent par l’absence de joueurs blessés mais aussi par un effectif très fourni, vu qu'Houssem Aouar et Memphis Depay sont finalement restés. Vincent Ponsot, directeur général du football de l’Olympique Lyonnais, avoue par exemple que Lucas Paqueta, recrue phare du dernier mercato, n’aurait sans doute pas dû signer si tôt.

"On ne savait pas au moment où on a contacté Paqueta, que personne n’allait partir, et si on l’avait su, on ne l’aurait peut-être pas recruté tout de suite, ça c’est possible, confie-t-il ce samedi à L'Equipe. Juninho voulait Paqueta, mais dans le cadre du remplacement de certains joueurs. Comme on arrivait en fin de mercato et que tout pouvait se décider le dernier jour, on a fait le choix de le prendre, pour garantir la compétitivité de l’équipe." Au final, Houssem Aouar, malgré des offres, n'est pas parti et Paqueta s'est ajouté à la liste des milieux de terrain. Rudi Garcia ne s'en plaindra pas...

 


 

Le plan Memphis Depay se met en place à Barcelone !

Foot01.com

Auteur d’un bon début de saison sous le maillot de l’Olympique Lyonnais, Memphis Depay pourrait bien finir cet exercice 2020-2021 dans un autre club étranger.

En fin de contrat dans sept mois, l'international néerlandais n’envisage toujours pas de prolonger son bail au sein du club rhodanien. Par conséquent, et sachant que l’OL cherchera à récupérer un petit chèque de plusieurs millions d’euros sur Depay, sa vente lors du prochain mercato de janvier paraît inéluctable du côté de Barcelone. Mais si le Barça de Ronald Koeman n’a pas lâché l’affaire, le club catalan doit faire rentrer de l’argent frais pour passer à l’action. Touché de plein fouet par la crise du Covid-19, le FCB devra donc vendre avant d'acheter Memphis et Eric Garcia (Manchester City), son autre dossier chaud du moment. Et selon Mundo Deportivo, la direction blaugrana aurait déjà mis cinq joueurs sur le marché des transferts : Ousmane Dembélé, Martin Braithwaite, Carles Aleñá, Junior Firpo et Samuel Umtiti.

Si le Barça espère se débarrasser des quatre derniers éléments cités contre des petites sommes d’argent, le FCB souhaite avant tout récupérer un joli chèque dans le possible transfert de Dembélé. Pisté par Manchester United ou la Juventus depuis l’été dernier, le champion du monde pourrait filer à l’étranger en janvier prochain. Malgré un petit regain de forme à Barcelone, avec deux buts et une passe en sept matchs cette saison, Dembélé pourrait bien servir au Barça afin de débloquer le dossier Depay. Reste à savoir si tout le monde trouvera son compte dans ce jeu de chaises musicales...

 


 

L’OL opte pour un décor visuel pour le derby contre Saint-Etienne

Ouest-france.fr

L’Olympique lyonnais a opté pour un décor visuel plutôt que pour une bande sonore de supporters au Groupama Stadium, à l’occasion du derby contre Saint-Etienne joué à huis clos dimanche (21 h).

Une bâche aux couleurs du « Kop virage nord » sera placée derrière le but côté nord du stade de l’Olympique lyonnais et dans la tribune latérale face caméras, une autre bâche, du club, adressera des messages aux supporters lyonnais.

« Nous avons échangé avec nos groupes de supporters sur cette question et nous étions tous d’accord sur l’idée qu’il ne fallait pas mettre une ambiance sonore artificielle. Nous avons la chance de jouer, alors que le football amateur est à l’arrêt, ce match est pour nos supporters et tous ceux qui ne peuvent pratiquer leur passion », a confié à l’AFP un porte-parole.

Le virage sud s’était déjà manifesté par un message aux joueurs à l’occasion de la réception de Monaco (4-1), le 25 octobre.

Quelques clubs ont en revanche adopté un dispositif de bande sonore de supporters diffusée par les haut-parleurs du stade pour compenser l’ambiance du huis clos, comme en Ligue des Champions, à Marseille ou à Lille par exemple.

 


 

Vidéo : L'entrainement du jour

OL via Twitter

 


Voir aussi... L'actu du Vendredi 6 Novembre // OL - ASSE : L'Avant Match

 

Last modified on dimanche, 08 novembre 2020 01:41