L'actu du Mardi 3 Novembre

L'actu du Mardi 3 Novembre

Voir aussi... L'actu du Lundi 2 Novembre // Lille 1-1 OL : L'After

Vidéo : Zoom sur Diomandé et Paqueta contre Lille

BNS Comps via Twitter

 


 

Galtier ne serait pas favori mais...

Maxifoot.fr

Evoqué par plusieurs sources, l’intérêt de l’Olympique Lyonnais pour l’entraîneur Christophe Galtier se confirme. Le quotidien Le Parisien indique que "sauf retournement de situation", Rudi Garcia ne sera pas conservé à la fin de son contrat en juin prochain. Et le coach du LOSC ferait bien partie des pistes privilégiées par le club rhodanien, mais ne serait pas le favori, précisent nos confrères. Nul doute que l’on ne tardera pas à connaître l’identité des autres techniciens ciblés.

 


 

Dubois et Cornet pistonnés, Le Progrès balance

Foot01.com

Tout est encore loin d’être parfait à l’OL, mais le niveau de jeu s’améliore grandement, notamment chez certaines stars comme Memphis Depay.

Cela aide les Lyonnais à remonter au classement, et à aborder le derby face à Saint-Etienne de manière positive. Il faudra confirmer cela sur la durée, car pour une saison sans Coupe d’Europe, impossible pour Rudi Garcia de manquer l’objectif du podium. Il reste pourtant à l’entraineur rhodanien à trouver la parfaite alchimie au niveau tactique, mais également sur le plan des choix des joueurs. Dans son édition de ce mardi, Le Progrès tape là où ça fait mal notamment en ce qui concerne les prestations des latéraux. Léo Dubois a été mis au supplice par Jonathan Ikoné contre Lille tandis que Maxwel Cornet enchaine les prestations en demi-teinte, très loin de son niveau lors du Final 8. Le quotidien rhodanien se pose ainsi des questions sur l’absence de remise en cause à ce poste.

« En revanche, Léo Dubois et Maxwel Cornet ont encore affiché de sérieuses limites dans les couloirs. Des postes pourtant majeurs, avec ce système hybride leur permettant de monter très haut, avec le retour de Mendes à hauteur de ses deux centraux à la construction. Pourtant, comme s’ils étaient immunisés de prestations moyennes voire passables, ces deux-là débutent chaque match cette saison, tout comme Marcelo et Anthony Lopes. Faut-il s’attendre à du changement si Bard et De Sciglio sont à nouveau opérationnels ? », a interrogé Le Progrès, histoire de mettre les pieds dans le plat dans un débat qui n’a pour le moment clairement pas lieu dans l’esprit de Rudi Garcia.

 


 

Paqueta décroche une première récompense avant le derby

Butfootballclub.fr

Brillant dans l'entrejeu depuis ces débuts à l'Olympique Lyonnais, Lucas Paqueta a vu ses performances validées par France Football.

Recrue phare de l'été à l'Olympique Lyonnais, Lucas Paqueta n'a pas tardé à faire sa place dans le onze rhodanien. Titulaire depuis trois matches au poste de milieu relayeur du 4-3-3 mis en place par Rudi Garcia, l'ancien joueur du Milan AC est encore à créditer d'une solide prestation lors du match nul de l'OL à Lille (1-1).

Preuve de son excellent match, le Brésilien figure dans le onze-type de la 9e journée de Ligue 1 de l'hebdomataire France Football. Seul Lyonnais appelé cette semaine, il figure dans une équipe à forte consonnance niçoise (Benitez, Lotomba, Lees-Melou) et monégasque (Ben Yedder, Volland).

De bon augure de voir Paqueta à pareille fête alors que l'intéressé s'apprête à disputer son premier derby OL – ASSE (21h) dimanche au Groupama Stadium.

 


 

Le mercato d'hiver du FC Barcelone s'annonce très compliqué

Footmercato.net

Le FC Barcelone se prépare, en attendant la tenue des prochaines élections présidentielles, à un marché plus que compliqué en janvier.

C'est la crise. Face à la pandémie de Covid-19, le FC Barcelone a vu ses résultats économiques chuter de manière considérable. Le comité de gestion temporaire, intronisé après la démission de Josep Maria Bartomeu, a annoncé ce lundi un budget en baisse de 300 M€ pour l'exercice à venir. Une sacrée dégringolade qui implique forcément des conséquences sur la gestion quotidienne du club mais aussi sa politique sur le marché des transferts.

Carles Tusquets, président de la direction intérimaire, s'est montré très clair ce lundi au cours d'une conférence de presse. « Si on vend cet hiver, on pourra recruter. On pourra aussi signer des joueurs si l’effectif accepte de réduire son salaire. C’est la situation telle qu’elle est. Quand on a recruté Arda Turan, il y avait de l’argent. Il doit y avoir de l’argent et des clauses suspensives pour que le prochain président puisse décider. On pourra recruter si on vend avant et s’il y a de l’argent. Ronald Koeman et Ramon Planes en sont pleinement conscients », a-t-il lâché.


Les élections bloquent tout…


Un son de cloche forcément inquiétant pour les décideurs sportifs catalans… mais aussi pour les éventuels clubs vendeurs. Marca rappelle en effet que le flou entourant l'avenir de l'institution influence forcément les autres écuries, notamment Manchester City et l'Olympique Lyonnais pour Eric Garcia et Memphis Depay. Difficile de faire affaire avec un président qui n'a aucun réel pouvoir et qui pourrait voir ses décisions mercato révoquées par son successeur…

Les pensionnaires du Camp Nou espèrent pouvoir organiser les élections autour des fêtes de Noël, début janvier en Espagne. Mais rien n'indique que les conditions sanitaires seront réunies pour faire vivre la démocratie azulgrana au mieux à cette période… Dans ce contexte, le mercato d'hiver du Barça s'annonce clairement illisible.

 


 

C’est la révolution en défense, il met la pression sur Garcia

Footradio.com

L’Olympique Lyonnais est allé chercher le point du match nul (1-1) ce dimanche soir sur la pelouse du LOSC. Les Gones ont montré du caractère.

Si tout n’est pas parfait dans le jeu, l’Olympique Lyonnais a le mérite de prendre des points ces dernières semaines en Ligue 1. Face à Lille ce dimanche soir, le scénario du match n’était pourtant pas ne faveur des hommes de Rudi Garcia. Réduit à 10 après le carton rouge de Marcelo, le club rhodanien n’a d’ailleurs pas lâché l’affaire. Djamel Benlamri représente très bien le nouvel état d’esprit des joueurs lyonnais. L’Algérien a fait l’unanimité après sa rentrée en jeu, tout comme Sinaly Diomandé. De très bon augure pour Gaël Berger.


“Ça devait faire 15 ans que ce n’était pas arrivé à l’OL en charnière centrale”


Sur son compte Twitter, le journaliste s’est montré confiant pour le futur avec de tels joueurs collectifs. “L’excellente entrée en jeu de Benlamri et le bon début de saison de Diomandé, alors que Denayer et Marcelo vont vite revenir, vont obliger Rudi Garcia à faire des choix par le haut. Ça devait faire 15 ans que ce n’était pas arrivé à l’OL en charnière centrale”, s’est notamment félicité Gaël Berger, qui pense que le meilleur est à venir pour l’Olympique Lyonnais, du moins dans ce secteur de jeu important. Lors de la prochaine journée de Ligue 1, les Gones recevront l’AS Saint-Etienne dans un derby qui s’annonce passionnant.

 


 

Balbir : « Lyon grand vainqueur de ce match nul »

Butfootballclub.fr

Chaque lundi, Denis Balbir décrypte l'actualité de la Ligue 1. Focus sur le choc de la 9e journée de L1 qui a opposé le LOSC à l'OL dimanche soir (1-1).

« Dimanche soir, on a eu droit à une vraie belle affiche de Ligue 1 entre le LOSC et l'OL (1-1). Un match entre deux équipes qu'on retrouvera dans les très haut de tableau en fin de saison à n'en pas douter. Ce nul, ce n'est pas une mauvaise affaire pour les hommes de Rudi Garcia qui ramène un point d'un déplacement compliqué, une semaine après avoir écrasé Monaco. Dans l'esprit, j'ai vu un match entre deux équipes de stature européenne.

Cette saison, Lyon ne joue pas l'Europe. On sait tous les conditions particulières de la fin de saison dernière et la manière dont le club de Jean-Michel Aulas a été évincé. En tout cas, dans l'état d'esprit, l'OL n'a pas changé. Lyon adore l'Europe et sait proposer des matches de haut niveau quand il retrouve en Ligue 1 le parfum de ses matches continentaux. Aller à Lille avant le derby face à l'ASSE, c'était une excellente préparation... Et les Rhodaniens ont bien négocié le virage. Sur la pelouse du LOSC, l'OL a su faire face à une grosse équipe avec beaucoup de talents individuels.


« Un véritable état d'esprit, un ADN, une culture que d'autres n'ont pas... »


Dimanche soir, la bonne opération est clairement pour Lyon, vu les circonstances du match. Certes, le LOSC préserve sa belle série d'invincibilité mais perd deux points à la maison face à un concurrent direct en infériorité numérique. On peut dire que l'OL ressort vainqueur de ce match nul.

Au delà de l'aspect comptable, je trouve vraiment que les Lyonnais ont gagné en confiance depuis la fin du Mercato. Avec son calendrier allégé sans Europe, Lyon a la fraîcheur pour continuer sa remontée et redevenir l'une des équipes majeures du championnat.

Contre Lille, l'OL a fini le match sans son axe central titulaire. Jason Denayer était blessé, Marcelo s'est fait exclure. On a vu qu'il y avait du banc puisque le jeune Sinaly Diomandé a été solide et que la recrue Djamel Benlamri a immédiatement pris sa place. Cela montre que ce club a gardé une culture de la gagne et sait la transmettre aux joueurs. Qu'ils viennent de la réserve ou de l'étranger. C'est un véritable état d'esprit. Un ADN. Une culture que d'autres n'ont pas, qui est ancrée dans le club et qui perdure même quand les joueurs et l'entraîneur changent. D'ailleurs, sans faire injure aux clubs français actuellement en Coupe d'Europe, le football français ressent un vrai manque quand Lyon n'est pas là... »

 


 

Riolo : "Lyon est malchanceux d'avoir Garcia"

RMC via Twitter

 


 

Garcia, Yohan Cabaye prévient les Lyonnais

Foot-sur7.fr

Actuel entraîneur de l’OL, Rudi Garcia avait d’abord occupé, entre autres, le banc du LOSC. Une équipe où le technicien français avait entraîné Yohan Cabaye (34 ans). Ce dernier ne garde pas un très bon souvenir de son ancien coach.

Yohan Cabaye connaît très bien Rudi Garcia qui l’avait entraîné sur le banc du LOSC. Ensemble, ils ont réalisé le doublé Championnat-Coupe lors de la saison 2010-2011. Selon l’ancien milieu de terrain de Newcastle United (2011-2014), le coach de 56 ans a toujours bien commencé dans les clubs qu’il a entraînés. Au début, il parvient à mobiliser tous ses joueurs. « Quand on a gagné le championnat, sur des matches difficiles, on a su gagner avec des joueurs du banc. Il arrive à concerner l’ensemble de son groupe sur une certaine période », a expliqué l’ancien joueur de l’AS Saint-Étienne au micro de Téléfoot.


Des fins toujours compliquées pour le coach français


Mais le problème avec Rudi Garcia, c’est qu’il a toujours mal fini avec les clubs qu’il a entraînés. « Mais, on peut voir qu’à chaque fois, Garcia n’arrive pas à finir une histoire avec les clubs », a fait remarquer l'ex-joueur du PSG (2014-2015) avant de rappeler : « Au LOSC, à l’AS Roma, l’histoire se finit mal. » Selon l’ex-Stéphanois, des joueurs de l’Olympique de Marseille ont même de la « rancoeur » envers le natif de Nemours. Pour rappel, quand Rudi Garcia arrivait sur le banc en octobre 2016, l’OM était 14e de Ligue 1. La première saison, il a fini 5e. La deuxième saison, il a fini 4e et a joué la finale de la Ligue Europa. Mais la troisième et dernière saison sur le banc de l’écurie phocéenne a été compliquée, avec une place de 5e. Ce qui lui a coûté d’abandonner le banc marseillais pour céder la place à André Villas-Boas (fin mai 2019). Et l'ancien milieu de terrain de Crystal Palace (2015-2018) de conclure : « On va voir comment ça se termine à l’OL… Mais sa carrière montre que cela ne se finit pas forcément bien dans ses anciens clubs. »

 


 

Premier match d'Andersen avec Fulham

Twitter

 


 

Aulas tacle Mediapro : "Celui qui veut pirater, il considère que le prix est abusif"

Eurosport.fr

LIGUE 1 - Dans un entretien accordé au magazine Challenge, Jean-Michel Aulas, le président de l'Olympique Lyonnais, a estimé que le nombre important de piratages était lié au prix de l'abonnement proposé par le nouveau diffuseur de la L1, Mediapro.

Jean-Michel Aulas n'a pas caché son inquiétude quant à l'issue de l'affaire Mediapro pour le football professionnel et amateur. Une semaine après cet entretien sans langue de bois accordé à l'AFP, le président de l'Olympique Lyonnais en a remis une couche sur le principal diffuseur de la Ligue 1 jusqu'en juin 2024. Le patron des Gones a cette fois-ci expliqué, dans le magazine Challenge, que le nombre important de piratages était lié au prix de l'abonnement.

"Le piratage actuel, si la réponse que nous apportons sur le changement de l'offre et l'abaissement du prix est bonne, n'aura plus lieu d'être, assure-t-il. Celui qui veut pirater, c'est celui qui considère que le prix est abusif. Si la proposition est adaptée, au bon prix, il n'y a plus de sujet", a déclaré Jean-Michel Aulas. Lorsque Mediapro n'a pas réglé son échéance d'octobre (172 millions d'euros), le président lyonnais avait appelé à révolutionner le modèle des droits TV. Depuis, il n'a toujours pas changé d'avis.

"Je serais assez favorable, si on récupère une partie des droits, qu'on arrive à se coordonner avec Canal+ et Free, pour revoir, à court ou à moyen terme, la réflexion afin d'intégrer un certain nombre de GAFA ou d'acteurs à la demande dans la retransmission des droits TV. Ou même réfléchir à une plateforme de streaming du sport, a-t-il rénchéri. Élargir notre base d'abonnés avec une offre plus intéressante permettrait de leur proposer un prix bien plus faible tout en personnalisant la demande." Comme sur le dossier de l'arrêt du championnat, Jean-Michel Aulas prône l'offensive.

 


 

Govou met la L1 en garde, Lyon va faire mal

Foot01.com

Lyon, qui restait sur deux victoires de rang en Ligue 1, a arraché le match nul en infériorité numérique sur la pelouse de Lille, dimanche soir.

Dans un choc équilibré et riche en intensité, l’Olympique Lyonnais est parvenu à conserver le point du match nul, et cela malgré l’expulsion de Marcelo dès l’entame de la seconde période. En difficulté en début de saison, l’OL monte clairement en régime depuis trois matchs. Et cela n’a pas échappé à Sidney Govou, lequel a été très élogieux envers la formation de Rudi Garcia dans les colonnes du Progrès. Pour le consultant de Canal +, la performance des Gones dans le Nord incite clairement à l’optimisme, tout comme l’apport satisfaisant des recrues, à l’instar de Lucas Paqueta mais également de Djamel Benlamri.

« C’est l’un des meilleurs matchs de Ligue 1 que j’ai vu depuis le début de saison. On a vu beaucoup en termes d’intensité. Ça m’a fait penser à un match de Ligue des Champions. Il y a eu de l’engagement, ça allait vite d’un côté à l’autre. Et pour moi, Lyon est sorti gagnant de ce duel. Résister à dix contre onze face à une équipe de très haut niveau comme Lille, ça n’est pas rien. J’ai aimé cette équipe de Lyon, c’est un match sur lequel l’OL peut et doit construire. J’ai aussi aimé l’entrée de Benlamri. Ce genre de joueurs manquait au niveau de l’état d’esprit. Il a permis aux autres d’avoir ce don de soi qu’il n’y avait pas forcément. C’est un leader de terrain, sa détermination transpire sur les autres » a commenté Sidney Govou, réputé comme étant très exigeant mais qui reconnait que l’Olympique Lyonnais progresse à vitesse grand V en ce début de saison.

 

 

 
Voir aussi... L'actu du Lundi 2 Novembre // Lille 1-1 OL : L'After

Last modified on mardi, 03 novembre 2020 18:04