L'actu du Vendredi 30 Octobre

L'actu du Vendredi 30 Octobre

Voir aussi... Les notes des joueurs // L'actu du Jeudi 29 Octobre

Thiago Mendes : « J’avais besoin de confiance »

OL.fr

Avant les retrouvailles avec son ancien club, Thiago Mendes s'est présenté en salle de presse pour évoquer le rendez-vous face à Lille dimanche soir. L'intégralité de la conférence est à retrouver sur OLPlay.

Ton retour en forme

« Je fais mon travail, je fais ce que Rudi Garcia me demande. Je me donne à fond à l’entraînement pour gagne ma place. J’évite aussi les cartons pour être au maximum disponible pour l’équipe. C’était une année d’adaptation la saison dernière, j’espérais mieux. Cela n’a pas été la hauteur de mes espérances. Il y a eu un gros transfert. J’aurais dû montrer plus de choses durant la première saison, pour moi-même, pour le club et pour les supporters… Je ne veux pas parler de soulagement, c’est juste la récompense du travail que je fais. J’ai la confiance du coach et j’avais besoin de cela. Je veux juste aider l’équipe maintenant… Quand cela ne pas très bien, on peut penser à un départ, je ne vais pas mentir. J’ai discuté avec mon épouse et réfléchi. Mais je me suis dit que le président et Juninho me donnaient toute leur confiance. Il fallait que donne du plaisir aux supporters du club. »
 
Le déplacement à Lille

« On va à Lille pour vaincre. On pense aussi un peu au derby. On doit tout simplement gagner ces deux matches. On a réussi à gagner nos deux dernières rencontres, c’est le plus important et non pas la possession. La tactique a marché et c’est cela qui compte. On pense à gagner tous les matches peu importe la possession, c’est cela qu’on souhaite. »
 
La concurrence au milieu

« On travaille tous les jours tous ensemble. Le coach choisit les meilleurs pour les matches. La concurrence est évidemment là mais elle est saine. L’important est d’être la disposition du coach et du groupe. »
 
Le manque de la Champions League

« C’est très compliqué de voir les autres équipes jouer cette compétition durant la semaine. C’est un sentiment de tristesse, surtout après notre parcours cet été. On la jouait encore il y a quelques semaines. On doit tout faire maintenant pour se refaire une place en Champions League… Je connais cette équipe même si les joueurs sont différents par rapport à mon passage. Ils sont bien en ce moment. On ne doit pas leur donner des opportunités. L’entraîneur (Christophe Galtier) ne laisse pas les adversaires jouer. Il y aura beaucoup de pression. On devra bien jouer avec mais aussi sans le ballon. »
 
Tino Kadewere

« Il a vécu un épisode difficile cet été, c’est triste de perdre un membre de sa famille. Il est désormais passé au-dessus de ça. Il a retrouvé le football et il nous aide beaucoup en ce moment. »
 
Memphis

« Il est revenu très bien, il progresse, il court beaucoup. On peut le voir chaque jour. Il est un élément fondamental de l’équipe. »

 


 

Garcia : « On doit donner du plaisir aux gens »

OL.fr

Le coach Rudi Garcia s'est exprimé sur le déplacement à Lille lors du traditionnel point presse. L'intégralité de la conférence est à retrouver sur OLPlay.

Le climat actuel

« C’est une bonne chose que la Ligue 1 continue. La période est difficile et triste. C’est un peu dérisoire de parler de foot alors que le virus flambe, le terrorisme sévit. Mais les gens ont besoin de penser à autre chose. Cela change les idées même si c’est un football avec des stades vides. On doit être conscient que le foot est un spectacle, d’autant plus quand les stades sont pleins. On doit donner du plaisir aux gens, à ceux qui aiment le sport et ceux qui supportent une équipe. C’est une obligation pour cette passion commune qui est la nôtre. On est dans le même protocole sanitaire depuis le début. On a deux voire trois tests par semaine mais c’est justifié. On rappelle aux joueurs les mesures avec le masque et les gestes barrières... Les jeunes du centre sont laissés tranquilles jusqu’à lundi. On espère qu’on pourra continuer à les entraîner pour la suite. Les instances vont traiter ce sujet. Il n’y a pas de réponse juste à donner. »
 
Point santé

« On verra si Jason Denayer est de retour. On ne prendra pas de risque. Cela s’améliore comme c’était prévu. Melvin Bard est suspendu pour ce match. »

Le déplacement à Lille

« Ils n’ont pas perdu depuis le début de saison même s’ils restent sur deux nuls. Ils ont un effectif important. Cela leur donne beaucoup de possibilités de turnover. C’est une équipe de qualité, qualifiée pour l’Europe. Elle recrute bien depuis quelques années. Ce n’est pas un hasard qu’il soit en haut du classement. On veut revenir en haut. Ce n’est pas une journée décisive car il reste beaucoup de points à prendre. On a montré qu’on pouvait être efficaces. J’espère qu’on va gagner même si c’est toujours difficile d’aller à Lille. Cela fait un petit moment que le LOSC est performant. Je garde ce club dans mon cœur. Je pense qu’ils auraient été en Champions League avec nous si le championnat ne s’était pas arrêté. C’est une équipe difficile mais cela ne change rien à nos ambitions. Il faut aussi bien figurer face aux concurrents directs. On a perdu trop de points contre les autres équipes. »

Mendes et la concurrence au milieu

« Je suis proche des joueurs, la concurrence doit être saine. Il faut aussi montrer que ceux qui jouent et qui gagnent doivent rejouer. Ce n’est pas une règle générale car il y a de la qualité. On a la chance d’en avoir beaucoup dans ce secteur. C’est un plus. La difficulté est de ne pas jouer l’Europe car il faut garder tout le monde concerné. L’effectif est riche. Je dois faire les bons choix pour faire gagner l’équipe et non pas faire plaisir à certains. Thiago Mendes a mérité de rentrer dans cette équipe. Il a bien travaillé. Il a un jeu long très performant, il est bon de la tête. C’est certainement le plus défensif. Dans une équipe, il faut toujours un équilibre et Tiago nous l’apporte. »

Tactique

« Avoir la possession est un faux débat. L’essentiel est de gagner. On l’avait en début de saison et on ne gagnait pas. Il faut avoir une équipe qui soit en mesure de tout faire. Et je pense que la nôtre est capable de tout faire. »
 
Les performances de Memphis

« Je ne suis pas étonné. Il fait ce qu’il dit, c’est bien. Il lui fallait du temps après sa longue blessure. Il a beaucoup démarré en Champions League mais il n’avait pas 90 minutes dans les jambes. Il a beaucoup apporté quand il était sur le terrain. Pour ce début de saison, on espérait qu’il puisse faire ce qu’il est en train de faire en ce moment. Il est très bien. Il joue son rôle de capitaine. C’est important pour un coach. »
 
Tino Kadewere

« On est proches de lui. Perdre un proche est le plus difficile dans la vie. Le mot courage ne s’applique que dans ces moments-là. C’est un joueur de qualité, qui a un bon sens du jeu. C’est un travailleur. Les joueurs de côté viennent aussi bosser sur les côtés mais sont très souvent dans l’axe. Cela dépend de ce qu’on veut faire. »
 
Le manque de la Champions League

« Cette compétition nous manque. Le seul objectif qu’on a est de la retrouver. Pour cela, il faut continuer la série à Lille. »

 


 

Crise, foot français en Europe, Mediapro... Aulas se lâche encore

Butfootballclub.fr

A l'occasion d'un entretien à l'AFP et au moment où la France se reconfine, Jean-Michel Aulas (OL) est sorti du silence.

Sur les pertes liées à un reconfinement

« Sur la billetterie, c'est de l'ordre d'une vingtaine de millions d'euros. Il faut ajouter à cela les séminaires (au stade) arrêtés de nouveau, les visites de stade et du musée, les relations commerciales avec les boutiques que nous refermons. Nous sommes sur une perte de 30 à 40 millions d'euros qui est déjà malheureusement à induire. C'est énorme. »

Sur la poursuite du championnat

« Plus les jours passent et plus les événements se succèdent. On se rend compte que nous nous retrouvons dans la même situation que la saison dernière quand la Ligue avait pris la décision de tout arrêter, privant le football professionnel français de 300 millions d'euros de droits TV. (...) La double peine est d'avoir été spolié (d'une qualification en Coupe d'Europe, ndlr) en étant barré au profit d'autres clubs. (...) C'est la France qui est aujourd'hui pénalisée par des performances qui sont proches du néant. Cela va influer sur le classement européen (du football français) ».

Sur l'espoir que Mediapro paiera ses dettes

« Je ne pense pas. Ce n'est peut-être pas l'avis de la Ligue. On sera dans une procédure probablement judiciaire ou autre. Sans entrer dans les détails, la Ligue a demandé à la société espagnole qui est la maison mère de la société française (Joye Media, ndlr) d'assumer la caution des paiements, ce qui n'a pas été possible pour l'instant, et recherche la possibilité que la maison mère chinoise (Orient Hontai Capital, ndlr) puisse se substituer en matière de garantie, ce qui n'a pas été le cas non plus ».

 


 

Superligue, les 18 équipes déjà connues !

Footsur7.fr

L'information avait été révélée par les médias anglais le 20 octobre, l'avenir du foot européen va peut-être être chamboulé avec la création d'une Superligue, un championnat qui se disputerait au cours de la saison entre les plus grands clubs d'Europe et qui pourrait mettre un terme à la Ligue des champions telle qu'on la connait. Ces derniers jours, les noms des 16 à 18 clubs qui constitueraient cette nouvelle compétition commencent à sortir.

Le nouveau visage du foot européen

C'est un projet de longue date, un fantasme pour les propriétaires des plus grands clubs d'Europe, qu'on croyait abandonné avant qu'il ne revienne plus que jamais sur le devant de la scène. Ces dernières semaines, les rumeurs faisant état d'un projet de Superligue européenne ont redoublé, jusqu'à l'information de Sky News : le projet serait bien sur les rails, les clubs discuteraient entre eux et la FIFA aurait donné son accord. Un montage financier d'environ 5 milliards d'euros serait à l'étude pour financer cette compétition qui assurerait des revenus de plusieurs centaines de millions d'euros chaque année aux clubs fondateurs. La Superligue se terminerait par des play-offs, un tournoi final à l'image de ce qui s'est fait durant le mois d'août avec le Final 8 de la Ligue des champions, à Lisbonne.

Quels clubs pour cette Superligue ?

L'UEFA voit en revanche cette nouvelle compétition d'un mauvais oeil. Aleksander Ceferin, le patron du football européen, "a clairement indiqué à plusieurs reprises que l'UEFA s'oppose fortement à une Superligue», a déclaré l'instance à l'AFP. Mais son avis pourrait ne pas peser lourd dans la balance, car la machine semble bel et bien en marche. Le président démissionnaire du FC Barcelone, Josep Maria Bartomeu, a lâché une petite bombe lors de son départ, révélant que le Barça avait accepté le projet et assuré de sa participation cette Superligue qui commencerait en septembre 2022. Petit à petit, la liste des clubs commence à sortir et tous les gros poissons sont là. Du côté des équipes anglaises, qui seraient les instigatrices du projet, malgré les réticences d'Arsène Wenger qui craint "une destruction du foot anglais", Manchester United, Arsenal et Liverpool seraient partants. Le FC Barcelone, le Real Madrid et Valence également en Espagne. L'Inter Milan, l'AC Milan et la Juventus Turin formeraient le contingent italien, tandis que l'Allemagne enverrait le Bayer Leverkusen, le Borussia Dortmund et, bien sûr, le Bayern Munich défendre ses couleurs. Le FC Porto, l'Ajax Amsterdam et le PSV Eindhoven seraient les trois clubs extérieurs aux cinq grands championnats. La France, quant à elle, serait représentée par le PSG, l'OL et l'OM. Ne reste plus qu'à attendre les confirmations ou observer le grand bluff.

 


 

« L’OL est plus fort que l’OM, avec des joueurs plus intelligents »

Football365.fr

Mohamed Bouhafsi, journaliste de RMC, estime qu'André Villas-Boas n'avait pas les mêmes armes que Rudi Garcia pour espérer faire un coup contre Manchester City.

Il n’y a pas eu de match entre l’Olympique de Marseille et Manchester City, pour la deuxième sortie du club phocéen dans cette phase de poules de Ligue des Champions. Dominée dans tous les compartiments du jeu et particulièrement inoffensive dans son utilisation du ballon, l’équipe d’André Villas-Boas s’est sèchement inclinée contre le vice-champion d’Angleterre (0-3). Selon Mohamed Bouhafsi, il aurait été difficile pour AVB de calquer Rudi Garcia, deux mois après l’exploit de Lyon contre les Citizens dans le Final 8 de la Ligue des Champions.

« Une différence de niveau et de talent entre l’OL et l’OM »

« On a peut-être trop banalisé la prestation lyonnaise, a expliqué notre confrère de RMC, tout en relevant une différence de taille concernant l’adversaire. Mais il y a aussi un autre élément, c’est que le Manchester City qui a évolué face à Lyon était un petit peu moins fort que celui de mardi au vu des qualités individuelles parce que la tactique était toute nouvelle, ils n’avaient jamais joué comme ça lors du match face à Lyon. Mais il faut dire qu’il y a une différence de niveau et de talent entre l’OL et l’OM. »

« Radonjic se prenait pour Cristiano Ronaldo »

« Lyon est plus fort individuellement et intrinsèquement que l’OM, Lyon a des joueurs qui sont plus intelligents, a continué Mohamed Bouhafsi. On parlait de Karl Toko-Ekambi qui a fait un super match contre Manchester City parce qu’il joue tout sur la vitesse, mais Radonjic, cours ! Je voyais plein de fois Villas-Boas lui dire : “mais cours, va vers l’avant !” Mais non, lui, “NR7” se prenait pour CR7, il se prenait pour Cristiano Ronaldo à attendre le ballon et à essayer de crocheter ».

 


 

Aulas lui manque, Rothen veut revoir Lyon en C1

Footradio.com

Déçu des résultats des clubs français sur la scène européenne, Jérôme Rothen regrette l’absence de l’Olympique Lyonnais cette saison. Mais aussi celle de son président Jean-Michel Aulas.

Avec une seule victoire en six matchs, celle du Paris Saint-Germain obtenue dans la douleur à Istanbul (0-2), nos représentants ne brillent pas en Ligue des Champions cette saison. Et le bilan n’est pas beaucoup plus favorable en Europa League. De quoi alerter de nombreux observateurs français, à l’image de Jérôme Rothen qui en vient même à regretter la non-qualification de l’Olympique Lyonnais.

« Bien sûr qu’il faut regretter l’absence de Lyon. C’est un tout. Ce sont les punchlines de Jean-Michel Aulas, c’est l’ambition de l’OL qui veut toujours se qualifier en coupe d’Europe, a expliqué le consultant de RMC. Tu le sens à travers des attitudes de joueurs, même dans la difficulté. On ne peut pas leur reprocher de ne pas essayer de sortir de cette phase de poules, ils en sont souvent sortis. On ne peut pas non plus le leur reprocher en Europa League. Aujourd’hui, avec le PSG, c’est le club le mieux structuré pour nous représenter en coupe d’Europe et ça se traduit par de bons résultats. »


Rothen tacle Eyraud au passage


« C’est vrai qu’on a l’impression de paraître moins cons quand l’OL est là,
a reconnu l’ancien Parisien. Donc oui, personnellement, l’OL me manque et je les regrette. Le championnat s’est arrêté tôt la saison dernière, tant pis pour eux. Ils ont pris dans la tête leur mauvais début de saison, leurs mauvais choix et ils n’ont jamais pu refaire leur retard. Mais j’espère très honnêtement qu’ils vont se qualifier pour l’Europa League ou la Ligue des Champions cette saison pour revoir une équipe française avec de l’ambition. »

« Aujourd’hui j’en ai marre, on parle de l’OM, OK. Mais le président, vous l’avez entendu depuis le début de la campagne ? Vous l’avez entendu sur les ambitions, les mauvais résultats ? S’il y avait eu un mauvais résultat de l’OL à l’Olympiakos, tu crois que Jean-Michel Aulas n’aurait pas fait de déclarations ? Qu’il n’aurait pas essayé de remotiver ses joueurs ? Il met du peps. Tout ce qu’Eyraud a dit, c’est que les mecs ont fait des concessions et que ça vit bien à l’OM. Au bout d’un moment, stop ! Moi, l’OL et Aulas me manquent », a insisté Jérôme Rothen, dans un discours qui devrait plaire au patron des Gones.

 

 

Voir aussi... Les notes des joueurs // L'actu du Jeudi 29 Octobre

 

Last modified on vendredi, 30 octobre 2020 15:19