L'actu du Dimanche 25 Octobre

L'actu du Dimanche 25 Octobre

Voir aussi... OL - Monaco : L'Avant Match

Coup dur pour l'OL, Denayer absent contre Monaco

RMC.fr

Jason Denayer manquera dimanche (21h) la rencontre de la huitième journée de Ligue 1 entre l'OL et Monaco, en raison d'une gêne musculaire. L'international belge est le seul absent côté lyonnais.

Coup dur pour l’OL. Rudi Garcia sera privé de Jason Denayer pour le choc de la huitième journée de Ligue 1 contre Monaco, dimanche (21h), au Groupama Stadium. L’international belge, taulier de la défense lyonnaise, doit rester aux soins en raison d’une gêne musculaire.

"On a un doute sur la participation de Denayer. On attend des examens complémentaires. Il a un problème musculaire derrière le genou", avait expliqué Garcia vendredi en conférence de presse.


Marcelo avec Diomandé?


Arrivé il y a deux ans en provenance de Manchester City, après avoir multiplié les prêts, Denayer s’est rapidement imposé comme un titulaire indiscutable chez les Gones. En son absence, Sinaly Diomandé pourrait être associé à Marcelo en charnière centrale. L’Algérien Djamel Benlamri, recruté en fin de mercato, a également été convoqué pour cette rencontre qui se jouera à huis clos. Vainqueur à Strasbourg (3-2) le week-end dernier, Lyon tentera de décrocher une deuxième victoire de suite pour se rapprocher du podium.

Monaco, sur une série de deux matchs sans victoire, aura le même objectif. Niko Kovac devra composer avec les absences de Fodé Ballo-Touré et Aleksandr Golovin, qui poursuivent leur travail de réathlétisation.

Le Groupe

Gardiens : Lopes, Pollersbeck
Défenseurs : Marcelo, Diomandé, Benlamri, Dubois, De Sciglio, Bard
Milieux : Guimarães, Aouar, Paquetá, Caqueret, Thiago Mendes, Jean Lucas
Attaquants : Memphis, Dembélé, Toko Ekambi, Cornet, Kadewere, Cherki

Absents : Denayer (blessé)

 


XI probable Monaco
: Lecomte - Aguilar, Disasi, Badiashile, Sidibé - Tchouaméni, Fabregas, Fofana - Volland, Ben Yedder, Martins

 


 

Les énormes ambitions de Cherki

Maxifoot.fr

Considéré comme le plus grand espoir de l’Olympique Lyonnais, Rayan Cherki (17 ans, 6 apparitions en L1 cette saison) affiche d’énormes ambitions. Le milieu offensif a pour objectifs de remporter des titres individuels et collectifs avec son club formateur dont il souhaite marquer l’histoire comme Karim Benzema et Nabil Fekir par le passé.

"Certes, je suis un joueur pro mais il faut toujours viser plus haut. Il n'y a pas de barrière je crois. Il faut aller là où personne n'est allé, a osé le Gone dans un entretien accordé à l’émission Téléfoot. Le Ballon d'Or et la Ligue des Champions avec l'OL ? Bien sûr, c'est dans ma tête au quotidien. D'autant plus qu'on a été jusqu'en demi-finales cet été. Après, je pense qu'il nous manquait ce petit truc. Mais avec les années, ça va le faire je pense."

"Il faut s'inspirer des plus grands. On s'inspire de Karim, de Nabil. Pour moi, ils ont marqué l'histoire du club et j'aimerais faire pareil. Mes rêves ? Performer dans mon club, entrer définitivement dans l'équipe et marquer l'histoire du football français", a annoncé Cherki, confronté à une rude concurrence cette saison.



 


 

Djamel Benlamri justifie son transfert !

Le10sport.com

Après quatre saisons à Al-Shabab Riya, Djamel Benlamri a rejoint l'OL. Un choix sportif au détriment du financier.

International algérien, Djamel Benlamri n'avait jamais évolué en Europe. Cet été, le joueur de 30 ans est arrivé à Lyon après quatre ans en Arabie Saoudite et sept en Algérie. Une nouvelle expérience pour le défenseur motivé par le terrain. « Bien sûr, Lyon, c’est un grand club, une équipe historique. Je suis très fier d’être là et d’en faire partie. J’étais dans un pays du Golfe, on sait tous qu’il y a beaucoup d’argent là-bas. Certains joueurs, quand ils ont des contacts en Europe ou dans un pays du Golfe, font le choix du financier. Moi, j’ai fait un choix sportif, j’ai pensé aussi à ma sélection, il va y avoir des éliminatoires pour la Coupe du monde donc il faut que je reste au niveau. Inch’Allah, j’ai fait le bon choix », a révélé Djamel Benlamri dans un entretien accordé au Progrès. Recruté librement, l'OL n'a toujours pas aligné son nouveau défenseur. Mais l'absence de Jason Denayer contre Monaco pourrait offrir à l'Algérien sa première opportunité dimanche.

 


 

Aulas répond au gros tacle de Coupet

RMC.fr

Après les vives critiques de son ancien entraîneur des gardiens Grégory Coupet sur sa non-prolongation à l'OL, le président lyonnais Jean-Michel Aulas lui a répondu samedi sur Twitter.

Le divorce est toujours douloureux entre Grégory Coupet et l’Olympique Lyonnais. Après avoir été l’un des grands artisans des sept titres de champion de France conquis par les Gones dans les années 2000 puis l’entraîneur des gardiens de but, l’ancien portier des Bleus (34 sélections) a quitté l’OL au mois de mai à la fin de son contrat. A 47 ans, il a décidé de relever un nouveau défi à Dijon. Un départ au goût amer pour celui qui ne s’entendait pas avec Rudi Garcia et qui attendait davantage de considération de la part de son club et de son président Jean-Michel Aulas: "Je savais que je ne recevrais rien, mais personne n'a été capable de me dire la vérité en face, a-t-il soufflé samedi dans les colonnes du Parisien à propos d’une éventuelle prolongation. Ce n'était pas compliqué, pourtant. J'aurais aimé aussi que le président Aulas soit inquiet de ma situation et me demande ce qui se passe. Mais je n'ai pas eu d'appel. Pas plus après, d'ailleurs."


"Greg je regrette profondément tes prises de positions négatives"


Des propos qui ne sont pas du tout passés pour le président des Gones qui a réagi sur Twitter: "Greg je regrette profondément tes prises de positions négatives à l’encontre de l’institution OL qui a toujours été derrière toi et qui le sera ce soir (samedi) encore", a écrit Jean-Michel Aulas avant que le DFCO ne s’incline lourdement face au PSG (4-0) au Parc des Princes.

 


 

Moussa Dembélé, c'est quoi le problème ?

Eurosport.fr

Sur le banc lors du Final 8 et des deux derniers matches de l'OL, en crise totale de confiance, Moussa Dembélé traverse une période agitée. Il devait incarner l'avenir au poste d'avant-centre à l'OL ou permettre de signer une grosse plus-value en signant dans un club. Sa situation pourrait, à terme, poser problème.

Il y a un an, tout roulait. Dix buts lors des 14 premières journées, une place bien assurée en pointe du onze lyonnais : Moussa Dembélé poursuivait tranquillement sa progression dans un club taillé pour ses ambitions. L'international Espoirs poursuivait un plan de carrière clair. Après avoir explosé en Championship, il s'imposait dans un gros club de Ligue 1, avant de s'affirmer en Ligue des champions, découvrir la grande équipe de France et retourner en Angleterre avec une jolie culbute à la clé pour l'OL. Un an plus tard, le voilà toujours à Lyon, très loin de Clairefontaine, réduit à un rôle secondaire en Ligue des champions et désormais cloué sur le banc en Ligue 1.
Monaco façon Kovac ? Un élève discret mais prometteurMonaco façon Kovac ? Un élève discret mais prometteur

Le basculement s'est opéré lors du 8e de finale retour de la C1 à Turin. Un match démarré sur le banc, et le début de la grande aventure lyonnaise. Rudi Garcia a choisi de ne rien changer pour le Final 8, et son doublé en sortie de banc face à Manchester City en quart de finale n'a rien changé. Le coach des Gones privilégie désormais des profils plus mobiles : Toko Ekambi et Depay face au Bayern en demi-finale, Toko Ekambi et Kadewere face à l'OM avant la trêve internationale. Dembélé rate le coup d'envoi des grands rendez-vous, mais pas seulement.


Depay, Kadewere et Toko Ekambi plus complémentaires ?


La semaine dernière, à Strasbourg, le trio Depay, Toko Ekambi, Kadewere lui a une nouvelle fois été préféré. Et il fut plutôt séduisant et complémentaire en Alsace. Dans un rôle de faux 9, Depay permet, par ses décrochages, à ses deux coéquipiers de prendre la profondeur et de se projeter dans les espaces libérés par le Néerlandais. Vrai attaquant de surface, beaucoup moins mobile que ses trois coéquipiers, Dembélé propose moins d'options et sa complémentarité avec le reste des attaquants lyonnais saute moins aux yeux.

Arrivé pour 22 millions d'euros à l'été 2018, il traverse sa plus grosse zone de turbulences alors qu'il n'a toujours pas marqué le moindre but cette saison. Plus inquiétant sans doute, son travail de remise et sa conservation de balle sont limités par sa technique friable. Depuis quelques semaines, il alterne entre le moyen et le médiocre.

S'il lui maintient sa confiance, Rudi Garcia semble se satisfaire du rôle actuel de Dembélé en sortie de banc : "Il est très important et je ne souhaite qu’une chose : qu’il retrouve le chemin du but car c'est important pour lui, a commenté le coach de l'OL vendredi. Après, moi, du moment qu’il se donne à fond, ça me va. Il faut l’aider quand il entre en jeu. Contre Strasbourg, il a fait une bonne entrée. Il faut qu’il continue. Le discours vis-à-vis des joueurs, il est logique. On ressemble à une équipe de basket. Avec 5 changements, on a la moitié de l'équipe qui commence mais qui ne termine pas. Donc entre les titulaires et les remplaçants, c’est pareil. Commencer avec Memphis, Tino et Karl, et terminer par Moussa et Rayan, ce n’est pas facile pour l’équipe en face."


Un actif précieux


Sauf que Dembélé est aussi un actif particulièrement précieux pour l'OL. Seul Houssem Aouar possède aujourd'hui une plus grosse valeur marchande que l'avant-centre. Problème, cet été, personne n'est venu aux renseignements et, déjà privée d'exposition européenne, sa cote pourrait dégringoler si Dembélé continue de visiter les bancs de Ligue 1. Lyon aura besoin de vendre dans les mois qui viennent. Memphis Depay devrait partir libre, et le départ de Dembélé pourrait offrir une sacrée bouffée d'oxygène à l'OL. A condition de retrouver le chemin du but…

 


 

Refuser un prêt à Chelsea et cirer le banc, Dembélé hallucine

Foot01.com

Remplaçant lors des deux derniers matchs de l'Olympique Lyonnais, Moussa Dembélé a perdu son poste de titulaire alors que Juninho a refusé un prêt à Chelsea.

Rudi Garcia doit faire des choix, il est payé pour cela, et lors des deux dernières rencontres de l’Olympique Lyonnais, l’entraîneur rhodanien a placé Moussa Dembélé sur le banc de touche au coup d’envoi. Et cela sera probablement encore le cas ce dimanche contre l’AS Monaco dans un Groupama Stadium à huis clos. Le coach de l’OL mise actuellement sur le trio composé de Memphis Depay, Karl Toko-Ekambi et Tino Kadewere et même si Rudi Garcia a répété en conférence de presse qu’il avait entièrement confiance en Moussa Dembélé pour être efficace quand il faisait appel à lui, les faits sont là l’ancien attaquant du Celtic affiche un zéro pointé niveau efficacité depuis le début de saison.

Pour l’instant, Moussa Dembélé reste discret et ne veut surtout pas mettre le feu. Mais selon L’Equipe, le buteur international Espoirs rêve plus haut et il a du mal à comprendre pourquoi Jean-Michel Aulas et Juninho ont dit non à un prêt lors du dernier mercato si c’est pour être juste remplaçant. « Il rêve de l’Euro 2021. Il imaginait d’autant moins cette situation que l’OL a refusé de le laisser rejoindre José Mourinho à Tottenham en fin de mercato, dans le cadre d’un prêt payant (5 ME). Cela ajoute à sa frustration. Dembélé ne se contentera pas de miettes éternellement, il en va de son avenir mais aussi de celui du club qui compte le vendre, et cher..., dans le futur », explique Hervé Penot. Ce n'est cependant pas en plaçant Moussa Dembélé sur la touche que ce dernier verra sa valeur pendre de l'ampleur...et encore moins réussir à attirer le regard de Didier Deschamps. Le deal perdant-perdant n'est plus très loin quand même.

 


 

Luis Fernandez voit un gros avantage pour Lyon cette saison

Footradio.com

L’Olympique Lyonnais espère enchaîner en Ligue 1 face à l’AS Monaco ce dimanche soir en Ligue 1. Les Gones sortent d’une période assez délicate.

A Lyon, rien ne semble facile en ce moment. Les hommes de Rudi Garcia se sont néanmoins fait violence pour s’imposer à Strasbourg le week-end dernier. Face à l’AS Monaco ce dimanche soir, l’Olympique Lyonnais devra prouver qu’il peut viser haut cette saison en Ligue 1. Le club rhodanien a eu la chance de ne pas jouer cette semaine, lui qui ne disputera aucune coupe d’Europe cette saison. Un avantage que les Lyonnais vont devoir mettre à profit dans les prochaines semaines selon Luis Fernandez.


“De ne pas jouer la Coupe d’Europe, c’est un avantage”


Sur le plateau de BeIN Sports, le consultant a donné son avis sur le sujet. “Par rapport à la victoire à Strasbourg, oui. Mais on sent que c’est une équipe qui est en train de se chercher. C’est une équipe qui n’a pas encore retrouvé son football. Mais de ne pas jouer la Coupe d’Europe, c’est un avantage. Le club peut se concentrer sur son championnat. Aussi, Memphis Depay, pour qu’il aille au Barça, il lui faut absolument marquer des buts”, a notamment indiqué Luis Fernandez, qui pense que l’Olympique Lyonnais aura des arguments à faire valoir encore cette saison. Cela passer d’abord par un succès face aux Monégasques ce dimanche soir au Groupama Stadium.

 


 

Le Conseil d’État confirme la responsabilité de la LFP, l’OL poursuit son recours indemnitaire

OL.fr

Le Conseil d’État confirme la responsabilité du Conseil d’Administration de la Ligue de Football Professionnel dans l’arrêt du championnat le 30 avril 2020.

L’Olympique Lyonnais a pris acte ce vendredi 23 octobre 2020 de la décision du Conseil d’État qui rejette la demande d’annulation des décisions d’arrêt définitif du championnat et de classement au quotient, prises par le Conseil d’Administration de la Ligue de Football Professionnel le 30 avril. Le Conseil d’État reprend l’argumentation utilisée lors du jugement en référé au mois de juin.

Il rappelle que cette décision d’interrompre définitivement le championnat a bien été prise par le Conseil d’Administration de la LFP, et non par l’État. L’Olympique Lyonnais confirme donc sa volonté de poursuivre exclusivement son recours indemnitaire contre la Ligue de Football Professionnel.

La LFP a décidé unilatéralement et prématurément d’arrêter le championnat, privant tous les clubs d’une partie importante de droits TV qui aurait pu et dû être sauvegardée. La situation actuelle est là pour en attester l’importance et tous les clubs peuvent en mesurer les conséquences économiques désastreuses.

L’Olympique Lyonnais s’est ainsi vu priver d’une possible participation en Coupe d’Europe avec cette décision d’arrêter le championnat à la 28e journée. Le club était sur 23 qualifications consécutives à ces compétitions et s’est hissé jusqu’à la demi-finale de Champions League en août.

L’Olympique Lyonnais constate que la quasi-totalité des rencontres européennes a pu reprendre avec des adaptations et sans interruption, comme l’a réussi l’UEFA pour la Champions League et l’Europa League.

De même, le championnat de Ligue 1 aurait pu également être mené à son terme, à l’instar de ce qui s'est passé dans la plupart des championnats européens et en particulier dans les quatre plus grands : Allemagne, Italie, Angleterre et Espagne.

Ces matches et compétitions ont pu être organisés dans le respect de la santé des joueurs, arbitres, membres du staff et spectateurs, ce qui n’a pas échappé à la LFP. En effet, la finale de la Coupe de la Ligue s’est jouée le 31 juillet, sans que la LFP n’y oppose de décision contraire. Et la finale de la Coupe de France s’était déjà déroulée le 24 juillet sans que personne ne s’en émeuve.

Dans le contexte de la deuxième vague, on peut d’ailleurs s’interroger : pourquoi la LFP n’arrête-t-elle pas à nouveau le championnat comme elle l’a déjà fait en avril ?

 

Voir aussi... OL - Monaco : L'Avant Match

 

Last modified on dimanche, 25 octobre 2020 12:35