L'actu du Mardi 13 Octobre

L'actu du Mardi 13 Octobre

Voir aussi... L'actu du Lundi 12 Octobre // Sondage : Quel onze type pour l'OL ?

Aouar bloqué à cause de Bernardeschi ?

Maxifoot.fr

Longtemps annoncé sur le départ cet été, Houssem Aouar (22 ans, 4 matchs et 1 but en L1 cette saison) a fini par écarter l’idée d’un départ en fin de mercato. Le milieu de l’Olympique Lyonnais aurait-il perdu patience ? C’est possible si l’on se réfère aux informations de France Football.

Pour commencer, Arsenal, dont le manager Mikel Arteta a contacté et séduit le joueur, s’est contenté d’offrir 34 M€ (+ 3 M€ de bonus) en réclamant des facilités de paiement sur 5 ans. Alors que le club rhodanien demandait 40 à 45 M€. Insuffisant pour entamer de vraies négociations puisque les Gunners ne sont jamais revenus à la charge.

Puis c’est la Juventus Turin qui a tenté sa chance, avec un peu plus de réussite. En effet, la Vieille Dame serait parvenue à un accord avec l’OL sur un montant de 50 M€, plus le prêt de Federico Bernardeschi (26 ans). Mais le deal aurait capoté lorsque le milieu offensif a refusé de rejoindre les Gones, malheureusement pour l’international tricolore…

 


 

Memphis Depay au Barca en janvier ?

Lequipe.fr

Selon « Mundo Deportivo », l'attaquant de l'OL Memphis Depay fait toujours partie des joueurs ciblés par le Barca pour le mercato d'hiver.

Le Barca n'oublie visiblement pas Memphis Depay, privé d'un transfert de l'OL vers le FC Barcelone cet été en raison de la situation financière du club catalan. Selon Mundo Deportivo, l'attaquant de Lyon, qui ne compte plus qu'un an de contrat et sera libre de négocier avec le club de son choix en janvier, resterait en effet une des priorités de Ronald Koeman, et Barcelone devrait revenir à la charge au mercato d'hiver.

Toujours selon le quotidien catalan, le Barça viserait encore le défenseur espagnol de Manchester City Eric Garcia et le milieu de terrain de Liverpool Georginio Wijnaldum.

 


 

Dembele : l'OL a sèchement recalé Tottenham

Footmercato.net

Avec Memphis Depay et Houssem Aouar, Moussa Dembélé faisait partie des trois têtes d’affiche de l’Olympique Lyonnais à pouvoir plier bagage en échange d’un gros chèque. Au final, les trois offensifs rhodaniens sont restés dans la capitale des Gaules.

Mais à l’heure où les informations sur les coulisses de ces départs avortés sortent dans les médias, Le Progrès nous apprend à son tour que Tottenham a voulu arracher Dembélé des mains de l’OL lors du dernier jour du mercato. Les détails financiers de l’offensive des Spurs n’ont pas filtré, mais le quotidien précise que cela n’a pas du tout plu aux Gones qui n’ont alors pas voulu aller plus loin.

 


 

Memphis capitaine de Lyon ? C’est presque une honte

Footradio.com

L’Olympique Lyonnais a vécu une fin d’été mouvementée. Le début de saison en Ligue 1 a notamment laissé des traces chez certains joueurs rhodaniens.

Rudi Garcia et ses hommes connaissent de grosses difficultés depuis le début de la saison en Ligue 1. Le club lyonnais n’a pris que 7 points en 6 journées de championnat. Les fans commencent donc légitimement à s’inquiéter pour leur club, qui ne disputera pas la coupe d’Europe cette saison. Bonne chose néanmoins, Houssem Aouar et Memphis Depay sont finalement restés au club malgré des grosses sollicitations en fin de mercato. Quid désormais du capitanat au sein de l’OL. Pour Nicolas Puydebois, la question est vite répondue.

Le consultant a donné son avis sur le sujet. “Je donnerais le brassard à Denayer ou à Aouar. Je pense que ça permettrait, en le donnant à Aouar, de légitimer son choix de rester à Lyon et de le récompenser. Je pense qu’il faut lui donner les clés du jeu lyonnais. Il faut lui donner plus d’importance pour qu’il prenne vraiment une aura supplémentaire au sein du jeu lyonnais. Il faut donner le brassard à un Gone. C’est une motivation pour les jeunes du centre (…). Depay, il maîtrise sa communication, il fait du rap et du foot. Il sait très bien qu’il y aura un retour de bâton après sa déception de ne pas avoir signé à Barcelone. Il se met le feu à lui tout seul alors que sa situation était plutôt confortable”, a notamment indiqué Nicolas Puydebois, qui veut que le capitaine du club soit toujours concerné avec son équipe.

 


 

Daniel Riolo a 2 solutions pour régler le litige Mediapro

Butfootballclub.fr

Daniel Riolo désigne le responsables et avance deux solutions pour solder le crash Mediapro, qui l’oppose la LFP pour le règlement des droits TV.

Le sujet LFP-Mediapro commence à être un dossier sensible en France. Le groupe audiovisuel sino-espagnol, principal diffuseur du football français, a demandé à renégocier son contrat pour les droits TV. Ce que la Ligue a refusé, en refusant également un délai de paiement pour l’échéance d’octobre. Tout cela a provoqué un vent de panique au sein des clubs professionnels, dont les finances dépendent en grande partie des droits TV. Si la situation s’enlise, les conséquences économiques pourraient être terribles pour certaines équipes, qui risquent la faillite.

Daniel Riolo avait alerté sur ce sujet il y a déjà quelque temps et désigne aujourd’hui les responsables de ce fiasco. « Ils ont tous applaudi Roures, le boss de Mediapro, quand il a fait son grand discours mobilisateur. Avec ce milliard, tout allait devenir possible. "Ils", ce sont nos chers présidents de L1, souffle-t-il sur son blog. Un comité de pilotage a préparé le mariage avec Mediapro. Ils étaient tous là: Eyraud, Aulas, Caïazzo, Rivère, Vasilyev, Chabane, Graille, Michy, Denisot, les gens de la LFP, Boy de la Tour, Quillot et Ficot et le cabinet Clifford Chance, cabinet d’avocats d’affaires internationales représenté par Yves Wehrli. Aujourd’hui pas un président ne répond. Ils refusent d’évoquer le sujet. Chacun est retourné compter ses sous dans son coin. Ca doit être ça le sens des responsabilités. »

Pour faire avancer les choses, le consultant de RMC Spot avance deux solutions. « Soit la Chine accepte de payer en envisageant que le produit devienne rentable, en se disant que même s’il y a des pertes. Dans ce cas, ils virent Roures qui les a mis dedans avec son interview catastrophique de la semaine dernière. Sorte de coup de bluff minable que la LFP a repoussé, pousuit-il. Soit, fin de l’histoire, la Chine dit stop car tout cela est trop cher. La LFP organise alors un nouvel appel d’offre au plus vite et on tente de récupérer auprès de nouveaux diffuseurs une somme décente pour ne pas finir dans le caniveau. Le gouvernement peut dans ce cas intervenir pour sauver notre foot en demandant aux grands patrons de venir acheter la L1. Ceci en échange d’un petit cadeau genre avantage fiscal, évidemment.  »

 


 

Lyon explosé au mercato, c’est normal

Foot01.com

Cela a été l’un des feuilletons de l’été en terme de recrutement, avec un cruel échec au bout.

L’Olympique Lyonnais a rapidement ciblé Facundo Pellistri pour renforcer son secteur offensif, avec un joueur prometteur, peu connu en Europe, et capable d’apporter du sang neuf à une attaque qui en avait bien besoin. Les négociations ont débuté rapidement, mais se sont également compliquées avec le temps. Le montant de l’achat, les bonus, la libération du joueur, puis son arrivée repoussée en janvier, tout a été très compliqué malgré les efforts de Juninho pour boucler l’affaire. Et quand tout semblait enfin prendre forme, Peñarol ayant compris que l’OL voulait sérieusement Pellistri, un nouveau venu a tout chamboulé. Manchester United est arrivé et, en quelques jours à peine, à poser 10 ME sur la table pour faire venir l’Uruguayen. Le montant du transfert a pesé, mais aussi la présence d’un certain Edinson Cavani dans les rangs de Manchester United.

Le joueur a révélé lors de son premier passage devant les médias que le simple fait de pouvoir évoluer en Premier League lui avait fait oublier les autres solutions, et notamment celle de Lyon. Pas de regrets donc ? Pas pour Bernard Lacombe, ancien conseiller du président Jean-Michel Aulas à la retraite désormais, et pour qui son club ne pouvait tout simplement pas lutter dans ce dossier. « C’est dommage mais dès que Manchester se met sur un dossier, il est impossible de lutter », a balancé dans Le Progrès l’ancien attaquant, entraîneur et dirigeant de l’Olympique Lyonnais, pour qui Lyon n’a absolument rien à se reprocher dans cette affaire. Le forcing effectué pendant des semaines n’a en tout cas pas payé, et les suiveurs de l’OL regarderont quand même avec une certaine attention la suite de la carrière de Facundo Pellistri.

 


 

Pollersbeck bien positif au COVID-19 à son tour

Le Progres via Twitter

 


 

Vidéo : zoom sur Diomandé vs Belgique

BNS Comps




Voir aussi... L'actu du Lundi 12 Octobre // Sondage : Quel onze type pour l'OL ?

Last modified on mardi, 13 octobre 2020 17:17