L'actu du Mercredi 7 Octobre

L'actu du Mercredi 7 Octobre

Voir aussi... L'actu du Mardi 6 Octobre // Le Tableau Mercat'OL

Aulas sans détours sur le futur de Garcia

Goal.com

Au micro d'OL TV, le président de l'Olympique Lyonnais Jean-Michel Aulas a évoqué l'avenir de son coach.

Alors que Lyon occupe actuellement la 14e place au classement de la Ligue 1, certaines rumeurs ont annoncé que Rudi Garcia se dirigeait vers la sortie.

Alors que l'OL est privé de Coupe d'Europe cette saison et peut se concentrer exclusivement sur la scène locale, l'ancien coach de la Roma est attendu au tournant. Surtout que l'OL a su conserver ses stars cet été.

Le président Aulas a été très clairt à ce sujet au micro d'OL TV  ce mardi soir :

«On a un contrat avec Rudi Garcia, qui est venu avec beaucoup de monde. On va attendre décembre et la fin de la première partie de championnat pour faire un point. On aura le choix de le reconduire ou pas, selon les résultats et le contenu. Le 30 juin, on sera en situation de choisir un nouveau coach si besoin. Rudi sait très bien qu'il n'a qu'une hypothèse, c'est gagner et gagner encore, et remettre l'Olympique Lyonnais là où il doit être».

 


 

Dubois positif au Covid manquera la sélection

Telefoot via Twitter

 


 

La Ligue espagnole a empêché le transfert de Depay au Barça

RMC.fr

Selon les informations d'un média catalan, la Ligue espagnole s'est opposée au transfert de Memphis Depay de Lyon au FC Barcelone. Le club catalan aurait dépassé son plafond salarial.
 
Entre Lautaro, Eric Garcia et Memphis Depay, le FC Barcelone a essuyé les échecs sur le mercato. Selon l'émission "Onze" du média catalan Esport3, le transfert de l'attaquant lyonnais était pourtant en bonne voie puisque Lyon et le Barça étaient tombés d'accord sur les bases d'un montant à cinq millions d'euros, plus dix de bonus. Mais l'affaire a capoté.

La Ligue espagnole de football (LFP) aurait en effet mis son veto à la transaction. La raison? L'arrivée du Néerlandais aurait fait dépasser le plafond salarial autorisé par l'instance, qui n'a donc pas pu enregistrer le mouvement. Un fâcheux contretemps pour Ronald Koeman, désireux de faire venir son compatriote pour renforcer son secteur offensif.

Selon la radio, les discussions ne seraient pas rompues entre l'OL et le Barça sur ce sujet. L'accord pourrait tenir jusqu'au prochain mercato hivernal, lors duquel Depay pourrait rejoindre le Camp Nou. Mais la situation du joueur aura, alors, un peu changé puisqu'il ne lui restera plus que six mois de contrat. A partir de janvier, il pourra s'engager librement avec le club de son choix pour l'été suivant. Un transfert définitif avec une indemnité pourrait être une solution susceptible d'arranger l'OL.

Le club catalan envisage d'ailleurs de revenir à la charge pour Eric Garcia, défenseur de Manchester City, qui entre aussi dans sa dernière année de contrat en Angleterre. Les Blaugrana s'activent déjà pour la prochaine fenêtre des transferts.

 


 

Mourinho a voulu piocher à l'OL

Orange.fr

Alors que Tottenham cherchait une doublure à Harry Kane, José Mourinho avait fait de Moussa Dembélé l'une de ses priorités, à en croire L'Equipe.

Carlos Vinicius a rejoint Tottenham dans les derniers jours du mercato, répondant à un besoin clairement identifié par José Mourinho : celui de recruter une doublure à Harry Kane en pointe. Dans cette optique, de nombreux noms ont été associés aux Spurs cet été. Et à en croire L'Equipe, le technicien portugais avait une autre idée en tête quelques jours avant de s'offrir le joueur de Benfica. En effet, c'est le nom de Moussa Dembélé qu'il aurait d'abord coché, faisant de l'ancien du Celtic l'une de ses priorités. Problème, les Spurs souhaitaient alors un prêt, ce qui n'intéressait pas l'Olympique Lyonnais. La donne aurait peut-être été différente dans les toutes dernières heures du marché des transferts, alors que ni Houssem Aouar, ni Memphis Depay n'ont quitté le club rhodanien.

 


 

117 M€ réclamés à la LFP !

Maxifoot.fr

Ce mardi, le Groupe OL a publié ses résultats annuels avec un solde négatif avant impôts : -36,2 millions d'euros. Un bilan peu surprenant en raison de la crise sanitaire liée au Covid-19. Et justement, le club rhodanien a décidé de réclamer 117 millions d'euros à la Ligue de Football Professionnel en raison du préjudice subi par rapport à l'arrêt prématuré de la Ligue 1 au printemps dernier.

Pour rappel, l'OL a terminé à la 7e place du classement en L1 et s'est senti lésé dans la perspective d'une possible remontée sur la fin de la saison. Après cette annonce, le directeur général des Gones Thierry Sauvage a indiqué qu'il attendait une décision très rapide de la part du Conseil d'Etat concernant cette affaire. Un dossier à suivre avec attention dans les jours à venir...

 


 

De Sciglio arrive, l’infirmerie lui ouvre ses portes

Footradio.com

En toute fin de mercato estival, l’Olympique Lyonnais a notamment recruté Mattia De Sciglio, le latéral de la Juventus.

Dans les dernières heures du marché des transferts, le club rhodanien en a profité pour répondre aux dernières demandes défensives de Rudi Garcia. En quête d’un latéral polyvalent et d’un défenseur central, l’entraîneur des Gones a eu gain de cause avec les arrivées de Mattia De Sciglio et de Djamel Benlamri. Si l’Algérien est méconnu du grand public en Europe, l’Italien est, par contre, beaucoup plus familier. Formé au Milan AC et sous le maillot de la Juventus depuis 2017, le joueur de 27 ans arrive à Lyon pour une saison dans le cadre d’un prêt sans option d’achat. Un recrutement assez incertain, d’après les dires de Johann Crochet.


« De Sciglio, c’est très irrégulier et très souvent blessé… »


« Si De Sciglio était poussé vers la sortie à la Juventus, c’est qu’il y avait une raison. Ça ne tombe pas du ciel comme ça. Ce n’est pas l’OL qui va recruter un joueur de la Juve, c’est plutôt la Juve qui file un joueur à l’OL. De Sciglio faisait partie des joueurs indésirables avec Higuain, Matuidi ou Douglas Costa. Il est très souvent blessé, il a un corps fragile, il a beaucoup de soucis musculaires… Il passe pas mal de temps à l’infirmerie. Ça peut changer. Après, il est polyvalent, il peut jouer à droite ou à gauche, même s’il faut plutôt le considérer comme un latéral droit qui peut dépanner à gauche. La polyvalence, c’est bien, sauf quand tu es moyen aux deux endroits… Les tifosi de la Juve sont ravis de le voir rejoindre l’OL. Ça ne présage en rien de son avenir à Lyon. Mais De Sciglio, c’est très irrégulier et très souvent blessé… »
, a détaillé le spécialiste du football italien sur RMC, qui espère toutefois que De Sciglio le fera mentir en imitant Fabio Grosso, le dernier joueur italien à avoir porté les couleurs de l’OL (2007-2009).

 


 

Garcia allume Payet

Footmercato.net

L'année passée, l'Olympique de Marseille retrouvait Rudi Garcia lors d'un Olympico bouillant. Les Phocéens s'étaient imposés grâce à un grand Dimitri Payet. Le Réunionais était passé en conférence de presse avant la rencontre et n'avait pas hésité à se lâcher sur son ex-entraîneur, Rudi Garcia. Le coach a décidé de répondre dans un documentaire de la chaîne L'Équipe diffusé ce mardi.

« Si ça arrive a posteriori, passez-moi l'expression, mais le joueur n'a pas de couilles. Il faut venir dire les choses en face quand c'est le moment de le dire. Quand, parfois, il y a eu des difficultés avec mes résultats et mes équipes, il y a des joueurs qui ont été grands. Parce que s'ils n'étaient pas d'accord, on échangeait. Celui qui ne dit rien, c'est que c'est un sournois et que ce n'est pas un mec franc du collier. On a le droit aussi de se tromper sur les gens, évidemment », a lâché, cinglant, le technicien français.

 


 

Lyon prête Héritier Deyonge à Utrecht

Sport24.fr

Héritier Deyonge retourne aux Pays-Bas. Débauché au PSV Eindhoven en 2019, le jeune (18 ans) défenseur belge quitte en effet l’OL pour un prêt d’une saison à Utrecht. Prêt avec option d’achat. Héritier Deyonge est sous contrat jusqu’en 2024 à Lyon. Il n’a pas (encore ?) joué avec l’équipe première de l’OL.

 


 

Les moments forts de Jean-Michel Aulas dans OL Night System

OL.fr

Quelques heures après la fin du mercato estival, Jean-Michel Aulas était ce mardi soir l'invité d'OL Night System sur OLTV. L'émission est à retrouver en intégralité sur OLPlay.

Le bilan du mercato

« Il a été particulier car le covid induit une situation jamais connue, notamment sur le plan économique et de la mentalité. La pression a été plus forte. Il faut être à l’écoute, jour à jour, car les positions évoluent très vite. Vincent Ponsot, Juninho, Bruno Cheyrou et tous les recruteurs ont bien travaillé. On a fait partir les joueurs qui n’étaient pas titulaires ou qui n’avaient pas tout donné. Cela a été fait en harmonie avec Juninho et Vincent Ponsot. Aouar, Memphis, Dembélé ? J’avais dit que tous ne partaient pas et on a finalement gardé les trois, qui étaient donnés partants pour les médias. On a rajouté en supplément le recrutement d’internationaux comme Lucas Paqueta, De Sciglio, Benlamri. On a fait une analyse de ce qui pouvait nous manquer et des besoins du coach. On a le sentiment que l’équipe est bien constituée pour être sur les deux premières places du classement. On peut considérer qu’on a tout fait pour atteindre l’objectif. »
 
Le dossier Pellistri

« Je n’ai pas suivi ce sujet d’heure en heure. Cette recherche faite par Juninho était pertinente. Il y a eu une discussion avec le club avec beaucoup d’alternatives. On avait négocié au mieux. Le joueur était fou de la relation avec Juninho. Malheureusement, le club a été dépendant de la position des supporters et l’offre d’un peu plus de 5 millions d’euros n’avait pas été validée par les socios. Manchester United a levé l’option de 10 millions. Cela s’est fait quasi unilatéralement, sans qu’on ait notre mot à dire. Il était très déçu de ne pas venir ici. »
 
Memphis

« On a tout essayé pour qu’il prolonge un an. On a fait des propositions importantes. Sur le plan économique, ce n’est pas la meilleure opération car il va arriver en fin de contrat. Beaucoup de joueurs essaient de finir leur contrat, c’est une tendance. Il revient de blessure et il y a l’Euro l’année prochaine. Je suis convaincu qu’il aura l’envie d’être le meilleur. »
 
Le poste d’entraîneur

« Je n’ai pas cédé à la pression populaire concernant Bruno Genesio. J’écoute les supporters et nos discussions sont positives, même si on n’est pas d’accord sur tout. C’est important. Les objectifs qualitatifs n’ont pas été obtenus notamment après Rennes en Coupe de France et Bruno a accepté d’appliquer ce qu’on avait décidé. Le choix de nos entraîneurs est pertinent à l’image de notre série de qualifications européennes. Aujourd’hui, on est en contrat avec Rudi Garcia qui est venu avec beaucoup de monde de son staff. On vient de recruter un entraîneur des gardiens qu’il a choisi. Cela se passe dans une cohérence totale. On va attendre la fin du mois de décembre pour regarder ce qu’il se passe. On a fait en sorte que tout le staff soit aligné sur son contrat, pour reconduire ou pas. Seuls les résultats et le contenu nous permettront de décider. J’avais pris l’initiative de discuter avec Arsène Wenger, il a beaucoup hésité. On n’était pas très loin de le convaincre. »
 
Les interrogations sur le jeu

« On a fait le choix de faire revenir Juninho et il a fait le choix de Rudi Garcia. On vient de jouer une 1/2 de finale de Champions League, une finale de Coupe de la Ligue et une 1/2 de Coupe de France. On ne peut pas dire qu’il n’y ait pas de pertinence dans ce choix. Il faut pondérer les critiques. Si Juninho change d’avis, on sera amené à revoir la position. C’est aussi pour cela qu’on vient de faire un mercato exceptionnel en gardant nos meilleurs joueurs. Il faut faire confiance aux gens qui ont de l’expérience, qui ont la technicité de Juninho et Gérard Houllier. Il faut soutenir de toutes nos forces les joueurs et Rudi Garcia. On ne va pas dans le bon sens en critiquant l’institution. On prendra nos responsabilités si les résultats sont insuffisants. On n’en est pas encore là. Il faut prendre du recul. Rudi Garcia sait très bien qu’il n’a qu’une hypothèse, c’est gagner de nouveau. »
 
L’état d’esprit des joueurs

« Les joueurs doivent être irréprochables. Il est du ressort de l’institution de prendre les décisions si ce n’était pas le cas. Comme dans les autres clubs, il y a une tendance à avoir des joueurs avec une personnalité parfois qu’on ne maîtrise pas. Si l’enthousiasme et l’intensité de l’effort sont insuffisantes, c’est aussi du ressort de l’entraîneur de créer une dynamique pour que l’engagement soit maximum. C’est du management. A nous de corriger les défauts. On peut retrouver l’engagement du mois d’août car on l’a déjà fait. Cela me donne confiance. L’objectif est plus que jamais de finir sur les deux premières places du podium. »

La place des supporters dans le club

« Il doit y avoir de la proximité. J’essaie de l’avoir. On l’a recréé avec le retour de Juninho. Cela été compliqué de le convaincre. On avance dans une relation de confiance avec les supporters. Le fait de ne pas les avoir dans le stade n’est pas une catastrophe sportive mais sociale. On est dans une structure où les gens qui décident assument. On fait en sorte de se donner les moyens. On n’hésite pas à donner la parole aux supporters dans l’émission mais aussi aux représentants des groupes de supporters lors des réunions. Leurs remarques sont très pertinentes. C’est une participation extrêmement participative. On recherche la communication. Le choix de l’entraîneur est souvent un sujet favori. C’est difficile mais ce n’est pas du tout perturbant. C’est encore plus le cas pour les compositions d’équipe. C’est aussi ce qui fait le charme du football. Mais je suis parfois un peu déçu et triste car on est parfois dans l’attaque, l’hypocrisie. L’échange est tout fait positif et fait partie de la passion du foot. »
 
Un franc-parler contre-productif ?

« Je me pose souvent cette question. Partout où je vais en France, on me demande de venir donner un coup de main pour trouver des solutions dans les autres clubs. Selon un sondage, 80% des Français pensent que j’avais raison au sujet de l’arrêt du championnat. Il n’y a pas d’excès. Je veux gérer au mieux. La crédibilité vient de cela dans le monde du foot. On me demande souvent d’apporter un avis, un conseil à l’ECA, à la Ligue, à l’UEFA. »

 

 

 


Voir aussi... L'actu du Mardi 6 Octobre // Le Tableau Mercat'OL

 

Last modified on mercredi, 07 octobre 2020 10:11