L'actu du Jeudi 1er octobre

L'actu du Jeudi 1er octobre

Voir aussi... Le Tableau Mercat'OL // L'actu du Mercredi 30 Septembre

La grosse mise au point de l'OL sur la fin de mercato

Footmercato.net

Présent au Groupama Stadium aux côtés de la nouvelle recrue Lucas Paqueta, le duo Jean-Michel Aulas-Juninho a fixé les règles pour la dernière ligne droite du mercato de l'OL.

Hors de toute compétition européenne cette saison, en passe de voir partir deux ou trois têtes d'affiche, et en difficulté d'un point de vue comptable dans ce début de saison de Ligue 1, l'Olympique Lyonnais n'est pas un navire en perdition et son capitaine tient bon la barre. C'est en tout cas ce qu'a laissé entendre Jean-Michel Aulas en conférence de presse, à l'occasion de la présentation de la recrue brésilienne Lucas Paqueta. «Certains imaginent que je ne travaille plus à l'OL, j’ai pris non pas du recul mais de la hauteur. J’ai la chance d’avoir avec moi pour mettre en place ce nouvel OL, projeté dans le futur, un certain nombre de gens compétents qui s’entendent bien et travaillent bien ensemble. On peut avoir un certain nombre d’avis qui se complètent. On a essayé de définir une équipe qui à moyen terme aura les moyens d’atteindre le plus haut niveau en France et en Europe».

Il n'y aura plus de départ à l'OL samedi matin

Par ces mots, le président de l'OL a débuté un long discours avec pour thème la fin du mercato. Cette fenêtre estivale, qui se prolonge en automne, aura vu l'OL s'activer au registre des départs. Traoré, Terrier, Gouiri, Solet, Tete, Marçal ou encore Tatarusanu, ont rapporté quelques 47 millions d'euros au club rhodanien, quand d'autres sont partis libres ou ont été prêtés, parfois avec option d'achat : Koné, Pintor, Rafael, Racioppi, Tousart. Visiblement, l'OL s'apprête bel et bien à laisser filer encore deux joueurs, voire trois. Mais ces derniers devront boucler leur départ avant samedi matin. C'est la deadline fixée par JMA. «Vous le savez, mais on peut imaginer perdre deux joueurs, je ne pense pas qu’on en perde plus. Si on en perdait trois, il faudra compléter le dispositif. Juni et Bruno (Cheyrou) travaillent sur le sujet. On n’est pas obligés de tout vous dire en amont,» a-t-il expliqué, avant de poursuivre.

Aucun accord entre l'OL et le Hertha pour Jeff Reine-Adelaïde

«Vendredi soir, au moment où Rudi va convoquer son groupe contre Marseille, il n’y aura plus de départs. Des arrivées, oui, mais plus de départ. Il faut donc régler les sujets mercato ces trois prochains jours. En fonction des départs actés ou non on pourra compléter l’effectif». Côté départs, Jeff Reine-Adelaïde est en balance entre Rennes et le Hertha. Alors que RMC Sports a révélé qu'un accord avait été trouvé entre l'OL et le club de Berlin, le président lyonnais a démenti cette information. «Il n’y aucun accord avec personne pour le moment. C’est vrai que le Hertha est plus pressant que d’autres en ce moment. Lucas Tousart est parti au Hertha, c’est un projet européen avec beaucoup de projection et d’ambitions, mais si on était d’accord sur tout il serait parti et on l’aurait annoncé. Malheureusement, il n’y a pas d’accord du côté du Hertha ou de Jeff, qui visiblement n’est pas lui-même tombé d’accord avec le club».

Trois clubs sur Aouar, le FC Barcelone n'a pas d'argent pour Depay ?

Toujours au registre des potentiels partants, Houssem Aouar est une figure de choix. Toujours fier de vanter les mérites de ses joueurs, le président de l'OL a expliqué que «trois clubs s’intéressent à Houssem, un à court terme et deux à moyen terme. Des clubs qui on joué la Ligue des champions et y ont fait des performances.» Mais là-encore, pas d'accord entre les prétendants (Arsenal et la Juventus ont été cités récemment) et l'OL pour une vente du milieu de terrain. Et Jean-Michel Aulas de se féliciter de pouvoir réaliser de gros coups alors que la période post-covid ne s'y prête pas, glissant au passage une information sur la situation financière du Barça. «C’est d’autant plus valorisant pour l’OL d’avoir réalisé une opération comme Paqueta. Tous les clubs ne peuvent pas nous donner d’engagement. Y en a même qui sont en grande difficulté, comme Barcelone. On y travaille tous jour et nuit».

Juninho confiant pour Pellistri

Si l'OL pourrait surprendre son monde du côté des arrivées, en cas de départ de trois cadres, un profil est attendu de longue date à Lyon. Facundo Pellistri. L'ailier uruguayen du CA Peñarol a été évoqué par le boss de l'OL, qui s'est montré confiant, tout comme son directeur sportif. «On essaie de faire venir un jeune joueur qui a encore joué hier en Copa Libertadores, c’était donc compliqué de le faire venir avant, mais je pense que les choses sont bien engagées», a expliqué JMA, imité par Juninho quelques instants plus tard. «Pellistri c'est bien avancé. J'espère qu'on va pouvoir finaliser aussi. On parlera de lui quand il arrivera. Il est jeune, il a 18 ans». Les prochains jours s'annoncent mouvementés à Lyon !

 


 

Retournement de situation dans le dossier Facundo Pellistri

Footmercato.net

Annoncé tout proche de l'OL, le jeune talent uruguayen est encore très loin du Groupama Stadium. Son club vient d'ailleurs de décider qu'il ne partira pas avant la fin de l'année.

L’Olympique Lyonnais vient de boucler le transfert du milieu offensif brésilien Lucas Paqueta. Mais dernièrement, certains médias uruguayens et français indiquaient que les Gones étaient en train de boucler une deuxième recrue pour cette fin de mercato : Facundo Pellistri. Âgé de 18 ans, le jeune attaquant de Peñarol est une cible de longue date des Rhodaniens. Et après plusieurs offres rejetées, une dernière proposition de 5 M€ plus 2 M€ de bonus aurait fait mouche.

Interrogé ce mercredi à ce sujet, dans le cadre de la conférence de presse de présentation de Lucas Paqueta, le directeur sportif lyonnais, Juninho, affichait une certaine confiance, même s’il a bien précisé que l’affaire n’était pas encore bouclée. « Pellistri, c'est bien avancé. J'espère qu'on va pouvoir finaliser aussi. On parlera de lui quand il arrivera. Il est jeune, il a 18 ans. »

Un optimisme également présent dans les dires du président Jean-Michel Aulas. « Je pense que les choses sont bien engagées. » Mais dans la soirée, une information en provenance d’Uruguay est venue contrecarrer les plans de l’OL. Au micro de la radio Sport 890, l’un des conseillers de Peñarol, Marcelo Areco, a déclaré : « la décision de Peñarol, c’est que Pellistri reste jusqu’en décembre. On verra après ce que voudra le club français. »


Peñarol a changé d'avis


Pourquoi un tel revirement de situation ? Le journal uruguayen Ovacion explique qu’une réunion s’est tenue entre les dirigeants du club et que la volonté première de l’actuel cinquième du championnat uruguayen est de n’accepter un transfert que si le courtisan est d’accord pour réaliser l’opération en décembre. « On donne notre priorité au sportif », a indiqué une source du club au quotidien.

En clair, Peñarol a appris de ses erreurs et ne veut pas revivre le même scénario qu’en 2019. À cette époque, la formation de l’ancien Parisien Cristian Rodriguez avait accepté de vendre Brian Rodríguez (Los Angeles FC) et Darwin Núñez (Almeria) et avait perdu en qualité, et le titre. Toujours en course pour le titre national et encore qualifié en Copa Libertadores, Peñarol veut donc disposer de ses meilleurs éléments jusqu’à la fin de la saison. Et si l’OL accepte d’attendre jusqu’en décembre, Facundo Pellistri lui sera promis.

 

 


 

Vidéo : la première journée de Paqueta à Lyon

Twitter

 


 

Ce dossier qui a mis le feu entre Juninho et Cheyrou

Butfootballclub.fr

Bien que Jean-Michel Aulas ait assuré qu'il n'y avait aucune tension entre dirigeants de l'OL, le directeur sportif, Juninho, ne s'entendrait pas très bien avec son directeur du recrutement, Bruno Cheyrou.

Ce soir, au cours de la présentation de Lucas Paqueta sur la chaîne officielle de l'OL, Jean-Michel Aulas a tenu à contredire l'article du jour de L'Equipe, qui expliquait qu'il y avait de grosses tensions au sein du club, notamment entre le directeur sportif, Juninho, et le responsable du recrutement, Bruno Cheyrou : "J'ai pris un peu plus de hauteur. Tous les dirigeants s'entendent bien. On se complète. Je travaille toujours autant. On veut une équipe technique avec un état d'esprit qui permet de se sublimer. Je ne veux plus de départs après vendredi soir".


La promesse de Juninho à Rafael


Habitué à jouer les pompiers de service, JMA n'a pas convaincu. Et pour cause : le papier de L'Equipe était particulièrement riche en anecdotes, que l'on imagine mal avoir été inventées. La source de tension entre Bruno Cheyrou et Juninho serait le départ du latéral brésilien Rafael à Istanbul Basaksehir.

Selon le quotidien national, Cheyrou avait trouvé un club disposé à mettre 2 M€ sur le table pour Rafael. Mais il a appris que Juninho avait promis à son compatriote qu'il pourrait partir gratuitement pour service rendu. En outre, le directeur général, Vincent Ponsot, bras droit de Jean-Michel Aulas, ferait le tampon entre Cheyrou et Juninho. Mais aucun des deux ne l'apprécierait, même si le Brésilien se serait rapproché de lui après que les tensions avec son directeur du recrutement soit apparues. Bref, contrairement à ce que dit le patron des Gones, son club ressemble vraiment à un panier de crabes.

 


 

L'OL aimerait attirer Serge Aurier

Footmercato.net

Au début de la saison, l'Olympique Lyonnais comptait trois latéraux droits d'expérience dans son effectif, avec Dubois, Rafael et Tete. Le deuxième est parti à Basaksehir, le troisième à Fulham et voilà le club rhodanien avec le seul Dubois pour occuper le poste. Un recrutement n'est donc pas à exclure, même si le jeune Diomandé a déjà dépanné à ce poste.

Selon nos informations, l'OL s'est récemment penché sur le cas Serge Aurier, devenu une doublure à Tottenham, qui a recruté Matt Doherty à Wolverhampton il y a quelques semaines. L'ancien Parisien, qui dispose d'un intérêt très concret de l'AC Milan, n'est pas forcément emballé par une arrivée chez les Gones. Les Spurs réclament 20M€ pour libérer l'international ivoirien de 27 ans.

 


 

Bleus : Dubois et Aouar sélectionnés

Lequipe.fr

Comme on le pressentait, le sélectionneur Didier Deschamps a rappelé Paul Pogba, Benjamin Pavard et Kingsley Coman, absents de la dernière liste, pour disputer les trois prochains matches, face à l'Ukraine (7 octobre), et le Portugal (11 octobre) au Stade de France avant d'aller à Zagreb affronter la Croatie (14 octobre).

Une liste élargie de 24 joueurs où l'on retrouve Adrien Rabiot, le Rennais Eduardo Camavinga et le défenseur central du RB Leipzig, Dayot Umpamecano. Ferland Mendy , Moussa Sissoko et Jonathan Ikoné n'ont pas été retenus.

La liste de Didier Deschamps

Gardiens : Hugo Lloris, Mike Maignan, Steve Mandanda
Défenseurs : Lucas Digne, Léo Dubois, Lucas Hernandez, Presnel Kimpembe, Clément Lenglet, Benjamin Pavard, Dayot Upamecano, Raphaël Varane
Milieux : Eduardo Camavinga, N'Golo Kanté, Steven Nzonzi, Paul Pogba, Adrien Rabiot, Corentin Tolisso
Attaquants : Houssem Aouar, Kingsley Coman, Wissam Ben Yedder, Olivier Giroud, Antoine Griezmann, Anthony Martial, Kylian Mbappé

 


 

Espoirs : Bard et Caqueret selectionnés

FFF via Twitter

 


 
Première sélection pour Diomandé avec la Côte d'Ivoire

Twitter

 


 

 

Aulas sort vainqueur, Rennes ne veut plus de Reine-Adélaïde

Footradio.com

Déterminé à quitter l’Olympique Lyonnais, Jeff Reine-Adélaïde a fait du Stade Rennais sa priorité. Mais face aux obstacles dressés par le président Jean-Michel Aulas, le club breton aurait perdu patience.

Il ne reste plus que quelques heures à Jeff Reine-Adélaïde. Le mercato ne ferme ses portes que lundi soir mais de son côté, le patron de l’Olympique Lyonnais Jean-Michel Aulas a prévenu qu’aucun de ses joueurs ne seraient autorisés à partir après vendredi. Une manière de garder tout le groupe impliqué pour le choc face à l’Olympique de Marseille dimanche. Reste à savoir si le milieu polyvalent parviendra à s’échapper à temps. On sait que l’ancien Angevin souhaite rejoindre le Stade Rennais. Mais aux dernières nouvelles, le club rhodanien avance mieux dans ses discussions avec le Hertha Berlin, sans doute parce que son prédisent refuse de renforcer le concurrent breton.

Résultat, le journaliste de Canal+ Philippe Carayon affirme que l’actuel leader de Ligue 1, agacé par les hautes exigences de l’OL, a fini par perdre patience. « Si Rennes va faire un gros coup d’ici lundi soir ? Selon mes informations du soir, le dossier Reine-Adélaïde pour Rennes est quasiment refermé, a révélé notre confrère dans le Late Football Club. C’est peut-être une question de prix mais il y a aussi le fait que les dirigeants rennais sont tellement satisfaits du rendement de leur milieu de terrain, où ils ont déjà tellement de monde et de beau monde que ce n’est plus une nécessité. La priorité, c’est un défenseur central. » Bien sûr, un coup de bluff n’est pas à exclure…

 


 

Vidéo : 1er entrainement pour Paqueta

OL via Twitter

 


 

Messi serait contre la venue de Memphis

Twitter

 

 

 

Voir aussi... Le Tableau Mercat'OL // L'actu du Mercredi 30 Septembre

 

Last modified on vendredi, 02 octobre 2020 01:10